Sud-Kivu: Une « guerre de conquête territoriale » à Minembwe?

Une « guerre larvée » se déroule actuellement dans la localité de Minembwe située entre Mwenga, Fizi et Uvira dans la province du Sud-Kivu. Les populations autochtones (Bafuliiro, Bembe, Vira) reprochent à des émigrés Banyarwanda dits « banyamulenge » de vouloir s’accaparer de leur terre. « Likambo ya mabele », disent les Kinois. Selon des sources, les Banyarwanda dont question seraient épaulés par des soldats de l’armée régulière rwandaise (RDF) et ceux des FARDC.

Mercredi 5 février, l’auteur de ces lignes reçoit un appel téléphonique. Qui est au bout du fil? Le correspondant préfère garder l’anonymat. L’homme dit se trouver aux environs d’Uvira à la frontière entre le Congo-Kinshasa et le Burundi. « Il y a en ce moment une guerre de conquête territoriale à Minembwe. Cette guerre est menée par ceux qui se font appeler Banyamulenge, dit-il. Le Rwanda de Paul Kagamé profite de la naïveté des dirigeants congolais pour tenter d’occuper cette partie du territoire national. Si Minembwe tombait, nous allons perdre l’Est du pays. Zoé Kabila a déjà commencé à faciliter l’infiltration des Banyarwanda à Kalemie ».

Le journaliste Cyprien Wetchi

Selon notre interlocuteur, il y a d’un côté des « envahisseurs » représentés par quatre groupes armés rwandais et burundais. Il cite: Gomino, Tumanireo, Red Tabara et Forebu. « Les membres de ces quatre groupes appartiennent à l’ethnie tutsie. Des individus portant des tenues des Forces armées congolaises ont été aperçues avec ces combattants ».

A en croire ce « correspondant », des officiers des FARDC appuieraient ces bandes armées. Il semble que les autorités burundaises seraient en alerte. « Le gouvernement burundais a compris que des troupes tutsies rwando-burundais chercheraient à s’emparer de Minembwe pour s’en servir comme base arrière d’une prochaine offensive contre le Burundi ».

CINQUIÈME COLONNE

Face à ces « agresseurs », il y a des populations autochtones bafuliiro, bembe, vira qui se seraient constitués en « combattants-résistants » maï maï à la tête desquelles trônerait l’insaisissable « général » Yakutumba. « L’armée congolaise est noyauté par des Rwandais. L’intégration des ex-combattants du Cndp et du M23 en son sein a permis au Rwanda de Kagame d’y infiltrer une sorte de cinquième colonne ». L’homme ne s’arrête pas là. « Les FARDC se sont ligués avec les soldats rwandais pour combattre nos combattants-résistants ».

Au mois de septembre 2019, notre journal avait recueilli les propos de notre confrère Cyprien Wetchi. Celui-ci venait de réaliser une enquête sur le terrain. « Un problème de cohabitation oppose les Tutsi banyamulenge et les populations autochtones », résumait-il.

Selon lui, les autochtones disent avoir accueilli des émigrés Banyarwanda en 1959 au lendemain de la « révolution hutue ». Ceux-ci entendent ériger Minembwe en un « espace territorial bien à eux ». Ils auraient désigné des « chefs coutumiers » qui sollicitent leur reconnaissance auprès du ministère de l’Intérieur. Le problème? « Ces chefs coutumiers n’ont aucune assise sociale avec le territoire convoité », souligne Cyprien.

On le sait, au Congo-Kinshasa, chaque groupe ethnique est localisé dans un espace territorial bien déterminé. La « communauté banyamulenge », elle, n’a jamais existé que dans l’imagination de ses promoteurs.

Feu Issac Gisaro Muhoza, ancien commissaire du peuple

Lorsqu’on tape le patronyme « Issac Gisaro Muhoza » sur le moteur de recherche de Google, la réponse tombe aussitôt: « Il a été le tout premier Munyamulenge ayant émergé dans l’Administration de la politique au Zaïre ». Gisaro fut élu « commissaire du peuple » (député national) lors des élections législatives de 1977 pour la Zone (commune) d’Uvira. Il serait le « concepteur » du « label » « Banyamulenge ». L’objectif était de faire une nette distinction entre les Tutsis Banyarwanda et les « Tutsis zaïrois ».

RECONQUÉRIR LA NATIONALITÉ, ARMES À LA MAIN

Le vocable « Banyamulenge » a été popularisé à partir d’octobre 1996 au lendemain du déclenchement de la guerre dite de l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo) ou « guerre des Banyamulenge ». Ceux-ci prétendaient avoir pris les armes pour « reconquérir leur nationalité zaïroise ». Un acte de félonie.

Depuis Kigali, un certain Muller Ruhimbika publiait, à l’époque, des communiqués au nom de la « communauté banyamulenge » pourtant introuvable parmi les ethnies et tribus répertoriées depuis l’époque coloniale. « Il existe une seule nationalité congolaise. Elle est attribuée, à la date du 30 juin 1960, à toute personne dont un des ascendants est ou a été membre d’une ethnie ou d’une de tribu, établie sur le territoire du Congo avant le 18 octobre 1908 », stipule l’article 9 de la toute première Constitution de la République démocratique du Congo promulguée le 1er août 1964.

En 1971, le président Mobutu Sese Seko avait, par ordonnance-loi datée du 26 mars, accordé la nationalité congolaise de manière collective aux « personnes originaires du Rwanda-Urundi établies au Congo à la date du 30 juin 1960 ». Ce texte controversé et impopulaire fut abrogé en 1981 par la restauration de l’acquisition de la nationalité congolaise par demande individuelle.

MANQUE DE LOYAUTÉ

L’arrivée au pouvoir du Front patriotique rwandais, à Kigali, en juillet 1994 n’a pas peu contribué à une détérioration durable des relations entre les peuples congolais et rwandais. Des ex-Zaïrois ont été atterrés de reconnaître des anciens camarades avec lesquels ils avaient grandi parmi les cadres et combattants de l’AFDL. « Les autochtones [de Minembwe] reprochent aux Banyamulenge d’avoir pris les armes en 1996 contre leur pays d’accueil », conclut Wetchi. Ce précédent incline à s’interroger si les Banyarwanda dits « Banyamulenge » ne se tromperaient pas d’époque.

Azarias Ruberwa, ministre de la Décentralisation et des affaires coutumières

Au moment où des personnalités congolaises de premier plan (le cardinal Fridolin Ambongo, l’ancien premier ministre Adolphe Muzito) ne cessent de dénoncer, à tort ou à raison, la « balkanisation » du territoire national qui serait en préparation dans  certains pays voisins, une bonne frange de l’opinion congolaise a les yeux braqués sur l’actuel ministre en charge de la Décentralisation et affaires coutumières, Azarias Ruberwa.  Celui-ci n’a jamais fait mystère de son manque de loyauté à l’égard de l’Etat congolais. L’homme aime se présenter en « défenseur » non pas de l’intérêt général mais de ceux des « Banyamulenge » qui sont en réalité des anciens émigrés Banyarwanda. Il en est de même de son compère, le député national Moïse Nyarugabo. « Les Congolais ont toujours été hospitaliers. Et tout ce qu’ils demandent aux Banyamulenge se résume au respect des lois congolaises et la non-intervention dans les affaires politiques », souligne notre correspondant.

Chacun a le droit d’aimer ou de ne pas aimer Honoré Ngbanda Nzambo ko Atumba, ancien conseiller spécial du président Mobutu Sese Seko en matière de Sécurité et leader de l’Apareco (Alliance des patriotes pour la refondation du Congo). L’ancien officier de renseignement ne laisse personne indifférent. Dans une récente vidéo, il invite les Congolais en ces termes: « Levons-nous contre la balkanisation ». Notre « correspondant particulier » va plus loin: « Lors de son passage le 19 janvier à Londres, Felix Tshisekedi a dit n’importe quoi devant la diaspora en prétendant que les Banyamulenge étaient des Congolais. C’est un dossier qu’il ne maîtrise pas. Nous devons cesser d’être naïfs ».

Baudouin Amba Wetshi

31 thoughts on “Sud-Kivu: Une « guerre de conquête territoriale » à Minembwe?

  1. La faute fondamentale du président Tshilombo est d’avoir utilisé le mot « Banyamulenge  » au lieu de « Banyarwanda  » dans son adresse. Ceux qui se revendiquent d’être des Banyamulenge doivent savoir qu’ils ont perdu la nationalité zaïroise ou congolaise, en 1996, pour avoir pris les armes contre leur pays, afin de « recouvrer la nationalité zaïroise ou congolaise » (sic). Se prévaloir d’être « munyamulenge », en Rdc est une « autre guerre » perdue d’avance.

  2. Quelle joie immense innonde nos 3 êtres (âme=esprit et corps) en lisant ce merveilleux article très bien fouillé, très bien documenté, un pur récital digne d’un vrai Kongolais Patriote Nationaliste… Comme [Ecclésiaste Roi Salomon Qohelet « MonMon » en Sawa ancien l’ancêtre du Lingala] le dit sans demi mesure les paroles sages de cet article sont comme des aiguillons; et, rassemblées en un recueil, elles sont comme des clous plantés, données par un seul maître, elles [paroles de cet article] sont sans aucun doute l’antithèse de la « pseudo Démocratie » ou « Démocratie des fosses communes » dont les médiamensonges Impérialistes font l’apologie en RDC (République Démocrature du Congo-Kinshasa) depuis 2001… Rien à ajouter Ndeko BAW, soyez bénis, que toutes les bénédictions Divines vous inondent ainsi que toute votre maisonnée puisque vous honorez nos 18 millions des morts pour qu’ils ne tombent plus jamais dans l’oubli… Tout y est dans cet article, c’est l’ère du Verseau, tout est à découvert rien n’est caché… Toute la Résistance Combattante Kongolaise vivante et de l’au-delà apprecie cette prise de position claire, nette, incisive qui se trouve dans ce merveilleux article… N’en déplaise aux fanatiques aveugles des politiciens (1996-2020) corrompus traîtres collabos médiocres inconscients congénitaux… Ainsi soit-il… Vive les Combattants Résistants vaillants guerriers invincibles mystérieux invisibles imbattables Maï Maï ANPK (Armée Nationale du Peuple Kongo) Gardiens de la Terre Kongo Dia Ntotila… Ainsi soit-il… INGETA

  3. Voici un mensonge cousi de fil blanc , ces gens sont arrives au congo au 18eme siecle et non en 1959 , cette guerre c’est la legitime defence tout simplement .

    1. @mopape du rwanda,
      U-B-W-E-N-G-E sans honte, sans gêne, sans frontières !
      Pourquoi avez-vous honte de votre propre pays ?

    2. On vous connaît tous…si vous étiez là depuis le 18e siècle, pourquoi le colonisateur n’a pas répertorié votre soit-disant ethnie »banyamuRenge » parmi les ethnies du Congo. Si vous étiez déjà congolais pourquoi alors venir encore demander cette même nationalité en 1971?Si vous êtes congolais, pourquoi avoir fui tous au Rwanda quand LD Kabila a dit « tous les Rwandais dehors »?Si vous êtes Congolais pourquoi parlez-vous une langue qui n’est pas la nôtre? Chaque ethnie congolaise a des terres. Pourquoi n’avez-vous de terre?Bande d’USURPATEURS.

      1. Mon frère je te félicite sincèrement pour ta réponse. Si réellement ils étaient au en 18ème siècle, ils allaient être répertoriés par les colons belges comme étant l’une des ethnies du Congo-Belge à l’époque. Or si vous fouillez l’encyclopédie du Congo-Belge dans ses Tomes I, II et III vous ne verrez pas une ethnie dénommée ‘’Banyamulenge’’
        Que ses gens sachent qu’on ne falsifie pas l’histoire d’un peuple car l’histoire du Congo sera réécrite un jour. Car s’ils étaient des congolais pourquoi demandent-ils la nationalité? Ceux-la qui se sentent vrais congolais sont calmes et se sentent être chez eux mais pourquoi pas eux. Cela veut dire qu’ils ne sont des congolais mais plutôt les ‘’BAUTA’’ dans notre jargon.

      2. Vous qui avez été repertoriés par le Colon Belge et qui êtes fiers d être repertoriés ainsi, Qu avez vous fait de votre nationalité? qu’ avez vous fait de votre territoire ? qu avez vous fait de vos frères repertoriés selon la volonté du colonisateur? qu’ avez vous fait du Congo? et que faites vous maintenant? Vous vous haissez vous n aimez pas vos frères Congolais la preuve vous les tuez emprisonnez empoisonnez vous les empêchez mm d’ avancer . ceux
        qui veulent travailler pour que le pays avance , vous les bloquez ,vous êtes là que pour hair critiquer. C’ est tout ce que vous savez faire. Alors taisez vous car vous n êtes que la honte de l Afrique. Apprenez l’ amour du prochain et l’ amour de la patrie . Congolais alingaka nini? alingaka nani? Mawa.

  4. Il est clairement établi que Felix Tshilombo (et sa bande de fieffés fanatiques adorateurs de leur gourou dits « Talibans ») ont choisi de se ranger du côté des ennemis de notre peuple, quitte à ce dernier d’en tirer les conséquences qui s’imposent en se prennant en charge et en assumant toutes ses responsabilités.
    Je suis du Kasaï-Occidental, mais je ne permettrai pas aux « Talibans » de céder une once de ma terre aux extrémistes Tutsis de Kagame, Ruberwa, Kanambe, etc.
    Gare donc à Tshilombo « Matamasquin » et à ses partisans de « Bena-Mpuka ».
    Notre soutien tous azimuts au général Yakutumba et à l’Armée Nationale du Peuple Kongo.

    1. KUM,
      1. Nous serons heureux d´apprendre que tu as rejoint Yakutumba au lieu de faire des récitations ici.
      2. Ambongo a parlé avant Félix Tshisekedi et a été explicite : Les Banyamulenge sont des Congolais. T´as pas suivi?

  5. Le Congo est un grand et beau pays. Mais seulement il est mal habité. Il ne mérite pas un peuple si médiocre comme nous.
    Que pense le peuple congolais de ce qui se passe à Minembwe? Les institutions élues à Kinshasa ne savent pas vraiment la situation de Minembwe? Pourquoi ce silence comme une tombe de leur part? Dans un pays normal, les ministres de la Décentralisation et ses collègues chargés de l’Intérieur et de la Défense Nationale devaient s’expliquer devant la Nation par l’intermédiaire de l’Assemblée Nationale. Le peuple congolais apprend le drame de la partie orientale du pays par les réseaux sociaux et les médias internationaux. La presse locale, officielle ou privée, garde le même silence assourdissant. Les partis politiques congolais ne se mobilisent que quand on a touché au petit cheveu du gourou-autorité morale. Ils ne sentent jamais concernés par l’intérêt général.
    Pendant qu’une menace grave pèse sur le pays, à Kinshasa, le débat stérile et idiot porte sur le fait que Félix a le droit ou non de dissoudre l’Assemblée Nationale, un parlement somme toute godillot. Et puis tout le monde ne parle que saute-ntaba. Comme si c’était une priorité nationale.
    Si un président congolais ne maîtrise pas le drame de l’Est de notre pays, alors là, nous sommes mal barrés. Mais on peut penser aussi que Félix a été coopté pour le besoin de la cause par les faiseurs des rois au Congo.
    Quand Félix avait retiré sa signature à Genève, Cyprien Wetchi disait que FATSHI avait sauvé le Congo. S’il allait faire un reportage au Sud-Kivu,aujourd’hui, il va dire la même chose? C’est possible, le « talibanisme » étant un état d’esprit.

    1. @kolomabele,
      Pourquoi ce silence ? Parce que les hijo de putas qui tuent à Minembwe sont les mêmes qui dirigent l’armée, la police, les services spéciaux et le parlement à Kinshasa. Ne cherchez pas loin l’explication.

    2. kolomabele
      « C’est possible, le « talibanisme » étant un état d’esprit. », le combantantabalisme aussi. Minembwe n´est pas l`Est du Congo. Au lieu d´attendre que les autres fassent toujours ce que vous voulez, prenez-vous en charge et descendez sur le terrain, voire à Minembwe.

  6. Appelez-les comme vous voulez: Banyamulenge, Banyarwanda, Watutsi…Les Banyamulenge sont congolais, et honni soit qui mal y pense! En les reconnaissant comme tels, Fatshi a precisement evite le piege qui aurait precipite la balkanisation de de notre pays. Comment cela? Tenez: il est rapporte que repondant a une question d’un journaliste, le president rwandais Pasteur Bizimungu aurait declare: les zairois n’aiment pas les rwandais? Tres bien! Qu’ils nous les renvoient au Rwanda, MAIS LA TERRE AVEC! Contrairement a ce que les simples d’esprit peuvent penser, les rwandais se mefient tout aussi bien des Tutsis que des Hutus congolais, que le president Kagame appelle des ‘congolais de culture rwandaise’. J’etais encore a Kin lors de la chasse aux Tutsis au debut de la guerre du RCD Goma. Un confrere qui devait etre exfiltre par la Monusco me confia, en larmes: mes ancetres sont arrives dans ce pays au meme moment que les Unyamwezi de hauts plateaux tanzaniens qui deveindront pas la suite les Bayeke. Quatre de mes ancetres sont morts dans les rangs de la Force Publique. Au nom de quel principle les Bayeke peuvent-ils etre des congolais a part entiere, et non les Tutsis?
    Dans la diaspora congolaise, je n’ai pas encore rencontre des Tutsis manifestant pour etre rattaches au rwanda. Ils se battent toujours pour plus de protection par les autorites de leur pays, la RDC.Malheureusement pour eux la RDC ne protege aucun groupe ethnique pour l’instant. Regardez comment elle est incapable de proteger des populations Nande qui sont regulierement massacrees a Beni et a ailleurs.
    Ceux qui crient a la balkanisation et proposent comme solution le renvoi de Tutsis ‘chez eux’ au Rwanda ont simplement oublie les paroles de Bizimungu. Ils veulent que que les Nations-Unies viennent creer un autre ‘sud soudan’ chez-nous! Alors, qui veut que les hauts plateaux d’Itombwe et Minembwe deviennent le sud soudan congolais? Je suis heureux que Fatshi ne soit pas tombe dans ce piege.
    Quand a M Honore Ngbanda, qu’il se contente d’etre Terminator. Ca lui suffit amplement! La politique n’est pas son fort.
    Binsonji E Madilu

    1. Cher Binsonji,
      # J’avoue personnellement trouvé mon compte dans votre position actuelle plus claire de défenseur quasi inconditionnel de notre Président, c’est votre droit et combien défendable. Passons…
      # En revanche j’ai difficile à comprendre certains de vos propos comme lorsque vous dites : « En les reconnaissant (les Banyamulenge Congolais à part entière un point c’est tout) comme tels, Fatshi a précisément évite le piège qui aurait précipité la balkanisation de de notre pays » . Rien que cela : parce que selon l’ancien président rwandais Bizimungu (vague défenseur d’un retour aux frontières d »avant Berlin comme aussi piètre connaisseur de l’histoire africaine), les Zaïrois « qui n’aimeraient pas les Rwandais devraient les renvoyer au Rwanda LA TERRE AVEC ! Raison pour laquelle les rwandais se méfieraient de leurs congénères installés au Congo ».
      # Ah bon il suffisait donc des Tutsis et Hutus du Congo revendicateurs pour qu’il y’ait balkanisation du Congo et au contraire que Tshisekedi les déclare Congolais pour qu’ils taisent leurs éventuelles réclamations expansionnistes ?
      C’est quoi donc cette « balkanisation » combattue par le renvoi des immigrés vers leurs pays d’origine, d’où vient tel constat ? Les Bayeke, les Banyamulenge d’hier pourquoi pas, les migrations sont le propre des sociétés plus que l’on ne pense, alors laissez le temps, la loyauté et la paix arranger les choses plutôt que nous faire croire qu’une déclaration du haut d’une tribune présidentielle populaire réglera le problème.
      Je ne le crois donc pas, cher ami contrairement à vous et répète en conséquence qu’une simple déclaration de notre Président ne suffira guère à clore une question dont les mobiles au Congo comme au Rwanda sont autrement plus enracinés et revendiqués.
      Je vais tenter d’y revenir.

      1. Cher Nono,
        En parlant de la faune politique de chez nous, Je ne suis pas un defenseur inconditionnel de qui que ce soit. Je ne suis membre ni de l’UDPS, ni de l’ECIDE, ni du PPRD. Je n’ai donc aucune raison personnelle de caresser Fatshi dans le sens du poil. J’ai ouvertement pris l’option de le soutenir quand il est dans le bon, et de le tancer quand il derive.
        En ce qui concerne le dossier de Banyamulenge, Fatshi a fait preuve d’une sagesse que tres peu de gens lui reconnaissent. C’est pour cela que j’applaudis. Le danger de balkanisation est reel, mais ce danger ne se materialisera jamais tant que la majorite de congolais tiendront a l’integrite de leur pays. En analysant le dossier des Banyamulenge, il y a a mon avis quatre donnees dont il faut prendre en consideration:
        Il y a bel et bien des Hutus et de Tutsis congolais. Ceux qui crient le contraire sur tous les toits sont les ennemis de la paix et l’integrite territoriale. ll y a aussi beaucoup de congolais qui n’aiment pas les Hutus et surtout pas les Tutsis. Il considerent tous ceux qui parlent des Hutus et des Tutsis congolais comme des vendus. Cela ne m’etonne pas outre mesure! Il y a aussi des congolais qui detestent cordialement les Baluba, comme si ces derniers n’etaient pas leurs compatriotes!
        Il y a aussi des rwandais qui n’aiment pas les congolais, qu’ils soient Hutus ou Tutsis ou Anamongo. La preuve en est que dans des camps de refugies congolais au Rwanda, il y a des congolais de toutes les ethnies frontalieres, y compris des Hutus et des Tutsis.
        Contrairement a une opinion largement repandue, les Banyamulenge ou les Banyarwanda ne veulent pas etre rattaches au Rwanda. Le Rwanda n’en veut pas, non plus! Tout au plus veut-il leur accorder l’asile! Alors si le Rwanda n’en veut pas et la RDC n’en veut pas, ou v oulez-vous au’ils aillent? Quel est ce congolais qui est dispose a ceder Rutshuru et les autres territoires habites par les Hutus et les Tutsis au Rwanda pour etre sur de ne plus voir des gens a phenotype rwandais sur le territoire de la RDC? La RDC sans Rutshuru, et sans le Masisi, sans Kalehe, est-elle toujours la RDC?
        La question de Banyamulenge n’est pas une question de nationalite. Elle est surtout une question de TERRE. Il y a lieu de resoudre cette question sans une nouvelle guerre de Banyamulenge et surtout sans effusion de sang.
        Voulez-vous savoir ce qui serait advenu si Fatshi etait tombe dans le piege des ennemis de la paix et l’integrite du territoire national et avait declare a Londres ou ailleurs que les Hutus et les Tutsis que le president Kagame appellent des ‘congolais de culture rwandaise’ ne sont pas congolais? En moins d’une semaine les troupes rwandaises et burundaises allaient traverser nos frontieres, officiellement pour empecher un enieme ‘genocide’ des Tutsis au Congo. Le Rwanda et le Burundi se seraient immediatement reconcilies. L’Ouganda serait venu a leur rescousse, officiellement pour aider a eteindre le feu, mais en realite pour faire la paix a peu de frais avec Kagame. Et avec quelle armee Fatshi aurait-t-il mene cette guerre-la, lui qui peine a debarasser Beini-Butembo des egorgeurs? S’il etait tombe dans ce piege-la, moi je serais le premier a declarer que Fatshi n’a pas l’etoffe de Chef de l’Etat!
        Binsonji E Madilu

      2. Mon cher Binsonji,
        # Mon constat ne prétendra jamais être une parole d’évangile mais est-il que ces derniers temps je vous ai lu plus souvent en inconditionnel de Tshisekedi plutôt qu’en juge plus impartial de sa gestion. Sauf à ne trouver, et c’est votre droit comme c’est tout à fait défendable, que du bon dans ses faits et gestes récents mais permettez-moi aussi de m’interroger si vous ne vous engegez pas trop vite même de bonne foi à voir trop rapidement dans Tshisekedi ce que vous (et beaucoup d’autres Congolais) souhaitez y voir plutôt que ce qu’il s’y trouve réellement. Voilà pourquoi pour moi soutenir un leader politique quand il est dans le bon et de le tancer quand il derive même à ce niveau n’est pas tant une option qu’une pratique démocratique et d’objective utile ; encore une fois en disant tout cela je ne veux imposer nullement la justesse de mes propos mais mon simple constat. Passons…
        # Un mot rapide sur le fameux decret de nationalité lapidaire accordé aux Banyamulenge par notre PR lors d’un meeting populaire . Je n’ai pour l’heure ni l’énergie ni le temps de m’y étendre, j’en ai en déjà parlé abondamment. Je réaffirmerais juste que sa déclaration est aussi imprudente que légère car d’abord reposant trop sur une base populaire et populiste sans justification historienne ni légale confirmée. La nationalité et l’immigration rwandaises au Congo ont toujours posé des problèmes depuis plus d’un siècle, depuis en fait que ce pays est devenu un sujet international. Pourquoi ? D’abord parce que justement les nombreux Rwandais, Burundais, Ougandais… qui depuis ont quitté et quittent toujours leurs pays pour des raisons socio-économiques (un pays exigu avec une démographie florissante) ou politiques (par ailleurs ethniques) pour s’installer au Congo se sont eux-mêmes considérés longtemps comme des étrangers gardant un attachement affectif et politique envers leurs berceaux d’origines et ont été considérés comme tels par les administrations successives (belges, Congolaises, Zaïroises) comme les autochtones.
        # C’est la même hypothèque de loyauté moindre envers le Congo d’adoption plutôt qu’au Rwanda d’origine qui pose le problème d’une intégration durable et d’une cohabitation harmonieuse. La terre qui leur manque et qu’ils ont quitté, ils veulent la récupérer chez nous dans la déloyauté, par la force et à leurs conditions. On venait de l’expérimenter douloureusement avec les guerres rwando-Congolaises meurtrières qui ont surfé et surfent encore sur le génocide rwandais. Le feuilleton faisant expéditivement des Banyarwanda et encore plus des Banyamulenge des Congolais à part entière s’en trouve mille fois compliqué et ne peut trouver solution qu’en revisitant positivement cette histoire et cette sociologie et non en le liquidant sur leur seule présence supposée depuis des générations comme le chante notre président. Aussi longtemps que le problème n’aura pas bénéficié d’une mise au point légale claire dans ce sens après différentes lois qui à terme ont semé plus de la confusion , ce n’est pas la parole populiste d’un PR qui viendra au bout de l’affaire malgré ses bons sentiments et ses justes mobiles. De cette façon rien n’aura été résolu , débats, polémiques, revendications violentes reprendront et demain la question se reposera comme si rien n’avait été tenté.
        Voilà vite expliqué mon avis contraire sur vos louanges au visionnaire que vous voyez en Tshisekedi, pour moi plus populiste et insuffisamment préparé comme d’habitude que réfléchi !

      3. Merci svp de lire :
        [-… si vous ne vous ENGAGEZ pas…
        -… pratique démocratique et d’OBJECTIVITE utile…
        -… comme PAR les autochtones….
        -… viendra A bout…]

      4. PS
        Cher Binsonji,
        Si vous permettez – j’ai un peu de temps – :
        – 1. Avec les Banyarwanda et surtout les Banyamulenge le danger n’est pas tant celui d’une « balkanisation » (vous l’avez d’ailleurs bien suggéré vous même après l’avoir stigmatisé), c’est d’abord comme on le voit celui d’une « invasion locale ou plus » qui ouvre la voie à des compromissions et dérives des perspectives d’avenir commises alors par des « étrangers » sur qui le Congo perdrait son contrôle au profit des États voisins (on connait déjà les propositions qui ont été faites aux Congolais de l’Est d’initier leur propre balkanisation de l’intérieur, une méthode de diminuer justement la majorité des Congolais rétifs à tout démembrement de leur pays…
        -2° Sinon depuis qu’on vit ensemble (sous colonisation belge et après) il y’a bel et bien des « Congolais Hutu et Tutsi » alors que c’est un amalgame anachronique risqué parce que ‘politicien’ d’en sauter de suite aux « Hutu et Tutsi Congolais ». Qu’ils ne veulent pas rentrer au Rwanda, ce n’est que normal, ils l’ont quitté parce qu’ils se trouvaient à l’étroit dans leur pays d’origine, ils perdraient l’espace qu’ils ont gagné en s’installant au Congo s’ils étaient obligé d’y retourner. En revanche, bien sûr ils veulent rester au Congo en faisant de celui-ci un autre Rwanda, un pays qu’ils veulent à leurs conditions. Voilà donc le hic de la situation : dans « nationalité », il y’a hommes, contrat d’un avenir noué et TERRE, ne l’oubliez point.
        -3. Quand tel Congolais (ou tel Rwandais) n’aime pas tel autre parce que d’une autre tribu que lui, le premier renseignement selon moi ce n’est pas de le taxer tout de suite d’un tribaliste ou d’un raciste à blâmer plutôt que d’y trouver sa difficulté à composer avec les personnes qui lui sont étrangères. On ne se rend alors pas compte combien est par exemple asocial et dangereux à l’avance dcette proclamation, « les autres Congolais n’aimeraient pas des balubas ou toutes les assimilations de la même sauce ». Et quand quelqu’un ne peut plus travailler qu’avec celui de sa tribu, la vie nationale n’est-elle pas alors en grave danger ?
        -4° Pourquoi certains en seraient-ils arrivés à ne pas aimer les baluba, parce qu’ils sont tribalistes ? Ses voisins on vit avec quand bien même on n’aimerait pas trop par exemple leurs sauces. Il en est ainsi de par le monde. Quel est alors le dangereux tribaliste, celui qui trouve que l’autre ne supporte pas ses particularités ou celui qui brandit ses particularités propres innocentes incapables à le rendre difficile à vivre contrairement à la réalité des faits ? Cette explication est assurément complexe et dangereuse au point où à terme on ne sait plus d’où vient le problème, comment y remédier, quoi, qui soigner à terme ? Ne se créerait-on pas des faux problèmes insolvables, d’une vie paisible en dehors de son aire ethnique difficile ou impossible ? On a quitté les Banyamulenge pour les remplacer hasardeusement par les Baluba, par qui d’autres demain ?

  7. Compatriote et Frère Baudouin Amba,
    Dois-je vous formuler quelques reproches qu’en votre qualité de grand intellectuel, convaincu je suis, vous ne manquerez d’en coopter le message pour la défense de notre territoire menacé par des agresseurs avérés, disposés à exiger jusqu’ à Dieu, la reconsidération de sa « création », spécialement en leur unique faveur, j’ai cité, les tueurs tutsis, cette bande éthnique autoconvaincue d’une supériorité supra divine.
    De prime abord, votre phrase « chacun a le droit d’aimer ou de ne pas aimer Honoré Ngbanda… » est une considération surannée et une brèche dont se sont longtemps servi les assaillants tutsis pour tenter de nous démobiliser et nous sésolidariser du message pourtant réel et fondé d’un fils du pays, celui-là même qui a réussi à faire débiter des murmures et incantations au Hitler Africain Kagame, chaque fois qu’il se trouve dans les latrines pour se décharger des résidus des légumes des mille collines dont il raffole tant. A ce propos, mon frère Baudouin, si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite à vous interesser aux proverbes africains en général et congolais en particulier, qui renferment une sagesse indéniable. Partant, un proverbe kongo dit: « mika mia mbua, lekela kua mosi, ye vumbukila kua mosi », traduction: « les poils de chien se lèvent et se recouchent uniformément ». Ceci dit, en ces moments que nos populations subissent une extermination en bonne règle, nous n’avons aucune marge pour une cohesión et une union indissociable. L’emploi du conditionnel se trouve donc proscrit en ces durs moments de guerre.
    Par ailleurs, si vous relisez votre texte, vous vous rendez compte que ceux qui aujourd’hui veulent nous exterminer pour nous arracher notre terre, ont longtemps fait chemin dans leurs intentions maléfiques en profitant de notre hospitalité légendaire. De cette manière, ils se sont hissés et incrustés jusque dans plusieurs de nos institutions, le cas fragrant étant l’acceptations de l’innacceptable des résolutions de Sun City, admettant jusqu’au poste de vice-président, un rwandais qui ne peut s’en cacher par son phénotype reconnaissable depuis plusieurs kilomètres. Comment pouvez-vous encore en ces moments, le présenter comme « ministre »? Si ministre pouvait-il être, n’est-ce pas que scientifiquement, devrait-il se charger du Ministère de massacres et tueries? Dans tous les cas, n’est-ce pas des tueries dont ce Monsieur s’est toujours chargé? Désormais, quand bien même nous sommes encore en processus de les défenestrer de notre territoire, ni formellement et ni matériellement, devons-nous considérer leurs postes et fonctions ronflants. Veuillez l’appeler simplement Ruberwa.
    Ces tutsis veulent forcer à tout prix la vulnération des lois internationales. Les frontières des Etats ont longtemps déjà été établies au niveau des Nations Unies et l’intengibilité des frontières des Etats est le principe recteur régissant l’Organisation. Le cas du Rwanda est bien connu et documenté, et les propres tutsis savent de la situation de leur pays, un des Etats issus de l’ADMINISTRATION FIDUCIAIRE, au même titre que le Burundi, le Togo, … Sont-ils capables de comprendre que leur entreprise n’ira jamais loin?
    D’autre part, l’octroi de la nationalité relève de la souveraineté d’un Etat et donc, des normes du « ius cogens ». Aucun pays extérieur n’a le droit de nous imposer aux congolais l’octroi de la nationalité à qui que ce soit. Ladite nationalité peut s’octroyer et se retirer à tout moment selon toute discrétionalité de l’Etat. Y a t-il quelques personnes qui puissent traduire ceci en kinyarwanda à Ruberwa?

  8. @Bisonji E Madilu
    Mon cher je t’admire beaucoup , tu es un grand analyste politique , laissez ce combattant de l’ombre , ce petit Bongos, ce petit mamale dirent n’importe quoi , ils finiront par garder un silence assourdissant .

    1. @Mopape,
      Merci beaucoup cher Mopape. J’essaie d’apporter ma petite pierre a la reconstruction de notre cher et beau pays.
      Binsonji E Madillu

    2. @ mopape
      Il n’ya pas des hutus et tutsis congolais, ni banyamulenge, banyabwisha etc vous etes des rwandais,
      hutus et tutsis confondus on tues les congolais plus de 6 millions, pour qu’il y ai reconcialiation il faut la justice et un devoir de memoire
      qui sont les tutsis- hima : ils sont originaires de la Somalie de Oromo raison pour la laquelle les Hema appelle leur territoire Irumu en souvenir de la terre de leurs ancetres , les tutsis meme au Rwanda sont etrangers ne vous tromper pas ils savent d’ou ils viennent et les disent a leurs enfants
      nilotiques( peuls, mbororo etc) sont indo europeens donc meme en Afrique ils sont etrangers c’est pourquoi l’inceste est encourager chez eux pour garder la race c’est du vutula menga
      Nous congolais devons faire un devoir de memoire et chercher la justice a tout prix et ausii connaitre qui et qui

  9. @ Bisonji M
    Cessez de deraisoner. Combien des congolais et congolaises ont ete violes et massacres par les bayeke??? et combien par les tutsi? Il faut savoir se taire quand on ne maitrise rien.

    1. @Raz
      Je n’ai pas fait le compte. Je ne sais pas combien des congolais et des congolaises ont ete violes ou massacres par les Bayeke. Je ne sais pas non plus combliern ont ete massacres par les Tutsis.
      Vous avez raison. Il faut savoir se taire quand on me maitrise rien. Et je me tais sur les sujets dont je ne maitrise rien. Si j’interviens dans un debat sur un sujet, ce que j’en connais quelque chose.
      Salut!
      Binsonji E Madilu

  10. DIPLOMATIE OU PAS IL VA FALLOIR LES BOUTES DEHORS DE GRE OU DE FORCE CES INIENZIS TUEURS ASSASSINS TUTSHIS.
    LEURS PLACES N EST PAS AU CONGO ILS PEUVENT ALLES CHEZ LEURS FRERES DU BURUNDI.

  11. @Bisonji E Madilu,
    Trêve de plaisanterie ! Le fanatisme aveugle est une forme d’esclavagisme mental spirituel intellectuel moral… Les Bayeke sont des Bantous Kongolais répertoriés sur le territoire EIC avant 1885, les Banyarwanda n’y étaient pas parmi les 450 tribus recensées, répertoriées par les colons Belges férus connaisseurs de l’Administration, des Statistiques et Archives (Cfr Musée de Tervuren)… Si vous avez des preuves tangibles, brandissez-les en lieu et place de délirer, de divaguer, de déconner sur CIC en croyant en vos propres mensonges… @Bisonji E Madilu vous dîtes apporter une pierre pour la construction ou la déconstruction de la Nation Kongo quand vous affirmez ne pas connaître le nombre des vrais Kongolais massacrés par les Banyarwanda depuis l’entrée de l’AFDL (Conglomérat d’aventuriers) pro Banyarwanda en 1996… 18 millions pour votre petite gouverne… Des bébés, enfants, filles, femmes, jeunes, vieilles et vieux massacrés avec des machettes, mutilés, enterrés vivants, martyrisés, violés avec des objets contondants par les Nomades Occupants Banyarwanda ; ces crimes de Génocide-Holocauste commis par les Banyarwanda depuis 1996 sont imprescriptibles, le nier relève du Negationnisme; les 2 délits pénaux sont passibles d’une condamnation à plusieurs années de prison par la justice des hommes dans un réel État de Droit… La Justice Divine assise sur l’Équité et la Vérité elle est intransigeante car elle ne tient aucunement compte des sentiments et émotions que vous transposez dans vos écrits faussés de A à Z… Vous (Bisonji E Madilu) faîtes partie des nombreux « Talibans » qui n’arrivent toujours pas à admettre que Félix Antoine Tshisekedi wa Banyarwanda est un traître collabo de la trempe de [Philippe Pétain (France), de Léon Degrelle (Belgique) qui collaborèrent avec les Allemands du 3 ème Reich] qui collabore avec les ennemis intérieurs et extérieurs des Kongolais, vous osez en plein 2020 après 23 ans de calvaire affirmer que les Banyarwanda sont plus Kongolais que les Bayeke, soit vous êtes un Tutsi Kongorais infiltré de carte d’électeur ou vous êtes simplement un collabo qui ne sait pas que fouler aux pieds les âmes fauchées des millions des Kongolais peut vous apporter peines et souffrances de génération en génération… Cette malédiction générationnelle est avec cause car vous (Bisonji E Madilu) êtes adulte et vacciné, conscient que nier les évidences des crimes innommables commis au et au su du monde entier par les Banyarwanda démontrant qu’ils ne sont et ne seront jamais des vrais Kongolais peut vous coûter très très cher… Arrêtez de vous (Bisonji E Madilu) moquer du Véritable Dieu Tout-Puissant Redoutable qui vit inexplicablement hors du continuum temps et espace, l’Entité des châtiments en charge du domaine de la nature et les Anges Veilleurs qui campent autour de la Nation Kongo-Zaïre vous frapperont ainsi que tous ceux qui défendent les tueurs sanguinaires barbares Banyarwanda après tout ce qu’ils ont fait aux Kongolais, tous ceux comme vous (Bisonji E Madilu) qui profèrent des paroles fausses, trompeuses, qui méditent l’injustice dans leurs cœurs seront payés par le salaire dû à leur traîtrise car ils n’ont pas la Crainte du Véritable Dieu Tout-Puissant de la Crainte du Respect qui Lui est dûe, car ils (Bisonji E Madilu et Mopape de Kigali) se flattent à leurs propres yeux, pour consommer leurs iniquités, pour assouvir leur haine contre la Nation Kongo, leurs bouches menteuses célèbrent la manifestation de l’injustice qui y règne, chaque jour ils chantent des louanges imméritées à l’honneur des bourreaux (Kagame Museveni Kanambe alias Joseph Kabila, Tshilombo-Pétain…) du Peuple Kongolais Souverain Primaire… La terre est en perpétuel mouvement ainsi que ceux qui l’habitent, les méchants et les bons affermissent soit les colonnes [du Mal, du Mensonge, du Vice], soit les colonnes du [Bien, de la Vérité et de la Vertu], il y a une coupe pleine de mélange d’égarement d’aveuglement, d’abrutissement, d’abêtissement, de mauvaise foi où fermente des châtiments irrémédiables pour des défenseurs du Mal comme vous (Bisonji E Madulu)… Repentez-vous sincèrement avant que l’Entité des Châtiments du domaine de la nature vous frappe spirituellement ainsi que votre maisonnée… Que l’impersonnalité, l’anonymat du net ne vous jouent pas des tours car le Spirituel dirige le Physique… Pigé… Ainsi soit-il… INGETA

  12. – Sujet intéressant, mais traité avec légèreté
    – CORRECTION : « vouloir s’accaparer DE leur terre »: plutôt s´accaparer leur terre ou s´emparer DE leur terre
    – Quelques légèretés dans le texte : La mention du nom de Ngbanda est sans pertinence. Sauf si c´était pour évoquer un ARGUMENT qui enrichisse la réflexion. Mais ici c´est juste pour répercuter un vague appel « Levons-nous contre la balkanisation ». Et alors ? Au fait, BAW écrit son texte sur fond de la rhétorique de Lamuka aile Muzito et d´Apareco. Les arguments sont sacrifiés au profit de leurs ‘évidences’ et ‘présupposés’. Et la rigueur laisse à désirer. En aucun endroit, on lit dans le texte qu´AMBONGO a affirmé le 03 janvier – soit 16 jours avant FÉLIX – que les Banyamulenge sont des Congolais et il a même reçu leurs représentants. (Ambongo : « Les Banyamulenge sont des Congolais, ils sont au Congo depuis des années, personne ne peut contester leur nationalité »). BAW a peut-être manqué le courage de dire à son « correspondant particulier » qu´Ambongo aussi est naïf.

  13. La désinvolte arrogance des tueurs tutsis et leur obligée bassesse d’esprit de ne s’appuyer que sur d’irresponsables déclarations sur leur imaginaire nationalité congolaise certes arrachées sous inconscience ou menaces voilées de l’imberbe intellectuel Tshilombo et du Cardinal Ambombo, traduisent clairement leur situation de coincement et de perte successive des leviers de leur projet d’occupation du Congo qui prend eau de toute part, par la prédiction et publication de leurs intentions d’une part, et par l’éffervescence de prise de conscience du processus d’usurpation de nos terres, notamment chez la jeunesse congolaise entière. Aujourd’hui, le grand constat est que eux qui ont par le passé réussi à marquer des pas dans leur processus par voie des « dialogues », « négociations », « accords », « rencontre », Addis Abeba, Lusaka, Sun City,…, ont un grand mal de réediter les « exploits » du passé. Le départ en enfer d’Etienne tshisekedi y est pour beaucoup, celui-là même qui a servi de placebo pour faire avaler aux congolais toute la crasse tutsie. Il s’agit de noter aussi la montée de l’éveil de la population congolaise, notamment la jeunesse, qui a rétréci fortement la marge de manoeuvre de trahison des ignares autoconsidérés politiciens. En effet, en ces moments, toute la racaille UDPS, Bemba, Fayulu, Muzitu,… gardent déjà un profil bas, quand il ne se recroquevillent dans leurs communautés, Kwilu, Kassaï, bangala, etc, et Tshilombo lui, n’a trouvé mieux que de fuir le peuple, ne s’exprimant que timidement dans des misérables cloîtres de ses fanatiques mwan’etu acquis de la diaspora.
    De l’autre côté des assaillants tutsis, devenus incapables d’accrocher un seul petit « dialogue intercongorais », ils se contentent désormais des rencontres intracommunautaires banyarwanda, autobaptisés sans scrupule « banyamulenge ». De plus, leurs alliés commanditaires américains fondamentalement, multiplient des désespérées visites singulières chez des « hommes d’Eglise », cas Peter Pham, ou vendent des macabres conférences de presse, cas la dame « mundibu » chef de la Monusco,…, mais rien ne va dans le sens de réussir un nouveau « dialogue intercongorais » qui puisse de nouveau endormir les congolais.
    Le Congo reste un Etat sujet de Droit international doté de sa souveraineté qui émane de la Charte des Nations Unies. Conforme au principe de « par inter parem non habet imperium », l’Etat Congolais qui représente la nation congolaise n’a aucune injonction à recevoir d’un Etat ou d’un groupe d’Etats en matières de « ius cogens », c’est-à-dire de droit impératif. Ceci dit, dans aucun Etat du monde LA NATIONALITÉ relève du « ius dispositivum ». En clair, un niangalakata munyarwanda ou munyamulenge, c’est selon, n’a aucun droit de prendre des armes, de massacrer des congolais et d’exiger ensuite la nationalité congoraise. Cela n’existe nul part au monde. Bien au contraire, à chaque fois que la sécurité nationale se trouve menacée, les peuples des Etats font bloc pour erradiquer sans délai la menace. Ce fut le cas récent des Etat-Unis avec la menace terroriste de Ben Laden d’Al Qaeda ou celui de la France avec l’Etat Islamique.
    Les « banyamurenge » doivent savoir clairement que nous nous trouvons à un point de non-retour. De la même manière que comme dans tout pays la nationalité non d’origine est retirable chez les nationaux non d’origine notamment pour actes de trahison et de terrrorisme contre la nation d’accueil, leur nationalité octroyée ou frauduleusement acquise sera formellement RÉVOQUÉE SANS APPEL.

  14. Cher Nono,
    Comme j’ai deja eu l’occasion de l’ecrire sur cette espace, j’apprecie votre style et votre argumentation, quand bien meme je ne suis pas toujours avec vous. Vous faites preuve de courtoisie, et vous refusez (?) comme moi de cedez a la seduction de l’invective et de l’injure facile. J’aime debattre point par point; ceci m’evite de faire des proces d’intention inutiles.
    Le texte de votre ‘PS’ m’a rendu perplexe. J’y reponds point par point, et je vais essayer d’etre aussi clair que possible.
    1. Le danger de balkanisation de notre pays a l’est vient surtout de l’interieur. Il provient de surtout de tous les congolais qui ont tendance a traiter d’autres congolais pour moins congolais qu’eux. Je fais ici allusion a tous les congolais qui deviennent hysteriques chaque fois qu’ils entendent parler des Hututs et de Tutsis congolais. Les etats voisins ne font que profiter de nos propres divisions.
    2. La question de la nationalite a l’est de notre pays est exacerbee par la question de la TERRE. Je l’ai souligne
    aussi. Quand on se sent a l’etroit chez soi, tous les nouveaux venus deviennent des envahisseurs! Meme quand ces nouveaux venus parlent votre langue et ont le meme passeport que vous. Dire que tous les Hutus et tous les Tutsis chez nous sont des rwandais a la recherche d’un ‘lebensraum’, c’est brandir un epouvantail! Plus que la terre, ces Hutus et ces Tutsis de chez nous ont besoin de la paix comme tous les congolais.
    3. ‘Et quand quelqu’un ne peut travailler qu’avec celui de sa tribu, la vie nationale n’est-telle pas alors en ‘grave danger? » Ici vous me surprenez, mon cher ami! Vous me semblez epouser les arguments de tous ceux qui ont toujours traite tous les Baluba de tribalistes! Vous n’allez pas me faire croire que vous ne savez pas le mot ‘talibans’ comme utilise dans la diaspora congolaise ici en Europe n’est qu’un euphemisme pour ‘Kasaiens pro-tshisekedistes’!
    4. ‘ Pourquoi certains en seraient-ils arrivés à ne pas aimer les baluba, parce qu’ils sont tribalistes ? ‘ Je repondrais sans ambage par l’affirmative. En psychologie cela s’appelle de la projection. On veut faire porter a l’autre l’opprobe dont on souffre soi-meme, mais qu’on aimerait pas se faire porter. Je l’ai deja ecrit une fois sur cet espace, chez nous personne n’est tribaliste! Tout le monde il est bon. Tout le monde il est gentil. L’affreux, ou plutot le dangereux tribaliste, c’est toujours l’autre! ‘Quel est alors le dangereux tribaliste, celui qui trouve que l’autre ne supporte pas ses particularités ou celui qui brandit ses particularités propres innocentes incapables à le rendre difficile à vivre contrairement à la réalité des faits ?’ Cette question venant de quelqu’un d’autre, je n’y repondrais pas. Elle me rappelle cette autre apparemment innocente mais emminement dangereuse ‘Un juif peut-il etre innocent?’ Elle sous-entend qu’il ya des trribalistes dangereux et des tribalistes qui ne le sont pas. Un peu plus loin vous me diriez qu’il y a des racistes qui sont racistes et des racistes qui le sont pas! Ce serait contradictoire. Voici ma reponse: tous les tribalistes sont dangereux! ‘On a quitté les Banyamulenge pour les remplacer hasardeusement par les Baluba, par qui d’autres demain ?’ On a pas quitte les Banyamulenge, et on les quittera pas. Ils sont des notres. Ce n’est pas parce que Tshisekedi les a reconnus congolais comme vous et moi que leur nationalite doit re-devenir l’objet d’un debat. Les dangers de l’exclusion, les Baluba vivent avec depuis toujours. Ecoutez attentivement les non Baluba parler du tribalisme au Congo, et vous comprndrez ce que je vais dire. ‘Par qui seront-ils remplaces demain?’ Je ne sais pas. Mais je sais que tant les congolais s’amuseront a l’exclusion, la maison Congo n’en finira pas de se batir!
    Binsonji E Madilu

    1. Cher Binsonji,
      Désolé, à mon tour de vous révéler que ce n’est pas parce que je ne l’ai pas verbalisé que votre allusion aux « baluba » sur ce sujet ne m’a pas rendu moi aussi très perplexe. Je n’aurais jamais songé et encore moins parlé des « Balubas » si vous n’en aviez pas parlé, je ne l’aurais pas élargi ce sujet à un ostracisme gratuit et viscéral entre tribus, le tribalisme, alors qu’on était sur le sujet des Banyamulenge qui pour moi vient d’un conflit d’une autre nature avec des guerres et des morts d’hommes. Pour moi cette analogie est inconcevable ici, la plus dangereuse et la plus incorrecte qui soit que je me demande si ce n’est pas moi qui ne comprends rien à ce que vous dites, je ne l’attendais pas de vous.
      Pour finir, je vous dirais que je n’aime pas qu’on pointe facilement le tribalisme car je me rends compte à tort ou à raison que plus on en parle plus on le convoque même quand il n’est pas là. Naïvement je n’accepte pas de croire qu’il ferait plus mal à certains plutôt qu’à d’autres : s’il fait mal il fait mal à tous dans une société. Voilà !

Comments are closed.