Document d’histoire. Honoré Ngbanda: « Je suis un homme à abattre! »

En juin 2018, l’ancien conseiller spécial en matière de Sécurité du président Mobutu Sese Seko avait fait cette déclaration lors d’une interview accordée au journal en ligne « Congo Indépendant ». Né le 5 mai 1946 à Lisala, province de la Mongala (Grand Equateur), Honoré Ngbanda Nzambo ko Atumba est mort. La nouvelle s’est répandue, dimanche 21 mars, comme une traînée de poudre. « Est-ce vrai? », c’est la question qui revenait sans cesse dans des conversations téléphoniques. En parcourant plusieurs interviews que l’ancien « chef espion » avait accordées au journal en ligne « Congo Indépendant », il est plus ou moins aisé de cerner le sens de son « combat politique ». Celui-ci s’articule autour de quelques idées-fortes: occupation, résistance, conscientisation, libération et collabos.

« La famille Ngbanda a l’immense tristesse de vous annoncer le départ auprès du Seigneur du mari, père, frère et grand-père Honoré Ngbanda Nzambo survenu ce matin du 21 mars 2021. Nous vous remercions pour vos marques de sympathie et vous demandons de bien vouloir respecter le recueillement de la famille en ce temps-ci! ». C’est le communiqué, non signé, publié par la « famille Ngbanda ». Un texte quasi identique a été lu dans la soirée par  le secrétaire général de l’Apareco (Alliance des patriotes pour la refondation du Congo), Patrick Lukika.

Quelle est la cause du décès de cet acteur politique? En l’absence d’un rapport rédigé par un médecin légiste, tout ce qui sera dit ne pourrait relever que de la pure extrapolation. N’empêche. D’aucuns parlent de Covid-19. D’autres, évoquent le cancer de la prostate? Qui dit vrai? « Nous n’écartons aucune hypothèse à priori », a estimé, pour sa part, un sympathisant du défunt Président de l’Apareco. A tort ou à raison, ce dernier était convaincu qu’il était un homme à abattre. Et qu’il y avait des « tueurs à gage » à la solde du duo « Kabila »-Kagamé à ses trousses.

Officier de renseignements formé dans les meilleures écoles (Allemagne, Etats-Unis, Israël etc.), Honoré Ngbanda a accompli l’essentiel de son parcours professionnel dans les « services ». Il aimait bien faire la distinction entre les « services de sécurité » opérant à l’intérieur du pays, et les « services de renseignements » ayant pour mission d’identifier les « menaces » à l’extérieur du pays. C’est ici qu’il va évoluer avant de descendre dans l’arène politique au lendemain du discours du président Mobutu du 24 avril 1990 annonçant le retour au pluralisme politique.

Photo « Congo Indépendant » prise à la résidence parisienne du président H Ngbanda après la sortie officielle de l’Apareco

Durant la longue « transition démocratique » (1990-1997), il occupera à deux reprises le poste de ministre de la Défense nationale avant de diriger le « conseil national de sécurité » de 1993 à 1997. Il prit le chemin de l’exil après la chute de la IIème République de Mobutu Sese Seko.

HONORE NGBANDA, « LE RESISTANT »

Le 16 janvier 2001, le président Laurent-Désiré Kabila meurt dans son bureau dans des circonstances non-élucidées à ce jour. Son successeur est une sorte « OVNI ». Il s’appelle « Joseph Kabila ». L’ancien conseiller spécial sera le premier à dévoiler la véritable identité du successeur de Mzee Kabila et à mettre en doute le lien de filiation. Selon lui, « Joseph Kabila » s’appellerait, en réalité, Hyppolite Kanambe. « Il est de nationalité rwandaise », confie-t-il au journaliste camerounais Blaise Pascal Talla de « Jeune Afrique Economie ».

En 2005, « Honoré » créé l’Apareco. Pour lui, il ne s’agit nullement de « s’opposer » au pouvoir incarné par « Kabila ». Il opte pour la « Résistance ». « Lorsque vous vous dites opposant politique à un régime d’occupation, cela veut dire que vous reconnaissez le système en place comme un pouvoir légal », dira-t-il.

De 2005 à 2018, l’auteur de ces lignes aura l’occasion de réaliser une série d’interviews avec Ngbanda. Quelques mots revenaient sans cesse comme un « crédo »: occupation, résistance, libération et collabos. Le locuteur n’avait cure des critiques acerbes formulées en son encontre en sa qualité de fidèle d’entre les fidèles du maréchal Mobutu dont le régime a fini par sombrer. Il n’avait pas cure non plus des critiques qui lui reprochaient « de parler plus et d’agir moins ». en limitant l’action de la Résistance « à quelques sorties médiatiques ». Il rétorque aussitôt: « Notre action consiste avant tout à une prise de conscience ». Pour lui, il fallait commencer par la « conscientisation » de la masse.

Jusqu’au bout, « Nzambo Ko Atumba » ne se départira guère de l’idée selon laquelle le Congo-Kinshasa est un pays « sous occupation » rwando-ougandaise avec le soutien de certains membres de la « communauté internationale ». Sans omettre, la complicité de quelques « collabos » congolais. D’après lui, on organise pas les élections dans un pays occupé. Cette occupation aurait été facilitée, selon lui, par l’infiltration des sujets étrangers dans les grands corps de l’Etat (l’armée, la police, les services) . Et ce par le biais de brassages et de mixages. Ce n’est pas tout. « Ce sont nos divisions qui font la force des occupants rwandais! », assène-t-il.

« KABILA » A REUSSI SA MISSION D’ « OCCUPATION » DU PAYS

Jean-Pierre Bemba, Président du MLC

Lors de l’élection présidentielle de 2006, Honoré Ngbanda a soutenu le candidat Jean-Pierre Bemba Gombo contre « Joseph Kabila ». Ce dernier était à l’époque le « chouchou » de l’Occident. N’est-ce pas contradictoire? « Absolument pas », rétorque-t-il tout en admettant qu’il avait dû se faire violence. Il explique: « En 2006, JP Bemba m’avait demandé, lors d’une rencontre à Paris, de ne pas lancer un appel au boycott des élections et de soutenir sa campagne électorale. Il m’avait exprimé toute sa conviction qu’il remporterait ces élections car il avait pris toutes les dispositions pour contrôler les urnes et les procès-verbaux grâce à un centre de dépouillement parallèle afin que les résultats soient diffusés immédiatement après le dépouillement ». « Vous vous souviendrez que le site Apareco avait annoncé en son temps, le résultat final du second tour qui était de 52% pour Bemba et 48% pour Kabila ». The winner ne fut pas l’homme qu’on espérait.

Fort de cette « malheureuse expérience », l’ancien conseiller spécial s’est radicalisé en appelant au boycott des consultations politiques du 30 décembre 2018. « Comment voulez-vous mobiliser le corps électoral en faveur d’un vote qui ne sera nullement libre, transparent et démocratique dans un pays où tous les secteurs névralgiques de l’Etat ploient sous le jour de l’occupation? », tempêta-t-il. Et de poursuivre: « Je n’ai pas connaissance d’un seul pays – occupé de surcroit – où les citoyens ont réussi à le libérer en organisant des élections sous l’égide du même pouvoir d’occupation ». Ngbanda de s’interroger: « Les Congolais pensent-ils sérieusement mettre fin au pouvoir d’occupation en place en battant le dictateur et l’oppresseur étranger aux élections organisées et contrôlées par ce dernier? »

Le président de l’Apareco était souvent exaspéré chaque fois qu’on lui demandait son pays de résidence. La réponse était souvent cinglante. « Quelque chose me chiffonne sur l’acharnement de mes compatriotes à me localiser. Cela fait plus de treize ans que je vis en exil. Pendant ce laps de temps, personne ne s’est intéressé à connaître mon adresse de résidence. Pourquoi cet intérêt brusque juste maintenant au moment où je suis le plus recherché par les ennemis de mon pays que j’ai décidé de combattre? »

Pour Honoré Ngbanda, « Kabila » a réussi la mission qui lui était assignée au Congo-Kinshasa. « Il était venu dans notre pays pour le faire occuper, le déstabiliser et le détruire ». Les prochaines étapes seraient « la mise en œuvre de la balkanisation et l’annexion d’une partie du pays au Rwanda ». « Je mène un combat difficile. Vous comprendrez le sens de ce combat peut-être plus tard quand je ne serai plus là. Nous nous battons contre un monstre à plusieurs têtes. Toutes ces puissances dont je dénonce l’implication dans l’occupation de notre pays seront heureuses de me localiser. Je suis un homme à abattre », conclut-il.

L’Apareco survivra-t-elle à son fondateur? C’est à voir!

 

Baudouin Amba Wetshi

14 Commentaires on “Document d’histoire. Honoré Ngbanda: « Je suis un homme à abattre! »

  1. @Kimpwanza Dia Kongo,
    Je vous remercie pour votre contribution combien riche. Elle montre aussi bien l’ampleur que l’ancienneté du problème de régionalisme/tribalisme dasn l’armée. On avait besoin de cet autre son de cloche. Tout l’honneur est à vous de préciser, à l’adresse à @ Ghost, que « ces pratiques ne dataient pas de l’époque de Ngbanda ». Vous citez par ex. les tragédies autour du Gn Masiala, ou du Major Mpika, et d’autres encore… qui sont beaucoup plus anciennes que l’ascension de H. Ngbanda. Et c’est aussi à juste titre que vous ajoutez que le cirque continuait avec les civils swahiliphones (rires!!!) bombardés généraux et placés à la tête des FARDC… »
    Ce qui rejoint ce que je disais plus haut que ce genre d’injustices, on en comptait des milliers aussi bien dans le Zaire de Mobutu que dans la RDC des Kabila/Tshilombo. La discrimination a prévalu même parmi les équatoriens entre eux, et voire entre Ngbandis…
    Et plus tard, sous les Kabila, tous les baswahili n’étaient pas logés à la même enseigne. Ceux ayant des affinités quelconques avec le Rwanda s’en sortaient mieux. Avec Félix, tous les malubas ne sont pas non plus pris traités de la même manière.
    Bref, le tribalisme/régionalisme est un vieux virus mais que Ngbanda n’a de toute évidence pas fabriqué dans un laboratoire à Abuzi. C’est plutôt un mal inhérent à l’Afrique noire toute entière. Un de mes Professeurs résumait le problème africain en deux mots: « parenté et mysticité. » Et il avait raison.

    1. @futuriste.
      Frérot, Je suis d’accord avec toi.
      Le népotisme, le clanisme, le tribalisme, le régionalisme et le clientelisme politique, c’est génétique et culturel chez le Congolais. Meme si un congolais est bardé des diplômes obtenus dans des meilleures universités du monde, même s’il a vécu des décennies dans un pays de vieille démocratie, le tribalisme est une taré qui lui colle à la peau. Nous avons du mal à nous en départir. Nous n’en avons même pas la volonté.
      La haine de Mobutu et de Ngbanda se justifierait si les successeurs du dictateur honni faisait mieux que lui dans ce domaine.
      Sous Mobutu,le recrutement dans l’armée se faisait par région. Jusqu’en 1990. Même si la DSP, recrutait de son côté. Mais c’était sur le tard. La DSP, la GaCi,le Sarm étaient créés plus tard.
      Comment se fait le recrutement dans les FARDC depuis la chute Mobutu? Quelqu’un ( Ghost, notre spécialiste dans les questions de défense ) peut-il nous en parler? On apprend que avec Félix, les kasaiens sont en train de remplacer les katangais dans les FARDC. Le dernier recrutement n’aurait concerné le Kasai Oriental pour une formation à Kamina.
      Je comprends pas qu’on puisse être choqué par le tribalisme pratiqué pendant la 2e République. Mais on ferme les yeux pour ne pas le voir maintenant.
      Lumumba lui-même, son commandant de l’armée, l’ANC,c’était le Général Lundula. Un motetela comme lui.
      Au moins sous Mobutu, avec son armée tribale,les Zairois n’étaient pas égorgés comme des moutons, par dizaine, presque chaque jour. Et dans l’indifférence generale.

  2. À vous compatriote FUTURIST et les autres compatriotes, je viens de réaliser que Ghost et Armand sont la même personne qui se déguise.
    Je vous conseille maintenant si possible que nous puissions tous éviter de divertir ce physcopathe. Dans la plupart de ses interventions précédentes, il prétend que tout va bien en RDC, et pourtant il est toujours ngundiste en France jusqu’à ce jour. Il y a un désalignement en lui-même.
    On peut également conclure qu’il est un agent utilisé par le système politique actuel (Kanambe et Tshilombo) pour semer la confusion parmi nous. Donc, nous devrions ignorer tous ses commentaires actuels et futurs, et il s’enfuira de lui-meme.

    1. Monsieur Kabeya Paulson,
      Êtes-vous nouveau sur ce site? Les habitués de ce site savent qu’Armand n’est pas Ghost. C’est ridicule d’afficher une telle psychopathie. Vous n’avez qu’à lire les anciens commentaires sur CIC depuis plus d’une décennie déjà. Par ailleurs, vous savez qui vous êtes : un grand manipulateur en plein tourment à la suite juste de ces petites révélations. Ne vous en faites pas, ils sont nombreux à l’étranger et même au Congo attendant la mise en œuvre d’un tribunal pour témoigner. Étiez-vous agent de Ngbanda au moment des faits avec un tel nom ? Permettez-moi de douter de votre sobriquet!

  3. Mais dans ses ouvrages et ses déclarations,il n’était pas tendre à l’égard des USA.

  4. @ ghost.
    Non,tous les officiers FAZ d’autres régions que l’Equateur n’étaient pas renvoyés. J’ai fréquenté le Camp OSO/ Badiadingi de 1989 à 1997. Les officiers qui y vivaient étaient de toutes les.provinces. Je cite pas les.noms.
    Je connais tel Colonel BAM,aujourd’hui Général, du Bandundu, tel autre, devenu Général du Nord-Kivu, un major Ranger formé aux USA, mort au Kongo Central, pendant la guerre de 1998,de Kibombo( Maniema), un Lt pilote du Shaba. Un autre colonel pilote,un muteke , aujourd’hui Général. Un autre major tem,décédé, de Kikwit….
    Tes propos sont excessifs.

  5. Kolomabele@
    Orginaire de la « Terre Sainte » de l´Equateur, vous êtes certainement mal placé pour parler de la discrimination et des injustices que les non-orginaires de votre province ont eu á subir sous le règne des gens comme Nbganda. Savez-vous dans quel état psychologique ceux dont vous citez les noms ici ont eu á servir dans les FAZ? Chaque jour, ils savaient qu´ils pouvaient se retrouver torturés et assassinés parce que n´étant pas orginaire de l´Equateur, ils étaient sous surveillance permanente.
    Vous n´avez jamais été membre des forces de sécurité au Zaire..point besojn de vous accabler.
    Mobutu ex sergent n´est retourné dans l´armée que par un faveur de Lumumba qui fera de lui un « Colonel » et chef d´état-major.. Ce que vous qui êtes orginaires ne comprenez pas.. Kasavubu va faire de lui un « général ».. Serait-il devenue « président » sans Lumumba et Kasavubu?
    DEPUIS LA CHUTE DE MOBUTU?
    C´est avant tout la « revanche » des katangais.. Si vous relisez l´histoire du Congo, c´est la Gendarmerie Katangaise qui avait « pacifiée » le Congo en gagnant la guerre á l´Est face aux « lumumbistes.. Ils se sont retrouvés en exile.. Depuis, c´est la revanche.
    Vous croyez Felix si naif qu´il va prendre le risque de confier sa sécurité aux gens qui ont massacrés les membres de l´UDPS dans la capitale pendant des années?
    KABEYA@
    Vous n´êtes pas MULUBA ou YAKA.. juste un NBGANDI qui a honte de ses orgines.
    Quand vous frequentez ce site.. que savez-vous du proprietaire et du Webmaster? Vous vous croyez sur un site d´APARECO?
    Si nous avons été assez courageux, au lieu de quitter le Zaire.. nous allions combattre avec les armes Mobutu et sa clique Nbgandi dès la conférence nationale quand il refusait de quitter le pouvoir.
    Ainsi, on allait pas parler de LD Kabila ni des invasions du Congo, ni pire des millions des victimes congolais..
    NGBANDA, UNE LECTURE
    Quand vous lisez son ouvrage « Les derniers jours de Mobutu ».. posez-vous une question simple: Que faisait la DSP et SARM dans une guerre inter-rwandais? Pourquoi Mahele s´est retrouvé entrain de faire une guerre qui ne concernait pas le Zaire ?
    Ngbanda l´expert savait pourtant que Mobutu était malade, mais pour quelle raison était-il entrain de voyager partout pour demander de l´aide? Croyait-il que la France pouvait se battre contre les USA pour défendre le pouvoir tribal des ngbandis? kie kie kie
    APARECO?
    Sur TV TSHANGU, nous avons eu la surprise de constater que ni Fabien, et pire ni Mbeko n´étaient membres d´APARECO.. Tous ceux qui intervenaient affirmaient sans hésiter n´être pas « membre » d´APARECO.
    Quel est le futur de cette organisation?
    Nous serons au rendez-vous.. nous les victimes de la discrimination tribale des Ngbanda, Baramoto, Bolozi, Nzimbi et le chef Mobutu.

    1. @ghost.
      Kolomabele est de l’Equateur et du Haut-Zaire par ses parents. Il n’y a pas de honte à cela. C’est pas un choix.
      Tu reconnais au moins une chose: l’épuration ethnique des FAZ n’avait pas été totale comme tu l’affirmes de manière péremptoire.
      Lumumbistes-gendarmes katangais.
      Kolomabele avait vécu leur guerre dans sa chair. Il y avait perdu les siens.
      Lumumba n’avait qu’une seule arme dans son combat contre le colonisateur belge: sa parole. Il n’avait tué personne. Mais en son nom, ses disciples ont versé le sang des congolais, plus d’un million des victimes.
      Pierre Mulele,Gbenye Christophe, Antoine Kizenga, Gaston Soumilalot, LD Kabila, Général Paul Olenga…sont des sinistres personnages. Des pires criminels. Va poser la question aux plus de 75 ans à Aketi, à Buta, à Isiro, à Kisangani, à Bunia,à Kindu, à Bondo….
      Les gendarmes katangais avaient la même cruauté. A Bumba ils ligotaient les mulelistes-simba réels ou supposés et les jetaient vivants au Fleuve Zaïre. C’était atroce. Présenter ces professionnels du crime comme des révolutionnaires…c’est dingue. Mais nous les victimes,on va pas applaudir jusqu’à nous faire mal aux phalanges.
      Mobutu n’était pas venu par hasard. Et son avènement était applaudi par le peuple comme une libération.
      Ses ennemis intimes ne nous disent pas ce que le Congo est devenu un quart de siècle après la chute du dictateur honni. Des morts par millions, des femmes violées par millions. Des ressources naturelles pillées par des vautours venus du monde entier estimées en milliards des $. Des combattants comme Ghost étaient près à en découdre avec Mobutu et Ngbanda, qui ont disparu. Mais il se déroule au Congo un drame pire que la dictature mobutienne. Ils ne sont pas prêts à se mouiller la chemise. Très intégrés dans leurs pays d’accueil dont ils sont devenus citoyens.
      L’Est du Congo, qu’on appelait affectueusement la Suisse du Zaïre, à cause de la beauté à vous couper le souffle de son paysage est libyanise. L’ancien grenier du Zaïre qui fournissait les produits vivriers à Kinshasa et aux autres agglomérations est somalise. Ces salauds ont mis le feu dans mon paradis.
      En 2 ans de mandat de Felix,3000 civils tués à l’Est,5 M déplacés internes,500.000 réfugiés congolais dans les pays voisins. Mais certains parmi nous ne voient rien. Un désastre écologique sans précédent.
      Ils restent figés sur les crimes de la Deuxième République.
      L’Apareco n’est pas éternelle. C’est un mouvement qui est né, qui vit et qui peut disparaître. Est-ce problème ? Est-ce nouveau?

      1. TRIBALISME DES NGBANDIS SOURCE DES INVASIONS ET DES GUERRES
        Ce que Ngbanda n´a jamais eu le courage de dire tout haut pendant les années d´exile est que sa tribu, des hommes comme lui sont la source des millions des morts, des invasions, de la destabilisation permanente du Kivu.
        C´est á cause de ce tribalisme des NBGANDI que les membres des FAZ non orginaires de l´Equateur avaient refusés de se battre contre les armées du Rwanda et de l´Ouganda.. y compris l´Angola.
        Aucun membre des FAZ orginaire du Kongo Central, du Kivu,du Kasai, du Katanga et du Bandundu n´allait mourir pour continuer á défendre Kongolo Mobutu, Manda Mobutu, Nbganda, Baramoto et Zing Zong, Nzimbi et Bolozi ect..
        Ils avaient été victimes du tribalisme si longtemps que le jour où les NGBANDI devraient-être en première ligne pour défendre leur POUVOIR, aucun d´eux n´était là.. Tous, des poltrons, des traitres qui se sont planqués loin du Zaire’
        Quand Nkolomabele parle de Felix, la tradition « tribaliste » héritée de Mobutu et ses frères du genre Nbganda continue á survivre et cela va prendre des années avant de former une nouvelle armée nationale digne de ce nom.
        Nkolomabele sait-il que Baramoto avait recuperé les armes de l´armée rwandaise d´Habyarimana qu´il s´est mis á exporter vers l´UNITA et les milices armées partout en Afrique?
        Tribalisme.. souvenez-vous tribalisme.. Nous sommes en exile á cause du tribalisme

      2. Nkolomabele@ « Nous » n´avons plus la nationalité congolaise et nous avons depassés 50 ans…
        Nous avons depassés l´âge où on se se sacrifie pour qu´un « général » detourne nos salaires, nos primes, l´argent de la logistique pour devenir millionaire á Kin.
        Commencez par fusiler tous les généraux affairistes et pire incompetants qui detruisent les FARDC et nous font perdre les guerres.
        Savez-vous que Baramoto porte encore son grade de « général » et siège comme « senateur » á Kin ? Kie kie kie Il est libre malgré les crimes contre l´Humanité, la trahison pendant l´invasion du Zaire..malgré son tribalisme et les consequences de ce tribalisme!

      3. @Kolomabele,
        Humm…notre frère GHOST reste irrémédiablement figé dans les discriminations d’un lointain passé pendant que des choses autrement plus graves sont entrain de se dérouler au quotidien, avec à la clé des millions des morts et des déplacés avec un effondrement quasi total de l’état. Les faits discriminatoires auxquels il fait allusion datent de près de 30 ans. Dans l’entretemps, le pays connait son 3ème président après Mobutu, et GHOST n’a pas évolué avec l’histoire.
        Quant à l’Apareco, c’est une erreur de logique constatée chez beaucoup de compatriotes, dont GHOST, qui voient en toute personne dénonçant l’occupation un membre de l’Apareco. Ni Fabien, Ni Mbeko, ni Kerwin, et d’autres…ne sont membres de l’Apareco, et ils ne l’ont jamais dit. Mais la divergence de vue avec des gens du dehors est juste une preuve de plus que l’Apareco a raison. En fait, l’Apareco a beaucoup plus de symphatisans que des membres actifs. Et ça, c’est le mérite personnel de H. Ngbanda, qui a mis à contribution toute sa force, et tout son charisme pour conscientiser les masses. Et même si un jour l’Apareco disparaissait, d’autres structures de lutte naitront.

      4. Cher Ghost,
        Encore une fois vous avez raison et tout votre droit de dénoncer le fléau du tribalisme combien destructeur dans notre pays et celui de Mobutu et ses ngbandi est réel. Mais cela ne vous autorise pas cette lecture superficielle que vous faites parfois comme ici sur les causes et péripéties de l’invasion et l’occupation du pays via l’Afdl. L’événement ne peut se réduire à nos seules faiblesses – et là-dessus même s’il a fait aussi pour défendre sa paroisse, Ngbanda avait raison de pointer une origine bien plus décisive venue d’ailleurs. Notre Maréchal avait bel et bien ruiné nos chances de résister à l’envahisseur mais il n’est pas sûr que bien armés nous aurions été capables d’échapper à la déstabilisation venue et planifiée à Washington et alentours..’.

  6. Kimpwanza Dia Kongo@
    Nous avons eu plusieures conversations avec le Major Mpika… relegué á Kinzaumvete non loin de Matadi.. car la Garde Civile avait une base á Mvula Matadi.. Nous savons qu´il est l´un des victimes de ces tribalistes ngbandis.
    Le général Masiala assassiné car plus intelligent..
    Ceux qui n´ont jamais eu á experimenter le tribalisme nbgandi ne peuvent pas comprendre de quoi nous parlons.
    Nbganda n´est que l´un des criminels comme les autres.. Et ceux qui pensent qu´il suffit de « demander pardon » pour effacer les souffrances et les pertes en vies humaines se trompent.. Nous n´oublions pas et nous allons continuer de RIRE de ceux qui se croyaient proprietaires du Zaire qui vivent planqués en exile maintenant.

  7. TONNERRE DE BREST!
    ON DIRAIT QUE NOUS SOMMES AU WENZE MARCHE CENTRAL SUR RWAKADINGI CE GIGANTESQUE BACHI BOUZOUK QUE J’AVAIS VISITE LORS DE MON PREMIER VOYAGE AU KONGO EN 1979, PAYS OU ETAIT NEE DE MA DEFUNTE MERE BIOLOGIQUE!
    MFUMU KIMPWANZA DIA KONGO A TOTALEMENT RAISON ET J’ADMIRE SA SAGESSE EN DISANT QUE: CES PRATIQUES NE DATENT PAS DE L’EPOQUE NGBANDA. ALORS, POURQUOI CES ACHARNEMENTS, FAUSSES ACCUSATIONS, CHIMERES ENVERS CE GRAND ET RESISTANT PATRIOTE HONORE NGBANDA?
    ET VOUS LA SOI-DISANT HOMMES UNIVERSELS, DITES-NOUS POURQUOI ETES-VOUS CONTRE LE PATRIOTE ET RESISTANT NGBANDA HONORE? PARCE QU’IL AVAIT DIT TOUTES LES VERITES EN DESHABILLANT TOUS LES INFILTRES ET TRAITRES SUR LA TERRE DE NOS ANCESTRES?
    LAISSONS LE GRAND PATRIOTE ET RESISTANT HONORE NGBANDA SE REPOSER EN PAIX.
    OCCUPONS-NOUS: DE DETOURNEMENT DES FONDS, DES SAUT-MOUTONS, DE JAMMAL ET DES MAISONS PREFABRIQUEES, DES INNONDATIONS QUI RENDENT NOS PAUVRES PARENTS DAVANTAGE PLUS PAUVRES, DE LA GRATUITE DE L’ENSEIGNEMENT, DES SALAIRES IMPAYES DES FONCTIONNAIRES, DES POLICIERS, MILITAIRES, DE LA CORRUPTION A TOUS LES NIVEAUX, DU PAYEMENT DE 8500 DOLLARS US PAR JOUR ET CELA DEJA 3 MOIS POUR UN SEUL LIT DANS UN HOTEL SANS COMPTER LA BOUFFE, DE LA CORRUPTION YA KOSAKANA TE COMME UN CORBEAU ET LE RENARD VISANT A ATTIRER LES PARLEMENTAIRES FCC D’Y ADHERER DANS L’UNION SACREE PAR L’ODEUR DE LOKASA YA MBONGO, DES EXEMPLES SONT MULTIPLES DEPUIS L’ARRIVEE DE MUKUBWA HIPPOLYTE KANAMBE ALIAS JOSEPH KABILA MTOTO WA KATANGA JUSQUE L’ERE DE FATSHI BETON.
    PAPA GENERAL SYLVANO KASONG TALELABISO MAKAMBO YA BA KULUNAS EN CRAVATES  » LANG FINGER, ZAP ZARAP AUFWIEDERSEHEN NICHT GESEHEN = LES MIYIBI QUI ONT TRANSFORME LE VOL EN METIER, CROYANT PLUS MALINS QUE LE PEUPLE D’ABORD, MAIS CE PEUPLE D’ABORD VOIT TOUT.
    LE PEUPLE D’ABORD ATTEND LE JOUR J POUR DESCENDRE DANS LA RUE, RECLAMER SES DROITS.
    D’AILLEURS, UN GRAND MONUMENT DE LA TAILLE DE HONORE NGBANDA MERITE DES OVATIONS ET RECONNAISSANCES POUR SA LUTTE NOBLE CONTRE LES OCCUPANTS ET TRAITRES.
    ET VOUS LA, DITES-NOUS SINCEREMENT, DU QUEL COTE ETES-VOUS? DU COTE DE CEUX QUI LUTTENT POUR LA LIBERATION DU KONGO OU DU COTE DES TRAITRES ET INFILTRES?
    QUANT A MOI ET CEUX QUI LUTTENT POUR LA LIBERATION DU KONGO, BOLINGA BOLINGA TE, NOUS DISONS HAUT ET FORT QUE HONORE NGBANDA ENFANT DU PAYS A DROIT EGALEMENT A 3 JOURS DE DEUIL NATIONAL.

Comments are closed.