Coalition Cach-Fcc: La querelle vire au « grand déballage »

Les juristes soutiennent que l’aveu, tout en n’étant pas la preuve infaillible, est et reste la « reine des preuves ». Dans un élément vidéo en circulation sur les réseaux sociaux, Dunia Kilanga, un des secrétaires nationaux du parti kabiliste, le PPRD, a fait une déclaration gravissime: « Felix Tshisekedi est devenu président de la République non pas par la volonté de la Ceni mais par la volonté de Joseph Kabila ». Il ne s’agit nullement d’un lapsus. C’est un aveu qui semble trahir une certaine déprime ambiante au sein du camp kabiliste. Jusqu’ici, ce genre « d’outrances verbales » était l’apanage des fameux « bérets rouges ». Sans responsabilité politique. Cette fois, c’est un membre de l’exécutif de ce parti qui l’affirme. C’est un fait politique.

Où va le Congo-Kinshasa de la coalition – contre-nature – Cach-Fcc? C’est la question qui taraude désormais les esprits de tous ceux qui ont pu visionner la sortie médiatique bien calculée du secrétaire national du PPRD chargé de la Mobilisation Dunia Kilanga. Celui-ci donnait sans doute la réplique à Jean-Marc Kabund. Le Président ad intérim de l’UDPS avait promis à l’ex-président « Joseph Kabila » et sa clique des « bosses et des plaies » voire l’exil à force de « bloquer les actions » du président Felix Tshisekedi Tshilombo.

Croyant démentir les propos de Kabund selon lesquels « le pouvoir de Felix Tshisekedi vient du peuple », sieur Dunia sous-entend que « Kabila » avait « soudoyé » non seulement la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) qui avait publié les « résultats provisoires » de l’élection présidentielle proclamant « Felix » comme « Président élu » mais aussi la Cour constitutionnelle qui avait « confirmé » les « chiffres » transmis par la Ceni.

Si on était dans un Etat de droit, le procureur général près la Cour constitutionnelle, Minga Nyamankwey, se serait saisi en ouvrant une information judiciaire sur les déclarations fracassantes de Dunia. Cette haute juridiction est le juge pénal du chef de l’Etat et du Premier ministre « pour des infractions de haute trahison », stipule notamment l’article 164 de la Constitution.

EFFET BOOMERANG

Le PPRD Dunia Kilanga

En faisant cette sortie médiatique aux allures de « sortie de route », Dunia Kilanga n’avait pas pensé à l’effet boomerang. A savoir que « Joseph Kabila », l’arroseur, est, à son tour, arrosé pour avoir trahi son serment « d’observer et de défendre la Constitution ». Il n’a pas assumé sa charge « loyalement et en fidèle serviteur du peuple » en privilégiant ses intérêts personnels au détriment de l’intérêt général.

Après avoir allumé le feu, les spécialistes en manipulation qui gravitent autour de « Kabila » ont chargé un agitateur bien connu pour jouer le rôle de « sapeur pompier ». Il s’agit de Constant Mutamba. Sur son compte Twitter, ce dernier – qui prend les Congolais pour des naïfs – a posté, dimanche 17 novembre, un message « condamnant » les propos de son camarade. A en croire ce politicien qui se dit juriste de formation, « Joseph » « n’a jamais incité quiconque à outrager ainsi les autorités légalement investies ». Sans rire, Mutamba demande des « sanctions » à l’encontre de Dunia Kilanga qui était manifestement « en mission commandée ». De qui se moque-t-on?

Ce n’est pas la première fois que le PPRD charge ses « baroudeurs » pour « titiller » le successeur de « Kabila » qui ferait montre, selon ce parti, preuve « d’ingratitude » à l’égard de celui qui lui a cédé « gratuitement » le pouvoir. En acceptant la « coalition » en lieu et place d’une « cohabitation », l’ex-président « a posé un acte philanthropique ». Interdiction de rire!

Durant la longue période de formation du gouvernement, on a vu les fameux « bérets rouges » se livrer en spectacle avec à leur tête un individu à la mine patibulaire appelé Henri Magie. Celui-ci dira que le Fcc était prêt à « renverser » l’actuel chef de l’Etat afin d’accélérer la formation de l’Exécutif. D’autres « bérets rouges » suivront pour dénoncer la « gabegie » au sommet de l’Etat et les multiples voyages à l’étranger de Tshisekedi Tshilombo. « Vous avez trompé pendant plusieurs décennies en prétendant que vous luttiez pour le bien du peuple congolais, le slogan peuple d’abord. La réalité vous a rattrapé. Le slogan le peuple d’abord, s’est transformé en ventre d’abord », déclarait le porte-parole de ce second groupe. Des déclarations assez cohérentes pour être le fait de quelques illuminés.

Les propos tenus par Dunia Kilanga sont de nature à écorner l’image du président Fatshi qui est réduit ici au rang d’un vulgaire « complice » de « Kabila ». Un simple démenti ne suffira pas à estomper le trouble jeté dans les esprits. Serait-ce le fameux « deal » qui donne une impression de paralysie au sommet de l’Etat?

A QUAND LES RÉFORMES?

Des juges de la très controversée Cour constitutionnelle

Près de dix mois après son investiture, « Felix » a beaucoup voyagé à l’étranger. A l’intérieur, il peine à exercer la plénitude de la fonction présidentielle. Il n’a amorcé aucune réforme pour jeter les jalons de l’Etat de droit, de lutter contre la corruption et l’impunité. Sous le prétexte pour le moins candide de s’abstenir à la « chasse aux sorcières », le nouveau Président de la République semble s’accommoder des « hommes du raïs ». Des individus exécrés par des investisseurs potentiels. L’appareil judiciaire, l’armée, la police, les services de renseignements civils et militaires sont toujours sous le contrôle des cadres honnis de l’ancien pouvoir. Il en est de même de tous les organismes générateurs des recettes.

Lors de son discours querellé du 12 novembre à la permanence de l’UDPS, Jean-Marc Kabund a dénoncé des actions menées au niveau de l’Assemblée nationale en vue de « bloquer le chef de l’Etat ». L’homme sait de quoi il parle en sa qualité de 1er vice-président de la représentation nationale.

Kabund a compris un peu tardivement que le « partenaire » Fcc qui traîne derrière lui un bilan désastreux n’est pas assez fou pour permettre à Fatshi de réussir son quinquennat. Dix mois après son accession à la tête de l’Etat, ce dernier aura du mal à imposer des restructurations dans ce système aussi verrouillé. Les 100 premiers jours sont considérés comme le moment le plus propice pendant que l’opposition est occupée à faire le travail de « deuil » de sa défaite.

Les observateurs sont surpris de constater que les gouverneurs de province étiquetés PPRD, une vingtaine sur 26, continuent à porter la casquette de président provincial (président interfédéral) de ce parti. On se croirait à l’époque du MPR parti-Etat. Un comportement qualifié de « trahison » dans la loi fondamentale en vigueur. Peut-on servir une nation tout en s’affichant en homme d’un clan ou d’un parti?

LE GRAND DÉBALLAGE

Une chose paraît sûre: le vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur Gilbert Kankonde, labelisé UDPS, peine à asseoir son autorité et à amorcer le processus de dépolitisation de l’administration de la territoriale.

Au Sud-Kivu, le gouverneur Théo Ngwabije Kasi, membre du Fcc, serait dans le « viseur » des caciques du Fcc. L’homme rechignerait à renouveler son « allégeance » à « Joseph Kabila », l’autorité dite morale de cette plateforme politique.

Les Congolais attendent désespérément le « changement » promis par la coalition UDPS-UNC (Cach). Il y a sans doute un « cap » qui tarde à montrer le chemin du renouveau. Les nombreux voyages du chef de l’Etat à l’extérieur dissimulent mal l’instabilité politique et l’immobilisme au plan interne.

Martin Fayulu Madidi

Par cette déclaration aux allures de « déballage », le PPRD Dunia Kilanga apporte, involontairement, de l’eau au moulin du candidat malheureux Martin Fayulu qui entend « résister » jusqu’à la manifestation de « la vérité des urnes ». Sera-t-il entendu?

Que va faire le président Felix Tshisekedi face aux attaques de ses alliés du Fcc? Va-t-il continuer à avaler des couleuvre, tel un vassal, en multipliant des « hommages appuyés » à l’endroit de son prédécesseur? Ce fut le cas récemment à Berlin, pendant que le PPRD faisait un aveu annonciateur du « grand déballage »? L’idéal ne serait-il pas d’exiger à la Ceni de publier les résultats de la présidentielle et des législatives, bureau de vote par bureau de vote?

Une certitude: depuis le 24 janvier 2019, le Congo-Kinshasa de la coalition Cach-Fcc est en plein immobilisme. Et ce en dépit de quelques signaux positifs indiscutables en faveur de l’exercice des droits et libertés.

 

Baudouin Amba Wetshi

37 thoughts on “Coalition Cach-Fcc: La querelle vire au « grand déballage »

  1. Tandis que la bande des voyous PPRD-FCC et leur autorite immorale se moquent de son pretendu-pouvoir, FATshi-Beton-d’Argile lui n’a de mots durs que pour les compatriotes qui le critiquent pour ses voyages budgetivores, ses discours et promesses vides et inbus d’hypocrisie vu les detournements a la Presidence.
    Ces compatriotes-opposants qui le critiquent ne seraient donc que de sorciers, et non pas la bande PPRD-FCC. Le « neo-Kabiliste » FATshi declare ainsi, pinces sans rire, que le courant entre lui et son « Mentor de Kingakati » passerait tres bien. Et pourquoi pas alors, vu surtout les revelations de Dunia Kilanga et autres voyous PPRD-FCC..

  2. Que va faire Felix Tshisekedi face aux attaques du FCC?
    Rien, car l’homme se trouve embrigadé sous la coupe et l’autorité du Tutsi-power, pour mener des actions au détriment de l’indépendance et des libertés de nos populations.
    PEUPLE CONGOLAIS, SOUTENONS AMURI YAKUTUMBA!

  3. Dans une élection présidentielle réellement démocratique, la première déclaration du vainqueur consiste à remercier d’abord ses électeur et tout le peuple pour la confiance placée en lui, ensuite il encourage le candidat malheureux. Celui-ci à son tour félicite le nouveau président et lui souhaite bonne chance. Etait-ce le cas au Congo en décembre 2018? Du tout! On a vu, bien avant la proclamation des résultats,le FCC et Cach tenir des réunions secrètes. Quand on posait la question à JM Kabund sur le but des ces rencontres, il répondait à haute et intelligible voix que c’était pour la future gestion collégiale du pays.Donc la coalition FCC-CACH connaissait déjà l’issue des scrutins avant la proclamation.Toujours avant la proclamation des élections,Félix avait félicité non pas le peuple qui l’aurait élu, mais Joseph Kabila, qui était devenu un partenaire…adoré. Aucun mot pour Fayulu. Les talibans étaient chargés de traîner Fayulu dans la boue à Limete et dans les réseaux sociaux, sans le moindre respect. Dans un silence total des cadres des Félix du CACH et du FCC.
    Dunia n’a pas fait des révélations fracassantes. Il a dit ce que tout Congolais sérieux sait, sauf les cadres du CACH qui se gavent et les talibans radicalisés qui vivent de l’idolâtrie de FATSHI et d’eau fraîche.
    Dans toutes les institutions élues,ce sont les hommes de Kabila qui passent: au Parlement Mabunda face à Lokondo, au Sénat Tambwe Mwamba face à Modeste Bahati Lukwebo, à la Présidence,Fatshi face à MAFA.
    A en croire Dunia,on a l’impression que le peuple s’est donné la peine,en allant voter, pour rien. C’est Kabila qui choisit qui il veut pour le placer à la tête du pays. Ce qui est vrai.
    Quand un peuple se permet de prendre trop de liberté avec des valeurs comme la vérité et la justice, ça donne ça.
    Une honte.

  4. Trouvez vous d’autres sujets qui intéressent le quotidien de Congolais. Continuer à rabâcher ce genre de rengaine ne sert à rien. En renonçant de se porter candidat à l’élection présidentielle, l’homme venu d’ailleurs ne pouvait que décevoir tous ces flatteurs affamés qui se livrent maintenant à un combat d’arrière garde. C’est dommage que cela devienne la seule préoccupation des anti-Tshisekedi primaires. Au fait, j’aimerais qu’on m’explique pourquoi Shadary le candidat du PPRD n’a pas gagné ? Laissez Felix travailler, le pays avance n’en déplaise aux nostalgiques du système ancien qui continuent à en faire leurs choux gras. Mentez mentez, insultez insultez, il en restera toujours quelque chose. Descendez au pays, allez chercher la bonne information, les nouvelles de seconde main ne sont jamais crédibles.

    1. Il ya un « président » de la RDC: « Felix »..
      Pourquoi croyez-vous que Felix s´exprime directement quand il se retrouve face á la diaspora? Remarquez avec lucidité comme Felix construit son « pouvoir » de l´exterieur.. Non seulement, il s´explique devant la diaspora á chaque voyage, mais ses voyages sont planifiés pour donner un message mediatique fort.
      Poutine, Merkel, Macron, Trump, le premier ministre du Japon, la Belgique ect… en attendant le président de la Chine, Felix est entrain de dire explicitement au gang de Kabila qu´il est le président de la RDC et la diaspora congolaise y compris les puissances de la planète le considere comme le président de la RDC.
      Ceux du PPRD/FCC qui sont entrain de tenter de saper l´autorité de Felix ne savent pas qu´ils sont entrain de mettre en danger Kabila.
      Quand le président de la RDC va demander l’aide de la diaspora et des puissances de la planète pour « exiler » á la CPI Kabia et son gang, ceux du FCC qui parlent si haut vont se cacher.
      Le PPRD avait concentré trop de pouvoir entre les mains de Kabila, maintenant ils commencent á comprendre que 5 ans c´est immense comme temps.. Rien que les 8 mois des voyages de Felix commence á donner un impact qu´ils n´avaient pas imaginés.
      Felix a la Cenco avec lui et la memoire collective des congolais..surtout ceux de la diaspora.. Parce que depuis 20 ans, nous avons un congolais 100 % président du Congo.
      Vouloir faire la guerre contre Felix pour défendre Kabila qu´une majorité des congolais considerent comme un étranger, est une mauvaise tactique politique.
      Felix a besoin de temps.. A ko loba te, parce que le temps joue en sa faveur.. Plus il sera « visible », plus Kabila va devenir faible…et le FCC va aussi s´affaiblir.
      Trop tard, ils ont fait d´un congolais 100 % le président du Congo. Les congolais ont la perception que l´un de nous a repris ce qui nous appartient !

      1. @Ghost
        So true and on the money, la grande partie des penseurs sur ce site n’arrivent pas a la meme conclusion que vous dans leurs analyses de l’évolution du mandat du no 5 et pourtant ce que votre analyse montre est si évident et va de soit, merci de présenter une optique qui a plus de chance d’être proche de la réalité, un autre son de cloche.
        Bismark

      2. Méfiez-vous quand même, çà me fait penser à la chanson « Tout va très bien, madame la marquise » ! Kiekiekieeee, le texte raconte un dialogue entre un valet resté au château et sa maitresse en voyage qui vient aux nouvelles et ce dernier lui répond que « tout va bien sauf un petit rien » qui va se révéler en fait catastrophique.
        Kiekiekieee, méfions-nous donc de décider de ne rien voir, devenant au fil des jours « aveugles volontaires » par ignorance ou fanatisme, interdits de fouiller dans le tas. « Tout va bien mais tout va mal », jusqu’où, le même aveuglement depuis 60 ans…
        A bon entendeur…

    2. Compatriote L’œil du cyclone,
      # Mon problème avec votre lecture dans le regard à porter sur la situation du pays est que là où vous semblez minimiser les accros de plus en plus visibles dans la coalition au pouvoir quand vous ne les assimilez pas à des frustrations et ruminations des anti-tshisekedistes primaires, moi je vois une réelle crise latente. Ainsi contrairement à vous, je reçois BAW qui multiplie les « dépêches » sur ce sujet en journaliste attentif : les anicroches dans la coalition CACH-FCC sont un gros sujet de l’heure d’autant qu’ils sont expéditivement dédramatisés (officiellement) par le Président lui-même, principal protagoniste dans l’affaire. Alors croyez-vous peut-être trouver la « bonne information » à la source dont vous voulez vous gargariser dans sa tactique ? Et que vient faire ici la défaite de l’insignifiant Shadary, n’est-elle pas l’exploit de tout le peuple Congolais qui l’a renié massivement dans les urnes ? A moins que sa débâcle vous désigne je ne sais par quelle prestidigitation pour quelqu’un de particulier pour lequel le peuple aurait voté ? Soyons sérieux un instant…
      # L’avenir nous montrera sans doute que cette mésaventure en est bien une, significative et pas qu’un épouvantail agité par des anti-tshisekedistes primaires, une affaire qui concerne tout le pays dont il importe d’analyser le cours et les suites. Plus que d’y trouver mensonges et insultes, vous seriez mieux inspiré de rechercher dans ses tenants et aboutissants de quoi laisser notre Président travailler plus aisément comme vous et beaucoup d’autres le souhaitent légitimement…

      1. NONO,
        votre problème avec son post est que vous supportez mal que les autres jouissent de mêmes droits que vous. Vous estimez que vous avez le droit de traiter les autres de fanatiques, voire de public partisan et eux n´ont pas le droit de vous traiter d´anti-tshisékedistes primaires, voire de haineux. Lorsqu´à Paris, un groupe d´anti-tshisékedistes primaires se permet d´agresser les autres violemment pour avoir fait librement d´autres choix, vous vous arrangez pour ne pas voir cette violence exécrable et pour les nommer comme de simples opposants à Félix. Zéro condamnation, zéro indignation. Mais vous tenez à ce que les autres répètent votre rhétorique. Vous reprochez à l´oeil du cyclone de minimiser les accrocs parce qu´en bon fayuliste, vous rêvez tant d´une situation qui vous permettrait de rebondir. En plus, souhaiter que Félix réponde ou s´intéresse à tous ces bobards des flatteurs, c´est vraiment ne plus savoir quoi critiquer ou dire (Félix n´a même pas besoin de vous pour savoir que le FCC est dangereux. Lamuka l´est aussi. Il sait les deux). Pour revenir au 1er point, vous n´avez pas le monopole d´étiquetage. Passons.

      2. @Procongo
        On connait votre chanson, « anti-tshiselediste primaire »; rien que ça ! Vous accuse-t-on d’être anti-fuyuliste primaire ? Voilà la mesure de votre fanatisme, vous vous appropriez sans gêne Tshisekedi et vous osez me dire que c’est moi qui ne supporte pas que les autres jouissent de mêmes droits que moi ? Vous n’avez simplement rien à dire sinon vos djalelos ineptes.
        Écoutez votre Kabund, il s’empiffre de la soupe empoisonnée du FCC qui lui apprend à monter à cheval et le voilà remis à nu et dessoulé qui est obligé de reprendre les envolées qui étaient les siennes dans l’opposition, quasiment les mêmes qu’entonnent encore Fayulu et d’autres. Cela veut dire que ça barde au pouvoir de coalition mais pour vous tout va bien comme dans les meilleurs des mondes. On vous a mille fois dit qu’assoiffés du pouvoir pour le pouvoir vous vous étiez précipités ligotés dans une alliance fort risquée et voilà où ça mène. Attendez et vous comprendrez bien que Tshisekedi est le président de tous les Congolais et non d’un clan où vous voulez l’enfermer quand bientôt il aura besoin de tout le monde pour se sortir de la nasse…

      3. NONO,
        1. Vous avez vous-même engagé cette logique d´étiquetage. Voilà ce que je vous fais remarquer. Vous avez toujours pris plaisir à accuser les autres – sans fondement rationnel – d´être fanatiques, muluba, … et vous ne supportez pas qu´ils fassent pareil. Je vous ai toujours demandé de réagir à ce qui est dit dans un texte au lieu de chercher toujours à ranger les gens dans un groupe, une ethnie… Bref, vous n´avez pas plus de droit qie L´oeil du cyclone.
        2. Jusqu´à présent je ne vous ai pas encore vu critiquer ou vous indigner des agressions physiques qui ont lieu à Paris, puisque vous êtes engagé à parler de Paris.
        3. J´aime les bonnes critiques (peu importe à qui : à Félix, Kabila, Bemba, etc.) et ne vois pas en quoi cela me dérangerait si elles viennent de vous. Mais elles doivent être fondées, solides, pertinentes. C´est là que commence mon problème avec vous, féru de critiques ‘frivoles’, sans assise dans le TEXTE au centre du débat. Cette liberté sans bornes qui vous pousse maintenant à croire que je m´approprierai Félix. Pour quel intérêt ? Pour votre info, j´approuve souvent les critiques de Ghost à Félix parce qu´il prend soin de leur assurer une base rationnelle.
        4. « Écoutez votre Kabund… » : « Votre » ? Cf. remarques 1 et 3. Je n´appartiens pas au groupe auquel vous tenez au nom de votre liberté sans bornes de m´intégrer. Vous donnez facilement à votre adversaire dans un débat le bâton pour vous fouetter. Sala makasi, papa. Bref, je me fous de Kabund. Je ne l´ai même pas évoqué. Votre imagination vous joue de mauvais tours et vous expose.
        5. « … mais pour vous tout va bien comme dans les meilleurs des mondes » : Qui vous l´a dit ? Cf. remarque 4. Vous inventez trop !
        6. « On vous a mille fois dit qu’assoiffés du pouvoir pour le pouvoir vous vous étiez précipités ligotés…  » : On, c´est qui ? Supposons que c´est Nono. Mais Félix est le premier à savoir que Kabila est aussi bien dangereux que Lamuka. Si votre « on », c´est Fayulu. Mais comment peut-il avoir le culot de donner conseil au moment lui-même par soif du pouvoir venait de trahir son partenaire à Genève ? Au sujet de sa roublardise, sa réponse à Fabien Kusuanika a été pathétique : « Le vote de Genève était stratégique ». Moralité ! Si votre « on », c´est Bemba, on vous demandera pourquoi en sortant de la prison, il se rendit à Kin pour poser sa candidature et récupérér ‘ses arriérés’ au Parlement en se fouttant de l´opposition qui cherchait déjà en ce moment un candidat commun. Cette question du candidat commun n´est devenue intéressante pour lui qu´après son invalidation. Si votre « on », c´est Muzito, l´ex-Chef du gouvernement au moment de l´assassinat d´Armand Tungulu, je préfère me passer de tout commentaire.

      4. @Procongo
        Vous êtes fatigant toujours avec la même rengaine gratuite ramassée à la petite cuiller et nourrie des spéculations fantaisistes !
        Bonne chance à vous réfugier et vous épuiser dans une prétendue analyse des textes qui brassent des contre-vérités et des préjugés aveugles et contredisent exactement votre supposée expertise des textes. La parole est là pour véhiculer des idées et les vôtres, je les connais : vous attaquer à ceux qui tentent de critiquer vos idoles. C’est un peu court, vous en conviendrez d’autant que je vous mets au défi de me présenter un seul de mes propos qui soit confirme votre reproche d’anti-tshisekediste primaire (et de pro-fayuliste primaire alors ?) soit qui me range dans une catégorie des gens comme vous sans aucune proposition propre ni idée constructive, qui ne viennent ici qu’à la chasse des interlocuteurs décrétés ennemis.
        # Faites donc fût-ce une fois un effort comme j’invite tous les intervenants de me relire et de vous relire : avec un minimum d’honnêteté intellectuelle vous découvrirez et ils découvriront que je ne passe pas mon temps ici à aboyer gratuitement contre les autres mais à faire analyses et propositions constructives ; vous n’en direz pas autant…
        Encore une fois ce n’est donc pas votre désuète chanson qui m’en déchantera tant ma seule chapelle c’est l’horizon de ma conscience sur ce qu’il faut pour notre pays, Tshisekedi, Fayulu, Muzitu, Bemba et qui sais-je ne sont pour moi que des Citoyens qui passent et passeront, qui réussiront ou échoueront, je ne suis pas encore fou pour leur chanter des djalelos gratuits, je ne serai jamais leur obligé. Voilà qui me différencie de vous, prouvez le contraire, chiche !!!

      5. NONO eee
        vous êtes imbu de vous-même. Mais ce qui me choque le plus souvent et que je désaprrouve énergiquement, c´est votre AVEUGLEMENT et votre MANIE de falsifier la pensée des autres (politiciens ou intervenants de ce forum).
        1. AVEUGLEMENT : C´est à coeur joie que vous étiquetez les autres, voire essayez toujours de jusitifier les étiquetages faits aux autres. Et quand ceux-ci font exactement la même chose, vous êtes le premier à vous plaindre comme si vous aviez le monopole de l´étiquetage et étiez le nombril du monde auquel les autres doivent se référer. Euh ! Soit dit en passant que c´est l´oeil du cyclone qui a parlé d´ »anti-tshisekediste primaire » et non moi (Please un peu de rigueur, d´attention pendant la lecture !). Cela vous choque alors que MAYOYO qualifiait dans les mois passés ici même les pro-Félix de « fanatiques primaires » sans que vous n’ en soyez choqué. NONO eee, oza na yo mpe Nzambe TE ! Les autres n’ont pas besoin de vos caprices, de votre subjectivité pour faire ce que vous tolérez, voire encouragez en secret ou ouvertement. Basta !
        2. MANIE DE FALSIFIER LA PENSÉE DES AUTRES : Vous cherchez des exemples alors que je vous en ai déjà donné supra. À Paris, Félix qualifie de « ndoki » ceux qui ont promis de déstabiliser le Congo pour empêcher la venue des Congolais. Curieusement, on voit NONO répéter que Félix qualifie ses opposants de ndoki. Comme s´il suffit d´être opposant à Félix pour être qualifié de ndoki. J´ai dénoncé cette FALSIFICATION (volontaire ?) et vous ai renvoyé au TEXTE (discours de Félix). Au lieu de vous référer au « texte même », vous vous mettez à débiter des balivernes du genre : « Vous faites des djalelo (Montrez-les moi !), vous vous en prenez à ceux qui critiquent votre idole… » Kiekiekiekiekie, HORS SUJET. Ozo dévier. Ozo kima un débat qui est avant tout SCIENTIFIQUE. Avant de prétendre faire une quelconque contribution, il faut apprendre à RESTITUER RIGOUREUSEMENT la position/la pensée de l´autre même si elle ne vous plaît pas. C´est là qu´on reconnaît un intellectuel sérieux, rigoureux. Bilobela (spéculations fantaisistes) eza elengi, mais indignes. PLACER le TEXTE MÊME au centre de la discussion est une MÉTHODE SCIENTIFIQUE et non un alibi (réfuge) comme vous le prétendez, non sans étaler votre manque de sérieux comme intellectuel. Le jour où vous restituerez la pensée des autres de manière rigoureuse, je serai content de vous avant même d´évaluer la pertinence de votre critique. NONO, ki ntellectuel eza facile te. J´espère que vous avez bien compris l´idée constructive (puisque vous en cherchez une) que je vous partage avec joie. Vous voyez, ce n´est pas une « chasse des interlocuteurs décrétés ennemis », (comme vous époumonez à le décrire), mais ki sérieux na makambu ya b´intellectuels. Voilà, ce qui me différencie de vous, c´est entre autres cette rigueur dans l´interprétation/lecture méticuleuse, ce respect des fondements de discussion rationnelle, ce souci de restitution fidèle et cette attention indéfectible au « DE QUOI S´AGIT-IL ».
        Encore une fois ce n’est donc pas votre désuète chanson qui m’en déchantera tant ma seule chapelle c’est l’horizon de ma conscience sur ce qu’il faut pour notre pays, Tshisekedi, Fayulu, Muzitu, Bemba et qui sais-je ne sont pour moi que des Citoyens qui passent et passeront, qui réussiront ou échoueront, je ne suis pas encore fou pour leur chanter des djalelos gratuits, je ne serai jamais leur obligé. Voilà qui me différencie de vous, prouvez le contraire, chiche !!!

      6. @ Procongo
        « C´est la réponse à votre fameux et fumeux « Encore une fois … prouvez le contraire, chiche !!! » » ??? Ah bon, vous ne vous retrouviez pas vous-même dans votre gribouillis que vous avez été obligé de dire aux lecteurs de quoi vous parliez, kiekiekieeee…
        « AVEUGLEMENT et MANIE de falsifier la pensée des autres », olobi pe osilisi et vous croyez que parce que vous avez aligné laborieusement quelques mots de votre cru que vous avez prononcé là des phrases qui ont un sens ? Désolé, Procongo, elles ne représentent que vos obscures fantasmes, elles ne démontrent rien. Dans tous les cas elles ne me concernent pas, tant je n’ai jamais été obsédé vraiment par les « autres » parce que j’accorde à tout le monde sa liberté d’expression et parce que pour moi chaque diagnostic, chaque proposition fait nombre. Voilà pourquoi votre creuse bafouille semble vous contenter mais bien éloignée de ma réalité, de ma pratique. De plus accuser l’autre d’aveuglement et de falsification de la pensée des autres est une arme à la portée de n’importe quel bonimenteur – je dirais même le propre de tout rhéteur ambulant – qui ne démontrera jamais rien de crédible… Quelle est donc votre savante pensée que j’aurais falsifiée ? Comme si je ne vous avais pas lu : zéro réponse crédible, zéro pensée digne d’être retenue chez vous…

      7. NONO eeeeee
        à force de trop écrire, vous ne savez plus ce que vous écrivez et à quoi réagissez.
        – Ce que vous écrivez : Vous le reconnaîtrez dans mes posts grâce aux guillemets. La phrase « Encore une fois … prouvez le contraire, chiche !!! » est de vous même si olingi owangana mwana.
        – À quoi vous réagissez : J´ai déjà pris soin de bien illustrer comment vous falsifiez la pensée des autres (Pour vous, Félix a traité à Paris ses adversaires politiques de NDOKI. Ce qui est FAUX. Si vous êtes intellectuel, vous n´avez qu´à vous donner la peine de soumettre votre interprétation à l´épreuve du TEXTE MÊME (ici, le discours de Félix). C´est à vous de démontrer le contraire au lieu de donner libre cours à vos obscurs fantasmes. Après avoir donné les preuves de vos falsifications, j´ai donné celles de votre aveuglément. Dans la salle à Paris, les gens ont chanté l´hymne national à gorge déployée et exprimé leur amour pour le Congo par des cris et chants. Cette liesse qui est aussi en partie une réponse, une réaction à des attaques verbales et physiques, vous a indisposé. Je peux bien vous comprendre. Mais je constate que votre aveuglément vous a empêché de critiquer les agressions physiques en dehors de la salle. Par FANATISME INCONSCIENT, vous appelez ceux qui étaient dans la salle « public partisan » et ceux qui étaient dehors des « opposants à Félix » (malgré leur intolérance et barbarie). Embarrassé par ma remarque, vous avez eu pour toute réponse une lapidaire allusion à la Justice pour ce genre des délits. Laissons la Justice de côté, parlons de vous comme INTELLECTUEL. Où est le SENS CRITIQUE, voire l´INDIGNATION face à des agressions stupides des Congolais par d´autres Congolais tout simplement à cause de leur opinion et choix politique ? Voilà la MALHONNÊTETÉ de quelqu´un qui prétendait apporter des « propositions constructives ». Mawa na yo. Comme si on ne peut plus critiquer et s´indigner contre la violence à Beni, Ituri, Kananga, à Matadi (contre Bundu dia Kongo) au motif que la Justice devrait s´en occuper.

    3. @ Elombe
      Jadis pretendu-opposant s’elucubrnat sur CIC, tu deviens « expert » en Propagande pro-FATshi « Beton-d’Argile » et son planton Vital Kamerhe.
      Entre autres destinations (ou poches), on voit alors a quoi servent les $15 Million de recents vols a la Presidence par ton parrain Kamerhe.

  5. Est-ce que ces gens savent qu’ils forment, ensemble, une coalition au pouvoir ?
    Pendant ce temps, à Minembwe des hommes debout se battent contre des envahisseurs barbares avec comme seules armes, l’amour de la terre de leurs ancêtres.

  6. En se substituant au peuple et en nommant Félix Tshisekedi président de la république, ce que tout le monde sait en commençant par Félix Tshisekedi lui-même et tous les puissants du monde qui lui déroulent aujourd’hui le tapis rouge, Joseph Kabila avait trouvé la personne idéale qui pouvait lui permettre de revenir aux affaires après juste une législature tout en continuant d’avoir une forte main mise sur l’appareil de l’Etat. Il va sans dire qu’il ne peut pas se permettre de laisser Tshisekedi réussir là où il avait piteusement échoué, c’est-à-dire sur tous les fronts de la gouvernance nationale. Car, ce serait là le meilleur moyen de gâcher ses chances de retrouver sa place au sommet de l’Etat. Triste et tragique destin que celui de notre pauvre peuple. A chaque nouvelle ère, on regrette l’ère passée. Il en fut ainsi de longues années Mobutu par rapport à l’époque coloniale. Il en fut de même des administrations Kabila au regard de la dictature de Mobutu. Et il en sera ainsi de la parenthèse Félix Tshisekedi. Confronté à la toute-puissance de son prédécesseur devenu un allié plus qu’encombrant, trahison oblige, Tshisekedi ne cesse de revisiter à sa manière la fable « Le corbeau et le renard », multipliant les discours flatteurs à l’égard de de Maitre Corbeau Joseph Kabila dans l’espoir de rester longtemps au pouvoir pour s’enrichir à son tour. Jamais un président de la république n’a été autant humilié. Les fanatiques peuvent rêver en se couvrant les yeux face au triste sort de leur champion, mais la réalité, elle, reste têtue. Et ce ne sont pas les saute-moutons qui vont l’embellir. Mais au lieu de continuer à nous plaindre, nous devons nous demander pourquoi le destin de notre peuple est si cruel. Ma réponse est connue. Nous n’avons jamais réfléchi à la démocratie ou à la gouvernance de notre Etat. La toute-puissance de Joseph Kabila est avant tout le résultat de cette démission de l’intelligence.

  7. Cher BAW,
    # Votre ‘révélation’ des propos de ce Kilanga inconnu de moi jusque-là tout secrétaire national du Pprd qu’il est me pousse à vous demander ou plutôt à m’interroger s’il y’a vraiment un pilote dans ce « grand déballage » en marche et Cie ? Qui est-il, qui sont-ils et avons-nous besoin qu’ils se désignent ? Passons vite…
    « Felix Tshisekedi est devenu président de la République non pas par la volonté de la Ceni mais par la volonté de Joseph Kabila », a-t-il osé proclamé urbi et orbi. Je me trompe peut-être et malgré les dénégations de cet autre agitateur ‘kabiliste’ nommé Mutamba, je m’imagine mal que le fumeux Kilanga ait fait cette alarmante déclaration sans l’imprimatur de son impayable Secrétaire permanent Shadary, baptisé du révélateur et ridicule sobriquet de ‘Coup sur coup’.
    # Mais dites-moi, ‘JK’ et son Pprd seraient-ils autant traqués qu’à bout de ressources ils soient acculés à cette défense jusqu’au-boutiste ? Et traqués par qui, pas quand-même par ce Kabund et son Udps contre qui ils disposent de quelques autres bottes secrètes ? Ou alors ont-ils connaissance d’un plan autrement sérieux chez Tshisekedi qui malgré ses déclarations publiques lénifiantes à l’endroit de son prédécesseur aurait décidé d’en découdre illico avec ses partenaires actuels ? Cela supposerait alors qu’il s’est constitué quelques garanties solides pour passer à l’acte. Auprès de qui sinon d’une puissance comme les Usa qui auraient accepté de se jeter dans cette mare pour l’assister quoiqu’il arrive. Rappelez-vous les récents propos de Pham, leur Envoyé spécial à côté de ‘Nzita’ Hammer leur Ambassadeur : ils avaient quasiment déclaré la guerre à demi-mots contre les généraux ‘kabilistes’ Amisi, Numbi, Kahimbi…
    Ou alors le nouveau PR et ses alliés auraient eu vent des bruits de bottes contre eux par les mêmes commandités bien sûr par ‘JK’ et voilà Tshisekedi et alliés s’armer pour prendre des avances sur ces derniers. Je quitte vite mes digressions mais quand-même…
    # Ainsi donc pour tenter de couper court aux attaques de ses partenaires-ennemis le Pprd a fait appel à un argument-massue, « le pouvoir de Tshisekedi ne viendrait pas du peuple », comme l’a justifié Kabund mais bien du puissant raïs ‘JK’ qui l’a imposé à la Ceni et à la CC. Cette révélation gravissime à tous les niveaux mais qui risque d’être ignorée par notre haute-justice comme elle aurait dû, laissera sans doute stoïque le peuple Congolais qui depuis la proclamation des résultats des élections du 30 décembre 2018, n’en pensait pas moins en gros – la main de l’ex raïs – . Sinon cette fois peut-on s’attendre à des réelles conséquences politiques, institutionnelles, juridiques et sociales ? Rien n’est moins sûr !
    Alors comment en sommes-nous arrivés à ce déballage risqué, le fameux « deal » entre Tshisekedi et ‘JK’ aurait-il été ‘trahi’ pour que du côté de ce dernier on se l’autorise au risque de s’exposer faute de discréditer le partenaire et surtout d’empêcher ce qui serait une mise à nue enfin bienvenue d’accords qui ont apporté atteinte à l’État de droit et aux attentes de sa population ?
    # Si on met de côté la litanie de toutes ces dérives du passé et donc la querelle en cours entre après tout d’abord des politiciens et le procès hypocrite contre la chasse aux sorcières, osons la question qui s’impose : que fait aujourd’hui le pouvoir contre toutes ces forfaitures et que va faire le président Tshisekedi face aux attaques de ses alliés du Fcc ? Comme note BAW, jusque-là aucune réforme structurelle décisive pour l’érection de l’État de droit, contre la corruption et l’impunité et surtout les hommes du régime passé dans l’appareil judiciaire, l’armée, la police, les services de renseignements…, agents et facteurs des errements passés n’ont été nulle part bousculés même au front militaire de l’Est où cela est urgent. La querelle politicienne entre membres de la coalition Fcc-Cach s’en trouve du coup fort secondaire devant les vraies priorités du pays.
    # Le bilan du régime passé est en effet globalement désastreux, il est temps dix ans après son arrivée que la nouvelle administration agisse à temps et à contretemps et à rassembler les fils du pays à travailler ensemble plutôt qu’à les diviser sur des bases politiciennes et autres. Si quelques signaux positifs notamment en matière des droits et libertés sont visibles avec Tshisekedi, il niche bien en sous des gros soupçons d’immobilisme et même d’instabilité politique latente. Voilà pourquoi il faut ‘débrouiller’ ce ‘grand déballage’ en marche. Qui en sont les pilotes bien sûr mais surtout qui en tireront les ficelles ? Osons espérer que ce soit d’abord le peuple qui profitera de ce remue-ménage…

    1. Cher Nono,
      La trahison du duo Kabila-Tshisekedi a plongé notre pays dans l’incertitude. Les hommages de Tshisekedi à Kabila ne peuvent réussir à cacher ce qui se trame. Pour que l’avenir du pays devienne lisible, l’un de ces deux alliés contre nature doit finir par avoir la peau de l’autre. Tous les deux travaillent à cet objectif. Et chacun d’eux a des atouts. Ceux de Tshisekedi ne peuvent provenir que de l’extérieur, c’est-à-dire des maitres du monde ; ceux-là même qui avaient fait Kabila roi. Quelle serait la monnaie d’échange ? Encore et toujours les fabuleuses richesses du pays aux populations parmi les plus pauvres au monde. Le drame du pays est qu’en cas de réussite de Tshisekedi, ce que l’écrasante majorité du peuple souhaiterait, une nouvelle hégémonie ethnique, qui se dessine déjà lors des rencontres de Tshisekedi avec la diaspora, verra le jour. Un piège sans fin. Un éternel recommencement qui ne prendra fin que si nous réfléchissons enfin à la gouvernance de leur pays lors des transitions qui suivront inéluctablement.

      1. Quand un fanatique inconscient – comme MAYOYO – parle, ça donne ça :
        « Le drame du pays EST qu’en cas de réussite de Tshisekedi, ce que l’écrasante majorité du peuple souhaiterait, une nouvelle hégémonie ethnique, qui se dessine déjà lors des rencontres de Tshisekedi avec la diaspora, VERRA le jour. » Ce qui n´est qu´une POSSIBILITÉ LOGIQUE parmi tant d´autres devient une ÉVIDENCE – une et une seule – pour un fanatique qui s´ignore. [J´ai déjà fait la même remarque à Mayoyo quand il dit la même chose au sujet des Bangala, puis de Lumumba et des Tetela]. Le fond du raisonnement est aussi problèmatique, tant Félix va à la rencontre des Congolais dans les provinces du Congo et les pays qu´il visite. C´est plus qu´une ethnie qu´il rencontre. Les agitateurs, ces fameux « alerteurs des drames » nous ont gavé de leur fumeux slogan « soki muluba azui pouvoir, tokufi », nous n´avons rien vu de tout cela. Par contre, c´est « chez » Fayulu qu´il y a eu des persécutions sur base ethnique sous la présidence d´un muluba (sans qu´il y ait réaction des gens de son ethnie). Ces « alerteurs de drames » ont été curieusement aveugles et muets quand il y a eu des chants « boma muluba., tika nyoka » aux meetings de Fayulu. Rien d´étonnant, déjà on ne les a pas vus critiquer le fait que 3 de 7 votants à Genève soient du même… Bref, j´ai eu la chance de naître et de grandir dans un quartier de Kin caractérisé par une incroyable pluralité ethnique (mukongo à gauche, mungala à droite, muluba en face, muswahili en diagonal…). Que c´était beau ! Ce merveilleux vivre-ensemble était souvent mis à dure/rude épreuve quand une des familles accueillait un ‘mbokatier’. Ce dernier – en perte de repères – cherchait vite à rappeler à son frère biologique qui était son ndeko. Mais tozalaki kotimbela bango. La pluralité ethnique loin des intoxications, une belle expérience.

      2. Ndeko Mayoyo,
        # Vous écrivez : « […]Et chacun d’eux a des atouts. Ceux de Tshisekedi ne peuvent provenir que de l’extérieur, c’est-à-dire des maitres du monde ; ceux-là même qui avaient fait Kabila roi. Quelle serait la monnaie d’échange ? […] »
        Je disais dans mes digressions ci-dessus : « […]Cela supposerait alors qu’il s’est constitué quelques garanties solides pour passer à l’acte. Auprès de qui sinon d’une puissance comme les Usa qui auraient accepté de se jeter dans cette mare pour l’assister quoiqu’il arrive. Rappelez-vous les récents propos de Pham, leur Envoyé spécial à côté de ‘Nzita’ Hammer leur Ambassadeur : ils avaient quasiment déclaré la guerre à demi-mots contre les généraux ‘kabilistes’ Amisi, Numbi, Kahimbi…[…] ».
        # Le « factuel » ce sont ces bruits d’une querelle entre UDPS et FCC quelque peu surfaits mais qui néanmoins authentifient une confrontation entre eux dont les dessous des propos et attitudes si osés suggèreraient que les sous-fifres (Kabund, Kilanga…) sont sans doute commandités ou tolérés par leurs têtes. D’où Tshisekedi tirerait alors cette assurance pour s’attaquer ainsi à son encombrant et puissant partenaire qui l’a fait roi sinon d’une garantie extérieure comme Washington qui l’avait invité de ‘déboulonner le système ancien » pour bénéficier du statut de « partenaire privilégié » ? Il avait publiquement accepté publiquement mais de guerre lasse en voyant Tshisekedi qui continue à trop louvoyer, les Usa reviennent à la charge pour l’obliger à passer enfin à l’acte. D’où ce cirque entre une base qui s’agite et un sommet qui prend son temps mais n’en aurait pas moins pris la décision de se défaire d’une façon ou d’une autre de son alliance contre nature et on attend la suite. Je ne crois pas fantasmer outre-mesure…
        # Le « fond » c’est bien sûr l’appât que représente notre riche Congo sur lequel l’Amérique veut cette fois mettre la main à la faveur du départ de l’ancien président qui leur était hostile.
        Et nous revenons à notre équation séculaire : trouver les mécanismes d’une gouvernance souveraine et efficace pour éviter nos errements habituels qui font de nous une proie facile des puissants de ce monde…
        Voilà ma fable que quelque part vous approuvez !

      3. Je viens de lire sur un site Congolais que Mike Hammer a encore frappé, attaqué sans ménagement ‘JK’ : RTBF rapporte que l’Ambassadeur américain au Congo s’adressant à la presse belge ce 18 novembre a dit que  » “Le changement est arrivé avec Tshisekedi mais Kabila agit en coulisse et sa coalition pèse lourd au parlement… Il ne peut y avoir qu’un seul président”. Il ajoute : « “Même s’il n’a pas été élu à la régulière…, on a vu clairement que les congolais ont voté pour le changement et la fin du règne de Kabila…”
        L’Amérique veut faire passer un message et ça ne s’arrêtera sans doute pas là. C’est déjà ça fût-ce seulement que l’homme venu d’ailleurs la boucle et dégage de ce pays. Notre Tshilombo National nous offrira-t-il ce cadeau ?

  8. Tous sont sous la coupe et la domination de alias Joseph Kabila. Les avez-vous entendu dire que ce dernier constitue un patrimoine national ? J’ai failli tomber à la renverse en entendant cette déclaration. Même les déclarations de Fatshi Bidon en Allemagne louant et rendant hommage à Joseph Kabila, n’ont fait que corroborer cette mystification de la personne de Joseph Kabila le faisant passer pour un soi disant patrimoine national.
    Lui qui a tué et continue de tuer dans toutes les provinces du pays, de Makobola à Tingi-Tingi en passant par Kasika, Mwenga, Minembwe et Kisangani, de Beni à Djugu en passant par Bukavu et Goma, du grand Kasaï (Kamuina Nsapu) au Bandundu ( les victimes de Yumbi) en passant par la grand Katanga (Pweto, Kalemie, les victimes de Gédéon Kyungu, et les tués de Mukungubila), de l’Équateur (Enyele) au Kongo-Central (Bundu dia Kongo) en passant par Kinshasa ( les victimes des différentes oppressions, ceux des charniers de Maluku), etc. Sans oublier des les assassinats des nombreuses personnalités telles que: Messeigneurs Kataliko, Munzihirwa, Etsou; le père Vincent Machozi et tant d’autres religieux et relieuses, les vaillants officiers Mbuza Mabe et Mamadou Ndala, Floribert Chebeya et Fidèle Bazana, Armand Tungulu, pour ne citer que ceux là ainsi que tant d’autres, Kamuina Naspue et tant d’autres chefs coutumiers dans toutes les provinces etc.
    Franchement les adeptes du FCC n’ont pas honte de déclarer qu’un tel criminel est un patrimoine national ? Est-ce parcequ’ils sont obnubilés par les billets verts de la corruption ?
    Il faut que soient rasées toutes ces cliques des politiciens, aussi bien celles du pouvoir que celles de l’opposition et que nous soit tracé un nouvel ordre politique .
    Fatshi bidon et Joseph Kabila son mentor de qui il tient son semblant de pouvoir méritent tous la géhenne !

    1. BOIS,
      sur votre liste des victimes de Kabila figure le nom de « TUNGULU » assassiné pendant que MUZITO était chef du gouvernement. Or Muzito (avec Fayulu) venait d´être l´allié de NGBANDA (votre analyste politique, ex-résistant). Pourquoi n´avez-vous pas évoqué ce dossier avec lui ? EN LÂCHE patenté, vous concluez de manière IMPERSONNELLE qu´ »Il faut que soient rasées toutes ces cliques des politiciens… et que nous soit tracé un nouvel ordre politique. » QUI VA LE FAIRE POUR VOUS ? C´est toujours Kabila qui vous empêche d’ inaugurer ce nouvel ordre politique en questionnant votre ex-allié MUZITO sur le dossier ARMAND TUNGULU ?

  9. Chers Compatriotes,
    Voilà par où le Raïs tient son pouvoir. Kilanga est-il Rwandais ? Nos compatriotes qui ont profité du régime du Raïs n’ont pas tous accepté ce qui se passe maintenant. Et quand l’occasion leur est donné d’exprimer leur frustration, ils ne s’en privent pas. Donc, l’avenir du Congo est aussi compromis par ces traîtres dont on ne parle quasiment pas, Dieu seul sait combien ils sont. La révolution impliquerait que ces piliers du pouvoir du Raïs qui ne veulent pas voir le bien du pays et l’avenir de leurs enfants soient aussi des cibles que l’on doit mettre hors d’état de nuire, s’ils ne changent pas leur manière de voir et ne s’engagent pas pratiquement pour l’intérêt suprême de la nation. La lutte est vraiment longue. Que Dieu nous vienne en aide.

  10. Quiconque connaît le petit Dunia Kilanga, ne peut que s´étonner de l´importance que les ‘internautes engagés’, les amateurs du monde virtuel lui donnent. Même les petis vendeurs de sa commune seront surpris d´apprendre qu´il a même eu droit à un article. Donner tant d´importance aux gesticulations des flatteurs désespérés peut mettre du baume au coeur de ceux qui sont frustrés et souhaitent vivement une grande crise qui leur permette de se relancer; c´est kamerhe (pour ne pas dire ‘vital’) pour eux; mais qu´ils acceptent que les autres fassent d´autres lectures. Souhaiter que Félix – qui n´a qu´un mandat de 5 ans – s´y intéresse comme eux semble quand trop osé. Nous aurons le temps d´évaluer le mandat DE Félix et non NOTRE politique à travers Félix. En passant, je trouve curieux qu´on clame l´infiltration de l´armée et des institutions, et qu´on demande à Félix dès janvier 2018 de tout changer. Je trouve curieux qu´on lui parle du marasme socio-économique, voire qu´on le lui reproche, mais sans être critique à l´égard de ceux qui en même temps promettent en de termes clairs d´aggraver ce marasme en déstabilisant le pays pour empêcher la venue des investisseurs. Je trouve aussi curieux que ceux qui demandent à Félix d´écarter les figures dangereuses (la liste est très longue!), n´ont même pas eux-mêmes amorcé la moindre (auto)critique de leur côté en exigeant des comptes/explications, par exemple, à MUZITO qui était 1er Ministre pendant qu´Armand TUNGULU était assassiné. (Muzito devait/devra être aussi ‘bavard’ sur le dossier ‘vaches empoisonnées’). J´aurais bien voulu voir BAW aller un peu plus loin quand il écrit bien laconiquement : « […] candidat malheureux Martin Fayulu qui entend « résister » jusqu’à la manifestation de « la vérité des urnes ». » Puisqu´on y est, pourquoi ne pas évoquer la proposition de Fayulu d´un Haut Conseil (Vous avez dit ‘vérité des urnes’!) et surtout la sortie de NGBANDA au sujet de son ex-allié Fayulu et son slogan. Si on s´intéresse à DUNIA, pourquoi pas à NGBANDA qui non seulement a parlé avant, mais aussi pèse plus que le petit-là.

  11. @ Bois,
    Oui, tres bien dit.
    Ajoutons que FATshi-Beton-d’Argile et son boy V Kamerheon, ivres d’entre autres les $15 Million en butin de vols du Tresor, ne peuvent que se tremousser a la gloire de leur « Patrimoine de Kingakati ».
    Et puis, le « Syndrome de Stockholm » s’y impose en faisant oublier a FATshi-Beton-d’Argile et ses acolytes jouisseurs Kabund et Kabuya les militans d’UDPS victimes de la dictature-sanguinaire que leur « Patrimoine » brula vifs devant le siege meme de l’UDPS en 2016.

  12. Certains congolais n’ont pas encore compris ce que représente le Congo notre Pays à L’échiquier mondial et n’ont pas encore tirée
    Des leçon du passer de notre histoire, beaucoup pense que allez
    Vite contre les lobby des multinationale et leurs Zairois des service
    C’est libéré totalement son pays ce faux, l’exemple de Lumumba
    Et Laurent désiré Kabila ils ont payer le prix de vouloir allez vite et
    Nous devons savoir faire la différence de la politique politicienne
    Et la Real politique.
    Kabongo André

    1. @Kabogo,
      Tu nous perds dans ta litanie incoherente et inbue des fautes graves.
      Commence par ecrire correctement, on te prendrait alors au serieux.

  13. A mon humble avis, les bonzes du PPRD sont comme de rhéteurs sophistiqués; ils sont vraiment ivres d’exubérance irrationnelle de leur propre verbosité, et sans aucun doute ils sont doués d’imagination égoïste laquelle en tous temps leur inspire une suite d’arguments interminable et incohérent pour dénigrer leurs adversaires politiques afin de se glorifier.

  14. A Norbert Muzungu , cette opportunité nous donné par Congo indépendant Pour donner nos points de vue ne pas un Endroit
    Pour des injures facile c’est un Endroit démocratique pour que chacune de nous puissent s’exprimer démocratiquement. Monsieur kabongo donné son point qui à beaucoup de sens, regarde le fond
    Qui à beaucoup des sens, et de ton coté corrige aussi tes Faute en commençant par bien Ecrire le nom kabongo au lieu de kabogo
    Biso ba congolais tolingi toleka meme bakolo munoko na bango
    Kiadi kibeno.

  15. Chers Compatriotes,
    J’interviens ici parce que je viens de lire une réaction intéressante. La réaction de MBTT sur la situation actuelle du pays est très intéressante. Tout ce qu’il décrit de la relation plus que contre-nature, entre le Raïs, et le Béton (armé ?, ou d’argile?) est plus que pertinent. Mais cependant, sa réponse à la question qu’il pose  » ….pourquoi le destin de notre peuple est si cruel? ». « Ma réponse est connue. Nous n’avons jamais réfléchi à la démocratie ou à la gouvernance de notre Etat. La toute-puissance de Joseph Kabila est avant tout le résultat de cette démission de l’intelligence » ne me satisfait pas. Je ne crois pas que le sort de notre peuple est lié au manque de réflexion sur la démocratie. Je peux me tromper. Ma question est savoir à partir de quelle investigation MBTT est-il arrivé à cette conclusion. Le destin cruel du peuple congolais vient de ce même peuple qui est trahi par ses propres enfants et ce même peuple qui est complice de ce destin cruel qu’il refuse de changer en participant à des activités d’auto-libération. J’ai un cas que j’ai vécu à Kinshasa d’un propriétaire d’un appartement qui avait refusé un bon candidat locataire dans sa parcelle parce que ce dernier n’était pas de sa tribu. Dans une province que je ne citerai pas ici, une pièce de théâtre a été joué par des jeunes élèves pour stigmatiser ce qui se passait dans la province. Une scène avait retenu mon attention. « Un garçon qui rentrait chez lui qui voit sa chambre allumée (électricité), demande à sa mère de quelle source d’énergie venait sa lumière, sa mère lui dit : mais c’est du barrage hydroélectrique de l’honorable tel. Le garçon éteint la lumière électrique pour allumer une bougie. Pourquoi, mais c’est un opposant politique qui ne nous aime pas. Le Tribalisme est une des raisons de ce destin cruel que nous dévoilons actuellement. Fatshi a agi pour des raisons que nous tous pouvons imaginer, mais qui au fond ne restent que des hypothèses de notre part. Ces raisons sont telles vraies ou fausses, personne d’entre nous ne peut le dire avec assurance. Car, nous ne pouvons savoir ce qu’il y a dans le coeur d’un être humain. Toutefois, si l’armée, et le peuple voulaient s’approprier la démarche de sa libération, on y arriverait. Quand nous disons « Joseph Kabila », nous lui donnons plus d’importance que ce que nous avons vu venir en lui. La mentalité congolaise de traîtrise généralisée a fait d’un « jeune homme…. » venu comme tout le monde le sait, un « politologue tacticien redoutable »… Chers Compatriotes et cher MBTT, ce n’est pas une honte et une humiliation extrême toutes les théories qui nous développons en faisant du Raïs un génie politique qui a réussi à maintenir les Congolais dans une misère noire ? Faisons un examen de conscience en nous examinant. Le Cardinal de Kinshasa qui appelle à l’unité est-il insensé ? La place qu’occupe Béton (armé ? ou d’argile) était occupée par Martin, je ne vois pas comment ce dernier échapperait à Kingakati. Toutefois, présentement, c’est une affirmation irréelle, car, non prouvée par les faits. Une autre raison de la durée de ce destin cruel est que nos réflexions et théories ne sont que des productions sans impact sur la vie de nos compatriotes. On n’a jamais lancé des idées à mettre en pratique d’une manière ou d’une autre. Nous avons un grand défi. Les députés ont trahi jusque là et on n’en parle jamais. Notre peuple peut entendre à la radio, voir à la télévision les députés qui tiennent des propos qui vont à l’encontre de l’intérêt du pays, et personne n’assiège le parlement pour leur demander des comptes à leur sortie. Les universités peuvent être mal gérées, vous n’entendrez pas le peuple réagir. De mon point de vue, les réflexions et théories sur la démocratie qui existent pourraient déjà nous inspirer pratiquement pour que les choses changent au Congo. Mais lorsque l’on voit ce que le tribalisme est capable de nous diviser et de nous paralyser, alors, nous avons le résultat. Ce destin est là parce que le peuple congolais est ce qu’il est. Que Dieu nous vienne en aide..

Comments are closed.