Kinshasa : La police a libéré les manifestants arrêtés aux alentours de la CENI

Sécurité

Déploiement de la Police aux alentours du siège de la CENI

Déploiement de la Police aux alentours du siège de la CENI

La Police nationale congolaise (PNC) a annoncé la libération de tous les manifestants interpellés ce lundi 22 novembre 2021 aux alentours du siège de la CENI à dans la commune de la Gombe. C’était dans le cadre d’une opération de maintien de l’ordre public face au sit-in organisé par les laïcs catholiques (CALCC) et protestants (MILAPRO).

« Les personnes interpellées ont été relâchées. Le dispositif dissuasif mis en place dans la zone a été allégé dans l’après-midi. Le Commissaire provincial félicite les policiers commis à cette opération pour la discipline et le professionnalisme dont ils ont fait montre. L’opération s’est déroulée sans dégât, ni blessé moins encore des victimes », dit un communiqué du Commissaire provincial et commandant de la ville de Kinshasa, le Général Kasongo Kitenge Sylvano.

Les organisateurs de cette manifestation avaient pour objectif de dire « non à une CENI politisée, caporalisée et non consensuelle ». 

Ils voulaient également exprimer  d’autres revendications comme la fin des massacres à répétition dans la partie Est du pays, le retrait définitif du RAM et l’amélioration du système éducatif et la prise en charge effective des enseignants. 

Pour rappel, la manifestation avait été interdite par le gouverneur de Kinshasa.

Auguy Mudiayi/ACTUALITE.CD

6 Commentaires on “Kinshasa : La police a libéré les manifestants arrêtés aux alentours de la CENI

    1. Ndeko KUM,
      Bien dit, personne s’en émeut malgré tous signaux rouges, tous les Politichiens se taisent… RwandAir du pays agresseur a osé même installer sa DG (Direction Générale) à Goma depuis Samedi passé dans l’indifférence générale de la Classe Politique corrompue, surtout avec la complicité de Tshilombo-Pétain président protocolaire nommé par l’Occupation Rwandaise… La RDC occupée par les Banyarwanda part en vrille… Sous alias Kabila notre BEAU ET GRAND Pays était dans la Salle d’Opération sans anesthésie, avec FATSHI BIDON ELONGI YA BA FÊTES, le KONGO-ZAÏRE souffre dans la Salle des Soins Palliatifs en attendant le pire… OYO MBOKA YA NDENGE NINI… Ainsi soit-il… INGETA

  1. LA CENI OUI LA CENI !?!
    @ Malgré les contestations qui risquent de se poursuivre, vraisemblablement la Ceni sera encore demain sous les ordres du pouvoir politique dominant ; ce que son contrôle reste un enjeu majeur pour lui afin de manipuler si besoin les résultats des élections à son profit. C’est une coutume qui hélas a la dent dure dans notre République A DÉMOCRATISER du Congo, Tshisekedi qui se voit en danger pour sa réélection comme ses adversaires l’ont bien compris et voilà les raisons du tumulte de ces jours…
    [Nono
    21 NOVEMBRE 2021 À 18 H 32 MIN
    Kiekiekieeee, hélas dans notre cher pays, le hold-up permanent n’est pas que dans la gouvernance budgétaire ! C’est le cas de brocarder une fois de plus cet adage bien français qui nous colle aux fesses : « Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà ». Kiekiekieeee…
    Tenez, regardez cette maldonne flagrante à la Ceni ! On entend de la bouche du pouvoir en cours et de ses dependants vanter l’ expertise de Kadima pour valider son investiture, les mêmes qui hier lors des élections de 2006 et de 2011 ont dénoncé les différents présidents de la Ceni, Malu Malu, Ngoy Mulunda, Nanga. Peut-on dire que ces derniers manquaient d’expertise ou ont-ils été plutôt accusés de manquer d’indépendance face aux pouvoirs en place ? La Cei puis la Ceni ont été créées par le législateur pour être INDÉPENDANTES càd libres des volontés et forces politiques. Voilà où il y’a à reprocher à Kadima, voilà en quoi consiste le combat pour la dépolitisation de la Ceni : éviter que les prochaines élections soient entachées de mêmes irrégularités que celles d’avant et à nouveau contestées. Où est alors le mal à construire dans la loi électorale les conditions qui séparent le politique du processus électoral et quand on entend le savant Mbata anonner qu’une commission électorale ne peut être apolitique on se demande dans quel caniveau il a puisé sa science à Kabaya Kamuenga, dans quelques républiques bananieres sans jamais visiter les pays démocratiques ? Pauvre Congo où en politique la vérité de l’un est forcément différente de celle de l’autre selon qu’on est dans la mangeoire ou en dehors…]

  2. Où va-t-on exactement au sujet de la Ceni qui qu’on le veuille ou non pose problème dans la vie nationale, politique et sociale, donc au cœur de bien de tensions ? Le pouvoir en place en ses animateurs les plus élevés, les présidents du Sénat et de l’Assemblée Bahati & Mboso, le PM Lukonde et le Conseiller principal du PR Beya, s’est rendu chez le Cardinal Ambongo pour échanger des problèmes de l’heure dont nous savons que le principal entre eux est le différend entre l’Église Catholique(et les Protestants de l’Ecc) d’avec ce pouvoir au sujet de l’investiture contestable de Kadima à la Ceni. Au sortir de cette rencontre tous les participants ont chanté la paix et Ambongo a précisé que l’échange avait comme objectif de clarifier les choses et s’est cru autorisé de conclure qu’il fallait repartir sur de nouvelles bases. Quelles ont ces nouvelles bases ?
    En effet, il y’a quelque temps le Cardinal Ambongo n’a pas manqué d’accuser l’Udps de le menacer, ses services ont même été attaqués. Peut-on en conclure maintenant que cette hostilité du pouvoir que relaie abondamment sa base jusqu’à son staff (voir les propos crus et sévères d’un Kabuya), le conflit au sujet de l’investiture de Kadima ont trouvé des résolutions lors de cette rencontre ou l’attention du pouvoir envers l’Église Catholique manifestée par cette visite de haut niveau a suffi pour que Ambongo efface trop précipitamment ce mauvais passé ? Quelles solutions alors ? Souhaitons que ses ouailles ne lui reprocheront pas d’avoir mis un emplâtre sur une jambe de bois tant les rumeurs véhiculées dans les réseaux sociaux ne sont le plus souvent que le reflet des tensions réelles entre les deux parties. Pour quelles suites alors ?

  3. PS
    Permettez de préciser mes interrogations ! Quelle est la vérité lorsque le très dévoué à Tshisekedi Sieur Mboso proclame tout haut qu’il n’y a aucun problème entre l’État et l’Église catholique et le cardinal en particulier et qu’Il y aurait plutôt grand intérêt à continuer leur collaboration pour le bien-être des populations et pour le progrès de l’Église catholique au Congo ? Cela veut-il dire aussi que le prélat catholique est aujourd’hui d’accord avec la configuration actuelle de la Ceni avec à sa tête Kadima qu’il a dénoncée hier avec vigueur et relégué au simple passé les menaces, insultes et intimidations dont il rendait coupable l’Udps ?

  4. PPS
    Soulignons aussi que la haute représentation conviée à la visite chez Ambongo signifie une commande expresse ou une proposition appuyée du Chef de l’État , mais au-delà de l’importance que le PR marque ainsi à l’Église catholique signifie-t-elle aussi une décision de sa part de solutionner autrement qu’il ne l’a fait jusque-là la question de l’investiture de Kadima, veut-il aller jusqu’à la remise en question de cette nomination ? Pour en savoir davantage on attend pour le moins d’autres développements…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please reload

Veuillez patienter...