Regional bloc SADC meets over Congo crisis

The Southern African Development Community (SADC) leaders Sunday began an extraordinary summit to analyse the situation in the Democratic Republic of Congo (DRC) and Lesotho.

The meeting featuring leaders from the host nation, Namibia, Zambia, South Africa, Swaziland, Tanzania, DRC and Lesotho, ends on Tuesday.

A statement from the Angolan Foreign ministry said the meeting of the heads of state and government would be preceded by that of minsters.

« Heads of state of Namibia, South Africa, Zambia, Swaziland, DRC and Lesotho have already confirmed attendance, » the statement said, adding that Tanzania would be represented by its Foreign Affairs minister.

PEACE MAINTENANCE

South Africa currently holds the chairmanship of the 16-member SADC bloc.

Angola heads the SADC Politics, Defence and Security Cooperation organ.

Botswana hosts the SADC Secretariat while Namibia will take over the bloc’s chairmanship from South Africa later this year.

The Chief of Staff of the armed forces integrating the peace maintenance mission in Lesotho was also expected in Luanda for the meeting.

DRC President Joseph Kabila, 46, has been in power since 2001, despite his constitutional term in office expiring in December 2016.

Following a deal brokered by the Catholic Church, President Kabila agreed that new elections would be held by the end of 2017.

But the Congolese government last year postponed the vote until December 28, 2018, citing logistical challenges.

The law allows President Kabila to remain in office until a successor is elected.

The failure to hold the elections has since sparked a series of violent protests in major towns across the country.

Political instability in Lesotho started after the killing of two of its army top officials in 2015 and 2017 respectively, that led regional authorities to send a 299- military mission in December last year.

 

By Arnaldo Vieira, in The East African, 23.04.18

7 réflexions au sujet de « Regional bloc SADC meets over Congo crisis »

  1. Kabila must GO. He is a murder who is killing Congolese people day and night. Do not listen to him at all.He is a darkness man and the truth is not in his mouth. He MUST GO.

  2. As long as the SADC does not condemn the occupation of the congo by Rwanda, we remain in the charade…

  3. Kagame ´ s elections in the DRC are supposed to take place in December 2018. But for the time being there is no candidates, no political debates, no electoral campaign…

    They have already ordered voting machines for a total cost of 100 million US
    $. We wonder how these machines are supposed to work in a country where only 9 % of people have access to electricity.

    We have in Kasaï a mega-crisis outpacing Syria, We have many mass graves within the country, scary statistics in Ituri, … security situation in North Kivu
    remains worrying.

    Africa’s richest country in ruins but Talks are underway between the regime and the corrupt opposition to postpone the elections to 2020 and help Kanambe to maintain in power.

    The lack of a real leadership, the poor political class… is the biggest problems we have in the DRC.

  4. Etude Politique, Stratégique, Géopolitique, et Géostratégique pour la RDC.

    Thème : Comment distinguer la Gesticulation Politique de la Real Politique ?

    Etude oyo ezali na tina mingi po ekolakisa biso eloko nini ezali kosalema na lisanga ya ba Chefs d’Etat ya SADC po na RDC.

    SADC ekelamaki na mbula ya 1992. Tango wana, bitumba ya Rwanda na Ouganda ekotaki naino té na RDC. Na 1996, tango bitumba ebandaki, SADC ezalaki déjà. Na 1997, tango Rwanda na Ouganda bakoti na bitumba na Kinshasa, SADC ezalaki pe eyebaki tina ya bitumba. Kobanda 1997 kino lelo, bitumba ya Rwanda na Ouganda esili té, pe SADC ayebi yango, kasi asali eloko ata moko té.

    Tango miso ya ba Congolais efunguami na Jurisprudence ya Vatican etali kokota ya ba Prêtres to ba Evêques na politique na cadre ya lisese ya « Le bon Samaritain » oyo ekomami na bible – Luc 10 :25-37, tomoni Président Trump ya USA asali réunion secrète na Angola na likambo ya bitumba na RDC ; kasi, RDC ezalaki invitée té na réunion wana ! – Po na nini RDC ezalaki invitée té ? – Ezali po makambo basololaki etalaki Stratégie ya balkanisation ya RDC na ba Corridors misato : 1) Corridor EST, 2) Corridor SUD, 3) na Corridor SUD-OUEST. – Nalobaki likambo wana na ba Etudes misusu, pe nakebisaki po Angola akota té na ba soldats na RDC ; soki bakotaki, Rwanda na Ouganda basengelaki kozua Corridor EST, kasi Angola asengelaki kozua Corridor SUD-OUEST na Corridor SUD. Kiteni moko ya Corridor SUD-OUEST esengelaki kokende na Congo Brazzaville.

    Or, Angola azali membre ya SADC. Denge nini akotaki na réunion secrète na USA contre RDC ? Bien sûr, tokoki koloba tè likambo wana esalemaki na tango ya Président ya kala ya Angola ; kasi, tosengeli komituna soki Président ya sika ya Angola azali na bolingo ya RDC koleka Président ya kala ya Angola ? Si non, akoki kosalela politique ya kala ya José Eduardo dos Santos.

    « CONGOVOX
    Vérité, Objectivité et Impartialité
    Réunion États-Unis-Afrique à Washington… sans la RD Congo
    Submitted by editeur on Sat, 2017-11-18 23:30

    La RDC n’a pas été conviée vendredi à la réunion de haut niveau organisée à Washington entre le secrétaire d’État américain et 37 ministres des Affaires étrangères du continent africain. Dernier symptôme en date des rapports complexes entre l’administration Trump et le régime de Joseph Kabila.

    Pas de trace de la délégation congolaise, vendredi 17 novembre, à Washington. Son chef de la diplomatie, Léonard She Okitundu, n’a pas été aperçu dans les parages, ni son ambassadeur dans la capitale américaine, Francois Nkuna Balumuene, qui séjourne actuellement à Kinshasa. La RDC a donc été l’une des grandes absentes des « discussions de haut-niveau » entre le secrétaire d’État américain, Rex Tillerson, et 37 ministres africains des Affaires étrangères ou leurs représentants.
    Cette rencontre était initiée par l’administration Trump en marge du cinquième dialogue stratégique annuel entre les États-Unis et l’Union africaine, qui a eu lieu la veille à Washington. Elle était axée sur les échanges économiques, la sécurité et la bonne gouvernance en Afrique.

    La RDC au menu sans les Congolais

    Contacté par Jeune Afrique, Brian Neubert, un porte-parole du Département d’État, précise que « les questions sécuritaires régionales, celles liées aux opérations de maintien de la paix mais aussi à la situation en RDC, [ont été] au menu » de cette réunion entre les États-Unis et leurs partenaires africains. Mais aucun mot sur le choix des 37 pays conviés au rendez-vous.

    Côté congolais, on semble encore chercher des explications à cette non-invitation. Celle-ci serait due à « un problème d’agenda », avance un proche collaborateur de Léonard She Okitundu. « A moins qu’il ne s’agisse d’une saute d’humeur passagère de Washington, suite à l’élection de la RDC au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, les Américains ayant vivement combattu notre candidature », ajoute-t-il, ironique.

    Quand les États-Unis soufflent le chaud et le froid

    Quelques jours plus tôt, dans le microcosme politique congolais, beaucoup avaient pourtant l’impression que le courant passait de nouveau entre les États-Unis et la RDC. Et pour cause : le calendrier électoral, publié le 5 novembre, reportant les élections à décembre 2018 a reçu un écho favorable du côté de la communauté internationale et des États-Unis. Au grand dam de l’opposition, qui insiste toujours pour que les scrutins soient organisés au plus tard en juillet de l’année prochaine.

    A l’issue de son passage en RDC, fin octobre, l’ambassadrice Nikki Haley, représentante américaine auprès des Nations unies, avait déclaré que son pays ne soutiendrait financièrement le processus électoral congolais que si des élections libres et justes se tenaient avant la fin de l’année 2018. La position américaine a-t-elle évolué sur la question ? « Nous avons accepté ce calendrier électoral parce que nous pensons que c’est une opportunité pour le peuple congolais de participer à des élections démocratiques », répond Brian Neubert.

    De fait, ce diplomate américain campe sur la ligne tracée par Donald Yamamoto, secrétaire d’État adjoint par intérim au bureau des Affaires africaines. Début novembre, devant le sous-comité des Affaires étrangères d’une commission de la Chambre des représentants, le « Monsieur Afrique » du président Donald Trump expliquait déjà l’ « engagement stratégique » de son pays en RDC en ces termes : « Avec l’annonce d’un calendrier électoral pour décembre 2018, nous assurons une coordination étroite avec nos partenaires internationaux pour faire activement pression sur la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et le gouvernement congolais afin qu’ils mettent en œuvre toutes les étapes requises par le processus électoral du pays. »

    Transition avec Kabila mais élection sans Kabila

    Dans la stratégie des États-Unis, l’idée d’une « transition sans Kabila » n’est pas non plus mise en avant. L’hypothèse est pourtant soutenue par une grande partie de la société civile et de l’opposition congolaise. La pression américaine se concentre, elle, sur l’avenir du président congolais, dont le mandat est arrivé à terme fin 2016 sans que l’élection de son successeur ne soit organisée. « Nous nous attendons à ce qu’il ne se représente pas pour un troisième mandat », assure à Jeune Afrique Brian Neubert.

    Le porte-parole du Département d’État insiste également sur le respect de la Constitution et de l’accord de la Saint-Sylvestre, signé fin 2016. Ce compromis politique, comme la Loi fondamentale congolaise, interdit en effet à Joseph Kabila de se représenter. « Nous tenons à souligner qu’aucune personne responsable du sabotage du processus démocratique en RDC n’échappera aux sanctions américaines », avait de son côté prévenu Yamamoto.
    En attendant, les États-Unis exhortent le régime de Kabila à prendre des « mesures de restauration de la confiance qu’il s’est engagé à adopter au titre de l’accord, notamment en libérant les prisonniers politiques et en mettant fin aux affaires juridiques reposant sur des considérations politiques ».

    SOURCE: Jeune Afrique »

    Soki Président ya sika ya Angola alandi politique ya Président ya kala, tokoki koloba tè ba Réunions ya SADC ezali « Stratégie de Gesticulation » to « Gesticulation Politique ». Kasi, soki Président ya sika ya Angola aboyi kolanda politique ya Président ya kala, tokoki koloba tè SADC azali kosala « Real Politique » à l’égard de la RDC.

    Bokeseni ya « Gesticulation Politique » na « Real Politique » ezali « Feinte Politique ». Gesticulation Politique ezali na « Feinte Politique », kasi « Real Politique » ezali na Feinte Politique té.

    Bilembo misusu ekoki kolakisa biso eloko nini ezali kosalema ya solo na SADC po na RDC :
    1) Répétition ya maloba ya Nikki Haley po na élection na décembre 2018 ;
    2) Exigence, ou non, de la démission de Kanambe avant décembre 2018 ;
    3) Déclaration officielle, ou non, du soutien de la SADC à la CENCO.

    1) Ko répéter maloba ya Nikki Haley po na élection na décembre 2018 ezali elembo ya Gesticulation politique ;
    2) Kozanga ko exiger démission ya Kanambe avant décembre 2018 ezali elembo ya Gesticulation politique ;
    3) Kozanga kosala déclaration de soutien à la CENCO ezali elembo ya Gesticulation politique.

    Kasi, résultats oyo ekoki kozala na valeur mingi soki ba politiciens ya SADC basalaka Politique de Machiavel, c’est à dire politique basée sur la vraie connaissance politique ; or, politique ya ba Chefs d’Etat ya SADC ezali politique de « Franchise » to « Naïveté » ; donc, tokoki ko tirer conclusion na sincérité ya bango té.

    Soki bazali kosala réunions ya bango selon les stratégies d’occupation, tokoki koloba tè bazali kosala Gesticulation Politique.

    Conclusion :

    Lokola sincérité ya ba Chefs d’Etat ya SADC ezali claire té, eloko ekoki ko changer attitude ya bango en notre faveur ezali kaka molende ya biso na koluka manduki epayi ya ba Russes.
    La raison du plus fort est toujours la meilleure.

    Etude ya biso esili, kasi mituna etikali na motema :

    1) Kasi, eloko nini esali tè Kanambe apesi autorisation na Tshilombo Félix po asala meeting mokolo réunion ya SADC ezalaki kosalema na Angola ?
    2) Lisusu, kaka na mikolo SADC asengeli kosangana na Angola, Kanambe andimi nzoto ya Etienne Tshisekedi ezonga na Kinshasa, eloko nini esali boye ?
    3) Denge moko, kaka na mokolo wana, Moïse Katumbi akeyi na Rwanda kokutana na Kagame, denge nini kaka na eleko oyo agenda nyonso oyo ekokani ?

    Eyano na mituna nyonso oyo ezali na „Complicité“ ya Tshilombo, Katumbi, na Kanambe.
    Na Etude mosusu, nalobaki tè Tshilombo azali „Un Traitre“ ya RDC, pe asalaki „Crime de Haute Trahison“ tango asalaki Accord d’Ibiza na Kanambe po na kobakisela Kanambe ba mbula 3 to 4 ya bokonzi, alors que bokonzi ya Kanambe esilaki na décembre 2016.

    Ezali ya solo, agenda nyonso oyo ekokani pamba té, Tshilombo na Katumbi bazali na „Complicité“ na Kanambe, dans leurs intérêts égoïstes. Yango wana Tshilombo akendaka kokutana na Kanambe na butu, lokola tata ya ye azalaki kosala na Mobutu. – Tel père, tel fils.

    Nasengi na ba Evêques bafongola miso na likambo ya Tshilombo na Katumbi. Katumbi azali Israélien, denge nini azali kokota na makambo ya élection présidentielle na RDC ?

    Nasengi na Son Excellence le Cardinal Monsengwo Pasinya atika té bokonzi ya mboka ekueya na maboko ya Katumbi na Tshilombo, po ezali na tina oyo Tshilombo atiki nzela ya ba Evêques akoti na nzela ya PPRD.

    Bernard B.
    25,04,2018
    ——————————————————-

  5. Etude Politique, Stratégique, Géopolitique, et Géostratégique pour la RDC.

    Thème : Comment distinguer la Gesticulation Politique de la Real Politique ? – Suite 1.

    Nazali kosenga na ba Congolais banso baye bazali na mboka na baye banso bazali na Diaspora mobimba batanga Etude oyo po bayeba eloko nini ezalikosalema na RDC na mikolo oyo na makambo ya politique.
    Nazali kosenga na ba Evêques ya biso banso batanga makambo nazali kobimisa na Etude oyo po bayeba nini ezali kosalema na RDC na makambo ya politique, pe nani azali kosala nini ?

    Na ebandeli ya Etude oyo nasalaki le 25.04.2018, nalakisaki tè tokoki té kotia elikia na makambo etali réunion ya SADC, po position ya bango envers la RDC ezali claire té. Natalelaki likambo oyo à travers l’Angola, pays membre de la SADC, qui a accueilli la réunion de la SADC ya le 25 na 26.04.2018.
    Journal Digital Congo.net du 24.04.2018 :
    « – Les chefs d’Etat de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) se réunissent ce mardi 24 avril à Luanda pour débattre de la situation politique en RDC. Selon une source au ministère angolais des Affaires étrangères, la réunion de la SADC vise à harmoniser les positions des différents protagonistes de la crise politique congolaise, principalement sur les questions au processus électoral en cours en RDC.
    – Joseph Kabila est arrivé à Luanda la capitale angolaise pour participer à ces grandioses assises de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC). Cette réunion ouverte mardi va évaluer, entre autres, la situation politique RDC, au Lesotho ainsi que consolider le processus démocratique dans la région australe.
    – Le sommet de la double troïka de la SADC connait la présence des présidents de la Namibie, de l’Afrique du Sud, de la Zambie, de la RDC, du roi d’eSwatini, du premier ministre du Lesotho et d’un représentant de la Tanzanie.
    – Cette réunion était prévue de longue date. En jeu, le suivi de la situation politique en République Démocratique du Congo. C’est une des raisons que la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) a ouvert la semaine passée un « bureau de liaison » à Kinshasa.
    – Le sommet de Luanda se place donc dans ce cadre. Mais la crise humanitaire, tout comme le difficile accord sur l’utilisation de la machine à voter donnent un sens particulier à ce sommet des chefs d’Etat et un caractère d’urgence tout particulier, comme l’explique une source proche du sommet. Les chefs d’Etat de la région des Grands Lacs pourraient donc proposer un appui technique pour organiser les élections présidentielle et législative le 23 décembre 2018.
    – A voir si ce sommet arrivera à aller au-delà des simples recommandations. Des recommandations limitées cependant par le cadre très strict des principes qui interdisent de s’ingérer dans les affaires intérieures des Etats voisins. »

    Makambo nakomaki na Etude ya le 25.04.2018 etali réunion ya SADC na Angola, na « Complicité » ya Tshilombo Félix, Katumbi, na Kanambe (Kabila) ezali ya solo.

    RDC : pourquoi le camp Kabila salue le « comportement » de Félix Tshisekedi
    Jeune Afrique du 26 avril 2018 à 16h46
    Par Trésor Kibangula
    @Tresor_k

    Quarante-huit heures après le meeting de Félix Tshisekedi, la Majorité présidentielle (MP) a salué jeudi le « comportement » de ce nouveau chef du principal parti de l’opposition en RDC. Un rapprochement se dessine-t-il entre les deux camps ?
    Le camp du président Joseph Kabila est-il en train d’amadouer Félix Tshisekedi ? En tout cas, le nouveau leader de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti emblématique de l’opposition congolaise, était au cœur de la conférence de presse organisée ce jeudi 26 avril par la Majorité présidentielle (MP), à Kinshasa.
    « Le comportement de l’UDPS avant, pendant et après son meeting [du 24 avril] est un pas dans la bonne direction », explique dans la foulée André-Alain Atundu Liongo à Jeune Afrique. Le porte-parole de la MP se dit ainsi « satisfait » par la « trêve politique » décrétée pour les obsèques annoncées d’Étienne Tshisekedi, leader historique de l’UDPS décédé le 1er février 2017. Après plusieurs atermoiements, un accord pour le rapatriement de sa dépouille dans la capitale congolaise a enfin été conclu entre le gouvernement, son parti et sa famille biologique.
    Ezali très clair, Tshilombo Félix na Kanambe (Kabila) bazali na « Complicité ».
    Kosepela ya Kanambe (Kabila) na bato ya ye ezali po Tshilombo andimi kobikisa bokonzi ya Kanambe na réunion ya SADC. Na kondima ko signer « Accord Secret » na Kanambe, na kondima kosala « meeting politique » mokolo ya réunion ya SADC na Angola, yango wana ebikisi bokonzi ya Kanambe na réunion ya SADC na Angola. – Yango wana Kanambe na bato ya ye bazali ko féliciter Tshilombo Félix, po abikisi bokonzi ya bango.
    Ezali po na « Complicité » oyo ya Tshilombo Félix na Kanambe SADC amoni tè situation politique ya RDC ezali malamu, alors que mikolo nyonso Kanambe azali kobuma ba Congolais butu pe moyi.
    Likambo ya meeting ya Tshilombo Félix mokolo ya réunion ya SADC ezali kokamuisa ba journalistes, lokola titre ya article ya bango elobi na Jeune Afrique :

    RDC : le meeting de l’UDPS autorisé à Kinshasa, une première depuis septembre 2016
    23 avril 2018 à 20h55 — Mis à jour le 24 avril 2018 à 09h13
    Par Jeune Afrique avec AFP.

    Ezali kaka meeting ya Tshilombo, na « Accord Secret » asali na Kanambe, ebebisi « Dossier » ya RDC na réunion ya SADC.

    La SADC salue « les progrès remarquables » réalisés en RDC
    25 avril 2018 à 12h47
    Par Jeune Afrique

    Plusieurs chefs d’État, dont le président congolais Joseph Kabila, étaient réunis mardi à Luanda, en Angola, à l’occasion d’un sommet de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC). La rencontre s’est notamment attardée sur la situation en République démocratique du Congo.
    Avec les départs récents des présidents Jacob Zuma et Robert Mugabe, deux soutiens de poids du régime de Joseph Kabila, beaucoup imaginaient que la SADC allait hausser le ton vis-à-vis de Kinshasa. En pure perte, si l’on en juge le communiqué final de la rencontre organisée le mardi 24 avril dans la capitale angolaise.
    « Le sommet a pris note des progrès remarquables réalisés en République démocratique du Congo », estime ainsi l’organisation régionale, qui salue également « les progrès réalisés dans la mise en oeuvre de l’Accord politique de décembre 2016 et dans le respect du calendrier établi pour les élections se tenant le 23 décembre 2018 ».
    En conséquence, les chefs d’État présents à Luanda ont finalement renoncé à dépêcher un envoyé spécial à Kinshasa. Une décision prise initialement en août 2017, mais qui avait jusqu’à présent achoppé sur le refus du président Kabila d’y donner suite.
    « Des élections pacifiques et crédibles »
    Aucune mention n’a été faite dans le communiqué des intentions de Joseph Kabila en vue du prochain scrutin présidentiel – auquel il ne peut concourir selon les termes de la Constitution. La SADC a seulement « invité tous les acteurs politiques de rester attachés à la mise en oeuvre du calendrier électoral et de veiller au maintien d’un climat propice à la tenue des élections pacifiques et crédibles ».
    Ce texte aux allures de satisfecit contraste avec les vives critiques exprimées ces derniers temps par le Botswana (également membre de la SADC, mais non-présent lors du sommet de mardi), qui a clairement appelé à l’alternance politique en RDC.

    Ya solo, nalakisaki tè tembe ezali po Angola na SADC babikisa RDC, lokola « Attitude » ya bango vis-à-vis de la RDC ezali « Claire » té. Oui, Yango oyo ebimi na conclusion ya réunion ya SADC.

    Conclusion de cette Etude :

    Tshilombo Félix est un « Traître » à notre pays la RDC.
    Makambo azali kosala ezali « Erreur » té, po ba Erreurs ekoki kolandana té même après les reproches, les conseils, et les critiques na makambo ya denge moko. – Toyebi denge nini asalaki « Accord d’Ibiza » na secret, pe denge nini Accord wana epesi « Glissement » na Kanambe.

    Nazali kosenge na Son Excellenece le Cardinal Monsengwo Pasinya afongola miso na likambo ya Tshilombo Félix, po ezali ye azali kobakisela Kanambe ba mbula ya bokonzi na RDC. Azali kosala makambo oyo pamba té, azali kosala yango po na intérêts ya ye, malgré la souffrance de notre peuple.

    Bernard B.
    27.04.2018
    ——————————————————-

  6. Etude Politique, Stratégique, Géopolitique, et Géostratégique pour la RDC.

    Thème : Comment distinguer la Gesticulation Politique de la Real Politique ? – Suite 2.

    Na Etude nasalelaki bino na likambo ya réunion ya SADC na Angola, na thème oyo ezali likolo, nalakisi bino polele tè Tshilombo Félix azali na « Complicité » na Kanambe, pe azali penza « Traître » ya RDC. Traitrise ya Tshilombo ebandaki na Accord d’Ibiza oyo asalaki secrètement na Kanambe po na kobakisela ye ba mbula 3 to 4 ya bokonzi ; tango wana, ye Tshilombo asengelaki kokoma Premier Ministre ya RDC. Mayele oyo ya ko trahir RDC euti epayi ya ndeko na ngayi Etienne Tshisekedi wa Mulumba na « Accord de Kigali » asalaki na Kagame na Rwanda tango bazalaki na soi-disant « Dialogue Inter-congolais » na Sun-City. Ezali na Accord wana Etienne Tshisekedi andimaki Kanambe akoma Président ya RDC pour un mandat ; soki asilisi mandat ya ye, akotikela Etienne Tshisekedi bokonzi. Yango wana Etienne Tshisekedi akotaki té na élection présidentielle ya 2006, pe aboyaki ko soutenir Jean-Pierre Mbemba ; autrement dit, apesaki soutien ya ye na Kanambe. – Yango wana Kanambe akomi président na RDC. – Kamerhe alobi na vidéo mosusu tè azali na copie ya Accord de Kigali ya Etienne Tshisekedi na Kagame.

    Soki nalobaka adage ya « Tel père, tel fils » na Tshilombo, ezali po nayebi malamu ezaleli ya tata ya ye banda kala ; ezalaka kofinga té, po Tshilombo Félix azali ndeko ya ngayi entant que fils, lokola tata ya ye azali ndeko ya ngayi entant qu’aîné. – J’avais un grand respect envers mon frère Etienne Tshisekedi wa Mulumba ; mais je lui parlais en toute franchise. Et je suis la même personne de franchise devant son fils Tshilombo Félix. Tshilombo sait que je ne suis pas son ennemi, mais que c’est le zèle patriotique et l’esprit nationaliste qui m’anime. Pour moi, notre nation compte plus que toutes considérations tribales, provinciales, ou régionales. Tel je suis envers mes propres frères, tel je suis envers tous ; je suis impartial. Mais, que Tshilombo et Kabund n’aient pas peur de moi, car c’est dans leur intérêt et dans l’intérêt de la nation que je m’exprime ainsi, pourvu qu’ils se corrigent.
    Na Etude ya date ya le 01.04.2018 na Thème : « Que signifie l’Anticipation de la venue du Messie juif ? », nakomaki boye na maloba ya suka :

    « Un piège prendra-t-il Tshilombo après Tshibala ?
    Na Etude eleki, nalakisaki tè PPRD alengeli mutambu po na UDPS ; moto azali visé na mutambu wana azali Tshilombo Félix. Tina ezali ya kosukisa molende ya ba Evêques ya kobikisa mboka. Soki tolandi maloba ya bato ya CENI, na bato ya Tshibala, na maloba ya Olenga Ngoy, emonani polele tè mutambu etiami po na Tshilombo po akota na bato ya ye na CENI pe na gouvernement po batika koluka kolongola Kanambe na bokonzi.
    Tembe ezali té, Tshilombo azali na mutambu na makolo, asengeli té akota na gouvernement ya ba rwandais. – Notre Priorité : Eloko tozali koluka ezali Libération nationale. Botia ba intérêts ya bino té liboso !
    Bernard B. / 01.04.2018 ».

    Maloba oyo nakomaki ekokani le 24.04.2018, tango Tshilombo Félix andimi kosalisa Kanambe po akueya té na réunion ya SADC na Angola. Elingi koloba tè Tshilombo Félix akueyi na mutambu ya PPRD, ye na Jean-Marc Kabund. Denge moko, tango nakomaki tè Tshilombo atiki nzela ya ba Evêques akoti na nzela ya PPRD, emonani sika oyo tè Etude wana elobaki bosolo. Qui plus est, Olenga Ngoy atangami na mutambu PPRD atielaki Tshilombo.

    Lokola nayebisaki bino, ba Etudes nazali kosalela bino ezali Etudes Prospectives, ekeseni na Etudes Retrospectives ba Géopolitologues mingi basalaka. Yango wana ezali komonana lokola ba prophéties.

    Nasengi na Son Excellence le Cardinal Monsengwo Pasinya afongola miso na likambo ya UDPS, Tshilombo, na Kabund.

    Bernard B.
    28.04.2018

Les commentaires sont fermés