39ème Anniversaire de la création de l’UDPS (15 Février 1982 – 15 Février 2021)

Dr François Mpuila

Notre devoir de mémoire, d’hommage, d’humilité, de reconnaissance et de gratitude envers tous les Anciens de l’UDPS.

Même dans un conte de fée, personne n’aurait pu imaginer le meilleur scénario que celui qui a marqué les origines de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, en sigle UDPS.

C’est le moment pour nous de penser:

  • Aux Treize Parlementaires Auteurs de la Lettre Ouverte adressée le 1er Novembre 1980 au Président Mobutu et Initiateurs du Mouvement d’Opposition politique démocratique contre le régime tyrannique de Mobutu et la mégestion du Pays par le MPR Parti-Etat;
  • A tous les Fondateurs et Co-Fondateurs de l’UDPS le 15 Février 1982 en tant qu’un parti politique d’Opposition démocratique structuré et organisé contre le MPR Parti-Etat;;
  • A tous les Cadres qui ont assumé des responsabilités au sein de l’UDPS aussi bien au sein de la Direction Politique qu’au sein des Cellules, des Sections, des Fédérations (à intérieur du Pays et dans la Diaspora Congolaise)
  • A tous les Membres et à tous les Martyrs de l’UDPS (Membres et Martyrs connus et inconnus) qui ont refusé de trahir la Vision et l’Idéal de l’UDPS; de se décourager devant la répression multiforme, les vicissitudes, les difficultés et les obstacles; de baisser la tête et de courber l’échine devant les adversaires et les ennemis; ils sont allés jusqu’au sacrifice suprême de leur vie pour le triomphe de notre Cause noble et juste et ils sont tombés avec dignité et honneur sur le champ de la bataille, tête haute, imperturbablement dressée en avant, et tenant entre leurs mains le Flambeau de notre Combat politique, le Drapeau de l’UDPS et le Drapeau de la Patrie;
  • Enfin au Soldat inconnu de l’UDPS: il représente ces membres de l’UDPS et tous nos Compatriotes qui ont intériorisé la Vision de l’UDPS et se sont engagés publiquement ou dans la discrétion, le secret et le silence dans le Combat politique pour le Changement démocratique. Nombreux d’entre eux ne se sont jamais affichés publiquement comme étant des membres de l’UDPS. Leurs noms ne figurent pas dans les Annales officielles de l’UDPS. Certains parmi eux ont été victimes de la répression sous toutes ses différentes formes (publique et brutale, ou insidieuse, subtile et masquée; perte d’emploi, blocage du salaire, renvoi de l’université, devenir un handicapé, perte de la vie…. Le Soldat inconnu de l’UDPS les représente tous par et grâce à son anonymat.

Les éléments suivants, apparemment sans aucun lien entre eux et éloignés les uns des autres, ont marqué les origines de l’UDPS:

En général: quelques jalons d’ « une guerre de trente ans »

Entre le 4 Janvier 1959 et le 6 Décembre 1992, le Pays a connu « sa guerre de trente ans »: aux révoltes populaires, aux contestations estudiantines, à la fronde parlementaire, aux grèves des ouvriers, à l’autocritique des milieux universitaires notamment lors du Congrès des Africanistes en 1978, lors du Colloque National sur l’Authenticité en 1981, lors du Symposium international sur les théologies africaines en 1985, lors du Séminaire des professeurs de la Faculté des Sciences Economiques en 1987, il faut ajouter la résistance d’un certain nombre d’artistes et d’écrivains, mais aussi les protestations spectaculaires et téméraires des femmes kinoises surtout entre 1987 et 1990;

Les résultats issus des élections législatives, sénatoriales et provinciales organisées du 11 au 22 mai 1960; Les résolutions du Conclave de Lovanium organisé du 22 Juillet 1961 au 2 Août 1961; La Constitution de Luluabourg promulguée le 1er Août 1964;

Les deux Guerres du Shaba en 1977-1978; Le Discours sur le Mal Zaïrois prononcé le du 25 Novembre 1977 par le Président-Fondateur du M.P.R. Parti-Etat devant les Participants au 2ème Congrès Ordinaire du Parti tenu du 22 au 27 Novembre 1977; Les Interpellations des Ministres et des PDG des Entreprises de l’Etat en 1978-1979 par les Députés de l’Assemblée Nationale;

La Lettre des Treize Parlementaires adressée le 1er Novembre 1980 au Président Mobutu; L’expression populaire à travers les Assemblées publiques et les 6128 mémorandums lors des Consultations populaires de Janvier-Févier 1990; Le Discours de Mobutu le 24 Avril 1990; La tenue de la Conférence Nationale Souveraine (CNS, 7 Août 1991-6 Décembre 1992) et ses Résolutions historiques qui sont les Fondements d’un Etat de droit démocratique moderne et prospère.

Après la CNS, il n’y a eu, en RDC, jusqu’à ce jour, aucun autre projet national de société comparable ou meilleur à celui de la CNS.

Focalisons-nous sur les événements très proches, dans le temps, de la création de l’UDPS:

  • Les Deux Guerres du Shaba en 1977 et 1978

Ces deux Guerres sont dues à de mauvaises relations existant entre le Gouvernement Angolais d’alors et le régime Mobutu, à l’existence des Rebelles Congolais (Ex-Gendarmes Katangais Membres du FNLC) réfugiés en Angolais et à l’existence des Rebelles Angolais Membres du FNLA au Zaïre (aujourd’hui Congo/Kinshasa, RDC).

  • Le Discours de Mobutu sur « Le Mal Zaïrois » le 25 Novembre 1977

Vu l’appui massif apporté aux Rebelles venus de l’Angola par la population congolaise au Shaba et même à travers tout le Pays, la défaite militaire des FAZ due aux détournements, par les Généraux, des vivres envoyés aux troupes au front et le degré profond et généralisé de la corruption, Mobutu prit la décision de prononcer un Discours sur le « Mal Zaïrois » et proposer trois grands remèdes.

Ce Discours fut prononcé le 25 Novembre 1977 par le Président-Fondateur du M.P.R. Parti-Etat devant les Participants au 2ème Congrès Ordinaire du Parti tenu du 22 au 27 Novembre 1977 à Kinshasa. Ce fut un discours percutant et qui servit de référence obligée dans de nombreuses déclarations publiques et d’écrits pendant les deux années qui suivirent.

Mobutu y dénonça avec vigueur « Le règne de l’arbitraire, l’absence d’une quelconque loi ou d’un quelconque droit; la corruption structurelle généralisée, l’absence de toute organisation, les antivaleurs dont le M.P.R Parti-Etat avait imprégné toute la société nationale », en d’autres mots « la profonde inversion des valeurs dans la société zaïroise ».

Au terme de ce réquisitoire implacable contre « une bourgeoisie Zaïroise qui veut s’enrichir sans travailler, consommer sans produire. Diriger sans être contrôler », Mobutu conclut à la nature éminemment politique du « Mal Zaïrois ».

C’est pourquoi le diagnostic posé plus haut requiert un remède approprié, administré avec soin et rigueur. (…)

En effet, contre les folies et l’incompétence de certains dirigeants, il n’y a pas de garde-fou plus efficace que le peuple lui-même. En outre, seule la règle du droit peut arrêter les abus, non pas un droit théorique, mais celui qu’un peuple discipliné sait garantir lui-même.

Et Mobutu proposa trois remèdes politiques:

  • La responsabilisation des organes et des cadres dirigeants de l’Etat et du Parti « Sans crainte quelconque d’une désapprobation imaginaire qui n’existe que dans la tête de ceux qui veulent décourager les bonnes volontés »
  • L’instauration d’une véritable justice préventive et curative: Je vais créer une institution nouvelle de protection, une sorte « d’œil du peuple » chargée (…) de recevoir directement les requérants Zaïrois ou étrangers pour tous les abus dont ils seraient l’objet des autorités judiciaires, administratives, militaires ou autres, lorsque toutes les voies de recours traditionnelles auront échoué;
  • Enfin et surtout, « la mise en pratique effective de toutes les libertés individuelles prévues par la Constitution et, parmi elles, la liberté des libertés:la liberté d’opinion, c’est-à-dire le droit pour les gouvernés de critiquer constructivement les gouvernants ».
  • Réinstauration des prérogatives reconnues au Parlement

Une Bombe au sein des Institutions étatiques du Parti-Etat MPR: la présence, au sein de ces institutions, d’une équipe de Parlementaires: les hommes sûrs, convaincus, courageux, déterminés et prêts d’aller jusqu’au bout avec leurs convictions, leurs objectifs et les sacrifices que leur engagement politique impose pour servir la Cause noble et Juste.

Cet exemple venant des Parlementaires Fondateurs de l’UDPS et de tant d’autres pays dans le Monde montre trop suffisamment – aussi bien aux Cadres acquis au Changement démocratique qui tiennent à poursuivre le Combat démocratique à partir de l’intérieur des Institutions étatique et qu’à ceux qui leur en font le reproche – que l’extérieur des Institutions étatiques n’est pas le lieu naturel, obligatoire et exclusif pour mener le Combat de la libération nationale. C’est même l’intérieur des Institutions étatiques qui est le lieu approprié et privilégié pour mener ce Combat grâce à la légitimité, au pouvoir, à la force, aux moyens et aux instruments que ces Institutions étatiques confèrent.

Et la jonction de deux Groupes – celui qui mène le Combat à partir de l’extérieur des Institutions étatiques et celui qui mène le Combat à partir de l’intérieur des Institutions – constitue la stratégie diversifiée pour asphyxier et bloquer l’action des ennemis et des adversaires et atteindre l’objectif poursuivi.

Le Discours sur le Mal Zaïrois et surtout les remèdes proposés eurent des répercussions importantes dans la Marche du Pays.

En effet, certains Parlementaires prirent Mobutu au mot. Le Parlement exigea de Mobutu qu’il laisse le Parlement exercer toutes ses prérogatives constitutionnelles et que cette autorisation soit matérialisée et concrétisée par une Lois promulguée et signée par Mobutu lui-même: ce qui fut fait par la Loi n° 78-011 du 4 Juin 1978 relative à la procédure du pouvoir de contrôle du Conseil Législatif sur le Conseil Exécutif, le Conseil Judiciaire et les Services Publics de l’Etat (Entreprises étatiques, Entreprises parastatales et Etablissements d’utilité publique), Cfr.: Journal Officiel de la République du Zaïre, n° 13, du 1er Juillet 1978.

Dans l’exposé des motifs, il fut clairement explicité que la nouvelle Loi, qui ne fit qu’avaliser l’article 84 de la Constitution jamais appliqué, rentrait dans le cadre du Discours du 25 Novembre 1977 sur le « Mal Zaïrois ».

Les instruments de contrôle conférés au Conseil Législatif furent ceux en usage dans tous les Parlements, à savoir: la question écrite, la question orale, l’interpellation parlementaire et la commission d’enquête.

Parallèlement à ces moyens, Mobutu organisa à partir d’Avril 1978 des rencontres régulières, sur le Bateau Présidentiel, avec les Membres du Bureau du Conseil Législatif et avec une Commission restreinte de cinquante Parlementaires siégeant par rotation et à huis clos, et chargée de préparer toutes les questions pour lesquelles les Parlementaires estimaient devoir obtenir des éclaircissements du Président de la République.

  • Les interpellations

Entre 1978 et 1979, le Parlement connut un moment d’exercice démocratique en usant notamment du droit à l’interpellation qui venait de lui être octroyé. Ces interpellations se transformèrent en procès contre le régime. Les menaces de Mobutu contre les Parlementaires furent vaines. Les interpellations furent vite interrompues par Mobutu. Pour faire contrepoids au Parlement, en Août 1980, fut créé le Comité Central du MPR.

  • Les Massacres de Katekelayi et leurs conséquences

En Juillet 1979, alors que la session parlementaire n’était pas encore terminée, plus de 200 personnes trouvèrent la mort à la suite d’une fusillade meurtrière par les Militaires congolais sur les creuseurs du diamant à Katekelayi, Kasaï Oriental, et d’un mouvement de panique provoquant de nombreuses noyades. La version officielle du régime parlait de 3 victimes.

Certains Parlementaires et Personnalités politiques de la Région exprimèrent ouvertement leur indignation contre ces massacres. Cinq Parlementaires (Milambu, Ngalula, Tshibuyi et Tshisekedi) adressèrent, le 23 Juillet 1979, au Président du Conseil Législatif une lettre dans laquelle ils exprimaient leur indignation et exigeaient une enquête parlementaire immédiate sur ces massacres. Ils réservèrent des copies de cette lettre au Président Mobutu et à tous les organes du Parti-Etat MPR.

Cette lettre, très largement diffusée à l’Etranger par le Comité Zaïre à partir de la Belgique, donna de Mobutu et de son régime une image négative au sein de la FIDH et de la Communauté internationale à une période où Mobutu attendait l’aide internationale pour son Plan Mobutu.

Mobutu convoqua les Elus du Kasaï Oriental au Camp Militaire Tshiatshi. Ce fut le premier face-à-face direct entre Mobutu et ces Elus. Mobutu essuya un échec dans ses intimidations, pressions, menaces et tentatives visant à amener les Députés du Kasaï Orientai signataires de la Lettre sur les massacres de Katekelayi à se dédire. Le fossé entre Mobutu et ces Parlementaires s’approfondit encore davantage.

  • L’Interview de notre Leader Etienne Tshisekedi à la Libre Belgique le 2 Octobre 1980

Dans cette interview accordée à la presse belge par M. Etienne Tshisekedi lors de son passage en Belgique, le Député congolais critique très sévèrement et publiquement M. Mobutu et son régime et expose sa propre conception du pouvoir. A son retour à Kinshasa, M. Etienne Tshisekedi a amené plusieurs exemplaires du Journal belge contenant son interview. A sa descente à l’Aéroport de Kinshasa, M. Etienne Tshisekedi a vu les militaires et les agents des Services de Sécurité se jetaient sur lui et raflaient tous les exemplaires du Journal. Ce qui donna raison à M. Etienne Tshisekedi lorsqu’il a déclaré à la Presse belge que Mobutu avait imposé à notre Peuple un pouvoir monolithique et utilisait toute la presse nationale comme étant les caisses de résonnance de la pensée, des enseignements et des actions du Guide.

  • L’entêtement et l’aveuglement de Mobutu et de ses collaborateur

Le régime se radicalisa. Il s’illustra par la tentative de vouloir ignorer les déficiences et l’incapacité béantes étalées par les Parlementaires lors des interpellations sur la gestion du Pays et le souci de vouloir minimiser et même contourner le rôle du Parlement en créant le Comité Central. La déification de Mobutu par les Compagnons de la Révolution se poursuivit notamment par l’élévation de Mobutu au Rang Suprême de « Maréchal ». L’intimidation et les menaces contre les Parlementaires s’intensifiaient chaque jour davantage.

Le traumatisme psychique et la peur paralysante s’emparèrent des autres Parlementaires. Mais treize parmi les 500 Députés firent preuve d’être habités par des convictions inébranlables, la vision de progrès, le sens élevé de conscience patriotique et démocratique, la détermination, la bravoure, l’esprit de sacrifice y compris le sacrifice suprême, l’abnégation, la générosité, le don de soi, le vrai choix de demeurer quoiqu’il en coûte les vrais Représentants des aspirations profondes et légitimes du Peuple, la volonté politique d’aller jusqu’au bout de son devoir patriotique et de sa responsabilité citoyenne.

  • La Lettre Ouverte adressée par les Treize Parlementaires au Président Mobutu le 1er Novembre 1980

Les rédacteurs

  • Anaclet Makanda Mpinga Shambuyi du Kasaï Oriental
  • Joseph Ngalula Mpanda Njila du Kasaï Oriental
  • Étienne Tshisekedi wa Mulumba du Kasaï Oriental

Les signataires par ordre alphabétique

  • Gabriel Biringanine Mugaruga du Kivu
  • Charles Dia Oken-a-Mbel du Bandundu
  • François Lusanga Ngiele du Katanga
  • Paul-Gabriel Kapita Shabangi du Kasaï Occidental
  • Walter Isidore Kanana Tshiongo a Minanga du Kasaï Oriental
  • Célestin Kasala Kalamba ka Buadi du Kasaï Occidental
  • Oliveira da Silva Antoine Gabriel Kyungu wa ku Mwanza du Katanga
  • Protais Lumbu Maloba Ndoba du Katanga
  • Anaclet Makanda Mpinga Shambuyi du Kasaï Oriental
  • Symphorien Mbombo Lona du Kasaï Occidental
  • Joseph Ngalula Mpanda Njila du Kasaï Oriental
  • Edmond Ngoyi Mukendi Muya Mpandi du Kasaï Occidental
  • Étienne Tshisekedi wa Mulumba du Kasaï Oriental

Cette Lettre a été la première analyse critique, rigoureuse et publique de l’ensemble du système politique du MPR et de ses méfaits. Elle se termine par dix propositions faites à Mobutu pour démocratiser le système, dix propositions qui sont un résumé d’un projet de société démocratique national moderne.

La Lettre Ouverte fut un acte de défi et d’héroïsme exceptionnels. Nombreux Congolais et étrangers n’hésitèrent pas à qualifier de suicidaire l’acte posé par les Treize Parlementaires car la Lettre Ouverte fut écrite et adressée au Président Mobutu le 1er novembre 1980, c’est-à-dire:

Avant la Perestroïka (c’est-à-dire avant le Vent venu de l’Est); le nom donné aux réformes économiques et sociales menées par le président de l’URSS Mikhaïl Gorbatchev en Union soviétique d’avril 1985 à décembre 1991, selon trois axes prioritaires respectivement économique, social et éthique: l’accélération, la démocratisation et la transparence. Le mot signifie en russe « reconstruction », « restructuration ».

En pleine Guerre Froide: époque où le Président Mobutu et son régime bénéficiaient encore du soutien massif multilatéral et bilatéral de tous les pays occidentaux pour préserver en RDC (l’un des Géants d’Afrique et du Monde) les intérêts et l’influence des Occidentaux face au Bloc Communiste.

Au moment où le Guide Mobutu était encore au sommet de sa gloire et de sa puissance; le Maréchal disposait des droits absolus et illimités y compris sur la vie ou sur la mort de tous les Congolais; tous les Congolais tremblaient devant un Mobutu déifié, rampaient devant lui et dansaient pour lui.

Toute la Classe politique congolaise était à genoux devant Mobutu; le Parti-Etat MPR avait réussi à consacrer la polarisation extrême de tout pouvoir et le monopole de tout discours politique, avec Kinshasa comme point culminant de l’Etat-Spectacle: La Lettre Ouverte a été écrite et adressée au Président Fondateur au moment où le Parti Unique était le Lieu de l’envoûtement collectif par la prestidigitation d’une « animation politique » faite de rassemblements hystériques et vertigineux.

Par sa qualité littéraire, sa cohérence, son contenu qui embrasse l’ensemble des secteurs de la vie nationale et sa valeur politique, cette Lettre reste un Document politique inégalé conçu et écrit par un Groupe politique de l’Elite Congolaise et a réhabilité l’Elite nationale congolaise.

A Suivre…

 

Dr François Tshipamba Mpuila
GSM: +32-493-325-104
E-mail: tshipamba.mpuila@yahoo.fr

2 thoughts on “39ème Anniversaire de la création de l’UDPS (15 Février 1982 – 15 Février 2021)

  1. Les treize parlementaires auteurs de la lettre ouverte adressée au dictateur Mobutu le 1er novembre 1980, Etienne Tshisekedi wa Mulumba en particulier et tous les martyrs de l’UDPS et de bien d’autres partis d’opposition méritent qu’on leur rende un vibrant hommage en leur qualité de combattants de la liberté et de la démocratie. Mais dans un pays qui a expérimenté dans la douleur et le sang un premier processus de démocratisation qui a discrédité l’idéal démocratique, « le combat politique pour le changement démocratique » se joue avant tout dans le cerveau. Ce combat-là, l’UDPS l’avait menée de façon brouillonne et inachevée quand le communautarisme fut son idéologie initiale. Après, l’UDPS comme tous les autres partis politiques congolais a voué et continue à vouer un culte béat à la démocratie partisane et conflictuelle, celle-là même qui a discrédité l’idéal démocratique au lendemain de l’indépendance et le discrédite, une fois de plus, depuis les élections de 2006. Cela signifie que l’UDPS, comme tous les autres partis congolais, mène un combat certes noble sans disposer d’idées-outils indispensables pour le gagner. Et c’est bien là l’origine du malheur perpétuel de notre nation.

  2. L’UDPS a donc 39 ans d’âge. Ce qui m’étonne, c’est que j’ai l’impression que pendant toutes ces années, ce parti n’a pas formé un personnel politique prêt â être opérationnel pour gérer le pays, une fois le pouvoir conquis. C’est aussi là une mission d’un parti politique. Parce que franchement quand j’observe les cadres de l’UDPS au pouvoir aujourd’hui, je me pose des questions. C’est un avis très personnel.

Comments are closed.