Horizon 2023: Vivement une cure d’opposition pour le PPRD!

L’ex-parti présidentiel, le « PPRD » (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie), se trouve depuis samedi 8 août en séminaire à Kinshasa/Funa. Thème: « La communication politique au sein d’une formation politique ».

A plus ou moins trois années de la fin de la législature en cours, les « kabilistes » piaffent d’impatience. Aussi, affûtent-ils déjà leurs armes. Le premier pas de ce « long voyage » a commencé sous la forme d’un séminaire de formation de « communicateurs de masse ». Va-t-on assister à l’émergence d’une version péperdienne des « parlementaires débout » vulgarisés par l’Union pour la démocratie et le progrès social?

Trente militants venus des vingt-quatre communes de la capitale participent actuellement à ce colloque. Dix orateurs, sans doute triés sur le volet, sont chargés d’animer des thèmes spécifiques non révélés au grand public. Après Kinshasa, d’autres réunions de ce genre sont prévues dans les vingt-cinq autres provinces du pays.

Dans un tweet qu’il a posté le même samedi 8 sur son compte Twitter @kikayabinkarubi, l’ancien conseiller diplomatique de l’ex-président « Kabila » a écrit ces mots: « Week-end politique à la Funa, séminaire de formation des communicateurs de masse du parti pour une remontada certaine. Reconquérir le pouvoir et le conserver le plus longtemps possible, à la demande populaire. 2023 ne sera qu’une formalité. Deux ans de navigation à vue, ça suffit ». Kikaya devrait sonder « l’humeur du moment » de la population.

Le PPRD n’est pas une nouvelle formation politique. Elle n’est pas en quête de notoriété et d’adhésion populaire. Il s’agit d’une formation politique qui a été aux « affaires » de janvier 2001 à janvier 2019.  Elle doit gommer les aspérités qui lui collent sur la peau. Et ce en dépit du fait qu’elle n’avait pas gouverné seul. Il reste que son « initiateur » était la « clé de voûte » des régimes successifs.

Une question turlupine les esprits: Quel est le « nouveau rêve » que ce parti kabiliste voudrait proposer aux Congolais après dix-huit années d’exercice d’un pouvoir où le despotisme cohabitait allègrement avec les inégalités sociales, l’arbitraire, la corruption et l’impunité.

Ce n’est pas la première fois que le PPRD organise ce genre de manifestation. Nommé secrétaire général du PPRD au mois de mai 2015, Henri Mova Sakanyi avait cru réinventer la roue en organisant un « déjeuner de presse » dans un hôtel kinois. Objectif: « rebooster le parti ». Trois mois après, une autre rencontre du genre se tiendra à la Fikin.

A l’issue de trois jours de « formation », les participants, baptisés « Génération Kabila », ont publié une déclaration mettant en garde « tous les ennemis de la République, tous ceux qui combattent la paix, la stabilité et la cohésion nationale, obtenues au prix fort ».

Par « ennemis de la République », les bonzes du PPRD désignaient les opposants. Et par extension, tous ceux exigeaient la tenue des élections dans le respect des délais constitutionnels étant donné que le second mandat du président de la République expirait le 19 décembre 2016. La suite est connue: répression de plusieurs manifestations pacifiques. On peut citer: le 15 septembre 2015 à la Place Ste Thérèse, les 19 et 20 septembre 2016, 31 décembre 2017, 21 janvier et 25 février 2018 dans la capitale. Le sang de Thérèse Kapangala, de Rossy Mukendi et tant d’autres continue à crier justice au ciel.

Impopulaire, le PPRD n’a aucune idéologie. Tout le reste n’est que slogans creux.  C’est un parti fasciste qui n’a qu’un seul but: conquérir le pouvoir pour les avantages et les privilèges qui s’y rattachent. Peu importe par la ruse ou la violence.

En dehors du « pouvoir pour le pouvoir », le PPRD qui se réclame de la social-démocratie ne croit en aucune valeur. Lors du mini-congrès tenu le 14 avril 2014 à Mbandaka, Evariste Boshab, alors secrétaire général de ce parti, n’avait pas manqué de le rappeler: « Notre ambition politique est de conserver le pouvoir ». Pour quoi faire? Est-ce juste pour partager des maroquins?

« L’action est meilleure de communication », disait Napoléon. Quelles sont les réalisations que les « communicateurs de masse » en formation pourraient mettre à l’actif du PPRD? La réponse tient en un mot: rien! Ces derniers vont, comme à l’accoutumée, se répandre dans les médias à travers le pays juste pour « faire du bruit ». Bref, parasiter le vrai débat.

« Joseph Kabila » a accédé à la tête de l’Etat congolais le 26 janvier 2001 soit trois mois après le lancement des « Objectifs du Millénaire de Développement » (OMD) par l’Assemblée générale des Nations Unies. Réduire l’extrême pauvreté et la faim, assurer l’éducation primaire universelle, réduire la mortalité infantile, améliorer la santé maternelle, combattre le VIH/Sida, le paludisme et d’autres maladies font notamment partie de ces objectifs.

Attardons-nous uniquement sur « l’éducation primaire universelle ». En 2016, le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) a publié un communiqué selon lequel, le Congo-Kinshasa compte dix-huit millions d’adultes qui ne savent ni lire ni écrire.

Qu’en est-il des programmes lancés par « Kabila » en l’occurrence les « Cinq chantiers du chef de l’Etat » (novembre 2006) et la « Révolution de la modernité »?

Ce triple échec n’a pas empêché les zélateurs du « Kabilisme » de prétendre que leur « champion » a mis le pays sur le chemin de « l’émergence ». Une émergence sans industrialisation. Inutile de parler du Produit intérieur brut et de l’Indice de développement humain. L’eau, l’électricité, l’éducation, la santé, l’emploi et le logement sont restés hors de portée. Pour les kabilistes, « Joseph Kabila » a « ressuscité » et « réunifié » le pays; il a restauré l’autorité de l’Etat et la sécurité. Il a organisé trois scrutins électoraux.

Les « communicateurs de masse » du PPRD ne tarderont pas à réaliser sur le terrain que la « communication » ne consiste pas à « blablater ». La communication, la vraie, a pour but de faire savoir « ce que l’on a réalisé ». Bien faire et le faire savoir.

Vivement une cure d’opposition pour le PPRD en 2023. Une telle « traversée de la savane » ne ferait guère de mal à ce parti dominant qui ne compte à lui seul que 116 députés sur 500.

 

Baudouin Amba Wetshi

12 thoughts on “Horizon 2023: Vivement une cure d’opposition pour le PPRD!

  1. Kikaya bin Karubi est un personnage haut en couleur qui ne lésiné sur aucune flatterie pour être dans les bonnes grâces de l’homme venu d’ailleurs. Il vendrait sa mère pour garder une place à la table de l’ovni de Kingakati, c’est ça le genre d’élite qui fait la honte du pays. Habitués aux courbettes et aux discours laudatifs, les communicateurs peperdistes n’ont rien à proposer. Leur bilan de 18 ans est chaotique à tous les égards. Les congolais ont tout connu, les répressions, les assassinants, les rebelles entretenues et téléguidées depuis Kinshasa, la corruption, la liste n’est pas exhaustive. Alors la question qui importe est de savoir, qu’allaient-ils encore proposer aux congolais qui paient encore aujourd’hui les conséquences de leurs incuries. Les congolais n’ont pas la mémoire courte, il n y a pas de génération spontanée au PPRD, ils ont tous des cadavres dans leurs placards. D’ailleurs, si l’Etat de droit s’installe vraiment dans le pays, la plupart d’entre eux passeront par la case prison. Une question lancinante qui taraude les esprits de congolais, qui portera leurs couleurs lors de l’élection présidentielle en 2023 ?. Pour le moment, même eux ne le savent pas. Ils sont suspendus à la volonté de leur chef qui va prendre plaisir à faire durer le suspense, histoire de garder de la main sur un parti croupion qui peut se disloquer au moindre soubresaut. Pour les emmerder, Kabila qui a fait preuve de cynisme en choisissant Shadary en 2018 peut sortir un autre médiocre de son chapeau lors de l’élection de 2023, d’ici là, ils vont continuer à blablater pour exister et surtout pour masquer leurs querelles et leurs appétits qui ne vont pas tarder à se manifester. Soyons patients, L’avenir appartient à ceux qui savent attendre.

  2. A propos du « Programme des cinq chantiers « , le régime de Kabila a pris des engagements qui lient le pays aux partenaires chinois. Pour des nombreuses années, impliquant la livraison d’énormes quantités de minerais. Août 2020, quelles ont été les réalisations de part et d’autre, depuis lors ? Quelles sont les contreparties chinoises ? Quelles réalisations en Rdc ? Côté congolais, combien de tonnes de minerais livrées aux Chinois ? Quel type de matière première ? La bonne règle eut recommandé de faire une halte et d’évaluer le chemin parcouru. La DGDA et l’INS devraient fournir de la matière aux IGF et IPJ. Il y a du pain sur planche.

  3. Dans un pays normal, cette bande de criminels de sang et économiques aurait eu sa place en taule et nulle part ailleurs.
    Mais comme cette jungle-là n’est bourrée que d’usuriers rapaces, anciens et nouveaux, que peut-on attendre d’autre que de voir ces malfaiteurs se comporter comme dans une terre conquise, favorisés par un deal satanique et au grand damn de nos populations.

  4. # “Vivement une cure d’opposition pour le PPRD!” mais y’a-t-il vraiment un doute que c’est le voeu majoritaire de notre population, cher BAW ? Comment celle-ci ou comment devons-nous faire pour que cette excommuniation devienne réalité, voilà notre défi !
    Les caciques du Fcc et leurs adeptes jurent par leurs tripes mais aussi par leurs illusions que 2023 sera l’occasion de leur retour à la tête du pays mais avec quels arguments, le bilan de leur passage étant notoirement négatif ?
    # Les Congolais le vivent dans leur chair, il faut maintenant que le moment venu ils traduisent leurs légitimes frustrations en bulletins de vote assassins, desenvoutes des offres empoisonnées des fossoyeurs au Fcc qui ont encore les moyens de corrompre la population. Ils ont démontré que leur logiciel est celui de l’arbitraire, de la prédation, de l’échec socio-économique que difficilement leur propagande survoltée ne nous vendra cash. Ils n’ont en fait et ne sont capables d’aucun ‘rêve nouveau’ à nous offir ; le ‘pouvoir pour le pouvoir’ doit devenir une denrée rare. Aux forces politiques qui s’opposent à eux de mieux s’organiser pour le donner à voir à la population et ainsi ôter toute chance à ‘JK’ et aux siens de revenir tant les vrais ‘ennemis de la République’ ce sont bien eux. La balle à Tshisekedi nouveau Patron du pays…

  5. Tres cher BAW. La coalition fcc-cach va bruler la rdc. L’image que vous dessinez et decrivez sur les 18 annees de regne du pprd parti rwandais est exactement celle que nous donne deja le cach. Toutes les reformes promises sont restees lettre morte apres bientot 2 ans. ils n’ont rien a proposer aux congolais, rien. Comme le pprd, l’udps aussi n’a aucune ideologie et fait de la repression meme contre ses propres membres avec mort d’hommes. Du jamais vu, alors que le sinistre de l’interieur est tshisekediste. Mbwa asui mbwa! Peut etre que le pprd veut aussi avoir sa radio de mille collines comme l’udps car Kikaya bin Karubi qui a fait ses etudes aux Etats-Unis et qui fut un tres bon journalistes en Afrique du sud ne manque pas des idees folles. Comme les deux partis sont champions en insultes et en mensonges, le salut des congolais en 2023 reposera sur Lamuka si ses leaders ne se separent pas. S’ils le font, Kanambe retournera au pouvoir sans aucun doute, personne ne pourra l’arreter. Le pprd a 116 deputes de la mafiosi et l’udps a quatre fois moins. Le pprd a vole l’argent des congolais pendant 18 ans, alors que l’udps a les poches vides. Il faut de l’argent pour battre campagne. Bakoliana mpe bakomela mayi ya djibulu na ntunga.

  6. # Avons-nous tout compris avec le « Vivement une cure d’opposition pour le PPRD” ? En fait c’est une radiation démocratique – faute d’électeurs derrière lui -, que nous devons lui infliger. N’empêche alors que si nous voulons être justes et complets, cela nous impose un autre impératif. Les pages ne seront pas suffisantes pour comptabiliser les raisons que nous avons de defenestrer ces gens, leur bilan de 18 ans au pouvoir ayant ete trop négatif, BAW vient de nous en livrer un échantillon… Mais sommes-nous assurés que nous disposons d’une ALTERNATIVE CRÉDIBLE contre eux, que ceux qui les remplaceront feront mieux ???
    # Ça me rappelle certains commentaires amers longtemps après l’exfiltration de Mobutu par les Congolais alors enthousiastes : nous en avions tellement marre de lui que nous avions sauté sur LDK et son AFDL sans trop savoir ce que c’était. Et nous avons vu la suite. Passons…
    # Pour rester vigilants, nous devons compter avec ce qu’il se passe aujourd’hui déjà comme un DÉBUT DE L’APRÈS ‘JK’, malgré les prolongations qu’il continue de jouer. Je ne crois pas en effet que les Congolais auront la mémoire aussi courte sinon suicidaires pour voter encore nombreux ‘JK’… Mais alors nous devons aussi nous occuper d’ores et déjà du BILAN QUE SERA CAPABLE DE PRESENTER TSHISEKEDI APRÈS SES CINQ ANS. Lequel sera-t-il par exemple vu d’aujourd’hui ?
    Voilà !

  7. Le seul « Bilan » palpable des 18 ans de la Voyoucratie kleptocratique PPRD-FCC est l’enrichissement illicte des frangins Rwando-Tanzaniens Hypo, Jaynet et Zoe Kanambe et leurs aboyeurs via bradage et vols du patrimoine minier de la RDC, detournements et main-mise mafieuse sur toutes les regies financieres inclu les postes frontaliers.
    Bref la place de ces criminels et leur chef de Mafia est a Makala.

  8. Peuvent-ils au moins avoir le courage et l’honnêteté de présenter au public le bilan exact des programmes « Cinq chantiers » et autres qu’ils nous avaient présenté comme étant le salut toujours recherché par la population?
    Cette association de malfaiteurs, qui a réussi à faire mille fois plus que le régime Mobutu en mal, ne mérite qu’une chose: la potence!

  9. # Permettez, chers amis du CIC, une réflexion sur le BILAN DE ‘JK’ à la tête du pays !
    Après 18 ans de règne, non seulement celui-ci peut être raisonnablement corrélé à celui de l’Afdl mère mais aussi le fait qu’il soit largement négatif décourage les observateurs à le regarder davantage en détail. Ils auraient rapidement découvert qu’en dehors des programmes foireux et jamais réalisés – les 5 Sentiers, la Révolution de la modernité, les contrats chinois… -, il existe un chapitre capital de son non-bilan passé souvent sous silence : L’INSÉCURITÉ ET LA DIVISION qui sont ses oeuvres ! Un point combien sombre de notre dernier quart du siècle qui résume et explique nos malheurs. En effet contrairement à la propagande légère de la génération Afdl qui veut mettre à leur credit l’unité du pays, disons de suite que sous Mobutu nous vecumes plein d’autres malheurs mais nous étions relativement en paix et unis. L’insécurité encore très présente à l’Est, la guerre et la division sont une calamité d’après Mobutu venues avec l’Afdl.
    # ‘JK’ en tant que digne cheval de Troie de Kagame au Congo qui a fait sien le programme de ce dernier qui se résume en une occupation de notre pays et un pillage de nos richesses, est pleinement comptable de l’instabilité dans notre pays, la principale source de notre insécurité chronique ; elle a été planifiée à partir de Kigali et apparentés pour affaiblir notre pays, le mettre à genoux à leur merci.
    # Ainsi donc aujourd’hui les nouvelles de l’Est se conjuguent encore et toujours avec la mort : des tueries en Ituri et autour de Beni, des affrontements mortels entre groupes armés et face aux civils dans le Masisi, une prise en otage mafieuse planifiée autour et dans le Parc Virunga, des massacres répétés au Sud Kivu dans une guerre intercommunautaire avec participation des milices et armées étrangères…
    # Un sujet fumant l’actualité serait ainsi : QUE SE PASSE-T-IL ENCORE SUR LES HAUTS PLATEAUX DU SUD KIVU ?
    Questions annexes : le phénomène est-il si nouveau, pourquoi encore et toujours cette cohabitation impossible, que n’ont pu régulé les protagonistes sur place et les autorités dirigeantes ? La reponse n’est-elle pas en fait plus simple que cela : nous sommes au coeur d’une conquête politique qu’on veut cacher, des communautés rwandophones qui à l’etroi sur leurs collines ont envahi les hauts-plateaux du Sud Kivu veulent taire cette vérité pour des bénéfices politiques, de préséance. Ce qui courrouce les autochtones qui résistent tant bien que mal surtout que les allochtones sont protégés par des autorités centrales complices et soutenus par leurs ‘frères’ de l’etranger voisin. Agriculteurs autochtones et eleveurs allochtones vont ainsi faire la guerre car en n’assumant pas la vérité, aucune negociation n’est possible, seules la ruse et la force sont de cours. Jusqu’où, jusque quand ? Entre-temps encore des morts, des déplacés dans ce règne du mensonge comme on vient de voir la pluie des anathèmes sur Dr Mukwege qui dénonce les massacres de Kipupu qui ressemblent à ceux d’hier et de tpujours dans le même coin…
    # « RDC: 128 morts, 100.000 déplacés en 16 mois dans des violences dans le Sud-Kivu »
    https://afrique.lalibre.be/53165/rdc-128-morts-100-000-deplaces-en-16-mois-dans-des-violences-dans-le-sud-kivu/
    « Sud-Kivu: La MONUSCO s’inquiète de l’escalade des violences intercommunautaires dans les territoires de Fizi, Mwenga et Uvira »
    https://www.politico.cd/encontinu/2020/08/10/sud-kivu-la-monusco-sinquiete-de-lescalade-des-violences-intercommunautaires-dans-les-territoires-de-fizi-mwenga-et-uvira.html/66379/
    https://actualite.cd/2020/08/11/les-gouverneurs-de-litur
    https://www.radiookapi.net/2020/08/12/actualite/securite/ituri-david-mclachlan-karr-invite-letat-congolais-investir-dans-la
    « Insécurité au Sud-Kivu : Voici les 5 recommandations du BCNUDH aux autorités nationales et provinciales »
    https://www.7sur7.cd/2020/08/11/insecurite-au-sud-kivu-voici-les-5-recommandations-du-bcnudh-aux-autorites-nationales-et-provinciales
    « Une « justice transitionnelle » au Congo-Kinshasa. Non, elle n’aura pas lieu »
    http://www.ingeta.com/une-justice-transitionnelle-au-congo-kinshasa-non-elle-naura-pas-lieu/

  10. eletronic RAZ
    « le salut des congolais en 2023 reposera sur Lamuka si ses leaders ne se separent pas » :
    Le soi-disant chrétien Raz qui venait de proclamer sa foi chrétienne et son attachement aux valeurs, répugnant le faux, a ses saints qui volent pas, qui ne détournent pas, qui ne mentent pas, qui ne tuent pas et ne couvrent pas des actes odieux qui ont versé le sang des Congolais… Il compte sur SAINT MUZITO; SAINT BEMBA; SAINT KATUMBI; SAINT FAYULU; SAINT MBUSA pour sauver le Congo.
    Le monde des bilobala est trop beau pour le quitter.

Comments are closed.