RDCongo: la VSV exige la libération de vingt (20) membres de l’ong A.R.I. enlevés à Kamanyola/Sud-Kivu

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) exprime sa vive désapprobation relativement à la détention prolongée de vingt(20) membres de l’ONG « Abandonned Rescue International (ARI) » enlevés en pleine réunion de planification des activités depuis le 07 mars 2017 à Kamanyola, dans la province du Sud-Kivu par des militaires des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et actuellement incarcérés à la Prison Centrale de Makala (PCM). Il s’agit de messieurs Echima Samuel Mujombo, Cikongo Bertin, Tshimango Lebon, Zawadi Kaweke Césaire, Wilondja Malali Floribert, Mukamba Kiloshe Anicet, Mukeni Mandevo Jean, Kamisole Migegesero, Aluna Ngandu, Bulambo Usene, Iluba Eric,Nyangi Kibaka Didier, Mukulumanya wa Kenge, Batishonga Nyagahama Fraterne, Robert Mutabesha Birego, André Mulondani Mulebwa, Ntaboba, Bugembe Iyili Jean de Dieu, Kalonda Clovis et Hamuli Birindwa Christophe.

En effet, les bras ligotés derrière le dos, les membres de l’ARI ont été tabassés à l’aide des coups de crosse et des bottes. Accusés d’être membres du mouvement insurrectionnel M23, ils ont été embarqués à bord de trois véhicules militaires venus de Bukavu et supervisés par T2 Nkoti Michel et Sangwa. Acheminées à Bukavu, les victimes ont été lacées en détention au cachot Nyananyungu, situé à l’aéroport de Kavumu.

Il sied de relever qu’en date du 13 mars 2017, douze d’entre eux ont été conduits à Goma. Arrivés à Goma, quatre membres ont été transférés à Kinshasa avant d’être rejoints par les autres membres restants. Placés tous ensemble au cachot de l’Etat-major des Renseignements Militaires (l’ex DEMIAP), ils ont subi de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (passage à tabac pendant leur détention, interdiction de se laver, obligation de manger tardivement ainsi que plusieurs menaces).

Le 25 septembre 2017, faute des preuves probantes, l’ex-DEMIAP a déféré toutes ces victimes à l’Auditorat militaire de la Gombe qui les a placées en détention à la Prison Militaire de Ndolo, à Kinshasa. Il sied de signaler que M. Hamuli Birindwa tombé malade (souffrant du diabète) a été envoyé dans un Hôpital pour des soins appropriés.

Le 24 avril 2018, après avoir été à deux reprises en Chambre du conseil, l’Auditorat a transféré pour raison d’incompétence les victimes au Parquet de la Gombe qui les a placés en détention à la Prison Centrale de Makala (PCM) où ils demeurent jusqu’à ce jour. A la Prison Centrale de Makala (PCM), ils ont été entendus à deux reprises en Chambre du conseil qui tergiversent de les libérer. Il convient de souligner que l’ONG ARI s’occupe de l’encadrement des veuves et orphelins, la scolarisation, l’abri, l’agriculture et le planning familial.

Tout en protestant contre le règne de l’arbitraire, la VSV invite les autorités rdcongolaises, particulièrement le Gouvernement à:

  • Libérer sans délai ni autre forme de procès, toutes les victimes membres de l’ONG ARI;
  • Diligenter une enquête indépendante pour dégager les responsabilités et sanctionner les coupables, conformément à la loi;
  • Mettre un terme à la pratique d’enlèvements et des détentions illégales;
  • Indemniser les victimes pour les préjudices subis.

Fait à Kinshasa, le 2 octobre 2018.

 

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV)

Une réflexion au sujet de « RDCongo: la VSV exige la libération de vingt (20) membres de l’ong A.R.I. enlevés à Kamanyola/Sud-Kivu »

  1. Les tueurs rwandais continuent à piller le Congo, à tuer les congolais et ces derniers continuent à perdre leur temps avec des histoires de machine à voter.

Les commentaires sont fermés