Honoré Ngbanda: « Je demande aux Congolais de boycotter les élections du 23 décembre »

Ancien conseiller spécial du maréchal Mobutu en matière de Sécurité, Honoré Ngbanda Nzambo ko Atumba est un homme qu’on ne présente plus. Il a assumé plusieurs fonctions: ambassadeur en Israël, administrateur général de la Sûreté zaïroise (Agence nationale de documentation) et ministre de la Défense nationale. Auteur de plusieurs essais politiques, l’ancien officier de renseignements dirige depuis 2005 l’Alliance des patriotes pour la refondation du Congo (Apareco). Celle-ci se définit comme un « mouvement de résistance à l’occupation » du Congo-Kinshasa. C’est à ce dernier titre que Ngbanda Nzambo a répondu à nos questions portant essentiellement sur les consultations électorales prévues le 23 décembre prochain. Contrairement à 2006 et 2011, le président de l’Apareco s’est abstenu de soutenir l’un des candidats en lice à la présidentielle. Il s’est également abstenu de prendre position sur le renouvellement ou pas des sanctions de l’UE sur des personnalités du régime « Kabila » estimant que les Congolais sont sanctionnés alors qu’ils ne sont que des lampistes. Les commanditaires, eux, épargnés. Ngbanda exhortent les Congolais à se soulever contre le pouvoir en place.

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a annoncé, vendredi 7 décembre, que les élections auront bel et bien lieu le 23 décembre prochain. Dans l’interview qu’il a accordée au quotidien bruxellois « Le Soir » du 1er décembre, « Joseph Kabila » a déclaré notamment que « ce seront les meilleures élections que ce pays aura connues depuis 1959 ». Croyez-vous en la crédibilité de ces consultations électorales?

Lorsque j’observe le « théâtre » qui se déroule chez nous, ça me fait très mal au cœur. Ce qui se passe dans ce qu’ils appellent « campagne électorale » me fait penser aux animaux qui jouent dans un cirque. Il y a un « dompteur » qui les fait jouer. Et quand les animaux entendent des applaudissements, ils se disent qu’ils sont populaires et font « le plein » à chaque exhibition. Quand le spectacle sera terminé, ces animaux vont se réveiller le lendemain dans leur cage. Des Rwandais ont tout planifié. Aujourd’hui, « Kabila » a scindé l’opposition en deux groupes. Il suffit de voir ceux qui jouent le rôle de directeurs de campagne tant du côté de la coalition « LAMUKA » que du ticket « FATSHIVIT » [Ndlr: Pierre Lumbi est le directeur de campagne de Martin Fayulu; Vital Kamerhe assume la même fonction de Félix Tshisekedi]. On ne peut que comprendre que Kanambe ou « Kabila », comme on l’appelle, clame que « ce seront les meilleures élections ». Je crains que les Congolais se réveillent « groggy » au matin du 24 décembre prochain.

Lors de la présidentielle de 2006, vous avez demandé à la population congolaise de soutenir la candidature de Jean-Pierre Bemba. En 2011, vous avez fait la même démarche pour Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Entre Martin Fayulu de « LAMUKA » le duo Félix Tshisekedi-Vital Kamerhe, qui allez-vous soutenir le 23 décembre?

Cette fois-ci, il n’est pas question de supporter qui que ce soit. En 2006, j’avais assorti le soutien à Jean-Pierre Bemba à une condition. En 2006, Bemba disposait des troupes, de l’argent, des avions et de bateaux. La grande majorité de Congolais était derrière lui. D’ailleurs, le cardinal Frédéric Etsou a été liquidé pour avoir réclamé la vérité des urnes. En 2011, Etienne Tshisekedi a réclamé, en vain, l’imperium. Cette fois-ci, son fils a « vendu » l’imperium avant même la tenue des élections. Il veut devenir Président de la République, mais il signe un « accord » aux termes duquel il est serai le commandant suprême de l’armée sans avoir le contrôle sur le ministère de la Justice et celui de la Défense. Il est de même du ministère des Finances et de la Banque centrale. Vous êtes le Président de quoi? Il a cédé déjà l’impérium. Avec les fameuses machines à voter, je crois pouvoir dire que nous allons revivre ce qui s’est passé en 2006 et 2011. C’est pour cette raison que j’estime que les Congolais font le jeu des Rwandais. Des Rwandais qui ont réussi la phase de l’occupation vont passer à la phase de la balkanisation. Pour rien au monde, je ne tiens à partager la responsabilité de cette triste réalité.

Etes-vous en train d’inviter les électeurs à boycotter les scrutins du 23 décembre?

Les Congolais devraient non seulement boycotter les élections mais aussi refuser le processus électoral. Comme les hommes politiques tiennent à participer à ces scrutins, j’ai demandé au peuple congolais de « divorcer » avec ce personnel politique – alléché par l’argent et le pouvoir. C’est la seule solution pour empêcher le régime rwandais de légitimer leur « théâtre » est que la population refuse d’aller voter.

Boycotter les élections. Pourquoi pas? Mais cela fait bientôt 18 ans que « Joseph Kabila » est à la tête du pays. Devrait-on le laisser pérenniser son pouvoir?

« Kabila » reste là parce que les Congolais ne veulent pas s’assumer. Je crois que vous avez la proposition que j’ai faite aux hommes politiques congolais. Les autres ont choisi de « vendre » leur pays. J’avais demandé aux membres de l’opposition de quitter les institutions. Le boycott des élections doit être l’occasion pour la population de se soulever. Vous suivez ce qui se passe aujourd’hui en France avec les « Gilets jaunes ». Quand ceux-ci ont constaté que ni les politiciens ni les syndicalistes ne répondent à leurs attentes, ils se sont assumés. Ici, il ne s’agit que des revendications à caractère social. Chez nous, l’enjeu porte sur la terre que nos ancêtres nous ont léguée. Il s’agit de notre propriété nationale. Si le peuple congolais faisait ce que font les « Gilets jaunes », ne croyez-vous pas qu’on irait vers la libération du peuple congolais?

D’aucuns pourraient vous rétorquer que comparaison n’est pas raison. Et que le peuple Congolais n’a pas une tradition de revendication de ses droits au même titre que le peuple français…

Aucune nation ne peut accepter ce que le peuple Congolais subit aujourd’hui. Ce qui se passe chez nous, ne peut pas se passer au Congo-Brazzaville ou dans n’importe quel autre pays d’Afrique. De nombreux Africains ne cessent de me poser une seule question: Que se passe-t-il chez vous? J’ai la conviction que notre jeunesse peut agir au même titre que les autres peuples.

On assiste depuis un certain temps à un retour en force du tribalisme et du régionalisme. Selon vous, « quelqu’un » voudrait-il élargir le fossé entre Congolais?

J’assimile le phénomène du « tribalisme » à un « virus ». Ce virus a déjà été injecté par le colonialisme. A l’époque coloniale, les Belges avaient utilisé le tribalisme comme moyen pour diviser et dominer la population. Depuis l’agression de 1996 et le dialogue inter-congolais de Sun City, les Rwandais et leurs commanditaires utilisent l’arme du mensonge. Ils veulent faire croire que les Congolais se battent entre eux. Chaque fois, ce mensonge est mis à rude épreuve. C’est pour cette raison qu’ils ont intérêt à voir les Congolais entrer en guerre entre eux pour leur permettre de réussir la phase de la balkanisation. L’histoire nous démontre que pour balkaniser un pays, il faut que les habitants soient prédisposés à la séparation. Jusqu’ici, notre peuple a résisté aux attaques extérieures. Et ce grâce au « sentiment national » – qui est l’héritage de Mobutu Sese Seko et la IIème République. Le régime rwandais a compris que la seule façon de pouvoir réussir la phase de la balkanisation est de propager le virus du tribalisme. C’est pour cette raison que je lance un appel solennel à tous les Congolais de sang de combattre par tous les moyens ce fléau du tribalisme d’où qu’il vienne. C’est le lieu d’épingler une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux où l’on voit des individus tenir un meeting en Kinyarwanda pour soutenir Ramazani Shadary. En Kinyarwanda s’il vous plaît, sur le territoire congolais. Cela veut dire qu’une partie de notre territoire est déjà occupée par des sujets rwandais. Demain, vous trouverez ces gens-là entrain d’exiger l’autodétermination de « leur » territoire. Ce sont ces individus-là qui entreront en conflit avec les « vrais Congolais ». Le régime rwandais a intérêt à voir ce genre de conflit s’étendre à d’autres régions afin de faciliter la balkanisation.

Dans votre discours, le mot « occupation » revient sans cesse. Que proposez-vous concrètement aux Congolais afin qu’ils arrachent leur « libération »? Est-ce la lutte armée ou des « jeûnes et prières » jusqu’à ce que Dieu rappelle « Kabila » à Lui?

Depuis 2001, je ne cesse de crier que « le Congo est occupé ». J’ai commencé à sensibiliser notre peuple au moment où l’occupation n’était encore qu’à son commencement. Les Congolais eux-mêmes se sont prêtés au jeu des Rwandais et des occupants. Ce sont ceux qui ont participé aux négociations à Sun City qui ont contribué à mettre l’armée congolaise sous le contrôle des Rwandais. Les délégués venus de Kinshasa avaient cédé tous les postes régaliens aux Rwandais. A savoir notamment la Sécurité et la Défense. Aujourd’hui, face à l’occupation, c’est tout le peuple congolais qui doit se mettre debout. Ce n’est pas l’affaire d’un homme mais bien de tout le monde. Il faut un soulèvement populaire qui devrait passer par la désobéissance civique.

Vous êtes mieux placé que quiconque pour savoir qu’un peuple ne se soulève jamais seul. Il a besoin d’un leadership censé  donner le « mot d’ordre »…

Le leader qui donne le mot d’ordre doit être entendu. Vous connaissez bien l’Histoire. Qui est  le leader qui avait donné l’ordre lors de la prise de la Bastille? Il n’y en a pas! C’est le peuple français qui s’était levé. Le peuple doit se lever lorsque les leaders prennent une mauvaise direction. Arrêtez de faire croire que notre peuple est composé de moutons de Panurge.

L’ambassade des Etats-Unis à Kinshasa a été fermée durant plusieurs jours suite aux « menaces terroristes » qui planeraient sur les édifices américains dans la capitale congolaise. Selon vous, s’agit-il d’une menace réelle ou d’une manipulation orchestrée par les « services »?

Je vous dis tout de suite que la menace terroriste est réelle. Il faut cependant craindre qu’elle soit instrumentalisée à l’Onu pour justifier des actions militaires sous d’autres cieux. Cette situation doit nous inciter, nous Congolais, à rester vigilants. Cette menace existe depuis plusieurs années. Pourquoi en parle-t-on maintenant? En juillet 2010, j’ai réalisé une étude secrète de quinze pages que j’ai communiquée à tous les services de renseignements occidentaux. J’y ai décrit tous les réseaux de renseignements d’Al Qaida et du Hezbollah à Kinshasa et dans les pays environnants. J’ai cité plusieurs sociétés dont « Congo Futur ». J’ai donné une liste des personnes qui font partie de ces sociétés. Certains « services » occidentaux avaient réagi pour confirmer l’authenticité et l’exactitude des éléments contenus dans ladite étude. Derrière cette menace se trouvent deux personnes: « Kabila » et [Paul] Kagame. J’ai tous les éléments. Tant que ces gens sont les alliés de « grands décideurs », on met le dossier au frigo. Ils le font sortir le dossier lorsque leurs intérêts sont menacés. Quand je prends le dossier de l’uranium, j’avais adressé un document complet au président George W. Bush. J’y avais annexé des documents officiels attestant l’implication de l’Etat congolais dans la vente illicite de l’uranium à certains « pays voyous ». Aujourd’hui quand ils réagissent c’est parce qu’ils ne sont plus en bons termes avec leurs alliés. Quelle est cette menace qui est devenue subitement alarmante? Ne s’agit-il pas d’un prétexte que l’on invoque pour camoufler l’importance de l’armada qu’ils sont en train de déployer en face de Pointe Noire et des avions avec des équipements sophistiqués? Je suis très inquiet avec les enjeux qu’il y a chez nous. Dernièrement, j’ai relevé la menace que Boko Haram fait planer sur Beni.

Deux jours avant la « découverte » des corps sans vie et mutilés des experts onusiens Zaida Catalan et Michaël Sharp, le président de l’assemblée provinciale du Kasaï Central avait annoncé la « décapitation » de 40 policiers par des prétendus  « miliciens Kamuina Nsapu ». Les identités, les numéros matricule de ces policiers n’ont jamais été divulgués. Pas un mot sur la date de l’inhumation. Devrait-on parler de manipulation destinée à conditionner l’opinion?

Nous sommes là face à une manipulation à grande échelle. Quelle était l’objet de la mission des experts  Zaida Catalan et Michaël Sharpau Kasaï Central? Par qui et pourquoi ont-ils été assassinés? Pourquoi l’enquête de l’Onu sur cette affaire présente beaucoup de lacunes? Qui a dissimulé les informations capitales de cette affaire au Conseil de sécurité? A la lumière de toutes ces questions, on voit en filigrane une mise en scène. Catalan et Sharp sont allés au Kasaï en vue d’enquêter sur des violations des droits humains sur la population civile imputées au 53ème bataillon de la FARDC à Kananga. C’est le haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme qui avait ordonné ces investigations. Les deux experts avaient reçu des informations non seulement sur l’existence de fosses communes mais aussi sur les véritables auteurs des massacres. La mort de ces deux envoyés onusiens ne peut profiter qu’à ceux qui avaient intérêt que le scandale soit étouffé. Il y a des indices clairs qui montrent qu’il y avait une complicité entre des Rwandais qui sont au pouvoir à Kinshasa et à Kigali et une certaine hiérarchie de la Monusco. Des détails se trouvent dans le rapport « Congo files » publié par un consortium de journalistes. Il y est question notamment d’un sujet rwandais nommé Bariyanga. Il était le commandant second du bataillon précité. Selon des sources, il existe au ministère de la Défense à Kinshasa, un service chargé de « congoliser » des patronymes à consonance rwandaise. Il est clair que ce double homicide a été accompli par des Rwandais. On fait porter le chapeau aux Congolais.

Que pensez-vous des sanctions infligées par l’Union européenne à plusieurs personnalités du régime »Kabila » dont Emmanuel Ramazani Shadary? Le Conseil de l’UE doit se réunir lundi 10 décembre afin d’examiner la possibilité de les renouveler. Faut-il les renouveler ou pas?

Je vous ai dit précédemment que ce qui se passe dans notre pays n’a lieu nulle part ailleurs. On juge et condamne des Congolais mais jamais les commanditaires. Pourquoi? Je prends le cas du « dauphin » de « Kabila ». On a sanctionné Ramazani Shadary. Celui-ci était ministre de l’Intérieur. Connaissant le système dictatorial dans lequel évoluent les membres du gouvernement, Shadary – qui était sous ordre – ne peut pas poser des actes criminels. Si on doit punir les criminels, on doit commencer par les commanditaires. Les occupants – qui sont les commanditaires – sont épargnés parce qu’ils sont alliés aux puissances extérieures. Quand celles-ci veulent agir chez nous, ils s’attaquent aux Congolais pour exercer des pressions sur leurs alliés. Je m’insurge contre ce système-là. C’est une mascarade que je rejette en bloc.

Quelle est votre commentaire sur le bilan des 18 années de pouvoir de « Joseph Kabila »? Dans l’interview qu’il a accordée au « Soir » de Bruxelles, ce dernier déclare que de 2001 à 2006, la stabilisation, la pacification et les élections constituaient les priorités. De 2006 à 2011, il a stabilisé davantage et amorcé la reconstruction. De 2012 à ce jour, il a « tenté » la modernisation.

Mon commentaire est très simple: « Kabila » a réussi sa « mission » au Congo-Kinshasa. Il était venu dans notre pays pour le faire occuper, le déstabiliser et le détruire. Sans omettre la mise en œuvre de la balkanisation et l’annexion d’une partie du pays au Rwanda. Voilà les missions pour lesquelles Kabila était venu dans notre pays. Il se moque du peuple congolais. La journaliste Colette Braeckman qui fut pointilleuse vis-à-vis de Mobutu semble aujourd’hui accommodante. Je me demande si cette journaliste a vu un camion rempli de cadavres à l’époque de Mobutu comme ce fut le cas en janvier 2015. Elle avait fait ses choux gras du « faux massacre des étudiants de Lubumbashi » où il n’y avait qu’un seul mort suite à une bagarre entre les pensionnaires de ce campus. Aujourd’hui, elle est devenue taciturne et aveugle vis-à-vis de millions de morts que nous avons connus. En conclusion, je constate que Kanambe a réussi sa mission de l’occupation du Congo. Il a réussi également sa mission de « chosification » de l’homme congolais. Il a utilisé le pouvoir et l’argent pour anesthésier tous les Congolais et les rendre aveugles. Je tiens à lancer un appel à mes compatriotes. Je leur dit que le temps est arrivé. Le 24 décembre prochain ce sera le jour de la vérité. Il est temps que les vrais Congolais et l’élite congolaise comprennent que les enjeux actuels sont importants. Nous devons nous mettre debout pour stopper la « machine » qui a déjà accompli la phase de l’occupation et voudrait passer à la phase de la balkanisation. Rendez-vous est pris le 24 décembre pour que le peuple congolais se réveille!

Propos recueillis par Baudouin Amba Wetshi

19 réflexions au sujet de « Honoré Ngbanda: « Je demande aux Congolais de boycotter les élections du 23 décembre » »

  1. A ce sujet, lissez:
    « Très Grand Peuple Congolais, le Peuple qui s’est toujours libéré ; encore une fois, c’est aujourd’hui la libération
    C’est, encore une fois, avec un cœur plein d’émotion positive d’espoir juste et de responsabilité pour notre Grand Congo que je vous adresse ce message ultime et solennel pour vous mobiliser et vous libérer et éradiquer ce système [de ‘’ Joseph Kabila’’] macabre, sanguinaire, de barbaries et des atrocités inimaginables qui s’est installé sur notre Cher Pays depuis deux décennies. Et c’est, tout simplement, inacceptable !
    En effet, il n’y a, ici au Congo RDC, aucune famille qui peut prétendre n’avoir pas subi des abus directs ou indirects allant des humiliations, des dégradations, aux emprisonnements et à des tueries sauvages programmés des types de Campus Universitaire de Kinshasa [le 13, 14, 15, 16, 17, 18,19…novembre 2018] récemment , à Beni, au Grand Kasaï et ailleurs sur tout le Grand Congo sous ce régime des mensonges énormes qui sortent de leurs légers et petits cerveaux d’une inutilité aggravée par l’inconscience permanente. Dans leur solidarité éprouvée, les Congolais vivants connaissent les atrocités, les barbaries et les désastres policiers et militaires qu’ils endurent sur tout le territoire national. Les hommes de ce régime sont partout, comme drogués [ils le sont !] ; ils tirent, ils torturent leurs victimes et les tuent atrocement.
    C’est encore le grand moment le plus suprême pour rappeler que le Grand Peuple Congolais n’est ni dupe ni idiot pour accepter de s’embarquer sur le bateau vers les enfers en passant par des fosses communes de partout sur tout le territoire national. Et les Congolais ne sont pas des brebis à se laisser abattre [dévorer] sauvagement par des fauves de toutes couleurs meurtrières. Non, les Congolais plus avertis ne laisseront plus jamais que leurs compatriotes de sang aillent se jeter dans l’abîme d’une falaise sans fin [la continuation de ce régime]. Ceux qui ont les saints sifflets [sifflets sacrés] vont se mettre à siffler sans cesse pour empêcher que le Grand Peuple ne soit entrainé dans sa destruction totale. Le régime de ‘’ Joseph Kabila’’, il faut se le dire, c’est le régime de la mort et des mensonges. Il ne faut pas y être ; il ne faut plus jamais voir cette ignominie de régime sur notre terre.
    Oui, le régime de Kinshasa, de ‘’Joseph Kabila’’, avec toutes ses formes et animateurs en ses seins ne peut que continuer à perpétrer sans cesse et avec arrogances des atrocités et barbaries ignobles qui continuent à perturber les consciences humaines nationales et internationales lors qu’elles en sont informées. Car, il n’y a aucune assurance logique et de l’intelligence juste pouvant nous prouver qu’un tentacule de ce monstre connu et identifié ne va pas tuer les Congolais comme l’a fait le monstre original, originel originaire [tous les trois], leur chef immoral ! L’autorité immorale.
    Le Grand Peuple du Congo, c’est votre combat final qui compte. C’est maintenant la vie, c’est-à-dire le refus total d’accepter d’être, encore une fois, massacrés massivement par ce régime animé par des personnes connues ; ou la mort c’est-à-dire accepter les mensonges qui vont vous amener dans les enfers sans fin, par les fosses communes et autres pratiques occultes qui demandent, toujours, à ‘’Joseph Kabila’’ des sacrifices humains. Les prisons et autres lieux des détentions ont été des lieux de ces sacrifices humains. Je connais les lieux tels que : ANR Lubumbashi, ANR Kinshasa, DEMIAP Kinshasa, GLM [Groupe Litho Moboti], Prison de Makala Kinshasa . Là on y entre ; on y meurt ou on y sort par miracle !
    Avec espoir que cet écrit soit traduit dans d’autres langues possibles, je vous supplie, le Grand Peuple Congolais, de cultiver et développer l’esprit d’ ‘’Orgueil Positif’’ le seul don, en vous, qui vous permettra de vous lever comme ‘’Un’’ pour refuser solennellement ce régime de mort et des atrocités insupportables qui est actuellement à Kinshasa, vous devez en mettre fin maintenant ; et je n’ai ni honte ni peur de le prêcher.
    Les femmes, hommes, vieux et jeunes, refusez ce régime ‘’ Joseph Kabila’’ qui n’a fait que perpétuer les atrocités ignobles et inimaginable contre les femmes et filles ; introduisant les armes dans leurs vagins pour détruire cette partie intime et sacré et pour faire peur aux hommes et les faire fuir. Les hommes, les enfants et les vieillards n’échappent à ces barbaries ignobles introduites au pays Grand Congo de l’Ouganda, Rwanda, Burundi et la Tanzanie et confiées au régime sale actuel à Kinshasa pour humilier et détruire les Congolais. Non, c’est inacceptable ! Il faut arrêter cela !
    Parce que les armes militaires et munitions de ce régime ‘’ Pol Pot’’ se retrouvent dans vagins et les anus des nos mamans, de nos femmes et de nos filles, pourquoi ne pas nous attendre à ce que ces gros camions militaires pour ‘’ élections’’ soient dirigés et introduits dans les vagins et les anus pour faire plus mal aux Congolais et aux Congolais ; tellement ces cruels assassins et criminels du régime de Kinshasa et leurs alliés sataniques sont idiots et capables de chercher à faire plus mal aux Congo et à son Peuple. Il ne faut pas voter pour cet arabisé de ‘’Tip-Tip’’ [Tipo-Tipo]. Jamais, jamais et jamais !
    D’ailleurs, il y a quelques mois, par ce criminel ‘’ Mujanja’’, la province de Maniema, une bonne partie de Katanga [Tanganika] et de Fizi sont en train d’être vendues à Magufuli [de Tanzanie]. Il faut nous y opposer farouchement ! Alors :
    .Femmes, Hommes et Enfants, Non au régime des atrocités insupportables ! C’est sa fin ; et c’est le moment !
    .Etudiants et Etudiantes, la fin du cauchemar de ce régime Kinshasa, c’est maintenant !
    Le 25 novembre 2018
    Golden Misabiko
    Défenseur International des Droits Humains ;
    Leader de la Société Civile/Congo ;
    Prix MEA 2006 ;
    Prix Nuclear-Free Future ;
    Lauréat pour l’environnement ;
    Anti-Nucléaire ;  »

  2. Faisant fi des fondamentaux constitutionnels relatifs d’une part, aux règles de fonctionnement des institutions de la République et d’autre part, en confirmant sa participation à l’appel électoral du 23 décembre 2018 dans les présentes conditions, l’Opposition Institutionnelle, tous partis confondus, vient de légitimer le Régime FCC au détriment de la Constitution.

    Il en est ainsi car le FCC (dont l’Autorité Morale est le Président de la République) est composé en sus des animateurs politiques, des fonctionnaires, des mandataires de l’État en exercice et autres hauts responsables des institutions officielles en fonction.

    Dans ce contexte, il ne peut s’agir de participation à des élections telles que prévues par la Constitution de la République mais bien de participer à une CEP (Consultation Élective Populaire) organisée par le Régime FCC.
    En effet, Le Président sortant de la RDC(Z), en acceptant publiquement et officiellement d’être L’Autorité Morale du FCC, en violation flagrante de l’Art. 96 de la CSTT qui le lui interdit, vient d’opérer un Coup d’Etat constitutionnel.
    La RDC(Z) n’est donc plus une République Constitutionnelle. Elle est présentement dirigée et administrée par le Régime FCC.
    Ainsi, les élections, qui s’y déroulent actuellement, sont des CEP (consultations Électives Populaires) organisées par le Régime FCC et son Autorité Morale.

    Dès lors, à l’issu de ces consultations, peut-on raisonnablement considérer que l’Autorité Morale du FCC sera disposé à donner les rênes du pays au gagnant autre que le candidat représentant le FCC ???

    Il nous semble difficile de l’imaginer entendu que nous avons compris que le candidat FCC n’est en définitif qu’un prête-nom… L’Autorité Morale du FCC resterait toujours le seul commandant réel du navire RDC(Z).

  3. Sextuple INGETA !!!!!!

     » Le Congo ne sera pas toujours faible comme il est aujourd’hui  ». Le grand Mopao D. Ekofo-fort.

  4. Personnellement même si je ne suis pas à 100% pour toutes les justifications de Ngbanda, j’approuvé globalement le principe du boycottage des élections essentiellement parce qu’un pouvoir arbitraire et criminogène en a piégé le processus. Il y’a très peu de chances qu’àvec tous les artifices dont il l’a affublé il soit transparent et équitable, il est conditionné pour que seul le régime le gagne.
    Seulement au stade où nous en sommes càd notamment où la campagne draine ses foules avec toutes les illusions de victoire avec, un désistement subit surtout qu’il ne concernerait encore alors qu’une partie de la population et de leurs leaders risque de ne profiter dans l’immédiat et le moyen-terme qu’au pouvoir.

    Sinon le principe me paraît tout à fait justifié dans la mesure où il signifierait le rejet de tout un système et pourrait ouvrir la voie à une désobéissance civique généralisée proche d’un soulèvement populaire général. La porte d’un effondrement du système.
    Une sensibilisation vigoureuse aurait alors été nécessaire en amont depuis longtemps pour convaincre une large majorité du pays. Dommage mais c’est encore possible et pourquoi pas sous d’autres formes après des élections contestées de tous. Encore que ce se soit de tous ou presque de tous dans un pays où la vénalité des politiques n’est plus à démontrer.

  5. Allons jusqu’au bout du processus, peut-être l’étincelle que l’ex-agent de la securitate mobutienne souhaite va s’allumer spontanément. Ces élections sont voulues par la majorité de notre peuple avec le souhait des USA et la communauté internationale et, alors, allons pour voir la vérité; peut-être aussi, les fameux MAV n’existent pas et on aura à prendre au mot Naanga et son complice kabila . le boycott, c’est comme si l’on veut prolonger Kanambe. Ne voyez-vous pas cet argument de monsieur Honoré se ressemble à celui de Lamuka en établissant un parallélisme ? Allons aux élections, l’ire populaire pourrait s’élever en cas de tricherie, tripatouillage, vu toutes les frustrations que notre population vit d’une façon spontanée.

  6. Comme le dit le Président National de l’APARECO, le Peuple Kongolais doit boycotter tous azimuts ces élections pièges à con truquées d’avance organisées par les Occupants Tutsi Power car le message de la Résistance Kongolaise en particulier, du Panafricanisme en général est arrivé en France et l’Union Européenne (la colonie des Américains et des Russes) via les « Gilets Jaunes » qui représentent le Peuple d’Occident !

    Le Peuple Kongolais de l’intérieur du pays est ballotté entre les vertus de la Vérité et les vices du Mensonge. Le monde est devenu multipolaire. En Occident le Peuple a compris ce qui ne va pas, il (Peuple) met le doigt sur la plaie béante d’immigration économique qui vient de l’Afrique via le Maghreb ayant une origine satano-occulte qui est la misère abjecte provoquée par le pillage des ressources de l’Afrique, par l’ingérence unilatérale des impérialistes dans les affaires intérieures des pays Africains Subsahariens, par le soutient indéfectible de leurs dirigeants pour les dictateurs Africains militairement élus qui sont leurs larbins…

    C’est ainsi que le mouvement des « Gilets Jaunes » dans sa Charte Officielle en 25 points https://www.lelibrepenseur.org/la-charte-officielle-des-25-revendications-des-gilets-jaunes/ au point IV GEOPOLITIQUE (Otan-FrançAfrique-Immigration-Politique Etrangère) dans son Article 23° stipule *FRANCAFRIQUE « Cesser le pillage et les ingérences politiques et militaires. Rendre l’argent des dictateurs et les biens mal acquis aux peuples Africains. Rapatrier immédiatement tous les soldats Français. Mettre fin au système du Franc CFA qui maintient l’Afrique dans la pauvreté. TISSER DES RAPPORTS D’EGAL A EGAL AVEC LES ETATS AFRICAINS »…* No comment

    Vive le soulèvement populaire éboulement final pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par les Tutsi Power. La luta continua, la victoria e Certa. Ingeta

  7. « Aucune nation ne peut accepter ce que le peuple Congolais subit aujourd’hui »
    Merci Honoré Ngbanda, car cette phrase je l’ai dite à ma femme il y a deux jours, comme si j’avais lu dans les pensées de Honoré Ngbanda, un grand visionnaire que le Congo ait jamais connu en dehors de Patrice Lumumba.
    Je lance un appel à Martin Fayulu, qu’il saisisse l’occasion maintenant que notre peuple se lève pour le conduire vers le soulèvement populaire,

    1. @nkomi mbuta.
      Les noms Congo ou Zaïre trouvent leur origine où? En tout pas quelque part dans le Nord-Ubangi.

      Avant de débaptiser le pays(RDC est devenue Zaïre),Mobutu avait changé aussi les noms de villes.
      Léopoldville=Kinshasa, Thysville=Mbanza-Ngungu, Coquilhatville=Mbandaka, Stanleyville=Kisangani,Paulis=Isiro, Ponthierville=Punia, Lulabourg=Kananga, Baudouinville=Moba; Albertville=Kalemie, Elisabethville=Lubumbashi,Banzyville=Mobaye-Mbongo…
      Pourquoi vous ne reprenez pas ces anciennes appellations de nos agglomérations? Nos malheurs viennent-ils du nom du pays? Si c’était le cas,le nom Congo est source de malédiction.

      EIC:(1885-1908):génocide sous le règne du Roi prédateur,le barbu de Laken. Congo belge(1908-1960):notre humiliation sous la colonisation. Congo-Léopolville(1960-1964):sécessions,rebellions,plus d’un millions des morts. RDC(1997-):colonisation rwnadaise,pillages,génocide(6 millions des victimes),viols,déplacements massifs des populations,désastre écologique.

  8. PAPA NGBANDA, JE SUIS SOUVENT VOS INTERVENTIONS, MAIS JUSQU’AU JOUR D’AUJOURD’HUI J’ATTENDS DESEPEREMENT DES SOLUTIONS CONCRETES ET EXPEDITIVES. SI ON BOYCOTTE, ILS DIRONT SANS DOUTE :  » LE PRESIDENT RESTE EN PLACE JUSQU’A L’INSTALLATION DU NOUVEAU PRESIDENT ELU »; SI ON VA AUX ELECTIONS, CERTAINEMENT SHADARY L’EMPORTERA PAR LA FRAUDE DE LEURS MACHINES. ALORS PAPA NGBANDA, TROUVEZ NOUS UNE SOLUTION CONCRETE, EFFICACE ET EXPEDITIVE. ON EN A MARRE AVEC DES DISCOURS ET DE DENONCIATIONS.

  9. Chers Compatriotes,
    Je suis surpris par ce que j’entends de notre compatriote « Zenga Mambu ». Il compte sur la possibilité improbable que l’étincelle s’allume à l’improviste sans préparation. A ce niveau, l’improvisation engendre le chaos. Car, elle peut conduire à ce que l’on n’a pas prévu, que l’on n’a pas préparé et que l’on ne saura jamais contenir, contrôler et arrêter. Lorsqu’il dit que les élections sont voulues par la majorité de notre peuple, il me surprend. Depuis quand est-ce que la volonté de ce peuple a été suivie? La volonté du peuple c’est la constitution. Et nous sommes tous témoins de la manière dont celle-ci est bafouée et foulée aux pieds. L’ancien ministre de la défense du Zaïre n’est pas à côté quand il constate des anomalies comme: Kamerhe qui devient l’allié de Félix, sans avoir jamais prouvé ni la procédure qui a fait de lui un congolais, et sans avoir écrit un livre pour dire pourquoi il aurait quitté Kabila; du côté de Fayulu, c’est une cacophonie incroyable. Pierre Lumbi, directeur de cabinet de Fayulu ! Mais la comparaison avec le cirque est bien fondé. En 2006, les Congolais ont été trahi par celui qui devait les libérer par les armes. Car, Kabila était venu armes à la main. C’est en ce moment là que l’on avait raté l’occasion de le chasser. Ici, notre compatriote qui avait pris l’initiative de le faire s’est désarmé lui-même, lui qui a étudié plus que Kabila, et il a été roulé dans la farine jusqu’à se retrouver en prison à la Haye alors qu’il devrait se voir acquitté après autant d’années. En 2011, c’est la blague jouée jusqu’à la musculation. Le président élu, a fait aussi de l’amateurisme comme s’il n’avait pas étudié à l’université. Je n’ai pas le temps de présenter mon analyse ici. Erreurs, sur Erreurs de la part du président élu. Résultat des courses, il est assiégé et il n’a jamais récupéré son imperium jusqu’à sa mort. Pour les deux précédentes élections, la CENI a été sous la direction des personnages sous la coupe du Raïs et l’opposition avait vu cela sans le combattre. Maintenant ce sont les candidats de l’opposition qui sont bien pris en otage par les serviteurs fervents du Raïs. Attendre de ces élections la victoire de la volonté du peuple est de la naïveté, et même de l’infantilisme. Je plaide depuis des mois pour une transition qui devra être dirigée par un tandem Monsengwo – Ekofo pour la mise au point des institutions du pays. Le Raïs doit être mis dehors par un soulèvement populaire ou des négociations sous l’égide de la Communauté Internationale. Ceci ne peut pas se faire sans pression du peuple et sans soulèvement. Notre peuple est-il capable de cela maintenant ? C’est une autre question. Que Dieu nous vienne en aide..

  10. Grand merci Cher BAW de nous brandir ci-haut le texte de l’interview obtenu du Compatriote Ngbanda, nous offrant l’opportunité de nous adresser particulièrement à sa personnei.

    De prime abord compatriote Honoré Ngbanda, j’ai l’honneur de vous adresser mes sincères félicitations pour l’important travail que vous avez réalisé jusqu’ici pour faire prendre conscience à vos frères congolais du danger qu’encourt notre nation, celui de l’occupation de notre pays comme étape à un dépéçage de notre territoire au profit des tutsis du Rwanda et allíés. Ce travail témoigne de votre amour pour votre patrie à la fois que vous rendez à votre pays, ce qu’il vous a donné, votre haute formation en les domaines du renseignement et de la sécurité. Votre labeur mérite réellement reconnaissance et admiration à l’idée que malgré votre haut prix pour au minimum acherer votre silence par les occupants, vous avez résisté farouchement à la tentation, à différence de plusieurs de vos anciens collègues de la deuxième République, qui ont dévoilé leur vile personne en allant s’agenouiller devant quelques misérables billets de dollars de corruption par les assaillants rwandais, au détriment de la survie même de la configuration territoriale de notre nation.

    Au delà des éloges ci-dessus, dois-je vous dire que je me vois dans l’obligation de vous formuler quelques observations et recommandations dans le but de conjuguer nos synergies afin de rendre concrêt l’objectif supérieur escompté, STOPPER NET LE PROCESSUS D’OCCUPATION DE NOTRE PAYS, METTRE AUX ARRÊTS ET A LA DISPOSITION DE LA JUSTICE LES USURPATEURS ET SPÉCIALEMENT CEUX RWANDAIS QUI SE SONT MUÉS EN « CONGORAIS ». Il va sans dire qu’à propos de nos richesses soutirées directement en forme de ressources naturelles et celles puisées par les occupants à travers nos organismes des finances publiques, nous ne consetirons pas le principe de la « tabula rasa », de repartir de zéro. A défaut d’obtenir l’intégrale restitution des fonds assortie des pénalités conséquentes, en droit de légitime défense et de réciprocité sommes-nous d’opposer la guerre au Rwanda principalement. À noter à ce propos que l’Ouganda qui vient d’écoper de la condamnation de la Cour Internationale de Justice sur ses exactions sur notre sol, devra payer jusqu’au dernier centime. Il urge à ce propos que les congolais obtenions les rênnes de la direction de notre pays.

    Par ailleurs, votre main infiniment tendue envers ceux de nos compatriotes qui ont consciemment choisi le camp de l’occupation au détriment des intérêts de nos populations et de la survie même de notre nation est criticable. Outre que ces personnes savent avec discernement ce qu’elles font, votre pardon et incitation à ce vis-à-vis de ces « sans coeurs », les consolident sans doute dans leur conviction qu’ils sont indispensables et incontournables. De là, vous minez vous-même l’efficacité de votre appel au soulèvement d’un peuple désemparé et qui ne sait discerner quel message prendre en considération. La révolution est une situation politique universellement reconnue et se consolide comme moyen suprême de « révision » de la constitution. L’assemblée constituante qui en découlerait est d’une souveraineté absolue. Il est donc non indiqué de votre part de conditionner et guider la volonté souveraine du peuple congolais avec pouvoir d’autodétermination, sur les traîtres congolais assimilables à l’ennemi.

    Abondant dans le même sens et considérant votre matinale vraie connaissance de la situation de processus d’occupation de notre pays, votre « appui » ou « acceptation » en dernier ressort des élections de 2006 et 2011 est d’une haute incohérence. Je suis d’avis que si vous êtes internement convaincu de votre vouloir de lutter et de sauver votre pays, aucune limite externe ne devrait vous conditionner. Vous auriez certainement fléchi devant le « qu’en dira t-on ». Pendant ce temps gratuitement accordé à l’ennemi rwandais par votre « acceptation », et puisque vous saviez pertinnement que lesdits rwandais n’allaient jamais perdre « leurs élections » qu’ils détenaient en main, période qui s’étalerait sur plus d’une dizaine d’années, sommes-nous conscients des domages subis par notre nations des mains de ces occupants? Assassinats, viols, main misie des tutsis sur nos finances publiques, nos minerais, etc. Sur ce, le Rwanda n’est-il pas devenu par coup de baguette magique un de grands exportateurs de minerais et que son budget national en la rubrique mines n’enregistre-il pas des croissances sur trois points?

    De ce qui précède, je crois que la situation de notre pays ne peut tolérer d’accorder une seule minute de permanence des occupants rwandais sur notre sol. Nous ne devons en aucun cas transiger sur l’intégrité de notre territoire. L’option ou la « théorie évolutive de la lutte que brandissent démagogiquement les collabos dits « opposition » dans l’élan d’exécution des consignes leur dictées par les tutsis ne tient pas pied. Notre riposte se doit d’être catastrophique et même traumatique. A noter que les tutsis eux, de leur côté, appliquent la stratégie catastrophique. Ils tuent, violent, chassent les congolais de leurs terres, terrorisent, empoisonnent, multiplient les fosses communes,…

    A propos de votre affirmation que Mobutu nous a légué l’héritage du sentiment national, bien que ceci devrait être sujet à discussion interne exclusivement entre congolais, je crois que nous devrions ne pas « limiter » notre champs de vue de notre histoire et ce, en bénéfice de notre futur. Si vrai il est que sous Mobutu, nous avons vécu unis et avons forgé notre sentiment national, il est erronné de lui attribuer totalement le mérite. En ce domaine, il ne convient pas de soutenir que la fin justifie les moyens. Avoir soumis le peuple à une autocratie de fer sous un régime de corruption détient une part de cause de notre dégringolade, bien que pendant les longues années du règne du Maréchal, le peuple se soit uni dans la pauvreté. Il est prudent par conséquent d’invoquer en même temps d’autres noms, les noms de ceux qui ont réellement fait que le Congo soit Congo dans son actuelle configuration, alors que ces personnes disposaient du pouvoir et opportunité d’en décider autrement. Je citerais particulièrement Joseph Kasa-Vubu. Lumumba aussi en passant, pourrait bien être cité pour avoir véhiculé un message nationaliste. C’est un sujet à développer. Pour le moment, nous devrions nous centrer sur défenestrer les rwandais de notre sol. Rendez-vous est donné pour ce faire le 23 décembre prochain. A ce propos, la musique congolaise d’il y a peu disait: « Pépé ee, marteau. Nga moko, kibota ».

    1. PS

      Compat Ngbanda,

      Les circonstences historiques font de vous la personne en vue pour conduire la libération réelle de notre pays. Il s’agit d’assumer pleinement vos responsabilités.

      En prévision de l’après 23 décembre 2018, le cours des événements vous oblige à leader un gouvernement (ou jeunte de libération) depuis l’extérieur. Nous devons aller plus dans le concrêt.

  11. Le président de l’apareco et tous les souhaiteurs du soulèvement populaire aurait pu profiter de la campagne élctorale pour arriver à cette fin, car tous les ingrédients sont ou seront réunis, avec l tension actuelle, et les éventuelles contestations des résultats des élections. Mais, ils espèrent qu’on ne saurait qui fasse ce travail. Mauvaise foi ou des rêveurs?

    1. UN HOMME DU PASSÉ ET DEPASSÉ ?

      1 > LA MENACE TERRORISTE ET LA CHUTE DE MOBUTU

      Pour ceux qui avaient eu l´occasion de s´entrainer au centre de la DSP á Kibomango, la défaite de la DSP et pire l´absence des conseillers militaires Israeliens ne s´expliquent pas..
      La seule explication logique est que l´État d´Israel et Tsahal avaient tournés le dos á Mobutu. > Pourquoi mr Ngbanda ne raconte pas comment les généraux orginaires de l´Equateur faisaient des « affaires » avec les LIBANAIS « zairois »?
      En effet, les affaires des diamants de la communauté libanaise au Zaire ( et actuellement au Congo) est la cause principale de la « defection » d´Israel. Ce que ces libanais qui avaient la « protection » des généraux de Mobutu, financaient l´organisation HEZBOLLAH avec l´argent des diamants du Zaire. Hezbollah qui est toujours en guerre financé par les diamants du Zaire ? Israel ne pouvait pas accepter cette menace et cette « trahison » de Mobutu que Tsahal a toujours aidée depuis son coup d´État en 1965.
      Quand mr Ngbanda parle de la menace terroriste, il devrait aussi expliquer comment eux avaient aidés les terroristes libanais.. avec comme conséquence la défaite de la DSP et la chute de Mobutu.

      > LA BASTILLE
      Franchement…mr Nbganda a une lecture étrange des pages de l´histoire de France. La prise de la Bastille a été precedée d´une longue preparation des écoles ésoteriques en France. En tête se trouvait les Franc Macons opposés á l´influence de l´Église Catholique et á la pointe pour lancer la revolution.
      Cette illusion d´une revolution sur Youtube où on rêve d´être De Gaule sans toute fois posseder des alliés puissants devrait cesser maintenant.

      Ces élections où un congolais 100 %, un battant qui a fait ses preuves dans la rue,, mieux ? Un congolais qui a assumé des hautes fonctions dans une grande entreprise aux USA.. Allons donc mr Ngbanda, FAYULU n´est pas un rwandais ou un produit du Rwanda.
      Observez attentivement comment les congolais á l´Est du pays chantent pour FAYULU.. Ce candidat est mieux placé pour défendre les congolais et prendre place autour d´une table où il peut discuter sans complexe avec les USA…en anglais sans interprete.
      Ayant fait sa carrière dans une grande multi-nationale, Fayulu est mieux placé pour faire face á ce combat de la « liberation » du Congo

  12. Ghost dit, nous savons tres bien que tu es Rwandais et Que tu veux nous distraire avec tes faux enseignements.

    J’espere les analyses de Mr Ngunda surpasse les ton nivrau ainsi Que celui de tous les intellectuals Congolais .

    Vraiment, il a raison de dire les Congolais ont une courte memoire. Bientot vous allez encore vous encore pleurez comme jadis. J’ose croire que vous avez les oreilles et les yeux pour ………..

    1. James@

      COURTE MEMOIRE ?

      Ghost possede un long « memoire » quand nos parents étaient chassés des rangs des FAZ…et les enfants se sont retrouvés dans la rue.. Nous …enfants de ceux qui avaient été chassés avons tentés une fois de plus de servir le Zaire dans les rangs de la Garde Civile.. le même tribalisme des gens comme Nbganda était au rendez-vous.

      Notre « memoire » nous aide á affirmer que Mobutu a chuté quand ses généraux et les gens comme Nbganda avaient menacés la sécurité d´Israel en faisant des affaires avec les libanais du Hezbollah..
      > Même cause, même effet…Quand Kabila fait des affaires avec l´Iran, il ne peut que s´attendre au même traitement..

      CONNAISSANCES ?
      Mr Ngbanda mise sur l´absence de la culture des congolais.. La prise de la Bastille a été preparée soigneusement par la Franc Maconerie et non improvisée par le « peuple »…

      Quand mr James promet aux congolais de « pleurer » vous croyez que nous allons laisser Ngbanda devenir un autre « Mobutu » et instaurer une nouvelle dictature quand nous sommes entrain d´en finir avec le clan Kabila? Kie kie
      Nous serons au rendez-vous.. Wait and see

      1. C’est d’une bassesse immonde que d’individualiser la situation ou mieux dit, de justifier une étape de l’histoire d’un pays par son vécu personnel. S’il est indéniable que l’accès professionnel aux différentes Administrations Publiques du Zaïre l’a été pratiquement par désignation directe sans riguoureuses règles de concours public, la question est de savoir qui en endosse la responsabilité.

        En plein 20ème siècle, et deux siècles après l’émergence du constitutionnalisme, le Zaïre de Mobutu a été régi par un manifeste, un système calqué sur une grande dictature de l’histoire, celle du Général Franco d’Espagne, ami personnel d’Hitler. Considérant que la Constitution comme texte fondamental recteur de l’ordre juridique d’un pays, c’est vers le manifeste de la N’sele ou mieux dit, auprès de ses concepteurs qu’il faudrait se diriger pour exiger toute responsabilité sur le disfonctionnement et la cacophonie juridique qui s’en est suivi, et comme cas particulier celui exposé ici d’embauche au sein des forces de sécurités de l’Etat par un critère régional ou local, voire tribal.

        Que Messieurs Tshisekedi et N’singa Udju aient rédigé le manifeste de la N’sele qui a articulé le régime du MPR Parti-Etat, leur responsabilité comme noyau intellectuel autour du puchiste Mobutu est dès lors engagé. Si en tant que juristes, ils se sont tus durant plus de dix ans sur les dégats de leur invention imposée aux zaïrois, les responsabilités, il ne faut pas aller les chercher ailleurs. Pire, il est d’un cynisme inommable que ces personnages aient toléré la fermeture des universités et se faire appeler ensuite « Moïse », « Père de la démocratie congolaise ». De qui se moque t-on?

        Par ailleurs, sur ce site, ou ailleurs, des personnes qui se présentent comme juristes vantent une certaine Constitution des tutsis. Il y en a même qui vont jusqu’à la qualifier de l’une des meilleures du monde! Depuis l’histoire, les constitutions ont été de trois natures, à savoir, un texte issu des représentants du peuple (le cas des vraies démocraties), un texte négocié entre le monarque et les représentant du peuple, et enfin une charte autorisée (par le monarque), c’est-à-dire, une simple concession de celui-ci. La « constitution » actuelle est une charte autorisée de l’occupation tutsie. Le Manifeste de la N’sele lui, a été une charte autorisée par Mobutu et son cercle proche d’ami. Par conséquent, Monsieur tshisekedi avait un grand devoir de demander pardon au peuple pour leur diabolique conception avant de laisser ce monde.

  13. Merci mamale pour la clarification. C,a.s il n’a pas des saints. Nous ne certainent pas etre divises lorsque nous luttons pour la cause commune, a moins ceratins parmis nous des cembattants factice. Cependant, il comvimetnt de preciser que Nguanda est rests constant dans cette lutte aucours des c’est denieres annees.

    Elili et Gaust dit peuvent ils en dire autant?
    Qu’est ce que Elili a fait ou contribue dans cette lutte, ce qui peut etre comparer a ce que Nguanda met tout le jours dans ce long combat,sauf a le critiquer chaque fois qu’il en a l’occasion. Est ce que Elili peut vraiment rivaliser ou etre capable faire un debat politique, voir meme general avec Nguanda? J’aimerais le voir contester mes commentaires?

    Ghost dit, t n’a pas encore repondu a ma question concernant ya nationalite.

Les commentaires sont fermés