Diplomatie: Kinshasa n’est plus un « grand poste diplomatique »

Le président Felix Tshisekedi Tshilombo a reçu les lettres de créance de neuf nouveaux ambassadeurs. Deux sont résidents à Kinshasa, cinq ont choisi Kampala, Kigali, Luanda, Lusaka et Nairobi comme lieux de résidence. Pire, parmi les neuf, quatre Etats ont fermé leurs ambassades à Kin pour les installer dans une de ces capitales. Question: la capitale congolaise a-t-elle perdu son attrait d’antan? Pourquoi? Depuis la fin de la guerre froide, beaucoup d’eau a sans doute coulé sous le « pont diplomatique ».

Ministère des affaires étrangères

Neuf nouveaux diplomates ont présenté, jeudi 26 novembre, au chef de l’Etat congolais, les lettres les accréditant en qualité d’ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires de leurs pays respectifs en République démocratique du Congo. Le Zimbabwéen Johanne Tomana et l’Indien Ram Karam Verma sont résidents à Kinshasa. Voici les  non-résidents: l’Emirati (EAU) Hazza Mohamed Falah Kharsan Alqahtani (Kigali), l’Ethiopienne Gelaw Alemtsehay Meseret (Kampala), le Sierra-Léonais Solomon Momoh Christopher Gembeh (Abuja), l’Israélien Oren Rozenblat (Luanda), le Polonais Piotr Mysliwiec (Luanda), l’Autrichien Christian Fellner (Nairobi), la Finlandaise Pirjo Kaisa Suomela Chowdhury (Lusaka).

Hormis la Finlande, la Sierra Leone et les Emirats Arabes Unis, jusqu’au début des années 90, l’Autriche, l’Ethiopie, l’Etat d’Israël et la Pologne avaient des représentations diplomatiques à Kinshasa aux adresses respectives ci-après: 6ème étage Galerie Présidentielle, 206 avenue du 24 novembre, 12 avenue des Aviateurs et 63 avenue de la Justice dans la commune de la Gombe. Pourquoi ces Etats ont préféré installer leurs « légations » ailleurs?

EXTENSION DE JURIDICTION: UN PHENOMENE NORMAL

Une ambassade non-résidente n’est pas un phénomène nouveau. Le deuxième alinéa de l’article 5 de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques stipule: « Si l’Etat accréditant accrédite un chef de mission auprès d’un ou plusieurs autres Etats, il peut établir une mission diplomatique dirigée par un chargé d’affaires ad intérim dans chacun des Etats ou le chef de la mission n’a pas sa résidence permanente ».

Pour les pays dits en voie de développement, l’extension de juridiction ou de la compétence d’une ambassade se fonde généralement sur deux raisons majeures: l’impératif économique et le manque de personnel qualifié.

Une question mérite d’être posée: pourquoi un Etat préfère « installer » la résidence de son ambassadeur dans un pays plutôt que dans un autre? A première vue, la réponse pourrait être l’importance du poste.

A titre d’exemple, l’ambassade du Congo-Kinshasa au Sénégal, avec résidence à Dakar, exerce une compétence territoriale sur la Gambie, l’Ile du Cap Vert et le Mali. Ancienne capitale de l’ex-Afrique Occidentale Française, la capitale sénégalaise constitue une sorte de carrefour pour de nombreux Etats de l’Afrique de l’Ouest. A ce titre, cette dernière tient lieu de « poste d’observation » privilégié – en Afrique de l’Ouest francophone – pour tout diplomate dont la mission s’article sur cinq axes: représenter, négocier, observer, informer et défendre les intérêts de son pays.

KINSHASA N’EST PLUS UN « GRAND POSTE DIPLOMATIQUE »

Il aurait été abracadabrant que l’ambassadeur congolais ait sa résidence à Banjul ou à Praia avec extension de juridiction à Dakar. Osons regarder la réalité en face pour constater que les pays ayant domicilié leurs ambassadeurs ailleurs qu’à Kinshasa ont voulu signifier aux Congolais l’influence quasi-nulle que leur pays exerce sur la diplomatie africaine en général et celle de la Région Afrique centrale en particulier.

La ministre congolaise des Affaires étrangères

Les autorités diplomatiques congolaises seraient mal inspirées de considérer la délocalisation des ambassades d’Ethiopie, de l’Etat d’Israël, de la Pologne et d’Autriche comme un épiphénomène. Pourquoi Kinshasa a été préférée aux capitales précitées? De même, pourquoi des ambassadeurs accrédités en RDC ont décidé de résider en Ouganda et au Rwanda deux Etats avec lesquels l’ex-Zaïre a vécu une situation de belligérance. Et que la normalisation des relations officielles n’a pas cicatrisé des plaies psychologiques qui restent béantes au niveau des peuples. Les Emirats et l’Ethiopie avaient-ils, ne serait-ce par courtoisie, fait part aux autorités diplomatiques congolaises de leur intention d’étendre la compétence de leurs ambassades à Kigali à Kampala sur Kinshasa?

Durant la guerre froide (en ce qui concerne le Congo-Zaïre), de 1960 à 1989, Kinshasa était considéré comme un « grand poste diplomatique ». Dans son ouvrage « CIA, j’étais chef de la CIA au Congo », publié aux éditions Jourdan en 2009, l’Américain Larry Devlin note qu’il fut chargé de contrecarrer les ambitions de Moscou dans cette partie du continent noir. A titre indicatif, l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Kinshasa comptait 46 diplomates jusqu’à la fin des années 80. Les ambassades de Chine (22), de Belgique (21), de France (19), d’Italie (14) et du Japon (12). Qu’en est-il aujourd’hui?

LA DIPLOMATIE DE LA RDC MALADE A L’EXTERIEUR ET A L’INTERIEUR

De 1960 jusqu’au milieu des années 90, le Congo-Zaïre a mené ce que l’ancien ministre des Affaires étrangères Jean Nguz a Karl-i-Bond appelait « la diplomatie de la dépendance ». Le « jeune Etat indépendant » a consacré toute son énergie à « sous-traiter » la défense des intérêts du monde dit « libre », avec les Etats Unis en tête. En contrepartie, le pays recevait une obole appelée « aide au développement » ou « coopération ». Le Congo-Zaïre a négligé ses propres intérêts. A la fin du conflit Est-Ouest avec la chute du Mur de Berlin, le pays s’est inséré dans la liste infâmante de ce que certains ont appelé les « orphelins de la guerre froide ».

Du 24 avril 1990 au 17 mai 1997, la longue « transition démocratique » a transformé le Congo-Zaïre en un pitoyable géant aux pieds d’argile. Une proie facile pour ses voisins (Angola, Burundi, Ouganda, Rwanda). Le pays est devenu un « nain » au plan économique et militaire. L’instabilité politique et l’insécurité récurrente à l’Est ont fait le reste.

Ambassade de la RDC auprès du Royaume de Belgique

La diplomatie congolaise est malade à l’extérieur et à l’intérieur. Cette maladie remonte au début des années 90. A l’extérieur, le Congo-Kinshasa est quasiment « aveugle ». Le pays continue à « entretenir » plus de soixante  représentations diplomatiques. Pour promouvoir quels intérêts? Peut-on franchement mener une diplomatie digne de ce nom sans ambition et sans moyens?

Aujourd’hui, une ambassade congolaise n’est ni plus ni moins qu’une simple bureaucratie avec un personnel inutilement pléthorique et impécunieux. L’Etat congolais confond la politique étrangère avec le voyage des officiels à l’étranger.

A l’intérieur, la diplomatie congolaise ne se porte pas mieux avec un personnel pléthorique à l’Administration centrale. Constamment en voyage, la ministre peine à réformer son département.

Que dire en définitive de Kinshasa? La sécurité de personnes et des biens reste précaire. Les soins de santé et l’éducation sont loin d’être de qualité. Au moment où ces lignes sont écrites, la capitale congolaise, avec ses dix millions d’âmes, fait face, depuis plusieurs jours, à une pénurie d’eau et d’électricité. Quid de l’insalubrité ambiante? La capitale congolaise a mauvaise presse. Elle n’est plus un « grand poste diplomatique » que pour une poignée de pays ayant des liens sentimentaux. C’est le cas notamment de la Belgique. Il y a du boulot…

 

Baudouin Amba Wetshi

21 thoughts on “Diplomatie: Kinshasa n’est plus un « grand poste diplomatique »

  1. Cher BAW, votre dernier paragraphe resume tout sur Kin-la-poubele. A cela il faut ajouter la corruption qui definit ce pays du sommet en bas !

  2. @Baudouin Amba Wetshi
    Et la presence de deux avions de chasse angolais dans les nuages de la capitale du Congo-Kinshasa le 19 novembre dernier apres la visite de l’empereur-nu Tshilombo a Luanda?

  3. J’ai souvenir d’un fait qui s’est produit au Parlement Belge à l’occasion de la célébration de 80ème anniversaire de la création du Parc des Virunga, Célébration à laquelle j’ai été invité. En présence des officiels belges, de la famille royale et des autorités de l’ICCN venues de Kinshasa, M. De Merrode, l’actuel Directeur du Parc des Virunga, a présenté ses mémoires consacrés à ce Parc. Maintenant, le moment était venu pour l’ambassadeur de la RDC de prendre la parole. On constata son absence, en plus, il n’était pas représenté. La parole fut alors donnée à l’ambassadeur du Rwanda qui était, lui, présent dans la salle. Celui-ci se mit à expliquer à l’assistance l’origine du mot « Virunga » en disant que ce nom vient du kinyarwanda « Birunga » et il en donna le sens… Peut-être qu’il avait raison, peut-être qu’il avait tort. Mais depuis mon siège je fulminais en voyant que nos voisins profitaient de toutes les occasions pour avancer leur thèse, pendant que nos diplomates sont distraits ou tout simplement « absents » là où ils étaient sensés représentés leur pays. Et voilà le « Parc des Virunga » qui est débaptisé « Parc des Birunga » en une seule séance au sein du Parlement Belge sans aucune rectification de la part des officiels congolais présents. De revendications pareilles à dose homéopathique peuvent être fatales pour l’intégrité du territoire. La faute à nos diplomates qui n’ont pas le cœur à l’ouvrage.

    1. @Roger,
      C’est là une bien triste et réelle réalité. Ceci dit, comment en vouloir à des diplomates qui ne sont pas payés et qui ne reçoivent même pas les frais de fonctionnement. Il est possible que cet ambassadeur n’avait même pas le moyen de se déplacer, faute de carburant, faute de pouvoir se payer un taxi…ou simplement qu’il fait partie de ces congolais auto-proclamés par la force du canon et de la manipulation, donc primo-acteur-complice de l’imposture.
      Eyokani !

      1. l’ambassade reçoit l’argent pour démande de visa et autres. l’argent est versé dans un compte europeén.
        comment un ambassadeur peut manquer du carburant. il est seulement féneant.

      2. En Belgique; un Ambassadeur ne peut pas manquer du Gaz…Incompétence tout simplement……

  4. Triste réalité, monsieur Amba Wetshi. Je ne sais pas si la prochaine présidence de l’UA rotative que doit gérer la Rdc l’année prochaine changera la donne. Peut-on sincèrement être ambitieux au niveau continental pendant qu’en interne c’est la chienlit ? Les prochaines semaines et les prochains mois nous édifieront.

    1. Lidjo@
      Pourquoi la « présidence de l´UA » peut changer la très mauvaise gouvernance de la diplomatie de la RDC?
      Felix n´a pas ameliorer la gestion de la diplomatie, au contraire même quand lui même s´accapare du rôle du ministre des Affaires Étrangères en faisant des voyages de tourisme, la situation des ambassades congolaises est catastrophiques. Les salaires et les frais de fonctionement sont invisibles depuis presque 6 mois.. chaos total au ministère des AE dirigé pourtant par l´UDPS ! Ici en Suède, toutes les ambassades des pays membres de l´Union Africaine se moquent de nous ! Pas même une voiture diplomatique, ni un abonement du téléphone, ni un site internet de l´ambassade qui fonctione !

      1. le Congo a combien comme budget? c’est facile de donner la faute à Félix. vous oubliez qu’il le fcc qui ne veut pas que les choses avance. c’est pourquoi, il y a consultation.

  5. Après avoir passé 18 ans à detruire systematiquement un pays sur tous les plans,à quoi vous vous attendiez!
    Nous avons connu une malediction d’avoir au sommet de l’Etat des gens qui confondaient la république à une simple ferme des vaches.
    C’est la conséquence des 18 ans d’arrêt au niveau de la gestion de l’Etat.
    Entre ceux qui disaient « nous soutenons » à chaque fois que Pablo escobar » de kinshasa toussait, et ceux qui s’opposaient pour se faire nommer à un poste, le peuple ne pouvait que constater la perfection dans son état de déliquessence sociale… »le vin tiré il faut le boire » dit-on.
    Il faut tiré les conséquences.

    1. 18 ans?’
      Avec Matata comme PM, non seulement l´ambassade de la RDC en Suède avait payée toutes les dettes du loyer, chaque mois, le loyer , les frais de fonctionement et les salaires des diplomates étaient payés par virement bancaires chaque mois..
      5 mois depuis, c´est le chaos total avec une ministre UDPS á la tête des Affaires Étrangères et une gestion de la diplomatie par Felix.. 5 mois, les salaires ne sont pas payées, le loyer les frais de fonctionement sont invisibles…
      Tandis que plus de 500 conseillers de Felix sont payés regulièrement avec 15000 dollars US par mois á Kin !
      Vous ne pouvez pas parler de « 18 ans » quand depuis 2 ans, le programme de 100 jours a ponctionés plus de 500 millions de dollars de la reserve de change et le président depasse son budget de 1400 % .. Faire croire que la faute de Kabila ..quand la femme de Felix fait la fête á Dubai est une affirmation très discutable

      1. le depassement du budget à la présidence était de 318%. pas de confusion.
        la femme de Félix ne peut pas vivre pour vous? son mari a un salaire.
        pourquoi avoir un ambassade qui e pas productif? il faut réorganiser tout ces ambassades.

  6. Il y a pire: les différents rapports envoyés à la Centrale, – pour autant que certains rares diplomates en élaborent encore – ne sont pas traités. Pas de feedback, pas de directives, encore moins de Conférences diplomatiques, pas d’allocations… C’est la galère aux Affaires étrangères du Grand Congo !

  7. En ancien diplomate BAW sait sans doute mieux que beaucoup d’entre nous de quoi il parle. Son constat est que depuis la fin de la guerre froide et ses changements dans le monde et son desordre chez nous, Kinshasa a cessé d’etre un « grand poste diplomatique » parce que simplement le pays est devenu un « nain » au plan économique et militaire tandis qu’il souffre d’une instabilité politique quasi chronique
    et d’une insécurité récurrente.
    Mais si on peut le nommer plus simplement, toute cette invisibilité est la conséquence d’une mauvaise gestion de tout le pays devenu dépendant de certains voisins et malade dans tous les secteurs. Ce qui ne lui permet plus ni ambitions raisonnables ni moyens géopolitiques et économiques du grand pays au coeur de l’Afrique qu’il devait être. L’administration du ministère des AE en est devenue sans boussole et sans argent et la capitale comme tout le pays incapables d’offrir ni entière sécurité, ni conditions sociales minimales aux diplomates. Le Congo est malade partout de ses nombreuses insuffisances, jusque quand ?

  8. Quel est ce pays serieux qui peut envoyer ses chers diplomates dans la poubelle et l’enfer de kinshasa ou il n’y a ni eau ni electricite? une ville tres sale avec des odeurs insuportables partout, des emboutellages, des voleurs, bandits et mendiants a chaque coin de la rue. S’il pleut, c’est l’enfer. La derniere pluie a fait 51 morts a cause des innondations incontrolables. Sur les neuf ambassadeurs qui ont presente leurs lettres a Felix, seul deux vont resider en enfer. Les autres ont pleinement raison d’aller vivre au chaud a kigali, Nairobi, Luanda et Lusaka pour leur securite. mabe eza wapi? Le peuple d’abord!

  9. J’aimerais avoir les versions des sieurs Raymond Tshibanda, She Okitundu, Antipas Mbusa …sur ce qui est peint ici.
    Plaise à la Providence de croiser les chemins de l’Éminent BAW aux Excellences citées.
    Une génération se lèvera et changera la donne. Qui sait ?
    Nunc laborare oportet.

    1. @ Fololo:
      Vous citez ici de criminels neo-kanambistes ou ex-kanambistes que la Justice attend au tournant. N’oublions pas d’y ajouter un autre, le tres arrogant Thambwe Mwamba. La liste de ces kleptocrates est longue.

  10. QUE CE QU ILS SONT AMNESIQUES LES CONGOLOS TOUT EST FAUTE DE FATSHI?MEME DU TEMPS DE MOBUTU CERTAINS AMBASSADEURS PASSAEINT LA NUIT SOUS LE PONT ET UNA DIPLOMATE HABITANT MEAUX A ETE EXPULSEE FAUTE DE PAIEMENT DE LOYER .TOUT CELA C EST FATSHI? UN DES AMBASSADEURS N ARRIVAIT PAS A PAYER SON ASSURANCE VEHICULE TOLOBA PE NIONSO TOUT LE MALHEUR DU CONGO C EST TOUJOURS LA MEME PERSONNE?ENNEMI DU CONGO C EST TJRS LE CONGOALIS.

    1. @Zorino
      Gouverner, c’est prevoir! Tentez vous de justifier l’echec de l’empereur-nu Tshilombo par rapport au bilan de l’ancien « roi » du Zaire Mobutu Sese Seko? Voila un cas de sophisme aberrant! Ba mpangi ya Vincent! Mawa mingi!

  11. Le Congo est un grand et beau pays. Mais il est mal habité. Nous sommes un peuple génétiquement et culturellement dépourvu de conscience politique nationale. On a des dirigeants incompétents mais soutenus par un peuple inconscient. Le pays se meurt. Mais on regarde. Le peuple congolais à fait le choix de la médiocrité.

    1. @ Kolomabele,
      EN VOUS LISANT AVEC NOS LARMES, VOUS AVEZ TOUT DIT…!
      NE DIT-ON PAS QU’UN PEUPLE (LACHE) A DES DIRIGEANTS (VOYOUS) QU’IL MERITE BIEN…?
      DANS QUEL PAYS AU MONDE TROUVE-T-ON UN BANDIT-VOLEUR TANZANIEN ET SES FRANGINS VENUS IL Y A PEINE 20 ANS S’ENRICHIR EN $MILLARDS DE BUTIN DE VOLS, ET DOMPTANT UN PEUPLE DE 90 MILLIONS. PIRE, UNE PRETENDUE ELITE (FCC) VEUT REVOIR CE CRIMINEL AU SOMMET D’ICI 2023. C’EST LE COMBLE !

Comments are closed.