« Forum pour l’unité et la réconciliation des Katangais »: L’orientation de l’Eglise aux Frères et Sœurs Katangais inquiète

Read Time:11 Minute

Mémorandum à l’Archevêque métropolitain de Lubumbashi, Son Excellence Fulgence Muteba Mugalu

Lubumbashi, le 18 mai 2022

I. INTRODUCTION

Maître Hubert Tshiswaka Masoka

Il s’est ouvert hier, le 17 mai 2022, à Lubumbashi, le « Forum pour l’unité et la réconciliation des Katangais » qui ira jusqu’au 19 mai 2022, afin d’aider des filles et fils du Katanga à poser des gestes d’une authentique réconciliation, travailler ensemble et défendre les intérêts « du peuple katangais » et « de tous ceux qui vivent au Katanga ». L’archevêque métropolitain de Lubumbashi, Son Eminence Fulgence Muteba Mugalu veut: « Amener nos leaders katangais, toutes tendances confondues, à s’asseoir ensemble pour oser regarder dans la même direction, se dire la vérité sans se focaliser sur les atrocités du passé, mais, plutôt se pardonner mutuellement en relevant les obstacles à vaincre […]« 

Suite à l’invitation lancée par l’Assemblée Episcopale de la Province Ecclésiastique de Lubumbashi (ASSEPL) et la Société civile du Grand-Katanga, plus de deux-cents personnes se sont réunies au centre pastoral Monseigneur Tafunga Jean-Pierre.

Dans l’optique des droits humains, la présente analyse l’argumentaire de cette initiative citoyenne qui vise à « garder l’unité de l’âme Katangaise et l’identité Katangaise ». Ce document de travail affirme l’évidence que des richesses du Katanga suscitent des convoitises de toute part. Cependant, les deux assertions ci-dessous inquiètent du fait qu’elles ramènent le débat en sourdine aux « compatriotes non-originaires » ou « non-Katangaise. Tenez:

(i) « Au-delà de la main noire étrangère, il y a la volonté de certains compatriotes non originaires qui cherchent à tout prix, à s’assurer la soumission et l’exploitation du peuple katangais et le pillage de son sous-sol ».

Et l’argumentaire de poursuivre que:

(ii) « […] Les querelles de chapelle et les divisions des Frères et Sœurs politiciens ou d’autres personnalités importantes du Katanga ne servent pas les intérêts de la population katangaise, elles servent la cause des non-katangais […]« 

L’analyse de l’initiative de l’Eglise Catholique et l’orientation qu’elle en donne se fonde sur quatre points: (i) Du contexte politique, (ii) De la perception publique, (iii) Du langage et concepts utilisés: « Peuple katangais », « les autres qui vivent au Katanga », « non originaires » ou « non-katangais ». (iv) Du rôle de l’Eglise. En termes de conclusion, l’examen des faits propose des recommandations.

II. CONTEXTE POLITIQUE

Le « Forum pour l’unité et la réconciliation des Katangais » convoqué par l’Archevêque métropolitain de Lubumbashi se tient dans la même ville où a été clôturée, il y a deux semaines, la « Conférence interprovinciale entre les provinces du Grand Katanga et celles du Grand Kasaï », par son initiateur, le Président de la République, Tshisekedi Tshilombo Felix-Antoine.

En effet, la conférence interprovinciale avait analysé différentes faces du problème déstabilisateur de la cohésion nationale que provoquent des mouvements massifs de la population du Centre de la RDC dit Grand-Kasaï vers la région Sud-Est dite Grand-Katanga. L’un des plus importants aspects examinés dans cette réunion fut le fait pour certains politiciens de considérer lesdits déplacements comme un risque de modification de la cartographie de l’électorat de 2023, en leur défaveur. Cette crainte expliquerait le recours au discours politique désobligeant d’incitation à la haine ethnique, rappelant des faits historiques sinistres, notamment, les pogroms des années 1960 et 1990 contre les kasaïens, faits liés aux premières élections de 1957, et, l’opposition au régime de Mobutu des années 1980-90.

Dans son mot de clôture de la conférence dite de « cohabitation pacifique », le Président de la République disait: « Nous sommes un même peuple, une seule et même nation. […] Préservons notre unité, notre solidarité et notre intégrité nationale ». Et, le Premier ministre, Monsieur Sama Lukonde, le ministre de l’Intérieur ainsi que les neuf gouverneurs des provinces concernées s’étaient engagées à aborder le fond de cette problématique déstabilisatrice du Centre et du Sud-Ouest de la RDC, afin de renforcer « le vivre ensemble » ou « la cohabitation pacifique » entre membres des groupes ethniques vivant au Katanga.

Telles sont les circonstances du temps, du lieu et du contexte politique dans lesquelles le « Forum pour l’unité et la réconciliation des Katangais » se tient, afin de réfléchir sur les voies et moyens de défendre les intérêts du « peuple katangais ».

III. DE LA PERCEPTION

D’ores et déjà, il convient de noter que ledit Forum a amené à la table de réconciliation « des leaders politiques » des plus influents. Sans nul doute, le débat est principalement politique, aux fins politiques. Le Gouverneur en fonction, des anciens Gouverneurs, sénateurs et députés y étaient présents, aux côtés des chefs coutumiers et leaders d’opinion de base. L’archevêque disait, dans son mot d’introduction que: « […] C’est une initiative citoyenne, nous voulons tout simplement en tant que Pasteur, demander à nos frères et sœurs de consolider la cohésion au niveau de la province en vue d’être efficaces au niveau national […]« .

D’aucuns s’hasardait à prédire une réconciliation entre deux figures emblématiques de la scène politique nationale, à savoir le Président de République honoraire, le sénateur Joseph Kabila Kabange et le Président du regroupement politique Ensemble, l’honorable Moïse Katumbi Chapwe. Le premier cité n’était pas à l’ouverture des travaux. Cependant le deuxième y était présent, assied à côté de la jumelle Jaynet Kabila Kyungu.

De ce point de vue, une telle rencontre est perçue comme un apport crucial à l’éventuelle deuxième « alternance pacifique » et « passation du pouvoir civilisé » au sommet de l’Etat à l’issue des élections de 2023. L’Archevêque donne l’espoir: « Notre grande province du Katanga a été divisée, il y a quelques années. On ne peut plus revenir à l’unité du Katanga, mais, on peut au-moins garder l’unité de l’âme Katangaise, la fierté Katangaise et de l’identité Katangaise […]« .

IV. « PEUPLE KATANGAIS » ET « LES AUTRES QUI VIVENT AU KATANGA »

La présente réflexion trouve inquiétant que la rencontre initiée par l’Assemblée épiscopale de la province ecclésiastique de Lubumbashi (ASSEPL) ne soit une opportunité de souligner, marteler et consacrer des différences entre le « peuple katangais » et »les autres qui vivent au Katanga », les « non-originaires » ou « non-katangais ». Telle considération rentre dans la philosophie politique d’une identité katangaise à part entière fondant ou légitimant des droits politiques exclusifs qui ne peuvent être reconnus qu’à une certaine catégorie de citoyens.

En fait, dans le contexte katangais, la définition des concepts et le langage des « filles et fils du Katanga » est empruntée à la Fondation katangaise qui stipule à l’article 6 de ses statuts, deuxième paragraphe qu’ « est membre de droit, toute association socioculturelle regroupant les fils et les filles d’une ou plusieurs tribus du Katanga ». Cette structure devenue incontournable sur la scène politique katangaise se réclame être l’âme et le fondement de l’identité katangaise. Elle regroupe 17 organisations « socioculturelles » qui discutent des « intérêts des katangais », dont 14 ont été identifiées selon la subdivision territoriale suivante:

  • Association des Bakusu de Lubunda/Kongolo (ASBAKUL);
  • Association des Bashila du Lac Moëro/Pweto (ASHILAC);
  • Association des Ba Songye du Katanga/Kabalo, Kongolo (ASSOBAKAT);
  • Association Ndembu-Frères de Mutshatsha, Kolwezi, Dilolo (ASSONDEF);
  • Association des Balubas du Katanga/Kalemie, Bukama, Kamina, Kaniama, Malemba-Nkulu, Kabongo, Manono, Kabalo, Kongolo, Nyunzu, Mitwaba et Lubudi (BALUBAKAT);
  • Cercle pour la promotion du Marungu Benye Marungu, Moba, Nyunzu (CEPROMA);
  • Association des Lwena et Luvale/Dilolo (LWENA);
  • Association des Ruund/Kapanga, Kolwezi (DIVAR);
  • Association des Tshokwe/Sandoa, Dilolo, Kolwezi (KULIVWA);
  • Association des Bakalanga et Baholoholo/Kongolo, Nyunzu, Kalemie (LUHENDE):
  • Association des Sanga/Kambove, Kolwezi, Lubudi, Mitwaba (LWANZO LWA MIKUBA);
  • Association des Minungu de Dilolo, Kapanga, Sandoa, Mutshatsha (MINUNGU);
  • Association des Bemba, Lamba et Lala de Kasenga, Kipushi, Pweto et Sakania (SEMPYA);
  • Association des BaHemba de Kongolo et Nyunzu (TWIBUNGE)

Selon le même entendement, « les autres vivant au Katanga » sont des personnes dites « non-originaires » ou « non-katangaises » qui appartiendraient aux groupes ethniques non listés par ces associations dites socioculturelles du Katanga. Ces personnes n’ont pas les mêmes droits civils et politiques que les katangais dits « originaires » ou « autochtones ». C’est ainsi que le Forum des « fils et filles du Katanga » initié par l’Archevêque métropolitain de Lubumbashi n’avait associé aucune personnalité dite « non-originaire ». Ni député élu et siégeant dans l’hémicycle du Katanga, ni ministre provincial du Katanga, ni scientifique, ni Recteur d’Université, ni Bâtonnier en exercice, aucun membre de la société civile dont l’origine des parents est jugée non-katangaise.

Une opinion considère que cette classification ou catégorisation des citoyens selon leurs groupes ethniques ou l’origine des parents est la consécration de l’apartheid, le développement séparé ou le « vivre ensemble séparé » entre citoyens congolais.

Par contre, une autre opinion y est favorable. Ainsi, en dépit du nombre d’années et des générations de vie au Katanga, et à défaut de se regrouper par tribus, certains s’identifient en ressortissants des provinces d’origine de leurs aïeux. On a ainsi:

  • Communauté des ressortissants du Bas-Congo (COREBAC);
  • Communauté des ressortissants du Grand-Bandundu (COREBAND);
  • Communauté Kasaïenne pour Grand-Kasaï (COKA);
  • KIVU Holding pour le Grand-Kivu;
  • MONANO pour le Grand-Equateur;
  • Communauté des ressortissants de la Grande Province-Orientale (OKAPI)

En somme, « le peuple katangais » vit paisiblement et séparément d’avec les « autres peuples vivant au Katanga ». « Le peuple katangais » dit autochtone se définit en détenteur exclusif des « droits » (non écrits) auxquels « les non-originaires », « non-katangais » ou allogènes ne peuvent prétendre. Bref, la « kataganite » donne des droits exclusifs aux katangais, au détriment des « autres vivant au Katanga ».

V. DU ROLE INQUIETANT DE L’EGLISE

La présente réflexion relève l’inquiétude liée au fait que le document de travail semble orienter vers la distanciation du « katangais » des « non-katangais ». En plus, le discours introductif de l’Archevêque a martelé sur la « kataganite » du « peuple katangais », « fils et fils du Katanga », « l’unité katangaise », « l’identité katangaise », « la dignité katangaise » et « la fierté katangaise ».

A titre illustratif de la consécration de la différenciation identitaire, l’analyse souligne les éléments de langage tirés de « l’Argumentaire du Forum » dès sa première page, sous les rubriques ci-dessous. Tenez!

(i) Le para intitulé « Ce que nous constatons » distingue trois acteurs: le katangais, l’étranger et le compatriote non originaire.
« Les richesses dont regorge le Katanga suscitent, depuis des temps coloniaux, une attraction irrésistible des puissances étrangères et des convoitises de toute part. La ruée vers ces richesses a très souvent provoqué des instabilités criantes et l’éclatement de l’unité souhaitée des Frères et Sœurs katangais. […] Au-delà de la main noire étrangère, il y a la volonté d certains compatriotes non originaires qui cherchent à tout prix, à s’assurer la soumission et l’exploitation du peuple katangais et le pillage de son sous-sol ».

(ii) Le para intitulé « Nous constatons que » revient sur « la population katangaise » et des « non-katangais ».
« […] Les querelles de chapelle et les divisions des Frères et Sœurs politiciens ou d’autres personnalités importantes du Katanga ne servent pas les intérêts de la population katangaise, elles servent la cause des non-katangais […]« 

Le Forum resterait une excellente initiative, si le document d’orientation ne pointait pas « certains compatriotes non-originaires » ou des « non-katangais » comme faisant partie des problèmes obstruant le développement du Katanga. La faillite de l’Etat congolais et du Grand-Katanga, la crise économique généralisée, la gestion calamiteuse des mines confiée aux chinois et indiens, des banques contrôlées par une poignée de congolais et toutes ces autres difficultés des entités de production ne servent pas la cause des « non-katangais ».

L’orientation de l’Eglise Catholique vers la « katanganite » du forum est déroutante. Et pourtant, l’Eglise est connue pour son rôle historique d’éteindre le feu, lorsque des politiciens n’y parviennent pas. En RDC, comme au Katanga, elle a toujours été un puissant groupe de pression militant pour la paix, la sérénité, le bien-être de TOUS, non seulement entre ses fidèles, mais entre tous les êtres humains, sans discrimination aucune, surtout pas celle de l’origine des parents.

VI. CONCLUSION

L’Archevêque métropolitain de Lubumbashi a martelé, de manière inquiétante, sur des termes de différenciation identitaire des « katangais » des « non-katangais ». Son discours d’ouverture est revenue plusieurs fois sur des concepts de « peuple katangais », « fils et fils du Katanga », « l’unité katangaise », « l’identité katangaise », « la dignité katangaise » et « la fierté katangaise ». Ce fait porte à croire à la consécration de la « kataganité » un phénomène inacceptable, au même titre que la « congolité » dénoncée en son temps.

Les travaux du « Forum pour l’unité et la réconciliation des Katangais » ne doivent pas affirmer l’allégation incorrecte selon laquelle certains « compatriotes non originaires » chercheraient à tout prix, à s’assurer la soumission et l’exploitation du peuple katangais. Telle déclaration expose le non-katangais ou non-originaire au mépris et la vindicte populaire.

Eu égard à l’histoire des violences au Katanga, au contexte politique tendu et à la prédisposition des politiciens à manipuler opportunément le citoyen lambda, en cette période pré-électorale agitée, il est impérieux que l’Eglise apporte un message d’apaisement, contrairement à celui qui désigne des boucs émissaires profiteurs des conflits entre « filles et fils du Katanga ».

Recommandons vivement à Son Eminence, l’Archevêque métropolitain de Lubumbashi de corriger de toute urgence ce message, afin que les participants à ce Forum prometteur pour le Katanga et la RDC n’amplifient le regain de tension contre des « non originaires », dans un pays déjà en faillite.


Me Hubert Tshiswaka Masoka
Avocat et Défenseur des droits humains

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

11 thoughts on “« Forum pour l’unité et la réconciliation des Katangais »: L’orientation de l’Eglise aux Frères et Sœurs Katangais inquiète

  1. Est-il interdit aux Katangais qui se reconnaissent comme tels de se réunir et d’essayer de trouver des passerelles pour une existence harmonieuse entre eux ? Pourquoi tant d’agitation ? Que dirions nous alors de tous les différents caucus existant au parlement, siège de la représentation nationale sur base provinciale. Même s’il y’a eu un forum de paix pour une coexistence pacifique entre Kasaïens et Katangais dont le résultat me semble mitigé, il n’est nullement interdit par la suite aux ressortissants du Katanga de se regarder yeux dans les yeux pour endiguer le mal si mal il y’a et c’est bien que l’église catholique en soit facilitatrice. Voilà que les partisans du « diviser pour régner » sont tous vent debout pour torpiller l’initiative. N’a-t-on pas vu un chef d’institution devenir allergique dans l’octroi d’autorisation de sortie pour certains participants se trouvant encore dans la capitale. Notre pays n’a que trop souffert des conflits artificiels concoctés par les politiques. Il est plus que temps que nous commencions à parler développement plutôt que positionnement politique. A cet effet, j’invite tous les grands ensembles régionaux à se parler yeux dans les yeux. Par la suite, une synthèse pourrait sortir de cela pour l’ensemble du pays pour enfin parler développement du pays. Je rêve peut-être mais il y a lieu de ne pas désespérer en l’homme.

  2. RÉCONCILIATION SANS PARDON ET RÉPARATION ! Ce pays occupé par les Banyarwanda devient un foutoir Satano-Occulto-Nécromancien, 2 étrangers (Kanambe et Soriano) fossoyeurs de l’économie Kongolo-Zaïroise se réconcilient pour s’allier avec un Président élu devenu « Opposant » afin d’être des challengers d’un président protocolaire aux élections truquées d’avance en 2023. Du jamais vu. Les RDCIENS ont la mémoire trop courte comme la durée du péché or Christian Malard déclarait ceci il y a 2 ans « On a par exemple la République démocratique du Congo, plutôt dite démocratique, on a au pouvoir aujourd’hui un escroc, un tyran qui s’appelle Tshisekedi qui a pris la succession d’un autre escroc, d’un autre tyran qui s’appelle Joseph Kabila et le peuple souffre au plus haut niveau aujourd’hui… ». Cette réconciliation est un non-événement, c’est une comédie mortfere pour renforcer l’Occupation Rwando-Ougandaise auteure de 10 millions de morts Kongolais depuis 25 ans. INGETA

  3. Nous espérons qu’au terme de ce forum, ( bavardages ) les Katangais vos se pencher sérieusement sur la façon dont les fils du terroir ont géré la Gécamine depuis l’indépendance. Tshombe qui a été manipulé par les belges pour qu’il proclame la sécession du Katanga était le premier fossoyeur des minerais katangais, si bien qu’on l’a surnommé tiroir caisse. Depuis les années 60 jusqu’aujourd’hui, 90 %, de dirigeants de la gécamine étaient originaires de l’espace Katangais. Sans oublier le fait que Laurent Désiré Kabila et celui qui prétend être son fils dont on ne connais pas les origines ont dirigé le pays pendant plus de 20 ans. Qu’ont ils fait pour le développement de leur province ? pas grand chose. Pire, Laurent Désiré Kabila qui n’était qu’un trafiquant notoire a commencé a vendre les actifs miniers avant même sa prestation de serment en tant Président de la république. C’est lui qui s’est accoquiné avec le fameux Dan Getler dont on connait la façon dont il a mis la main sur des pans entiers de actifs miniers qu’il achetait aux prix dérisoires pour les vendre mille fois plus chères. Et puis, il y a Katumbi, Cet individu dont on ne connait pas vraiment la nationalité s’est enrichi honteusement après avoir été placé à la tête du Katanga par un autre faussaire qui se fait appelé Kabila Joseph. Tout ceci s’est fait avec la complicité de l’intelligentsia katangaise. Les Yuma, Katumba Mwanke etc.. étaient ou sont des idiots utiles au service des étrangers. Je ne vais pas revenir sur les contrats léonins chinois qui ont plombé l’avenir de la Gécamine. Alors, réunir ces mêmes individus soit disant pour parler du développement du Katanga est une mascarade. Ceux qui continuent à vivre dans l’illusion du Katanga  » la caisse du Congo  » doivent changer de logiciel, l’avenir de l’économie congolaise ne réside plus dans la rente minière mais plutôt dans sa diversification. Le tourisme, l’agriculture, la pêche etc.. c’est ça qui va booster notre économie dans les années viennent. Je ne vais pas oublier les chinois qui se conduisent au Katanga comme dans une enclave chinoise, les autochtones sont traités comme des quantités négligeables, la main d’œuvre locale n’est qu’une variable d’ajustement dont on se débarrasse sans état d’âme au moindre renchérissement des coûts de production. Donc, cet homme en soutane aurait mieux fait de s’occuper de ses ouailles qui souffrent plutôt que des politiciens ventripotents qui se la coulent douce. Qui a dit que l’église ne travaillait que pour les pauvres ? Voilà un bon sujet de dissertation pour les bacheliers congolais.

  4. @ Je vais enfin me lâcher et dire tout ce que je pense de ce ‘Forum pour l’unité et la réconciliation des Katangais’.
    Je disais qu’il m’inquiète ; il m’inquiète même doublement parce qu’ici on est en vérité au-delà de la problématique des tensions entre Katangais et Kasaiens qui en a été le prétexte…
    @ 1. Les Katangais seraient divisés entre eux ? La vérité est que deux leaders étaient en froid, ‘JK’ et Katumbi. Avec ce forum les initiateurs qui ne sont pas que l’Archevêque veulent leur enlever leurs raisons de se disputer, ils veulent suspendre leurs destins politiques nationaux : plus de PPRD, plus d’Ensemble pour la République pour l’occasion, seule leur katanganite compte. Un très mauvais souvenir, un horrible parfum de sécession katangaise ?! Voilà qui m’ouvre sur l’autre volet de mes inquiétudes…
    @;2. Oui le Katanga a décidé de ne pas se battre contre le Katanga mais contre le reste du Congo. Et c’est même là le nœud gordien de l’affaire : les stratèges de ce forum veulent gagner le pouvoir au Congo et ont conçu de décourager leurs leaders de s’opposer entre eux pour faire face aux Congolais des autres provinces. En l’occurrence ici pour empêcher que le Kasaien Tshilombo rempile. Je ne sais pas si les tshisekedistes et les autres leaders ont saisi la combine.
    @ Les Katangais réussiront-ils leur projet ? Le moins que l’on puisse en dire est que si on peut se réjouir que des Compatriotes s’entendent mieux, il n’est pas gagné que cela soit au bénéfice de tout le pays. Encore une fois je ne sais si beaucoup de Congolais ont compris cette combine que je crois vraie, sortie d’un labo de grands strateges. Attendons la suite…

  5. Ce qui m’etonne c’est la peur qui ronge les mashi a mu menu de voir les katangais se reunir. l’udps a peur de voir kabila et katumbi ensemble, les petits communicateurs de l’udps multiplient les mensonges et du coup, l’archeveque Fulgence, organisateur de ladite reunion est insulte comme d’habitude par les udpsiens qui n’ont que le mensonge et l’insulte comme arme. Est ce que les katangais empechent aux autres communautes d’organiser des pareilles reunions? Ou est le mal meme s’il s’agissait de renverser ce pouvoir agonisant de tshilejelu, un pouvoir de la honte? Bon vent aux katangais!

  6. Le forum de reconciliation entre katangais? Une messe noire de neo-secessionistes katangais. Ces neo-secessionistes qui ne s’estiment congolais que quand ils sont au pouvoir. Quand ils ne sont pas au pouvoir, ils sont katangais. RDC? Connais pas! Objectif de cette messe noire? Constituer un front commun Katangais capable d’empecher la re-election de Fatshi en 2023. Leader autoproclame de cette messe noire? Honorable Moise Katumbi Chapwe. Leader reel de cette messe noire, Joseph Kabila Kabange. Pas besoin d’etre savant nucleaire pour le comprendre! Binsonji E Madilu

  7. Beaucoup a été dit et écrit sur la poignée de main entre ‘JK’ et Katumbi à Lumbumbashi à l’issue d’une messe qui clôturait le forum pour la paix entre Katangais. J’en ai retenu une question pour moi capitale : « se réconcilie-t-on au Katanga sur le dos de Tshisekedi ? » Je serais tenté d’y répondre comme je l’ai fait ci-dessus par une affirmative approximative tant l’accolade Katangaise apporte à la scène politique Congolaise nationale une donne nouvelle avec laquelle il faudra compter. Les leaders Katangais sont aussi des personnalités qui ont des ambitions nationales qui sans elles elles ne seraient pas accomplies. ‘JK’ n’a peut-être pas en vue un retour à la présidence mais il n’est pas de doute que Katumbi y pense en se rasant et le voilà en concurrence avec l’actuel PR qui lui veut rempiler. Attendons donc la suite de ces ambitions. Dans tous les cas la stratégie et le scénario derrière le raout de Lubumbashi ne pouvaient avoir comme objectif que ces destins nationaux. Attendons les suites…

  8. PS
    Autre chose autant essentielle si pas davantage : c’est qui ‘JK’, n’est-ce pas celui qui 18 durant a infligé son arbitraire criminel dans ce pays même envers Katumbi ? Alors devrions-nous l’accepter sans procès parce qu’il plaît aux Katangais de l’accueillir comme le fils du Katanga ?

  9. IRONIE DU SORT OU RETOUR DE LA MANIVELLE TOTÉMIQUE ! Durant cette messe noire à la Cité Cuprifère sur une fausse vréconciliation électoraliste entre 2 étrangers, celui qui a baptisé l’imposteur Rwandais d’un patronyme BANTOU « Kabange » alors que c’est un faux jumeau né séparément avec sa fausse jumelle « Kyungu » est allé au Séjour des morts versant Inconscient en attendant l’Enfer des enfers. Nos ancêtres jubilent. LE COMMUN DES MORTELS DOIT SAVOIR QUE PERSONNE NE VIVRA 969 ANS COMME MATHUSALEM !
    Cette réconciliation UBUENGE bénéficiera à qui ? Aux Occupants Banyarwanda ou aux Kongolais ? Une foultitude de Rwandais grâce à RWANDAIR commencent à s’y incruster aux 4 coins du KONGO-ZAÏRE mais le président protocolaire et ses parrains distraient le PEUPLE qui souffre le martyre. Seule la LUTTE ARMÉE s’impose. L’humain est changeant, limité et mortel mais le Véritable Dieu Tout-Puissant qui vit inexplicablement hors du CONTINUUM TEMPS et ESPACE hors de TOUTES les Réalités ne change pas et est Le même de génération en génération. Ce n’est pas Kanambe et Soriano qui diront le contraire, sont-ils plus malins qu’Hitler ou Néron, se prétendent-ils immortels ? « Dormir sur la natte des autres c’est comme si l’on dormait par terre » dit un Proverbe Africain. INGETA

  10. ZEMMOUR INSPIRE LE POUVOIR AU CONGO?
    La théorie du « remplacement » est visible en lisant les réactions des orginaires du Kasai, « tribu dominante » au pouvoir.
    En effet, 750 policiers en provenance du Kasai se retrouvent au Katanga y compris des milliers des immigrés que les trains transportent. Quelle est cette province du Congo qui peut accepter de voir une tribu congolaise tenter de « remplacer » les tribus d´orgines en deversant des milliers des immigrés chaque mois?
    Ne trouvez-vous pas normal que les tribus katangaises n´acceptent pas ce « remplacement » où l´objectif politique est de s´emparer du Katanga et changer l´électorat dans cette province?

Comments are closed.

Previous post Il y a 25 ans, le maréchal Mobutu perdait le pouvoir…
Next post Nicole Sulu: « Nous sommes à Bruxelles pour donner une envie de la RDC! »