RDC: Sylvestre Ilunga interdit aux ministres de recourir aux entreprises de l’Etat pour financer les dépenses de leurs cabinets

Dans une correspondance datée du 9 octobre dernier adressée au ministre du portefeuille, le premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba dit déplorer le fait que certains cabinets ministériels s’adressent aux entreprises du portefeuille de l’État ainsi qu’aux établissements publics sous leur tutelle, pour la prise en charge des dépenses de fonctionnement ou/et des missions.

Par conséquent, le chef du gouvernement demande à Clément Kwete, ministre du portefeuille, de mettre fin à ce genre de pratiques.

« Je vous enjoins d’instruire les gestionnaires des entreprises publiques de ne plus financer les dépenses précitées qui relèvent du budget de l’État et de vous faire rapport sur des dépenses de ce genre qu’ils auraient déjà financés », peut-on lire dans cette correspondance.

À en croire Sylvestre Ilunga Ilunkamba, ces pratiques sont « contraires à la bonne gouvernance et constituent une grave entorse à l’acte d’engagement éthique auquel les membres du gouvernement ont individuellement adhéré ».

En RDC, les entreprises ont deux tutelles, une dite technique et une autre dite financière. Cette dernière est assurée par le ministère du portefeuille.

Rédaction Actu30/ 14.10.2019

6 thoughts on “RDC: Sylvestre Ilunga interdit aux ministres de recourir aux entreprises de l’Etat pour financer les dépenses de leurs cabinets

      1. @prorwanda
        Oza na niveau ya Mamale te. Liboma eza nde yo. Ozanga mboka. Vous errez de gauche à droite, avec vos vaches, en cherchant de vous fabriquer une identité congolaise. En vérité, cas na yo eza ya kosekisa te. Eza nde ya koyokela yo et vos semblables mawa.
        Oyoki ?
        Kenda ko nika !

      2. Peit Bongos,
        c´est très clair que naza na niveau ya Mamale te. Mais bon sang ! C´est pourquoi j´essaie de l´aider amatisa niveau. Eza devoir ya baye baza likolo basalisa les autres. Komata yo moko te. Nalingaka égoïsme te.

Comments are closed.