Nord Kivu: Silence… des casques bleus de la Monusco tuent et violent la souveraineté nationale à Kasindi

Read Time:4 Minute

Le Congo-Kinshasa serait-il devenu le « mouton noir » voire l’idiot de la sous-région des Grands Lacs? Depuis plus d’un mois, l’important poste frontalier de Bunagana, dans la Territoire de Rutshuru, se trouve toujours sous le contrôle des terroristes du M23 soutenus par la RDF, l’armée de Paul Kagame. Dimanche 31 juillet, aux environs de 11h00, une jeep de la Monusco, surmontée d’un fusil mitrailleur, a ouvert le feu avant de forcer l’entrée du poste douanier de Kasindi-Luburiya. Ces membres de la Monusco ont tué et blessé des Congolais. Bilan provisoire: Deux morts et quinze blessés. Cette affaire met en exergue le laxisme qui règne au sein des « services ». C’est un nouveau mauvais signal donné à d’autres pays voisins sur la porosité de nos frontières.

Dans un communiqué, sans date, diffusé, le dimanche 31 juillet, par le Bureau du porte-parole et des relations avec les médias, la Monusco s’est empressée de reconnaitre qu’un « incident grave » s’est produit à la frontière entre la RDC et l’Ouganda. En fait, des vidéos rapportant les faits circulaient déjà sur les réseaux sociaux au moment où la Cheffe de cette Mission onusienne, Madame Bintou Keita, faisait savoir qu’elle venait « d’apprendre avec stupéfaction » ce qui s’est passé à Kasindi. Des casques bleus ont rechigné de se soumettre au contrôle usuel à un poste frontière. Avaient-ils des choses à cacher?

Le communiqué précité de souligner que Madame Bintou Keita « est profondément choquée et consternée par ce grave incident. (…)« . Et que « face à ce comportement inqualifiable et irresponsable, les auteurs de la fusillade ont été identifiés et mis aux arrêts en attendant les conclusions de l’enquête qui a d’ores et déjà commencé en collaboration avec les autorités congolaises ».

Dans une déclaration faite dimanche, le ministre congolais de la Communication et porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya Katembwe, a fait savoir, que « les casques bleus concernés ne pourront plus faire partie des contingents de la Monusco ». Sans doute. Et après? Cette attitude ne risque-t-elle pas d’être interprétée par certains « Etats voyous » qui nous entourent que le Congo-Kinshasa est devenu « l’idiot consentant » du « village Grands Lacs »?

  • A Lire également: https://www.congoindependant.com/12304-2/

Selon des sources, les auteurs de cet « grave incident » seraient de nationalité tanzanienne. Des informations fragmentaires indiquent qu’ils transportaient clandestinement des « Afghans » en provenance de l’Ouganda. Les forces de sécurité chargées de garder nos frontières ont failli. Un échec de plus. Ces « services » (ANR, DGM, armée et police) ont besoin des réformes urgentes. Des réformes qui devraient s’étendre sur toute la pyramide et non seulement au niveau de la tête.

Revenons aux faits. On ne se trouve pas en face d’un banal accident de circulation. Il est question ici de mort d’hommes. Des personnes abattues, sans motif apparent, par des militaires onusiens. Pire, la souveraineté nationale et l’intégrité du territoire congolais ont été violées. Et pourtant, l’article 41 de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques oblige les titulaires des privilèges et immunités de respecter les lois du pays d’accueil.

Il est pour le moins surprenant de lire dans le communiqué du Bureau du Porte-parole onusien que la Monusco a établi des contacts avec « le pays d’origine de ces militaires pour qu’une procédure judiciaire soit initiée urgemment avec la participation des victimes et des témoins, afin que des sanctions exemplaires soient prisent dans les meilleurs délais ». Que devient, dès lors, le principe de la territorialité des lois? Principe qui, dans le cas sous examen, confère à la justice congolaise à juger les auteurs des crimes et délits commis sur le territoire national.

D’aucuns pourraient ergoter sur l’ « Accord de siège » signé le 4 mai 2000 entre le Congo-Kinshasa et la Monuc (Monusco), le fameux Sofa (Status of Forces Agreement). On peut y lire au point 51: « Les membres militaires de l’unité militaire de Monuc sont soumis à la juridiction exclusive de l’Etat participant dont ils sont ressortissants pour toute infraction pénale qu’ils pourraient commettre en RDC ». Vous avez bien lu.

Osons espérer que le gouvernement congolais aura à cœur d’exiger que ces casques bleus répondent de leurs méfaits devant la justice militaire congolaise. Le Congo-Kin ne peut en aucun cas « brader » sa souveraineté de cette clause « léonine ». Les auteurs des coups de feu doivent réparer les dommages infligés aux personnes et aux biens. Agir autrement, serait un dangereux précédent.

La RDC partage trois frontières avec l’Ouganda. Outre Bunagana, il y a Ishasha et Kasindi-Luburiya. Tous les trois postes se trouvent dans le Territoire de Rutshuru dans la province du Nord Kivu. Bunagana et Ishasha sont sous le contrôle de la coalition RDF/M23. Une situation qui fait frémir et fait dire que la Monusco reste un « mal nécessaire ». Et ce en attendant que la RDC se dote d’une armée dissuasive d’ici 2024.

Il y a quelques jours, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, déclarait: « Toute attaque contre un casque bleu était assimilée à un crime de guerre ». Pourquoi pas? Qu’en est-il lorsque l’auteur de l’attaque est un militaire onusien? Silence…des casques bleus tuent et blessent à Kasindi.


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

9 thoughts on “Nord Kivu: Silence… des casques bleus de la Monusco tuent et violent la souveraineté nationale à Kasindi

  1. Et qu’en est-il de plus de 190’000 personnes (dont la moitié sont des enfants) qui ont été forcées de quitter leurs villages toujours là à l’Est?
    Combien de fois faut-il le répéter: la souveraineté du Congo a déjà été bradée par ceux-là mêmes qui sont censés la défendre. Dans l’entre-temps les jeunes Kinois eux, dans leur torpeur et leur indifférence légendaires, continuent à se déhancher au rythme de la musique endiablée de leurs musiciens immoraux et des églises de sommeil inspirées par satan lui-même.

  2. Bapesa mboka na batu ya Ngambela na ba prix mangondo…Miyibi, ba jouisseurs, ba incompétents…
    Oh Congo, mon pauvre pays, humilié par la planète entière.
    Papa Simon Kinbangu oza wapi ?

  3. Une autre raison de fustiger la présence de la Monusco au Congo : indiscipline meurtrière de ses membres comme à Kasindi !?
    En effet hier dimanche 31 juillet, une jeep de la Monusco, surmontée d’un fusil mitrailleur, a ouvert le feu avant de forcer l’entrée du poste douanier de Kasindi tuant 2 et blessant 15 Congolais. Tout qui dévoile aussi le très mauvais état de nos services de sécurité daux frontières Nord-Est du pays. Bien sûr le Bureau de la Monusco a tout de suite reconnu la gravité de la situation, ses casques bleus – Tanzaniens semble-t-il – ont refusé de se soumettre au contrôle usuel à un poste frontière comme s’ils avaient des choses à cacher. Du coté du gouvernement Congolais on exige que les coupables ne fassent partie des contingents de la Monusco.
    Une question essentielle serait de savoir ce qui dans ce grave incident revient à l’indiscipline personnelle des membres coupables ou d’un défaut structurel au fonctionnent de la Monusco et ce qui serait de la cause des services de sécurité défaillants du coté Congolais ?D’autant qu’il est question ici de la strategique souveraineté bradée ici et là en cette heure de crise entre le Congo et le Rwanda de l’Etat Congolais…

  4. ENNEMIS INTÉRIEURS ET ENNEMIS EXTÉRIEURS OU NÈGRES DE MAISON ET NÈGRES DE CHAMP ! FATSHI BIDON président protocolaire nommé par les OCCUPANTS Banyarwanda était à la fête de mariage coutumier de son fils pendant que la Soldatesque de la MONUSCO (du machin ONU) remplacée par les Soldats Banyarwanda (ADF, M23, NGOMINOS, EAC=EMPIRE HIMA) habillés, déguisés en CASQUES BLEUS violait la Souveraineté de la RDC occupée dont les frontières jadis intangibles sous Mobutu sont devenues passoires, poreuses sous l’Occupation RWANDO-OUGANDAISE (alias Kabila et Tshilombo-Pétain). Il ne faut pas aller à Saint-Cyr pour comprendre que notre Beau et Grand pays a affaire à un GRAND TRAÎTRE « satano-occulto-nécromancien » de haut vol qui a fait de la HAUTE TRAHISON contre la Nation-Patrie KONGO-ZAÏRE son leitmotiv, son idéologie politique. Toute la Classe Politique RDCienne est composée d’ennemis intérieurs (Nègres de Maison) du PEUPLE KONGOLAIS (Nègres de Champ) qu’il faut neutraliser car ces derniers (ENNEMIS INTÉRIEURS et NÈGRES DE MAISON) entretiennent des relations courtoises, amicales, complices, d »esclaves à maîtres avec les ENNEMIS EXTÉRIEURS du KONGO-ZAÏRE (Multinationales, Communauté internationale Impérialiste, RWANDA, OUGANDA, Empire Hima=EAC « East African Community », VATICAN, Machin ONU, FMI, Banque Mondiale, UE, OTAN, ONG…). « Si vous voulez libérer une patrie, mettez dans votre main dix balles, neuf pour les traîtres de l’intérieur et une pour l’ennemi, car sans les traîtres de l’intérieur, l’ennemi de l’extérieur n’oserait pas entrer dans votre pays » dixit Che Guevara. VIVE LE SOULÈVEMENT POPULAIRE. INGETA

  5. UN HORS-SUJET URGENT !
    Le M23 soutient ne recevoir aucun soutien du Rwanda mais un groupe d’experts de l’Onu A OBTENU DE SOLIDES PREUVES DE LA PRESENCE ET DES OPÉRATIONS MILITAIRES CONDUITES PAR DES FORCES DE DEFENSE RWANDAISES (FRD) dans le territoire de Rutshuru entre novembre 2021 et juillet 2022”. Le Rwanda et l’Ouganda ont notamment servi de base arrière au M23 lors de la prise de Bunangana.
    Que va en conclure et faire notre gouvernement ? Cette confirmation vient à propos dans les suites de Luanda et de Nairobi, le fameux mécanisme de vérification attendra s’il veut, d’ores et déjà il nous faut mettre toutes ses preuves sur la table en face du Rwanda et pourquoi pas aussi devant Blinken ; jusque-là les Usa étaient préoccupés par une « présence signalée », ils ont maintenant les preuves des experts de l’Onu, ils doivent agir en conséquence à l’endroit du Rwanda, leur traditionnel allié.

  6. LA MONUSCO OUI LA MONUSCO AUJOURD’HUI AU COEUR DES PRÉOCCUPATIONS !?
    La Monusco a hélas prouvé son inefficacité ou son peu d’efficacité : depuis 22 ans qu’elle est présente dans notre pays sauf peut-être à quelques moments-clés comme en 2012-2013 lors de la défaite du M23, elle n’a pas sensiblement aidé à restaurer la paix comme c’est sa mission. N’empêche que la Monusco subvient habituellement à des besoins logistiques de notre armée ; alors lorsque le pouvoir s’accorde aujourd’hui à accélérer son retrait prend-il suffisamment en compte de ces services ? A ma connaissance, le régime précédent ne la portait pas trop dans son coeur, plus d’une fois ‘JK’ a souhaité son retrait rapide – crainte d’un ‘temoin gênant’ ? – tandis que Tshisekedi semblait plus en phase avec sa présence. Avec les dernières manifestations anti-Monusco spontanées ou planifiées, tout le monde souhaite son retrait rapide. C’est clair, la population n’en veut plus mais combien de temps nous faut-il, 2 ou 3 ans pour mieux gérer son retrait ? Il y’a des elections prévues dans moins de 2 ans, l’Etat est-il prêt à se passer de ses services ou craint-il à son tour un temoin gênant ?

  7. Au commencement il y a eu l’ONUC. Kasa-vubu et Mobutu ne sont parvenus a mettre fin a la secession katangaise que grace a l’appui decisif de l’ONUC aussi bien en hommes qu’en materiels. En guerre contre les revolutionnaires lumumbistes, Moise Tshombe n’a pu pacifier le pays que grace a ses merccenaires et a quelques soldats pretes pas ceux qui avaient mis Mobutu au pouvoir. Mobutu n’a pu gagner la guerre de 80 jours que grace aux troupes marocaines, togolaises, et Senegalaises. Kabila et Colonel Mamadou Ndala ont battu ces fameux M23 en 2013 grace a l’appui de la MONUC. Maintenant les congolais attendent la fameuse force interafricaine pour venir aider les FARDC a en finir avec les groupes armes qui pullulent a l’est. Il n’y a plus l’ombre d’un doute quel le M23 actuel est compose de soldats rwandais deguises.
    Pour resoudre un probleme, il faut bien le cerner et le dissequer. Le vrai probleme est que de Kasa-vubu a Joseph Kabila, les dirigeants congolais n’ont jamis pris la defense nationale au serieux. Ils ont toujours sous-traite la question de la defense nationale. la RDC est peut-etre le seul pays au monde a ne pas avoir une veritable politique de defense nationale. C’est ainsi que nous nous retrouvons avec une armee nationale incapable de proteger l’integrite du territoire, une police nationale qui ranconne les citoyens, et des services de securite dont personne ne connait vraiement leur conception de la securite.
    Le cas de Bunagana est une illustration eloquente de ce manque de politique defense! Nos soldats sont au Nord Kivu, mais cette cite est toujours aux mains du Rwanda! Personne ne veut savoir, et personne ne se demande pourquoi nos soldats n’arrivent pas a deloger les Rwandais de Bunagana maintenant qu’ils ont l’appui incondtionnel du peuple congolais et tout l’appui logistique dont ils ont besoin! Apparement ils attendent que leur Commandant Supreme trouve une solution diplomatique a l’occupation rwandaise a l’est! Ils attendent comme nous les civils l’arrivee de la force interafraicine pour finalement se rappeler c’est a eux qu’incombe le devoir de liberer l’est de notre pays de l’emprise du Rwanda et de l’Ouganda!
    La MONUSCO a commis beaucoup d’exactions c’est vrai! Elle n’a pas reussi sa mission d’aider la stabilisation de l’est. C’est vrai que ses chefs sont devenus plus trafiquants d’armes de guerre et des nos minerais que des soldats de maintien de la paix. Mais qu’avons-nous fait en tant que pays pour ramener la paix a l’est pendant les 22 ans que la MONUSCO campe sur nos terres? Pourquoi sommes-nous plus durs envers la MONUSCO qu’envers nos propres forces de defense? Y’ at-il un seul congolais qui peut nous dire quel le dispositif de defense de l’integrite du territoire a l’est de notre pays? La MONUSCO doit partir et elle va partir! Mais qu’arrivera-t-il si le lendemain de son depart le Rwanda, le Burundi, et l’Ouganda formant une nouvelle coalition dans le but de piller les richesses du Kivu se deferlent sur nos territoires? Allons-nous rappeler la MONUSCO ou allons-nous compter sur nos propres forces?
    Nous avons tout interet a encourager Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo a se pencher serieusement sur la question de la defense nationale. S’il agit comme ses predecesseurs, bientot nous n’aurons plus de pays! A bon entendeur…

    1. Cher Binsonji,
      Etes-vous que « nos soldats n’arrivent pas a déloger les Rwandais de Bunagana alors qu’ils ont l’appui incondtionnel du peuple congolais et tout l’appui logistique dont ils ont besoin » ? Je crains qu’en vous appuyant trop sur l’histoire d’une absence de politique de defense depuis Kasa-Vubu alors que nous sommes 57 ans après son depart, vous oubliez que nous sommes en 2022 et c’est aujourd’hui qu’il faut se poser la question. Le pouvoir en place confronté à une crise sécuritaire grave use-t-il de toutes nos capacités pour mener la guerre contre l’ennemi, voilà la question qui vaut aujourd’hui. Il se perd à condamner la Monusco alors que la sécurité d’un pays repose d’abord sur ses forces armées. Que lui conseillez-vous de faire pour y arriver parce que dire que nos forces armées disposent de toute la logistique dont elles ont besoin est une vague vue d’esprit plutôt que la réalité des faits. Déjà en disposeraient-elles qu’il faut voir tout le reste y compris les éléments qu’il fait pour maintenir leur motivation. Et n’oubliez pas qu’on dit souvent qu’il n’y a pas de mauvaise troupes mais de mauvais commandants, et le commandement va ici de l’Est à Kinshasa, des autorités civiles et militaires locales à celles centrales jusqu’au sommet de l’Etat.

      1. Cher Nono. L’apercu historique est toujours necessaire pour comprendre comment nous en sommes arrives la ou nou sommes .L’armee nationale congolaise n’a jamais ete soutenue par toute la nation congolaise comme le sont les FARDC aujourd’hui! Ce n’est pas seulement moi qui le dit, mais les soldats eux-memes le voient et le disent. Bien qu’il n’ait pas de ‘background’ militaire, Fatshi comprend tres bien qu’on ne refuse rien a une armee en campagne. Il ne lesine pas sur les moyens pour doter l’armee de ce dont elle a besoin pour bien faire son boulot. Seulement voila: nos soldats ont pris l’habitude de blamer les autorites civiles pour leur manque de combativite sur le terrain! Puisqu’ils n’ont pas d’excuse cette fois-ci, ils ne nous diront pas pourquoi Bunangana est toujours aux mains de Rwandais! C’est vrai que ‘la securite d’un pays repose d’abord sur ses forces armees’. Que faire quand les forces armees manquent de combativite? Des l’annonce de la prise de Bunagana, Fatshi avait envoye des renforts a Goma. Ces renforts avaient meme deja amorcee une progression vers Bunangana. Qui a donne a ces renforts l’ordre de s’arreter avant la reprise de la cite? A Cause de cet arret, les Rwandais continuent a investir des villages autour de Bunangana. Toutes nos populations de l’est vivent dans la hantise de voir le Rwanda prendre le camp de Rumangabo et la ville de Goma! N’est-il pas cruellement ironique de voir que nos populations sont plus decidees a en decoudre avec le Rwanda que ne le sont nos soldats? ‘Il n’ y a pas de mauvaises troupes, il n’y a que de mauvais chefs’ c’est ce que disait deja le Marechal Mobutu en son temps. C’est vrai! Dans le cas d’espece la lignee de mauvais chefs ne remonte pas au sommet de l’Etat! Fatshi avait demande a Kagame de choisir entre la paix totale ou la guerre totale. Il ne savait pas qu’il n’avait pas une armee capable de faire la guerre totale. Maintenant que Kagame a choisi de faire la guerre, nous voici desempares! Les elements pour maintenir la motivation des hommes de troupes? Il ya deja un programme de refection de tous les camps militaires. Tous nos camps militaires devront etre dotes des hopitaux militaires qui seront les hopitaux publics les mieux equipes. L’achat des equipements militaires modernes. Il est inadmissible que nos autorites soient obliges de compter sur les drones de la MONUSCO pour surveiller nos frontieres. Ce que je conseille personnellement a Fatshi? Former une toute nouvelle armee et inculquer a cette armee l’esprit Tsa Hal, une armee ou les soldats ne reculent devant rien, et ne se donnent pas des excuses pour ne pas combattre! Je conseille a Fatshi de former une nouvelle armee capable de se battre, quelle que soit la puissance de feu de l’ennemi! Remarquez que Kagame lui a deja forme cette armee et inculque cet esprit dans les RDF! On apprend a faire la guerre en la faisant, pas en pleurnichant! Meme si le monde entier accusait Kagame d’etre aggresseur et fauteur de guerre a l’est de la RDC, cela ne changera rien a notre situation tant que nous n’aurons pas d’armee capable de lui donner la replique sur le terrain! Et gagner la guerre a lest n’est pas la responsabilite du seul pouvoir en place! C’est la responsabilite de tous les patriotes congolais! Salut!

Comments are closed.

Previous post C’est notre faiblesse intrinsèque profonde et multidimensionnelle qui est la cause principale de la genèse, de la durée et de l’ampleur de la tragédie congolaise, et non les autres peuples étrangers
Next post Situation des droits socio-économiques en République démocratique du Congo (cas de la ville de Kinshasa)