Africa Raft: Qu’est ce qui fait courir la famille Dieuleveult?

Read Time:7 Minute

Il y a trente-sept ans disparaissait Philippe de Dieuleveult, le célèbre animateur de l’émission « La chasse aux trésors » – produite par la 2ème chaine publique française – dans les rapides du fleuve Zaïre dans la province du Bas-Zaïre, rebaptisée Kongo Central. Depuis trente-sept ans, la famille du regretté animateur conteste la thèse officielle de « mort par noyade ». Elle s’accroche mordicus à l’allégation selon laquelle Dieuleveult « a été victime d’une bavure militaire » de la part des soldats de Mobutu. Question: quelle est la motivation profonde des membres de la famille de Dieuleveult? Est-ce le souci de « vraie vérité »? Et si ce n’était qu’une « affaire de gros sous ». Une certitude: Mobutu Sese Seko n’avait aucun mobile pour faire éliminer l’animateur de l’ex-Antenne 2 qu’il connaissait bien. Photo Jean-Claude Deutsch/Paris Match.

Dans son édition datée du 20 novembre 2022, le quotidien bruxellois « La Libre Belgique » titre: « Philippe de Dieuleveult: enfin la vraie vérité? » Le journal rapporte qu’Alexis de Dieuleveult, neveu du célèbre animateur français, vient de sortir une « version augmentée » de son livre « Noyade d’Etat » paru en 2020.

La « noyade » est, en effet, la version officielle des autorités tant zaïroises que françaises de l’époque. « Avec de nombreuses pièces nouvelles à l’appui, note cette publication, il démonte la thèse de l’accident. Il dénonce une bavure militaire et le rôle des services secrets dans cette affaire ».

AFFIRMATIONS NON-ETAYÉES

En fait de « pièces nouvelles à l’appui », Alexis de Dieuleveult se livre à des affirmations non-étayées par des éléments matériels. « Mon père [Jean de Dieuleveult, frère du disparu, Ndlr], confie-t-il à La Libre Belgique, s’est rendu sur place [au Bas-Zaïre, Ndlr]. A peine arrivé à Kinshasa, il a tout de suite senti qu’on lui cachait la vérité, qu’on lui mentait ». Pas un mot sur les personnes rencontrées par son père. « Nous sommes convaincus que Philippe a accosté vivant sur les berges, qu’il a été arrêté puis assassiné. Rien ne dit en revanche que, sur les six autres membres, certains ne se sont pas noyés. Mais à nouveau, les corps n’ont pas été retrouvés ».

A en croire Alexis de Dieuleveult, il « a été » reçu par Roland Dumas, ministre français des Affaires étrangères à l’époque. D’après lui, ce dernier « a commencé à s’ouvrir et à reconnaitre que c’était une affaire d’Etat ». L’ex-chef de la diplomatie hexagonale aurait, soutient-il, reconnu « la présence de bandes armées au bord du fleuve Zaïre le 6 août 1985 ». Des bandes armées qui « auraient pu » tuer l’équipe. Une formulation évoque de la part d’un ancien ministre d’un poste régalien.

Alexis de Dieuleveult qui prétend avoir eu accès aux archives de l’ambassade de France à Kinshasa, assure que la France avait « alerté Kinshasa d’une menace d’attaque sur le barrage d’Inga ». Et de poursuivre: « Suite à ce message envoyé par un service français, les Zaïrois ont mis en alerte leurs hommes. L’expédition Africa Raft est devenue une expédition de mercenaires qui voulaient attaquer le barrage ». Ouf! On se croirait dans un film d’espionnage.

NOYADE OU BAVURE MILITAIRE?

Le 6 août 1985, deux citoyens français, Jean-Louis Amblard et le docteur François Laurenceau sont emmenés auprès des autorités locales de la province du Bas-Zaïre par un pécheur. Les deux Européens étaient porteurs de deux messages du ministère zaïrois des Affaires étrangères à l’ambassadeur du Zaïre au Burundi. Les deux dépêches diplomatiques précisaient que l’expédition « Africa Raft » était autorisée par le Conseil exécutif (gouvernement). Le matin de la descente du fleuve, Amblard et Laurenceau, conscients du danger, avaient renoncé à l’expédition. Ils étaient restés sur l’Ile aux hippopotames. C’est ici que la nouvelle de la disparition de l’animateur Philippe de Dieuleveult tombe comme un coup de tonnerre.

Dans un rapport rédigé par le vice-gouverneur du Bas-Zaïre d’alors, Mwenelwata Isungapala, on peut lire notamment: « Lundi 5 août 1985, le citoyen Kinkela Sungu, pécheur résidant au camp Molokay à Inga, aperçoit neuf Blancs à bord de deux embarcations pneumatiques vêtus d’équipements de navigation sur le fleuve Zaïre en amont du complexe hydro-électrique d’Inga ». « De leur contact avec le citoyen, poursuit le vice-gouverneur, ces Blancs ont déclaré qu’ils venaient du Burundi et se dirigeaient vers Banana via Matadi ». Les neuf Européens voulaient s’assurer qu’ils se trouvaient effectivement à Inga.

« ENQUÊTES »

Dans un article publié le 21 septembre 1994 sous la plume d’Alain Frilet, le quotidien français « Libération » rapporte qu’un ancien officier de renseignement zaïrois [Okito Bene Bene, Ndlr] affirme dans un ouvrage « Africa Raft » que Philippe de Dieuleveult et ses compagnons « avaient été emmenés et interrogés avant d’être exécutés dans la nuit du 8 août ». D’après lui, « tous les membres de l’expédition ont été exécutés ». Qu’en est-il de Laurenceau et Amblard ayant renoncé à l’expédition?

En octobre 2008, la journaliste Anna Miquel du trimestriel français « XXI » entre dans la danse. Après un voyage au Zaïre, rebaptisé Congo-Kinshasa, la dame est catégorique: Philippe de Dieuleveult et les autres membres de cette expédition « ne sont pas morts par noyade. Ils ont été arrêtés par les services secrets zaïrois et exécutés, après interrogatoire, par des membres de la Division spéciale présidentielle sur ordre de Mobutu ». Motif: espionnage. L’histoire ne dit pas qui avait financé le voyage et les frais de séjour de la journaliste à Kinshasa. L’histoire ne dit pas non plus l’intérêt que cette dernière devait promouvoir en achetant un faux « Procès-verbal d’audition » au prix de 150 $ US. Ledit « PV » était revêtu d’une fausse signature scannée de Philippe de Dieuleveult (voir l’OBS du 31 octobre 2009).

Dans une dépêche datée du 25 juin 2009, l’AFP, citant l’avocat de la famille du célèbre animateur, annonce l’ouverture le 25 mai de cette même année d’une enquête préliminaire « pour éclaircir les conditions de la mort » de Philippe de Dieuleveult. L’Agence de rappeler qu’en octobre 2008, Jean de Dieuleveult [décédé, frère de l’animateur, Ndlr] avait demandé la réouverture du dossier après la publication par le magazine trimestriel « XXI » d’une enquête démentant la thèse officielle de « la mort par noyade ». Tiens! Tiens!

Spécialiste autoproclamée ès questions zaïro-congolaises, la journaliste belge Colette Braeckman est tombée dans son propre piège. Dans un article du « Soir » de Bruxelles, daté du 1er juillet 2008, notre « spécialiste » se prend pour l’Inspecteur Colombo. Elle lance: « Philippe de Dieuleveult avait fait part au président Mobutu de son projet de traverser les rapides d’Inga ». Jusque-là, on cherche en vain le scoop. Elle poursuit: « Mobutu aurait déclaré qu’il ne pourrait pas garantir sa sécurité au motif que le Bas-Congo était un site stratégique ». Braeckman semble considérer que les Africains – pour ne pas dire les Noirs – en général et les Congolais en particulier sont prêts à croire en n’importe quelle fabulation. Pas besoin de démontrer ce que l’on affirme. Il importe d’ouvrir la parenthèse ici pour rappeler que dans son ouvrage « Le Dinosaure », publié chez Fayard, « Colette » avait donné un bilan pour le moins imaginaire de 347 étudiants tués par des éléments de la garde présidentielle de Mobutu. Trente-deux ans après, les parents des « victimes » demeurent toujours invisibles. Fermons la parenthèse.

MOBUTU CONNAISSAIT BIEN PHILIPPE de DIEULEVEULT

Les « enquêtes » menées tant par Okito Bene Bene, Anna Miquel que Colette Braeckman ont éludé sciemment quatre faits essentiels. Primo: Philippe de Dieuleveult n’était pas un inconnu au Zaïre de Mobutu. En juin 1984, l’animateur y avait réalisé l’émission « La chasse aux trésors » dans la même province du Bas-Zaïre [Kongo Central]. Dieuleveult et son équipe avaient bénéficié d’un important appui logistique de la Force aérienne zaïroise. Un hélicoptère Alouette fut mis à sa disposition. Secundo: c’est à cette occasion que l’animateur aura l’idée de « défier » les rapides d’Inga. Tertio: sur instruction du président Mobutu, le chancelier de l’ambassade du Zaïre à Bruxelles – qui n’était autre que le futur ambassadeur Jean-Pierre Kimbulu Moyanso – va délivrer les visas de voyage à Dieuleveult ainsi qu’aux membres de l’expédition.

Philippe de Dieuleveut fut un agent de réserve de la DGSE? Sans doute. La DGSE n’a jamais été assimilée au KGB. Depuis son accession à l’indépendance, le Congo-Zaïre n’a jamais considéré la France comme un Etat hostile. Les services secrets des deux pays ont toujours entretenu une réelle « coopération ».

Les « investigations » précitées ont manifestement été menées « sur commande ». Et si la raison profonde du « bailleur de fond » n’était qu’une banale affaire d’assurance-vie à encaisser à la condition que la cause du décès soit « l’assassinat » et non la « noyade »? Il est vrai que les assureurs en horreur toute forme de négligence. La noyade renvoie à la négligence voire à l’inconscience.

Quarto: le président Mobutu Sese Seko n’avait aucun mobile pour faire exécuter Philippe de Dieuleveult dont l’émission réalisée en juin 1984 avait plutôt « servi » l’image de son régime.


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

5 thoughts on “Africa Raft: Qu’est ce qui fait courir la famille Dieuleveult?

  1. Nous étions jeune à l’époque et avions vécu les faits.
    Mobutu n’avait aucun intérêt à éliminer cet homme qui lui était plutôt utile et que tous les Zaïrois appréciaient.
    Alexis de Dieuleveult n’a qu’à se rendre lui-même sur les lieux pour constater leur dangerosité. Les rapides d’Inga sont les plus gros rapides au monde avec un débit qui dépasse les 45 000 m3/s. Sur 350 km, entre Kinshasa et Matadi, le fleuve descend à 270 m, formant environ 70 rapides et cascades. Les profondeurs dans cette section sont de 230 m ou plus, faisant du Congo le fleuve le plus profond du monde.
    Journaliste-aventurier, prêt à relever les grands défis aux quatre coins du monde, c’était de cette manière que Philippe de Dieuleveult avait voulu passer dans la cour des grands.

  2. Excellent article très bien détaillé avec des faits chronologiques saillants, des vérités inattaquables et vérifiables qui éludent la thèse de l’assassinat de Philippe de Dieuleveult par les services secrets du Zaïre de l’époque. Tout ce cirque complotiste (théorie du complot) depuis 37 ans pour étayer la thèse ubuesque et gargantuesque de l’assassinat afin de toucher l’assurance-vie que les assureurs ne veulent pas payer à cause de la noyade qui est une négligence. Décidément l’Argent (Monnaie) est la racine de tous les maux, le Roi de Lydie « Gygès » Aïeul de CRÉSUS qui a créé la Monnaie fut réellement inspiré par Satan le Chérubin jadis oint (inspirateur du monde Pandémonium) car le Grand Ordre des Choses Divines (Monde Angelique) ne connaît pas l’existence de la Monnaie (Argent). Le mot « Argent » utilisé dans la Bible falsifiée par les Colons évoque le Cordon d’Argent invisible [l’endroit où l’esprit se rencontre avec l’âme] connu de tout « TOUBIB » car il est lié à la MORT à contrario du Cordon Ombilical qui donne la VIE. Le CORDON D’ARGENT évoque la mort, quand l’ÂME[=CORPS+ESPRIT] s’eteint, l’ESPRIT (que revêt le fœtus à 6 mois dans le ventre maternel) retourne en son lieu initial connu du Seul Véritable Dieu Tout-Puissant qui vit inexplicablement hors du Continuum Temps et Espace et le CORPS devient inerte et retourne à la poussière d’où il est venu car tiré du LIMON NOIR de la terre trouvé le long du FLEUVE NIL (Cosmogonie ou Genèse 2 : 7 Bible Abbé Filion). Il est écrit sur la MORT ceci « Mais souviens-toi du temps où les gardiens de la maison tremblent, où les hommes forts se courbent, où celles qui moulent s’arrêtent parce qu’elles sont diminuées, où ceux qui regardent par les fenêtres sont obscurcis, où les deux battants de la porte se ferment sur la rue quand s’abaisse le bruit de la meule, où l’on se lève au chant de l’oiseau, où s’affaiblissent toutes les filles du chant, où l’on redoute ce qui est élevé, où l’on a des terreurs en chemin, où l’amandier fleurit, où la sauterelle devient pesante, et où la câpre n’a plus d’effet, car l’homme s’en va vers sa demeure éternelle, et les pleureurs parcourent les rues. Avant que le CORDON D’ARGENT se détache, que le vase d’or se brise, que le seau se rompe sur la source, et que la roue se casse sur la citerne; avant que la poussière retourne à la terre, comme elle y était, et que l’esprit retourne au Véritable Dieu Tout-Puissant qui l’a donné. Vanité des vanités, dit l’Ecclésiaste, tout est vanité » Ecclésiaste 12 : 3-8. EKATELI YA ROI SALOMON OYO ELAKISI ETE LIWA EZALAKA KAKA MPO NA BABOLA TE. ETEYA TSHILOMBO-PÉTAIN ET SES PARRAINS OCCUPANTS BANYARWANDA car tout est vanité et poursuite du vent. VIVE LE SOULÈVEMENT POPULAIRE. INGETA

  3. BAW, Je trouve quelque peu indécent la formulation de votre billet : comment pouvez-vous demander à une famille qui a perdu le sien dans des conditions peu élucidées qu’est-ce qu’elle court chercher en allant aux nouvelles même après 37 ans ? Au-delà de l’argent, la recherche de la vérité pardi qui donne la dignité et le sens à la mort de leur parent. Ailleurs qu’est-ce qui vous fait tant croire qu’il ne s’agissait que d’un accident et jamais une bavure qui peut arriver partout ? Ce serait quelqu’un de ma famille, je ne vois pas comment je ne chercherais pas la vérité sur les conditions de sa mort…

  4. Bonjour Chers Compatriotes. La visite du Pape en RDC fin Décembre 22 début Janvier 23 est une diversion pour les Congolais. La ville de Goma risque de tomber le 31 Décembre 2022 ou le 1er janvier 2023 pendant que la population sera occupée à célébrer le nouvel an et à accueillir le souverain Pontife.
    Souvenez-vous que :
    Bunangana était occupée lors des préparatifs de sa première visite annulée.
    Rusthuru est passée sous contrôle des terroristes pendant que toute la jeunesse était mobilisée pour le concert de Fally Ipupa.
    La stratégie des ceux qui veulent divisés le Congo est qu’il faut absolument distraire les Congolais en attirant leurs attentions à d’autres évènements moins importants que leur sécurité.
    Je crains que l’Article 217 de notre constitution de 2006 trouve son application avec l’arrivé des troupes de la communauté des Pays de l’Afrique de l’est.
    To lamuka.
    Bruno

    1. @Bruno Muyeke,
      Ndeko, vous avez parfaitement raison. On se demande bien à quoi jouent nos propres autorités, censés être préoccupés par la protection de nos populations, on a plutôt assisté à une étrange scène lors de la manifestation des jeunes à Goma: la police s’est mise à disperser la foule qui ne faisait que marcher pour une cause juste, allez-y comprendre!
      Que cache la présence de l’armée kényane sur notre sol? Autant de questions!

Comments are closed.

Previous post Fièvre électorale: Déçu du « fatshisme », Babi Balukuna lance son parti…
Next post LUBUMBASHI: Des nominations qui fâchent et un meurtre politisé