Augustin Kabuya: « S’il y a quelqu’un qui veut s’en prendre aux édifices de l’église catholique, il faut l’arrêter »

Le secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Augustin Kabuya s’est exprimé ce dimanche 2 Août, au sujet des jeunes qui s’attaquent aux édifices de l’église catholique suite aux prises de position des confessions religieuses concernant les animateurs de la CENI. Pour lui, ceux qui s’attaquent aux édifices de l’église sont des « moutons noirs qui pensent qu’ils peuvent ternir l’image de l’Udps impunément »

« Beaucoup de membres de l’UDPS sont de l’église catholique, mais il y a un problème, il y a des moutons noirs qui pensent qu’ils peuvent ternir l’image de l’Udps et du chef de l’Etat, nous nous sommes de la non violence. Si vous apprenez qu’il y a quelqu’un qui veut profiter de la situation politique actuelle pour s’en prendre aux édifice de l’église catholique, il faut l’arrêter. Nous, nous sommes de la non violence quand on s’oppose de la position des dirigeants catholiques, en commençant par la cardinal, on n’a pas envoyé quelqu’un s’en prendre aux édifice de l’église catholique », a déclaré Augustin Kabuya ce dimanche devant les militants de son parti.

Et de poursuivre: « Si j’apprends que quelqu’un s’attaque aux église je serais le premier à demander qu’on l’arrête. Je mets en garde quiconque va chercher à mettre à mal l’image du parti. Tels que vous êtes là, exprimez-vous pacifiquement, aujourd’hui les gens disent que l’UDPS est un parti des Violent, c’est faux, l’UDPS est un parti des victimes! »

Ce dimanche 1er août, on a aperçu quelques jeunes scandant des chansons hostiles au cardinal Fridolin Ambongo devant le centre Lindonge, dans la commune de Limete à Kinshasa.

Déjà le 26 juillet dernier, l’évêque du diocèse de Mbuji-Mayi, Mgr Bernard-Emmanuel Kasanda avait publié un message qui exige des condamnations extrêmement exemplaires, fermes et rapides contre les auteurs des actes délibérés de profanation des différentes paroisses de ce diocèse. Selon ce responsable du diocèse, des ornements liturgiques, objets sacrés, statues du Sacré-Cœur de Jésus et de la Vierge Marie, tabernacles ou encore le Très Saint-Sacrement de l’Autel sont régulièrement volés par des hommes mal intentionnés depuis près de quatre (4) mois. Une dizaine de paroisses dont la cathédrale ont déjà été victimes de ces abominations.

 

Ivan Kasongo/ACTUALITE.CD

22 Commentaires on “Augustin Kabuya: « S’il y a quelqu’un qui veut s’en prendre aux édifices de l’église catholique, il faut l’arrêter »

  1. C’est le retour de la manivelle. L’inconscience et l’incompétence des dirigeants de l’UDPS leur éclatent à la figure aujourd’hui. L’incurie qui caractérise ce parti devient un véritable boulet pour Tshisekedi. Kabuya et Kabund ne sont pas à leurs places. Étienne Tshisekedi les a nommés comme de faire valoir, aujourd’hui les dégâts sont considérables. Les fameux parlementaires debout incontrôlables sont des jeunes désœuvrés naïfs auxquels on se permet de miroiter toutes sortes de promesses. La restructuration de ce parti politique est plus que nécessaire, ne fut ce que pour la tranquillité publique. Qui sème le vent récolte la tempête. A bon entendeur salut.

      1. Jo Bongos @ « TOTALEMENT » ?
        Lisez entre les lignes « un véritable boulet » pour Felix? lol Dans l´histoire de l´UDPS, jamais on a eu un « Sécretaire Général » et un « Président » orginaire de la même tribu.. ou de la même province.
        Depuis 2 ans et 6 mois, Felix ne trouve pas utile d´organiser un congrès de l´UDPS afin de faire voter un nouveau président.
        Kabund et Kabuya sont les hommes de Felix.. lui même avait fait ce choix.. afin d´éloigner les « universitaires » á la tête de l´UDPS.
        ETAT DE DROIT?
        Ceux qui insultent Felix sejourne en prison, mais ceux qui insultent et pillent un cathédrale de l´Église Catholique sont libres.
        Ce « terrorisme » d´État où l´UDPS souhaite imposer des balubas á la tête de toutes les institutions de l´État au Congo ne fait que commencer.. Pendant les 2 ans á venir, le pouvoir de l´UDPS va s´inspirer de Mobutu et Kabila sans doute..

  2. Une chose est certaine. Le national-tribalisme luba-kasaïen est en marche. Il faut l’arrêter pendant qu’il est encore temps. Demain, ce sera la désolation généralisée non seulement pour les membres des autres ethnies mais aussi et surtout pour les Luba-Kasaïens eux-mêmes qui ont essaimé mieux que d’autres ethnies sur toute l’entendue du territoire national. Le national-tribalisme est un mal absolu. Seuls les tribalistes primaires le défendent ou lui trouvent des excuses. Il est temps que tous les députés, tous les sénateurs, tous les partis politiques ou « ligablo » et toute la société civile se mobilisent pour mettre fin à cette idiotie dangereuse pour la cohésion sociale et la fragile stabilité du pays. On ne peut pas évoquer la tradition non violente de l’UDPS, hier « ligablo » d’opposition, pour ne pas voir la violence de l’UDPS, aujourd’hui « ligablo » du pouvoir. Le national-tribalisme est une idéologie conçue et mise en œuvre par des élites qui instrumentalisent la masse pour faire la casse ou le sale boulot en son nom. Tout le monde n’est pas dupe, Mr Kabuya.

  3. Augustin Kabuya doit faire preuve de suffisamment de jugeote pour interpréter correctement les faits:
    – Une fois au pouvoir, ces individus se sont révélés être les plus grands tribalistes de l’histoire de notre pays;
    – Adeptes du divisionnisme, Félix Tshilombo et ses oies montent les Luba contre les autres Congolais. Ils ne préparent pas des élections crédibles mais bien une fraude électorale à grande échelle, puisqu’ils se sont mis à positionner leurs hommes et femmes de confiance dans les principales institutions de la République, tous des Baluba pour mieux tricher;
    – Tshilombo Tshintuntu, par son tribalisme exacerbé, est en train de liquider tout ce qu’il en restait de la cohésion nationale, afin de bien remplir son rôle de facilitateur de la balkanisation de notre pays, puisqu’il s’est mis à flirter avec le sanguinaire Paul Kagame avec la complaisance de nombreux Kasaïens;
    – Tshilombo Tshifueba remplit ainsi sa mission qui consiste à légaliser l’occupation hema-tutsi de notre territoire en favorisant la montée en puissance des exaspérations à l’égard de nos compatriotes du Kasaï; ce qui risquerait de plonger notre pays dans une situation d’instabilité incontrôlable pouvant aboutir à des affrontements ethniques voire à la guerre civile.
    Il est temps que les Congolais, unis comme un seul homme, se lèvent et arrêtent toute velleité de déstablisation de notre pays par Félix Tshilombo et sa bande de Talibans fanatiques aveugles.

    1. eKUM
      1. « ces individus se sont révélés être les plus grands tribalistes de l’histoire de notre pays » : en organisant des Lititi mboka ?
      2. « Félix Tshilombo et ses oies montent les Luba contre les autres Congolais » : en créant une DSP qui commet des exactions contre les autres Congolais ?
      3. « positionner leurs hommes et femmes de confiance dans les principales institutions de la République, tous des Baluba » : Comme MBOSO, BAHATI, MAYO…
      4. « …liquider tout ce qu’il en restait de la cohésion nationale » : En imposant le tshiluba partout il y avait le swahili (aéroport, bureaux…) ? Non, c’est vous avec vos manipulations et campagnes pleines de haine qui liquider cette cohésion nationale. Même sous un Président, on a chanté en plein air « BOMA MULUBA, TIKA NYOKA » sans qu’il y ait vengeance.
      5. « son rôle de facilitateur de la balkanisation de notre pays » : Même AMBONGO et FAYULU ont déjà oublié ce sujet de manipulation. Félix était à l’Est. On n’a pas constaté que 70% du pays étaient déjà balkanisés comme disaient ces prophètes de malheur.
      6. « légaliser l’occupation hema-tutsi de notre territoire… » : C’est depuis longtemps qu’on vous demande de quitter les réseaux sociaux et d’aller défendre ce territoire. Bilobaloba na bino, sport.

      1. Lu pour procongo quelque part dans les réseaux sociaux.
        Août 2021,DG ou DGA.
        Miba: Paul Lukusa DG ai.
        Acgt: Médard Ilunga DG.
        Inpp: Patrick Kayembe DG ai .
        Rtnc: freddy Mulumba DG ai.
        Dgi: Barnabé Mukadi DG.
        Bcco Gaspard Kabongo DG ai.
        Transco: Chief Tshipamba DG ai.
        Bcc: Malangu Kabedi, Gouverneure.
        Rva: Alphone Shungu DG ai.
        Fpi: Jean-Claude Kalenga DG ai.
        Ovd: Victor Ntumba DG ai.
        Lmc(ligne maritime congolaise: Cedric Tshizainga DG, Mukendi Dga. Regideso: Clement Mubiayi DG
        Onip: Richard Ilunga DG
        Ogefrem: Olivier Mutala DG ai.
        Igf: Victor Batubenga chef service adj.
        Les Vices-Présidents des deux chambres du Parlement sont luba.
        Les ministères régaliens( Défense, Justice, Finances, Intérieur, Affaires Etrangères) sont tenus par les kasaiens ou les proches de Félix.

      2. KOLOMABELE
        oyo nde argument ? Et les nombreux postes occupés par les Congolais d’autres ethnies ?
        OSEKISI NGA MAKASI AVEC CE FAMEUX « … sont tenus par les kasaiens ou les proches de Félix ». Si ces proches-là ne sont pas du Kasai, alors sepela. Voulez-vous y voir des ennemis de Félix ? Opposition quel pema !!!

  4. Petit à petit, Mr Mayoyo se dévoile enfin. Il est tout simplement obsédé par une tribut: le Luba. Son explication sur  » le national-tribalisme » ne peut convaincre que ceux qui adhérent à ce fable dangereux. Je rappelle à notre frère Mayoyo que l’homme le plus puissant aujourd’hui au Congo s’appelle Alingete, que je sache il n’est pas luba encore moins Kasaien. Vous avec prétendu que le national-tribalisme est mondial. Vos derniers commentaires par lesquels vous appelez à l’arrêt de ce que vous appelez national-tribalisme luba kasaien qui serait en marche sont édifiants. Si j’étais complotiste, je hurlerais: halte à la haine. Vous allez me traiter de tous les noms, mais je maintiens que vos propos sont dangereux. Je suis peut être malhonnête intellectuellement comme vous m’avez taxé dans un autre échange, peu importe, quelqu’un d’aussi équilibré et instruit comme vous, qui connaît parfaitement l’histoire tumultueuse de notre pays doit se garder de lancer ce genre d’appel. Dommage, j’ai été émerveillé par votre récit sur le Congo profond, aujourd’hui je suis profondément déçu.

    1. Cher Elombe,
      Votre rôle face à toute critique contre le national-tribalisme luba-kasaïen est connu : faire de la diversion pour qu’on ne s’intéresse pas au sujet abordé. Peine perdue. « L’homme le plus puissant aujourd’hui au Congo s’appelle Alingete », affirmez-vous. Faux. C’est Fatshi Béton. Car c’est lui qui décide de la suite à réserver aux rapports de l’IGF. Pour preuve, le rapport de l’IGF contre l’ex-Ministre de la Santé UDPS moisit dans les tiroirs. C’est Alingete lui-même qui l’a déclaré sur un plateau de télévision. Ce ne sont pas mes propos qui sont dangereux. C’est le national-tribalisme luba-kasaïen qui est dangereux pour le pays. Comme le furent successivement hier les national-tribalismes de Mobutu et des Kabila. Vous êtes déçu par mes écrits ? Cela se comprend bien. Tous les tribalistes primaires qui se réjouissent de la domination des membres de leur ethnie sur l’appareil de l’Etat n’entendent jamais raison. Au Congo, s’il y a des élites d’une ethnie qui devraient comprendre mieux que les autres le danger du national-tribalisme pour ne pas s’en servir comme levier de pouvoir, ce sont bien les élites de l’ethnie luba-kasaïenne. Car les Luba-Kasaïen ont payé un lourd tribut aux processus de démocratisation irréfléchies de notre pays. Mais les voilà aujourd’hui se délecter de l’hégémonie ethnique qu’instaure Fatshi Béton. Retenez, cher Elombe, que le national-tribalisme reste indéfendable. Il n’y a pas un seul de mes arguments que vous pouvez ébranler. Je reviens sur le national-tribalisme dans un prochain article. Arrêtez de chercher à me caresser dans le sens du poil en déclarant que vous aviez apprécié le récit de mes pérégrinations dans le Nord Ubangi. Que vous appréciez ou non, moi je connais ma valeur.

    2. « Kabuya: « S’il y a quelqu’un qui veut s’en prendre aux édifices de l’église catholique, il faut l’arrêter ». Kiekiekie, comme l’histoire d’un pompier vrai pyromane, il met sciemment le feu à la maison et crie ensuite au feu. Le bouquet avec Kabuya, c’est qu’en plus il réfléchit avec ses pieds…

    3. Hélas, cher Elombe, je crains qu’il ne manque une patte à votre syllogisme : si vous ne trouvez à reprocher à Mayoyo qu’il est obsédé par la tribu Luba que dites-vous de vous même qui à longueurs de pages vous ne vous employez qu’à la défendre ? Croyez-moi le jour où il y’aura autant sinon plus de non-luba à défendre les Luba, ce que ses derniers seraient en véritable danger. Aujourd’hui ce sont ces derniers qui nous abreuvent de leurs jérémiades de victimes mais le sont-ils tant plutôt que comptables de leurs forfanteries ? Jamais je n’aurais prévu qu’on en arriverait là dans notre pays !

  5. @Elombe,
    Alingete, l’homme le plus puissant aujourd’hui au Congo ? kie kie kie
    Vous nous prenez pour qui ? Si Alingeti était l’homme le plus puissant au Congo, Eteni Longondo, le fantasque-bouffon ancien ministre de la santé, Mme Acacia Bandoloa, la mystérieuse ancienne ministre de l’économie, tous les fictifs de la présidence – pour ne citer que ceux-là – seraient devant les tribunaux.
    Vous êtes quelqu’un de nocif, de très nocif pour le président Tshilombo et le peuple luba profond.
    Je ne sais pas qui vous êtes et quel est votre épaisseur intellectuelle. Votre intolérance à toute critique des actes posés par le président Tshilombo s’apparente à une forme d’endoctrinement dangereux. Vous ne vous rendez pas compte que vous desservez votre champion. Vous continuez à l’aveugler, à l’enfermer dans la bulle dans laquelle un groupe d’Ayatollah ultra-tribalo-clanisés l’ont enfermé lui faisant croire qu’ils ont le Congo entre leurs mains ( dixit Anthony Tshisekedi ). Vous vous trompez.
    Na mawa na soni !

  6. 1. J’ai toujours trouvé KABUYA (comme Ambongo) impertinent. Ce n’est pas aujourd’hui que je serai étonné de ses sorties médiatiques.
    2. Rationnellement, je ne vois pas en quoi les gesticulations d’un groupuscule (avec quelques ‘bérets rouges’ serait un problème de l’Udps. Tout est possible en politique. Si les propos de Mgr. Kasanda sont utilisés aujourd´hui pour faire croire que les membres de l’Udps auraient vandalisé des églises (il y a d’ailleurs des démentis. Même les images sont fausses), si une fake news de Transparency est utilisé aujourd’hui pour faire croire que Félix aurait corrompu des chefs religieux (Peter Tiani s’en excusé, après avoir été contredit par l’auteur citée), pourquoi les cris devant le Centre Lindonge ne seraient pas un petit coup préparé. D’ailleurs la succession des fake news donne à réfléchir.
    3. Par ailleurs, il est aussi temps qu’AMBONGO comprenne que ses déclarations en politique ont souvent été catastrophiques (L’invitation n’est pas une convocation, Esaü et Jacob, demande des jeeps, appel à la population de se mettre en ordre de marche… Et si Malonda était agressé, ye Cardinal-commandant aurait dit quoi ?).

    1. @Procongo,
      Je note que pour une fois, vous donnez votre point de vue, au lieu de sous-commenter les commentaires des autres. C’est un progrès !

      1. Jo Bongso,
        ce n’est pas parce que vous venez de lire Mudimbe qu’il est devenu intéressant. Problème eza Mudimbe te.

  7. MAYOYO
    osali RECHUTE. Dépression post-électorale ezongi makasi. Votre ‘problème contre les Luba’ vous rend ridicule (On comprend finalement qu’on avait sous-estimé les proportions de votre tristesse de voir un Luba Président). Tout semble bon pour vous pour lancer – à la place d’une réflexion sérieuse et rigoureuse – des cris et appels comme un écervelé. Quand on chantait „boma muluba tika nyoka“ aux meetings de Lamuka, on ne vous a pas vu vous manifester ou écrire „national-tribalisme anti Luba“. National blablabla en marche. Ki manipulateur-propagandiste ya salité. Salela âge !

  8. Cher Elombe (to kolanda)
    J’admire votre premier message sur ce meme article qui fustige l’incurie au sein de l’UDPS. Et l’exhortation que vous faites n’est pas differente de ce que propose M. Mayoyo.
    Il faut immediatement arreter le comportement tribaliste de certains miltants zeles de l’UDPS. C’est aux dirigeants de l’UDPS a qui revient cette tache salutaire d’encadrer leurs troupes.
    N’ayez pas, s’il vous plait, une image deformee et des evenements et de la reaction de Mayoyo.
    Patriotiquement votre!
    Zalo

  9. Voici ci-dessous un autre cris de detresse de certains enfants de la Republique. Ne peut-on pas solliciter conseils aupres du patriarche Jonas Munkamba. C’est un sage tres respecte que ses freres appelaient affectuesement MOUVANCIER POSITIF dans les annees 1990, c’est-a dire qui recevait l’argent du Marchal et qui en partageait avec Etienne Tshisekedi. C’est probablement pour cette raison que dans sa magninitude, le PR lui a octroye un PRADO tout neuf a son 90 eme anniversaire.
    Le deces de Haut Representant Kitenge Yezu et du Conseilller prive Tshimbombo Mukuna a laisse un vide prejudiciable. Ces genis de la politique zairo-congoleuse etaient a meme de temperer les plus radicaux de l’entourage du PR. Il se raconte aussi que la fameuse loi Tshiani de pere et de mere congolais vient de faucaux de la presidence et que Noel Tshiani n’est qu’une boite postale. Osons esperer que l’ivresse du pouvoir ne va pousser les uns et les autres a franchir la ligne rouge.
    ‘’Epuration’’ dans les entreprises et établissements publics : La communauté katangaise se dit victime !
    Un croissant malaise est constaté au sein de la communauté katangaise (Haut-Katanga, Haut Lomami, Tanganyika et Lualaba). Frustrés et indignés, les ressortissants de l’ex-Shaba se disent être visés par un plan d’épuration aux postes de commandement dans les entreprises et établissements de l’Etat en faveur des Kasaïens. Et la goutte qui a fait déborder le vase, c’est la nouvelle mise en place à la Direction générale des impôts (DGI) où le directeur des grandes entreprises, André Lumu Baruani, se voit défenestrer de son poste au profit d’un Kasaïen pour être muté à Kisangani. La logique, selon la Communauté katangaise, est simplement de former un trio des Kasaïens aux finances : un ministre des finances kasaïen, un directeur général de la DGI kasaïen et un directeur des grandes entreprises kasaïen.
    Selon la communauté katangasaise, la mutation de André Lumu Baruani et le forcing opéré pour une remise et reprise, sont la face cachée de l’iceberg d’autant plus que si pour certains mandataires le rapport de l’Inspection générale des finances (IGF) pourrait servir de soubassement des sanctions négatives dans les entreprises publiques, il n’en est pas le cas pour la DGI. Non sans raison, il est un mystère, au regard des performances en matière de recettes enregistrées et saluées ces trois derniers mois et provenant en partie de cette direction des grandes entreprises, que son animateur soit enlevé. En effet, selon les propres mots du ministre des finances Nicolas Kazadi, cette direction de grandes entreprises a percé les assignations avec 100 % voire 120 %. C’est donc une sanction positive contre André Lumu qui serait attendue des autorités en lieu et place de sa mise à l’écart au moment même où l’enjeu majeur du gouvernement Sama Lukonde est la maximisation des recettes.
    D’après les indiscrétions parvenues à Scooprdc.net, le premier ministre se serait opposé à cette mise en place inopportune mais en ministre UDPS parti au pouvoir, Nicolas Kazadi s’en est fichu. Toujours d’après ces indiscrétions, d’autres ministres de ce parti présidentiel obéissent difficilement au chef du gouvernement et mettent souvent celui-ci mal à l’aise. C’est le cas de le dire de la Kasaïenne ministre des Mines, Antoinette N’samba Kalambayi, qui a fait aussi la chasse au Katangais Jean-Félix Mupande Kapwa au Cadastre minier.
    Dans le lot d’épuration des Katangais aux postes de commandement dans les entreprises et établissements publics, la Communauté katangaise énumère le remplacement à la Banque centrale du Congo de Déogratias Mutombo et la suspension du PCA du FPI, Isidore Kabwe Mwehu. On dit aussi que le directeur de cabinet du président de la République serait mis mal à l’aise par la clique kasaïenne autour de Félix Tshisekedi.
    Ce malaise croissant au sein de la Communauté katangaise, apprend-on à Scooprdc.net, aurait fait déplacer le patriarche Gabriel Kyungu wa Kumwanza vers Kinshasa. Avec d’autres notables katangais, ils s’inquiètent et veulent comprendre la logique de toutes ces décisions de sanctions contre les cadres katangais dans un contexte de grande suspicion mutuelle entre les partenaires au sein de l’Union sacrée, la nouvelle majorité.
    Ils estiment que cette situation est susceptible de fragiliser non seulement la cohésion gouvernementale, mais peut aussi détériorer les relations entre les communautés kasaïenne et katangaise. Et pour permettre au premier ministre d’user de ses prérogatives constitutionnelles, ils prient le président de la République dont le rôle n’est pas de gérer l’ego surdimensionné de certains de ses collaborateurs qui n’ont pas la discipline des corps et le respect de la hiérarchie, de rappeler à l’ordre certains membres du gouvernement issus de son parti UDPS, qu’ils sont les effectifs du gouvernement Lukonde et ne peuvent pas se comporter en électron libre

    1. @Zalo,
      Il n’y a pas que les katangais…
      Les équatoriens se plaignent d’être virés et remplacés sans raison par des kasaïens dans les administrations communales de la ville de Kinshasa ( Kinshasa, Lingwala, Kitambo…).
      Quel gâchis ce Tshilombo. Il a détruit nos rêves de réparer notre pays après l’imposture rwandaise. On y avait cru…
      Mawa !

  10. ZALO
    ce tissu de bilobela, des « apprend-on », nde raisonnement ? Selon la communauté katangaise, yoka soni pour ce genre de formule manipulatrice. Kiadi !

Comments are closed.