Union sacrée de la Nation: Gare à « l’entrisme »!

C’est le trop plein! Des caciques du Front commun pour le Congo (Fcc) font acte d’adhésion à la doctrine dite « Union sacrée de la Nation » lancée par le président Felix Tshisekedi Tshilombo dont l’objectif est de rassembler les Congolais, au-delà des clivages idéologiques, au service du pays. A la surprise générale, Lambert Mende Omalanga, a officialisé, jeudi 14 janvier, son « ralliement » à ce mouvement. L’ancien ministre de la Communication et médias et porte-parole du gouvernement assure qu’il agirait avec la « bénédiction » de l’autorité morale du Fcc en vue de négocier une nouvelle coalition. Des observateurs redoutent que l’Union sacrée de la nation soit minée de l’intérieur par des adeptes de « l’entrisme ».

« Introduction systématique dans un parti, une organisation syndicale, de nouveaux militants venant d’une autre organisation en vue d’en modifier la ligne politique ». Telle est la définition du mot « entrisme ».

Un mois après le lancement, par le président Felix Tshisekedi, de la doctrine dite « Union sacrée de la Nation » (USN), le projet semble être encore au point de départ. La session extraordinaire de l’Assemblée nationale peine à aborder son principal objet à l’ordre du jour. A savoir, l’élection des membres du nouveau Bureau.

A la Primature, le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba attend qu’on vienne le « défénestrer ». L’attente a tellement duré que l’effet de surprise a disparu. Certains kabilistes semblent avoir retrouvé le sens de l’humour. « L’union sacrée, c’est quoi encore », ironisait, samedi 16 janvier, Ferdinand Kambere, secrétaire permanent adjoint du Pprd. Il était interrogé en lingala par la journaliste « Myriam » de radio Top Congo.

En dépit de cet immobilisme apparent, l’affluence des cadres du Front commun pour le Congo (Fcc) à l’USN continue. Quelle en est la motivation? Adhésion aux valeurs du progrès? Opportunisme? Perspective d’un partage de postes?

Steeve Mbikayi à Kinshasa, le 24/03/2017. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Fin novembre dernier, Steve Mbikayi déclarait avec un certain dédain que « le Fcc se dit non-concerné par les consultations » initiées par le Président de la République. Sans crier gare, il a rejoint l’USN. Dans un enthousiasme débordant, le ministre des Affaires humanitaires ira plus loin, le 13 janvier, en clamant sans sourciller: « Je me battrai pour que Felix Tshisekedi soit notre candidat en 2023 ». Devrait-on parler de « virage à 260 degrés »?

VA-T-ON VERS UNE COALITION FCC-CACH ELARGIE?

Après Mbikayi, les observateurs ont vu arriver un certain Ngoy Kasanji. L’ancien gouverneur qui a laissé un bilan désastreux au Kasaï Oriental prétend que c’est « sa base » qui lui aurait exhorté à se rapprocher de « Fatshi ».

La grande surprise est venue de Lambert Mende Omalanga. L’ancien ministre de la Communication et médias a officialisé, jeudi 14 janvier, l’adhésion à l’USN de son regroupement politique « CCU et alliés ». Il invoque deux motifs. Primo: « Le pays est bloqué ». Secundo: « C’est l’intérêt supérieur de la nation qui doit nous tenir à cœur ». Mende de marteler qu’il n’a pas quitté le Fcc. D’après lui,  « Joseph Kabila » aurait transmis à ses affidés « cinq recommandations ». La seconde est une instruction « à aller négocier » la constitution d’une nouvelle coalition. Vous avez bien entendu. Va-t-on vers une « coalition Fcc-Cach élargie » à d’autres partis?

L’arrivée massive à l’USN d’acteurs politiques étiquetés Fcc ne cesse d’interroger. « Les kabilistes ont reçu mission de tourner Fatshi en dérision en démontrant que l’Union sacrée de la nation n’e serait rien d’autre qu’une coalition Fcc-Cach élargie au MLC de Bemba et à l’Ensemble de Katumbi », commente un confrère kinois. Lambert Mende ne dit pas le contraire.

On apprenait, samedi 16 janvier, que l’Ensemble pour la République de Moïse Katumbi aurait décidé de quitter l’USN. Cette nouvelle a été annoncée non pas par le porte-parole de ce regroupement politique mais par le député Muhindo Nzangi. Aucun communiqué officiel n’est venu confirmer ces propos. Il serait bien regrettable que la mouvance kabiliste retrouve sa « majorité factice » au sein l’USN.

Des observateurs estiment qu’à défaut de croiser le fer de manière frontale, « Kabila » a trouvé la parade consistant à « contourner l’obstacle » en chargeant ses « petits soldats » à adhérer massivement à l’Union sacrée de la Nation. L’objectif est de miner cette doctrine de l’intérieur. Cette stratégie a un nom: entrisme. Une année, ça passe très vite. Le temps court contre « Fatshi »…

 

B.A.W.

20 thoughts on “Union sacrée de la Nation: Gare à « l’entrisme »!

  1. # « Gare à l’entrisme à l’Union sacrée de Tshisekedi », dites-vous si justement BAW ! Je ne saurais dire si celui-ci est autant réfléchi, planifié et généralisé mais à entendre les justifications publiques d’un Mende quant à son entrée à l’USN de Tshisekedi, la puce à l’oreille nous appelle à l’invoquer. L’opportunisme connu de nos hommes politiques en ajoute avec cette arrivée massive des élus de Fcc que certains y sont pour tâter le terrain avec l’idée d’y rester à la seule condition d’y trouver leurs intérêts personnels et corporatistes sans adhérer à la vision de Tshisekedi qui travaillerait davantage pour un changement de gouvernance au service de l’intérêt commun. Encore faut-il que celui-ci soit bien intégré dans sa vision pratique. Ailleurs le silence du camp presidentiel aux propos doubles de Mende du camp presidentiel étonnent. Tshisekedi ne subit-il pas l’afflux des dévoués à sa cause que ne le fait croire ses proclamations de victoire ?Passons…
    # Je me suis personnellement passionné pour cette union et fait part ici de mes digressions sur son contenu, sa validité et son possible destin, j’y reviendrai pour commenter davantage votre sujet qui en l’occurrence me paraît essentiel à ce stade.
    A plus…

  2. Il me semble que le défaut absolu de talent et de valeur intrinsèque soit l’épithète approprié qu’il faille appliquer à tous ces « pouri-ti-chiens » sans vergogne, naviguant au gré des intérêts égocentriques.
    Ce qui compte pour ces vermines, c’est leur nombril et rien d’autre. Les massacres horribles l’Est? Pas leur tasse de thé!
    Hippolyte Kanambe et ses petits requins s’apprêtent à vendre les mines de Lualaba aux Nord-Coréens, pendant que notre « Tshintuntu » national et ses chiens de garde distraient les Congolais à Kinshasa. Entre-temps Peter Kazadi déclare: « Il faut protéger Joseph Kabila ».
    OYO PEUPLE YA NDENGE NINI YA LAURENT SOCOCO!

    1. electronic KUM
      allez vous battre au Congo au lieu de rabâcher ridiculement ce que les autres ne font pas. La 5e COLONNE dont Ngbanda a changé la définition pour cacher la honte du constat de son inexistence, plus personne (chez vous) n’en parle !!!

  3. Mister BAW
    La cause de la crise dans l´Union Sacrée qui n´existe que sous forme de « wish thinking » est cette absence de la culture des « textes ». Comme ceux du Rassemblement de Katumbi l´indiquent explicitement, cette nouvelle alliance ne se forme pas avec des « propositions » des programmes politiques.. rien que de l´oral.
    Ceux qui résident dans les vielles démocraties savent qu´une alliance politique ne peut se faire sans « plan », sans programme politique autour du quel on discute et on accepte avant de former un gouvernement ou une alliance afin d´obtenir une majorité au Parlement.
    Les propos des parlementaires proches de Katumbi indiquent de plus en plus que la fameuse union n´est que du « vent » car étant l´inspiration ou la vision du président Felix dixit Peter Kazadi.
    Pire, Kabund dit ouvertement et explicitement que les parlementaires du FCC vont renforcer l´Union Sacrée et point besoin de Katumbi et Bemba.
    Ce que selon Kabund, Felix souhaite rester le seul « maître » bien que la constitution du Congo impose un partage du pouvoir á cause de l´absence d´un parti politique capable d´obtenir la majorité au Parlement.
    L´Union Sacrée est entrain de devenir un FCC/CACH ..comestiquement rafistolé.
    Qui vivra.. lol

    1. GHOST
      « La cause de la crise dans l´Union Sacrée qui n´existe que sous forme de « wish thinking » est cette absence de la culture des « textes ». »
      FAUX ! Même quand il y a eu des textes, les Congolais – pour ne parler que d’eux – se sont déchirés et se déchirent.
      EXEMPLE 1: La CNS a produit de très bons textes. Mais la crise était là. Et l’AFDL amena aussi sa crise.
      EXEMPLE 2: Le TEXTE de la grâce présidentielle accordée par Félix ne mentionne nullement des noms de bénéficiaires, mais cela n´a empêché GHOST de venir balancer sans gêne :
      « De memoire des congolais, c´est la première fois qu´on trouve sur la liste d´une grâce présidentielle les noms des auteurs des detournements des millions de dollars ! »
      Kafumba na … !

      1. C´est vrai.. La résidence de Felix et la tombe de Tshitshi se trouvent à N´sele.
        Si vous pensez que c´est un hasard, souvenez-vous de la Manifeste de la N´sele, texte á l´orgine de la fondation et la suprematie du MPR.
        Connaissez-vous l´auteur de cette « manifeste » ? Non? kie kie kie kie

  4. Cher Amba Wetshi.
    Au moment où tu rédigeait ces lignes ansi que moi en postant mon idée du genre (commentaire), Kabila ne sait où commencer pour sortir de cette gouffre créée par lui-même.
    Fatshi est le garant de la nation et l’autorité suprême du pays au vrai sens du terme.
    D’ailleurs la primature est réservée à M.Bahati et L’AN à J.P LIHAU.
    N’en deplaise aux opportunistes qui vienne quemander des postes en contre-partie des députés(poids politique).
    Tous ces gens-là qui chantent jour et nuit, vendent que la peau de l’ours sans l’avoir abattu. C’est FAtshi qui gère, décide et dirige. Au cas contraire il passe à la dissolution de l’AN. Et ces élus vont acceptés d’aller au chômage avec une perte de 13.000$/mois ? Rieeennn !

    1. « GARANT DE LA NATION ET AUTORITE SUPREME »
      Des termes qui n´existent pas dans une démocratie et pire, la constitution de la RDC a pris soin de reduire ces ambitions dictatiriales d´un président en fonction.
      Essayons de comprendre cette logique d´un « garant de la nation ». Nous suivons tous ce qui se passe aux USA où un président sortant refuse pratiquement de quitter la Maison Blanche. Que disent les citoyens de ce pays? Respect de la constitution ! Ce que dans une démocratie, c´est la « constitution » qui est la « garante » d´un État et jamais un président.
      En plus, un président qui ne possede qu´un nombre insiginifiant.. des parlementaires ne peut-être si puissant au Congo car il est contraint de composer et de negocier avec la majorité au Parlement. Ce que la constitution de la RDC dit expressement que le « président dirige mais ne gouverne pas »… lol
      DISSOUDRE LE PARLEMENT?
      Mais sur quelle base? Le gouvernement n´étant pas en conflit avec le parlement, comment trouvez-vous possible qu´un président puisse dissoudre le parlement.. sans la signature d´un premier ministre?
      Cette fausse perception de « Fatshi qui gère et décide » est fausse.
      Tant que nous n´allons pas nous accrocher á la constitution et toujours être en première ligne pour défendre les textes de cette constitution comme aux USA, ne soyons pas surpris de retomber dans les travers de la dictature!

  5. Ce n’est qu’une hypothèse ce fameux « entrisme » .
    Et si ceux qui viennent n’avaient plus de choix quant à leurs survies politiques et échapper désespérément à la justice, ou l’appréhension de perdre les privilèges ?
    N’oublions pas que hier certaines langues disaient aussi que le G7 de Katumbi était venu noyoter l’Opposition en 2015, eux qui ne veulent pas des autres aujourd’hui dans l’Union Sacrée, s’estimant être les seuls à être honnêtes politiquement.
    Il n’y a pas pas que les zélés de Kashamata (ex Kingakati) qui sont capables de faire du mal aux autres. Fatshi et sa bande peaufinent aussi des stratégies sans omettre un cas de figure.
    Le Président Fatshi ne va quand même pas donner un chèque en blanc à ceux qui l’ont dribblé à Genève ni à ceux qui ont crucifié les accords de Saint-Sylvestre en signant sous réserve.
    Le dernier mot revient au Président.

    1. Fololo@
      Qui disait en Suisse que « Fayulu était le changement » et avait mieux? signé un accord ?.
      Contrairement á votre perception, en deux de gestion Felix a un bilan catastrophique qu´une alliance avec Katumbi et Bemba est sa seule chance de reparer les choses pendant les 3 dernières années de son mandat.
      Si le FCC aurait semble-t-il saboté systematiquement les inititiaves de Felix pendant 2 ans, croyez-vous que ce gang de Kabila va changer subitement?
      Il y a un bilan.. et très recement, les detourneurs des millions du programme de 100 jours ont été subitement grâciés.. les électeurs congolais vont en tenir compte. kie kie Felix a un bilan et des explications á donner aux congolais.. Nous l´attendons de pieds ferme !

      1. GHOST l’illogique,
        1. « une alliance avec Katumbi et Bemba est sa seule chance… »
        2. « Nous l´attendons de pieds ferme… »
        C´est votre droit de l’attendre de pieD ferme, mais pas celui de lui IMPOSER une solution et de déterminer sa seule chance. ÊTRE COHÉRENT eza interdit te na vie.

  6. A ce stade, ça devient de plus en plus difficile de croire en une union sacrée pour la nation avec la participation de la crème de la racaille du FCC. J’ai comme un pressentiment qu’on va tout droit vers une GROSSE désillusion. Certains, ici même, beaucoup plus clairvoyants, nous avaient prévenus. Tout ce cirque ressemble de plus en plus à de la bidouille. Pendant ce temps, en Ituri, à Beni, à Minembwe, les mêmes tueurs continuent d’égorger nos compatriotes. Des armées étrangères sont en villégiature sur sol congolais. A Kinshasa, motus et bouche cousue. On célèbre les morts d’hier, on prie, on inaugure des vieilleries…Et si ce théâtre sacré pour la nation n’était qu’une arnaque, une farce, un attrape-nigaud ou simplement une…coop pour étourdir le peuple ?
    Fayulu risque d’avoir raison. Aussi, des  »Maradona », il n’y en a qu’un. Il est déjà mort.

  7. JO BONGOS,
    vous n’avez pas tort avec votre pressentiment. Des têtes comme celles de Mende, Ngoy Kasanji, Mbikayi… n’inspirent pas confiance. Mais même celle de Katumbi qui, après avoir soutenu de faux pénalties de Kabila, venait de rejoindre l’opposition, n’avait pas non plus inspiré confiance. Et les Tshisekedi (Papa et fils) ont éte insultés pour l’avoir accepté. (Fayulu avait rejeté énergiquement cette ENTRÉE de Katumbi qui, curieusement, a été son soutien aux élections de 2018). C’est un peu IRONIQUE qu’on dise aux/des autres « en accord » avec Katumbi ce qu’on avait dit à/de ce même Katumbi il n’y a pas si longtemps.
    Faire la politique sur le terrain, c’est faire la politique avec tous ces acteurs. On est loin des dessins simplistes qu’on fait dans la diaspora. Félix le sait et se bat dans ce contexte où de petites victoires comptent. Par ailleurs, le combat qui se mène dans l’espace politique (à Kin), combat pour le contrôle des pouvoirs, n’est pas sans lien avec la situation de Beni, Minembwe… quand on sait que beaucoup de tireurs de ficelles sont à Kin.

    1. Procongo,
       » On est loin des dessins simplistes qu’on fait dans la diaspora  ».
      Pourquoi cette propension de toujours minimiser les  » dessins  » de la diaspora ?
      Les compatriotes de la diaspora sont peut-être moins outillés ou talentueux pour comprendre les enjeux réels que ceux du terrain confrontés quotidiennement de façon frontale aux soubresauts de la vie politique du pays mais rien n’autorise de minimiser leur rôle. Même bancal…Si la diaspora n’était pas partie prenante dans cette bataille, les  » petites victoires  » ne se verraient pas car elles seraient noyées dans la misère et la précarité atroces, savamment entretenues par la folie humaine qui règne au pays. Misère et précarité que les  » Nyangalakata  » de la diaspora s’évertuent, tant que faire se peut, au prix de quelques sacrifices, d’atténuer avec leurs contributions financières. Ils ont droit à la parole. Votre honneur !
      Le compatriote Elili dirait : Que Dieu nous vienne en aide.

      1. *** « TALA KU NSEKI TALA KU MAMBA » ; littéralement « REGARDE DU COTÉ DE LA SAVANE ET DANS LA RIVIÈRE » !!!

    2. # « vous n’avez pas tort avec votre pressentiment. Des têtes comme celles de Mende, Ngoy Kasanji, Mbikayi… n’inspirent pas confiance. Mais même celle de Katumbi qui, après avoir soutenu de faux pénalties de Kabila, venait de rejoindre l’opposition, n’avait pas non plus inspiré confiance.[…] »
      Tout a fait, nous avons raison de ne pas faire confiance à tous ces représentants d’une classe politique somme toute médiocre tous bords confondus, le problème est néanmoins que nous sommes quelque part assignés à faire confiance à Mr Tshisekedi parce qu’il est notre président, garant naturel de nos institutions, de nos droits et libertés. En même temps jusqu’où sommes-nous obligés de lui faire confiance sinon à la mesure qu’il satisfait nos attentes. Osons entre-temps espérer qu’il s’y attelera de son mieux si non, notre liberté d’expression et notre devoir citoyen nous obligeront à lui porter des critiques comme à un autre !
      # « Tala ku nseki tala ku mamba » comme dit l’autre ; c’est à dire « toujours aux aguets à regarder ce qui se passe loin des rives lorsque tu es au bord de l’eau ». Une précaution méthodique de douter de ce que nos politiciens peuvent proclamer aussi longtemps que la réalité ne nous le confirme pas, un devoir citoyen de St Thomas face à un monde truffé de propagandes et de culte de la personnalité surtout chez nous…

  8. @GHOST,
    Depuis Genève, tous vos pronostiques et élucubrations se sont avérés sans effet. Vous feriez mieux de vous réservez et évitez vos fatwas qui n’ont rien produit jusqu’à ce jour.
    L’attitude sage à garder face à la requalification actuelle et ses enjeux seraient de dire : LET WAIT AND SEE !
    Autre chose, dans tous les commentaires ici et aussi dans le texte de base de B.A.W, l’aspect politique et les perspectives de 2023 n’ont pas été évoqués.
    L’UNION SACREE DE LA NATION
    Fatshi a usé de ses atouts politiques pour maitriser JKK en appelant les députés à l’USN. C’était l’ultime occasion pour que KATUMBI et JP BEMBA rentre dans le système en espérant surtout jouer leurs cartes à l’interne. N’oublions surtout pas que KATUMBI principalement et aussi BEMBA dans une certaine mesure, sont 2 challengers potentiels pour 2023. En acceptant de rejoindre FATSHI dans l’USN, ils sont venus avec des agendas et cahiers des charges qui risquent de nous ramener dans le duel FATSHI-JKK qui fut sacralisé par les perspectives de 2023. Ne soyons pas dupes. Malgré les beaux discours, KATUMBI et J.P Bemba souhaiteront que FATSHI échoue dans ses actions en perspective de 2023.
    LA PROBLEMATIQUE FCC.
    Notons que pour 2023, sachant que JKK est déjà éliminé, FATSHI a besoin des députés anciennement étiquetés FCC pour sa réélection tout comme ces derniers ont besoin de FATSHI pour espérer revenir au parlement en 2023. Tolinga tolinga te, Mende dans le Sankuru est un patriarche qui peut bien battre campagne pour FATSHI en 2023 comme BITAKWIRA le ferait aussi chez-lui dans le SUD-KIVU contrairement à 2018 où beaucoup des candidats députés du FCC avaient évité de s’afficher avec SHADARY le candidat de JKK.
    Politiquement, FATSHI peut bien accepter de s’appuyer sur les députés FCC que sur les chantages des députés KATUMBISTES qui savent que leur autorité morale est en embuscade pour 2023 et qui risquent de refaire les scenarios vécus avec les tambourinaires de JKK dans la coalition FCC-CACH.
    Fatshi comme seul commandant et les députés étiquetés FCC dans l’USN savent que leurs survis (FATSHI+ députés FCC+ CACH) après 2023 dépendront des actions à accomplir par rapport au slogan « LE PEUPLE D’ABORD» pour espérer revenir en 2023.
    Tout porte à croire que FATSHI va encore gagner cette bataille pour que les anciens FCC soient dès maintenant à son service pour 2023. Et je dis : LET WAIT AND SEE.

    1. SANS EFFET?
      MUZITO
      Il disait comme une sorte de « mage » que la RDC ne peut pas beneficier des investisseurs et des capitaux.
      Sans effet? Felix a fait du tourisme avec plus de 200 voyages et AUCUN investisseur, aucune usine, nada rien.
      Pire avec cette situation de crise planètaire du Covid, les congolais ne doivent pas rêver de voir des investisseurs venir apporter leur argent au Congo quand le président du Congo accorde la « grâce » á ses complices qui ont piqués des millions de dollars dans son programme des 100 jours!
      FCC?
      Sans effet? Dans son speech, Felix voulait faire croire aux congolais que son bilan catastrophique de 2 ans est avant tout le fait de ses compagnons du FCC qui semble-t-il sont non seulement contre lui, mais aussi contre le Congo. Même le moins intelligent de tous les congolais commence á se demander si Felix comprend le texte des discours qu´on lui fabrique?
      Voir Mende secourir Felix dans son Union Sucrée est le comble du cynisme politique. Il ne reste qu´a retourner Tshibala á la Primature tout simplement pour faire bonne mesure kie kie
      Pourquoi pas Shadary ministre des finances et Boshab ministre de l´économie? kie kie kie Sans effet !
      Politiquement Felix n´a jamais eu de choix depuis qu´il s´est retrouver á Ibiza et Venise.. c´était bien longtemps avant la rencontre en Suisse dans le cadre Lamuka.
      Tic Tac, c´est la troisième année.. Tic Tac, il ne reste que 2 ans..Nous attendons le bilan Tic Tac !

    2. « Ne soyons pas dupes. Malgré les beaux discours, KATUMBI et J.P Bemba souhaiteront que FATSHI échoue dans ses actions en perspective de 2023. »
      Je ne saurais confirmer à leur place, je ne connais pas le fond de leur conscience, que Katumbi et Bemba sont si ‘joueurs’ jusqu’à cet extrême de souhaiter que Tshisekedi échoue son mandat. Ils ne s’illusionnent peut-être pas autant que cet échec les laissera indemnes. Dans tous les cas c’est de bonne guerre en politique si pas tant de souhaiter l’échec de son rival au moins d’en profiter. Tshisekedi n’hesitera pas à se faire de la place en écartant les autres pour qu’il soit le seul à prétendre au poste à l’horizon 2023 et en même temps ses rivaux comme Katumbi et Bemba ne le laisseront pas aisément les exclure de la course, au besoin chacun posera de son côté ses conditions pour négocier ensuite l’issue de la bataille…

  9. UNION SACRÉE PAR ICI UNION SUCRÉE OU SATURÉE PAR LÀ, OÙ EN EST-ON EXACTEMENT ???
    # En effet si en dépit des couacs sérieux avec ses principaux et premiers alliés Katumbi et Bemba, Tshisekedi semble néanmoins confiant de la victoire finale de son Union sacrée vu l’affluence des transfuges venus du Fcc, on ne peut néanmoins s’empêcher de poser la question de savoir où
    en est-il exactement tant rien ne semble definitivement acquis à ce stade ? Au menu de sa fondation figuraient deux événements majeurs : une session extraordinaire de l’Assemblée avec mission prioritaire de voter un bureau définitif devant consacrer la nouvelle majorité parlementaire et la nomination d’un Informateur devant désigner formellement la nouvelle majorité gouvernementale. Au passage donc, la destitution de l’actuel gouvernement dont le PM s’accroche, semble-t-il, à son poste. Quid donc de ces préalables aujourd’hui ?
    # Le Bureau d’âge provisoire à l’Assemblée à qui la Cour Constitutionnelle a curieusement accordé tous les droits peine à consommer sa mission reportant sans cesse ses plénières tantôt pour manque d’argent tantôt vraisemblablement pour des désaccords entre députés sur leurs choix finals d’appartenance. Son président en a même sollicité la rescousse directe du PR mais sa réponse attend encore pour le moment. Notons qu’il ne
    reste que deux semaines pour la clôture officielle de la dite session…
    # L’Informaterur quant à lui en est encore 20 jours après sa nomination – sa mission est de 30 jours renouvelables une fois – aux contacts discrets avec les différentes forces politiques mais on sent comme des difficultés analogues sur sa route et lui aussi est parti voir le PR pour officiellement lui faire part de son travail à mi-parcours. Quelle est la réalité des obstacles qu’il rencontrerait dans sa mission… ?
    # Entre-temps une bonne frange des députés a entrepris d’abonder la fameuse pétition contre le PM où encore une fois sont apparues des divergences sinon des divisions non seulement entre ceux dévoués au PR et ceux du camp opposé, le Fcc toujours fidèles à leur fameuse autorité morale, JK, mais aussi au sein de ceux qui au préalable avaient choisi de rejoindre Tshisekedi dans son Union sacrée.
    # En définitive le chemin vers l’Union sacrée ne semble pas aussi libéré qu’on l’avait espéré. Quelles en sont les réelles embûches ? On trouve déjà clairement que les alliés de première heure de Tshisekedi comme Katumbi et son Ensemble (mais vraisemblablement aussi Bemba et son Mlc) marquent aujourd’hui le pas jusqu’à ce qu’Ensemble ait annoncé de s’en éloigner au prix d’une scission en son sein (36 de ses 60 députés auraient refusé d’obéir aux injonctions de leur hierachie de quitter l’Union). A y voir de plus près il y’a des divergences entre la vision, le programme et le process de Tshisekedi et de Katumbi (peut-être aussi de Bemba) mais surtout dans la répartition des responsabilités (partage des postes) entre futurs ex-alliés. Katumbi reprocherait à Tshisekedi un pilotage qui préempté son seul monopole, seul maître à bord aujourd’hui et demain notamment en nommant les anciens du Fcc aux charges importantes en lieu et place de leurs familles politiques pourtant alliées de première heure. Les noms de Lihau, Bahati (tous les deux anciens du Fcc) et autres posent problème au gré
    des ralliements et défections qui s’allongent faisant la part belle aux anciens du Fcc. Quel changement alors si en prévision d’une Udps seule en lice à l’horizon 2023 on reprend les mêmes, les alliés même rivaux sont laissés en route ?
    # Décidément le destin de la fameuse Union sacrée de Tshisekedi issue de sa rupture avec son ancien partenaire et de la déchéance actée de l’ancien bureau de l’Assemblée ressemble beaucoup à une Union sucrée et même saturée qui ne peut hélas pas satisfaire tous ceux qui accourent vers elle. Et nous le savons bien, aucune réelle idéologie ne motive les choix de nos hommes politiques : d’une coalition à l’autre, le ciment reste une vulgaire allégeance politique à coup de billets verts et des promesses de postes offertes aux transhumants. Gare alors à un Tshisekedi installé en chef des ventriotes – patriotes du ventre – qui s’assoient volontiers sur le devoir de moralité, de réel patriotisme et de compétence éprouvée au sein des institutions ! Une ‘kabilie’ avec une autre tête, celle de Tshisekedi en l’occurrence, comme disent certains et l’inénarrable Mende ne s’en est pas flatté autrement au su et au vu des Congolais ! Vers quelle union sacrée allons-nous alors ?
    A plus…

Comments are closed.