Scandale au Kongo Central!

Bamba di Lelo
Bamba di Lelo

Depuis l’avènement de Joseph Kabila, le 17 janvier 2001, comme chef de l’Etat, et président de la République « de circonstance », la nation congolaise patauge, plus rien ne va dans la Province du Kongo Central, comme du reste, à travers tout le territoire national, devenu, malheureusement, invivable et inhospitalier, disons une république bananière, dirigée par une petite ploutocratie autoritaire corrompue, aidée et soutenue par de grandes multinationales qui tirent des dividendes énormes, sur le dos du peuple congolais meurtri, qui, de toute évidence, se voit dépouillé de toutes ses ressources naturelles et de ses meilleurs cadres.

Ceux-ci fuient, hélas, la persécution ainsi que les assassinats ciblés, qui sévissent de manière récurrente, face à la communauté internationale complice ou impuissante, et ce, par la seule volonté d’un quidam, prétendu fils de Laurent Désiré Kabila, qui, de fait, ne dispose d’aucune légitimité, ni encore moins, d’une attache familiale connue, ici ou là, ni même, au Katanga, supposé sa province d’origine.

Il est évident, que le manque de loyauté envers la nation, de certains de nos compatriotes ventriloques est démontré. Et qui, pis est, ils sont nés dans une puissante passion de toutes les facilités possibles, et considèrent, que les besoins du ventre deviennent les seuls objectifs prioritaires à atteindre.

Et, pour ce motif donc, toute notion de moralité abandonnée, tous ces mécréants n’hésitent pas à s’aligner au portail de Kingakati, domaine privé de Joseph Kabila, pour, en effet, lui signer, un pacte de soumission, et d’allégeance par corruption, afin, par la suite, le proclamer « roi », où « devin » contre la volonté d’un peuple, en rébellion étouffée!

De quoi s’agit-il exactement?

Effectivement, un protocole d’accord devait être signé du vivant de Jacques Mbandu Nsitu, alors gouverneur de Province du Kongo-Central, dont le siège est situé dans la ville de Matadi, en face de l’hôtel Métropole, et ce, sur injonction et menaces à peine voilées, de l’ex-première dame, Olive Lembe, épouse non autrement identifiée de Joseph Kabila, pour déposséder l’administration provinciale, de la Société de Gestion de Péage du Congo, en abrégé « SOPECO » au profit d’une société privée, dénommée Fretin Construct Sarl immatriculée au RCCM sous CD/BC/M/RCC M14-B-0041 OL 1-450-N-34943 V dont le siège social est situé sur Route Kinkanda n°3452, Commune de Matadi, ville de même nom, Province du Kongo-Central et ayant une représentation à Kinshasa au croisement des avenues Bandoma n°1/A et OUA n°6, Quartier Basoko dans la Commune de Ngaliema, ici représentée par Landu Panzu Konde Simon, gérant statutaire.

Contre toute attente, le gérant ci-dessus pré qualifié, est le nouveau mari de la mère d’Olive Lembe, intégré de fait, dans le cercle familial de Joseph Kabila, et du cercle du pouvoir par alliance. Les règles de la morale et de l’éthique mises à part, le sieur Landu Simon bénéficie d’une protection rapprochée, au regard des intérêts à préserver pour le compte de la famille Kabila, via son épouse, dont la fortune en millions ne fait que s’accroître scandaleusement, au détriment d’un peuple qui mange à peine une fois après deux jours, un peuple hypnotisé et meurtri, incapable de se mettre debout, pour chasser, et mettre hors d’état de nuire Joseph Kabila ainsi que toute sa bande des malfrats et politiciens véreux, corrompus et inconscients.

Il est à noter, de surcroît, que les différentes décisions intervenues dans l’affaire opposant la société Fretin Construct Sarl et l’administration provinciale du Kongo Central, à savoir le jugement sous RC 6635 du Tribunal de grande Instance de Matadi du 26/02/2016 et l’Arrêt RCA 511 de la Cour d’Appel de Kindu du 11/08/2017 et tant d’autres, ne peuvent pas, logiquement, et en toute équité, justifier la pertinence des Arrêts rendus, par la justice, contre la Province du Kongo Central, du vivant, certes, de Jacques Mbadu Nsitu, qui a eu, à passer le clair de son temps à discuter de façon oiseuse et interminable, avec Olive Lembe, épouse de l’ancien Président de la République en matière d’argent.

Notons toutefois, que nous n’hésiterons pas un seul instant, de rendre public, lors de nos prochaines publications, la manigance et le conflit d’intérêt qui a empoisonné l’atmosphère ambiante, et laissant donc la place à une animosité délirante contre la province et la famille présidentielle de triste mémoire.

Au regard de cette situation absurde, ubuesque et kafkaïenne, nous prions le Président de la République actuellement en fonction, garant de la bonne marche des institutions et de la protection des biens et des personnes, de prendre toutes ses responsabilités pour tirer au clair les tenants et les aboutissants de cette ténébreuse affaire qui n’honore pas la République Démocratique du Congo, et le vivre ensemble!

Mais, une fois de plus, est-ce que Félix Antoine Tshilombo, aura-t-il des ressources nécessaires, pour s’enquérir , s’informer et instruire la justice, pour que l’ex-première dame de son prédécesseur soit entendue et interrogée, pour qu’enfin, l’on puisse remettre la société ainsi bradée, celle de gestion de Péage du Congo SOPECO en sigle, auprès de ses gestionnaires naturels?

Par ailleurs, comment et de quelle manière, Félix Tshilombo pourra-t-il éradiquer le trafic d’influence solidement implanté, et le climat délétère, voir irrespirable que Joseph Kabila a inoculé au Congo-Kinshasa, 19 ans durant, alors que lui-même Félix, a, d’autorité absout les crimes majeurs que son partenaire privilégié a commis, intentionnellement, par abus de pouvoir, contre un peuple abasourdi et abattu?

Ensuite, et enfin, revenant à l’essentiel, il nous semble opportun, de clarifier à l’intention de l’opinion que Jacques Mbadu Nsitu, ancien Gouverneur de Province et Homme d’affaires prospère, mieux connu dans son Mayombe natal, à Kinshasa, à Boma, et ailleurs dans la région, ce dernier serait effectivement mort à Kinshasa, des suites d’une poussée de pression foudroyante, combinée avec une vague de menaces suffocantes de l’ex-Première Dame que dont l’infortuné ne pouvait plus supporter, la charge émotionnelle. Parce qu’il a fallu, que le mari à maman d’Olive Lembe, son beau-père donc, puisse disposer de la libre jouissance de la Société du Péage du Congo SOPECO en sigle, pour besoin de la cause.

Pour la crédibilité de cette analyse, il est impérieux de se poser la question quant à savoir: pourquoi et pour quelle raison majeure, l’autopsie n’a pas pu être réalisée sur le corps inerte de Jacques afin de déceler les causes réelles de sa brusque disparition? Et le fait, d’éviter une telle procédure légale, ne constitue-t-il pas un motif de suspicion légitime qui conduit à de spéculations et à des jugements de valeur sans doute pertinents?

En outre, ce qui me trouble davantage dans cette disparition inopinée de Jacques Mbadu, serait que, le jour du drame, aucun média officiel n’a pu annoncer la nouvelle à temps et à heure. Pourtant, Joseph Kabila, qui tenait un discours sur l’état de la nation, devant les deux chambres réunies, dans la salle du Congrès du Palais du peuple, à quelques mètres de la morgue de l’hôpital cinquantenaire, où était gardé le cadavre de Jacques, Joseph Kabila, a tout simplement évité d’en parler, alors que pourtant, Jacques Mbadu, comme Tsasa di Ntumba, sont tous décédés, en plein exercice de leurs fonctions!

Une fois de plus, il est regrettable de constater que malgré les efforts considérables accomplis, par le personnel et travailleurs de la SOPECO, ces derniers demeurent, à ce jour impayés, pendant plusieurs mois, et qu’au demeurant, aucun d’entre eux, n’ose protester pour réclamer ses droits légitimes, par peur évidente de représailles inquiétantes! Et pour survivre, ses pauvres travailleurs s’adaptent au monde du mensonge.

En effet, tout naturellement, le mensonge est progressivement institué au Congo-Kinshasa, comme une valeur universelle, la corruption comme une morale publique et la fraude comme seule voie d’accès à la jouissance et unique moyen de gagner la vie dans ce royaume de Joseph Kabila!

Enfin, et par ailleurs, je ne saurais clore cet éditorial sans faire part, à nos compatriotes et à une partie de l’opinion internationale compatissante, les souffrances qu’endurent le peuple congolais, depuis l’avènement de Joseph Kabila et de sa fratrie, venue du Rwanda voisin dans notre pays. En effet, l’opinion doit, savoir qu’en décembre 2017, une pluie diluvienne s’est abattue dans la ville de Boma, emportant avec elle des maisons, et de nombreux biens de valeur, 52 habitants du Quartier Kisamuna sont morts dans cette catastrophe naturelle.

Pour cette circonstance, Olive Lembe n’a pas lésiné sur les moyens, et aurait, en sa qualité de Première Dame, remis aux autorités politico-administratives de la Province un montant de 500.000 dollars américains pour la reconstruction des maisons détruites par des inondations dans le quartier Kisamuna à Boma.

A ce jour, il est aberrant de constater que le montant de 500.000 dollars mis à la disposition de la Province pour la réhabilitation du quartier sinistré, à Boma vient d’être récupéré, sans état d’âme, par l’ancienne Première Dame, pour des raisons de convenances personnelles dit-on!

Et le ridicule ne tue pas!

Plusieurs observateurs de la politique congolaise actuelle, ayant vécu l’ascension de Joseph Kabila sont d’avis avec nous, que cet ancien Président de la République doit être mis aux arrêts. Sans délai. Il doit être déféré devant la Cour Pénale Internationale CPI en sigle, du chef d’assassinat de masse. La découverte de la fosse commune de Maluku, pour ne citer que cet exemple, comptant 425 cadavres, constitue un cas flagrant de crimes politiques, jamais enregistrés dans la carrière d’un homme politique, et de surcroît, qui est d’un Chef d’Etat.

Chers compatriotes et combattants de la liberté,

Pour terminer, j’aimerais vous dire que le progrès dans notre pays, au Congo-Kinshasa, est impossible sans changement de celles et ceux, qui ne peuvent changer leur esprit, et donc, ne peuvent absolument rien changer. Le changement des mentalités est plus que nécessaire!

Alors, au mieux, pour le progrès de la nation, il est impératif de donner la chance au droit, à la justice et à la vérité!

Pour ma part, j’aurai aimé que beaucoup de choses se passent d’une manière déférente au Congo Démocratique, mais on ne peut pas tout choisir dans la vie, le seul choix, c’est d’aller de l’avant et de ne jamais abandonner!

A cet égard on doit cependant souligner, que nous devons impérativement cesser de travailler pour le destin d’un homme, Joseph Kabila, soit-il. Mais, l’intellectuel congolais doit plutôt relever l’esprit de l’homme congolais, le tourner vers la conscience, vers le beau, le juste, et le vrai, le désintéressé et le grand.

C’est – là – et seulement-là que le peuple congolais trouvera la paix de l’homme avec lui-même, et par conséquent avec la société.

 

Bamba di Lelo
Docteur en Sciences Politiques de l’UCL
Analyste des Questions politiques du Congo
E-mail : jbadil@hotmail.be

19 thoughts on “Scandale au Kongo Central!

  1. Encore une fois, une leçon magistrale du prof. C’est clair, simple et limpide. Si tous les Congolais pouvaient se mettre à son écoute, notre pays seraient la locomotive de l’Afrique

    1. Le sieur Simon Landu Phanzu n’a qu’à bien se préparer pour fuir le Congo à pas de géant. Avec vous tous les collabos, et vendeurs d’illusions. Qui cherche trouve dit-on. Tu as voulu une solution de facilité en épousant votre grand’mere, la maman d’Olive Lembe, par simple intérêt, alors soit prêt de subir le vindicte populaire. Sinon, je.vous conseille de vous rendre dès maintenant j’espère au Rwanda pays de votre beau fils Joseph Kabila un faussaire sans identité nationale connue.

  2. Chers Compatriotes,
    Une belle analyse. Dr Bamba est du coin, il sait bien de quoi il parle. Et encore une fois, qui est le Rwandais qui est impliqué dans cette situation pour soumettre le pays ? J’aimerais en avoir le nom et l’adresse. Mais si nous poussons bien plus loin l’analyse de notre compatriote, nous allons in fine aboutir aux querelles des clans et des tribus. Non, il n’y a pas de tribalisme au Congo, mais dira un autre analyste de Congoindependant.com. Dr Bamba est écouté, mais pas suivi. Il a appelé plusieurs fois à des manifestations, même à des motions de défiance, mais personne ne l’a suivi. Le pays attend que certains de ses enfants qui en auront marre fassent exploser la baraque, cela peut même se passer au sein de leur association des malfaiteurs (FCC). On ne sait jamais prévoir une telle action. C’est ici le problème et que si cela se fait spontanément, ça risque d’enclencher un processus difficile à contrôler et qui peut mettre le pays dans une situation lourde des conséquences pour son avenir. Que Dieu nous vienne en aide.

  3. Rien à dire en plus., cher compatriote Docteur Bamba di Lelo. Votre leçon publique est plus que magistrale. Vous avez pu démontrer le cynisme, le manque de foi, et d’humanité de la famille de Joseph Kabila à l’égard du peuple « mukongo » . Puis – je me permettre de conclure que l’ex.Première Dame Olive Lembe mérite un châtiment exemplaire selon le rituel « kongo », et cette dernière ne mérite aucune sépulture digne dans la foret immense du Mayombe, présumée patelin de son défunt père.
    J’ai dit !
    Kolomboka

  4. A Elili,
    Votre commentaire me paraît assez lucide, intelligible et motivant. Il est certes évident que le Professeur Bamba di Lelo a produit un travail remarquable d’éveil de conscience de nos concitoyens mais malheureusement le suivi ne semble pas répondre présent au rendez-vous de la révolte. Ici, je donne quelque peu raison à notre compagnon Boketsu ya yambo, lorsqu’il s’interroge : « peuple ya ndenge nini boye », face à notre indolence endémique , en dépit de la maltraitance à laquelle la famille de Joseph Kabila nous fait subir à dessein, et en permanence. Merci cher ami Elili, pour votre brillante intervention, et il est donc temps de réfléchir tous ensemble, pour éradiquer le mal qui ronge notre pays et par voie de conséquence extirper le vermifuge qui détruit, lentement mais surement l’édifice de la République Démocratique du Congo, notre seul et unique patrimoine ancestral commun !

  5. Congoindependant.com est à la pointe de l’actualité. Tous les chroniqueurs de cette rubrique sont excessivement intelligents et aptes à donner des leçons de la bonne gouvernance, aux apprentis sorciers, des conseillers de « FATSHI » qui festoient nuit et jour, au sein de la Présidence de la République. C’est bien dommage qu’au pays des aveugles les borgnes sont rois …!

  6. Non seulement je suis déçu par cette triste réalité, mais je reste marqué par l’attitude ô combien désolant, réfractaire et de repli de soi qu’affiche au quotidien le peuple congolais qui a totalement démissionné de ses responsabilités, en octroyant le plein pouvoir même celui de tuer, à Joseph Kabila pourtant un bon à rien. Un enfant soldat méconnu mais qui vient de faire fortune colossale dans un pays où ce dernier a foulé la première fois les pieds sans aucun passeport valide en mains.Les pays Arabes et le monde entier se moque de nous congolais pour faire croire au monde que Hippolyte Kanambe au nom d’emprunt de Joseph Kabila est un mythe Et pourtant, l’homme n’est qu’un vulgaire criminel et un prédateur sans scrupule.

  7. Madame Olive Lembe doit savoir que être épouse d’un chef de l’Etat au Congo Kinshasa ne lui accorde pas le privilège d’être au dessus de la loi. Elle reste néanmoins soumise aux prescrits de la loi comme tout autre citoyen ordinaire. Elle paiera un lourd tribut de sa folie contre Jacques Mbadu expressément assassiné pour de l’argent sans et l’ acquisition des biens matériels éphémère.

  8. Cette Dame soit disant épouse de « Raïs » pour qui prend -t-elle des congolais ? Des ignares, des moutons, des bouffons et où encore des idiots ? Je sais que Félix n’a pas la capacité de s’enquérir de cette affaire pour rendre justice avec équité.Il aura peur de son maître, la personne qui vient de le fabriquer en le nommant « roi » mais sans couronne. Madame Olive doit être entendu comme le criminel de son mari, par un juge d’instruction assermenté, à esprit éveillé et indépendant.On doit poursuivre ce dossier brûlant de l’heure avec sagacité, hargne et détermination.

  9. A défaut d’être mis aux arrêts, cet usurpateur, qui a indûment occupé pendant 18 ans la plus haute fonction de notre pays, doit être expulsé sans délai du pays et banni à vie comme nous le faisions traditionnellement dans nos villages.

  10. Il est révoltant de constater qu’à ce jour, les agents de l’Etat ne sont pas payés régulièrement dans la région du kongo central central. Joseph Kabila récupérera régulièrement des fonds dans la caisse du trésor public. Mbadu Jacques était impuissant de se révolter face à un « Chef » intraitable. Avec l’actuel Gouverneur Àtou 3000.000 de dollars viennent d’être libéré sans décharge ni contrepartie.
    J’ai dit!
    Kolomboka

  11. A Bamba di Lelo,
    Permettez-moi de vous dire que votre texte sur la situation qui prévaut actuellement au Kongo- central est magnifique, émouvant, captivant, accrochant, décidément admirable. Je vous salue et vous adresse Monsieur la Professeur Bamba di Lelo, tous mes sentiments de profond respect, pour la qualité et la profondeur de votre plume alerte, doublée d’un sentiment de satisfaction infinie. Toutefois la leçon est comprise et bientôt le peuple congolais va se prendre en charge au grand dam des prédateurs de tout bord !

  12. Joseph Hippolyte Kanambe n’est plus président du Congo, sa place est à la CPI où en exil pour les cries du sang et économiques qu’il a commis au Congo. Mme Olive Lembe n’est plus première dame du Congo, elle doit répondre de tous les actes qu’elle a commis au Congo, notamment de cette affaire que le Dr Bamba di Lelo vient de faire connaître à l’opinion congolaise et internationale.
    Les Congolais ne veulent plus entendre les noms de Joseph Hippolyte Kanambe, Jaynet Kabila Zoé Kabila, Mende Omalanga, Nehemie Muylanya, et consort. Tous ces médiocres qui ont détruit le Co au Stade Congo doivent être pendus au Stade Kamanyola à Kinshasa.

  13. Cher frère et ami Bamba di Lelo,
    On te félicite pour l’abondance de tes écrits qui concourent à l’éveil de conscience de l’homme congolais. Néanmoins, nous te faisons savoir avec un grand respect que la communauté internationale de ne Kongo a besoin de toi ici au pays.

  14. Comment faire face à cette gabegie financière organisée par une élite compradore solidement implantée et structurée ? Une élite soutenue par les oligarques au pouvoir ? Notamment par Joseph Kabila lui même ainsi que par sa kyrielle de voyous indiscipliné ? Je reste convaincu que le peuple congolais
    est victime de sa naïveté pathogène.

  15. C’est du jamais vu depuis que le monde existe. Un gouvernement de 65 ministres dans un pays en ruine et sans revenu propre, cela étonne. Tous les ministres nommé sont d’obédience FCC sauf quelques rescapés, une infime minorité d’ailleurs appartiennent à CACH deux tendances distinctes réunies au sein d’une même alliance monolithique dépourvue de toute influence sur la politique du gouvernement. Après tout Félix Antoine Tshilombo n’est qu’un parfait figuratif. Hippolyte Kanambe demeure pas moins le seul maître à bord d’un navire en plein naufrage

  16. Le vice gouverneur du kongo central mutakalisé et réduit à sa plus simple expression pour un problème de moeurs. Quelle honte pour une province qui ne vit que de scandale au quotidien. En espérant que l’autorité de tutelle à Kinshasa va rapidement calmer le jeu entre deux districts : cataracte et bas-fleuve qui risquent de s’affronter pour sauver l’honneur et la dignité de la personne qui représente leur communauté dans la hiérarchie publique !
    J’ai dit !
    Kolomboka

  17. Cher docta Bamba,
    « Depuis l’avènement de Joseph Kabila… ses meilleurs cadres » : 7 lignes avant de voir un point (qui marque la fin d´une phrase) !!! La phrase est longue et fastidieuse. De courtes phrases please ! Par contre, j´ai apprécié l´idée (la stratégie) de créer du suspens au début pour enfin soulever la question « de quoi s´agit-il exactement ? »
    Malheureusement, l´auteur crée de la ‘distraction’ sur un sujet pourtant très important :
    1. « Au regard de cette situation absurde, ubuesque et kafkaïenne, nous PRIONS le Président de la République actuellement en fonction, garant… Mais, une fois de plus, EST-CE QUE Félix Antoine Tshilombo, aura-t-il des ressources nécessaires, pour s’enquérir , s’informer et instruire la justice…  » Soit on sollicite quelqu´un de faire quelque chose et on attend, soit on ne le fait pas et on le critique, doute de lui… Mais faire les DEUX est irrespectueux et peut être contreductif. Toute autorité (même parentale) ne sentirait pas respectée par un tel acte. C´est comme si le scientifique Bamba a tenu à ne pas décevoir une certaine catégorie de lecteurs. Il n´empêche pas que cette longue digression est inutile. L´auteur enchaîne d´ailleurs : « Ensuite, et enfin, revenant à l’ESSENTIEL, il nous semble opportun, de clarifier à l’intention de l’opinion que Jacques Mbadu Nsitu… »
    2. « Et le ridicule ne tue pas… »: Après avoir traité de l´objet du texte, il aurait été mieux de tirer une conclusion courte, mais frappante, plutôt que de verser dans des ‘généralités’ du régime Kabila. Ces ‘généralités’ (Maluku, etc.), on les connaît, les lit dans des commentaires chaque jour; en plus, elles ont été évoquées dans l´introduction du texte. Par contre, le scandale auquel le texte est à juste titre consacré est ‘nouveau’. Le scientifique Bamba sait qu´il faut résister à la tentation de toucher à tout (même si c´est intéressant, passionnant).
    Merci docta pour l´info. Les victimes méritent attention. Que justice soit faite !

Comments are closed.