Dissolution de l’Assemblée nationale: une arme de Félix Tshisekedi pour résoudre le blocage institutionnel !

La RD Congo est en passe d’une crise interinstitutionnelle aux conséquences incalculables depuis la sortie du premier gouvernement formé des mains de Félix Tshisekedi.

Le président de la République a nommé le Premier ministre depuis le 15 février, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, issu de la majorité parlementaire « Union Sacrée » (un rassemblement des partis, regroupements et forces hétéroclites) qui soutient la vision de Félix Tshisekedi.

« Honorables décidez sans crainte. Dissolution ou pas est votre unique responsabilité. Des temps en temps Félix rappelle les forces tapies dans son cœur », a dit Kitenge Yesu exhortant les députés révolutionnaires à faire montre davantage de responsabilités.

Le Haut Représentant du Chef de l’État appelle le collectif de 138 députés à « garder le meilleur et à rejeter le pire ». « La personnalité = garde-robe du moi. Le courage est comme un muscle qui prend la force à l’usage », a-t-il souligné.

Bureau Mabunda réunis au sein du collectif 138 députés révolutionnaires sont très en colère et menacent de ne pas investir le Gouvernement Sama Lukonde.

Signalons qu’en cas de crise persistante entre le Gouvernement et l’Assemblée nationale, le Chef de l’État dispose de la faculté de dissoudre l’Assemblée nationale afin de solliciter des électeurs la désignation d’une nouvelle majorité pour soutenir son action.

APA/

15 thoughts on “Dissolution de l’Assemblée nationale: une arme de Félix Tshisekedi pour résoudre le blocage institutionnel !

  1. Ne peut-on pas s’arrêter une fois pour se poser la question de savoir pourquoi on rate toujours une bonne occasion de vivre en RDC un événement particulier et qui aurait pu être fructueux pour tous ses habitants ? Pourquoi nos dirigeants prennent-ils toujours des décisions dérisoires et farfelues qui les amènent chaque fois à revoir leurs copies ? Incompétence ou mauvaise foi ? Voilà autant des questions que les Congolais sont en droit de se poser !

  2. Le vrai problème est qu’attendre d’un groupe hétéroclite aux intérêts divergents et aux agendas cachés.
    Cependant, La dissolution si elle arrivait quoique je n’y crois pas, amplifiera la crise dans ce pays encore fragile. La question électorale n’ayant jusqu’à ce jour pas encore trouver de consensus, la gestion quotidienne de la res publica n’ayant aussi pas encore donné satisfaction donc il y a véritablement péril en la demeure. D’où la sagesse s’impose.

  3. On ne dirige pas un pays par des chantages.
    Kitenge Yesu, n’est ce pas le même qui disait à Mobutu de réprimer les actions de Tshisekedi wa Mulumba avec la plus grande sévérité ?
    Aujourd’hui, il est le  » Haut Représentant du Chef de l’Etat  », le fils de Tshisekedi wa Mulumba.
    Au fait, c’est quoi au juste le job d’un  » Haut Représentant  » d’un chef d’état ?
    Demain, vous allez voir que Fayulu va devenir le Conseiller spécial en matières stratégiques d’Anthony Tshisekedi, le fils de….
    Mboka oyo Congo eza compliqué. Mais vraiment compliqué. Aucune logique n’est respectée. Hein Procongo ?

  4. Comme est la figure biscornue de son auteur, les propos de Kitenge Yesu sont autant ambigus qu’equivoques. Fait-il du chantage aux députés frondeurs ou est-il convaincu que la dissolution est une armée que Tshisekedi peut utiliser sans risques ? Parle-t-il en Haut Représentant obscur de Tshisekedi ou en un Conseiller confus ? Il n’aurait rien dit que ça n’aurait changé autrement la face de la ‘tshisekedie’. Bref je ne comprends pas à quoi il sert ce mec…

  5. « Si tu es garçon, ose dissoudre »…lui dirait-on sous d’autres cieux. Car avec une impopularité toujours croissante, bien en deçà de son meilleur score de 2018 (15%), Fatshi–le- béton fissuré risquera de voler en éclats s’il s’aventurait à convoquer de nouvelles élections. Nani a ko voter batu naye lisusu? Je parie que même dans les Kasai, les candidats labéllisés « Union Sacrée » et « UDPS » pourront s’y faire lyncher.

  6. Salut Jo Bongos,
    Le Congo n’est pas un pays compliqué. C’est simplement un pays aux élites sans boussole. Depuis l’échec des processus de démocratisation au lendemain des indépendances, les professionnels de la pensée n’ont cessé d’attirer l’attention des Africains sur le fait que la démocratie partisane et conflictuelle n’est pas ce qu’il faut aux nations plurales ou multiethniques comme ceux d’Afrique. Ils conseillent également que les Africains doivent éviter de mettre en place des systèmes politiques propices aux tiraillements. Mais en Afrique, les résultats des recherches scientifiques doivent rester dans les bibliothèques au lieu d’être utiles aux nations. Auriez-vous oublié ce que je ne cesse de répéter dans ce forum ? Tant qu’on ne change pas de système politique au Congo, notre destin à nous Congolais sera un éternel recommencement. Et nous vivons ce piège sans fin depuis la fuite mémorable du dictateur à la toque de léopard. Avec Felix Tshisekedi, le Congo a battu un record en matière de discrédit de la démocratie. Un parti politique peut être à la fois au pouvoir et dans l’opposition. Oui, le Congo a un incroyable talent au chapitre de la gouvernance.

    1. Salut Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo,
      Ce Congo ressemble à un navire dont la seule boussole disponible à bord est tombée dans l’eau. Et parmi les 80 millions de marins aucun n’a appris à nager pour plonger dans l’eau récupérer la boussole. Le navire se retrouve donc en train de naviguer selon la direction du vent… en attendant un possible sauvetage. Pourquoi donc est-ce si difficile d’être sérieux dans ce pays ? Pourquoi donc est-ce si difficile de corriger nos tares ? Un moment, après le fameux discours de 6 minutes de Tshilombo, j’y ai cru mais hélas cela n’était qu’une illusion. Une grosse escroquerie intellectuelle. Oui, le Congo a un incroyable talent au chapitre de la sorcellerie. Il faut ezala kaka kindoki. Ce n’est pas possible autrement.

    2. Mbuta Mayoyo
      Ah! Les « bibliothèques » n´existent même plus.. même ceux qui tentent de partager les recherches qu´ils font gratuitement sur Internet.. sont tout simplement « ignorés » ..
      Notre pays a avant tout besoin d´une gouvernance.. simple gouvernance où ceux qui dirigent font le travail qu´on attend d´eux et mieux peuvent expliquer regulièrement aux congolais ce qu´ils sont entrain de faire.
      Vous avez visioné la vidéo de YUMA..quand il explique les effets horribles de la chute de Mobutu en ce qui concerne l´industrie de l´extraction minière au Congo ?
      Aucun ministre ne peut tenir ce genre de discours et pire cette vidéo devrait servir d´un bon débat au Parlement.. mais kiadi ki beni

  7. DES DEPUTAINS POURRIS VENDUS ACHETES NOMMES QUI NE VALENT RIEN HABITUES A LA CORRUPTION JUSQU’A LA MOELLE EPINIERE.IL SUFFIRAIT DE LES DEFENESTRES PAR DISSOLUTION LE TOUR SERA JOUE.

  8. DISSOUDRE? MAIS AVEC QUELLE CENI?
    Ceux qui agitent la « dissolution » comme arme politique devrait sans doute comment par nous expliquer.. comment ils seront capables d´organiser les élections dans les 60 ou 90 jours..sans avoir des nouveaux dirigeants á la CENI?
    CHIRAC
    Dans sa tombe, Chirac devrait dire á Felix de ne pas refaire sa bourde.
    Felix et son gang de l´UDPS ne sont pas si populaire quand ils se reservent plus des ministres.. orginaires du Kasai (15 %) et certaines provinces n´ont même pas un seul ministre.
    S´il ya élection anticipée, l´UDPS aura du mal á faire campagne et devrait sans peine revivre le cachemar du PPRD.. kie kie

    1. GHOST,
      On a pas besoin de la CENI. On peut faire simple :
      1. Le chef de village de Kabeya Kamwanga remplace le bureau Mboso.
      2. On choisit parmi les combattants de l’UDPS de Limete, 99 kasaiens et 1 mushi. Ce qui nous donne un législatif de 101 membres.
      3. On leur achète à chacun une moto et deux costumes pour les séances.
      4. Ils sont payés 500 $/mois.
      Imaginez un peu l’économie que l’Etat va faire pour des gens dont la seule activité consiste à répondre à une question aussi bête que : qui vote pour, qui vote contre ?
      Je vous garantis que personne ne verrait une quelconque différence avec les 500 comiques d’aujourd’hui.
      Olobi nini ?

  9. Osons dire les choses plus clairement : il n’est pas évident que si une dissolution lesera sûrement les élus en place sera profitable au pouvoir en place.
    Mon pauvre avis à ce stade tourne autour d’un reproche général et selon moi objectif et légitime, à faire à la gestion de Tshisekedi, celui de soumettre le pays à sa maimise totale de toutes les institutions stratégiques souvent par des procédés à la limite de la légalité démocratique (regardez l’exemple de la Cour Constitutionnelle où il vient de nommer un fidèle en plus originaire de son village) et surtout de ne pas nous convaincre qu’il a une idée claire de ce qu’il veut en faire et que ce n’est pas une domination personnelle et patrimoniale comme celles qu’on a connues dans le passé, au-delà des slogans creux comme ‘Le Peuple d’abord. Le hic est qu’il se rend bien compte que cela risque d’aboutir à un résultat non bénéfique pour son pouvoir et pour le pays ; on entend aujourd’hui ses pions comme Kabuya anonner que ce ne sont pas seuls Tshisekedi et son Udps qui en seront comptables, ses alliés comme Bemba, Katumbi et les autres auront aussi à répondre du quasi échec annoncé en 2023. Il reste beaucoup à faire et à changer, la navigation à vue au gré des opportunités hasardeuse qu’on voit chez notre Président ne présente aucune garantie de succès de son mandat et pour le pays ! La suite…

  10. AUTRES CIEUX DES PERSONNALITES DU STYLE YUMA DEVRAIT ETRE PENDU SUR LA VOIX PUBLIC.IL IGNORE ETRE PARMI LES ARTISANS DE LA MORT DE LA RDC.

    1. Zorino@
      Yuma nous explique.. que Mobutu malade refuse de privatiser les mines.. On fait venir LDKabila pour le renverser, ensuite le FMI et la BM exigent que les nouveaux « présidents » acceptent des entreprises chinoises, des USA ou du Canada,.. qui s´emparent pratiquement des mines du Congo.. 70 % de ces mines sont entrain les mains de la Chine.
      En quoi Yuma qui n´a jamais été président ou premier ministre du Congo serait responsable des decisions.. des présidents du Congo?
      Felix a-t-il compris le message de Yuma?

  11. Ne perdons pas notre temps à vite dédouaner un Yuma qui figure parmi les pires fossoyeurs et prédateurs de notre pays. Il ne suffit pas de distinguer ses attributions de celles des présidents et premiers ministres pour négliger ses responsabilités et culpabilités dans ce pays. Il a été longtemps un proche conseiller et collaborateur, officieux et officiel de ‘JK mais aussi à la tête de la Gecamines et de la FEC, que cherchez-vous d’autre pour le rendre responsable et corresponsable de ses décisions et des décisions d’un ‘JK’ ?

Comments are closed.