CENI: Réactions timorées de l’opposition après la nomination de Kadima

Soixante-douze heures après l’allocution présidentielle annonçant l’investiture des douze membres (sur quinze) du nouveau Bureau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), les réactions en provenance des milieux de l’opposition semblent plutôt pusillanimes. Les porte-paroles attitrés sont quasiinvisibles. Dans la soirée, tous les oreilles étaient tendues vers le Haut-Katanga, fief du parti Ensemble pour la République (EPR) où l’heure était à la réévaluation de la situation, selon le secrétaire général de l’EPR, Dieudonné Bolengetenge.

Denis Kadima Kazadi, nouveau président de la CENI

Est-ce le calme avant la tempête? C’est la question qui continue à hanter les esprits soixante-douze heures après la publication de l’ordonnance présidentielle portant investiture de douze animateurs – sur quinze – du nouveau Bureau de la CENI avec à leur tête, Denis Kadima Kazadi, 60 ans. Selon des sources bien informées, les « douze » devraient prêter serment le mardi 26 octobre.

Dimanche 24 octobre aux environs de 23 heures (heures de Bruxelles), une « information » fait le « buzz » sur les réseaux sociaux. « Fin de la réunion du parti politique Ensemble autour du chairman Moïse Katumbi la décision est tombée. Ensemble pour la République qui officiellement la coalition majoritaire à l’Assemblée nationale. Chaque membre est prié d’en tirer toutes les conséquences« , peut-on lire.

Moins de dix minutes après, une « alerte » sous forme de démenti tombe sur le compte Twitter d’une certaine Gino Rehema @MissRehema. « Contrairement à ce qui se raconte dans les réseaux sociaux, écrit-elle, @Ensemble_MK de M. Katumbi n’a pas encore rendu officielle sa position après l’investiture de nouveaux animateurs de la @cenirdc. Le président du parti poursuit les consultations avant de lever une option définitive« . Qui dit vrai? Qui joue avec les nerfs des Congolais? Devrait-on parler de « ballon d’essai » pour prendre la température de l’opinion?

« RÉQUISITOIRE CONTRE FATSHI« 

Dans les médias kinois diffusés sur YouTube, les téléspectateurs n’ont pas manqué de tressaillir face au réquisitoire prononcé contre le président Felix Tshisekedi. Quelques journalistes réputés notamment pour leur proximité avec l’ex-Première Dame Marie-Olive Lembe campent le rôle de « représentants du ministère« .

La grande surprise est venue de l’émission « Club 50 » de la télé kabiliste du même nom. Le journaliste Peter Tiani a bénéficié de pas moins d’une trentaine de minutes pour son intervention. L’homme a plus « éditorialiser » qu’informer. Il avait manifestement un message politique – tarifé? – à faire passer. Jean-Marie Kassamba, le patron dudit média affichait une indolence inhabituelle. Etait-il dans le « coup« ? On retiendra cette phrase assassine: « Je me sens mal quand j’entends des gens clamer que la situation du pays est devenue pire qu’à l’époque de Joseph Kabila« . Propagandiste et démagogue, Tiani d’alterner le chaud (« Felix Tshisekedi est mon Président« ) et le froid (« L’UDPS a désormais la réputation d’un parti qui n’a pas le sens de la parole donnée« ). Que dire du silence des autres confrères présents? Osons les citer: Edmond Idzuba. Douxjesus Beledu, Yves Buya, Pius Roland Ngoie Kiloka. Il est temps que la presse congolaise donne un coup de balaie devant sa porte. La respectabilité est à ce prix.

Il importe d’ouvrir la parenthèse à ce stade. Le monde congolais de la presse est malade. Malade des « relations incestueuses » existant entre les journalistes et les « puissants du moment » que sont les opérateurs politiques et économiques. L’éthique journalistique est foulée au pied. Les journalistes défendent plus des intérêts particuliers que des valeurs. Ils confondent le métier de « rapporteur des faits et des opinions » avec ceux de propagandiste et d’agent de relations publiques. Les débats congolais sont devenus rebutants. Et pour cause, chaque intervenant est « chargé d’une mission« . Fermons la parenthèse.

UN RESPONSABLE POLITIQUE NE PEUT PAS PARLER AVEC DESINVOLTURE

Augustin Kabuya, secrétaire général ad intérim de l’UDPS

Dans son journal parlé matinal, dimanche, la Radio France Internationale a diffusé une déclaration pour le moins lamentable. Le locuteur n’est autre que le secrétaire général a.i de l’UDPS. Augustin Kabuya s’est cru en droit de divulguer les conciliabules politiques qui ont eu lieu entre son parti et des émissaires du leader de l’EPR. Selon lui, le « clan Katumbi » est en colère contre Kadima parce qu’il n’a pas obtenu le poste de 1er vice-président du Bureau de la CENI. Le moins que l’on puisse dire est qu’un responsable politique ne doit pas parler avec autant de désinvolture.  Intervenant samedi 23 octobre, en lingala, sur Top Congo, Francis Kalombo, un des communicants de l’EPR, est apparu très réservé préférant laisser à la direction de son parti le soin d’annoncer la position de cette formation politique. Répondant à Kabuya, il a eu ces mots: « Compte tenu de son poids politique, notre parti est en droit d’occuper le poste de Rapporteur de la CENI ». Sur radio France internationale, Kabuya crie littéralement: « On ne veut pas de Denis Kadima parce qu’il est un Muluba du Kasaï au même titre que le Président de la République« .

Qu’en est-il de l’ECIDé et de la plateforme « Lamuka » du duo Martin Fayulu-Adolphe. Clément Muza, cadre du parti fayuliste, estime que « 98% de Congolais ne veulent pas de Kadima« . Pas un mot sur l’origine de ces statistiques. Sur RFI, Prince Epenge, un des communicants de Lamuka, déclare que l’investiture de Denis Kadima « est un acte de provocation pour la coalition« . Après avoir réclamé une solution consensuelle, il lance: « Nous allons descendre dans la rue pour chasser Denis Kadima« .

Sous-estimé par ses nombreux adversaires, le président Felix Tshisekedi Tshilombo a manifestement pris de cours ses contempteurs. C’est à croire que personne n’aurait parié qu’il aille jusqu’au bout en signant le décret d’investiture des premiers animateurs du nouveau Bureau de la CENI. On peut gager qu’une reculade de la part de « Felix » n’aurait suscité que du persiflage sur son « manque de leadership« .

Lundi 25 octobre. Il est 1 heure du matin au moment de boucler ces lignes. Des informations fragmentaires laissent entendre que des députés nationaux étiquetés « katumbistes » (AMK et Alliés) et (MS-G7) auraient décidé – le conditionnel doit être de rigueur – de rester dans l’Union sacrée de la Nation. Combien seraient-ils? Quarante? Cinquante? « Nous vous demandons également d’imposer aux responsables de l’Union Sacrée le respect des textes afin de ne pas y laisser prospérer les antivaleurs, notamment la corruption, le débauchage, l’achat des consciences, contre lesquelles vous avez engagé une lutte sans merci« , écrivait Moïse Katumbi Chapwe dans la correspondance adressée au chef de l’Etat en date du 18 octobre dernier.

Baudouin Amba Wetshi    

15 Commentaires on “CENI: Réactions timorées de l’opposition après la nomination de Kadima

  1. «  »…les réactions … pusillanimes »?
    Et si c’était vrai ce que disent certaines mauvaises langues comme quoi tous ces « opposants » n’étaient que des accompagnateurs de l’occupation rwando-ougando-burundo-tanzanienne?
    L’avenir nous le dira!
    «Un homme d’Etat pense aux générations futures, un homme politique pense aux prochaines élections », dixit Abraham Lincoln.

  2. La leçon qu’on peut tirer de toute cette agitation est que l’église catholique a mangé son pain blanc. Les différentes déclarations d’Ambongo et son homme lige Shole ont contribué à tendre exagérément la situation. Sans oublier les protestants qui se sont embarqués dans cette combine sans savoir les tenants et les aboutissants. Les catholiques se sont conduit en politiciens, proférant des menaces et anathèmes contre les institutions de la république. Quant aux politiciens, la plupart sont des tigres à papier qui ne pensent aucun poids. Le duo Fayulu et Muzitu sont incapables d’émettre sur la même longueur d’onde; l’un est un extrémiste, l’autre est un roublard cynique qui souffle le chaud et le froid en même temps. Il y a le cas comique de Soriano alias Katumbi alias Tshapwe qui ne parle qu’à travers ses portes mallettes ou valises dont imagine les contenus. Katumbi croit qu’avec son argent il peut tout acheter. Parfois il parvient à ses fins car, lorsqu’on entend parler certains individus desargentés, fauchés comme les Onyemba ou Bolengetenge qui déploient des trésors d’imaginations pour s’attirer les bonnes grâces de leur argentier de chef, on se demande où sont la dignité et la conviction. Heureusement que l’argent n’achète pas tout, beaucoup de congolais ont compris que Katumbi n’est qu’un opportuniste, un parvenu qui se sert de la politique pour protéger ses intérêts. Maintenant que Kadima et son équipe s’apprêtent à prêter serment, les politiciens doivent quitter les rhétoriques creuses et des chamailleries infantiles. Ils ont suffisamment de temps pour peaufiner leurs projets et programmes. Bien, il y a beaucoup de chômeurs dans le camp de l’opposition, mais ne dit on pas que la politique est un sacerdoce !!. Il est vrai aussi qu’un ventre affamé n’a point d’oreilles. Allez, au galop mes kikis, déclinez vos idées, vulgarisez les, les congolais attendent, 2023 politiquement c’est demain.

  3. Des bouffons qui contestent à d’autres bouffons le privilège d’être les seuls bouffons d’une bouffonnerie politique tribale.
    Congo, mboka elengi !

  4. @ Notre BAW a encore frappé selon son nouvel engagement : son constat semble ici valoriser la face politicienne de la situation alors que plus loin il fustige la politisation de ses confrères journalistes au pays , il n’a vu lui que des « réactions timorées de l’opposition après l’investiture du Bureau de Kadima ». Ensemble pour la République de Katumbi est aphone, assommé, incapable d’aucune position claire au sein de l’Union sacrée, Lamuka du duo Fayuku/Muzitu ne serait lui aussi que dans le persiflage, dénonçant sans programmes d’actions convaincantes, aucun mot sur le FCC dont on nous apprend ailleurs qu’il condamnerait ce forcing inacceptable, prêt à descendre dans la rue pour obtenir une Céni consensuelle. On apprend aussi qu’à l’international, JP Lacroix SG des NU en charge des opérations de maintien de la paix, en mission au Congo insiste sur un processus électoral apaisé alors que la crise politique s’exacerbe depuis cette investiture de Denis Kadima. Ne trouve grâce à la perspicacité de BAW que Tshisekedi qui aurait pris de cours ses contempteurs.
    @ Mais dites-moi n’y aurait-il parmi tous ces protagonistes que l’étranger JP Lacroix à se préoccuper de ce qu’il se passe vraiment dans ce pays et où va-t-il ? Il dit en effet que « s’il y a fracture, si les tensions s’exacerbent, l’essentiel risque d’être complètement détourné et ce serait évidemment très négatif et dommageable pour la population congolaise […] Chacun doit faire des efforts, y compris les autorités, pour que ce processus électoral se fasse de manière ordonnée, sans crise, et débouche sur des élections libres et équitables ».
    @ Je disais quelque part de guerre lasse à réclamer des changements que j’étais sur le chemin de me résigner à « faire avec », avec cette incurie endémique de nos pouvoirs successifs à prendre en otage le pays et le peuple pour leurs seuls profits immédiats. Combien sont-ils à affirmer aujourd’hui avec BAW que ça va mieux avec l’avènement de Tshisekedi à la tête du pays, que le pouvoir d’achat permet à la ménagère de faire manger sa famille, d’envoyer ses enfants à l’école et à les faire soigner, que la corruption et autres détournements ont cessé dans notre gestion publique, dans les entreprises étatiques et paraétatiques, que c’est une fiction que le tribalisme soit revenu en force, que, que…?
    Je me suis résigné à faire avec mais me revient une phrase d’Einstein selon laquelle “Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Alors je me console en me disant que si je dois laisser l’Udps jubiler et soutenir le passage en force de son Champion qui on le voit ne rassure pas, je suis presque convaincu qu’il n’a pas complètement jugulé la crise politique et pourquoi pas sociale.
    @ Mais faut-il pour autant, comme le proposent l’opposition et une partie de la société civile, engager d’ores et déjà des marches dans la rue avec ses possibles débordements dangereux pour contester cette investiture discutable au risque d’un nouveau cycle de désordres et d’une possible guerre civile car les interdictions et les brutalités policières ne manqueraient pas ? Peut-être pas le moment, et pas non plus complètement « faire avec », il nous faudra plutôt reconstruire de digues de vigilance pour un contrôle le plus étroit possible du processus. Et prendre le temps des réformes structurelles lucides et courageuses. Encore à recommencer le chemin de la démocratisation !!! Sauf évènements et/ou hommes providentiels qui changent de façon inattendue le cours de notre route, j’en suis aujourd’hui à croire que nous serons acculés à attendre et encore à attendre le temps que nos us et coutumes évoluent quitte à nous créer quelques aiguillons pour continuer à nous poser les bonnes questions. Et voilà hélas mon lâche réalisme qui frôle le défaitisme. J’en suis là…

  5. BASHFUL
    C´est le terme anglais .. que mister BAW utilise selon lui.. quand les réactions l´opposition sont « timorées ».. donc « craintives », trouillard, couard, ..et indécises.
    OPPOSITION ET LES OPPOSITIONS?
    Le président Felix se retrouve avec plusieures oppositions qu´il fabrique lui même á cause de ses choix politiques discutables.
    La societé civile a avec elle non seulement les syndicats des enseignants ou des fonctionaires de l´État, mais surtout les Églises ECC et Catholique.. Cette societé civile possede une capacité de « réaction » et des « actions » dans la rue dont l´UDPS n´ignore pas la nuisance mentale, spirituelle ou psychologique sans oublier.. la nuisance « diplomatique ».
    Ce que la CENCO a une capacité nationale et internationale.. le Vatican siége á l´ONU et a les ambassadeurs de toute la planète, tandis que le nombre des écoles et des paroisses catholiques et protestantes sont un facteur « politique » dont Kabila et son gang avaient experimentés la nuisance.
    TIMORÉE?
    Katumbi et son organisation politique vont certainement quitter l´Union Sacrée comme ils l´avaient fait avec le PPRD et cie.
    Ainsi, le FCC et Lamuka vont se retrouver renforcés subitement avec Ensemble pour la République. Le rapport de force va certainement changer.. si pas la majorité au Parlement..
    KABUYA
    Il n´est que la preuve de l´arrogance de l´UDPS qui n´a aucun respect pour les adversaires ou les alliés politiques.
    WAIT AND SEE
    Le président Felix va certainement user de la corruption.. mais cette approche est limitée car on peut pas acheter toutes la classe politique y compris la societé civile +a moins de 2 ans des élections.
    Timorée cette opposition? L´avenir proche va nous le démontrer avec fracas !

  6. Très peu de renseignements sur les diverses réactions des différentes chapelles politiques de l’opposition mais plutôt depuis un temps une attaque frontale contre des collègues journalistes ne se sentant pas proche du prince du moment. Propagandiste par là, éditorialiste par là. Soit !
    D’accord avec vous que la presse congolaise est malade. Chaque journaliste défend son présumé camp et selon ma perception du moment : Kassamba semble proche du camp Joseph Kabila, Peter Tiani proche du camp Katumbi, B. Amba Wetshi proche du camp Fatshi, Ndeko Eliezer son côté journaliste semble proche de Fatshi mais sa carte politique est plus un Katumbiste fort tiède mais très proche de l’udps. C’est de bonne guerre. Pour paraphraser Fatshi, cela démontre la vigueur du débat d’idées en Rdc.
    Pour finir Gino Rehema est une journaliste reporter bien connue sur la place de Kinshasa de la radio Top Congo fm.

  7. @ Une parenthèse ou une digression hors-sujet si vous permettez, en rapport avec l’actualité même si CIC n’est pas un site qui fait la chronique de l’actualité, le cas du procès et de la condamnation annoncée de Koffi Olomidé, parce que j’ai des choses (dérangeantes !?) à dire là-dessus !
    @ Jugé en appel à Versailles où cette fois il a eu le courage – ou l’insouciance – de se présenter, huit ans de prison ferme lui ont été requis le 25 octobre pour agressions sexuelles et séquestration de quatre de ses anciennes danseuses lors de ses tournées en France entre 2002 et 2006, le délibéré est attendu pour le 13 décembre. Ses délits se sont révélés si graves au tribunal pour qu’il lui ait infligé une si lourde condamnation, le parquet a explicitement demandé de revenir sur le « naufrage » du premier jugement mais d’ores et déjà on peut se demander si sa défense personnelle prétentieuse et plutôt légère ne l’a pas enfoncé davantage.
    Les mauvaises nouvelles ont commencé chez Koffi avec l’annulation de son concert à Arena Défense qui était prévu pour le 27 novembre. Que dire de plus de ce qui lui arrive aujourd’hui ? A l’avance, toutes mes excuses car je vais en choquer plus d’un, ayant un son de cloche plutôt différent de la majorité de la diaspora : si je reproche à Koffi ses écarts de comportement délictuels dans sa vie personnelle et dans le traitement indigne de ses collaboratrices qui ici l’ont conduit au tribunal qui s’en charge, je suis heurté par le rôle qu’on veut faire jouer à nos musiciens en les rendant coupables de s’aligner sur le pouvoir en place et qu’on somme alors de ne plus jamais se produire en Europe. Je suis choqué de l’attitude frontalement hostile adoptée par la diaspora envers lui dans ses malheurs quoiqu’il en soit lui-même responsable, j’aurais attendu du réconfort de la part de ses Compatriotes et leur demanderais de faire le tri entre ce qui revient au tribunal et le rôle de leaders d’opinion, de modèles qu’on veut faire endosser à nos musiciens, malgré leur responsabilité personnelle dans leurs graves dérapages pour lesquels on on a le droit de leur demander des comptes.
    @ Dans la diaspora il est de règle qu’on parle « occupation et nécessité de libération ». Mais que nous rapporte réellement là-dedans notre refus entêté des concerts de nos musiciens à Paris, Londres, Bruxelles ? Personnellement j’ai une idée de l’occupation et de la nécessité de libération moins rêvée et moins anecdotique : comment concrètement et lucidement nous libérer, comment décréter qu’un jour nous serons libérés mode diaspora radicale qui trouve que tous les politiques, fonctionnaires et membres de la société civile qui travaillent au pays dans le système ne sont que des traîtres collabo ?
    @ Pour moi, un artiste est de principe un trublion emmuré dans sa bulle d’extravagance, d’originalité, je refuse de les rendre automatiquement responsables de je ne sais quelle mission politique nationale. Il en existe qui peuvent porter un message nationaliste en une époque donnée mais c’est loin d’être la règle, ils restent souvent des troubadours derrière les puissants du monde et derrière leurs quêtes personnelles, dans tous les cas ils ne sont pas pour moi plus coupables que le reste de la population d’être des hérauts d’un ‘JK’ ou d’un Tshisekedi. Ils sortent en effet de notre société et en reflètent l’esprit et l’ambiance. Sinon en France, au Congo comme partout ailleurs ils n’exercent que leur métier, les en priver est tuer leurs moyens de survies comme ceux de leurs producteurs pendant que la musique reste un patrimoine de fierté de notre pays depuis des lustres .
    @ Un conseil quand même à nos musiciens : comme toute la diaspora leur en veut pourquoi ne pas lui offrir de fumer le calumet de la paix ensemble à travers des concert à travers l’Europe suivis d’un disque qui rassembleraient les musiciens du pays et les jeunes d’ici en hommage à nos victimes et en célébrant un pays souverain loin des accointances avec les Rwandais ? A ma connaissance Werrasson avait placé son dernier concert au Zénith annulé sous le thème de la « réconciliation ». Je le rappelle : pour moi les musiciens ne sont pas des politiciens, ils sont des artistes, ne les acculons pas comme je le vois maintenant à devenir tous des politiciens alors qu’une foule de combattants a quitté l’Europe pour aller faire si mal la politique sur place entrant dans le système ; ils seraient plus à condamner que nos musiciens dans l’alignement sur une politique d’occupation telle que pratiquée par le pouvoir en place. La cible rwandaise est en fait hors d’atteinte dans nos pratiques si on ne s’attaque pas directement à ce pouvoir plutôt que via les artistes…
    @ Encore une fois toutes mes excuses pour mon hors-sujet et ma témérité qui ne plairont pas à beaucoup et referme aussitôt cette digression !]

    1. @Ndeko Nono,
      J’ai adoré votre témérité. Je ne suis pas loin de penser comme vous. A ce que je sache, Koffi n’a jamais tué un seul congolais. Ceux qui tuent les congolais passent des jours heureux à Kinshasa et dans certaines villes occidentales. Ceux qui volent l’argent de l’Etat congolais, privant ainsi les congolais des politiques publiques susceptibles d’apporter le développement au pays ainsi transformer leurs conditions de vie, planquent ces millions volés en Europe. Cette diaspora congolaise, au lieu de s’attaquer aux artistes qui ne font que leur boulot, devraient imaginer des actions judiciaires contre ces voleurs d’état et les banques étrangères chez qui les millions volés sont domiciliés. Il suffirait pour cela que cette DIASPORA crée des partenariats avec des députés éuropéens tiers-mondistes et progressistes pour lancer des plaintes collectives contre les responsables politiques congolais pour détournement des fonds publics avec son corollaire de sous-développement et misère. Il n’y a aucune garantie que ces millions soient reversés au trésor public congolais mais au moins ces voleurs RAMeurs verront leurs comptes bloqués pendant toute la durée des procédures. La DIASPORA mongole a réussi à le faire. Pourquoi la DIASPORA congolaise ne le ferait-elle pas ?
      Ceci dit, moi, je ne sais pas danser.

      1. Ndeko Jo Bongos,
        Votre avis est courageux et lucide : nous avons compris pour la plupart d’entre nous que la défense de notre pays et de notre peuple est (devra être)le le combat incontournable de tous les vrais patriotes au pays comme dans la diaspora mais comment la matérialiser de façon utile dans nos paroles et nos actions ? Voilà où nos principes, choix et surtout méthodes peuvent diverger hélas !

  8. @Ndeko Nono,
    LE COMBAT DE LA RÉSISTANCE EST BASÉ SUR LA VÉRITÉ ET 60% DES VRAIS KONGOLAIS OU PLUS DANS LA DIASPORA SONT DES COMBATTANTS RÉSISTANTS VISIBLES ET INVISIBLES ! Nous (Combattant Résistant de l’Ombre) tenons à vous répondre humblement en vrac pour englober le 1er post nous adressé lors de notre récent retour sur CIC sur la nature du Combat contre l’Occupation Rwandaise que nous menons précisement contre leur suppôt Tshilombo-Pétain que les Occupants Banyarwanda ont nommé président protocolaire depuis 2019… D’emblée sachez @Nono nous vous apprécions à votre juste valeur, en lisant plusieurs de vos textes comme ceux des autres intervenants qui sont du côté du PEUPLE selon notre avis, cela nous réconforte, nous aide à garder espoir que le futur du KONGO-ZAÏRE sera sûrement meilleur sans la Classe Politique Inconsceinte Congénitale qui manipule notre PEUPLE… LE COMBAT DE LA RÉSISTANCE EST SACRÉ ET INTERDICTION DES PRODUCTIONS MUSICALES DANS L’ESPACE SHENGEN ! Tous les Combattants Résistants vous diront que le Combat que NOUS [Combattants Résistants que le président protocolaire Tshilombo-Pétain a traités des Nyangalakata, Ndoki, Haineux, Jaloux, Tribalistes etc] menons est TRÈS MYSTÉRIEUX, DIRIGÉ PAR DES FORCES SURNATURELLES qui dépassent tout entendement humain, c’est un état d’esprit inébranlable impossible à déstabiliser, celles et ceux qui s’opposent contre ce COMBAT SACRÉ risquent d’être engloutis, consumés comme les Israélites KORÉ, DATHAM et ABIRAM lors de leur révolte contre Moïse et Aaron (Nombres 16 : 1-40), cette sacralité est due à un Amour inconditionnel que tout Combattant Résistant a pour la Terre Sacrée KONGO-ZAÏRE… Iffok Edimolo a joué contre les Combattants Résistants et a perdu son bras de fer, la vie (survie) continue à Kinshasa la poubelle sans U-ARENA… L’embargo contre les concerts de nos chers Musichiens manipulés par les Politichiens est TEMPORAIRE… D’une façon allégorique, le COMBAT DE LA RESISTANCE KOGOLAISE peut être décrit en ce sens : Si une maison familiale brûle alors que des bandits ont tué notre paternel et ont violé notre génitrice commune, 10 Frères et Sœurs de même famille Kongolaise trouveront anormal qu’un ou qu’une d’eux aille dans un coin pour chanter et danser en invitant 3 Kongolais de ladite famille pour faire la fête même si c’est son métier… C’est pour cette raison capitale d’éviter la distraction (Fête inopportune) au sein de la Diaspora que les concerts sont interdits jusqu’à nouvel ordre (péjorativement jusqu’en 2085)… LES MUSICHIENS SE DISENT APOLITIQUES ET SONT EXEMPTS DE TOUT REPROCHE ! Nous vous signalons @Nono que le Négationniste Iffok Edimolo est affilié au PPRD de alias Kabila et à l’AFDC de Modeste Bahati Lukwebo (Cfr les images vidéo qui sont légion sur le Net), un certain Werrason a aussi des accointances politiques avec le PPRD et l’AFDC, JB Mpiana grand ami du Libanais Pprdiste Abed Achour mêmement roucoule avec Tshilombo-Pétain, ainsi de suite, dire que ces musichiens sont exempts de tout reproche, c’est oublier que la majorité de ces troubadours selon vous ont chanté pour la gloire de l’imposteur Kanambe alias Kabila moyennant un Gros Cachet en milliers de $… LE COMBAT DE LA RESISTANCE KONGOLAISE A UNE SEULE CIBLE (SYSTÈME D’OCCUPATION BANYARWANDA OU EMPIRE HIMA TUTSI) ! Nous vous citons « ils seraient plus à condamner que nos musiciens dans l’alignement sur une politique d’occupation telle que pratiquée par le pouvoir en place. La cible rwandaise est en fait hors d’atteinte dans nos pratiques si on ne s’attaque pas directement à ce pouvoir plutôt que via les artistes… », @Nono, si la RDC occupée par les Banyarwanda tarde de se libérer totalement, c’est en grande partie à cause du Peuple Kongolais lui-même qui se laisse berner par la Classe Politique Kongolaise corrompue, médiocre que les Musichiens que vous défendez dédicacent, louent les prouesses à longueur des journées dans leurs chansons obscènes, personne ne leur impose d’être des Artistes Engagés, mais la moindre des choses, c’était qu’ils aient UNE ATTITUDE PATRIOTIQUE FACE AUX DÉBOIRES que vivent, subissent plus de 80 millions de leurs Compatriotes, cracher sur nos 18 millions des morts, c’est franchir la ligne rouge… Toutefois quand on combat contre un Système Hideux qui a des ramifications encrées dans la société Kongolaise, il serait imprudent d’être gentil envers leurs alliés Musichiens, Politichiens et Religieux qui l’accompagnent… Bref, l’avenir donne et donnera toujours raison aux Combattants Résistants Kongolais qui ont LA VÉRITÉ comme leitmotiv, qui ont révolutionné et inculqué l’ABC du Combat de la Résistance contre les Occupants à des nombreux Jeunes Kongolais nés dans la Diaspora… Pour votre gouverne, ce sont des milliers des appels téléphoniques, surtout des mails et lettres qui furent envoyés pour annuler 5 concerts des musichiens Collabos sans violence aucune… Vous (@Nono) êtes libre de soutenir un aventurier de la trempe de Antoine Abgepa Mumba (nom d’emprunt selon ses propres dires au Tribunal de Versailles) qui est UN NÉGATIONNISTE DU GÉNOCIDE ET CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ commis contre le PEUPLE KONGOLAIS… À suivre… Ainsi soit-il… INGETA

    1. Ndeko Combattant Rsistant de l’Ombre,
      @ Vous aurez compris, je n’ai choisi ni la facilité ni l’ombre en la matière ici mais d’affronter des avis contraires comme le vôtre parce que je crois un peu à ce que j’affirme !
      @ Votre choix sur la manière de mener notre combat souverain et patriotique n’est pas exactement le mien mais je le respecte et même le partage d’autant que notre leitmotiv à tous est bien la défense sourcilleuse de notre souveraineté et de notre Patrie mises aujourd’hui à mal par des ennemis diaboliques, voisins rwandais, ougandais et autres ainsi que leurs parrains outre-mer. Ils convoitent et pillent toujours nos immenses richesses et n’hésitent pas à nous infliger un génocide des millions des nôtres aujourd’hui oublié par la CI, depuis un demi-siècle. Là-dessus je vous suis mais notre divergence se situe ici par exemple de croire comme beaucoup dans la diaspora qu’interdire nos artistes musiciens de se produire en Europe participe d’un combat utile, de croire que cette diaspora aurait le monopole du patriotisme actif : je n’y souscris pas entièrement comme je l’ai explicité, je ne crois pas que c’est ainsi que nous arriverons à’ empêcher nos dirigeants à vendre notre pays et notre population à s’aligner sur une politique subie d’occupation.
      @ Le reste est matière de mesure mais rassurez-vous je ne défends pas Koffi, Werrasson et d’autres en leur qualité de hérauts présumés de nos potentats successifs mais voudrais simplement qu’on fasse la part de leurs possibles dérives personnelles de celle des coupables et complices parce que les voulant modèles plus que le reste de la population qui continue de subir une politique inefficace sans se révolter. En attendant c’est à nos artistes musiciens qu’on continue à infliger des désagréments dans l’exercice de leur métier pendant que nos dirigeants médiocres continuent de mal conduire le pays. Nos cibles sont à redéfinir, voilà un peu la justification de mes choix !

    2. @Combattant Résistant de l’Ombre,
      Je valide, Ndeko.
      Koffi Olomide a nié le génocide congolais au moment où le Dr. Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix, lutte pour l’application du rapport Mapping!
      Antoine Abgepa Mumba n’en est pas à sa première perfidie: Cet agent du Pandemonium a déclaré une fois que les femmes rwandaises étaient « plus belles que les femme congolaises »! Libre à lui, mais une telle déclaration insinue que « les Rwandais peuvent bien violer et tuer » nos mamans, soeurs, nièces,…. cela ne ferait aucun mal à M. Antoine Abgepa Mumba puisqu’il a une prédilection certaine envers la femme rwandaise, d’où sa tentative à venir en Occident pour essayer de distraire la diaspora et permettre que les massacres se poursuivent de plus belle dans notre pays.

  9. @Ndeko Nono (Suite et Fin)
    METHODOLGIE DE COMBAT DE LA RÉSISTANCE ET TOLÉRANCE MORTELLE ! Nous relevons dans votre réplique une petite contradiction qui différencie nos 2 formes de COMBAT de la RÉSISTANCE contre le Système d’Occupation Rwandaise (Empire HimaTutsi), vous dites une chose et son contraire, d’un côté vous affirmez ne pas défendre les Musichiens Iffok Edimolo (Koffira), Mokonzi ya ba nyama ya Kingakati (Werrera), Papa sans chérie (JBira) et Cie, de l’autre vous demandez unilatéralement aux Combattants Résistants de préserver leur métier en faisant la part des choses de leurs possibles dérives personnelles de celle des coupables et complices pour vous citer… Cher Ndeko Nono, ne faites pas la mauvaise politique avec vos propos picrocholines qui frisent le politiquement correct ayant montré toute son inefficacité en RDC occupée par les Banyarwanda, il y a depuis 24 ans mort et viol d’hommes, femmes, enfants et bébés au KONGO-ZAÏRE, ce n’est pas en se voilant la face qu’on y arrivera à juguler l’hécatombe et à chasser les Occupants Banyarwanda, les Politichiens Collabos en font assez déjà à Kinshasa la Poubelle en niant la réalité du Génocide mais sur CIC, chacun de nous est libre de mener son combat selon ses propres moyens, ses armes spirituelles offensives et défensives, nous respectons votre liberté de penser et d’opinion mais de grâce il ne faut pas en abuser en exigeant qu’on s’aligne sur la vôtre pour tolérer tout et n’importe quoi car c’est prouvé ces Musichiens sont des envoyés plénipotentiaires des Politichiens Collabos et Occupants Banyarwanda bien coachés par l’ANR de Tshilombo-Pétain et alias Kabila afin de distraire la Diaspora… COMBAT UTILE ET INTERDICTION DES CONCERTS EN EUROPE EST TEMPORAIRE POUR DES MULTIPLES RAISONS ! Pour votre gouverne @Nono sachez qu’aucun Combattant Résistant de la Diaspora très bien intégré dans son pays d’accueil n’a le monopole d’interdire des concerts en France, Belgique, UK, Allemagne somme toute des vieilles démocraties où règnent un Véritable État de Droit, ce sont les Autorités Françaises, Belges, Anglaises, Allemandes saisies légalement, soucieuses de l’ordre public qui prennent des Sages décisions d’annuler ses concerts à la con, souvent les Combattants Résistants s’appuient sur les décisions antérieures pour arriver à leurs fins, où est le mal ? C’est une simple méthodologie de COMBAT DE LA RÉSISTANCE sans mort d’hommes… Si interdire nos artistes musiciens de se produire en Europe ne participe pas d’un combat utile, pourquoi le Préfet de Paris et les Autorités Françaises prennent de telles décisions après avoir lu les griefs et raisons des Combattants Résistants Vrais Opposants du Système hideux d’Occupation Rwandaise ? Les Statistiques comparatives sur la stabilité sociale au sein de la Diaspora Kongolaise sont des indicateurs essentiels qui prouvent qu’interdire les productions inutiles des Musichiens dans l’Espace Schengen permettent aux nombreux Kongolais d’éviter la distraction et de se concentrer essentiellement sur le Drame qui se passe au KONGO-ZAÏRE… MUSICHIENS, POLITICHIENS ET FAUX RELIGIEUX ACCOMPAGNATEURS DES OCCUPANTS BANYARWANDA OU BMW (BEER, MUSIC, WIFE) ! Si toute la Diaspora Kongolaise ou presque traitée jadis des BMW (Beer, Music, Wife) par Paul Kagame (ami et frère de FATSHI BIDON) se mobilise contre les Musichiens [manipulés par les Politichiens Collabos et les Occupants Banyarwanda] n’en déplaise à vous @Nono qui êtes minoritaire [toutefois pour exiger la tenue des concerts, consituez-vous en contradicteurs en écrivant aux mêmes autorités comme le firent les fans de Iffok Edimolo qui n’ont pas été entendus], ce n’est pas en vain, c’est UNE VÉRITÉ INATTAQUABLE selon laquelle Tshilombo-Pétain nommé président protocolaire par les Occupants Banyarwanda ayant vécu en Occident sait pertinemment que faire danser, chanter, fêter les Kongolais de la Diaspora en plein DEUIL DE GÉNOCIDE leur laisse la voie libre pour exécuter leur mission de Balkanisation afin de dépecer le Grand corps malade KONGO-ZAÏRE… Ainsi soit-il… INGETA

  10. @nono.
    Il se raconte que dans un quartier de Kinshasa, une dame était décédée. Le deuil était organisé dans la parcelle familiale. Son époux, désormais veuf s’était imposé le service de protocole. C’est lui qui accueillait les gens et les saluait d’un large sourire et les installait. Ce manque d’empathie avait choqué les gens. Particulièrement la famille de la défunte.
    Figurez-vous une famille qui perd un membre. Les autres se retirent dans une parcelle ou dans un bar. Ils se mettent à boire, à chanter, à danser au rythme endiablé de ndombolo du Koffi,de Fally Ipupa, du Wazekwa,du Fabrigas ou de l’InnossB. Quel sera la réaction des autres gens? Ils seront considérés comme des maboules.
    Il se déroule dans l’Est du Congo un drame inimaginable depuis un quart des siècle. Des viols, des tueries par dizaines et presque chaque jour. Des ressources naturelles pillées par des vautours venus du monde entier.
    Sous Kabila, les pouvoirs publics gardaient un silence assourdissant. Contrairement à Kabila qui était casanier, Félix est toujours en vadrouille. Le partie Est du pays brûle toujours. Comme Kabila, Felix reste aussi silencieux.
    Génétiquement culturellement dépourvu de conscience politique nationale, le peuple congolais passe le clair de son temps dans la PRIERE, la DANSE et le culte des personnalités politiques. Nos artistes musiciens et nos pasteurs autoproclamés contribuent pour beaucoup à notre imbecilisation collective. Un peuple qui chante et danse, pendant qu’on le viole, qu’on le massacre, qu’on le pille, est un peuple maboule. Nous faisons l’affaire de nos bourreaux. « Qui se fait agneau sera dévoré par le loup ». Proverbe français.
    Les combattants vivent en Occident. Dans ces pays, quand il y a attentat de Charlie Hebdo, de Bataclan, de Londres, de Bruxelles, de Madrid… La France, l’UK, la Belgique… dans ces pays tout est paralysé. Les pouvoirs publics, les médias, tout le monde est en alerte. C’est comme si le pays était en guerre. C’est pas le cas au Congo.
    A l’Est, ça brûle. A Kinshasa et ailleurs au pays,Feti na Feti. Les autres peuples se moquent de nous. Les combattants sont la minorité parmi nous qui s’indigne de la tragédie congolaise.
    Koffi est le modèle accompli du congolais inconscient, par sa négation du génocide congolais. Si le peuple congolais avait le moindre sens du patriotisme, la réponse de Koffi qui disait qu’il n’y a pas eu des millions des congolais morts ces deux dernières décennies, ça aurait provoqué un tollé général au Congo. On aurait boycotté sa musique. Mais hélas…Cette insulte de Koffi à nos morts est passée inaperçue.
    C’est mon opinion.

  11. @Ndeko KUM,
    Le Négationnisme est punissable par la Loi… 2 Associations des Combattants Résistants de la Diaspora ont porté plainte contre l’artiste en question auteur des propos négationnistes avec un Avocat Kongolais connu de Paris. Ledit Négationniste devrait s’attende que si au niveau de l’instruction, le Procureur retient ces infractions, il devrait faire face à un procès face aux Combattants Résistants pour que ce cas fasse jurisprudence… Les Juifs ne rigolent pas avec la Shoah et l’Holocauste, désormais les Kongolais devraient faire autant pour que le monde entier nous prenne aussi au sérieux… Merci… Ainsi soit-il… INGETA

Comments are closed.