RDC: Plusieurs dizaines de journalistes manifestent en ce moment contre Thambwe Mwamba

Plusieurs dizaines de journalistes sont descendus ce 27 juillet dans la rue pour exprimer leur désapprobation contre le ministre de la justice Alexis Thambwe Mwamba après ses propos qualifiés d’injurieux contre les professionnels des médias.

La marche partie du siège de l’Union nationale de la presse du Congo a eu comme point de chute la Primature. Trois jeeps de la police sont actuellement stationnées au lieu du sit-in des journalistes. Le président de l’UNPC, Kasonga Tshilunde, et une délégation d’autres journalistes sont actuellement en train d’être reçus par le Premier ministre.

 

Par ACTUALITE.CD, 27.07.18

4 réflexions au sujet de « RDC: Plusieurs dizaines de journalistes manifestent en ce moment contre Thambwe Mwamba »

  1. Il faut rappeler a ce Thambwe, un jouissuer-opportuniste ex-Mobutiste, ex-Kagamiste, puis Bembiste, et aujour’dhui Kanambiste au service de l’imposture (donc pour ses besoins du ventre et du sexe) que les Congolais l’attendednt au tournant.

    Et ce pour son long chapelet des crimes inclu ses detournements et vols des avoirs de l’Etat depuis l’ere Mobutu, assassinats et degats materiels durant son aventure de rebelle au sein du RCD-Goma avec les Mende et KinKiey.

  2. « Croire en ses propres mensonges, c’est cela qu’on appelle la sincérité » Robert Escarpit. Sic

    Quelle différence il y a-t-il entre ces mendiants journalistes manifestants inconséquents et les chronifuati youtubeurs youtubeuses qui pratiquent la mendicité par le phénomène dédicaces et le fanatisme aveugle ? Aucune, les torchons qu’ils écrivent sont des preuves qui caractérisent leur partialité dans un pays où l’espace du débat politico-démocratique se rétrécit de plus en plus…

    Or la matière à investiguer ne manque pas. Outre la kleptomanie, le caractère violent, dictatorial du régime Kanambiste-Kabiliste, l’occupation étrangère, l’imposture du Cheval de Troie du Rwanda au Kongo, il y a des déclarations graves de l’eurodéputé Front national, des sujets ne manquent pas…

    L’eurodéputé Jean-Luc Schafhausser a déclaré du haut de la tribune du Parlement Européen le récit de l’arrivée miraculeuse de l’imposteur alias Kabila à la tête du Kongo imposé par l’Occident et les multinationales. Aucun de ses journalistes de la presse écrite n’a osé creuser pour éclaircir cette révélation mystérieuse…

    Aussi longtemps qu’ils (journalistes Kongolais de la presse écrite) ne parleront pas de l’occupation du Kongo par les Tutsi Nilotiques, de l’imposture du roi des cons Tutsi Rwandais de Kingakati, des précèdents d’élections truquées (2006-2011) pour prévenir la population contre la ruse du PPRD Rwanda, ils seront responsables de leur propre mendicité…. Que leur bourreau Tutsi Burundais le leur dise cela, c’est la conséquence de leur médiocrité…

    Aussi longtemps qu’ils ne manifesteront pas contre l’autorité étrangère établie qui tue les leurs en écrivant des pamphlets contre elle, toutes ses gesticulations sont inutiles. Puissent-ils témoigner d’autant d’ardeur à chaque assassinat de leurs collègues de métier…

    Le hic, ils (journalistes manifestants) marchent pacifiquement, revendiquent paisiblement leurs droits sans heurts. Quelque chose cloche, on dirait que la démocratie la vraie existe dans ce pays. Il suffit que le Peuple Souverain Primaire sorte dans la rue, la soldatesque Tutsi Power utilisera les moyens létaux pour tuer les pauvres manifestants… Bizarre…

    La luta continua la Victoria e certa pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par le Tutsi Power. Ingeta

  3. Je ne comprends pas bien que certains d’entre nous ne s’attardent qu’à condamner à ce point les revendications et actions de ces journalistes : ne seraient-ils patriotes actifs que lorsqu’ils détaillent les faits d’occupation et le seraient moins lorsqu’ils luttent pour leurs droits tant bafoués par un ministre prétentieux et criblé d’un lourd passé de traître ?
    Mon avis que j’ai déjà émis ici est que nous glissons là vers une dérive qui ignore impunément qu’occupation ou pas la vie nationale continue – « la fatalité d’une vie nationale » , l’avais-je même appelée – et que les méfaits de nos dirigeants doivent être épinglés. Que les journalistes réclament leurs droits, c’est selon moi oeuvre d’élémentaire salubrité publique indispensable même en occupation…

Les commentaires sont fermés