RDC: s’éveiller ou périr comme peuple

Tongele N. Tongele
Tongele N. Tongele

Habitants des villages, villes et cités de la RDC; jeunesse congolaise, vous n’avez pas choisis d’être nés en RDC. Votre pays, la RDC, n’a pas choisi de bourrer son sol et sous-sol avec les végétations et les matières premières immenses de toute sorte qui ne se retrouvent presque nulle part au monde. C’est la nature elle-même, c’est le destin de l’univers, qui a fait que vous soyez nés sur le sol congolais, et que la RDC soit dotée des ressources naturelles abondantes et immensément variées. Vous n’avez pas choisi d’être nés dans des tribus différentes, et vous n’avez pas choisi de doter la RDC de plus de 400 différentes tribus qui en fait constituent une richesse culturelle énorme, et représentent des façons culturelles et philosophiques multiples de comprendre l’univers.

La RDC, votre pays, est donc par nature et par destin, dotée d’une biodiversité extraordinaire, d’immenses ressources naturelles et culturelles extrêmement variées. Le monde entier reconnait que la RDC contient des ressources importantes dont la planète terre a besoin pour son avenir. La mission, la raison d’être des habitants de la RDC, c’est de transformer sur place les ressources de la RDC, s’en servir pour vivre dignement, éradiquer la pauvreté en RDC et booster le développement de l’Afrique pour le bien de l’humanité. En d’autres termes, le destin des habitants de la RDC c’est de maîtriser la science, la technologie, créer des unités de production, des usines et des entreprises afin de transformer sur place les ressources immenses et variées en leur possession en produits finis pour éradiquer la pauvreté en RDC, devenir moteur du développement de l’Afrique, et protéger l’environnement tropical pour la régulation du climat planétaire au bénéfice de l’humanité.

Il ne s’agit pas ici d’un souhait de ce que la RDC devrait être. Non. Il s’agit d’une mission qu’on peut même dire divine ou cosmique, confiée par le destin aux habitants de la RDC. Et faillir à cette mission implique que d’autres peuples vont être choisis, ou mieux se faire choisir, pour remplacer le peuple congolais afin d’accomplir cette mission divine ou cosmique. Les autres peuples qui vont percevoir ces immenses possibilités et cette mission dormante en RDC, vont tout faire, même jusqu’à utiliser les Congolais contre les Congolais, afin de dominer les habitants de la RDC, s’approprier du volant de la RDC, et utiliser les habitants de la RDC comme instruments pour accomplir la mission que les habitants de la RDC ont échoué d’accomplir.

Peuple congolais, dirigeants politiques congolais, intellectuels congolais, habitants des villages, villes et cités en RDC, jeunesse congolaise: attention, et sachez que tous les peuples sont égaux et jouissent de même faveur devant le destin cosmique. Si donc vous, habitants de la RDC, vous vous montrez incapables de voir, de reconnaître, de vivre votre destin, et d’accomplir la mission du destin de transformer vos ressources naturelles par vous-mêmes pour vous-mêmes et pour le bien de l’humanité, alors le destin va confier cette mission à d’autres peuples qui vont assujettir le peuple congolais et l’utiliser comme outil d’accomplissement de cette mission du destin dont le peuple congolais était originellement choisi pour accomplir. Peuple congolais, vous êtes en train de faillir à votre mission, et vous risquez de vous voir sous la domination d’autres peuples. C’est possible que cette domination ait même déjà commencé. L’Est de la RDC est occupé et les populations sont tuées au jour le jour. Ça ne vous dit rien? Réveillez-vous et cessez des discussions inutiles et stériles. Seule l’action devrait parler. Peuple congolais, le destin ne vous appartient pas, le destin appartient à tous les peuples. Si vous vous montrez indignes de la mission du destin, le destin va confier cette mission à d’autres peuples. Progressivement déjà, on ne peut pas ne pas remarquer que d’autres peuples sont en train d’occuper vos terres, d’y installer des nouveaux chefs coutumiers, vous dominer, prendre possession de vos richesses, exploiter, piller et exporter vos richesses comme leurs, et ils sont en train de se positionner comme accomplisseurs du destin dont vous êtes incapables d’accomplir. Le monde entier, la communauté internationale voit et reconnait ces occupations, ces exploitations et pillages par les peuples étrangers en RDC. Mais ce n’est pas la mission de la communauté internationale de vous défendre. Au contraire, tout le monde attend l’opportunité pour se positionner comme candidat pour vous remplacer et accomplir la mission du destin en RDC, en vous assujétissant et en vous utilisant comme outils de travail. Si donc vous ne vous éveillez pas, si vous ne faites rien sauf des discours inutiles, si vos leaders ne parcourent pas les villages, villes et cités pour mobiliser, conscientiser et appuyer vos jeunes filles et jeunes garçons à créer des unités de production pour commencer à transformer vos richesses sur place par vous-mêmes pour vous-mêmes, alors le destin reconnaîtra la domination des autres peuples sur vous, et le destin conduira les autres peuples à vous assujettir et à vous utiliser pour réaliser ce que vous avez échoué de réaliser.

Peuple congolais en RDC et dans la diaspora, vous devez vous ressaisir immédiatement et urgemment. Gouvernement national, gouvernements provinciaux, sénat, parlement, assemblées provinciales, le temps est court, et si vous continuez à vous distraire, à faire de la blague au lieu de réfléchir et faire réfléchir vos intellectuels, vos universités et instituts supérieurs et professionnels sur comment maîtriser la science et la technologie afin de lancer par vous-mêmes les travaux de réparations de vos routes délabrées, de vos chemins de fer, de vos bâtiments administratifs, de vos hôpitaux et campus universitaires, de vos infrastructures de base, alors votre peuple sera fatigué et découragé, et sera prêt à embrasser la domination d’autres peuples qui vont au moins les faire travailler comme outils et leur donner en retour des miettes de salaire pour vivre et faire vivre leurs familles. Leaders nationaux et provinciaux, diaspora congolaise, Congolaises et Congolais avec des moyens financiers, réveillez-vous. Mobilisez et appuyez vos jeunes filles et jeunes garçons à lancer des unités de production pour transformer sur place vos richesses naturelles en produits finis pour vivre dignement et booster le développement de l’Afrique et du monde. Sinon, les autres peuples vont vous remplacer, vous dominer, vous assujettir, et vous mettre à leur service afin que par les travaux de vos mains et par les sueurs de vos fronts, ces autres peuples qui deviendront maîtres de votre pays, vont développer la RDC selon le destin cosmique, et vous ne serez que des servants dans ce nouveau paradigme. Ça sera de votre propre faute lorsque vous allez perdre la mission du destin et votre pays et vos richesses seront pris par d’autres peuples.

Peuple congolais, leaders politiques de la RDC, intellectuels, défenseurs des droits humains, professeurs, jeunes filles et jeunes garçons, habitants des villages, villes et cités de la RDC, vos leaders se contentent de chanter tout haut que vous possédez les ressources naturelles dont le monde a besoin pour des appareils électroniques, pour les batteries des voitures électriques, pour les nouvelles technologies. Premièrement, ce n’est pas vous qui identifier ces choses, ce sont d’autres peuples qui vous disent que vos matières premières peuvent être utilisées pour ces nouvelles technologies. Vous vivez plutôt dans l’ignorance totale jusqu’à ce que d’autres peuples vous disent que vous avez des matières premières importantes pour des nouvelles technologies. Et d’un coup ça devient votre affaire pour chanter partout. Et qu’est-ce que vous faites vous-mêmes avec ces matières premières? Deuxièmement, même lorsque que vous êtes informés de l’importance de vos ressources naturelles, vous n’êtes pas capables, vous n’avez pas la maîtrise, et vous ne faites rien pour mettre sur pied comment faire pour avoir cette maîtrise des compétences et des capacités scientifiques et technologiques nécessaires pour transformer sur place par vous-mêmes, seuls, ou en collaboration avec d’autres peuples, vos matières premières. Vous désirez et même activement appelez d’autres peuples à venir installer leurs usines et unités de production chez vous (vous les appelez des investisseurs), pour que vous puissiez les servir simplement comme mains d’œuvres et gagner des miettes de salaire pour vivre et faire vivre vos familles. Et donc consciemment, vos dirigeants politiques nationaux et provinciaux ont reconnu et accepté votre incapacité d’accomplir la mission qui vous a été confiée par le destin, et ils appellent les autres peuples à venir vous assujettir avec leurs usines et investissements. Il est donc clair quels seront vos rôles lorsque les investisseurs arrivent : vos rôles seront de servir comme mains d’œuvre pour des miettes de salaire de survie. En ce moment-là, qui est en train d’accomplir la mission du destin en RDC? Définitivement pas vous, le peuple Congolais, mais plutôt les investisseurs, les autres peuples qui vous ont remplacés. Et avec le temps, leur descendance vous remplacera aussi pour la bonne gouvernance du pays, ainsi sera la fin de la mission qui vous a été originellement confiée par le destin. Qui donc allez-vous blâmer? Les autres peuples qui ont vu les richesses de votre pays, qui ont compris cette mission du destin en RDC, et qui sont venus vous dominer et vous assujettir grâce à vous-mêmes? Non. Vous ne devrez que vous blâmer, car ça sera uniquement votre propre faute. C’est donc entre vos mains de faire la différence.

 

Par Tongele N. Tongele, Ph.D.
Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USA
tongele@cua.edu

15 thoughts on “RDC: s’éveiller ou périr comme peuple

  1. Un article intéressant Mr le professeur et vous en félicite énormément. Vous avez dit bcp de choses qui traduisent exactement la réalité de notre chère nation,et je pense c’est un déclic pour la RDC le contraire serait un declic. D’où,toutes les filles et tous les fils du congo doit se lever,se réveiller, avancer,et travailler pour l’essor de notre pays. A mon avis,nous devons redéfinir aujrd’hui la RDC, redéfinir nos provinces…la RDC mérite une définition autres que celles qui sont données aujrd’hui : RDC: violation grave des droits humains, vols,viol,guerre, détournement des biens publics,crise de légitimité, tueries,massacres, enlèvement, crimes de toutes sortes, confiscation de la richesse du pays à un groupe de malfrats…seul au Congo où le côté ne change pas,il faut n’être de bon côté. Càd naître riche on meurt dans cet état,on vous donne la ficelle pour vous faire sortir du trou,vous sortez et partez avec la ficelle, au lieu de renvoyer la ficelle dans le trou pour permettre aux autres aussi de sortir on s’en va avec la ficelle pcq’on est sauver, être sauvé tout seul,oneut le bonheur tout seul. On va même plus pour être bien,il faut tuer. Tuer pour exister,pcq la lors de l’autre c’est ma vie,mon bonheur,ma richesse,et la vie de l’autre c’est ma mort,vice versa. Tuer pour n’être pas tuer. C’est ça la définition du congo.ainsi, nous devons redéfinir le Congo si voulons décoller,séduire la guerre…le Congo doit être comme une donnée,et que nous devons résoudre pour avoir une solution,et la solution est entre la main de toute congolaise et de tout congolais. Debout congolais,allons de l’avant,sauvons notre Congo. Le congolais est appelé à être formaté, à être réinitialisé pour adopter une nouvelle marche vers une nation mature,en vue de développement.

  2. Chers Compatriotes,
    Voici un titre intéressant : « RDC: s’éveiller ou périr comme peuple ». Je pense que ce titre doit nous faire réfléchir. L’éveil ne peut venir que si nous nous considérons comme « peuple ». Le peuple « Zaïrois » était facile à identifier. Mais depuis l’arrivée de l’AFDL, j’ai l’impression que la disparition du peuple « Zaïrois » n’a pas laissé de place au « peuple Congolais ». J’aimerais bien me tromper. Nous avons un défi à relever. Nous nous devons nous considérer comme peuple d’un pays et non comme un amalgame de tribus et où chaque tribu cherche ses intérêts à travers ses membres qui occupent des fonctions élevées au niveau de la gestion de la chose publique. Que Dieu nous vienne en aide.

  3. Magnifiques réflexions Professeur! Ne pourrions nous pas donner la raison à l’anecdote considérant que le Congolais est un « con-golais, un con, un connard »?

  4. Encore une fois bravo Prof Tongele pour ce nouvel essai didactique et citoyen à l’adresse de notre peuple et de ses dirigeants. Un appel capital et urgent, « Réveillons-nous et agissons sous peine de périr comme peuple ». Le diagnostic de notre situation y est pertinent et le traitement y est globalement proposé. Reste à y ajouter les détails pratiques essentiels de sa faisabilité. C’est le travail de tout le monde pour autant qu’on en aura pris conscience et c’est d’abord la mission urgente qui incombe à nos dirigeants encore trop endormis et coupablement préoccupés à se servir et à vaquer a des discussions oiseuses en place de sauver la Maison qui brûle, la population toujours abandonnée à sa misère sans espoir.
    UNISSONS-NOUS POUR BÂTIR UN CONGO PLUS BEAU QU’AVANT, RÉVEILLONS-NOUS POUR NE PAS PÉRIR COMME PEUPLE AU PROFIT D’ÉTRANGERS PLUS MALINS DÉJÀ EN TRAIN DE NOUS DOMINER ET DE PILLER NOS RICHESSES !!!

  5. LE KONGO RDC UN GRAND CHANTIER PARADOXALEMENT UNE PRISON À CIEL OUVERT ! Excellent article qui incite les Kongolais à être des individus proactifs en lieu et de démeurer des éternels sujets réactifs qui ne font pas des projets à long terme individuellement ou collectivement… Le contenu de la réflexion est riche en innovations et idées de développement variées mais comme d’habitude il y a un hic, nous (Combattants Résistants) dirons qu’on ne met pas les charrues avant les bœufs, la RDC versus fratrie Kanambe (Hippolyte, Jeannette, Zoé) est occupée militairement, spirituellement, économiquement, sociologiquement, politiquement, cette famille d’imposteurs Rwandais s’est permise de nommer Félix Antoine Tshilombo comme Président protocolaire pour garder la main sur le pouvoir… Aucun investisseur soit-il Kongolais ou étranger ne peut s’hasarder à aller mettre ses billes au Kongo RDC où la situation politico-économique ressemble de plus en plus en une jungle… Plusieurs pays Occidentaux non des moindres ont des économies de service, ne possèdent même pas un tiers des ressources minières du Kongo RDC mais leurs peuples vivent très bien à cause de la paix, de la stabilité politico-économique, de l’ingéniosité de leurs dirigeants qui font des projets à long terme… Ceci étant tant le pays RDC sera occupé, l’impérium sera confisqué par les Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais, comment un groupe des personnes sensées tant de la Diaspora ou de l’intérieur pourront noyer leurs projets dans un environnement qui n’est pas propice à faire des plus-values d’investissements car les pillages à grande échelle pointent à l’horizon… LE MÉCANISME VIBRATOIRE DU CONTINUUM TEMPS-ESPACE DANS UN KONGO RDC TOTALEMENT LIBÉRÉ ! Les RDCiens ignorent que leur classe politique corrompue les manipule par un mécanisme vibratoire satano-occulto-nécromancien. Félix Antoine Tshilombo vient de passer 20 jrs (16/09 au 16/10) à l’extérieur avec une équipe d’avance Rwandaise. Sans la lutte armée par l’entremise des Maï Maï Makesa l’ANPK (Armée Nationale du Peuple Kongo) la RDC disparaîtra bientôt car la classe politique actuelle est corrompue… LES FAITS SOCIAUX SONT TOTAUX ET GLOBAUX ! L’auteur écrit ceci « Peuple congolais en RDC et dans la diaspora, vous devez vous ressaisir immédiatement et urgemment. Gouvernement national, gouvernements provinciaux, sénat, parlement, assemblées provinciales, le temps est court, et si vous continuez à vous distraire, à faire de la blague au lieu de réfléchir et faire réfléchir vos intellectuels, vos universités et instituts supérieurs et professionnels », sur un budget de 7 milliards de $ Si on y retranche les 2 milliards (enseignement gratuit), le reste servira à coup sûr pour les multiples émoluments réguliers immérités des sinistres, députains, sénacons, gouvermenteurs, du président protocolaire (président de fait), du président honoraire de Kingakati, les restes des miettes serviront à la guerre d’occupation. Bref ce quinquennat est maudit, c’est open-bar de médiocrité au Kongo RDC à tous les niveaux, du sommet de l’État jusqu’aux shegues, kulunas et ujanas. Tous les faisceaux d’indices indiquent que les Occupants ont détruit le pays, le tissu social, l’éducation, l’économie et l’Armée ont rabroué sens dessus dessous les cerveaux des Kongolais lobotomisés, traumatisés, manipulés, perdus par 23 ans d’occupation… Jusqu’à quand… Ainsi soit-il… INGETA

  6. Professeur Tongele,
    Je dois sûrement être le seul sur ce forum à ne pas souscrire à vos dire à moins que d’autres n’aient jamais jugé utile de réagir.
    En vous lisant, parfois je me demande si vous n’avez pas une très mauvaise opinion et image du peuple congolais que vous interpelez dans tous vos papiers.
    Contrairement à vous, je vois un peuple courageux, résistant voire déterminé.
    Malgré Plus de 8 millions de morts avec la complicité de tous et dans l’indifférence générale, le peuple congolais est toujours debout.
    Abandonné face aux tueurs ataviques armés jusqu’aux dents et parlant kinyarwanda, il résiste seul depuis plus de 20 ans. Même en vivant un drame épouvantable (plus de 4 millions de femmes violées et autant de déplacés, 13 millions en insécurité alimentaire…) il plie mais ne rompt pas.
    Avec un taux de chômage record (92 à 94%), il survie et on se demande même comment…
    Combien de peuples au monde seraient capables de faire mieux face à un tel tableau ô combien sombre!!! On a affaire à un peuple extraordinairement résistant et courageux.
    Ainsi, je n’ai jamais souscrit à vos différentes interpellations adressées au peuple congolais.
    Et je m’explique en donnant un exemple concret:
    Hier soir, j’ai eu un appel whatsapp d’une petite cousine presqu’en larme. Il faut ravitailler encore le kinkita de friperie (tombola buaka). Coût de l’opération 680 dollars, le WesternUnion est parti ce matin.
    Cette petite dame, diplômée de l’isc, a du courage à revendre. Elle serait prête à mettre ses tripes sur la table pour nourrir ses 4 marmailles.
    Cet exemple symbolise ce qui selon moi fait défaut dans vos livraisons: la prise en compte du contexte et du niveau où se situe le vrai problème !!!
    En effet, elle va revenir me raconter la même histoire dans quelques mois et je remettrai l’argent encore et encore… car sa mission comme celle du peuple congolais en l’état actuel des choses est IMPOSSIBLE.
    C’est Ce qui me fait souvent dire en vous lisant que vos appels lancés au peuple congolais n’ont aucune chance de produire un quelconque effet. ( la suite arrive)

  7. @Prof. Tongele
    (La suite)
    Je n’ai pas la prétention de vouloir vous apprendre des choses. Je veux juste structurer ma pensée pour essayer de me faire comprendre.
    Un pays a normalement deux composants: la nation composée des peuples et l’état représenté par des gouvernants.
    L’état sert de socle à la nation afin que les règles, les normes, les lois, les réformes… permettent à chaque citoyen de trouver sa place et de s’insérer dans la société pour apporter sa contribution à l’œuvre collective.
    L’état lui-même doit reposer essentiellement sur trois piliers:
    *** Premier pilier: l’appareil sécuritaire
    L’état doit assurer la sécurité des frontières et des citoyens ainsi que leurs biens. Sans ce premier pilier, c’est la jungle. On ne peut rien faire.
    Comment des millions des congolais déplacés internes et externes peuvent mettre en application vos recommandations.
    *** deuxième piller: la justice (pilier de la démocratie)
    Une justice qui fonctionne est impérative afin que les règles communes s’imposent à tous et que les libertés individuelles soient respectées.
    *** troisième pilier: une monnaie et un secteur bancaire opérationnel pour piloter l’économie.
    En RDC la monnaie centrale et la monnaie scripturale secondaire n’existent pas. L’état congolais paye et signe ses contrats locaux en dollar. Un comble !
    Or, c’est le secteur bancaire par le biais de la dette ou plus précisément des engagements des remboursements de dettes qui crée la monnaie scripturale secondaire et fait tourner la machine économique d’un pays.
    Dès lors que les 3 piliers sur lesquels un état doit s’appuyer n’existent pas, la RDC est un non état. Ainsi le socle nécessaire et indispensable sur lequel la nation doit se reposer fait défaut. Tout le problème est là.
    Si je suis à Beni, Butembo, Djugu, Munembwe, province orientale face aux mbororos, déplacés internes, réfugiés en Ouganda, en Angola… que dois-je faire concrètement en vous lisant?
    Je pense qu’il faut commencer par le début:
    Créer un ÉTAT avec ses piliers. On ne va pas commencer à construire la maison par le toit.
    Appeler le peuple congolais à lancer la révolution pour chasser les médiocres, why not. Mais lui demander de s’éveiller au risque de périr comme si le problème c’est le peuple ou de lancer la révolution industrielle sans l’état … avec moins d’un dollar par jour pour survivre, n’a pour moi aucun sens.

  8. Ndeko Muana ya mokolo lopango,
    1. C’est vrai notre peuple est méritant et courageux à se débrouiller pour survivre dans un non-État par ailleurs occupé qui lui prive des moyens et conditions pour vivre, mais comment comptez-vous recréer l’Etat ? Sans son avis, sans sa participation ? Voilà à quoi peut servir la pédagogie de Prof Tongele…
    2. La mauvaise gouvernance,  la gabegie, la corruption, l’arbitraire, le muselement, la répression… ne sont pas qu’affaire d’occupation, ils ont aussi existé avant et l’histoire nous donne maints exemples des despotes bien souverains qui les ont imposés. L’occupation depuis que nous en parlons nous n’avons pas encore pu lever une armée pour nous en libérer. Pourquoi alors Prof Tongele ne ferait pas ce qu’il sait faire, des essais dictatiques à l’adresse de la population et à ses dirigeants pour leur apprendre comment faire mieux, y compris d’ailleurs les moyens intellectuels et pratiques pour se libérer de l’occupation ? Ce qu’il faut regretter ici n’est pas tant que son message soit d’avance irréalisable mais qu’il ne soit accessible qu’à quelques uns. Voilà pourquoi il faut faire tout pour que sa diffusion soit plus étendue…
    3. Je ne crois pas non plus qu’il y’ait une seule porte d’entrée pour comprendre, expliquer et agir sur notre pays. Je ne crois pas que tous les Congolais sont capables de tout. A chacun son domaine, à chacun son niveau d’action, tout finira par compter à condition que nos différentes actions endossent le sceau de l’intérêt général pour l’avenir du pays…
    4. Bref mon avis est donc qu’il nous faut éviter cette outrance de réduire tout à une seule clé de compréhension, à imposer un seul niveau d’action, fussent-ils ceux de l’occupation. Aucun assujettissement même les occupations les plus implacables n’ont empêché la vie de se poursuivre. C’est souvent dans ses interstices que la résistance la plus efficace surgit, qu’il se fonde des voies nouvelles plus credibles. Voilà pourquoi je pense que le discours du Prof Tongele n’est pas vain !

  9. PS
    Et l’occupation, Prof Tongele en parle largement dans ce dernier article, il l’explique selon sa clé…

  10. @Ndeko Nono,
    Pour une fois, je n’ai pas bien compris de votre réplique sans doute que je me suis mal exprimé.
    **** Primo, relisez bien mon message, je n’ai pas parlé d’occupation mais d’absence d’un état qui doit normalement servir de socle à la nation. Je n’ai pas abordé les raisons de cette absence de l’état (médiocrité, occupation…). Ce n’est pas le sujet. Je ne suis donc pas sûr qu’on se comprenne.
    **** Je vais essayer de le dire autrement.
    La maison RDC brûle. Je n’ai jamais dit qu’il n’y a qu’une seule façon d’éteindre l’incendie. Je dis qu’il y a un préalable pour faire l’état des lieux et attaquer la reconstruction: ÉTEINDRE L’INCENDIE peu importe par qui et comment.
    Pour attaquer la reconstruction, il y a un autre préalable: il faut s’assurer que les piliers des murs porteurs et les fondations tiennent. Sinon, il faut impérativement commencer par là. Je n’ai jamais dit qu’il n’y avait qu’une seule façon faire. Loin s’en faut.
    **** Je me situe seulement au niveau des préalables et de la priorisation des tâches.
    Si une nation a impérativement besoin pour se développer et s’épanouir d’un socle indispensable qui s’appelle l’état, alors la RDC ne fera pas exception et n’y arrivera pas sans avoir un état.
    **** Vous me demandez comment créer un état sans l’avis et la participation du peuple. Je n’ai pas dit cela. C’est votre extrapolation.
    Au demeurant, Les pères fondateurs des usa, Napoléon et son code, Jerry Rawlings… ont-ils demandé l’avis et la participation du peuple ?
    Mais à supposer que vous vouliez demander l’avis et faire participer le peuple congolais à la création d’un état en RDC comment faites-vous avec les déplacés internes et externes, à moins que leur avis et participation soient d’emblée jugés inutiles.
    **** Quand on parle des grandes puissances et des multinationales qui foutent la pagaille chez nous, de qui parlons nous ? Des peuples ou d’une minorité organisée et agissante qui s’appelle l’élite ? Est-ce que le peuple de la Dordogne est au courant que la France se comporte en gangster en confisquant la réserve d’échange des pays de la zone franc CFA? Face à ces élites étrangères qui nous maintiennent la tête sous l’eau qui doit apporter la réponse, le peuple congolais ou ses élites ?
    **** Si nous déplorons des millions de morts, de femmes violées, de déplacés… de dizaines de fosses communes… c’est parce que nous ne sommes jamais levés comme un seul homme pour dire STOP.
    Beaucoup de congolais tournent les regards et pensent que la vie doit se poursuivre par ailleurs. Ahhhh batu ya kivu pe ba lembisi… disent certains.
    *** En conclusion, Je soutiens que nous allons passer par une phase où les conseils du Prof Tongele seront très utiles car il faudra sensibiliser, éduquer les masses, faire la refonte totale du système éducatif, le civisme, l’éveil patriotique… afin que le peuple congolais abandonne certaines mauvaises habitudes liées à cette époque (le fameux changement de mentalité).
    Mais à l’heure où les congolais sont massacrés par dizaines toutes les semaines, me parler « des essais dictatiques à l’adresse de la population et à ses dirigeants pour leur apprendre comment faire mieux »
    C’est tondre la pelouse pendant que la maison brûle. Le problème du peuple congolais et de la RDC c’est élite congolaise (médiocre et sans boussole).
    **** Un ventre affamé n’a point d’oreille. Croire une seconde que l’absence d’un état en RDC et ses effets néfastes sur les populations peuvent être un tout petit peu atténués par des essais didactiques… c’est méconnaître la gravité de la situation.

  11. Ndeko Muana ya mokolo lopango,
    Vous n »avez pas ciblé tant l’occupation dans votre dernier message mais vous n’en pensez pas moins, on peut même le lire ici plus qu’entre les lignes et nous en avez assez parlé sur ce site. Qu’importe car l’occupation a bel et bien une large part dans nos malheurs. En revanche mon propos vise davantage ici vos reproches envers le Prof Tongele. S’il s’adresse plus en détail au peuple, il n’en épingle pas moins avec virulence les dirigeants coupables en premier lieu de la gouvernance assassine du pays.
    Vous dites « Un ventre affamé n’a point d’oreille. Croire une seconde que l’absence d’un état en RDC et ses effets néfastes sur les populations peuvent être un tout petit peu atténués par des essais didactiques… c’est méconnaître la gravité de la situation ». Je ne vois pas toujours bien ce que vous lui reprochez, qu’auriez-vous voulu qu’il dise et qu’il fasse, que dites-vous et faites vous-même de mieux que lui ? Comment croyez-vous faire manger ces ‘ventres affamés’ et encore une fois comment faites-vous pour récréer cet État dont l’absence a des effets néfastes sur les populations ? Pas en vous proposant en humanitaire quand-même, il y’en a déjà tant. La Monusco en est une dans son genre. C’est de répéter aussi que tout fait nombre. Lorsque vous avez fait le constat d’une élite médiocre, qu’en faites-vous pour condamner à ce point la pédagogie de Prof Tongele, un représentant de l’élite intellectuelle qui essaie d’agir à son niveau et selon sa vision didactique plutôt que d’affrontement ou de prise de position politique. Que n’a-t-il à ce point rien compris de la gravité de notre situation, comme vous dites ? Voilà mon questionnement !

    1. Ndeko Nono,
      *** La rubrique s’appelle opinion et débat. Le prof Tongele nous a soumis un texte et je lui donne mon opinion. Je ne lui reproche rien. Vous venez à son secours et n’avez pas l’air de vouloir comprendre mon opinion mais peut être que lui-même a compris. Ne nous lançons pas inutilement dans un dialogue des sourds.
      *** Nulle part dans le monde, une nation et son peuple ont réussi à s’épanouir sans une organisation étatique digne de ce nom.
      La guerre des grandes puissances, les multinationales, les organisations criminelles… bref, la mondialisation nécessite un état fort et stable capable d’apporter des réponses adéquates. Cet ÉTAT n’existe pas au Congo. L’EXISTENCE D’UN ÉTAT EST DONC UN PRÉALABLE ! Dire qu’en attendant, on va faire des essais didactiques à l’adresse de population congolaise piétine le bon sens. Les peuples de chine, de l’Inde, de l’Amérique profonde, de la vieille Europe… n’y sont pour rien dans l’ordre mondial actuel (onu, omc, traités…).
      **** Depuis 2015 je fais partie d’un petit groupe qui fait son lobbying pour appuyer une solution soutenue par uk et certains aux usa. Nous avons écrit 17 chapitres en commençant par la réforme des institutions (création d’un état).
      Curieusement, seuls deux chapitres ont fait l’objet des plusieurs réunions et demandes de modification (la réforme des institutions et la réforme économique incluant monnaie, système bancaire, contrats miniers…) de la part de nos partenaires surtout aux usa. On a senti qu’il y a des choses qui ne les arrangent pas. Et nous avons refusé poliment certaines modifications demandées. Mboka eza ya biso.
      *** La RDC n’a pas produit que des médiocres au pouvoir. Le pays dispose des resources humaines de qualité qui malheureusement n’arrivent pas aux manettes. Le problème et la solution se situent essentiellement au niveau des élites (civiles et militaires).
      *** On peut aller voir la population congolaise (meurtrie, affamée, chosifiée…), avec les articles du professeur Tongele traduits en 4 langues nationales cela ne changera rien et ne produira aucun effet en l’état actuel des choses (je précise). C’EST MON OPINION !!!
      *** Si la diaspora était plus organisée en mettant ensemble tous ses intellos, si au lieu d’aller jeter 100 mille dollars à la ceni, les candidats congolais les avaient mis dans un pot commun, si l’on pouvait cotiser pour des actions… on en serait pas là. Dans TOUS les pays du monde, l’élite sert à guider le peuple et à tirer le pays vers le haut. Quand dans un pays l’élite s’en remet au peuple… il y a un gros souci.
      *** Quel est le niveau d’éducation et d’instruction du peuple congolais aujourd’hui pour penser que la solution pour créer un état, mettre de l’ordre, organiser le pays… viendra de lui ?
      *** La gravité de la situation est la misère sans nom dans laquelle se trouve le peuple congolais: Les enfants de 10 ans se prostituent, des diplômés illettrés, le taux de chômage record, le taux d’alphabétisation de plus en plus faible, la malnutrition, des massacres tous les jours… le pays ressemble à une prison sans barreaux.

  12. @Muana ya mokolo lopango,
    Votre exposé, on ne peut plus clair, reste l’unique canevas vers un Congo nouveau et prospère. On ne peut parler de reconstruction sans préalablement obtenir que les Congolais abandonnent leurs mauvaises habitudes. Les occupants Tutsi disent par exemple : « Les Congolais sont très superficiels. Donnez-leur l’argent et les femmes et ils vous donneront tout ce qu’ils ont ». Et s’adressant à J.M. Kabund monté sur un cheval, Ruberwa déclarait: « Voici ce que donne le pouvoir ». Cette triste réalité nous ne pouvons faire semblant de l’ignorer: la majorité des Congolais n’ont goût qu’au gain facile ils échangeront leur terre contre n’importe quoi. OYO PEUPLE YA NDENGE NINI?

    1. @KUM
      Quelle que soit la durée de la nuit, le soleil apparaîtra.
      Nous espérons qu’un jour des patriotes arrivent au sommet de l’état pour siffler la fin de la récréation.

  13. # La politique pour tous les Congolais, quel mode d’emploi ? Et cette question basique : comment et pourquoi notre Congo, un tel réservoir de richesses humaines et naturelles ne parvient-il pas à trouver la voie d’un développement véritable, profitant à l’ensemble de la population ? Jusque quand, jusqu’où ? Sans doute quand nous aurons construit un État mais n’avons-nous jamais eu d’État, pourquoi et qui va le construire aujourd’hui ?
    # Une autre question qui me vient a l’esprit. Où mène le discours radical et souverainiste qui ressasse les reproches aux dirigeants mediocres et vendus à l’occupant ou au candidat fraudeur qui est là via un deal quand ce n’est pas à un peuple apathique ? Certes il est combien defendable moralement et même politiquement, il faut nommer et condamner nos dérives mais depuis au moins deux décennies que nous nous sommes limités qu’à l’entonner ne s’est-il pas avéré insuffisant et parfois inutilement diviseur au moment où nous avons tant besoin de nous rassembler et agir ensemble ? Pourquoi ? Je crains qu’il ne soit devenu qu’un autre slogan, un bla-bla d’opposants pas toujours plus signifiant parce que quelque peu désincarné sans prise sur le réel qui nous recommande d’abord de travailler avec ce que nous avons et pas avec un ideal toujours difficile à atteindre et même pas avec une revolution souhaitable mais inplanifiable que par ailleurs nous devrions apprivoiser si nous y arrivions. Il s’occupe davantage à condamner sans suffisamment q
    proposer..
    # Rien ne nous tombera du ciel, c’est à nous et à nous seuls de construire notre pays alors donnons-nous un mode d’emploi accessible et le plus consensuel possible sur l’essentiel. Sinon nous aurons beau sauter comme des cabris en criant halte à l’occupation, halte aux gouvernements collabos, halte aux médiocres…, nous n’aurons avancé d’un pouce vers ce Congo plus beau qu’avant que nous chantons tous. Dénonçons et condamnons mais parlons, agissons et construisons d’abord juste et efficace plutôt qu’idéaliste et idéologique…

Comments are closed.