Affaire Minembwe: Felix Tshisekedi à l’épreuve du pouvoir d’Etat

Une dizaine de jours après la prétendue installation officielle de la « commune rurale » de Minembwe, tous les yeux – sauf au Fcc/Pprd – sont tournés vers le président Felix Tshisekedi Tshilombo. Et ce en sa qualité de garant notamment de l’intégrité territoriale et de la souveraineté nationale. De l’avis quasi-général, le chef de l’Etat devrait faire annuler tous les actes relatifs à l’érection de cette « municipalité » que d’aucuns qualifient de « mono-ethnique ». Selon des sources, « Felix » tiendra une conférence de presse jeudi 8 octobre. Une occasion pour annoncer la décision de faire surseoir à ce dossier. « Fatshi » pourrait réaliser que « les ennemis sont parmi nous ».

Le député national Muhindo Nzangi (Lamuka) doit se sentir « un peu seul » au niveau de l’Assemblée nationale. Après avoir claironné la prochaine interpellation du ministre de la Décentralisation et réformes institutionnelles, Azarias Ruberwa – dès son retour à Kinshasa -, cet élu du Nord-Kivu a sans doute compris que c’est plus facile à dire qu’à faire. Le sujet n’est toujours pas encore à l’ordre du jour des débats à la représentation nationale.

Le Palais du peuple, siège du Parlement congolais

La plénière de l’Assemblée nationale de ce jeudi 8 octobre n’aurait qu’un seul point à l’ordre du jour: examen et adoption de la proposition de loi sur la protection et la promotion des personnes vivant avec handicap. Si les faits dénoncés par le député Muhindo étaient favorables aux intérêts du « clan Kabila », on peut gager que la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, aurait « bousculé » le règlement d’ordre intérieur en inscrivant ladite matière dans l’agenda.

Depuis lundi 28 septembre, date de « l’installation » de la « commune rurale » de Minembwe et son bourgmestre, c’est le silence plat dans les milieux parlementaires kinois. Ancien rebelle issu de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre (AFDL), « Joseph Kabila » a réussi à « verrouiller » les deux chambres du Parlement. Celles-ci servent de « chambres d’enregistrement » des desiderata de l’ex-raïs. Elles servent également de « point de chute » voire de « planque » à des individus provenant tant de ce « conglomérat d’aventuriers » (dixit LD Kabila) que de la « rébellion » pro-rwandaise du RCD (Rassemblement congolais pour la démocratie). Un avatar de l’AFDL.

Le président Felix Tshisekedi est interpellé par l’opinion. Une opinion chauffée à Blanc. Des messages audios appelant à une sorte de « guerre sainte » ne cessent d’affluer dans les réseaux sociaux. Objectif: « chasser les occupants de Minembwe ».

Tous les yeux sont « braqués » sur « Fatshi ». Et ce en sa qualité de garant notamment de l’intégrité du territoire et de la souveraineté nationale. Sans vouloir remuer le couteau dans la plaie, la déclaration du ministre de la Communication et des médias sur ce sujet était malencontreuse. « (…). Nous avons trouvé ce projet. On n’a fait que finaliser ce qui était décidé depuis 2013. (…)« . David-Jolino a donné aux contempteurs de « Fatshi » un « bâton » inespéré. « Felix a cédé Minembwe aux Rwandais », peut-on lire sur les réseaux sociaux. Procès d’intention? Assurément! Il reste que le numéro un Congolais est le seul à trouver les « mots magiques » pour éviter un « embrasement ».

« TRAITEMENT SPÉCIAL » POUR MINEMBWE

Azarias Ruberwa, ministre de la Décentralisation et réformes institutionnelles

A lire les réactions qui fusent dans les milieux tant politiques que de la société civile, il apparait que le président Felix Tshisekedi se trouve face à une rude épreuve dans l’exercice du pouvoir. Tous les regards convergent vers lui. Il doit faire le choix entre les intérêts corporatistes de l’allié du Fcc/Pprd et l’intérêt général. Une demi-mesure serait très mal perçue au moment où l’on commémore le dixième anniversaire du Rapport Mapping. Un rapport qui met en cause les « puissants du moment ». C’est le cas notamment de « Kabila » et de l’actuel ministre de la Décentralisation, Azarias Ruberwa.

Dans un point de presse qu’il a animé, vendredi 2 octobre, à la paroisse Ste Anne, à Kinshasa, Mgr Sébastien Muyengo, évêque du diocèse d’Uvira,  a été le premier « à dégainer » en fustigeant le « traitement spécial » réservé à Minembwe alors que d’autres agglomérations du Sud Kivu attendent l’officialisation de leur accession au statut de « municipalité ». C’est le cas notamment de: Sange, Luvungi et Kiliba dans le Territoire d’Uvira. Sans oublier Misisi-Lulimba et Swima dans le Territoire de Fizi et Kamanyola dans le Territoire de Walungu.

Sur un ton réquisitorial, Mgr Muyengo n’a pas hésité de mettre le chef de l’Etat face à ses responsabilités. « Que dit le président Felix Tshisekedi? », s’est-il interrogé. Et de poursuivre: « Va-t-il continuer à affirmer  qu’il n’y est pour rien  dans cette situation parce qu’elle date d’avant son arrivée au pouvoir? »

Pour ce prélat, le fait que la « commune rurale » de Minembwe grignote une importante partie des Territoires de Fizi, Mwenga et Uvira n’est pas « de nature à faciliter une véritable paix dans les hauts plateaux ». Pour lui, cette situation « suscite au contraire, beaucoup d’animosité ».

Il importe d’ouvrir la parenthèse ici pour relever que pendant que des « patriotes congolais » déploient des argumentaires juridico-historiques pour démontrer qu’il n’y a eu des « Tutsis Congolais » au Congo-belge, des forces occultes avancent leurs pions. Ils organisent des milices, armées jusqu’aux dents, pour consolider la conquête de Minembwe par la force. La même erreur fut commise lors de la guerre dite des Banyamulenge 1996-1997. Fermons la parenthèse.

« L’ENNEMI EST PARMI NOUS »

Antipas Mbusa Nyamwisi

Dans un communiqué publié lundi 5 octobre, le CLC (Comité laïc de coordination) demande au gouvernement national, non seulement de suspendre la mise en place de la municipalité de Minembwe mais aussi la suppression du ministère de la Décentralisation lequel « serait à la base de confusion » en marchant sur les platebandes du ministère de l’Intérieur. Les activistes du CLC vont plus loin en exigeant la démission du ministre Ruberwa. Seront-ils entendus? C’est à voir.

Leader du MLP (Mouvement lumumbiste progressiste), Franck Diongo Shamba exhorte le Président de la République à annuler purement et simplement le décret portant érection d’une « commune rurale » à Minembwe.

On apprenait, mercredi 7, que « Felix » a reçu des députés provinciaux du Nord et Sud-Kivu. Il leur aurait promis de répondre à leurs attentes. On ne le dira jamais assez que « Fatshi » se trouve face à l’épreuve du pouvoir.

Dans une interview accordée à Congo Indépendant mi-décembre 2017, l’ancien ministre Antipas Mbusa Nyamuisi – qui a eu à pratiquer l’acteur « Kabila » et son « système » – déclarait ces mots: « L’ennemi est parmi nous. Il faut le chasser. (…). Le chef de l’Etat [Ndlr: « Joseph Kabila »] était au service des ennemis ».

 

B.A.W.

28 thoughts on “Affaire Minembwe: Felix Tshisekedi à l’épreuve du pouvoir d’Etat

  1. Cher BAW,
    N’attendons pas de Felix Tshilombo, ardent défenseur des intérêts rwandais au Congo, qu’il prenne le courage entre ses deux mains en défendant l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale. Il ne le fera tout simplement pas au risque de scier la branche sur laquelle il est lui-même assis. Vous verrez, comme d’hab, monsieur Tshilombo va escamoter cette question en la passant carrément sous silence. Il revient au Congolais de se prendre en charge, le docteur Mukwege a déjà donné le ton. DEBOUT CONGOLAIS !

    1. Un autre son de cloche dans les réseaux sociaux. Trop vite parler peut tuer.
      Le président Félix Tshisekedi a annoncé sa décision d’annuler l’instauration de la Commune contestée de Minembwe dans l’Est de la RDC. Durant une conférence de presse tenue ce jeudi 08 octobre à Goma, le Chef de l’Etat congolais a fait savoir qu’il ne pouvait « laisser son peuple en danger ».
      « En prenant les renseignements sur cette crise, j’ai compris qu’il s’agissait d’un procès-verbal qui avait été notifié un Bourgmestre que l’on l’installait (…) de manière officielle dans ses fonctions, sur un territoire dont les limitations sont contestées et surtout, dans un contexte de conflit latent. Et donc, pour moi, le salut du peuple est la loi suprême. Et je ne peux pas laisser un peuple, surtout le mien, en danger. Voilà pourquoi j’ai décidé de purement et simplement annulé ce qui a été fait jusqu’ici », a dit Félix Tshisekedi devant les médias.
      Le président congolais a promis de ne pas en rester là, annonçant l’instauration d’une commission composée de scientifiques pour trancher sur la question.
      Un autre son de cloche tout simplement

      1. @Bismark,
        Un autre son de cloche, bien évidemment. Et cela est déjà une très bonne chose. Il faut lui rendre grâce. Mais le plus étonnant dans cette affaire est que lui, Président de la république, n’était au courant de rien. Ce ministre d’état qui installait un des siens comme bourgmestre à Minembwe a dit, devant 9 ambassadeurs dont ce comique qui représente les USA, des députés, des généraux…qu’il était envoyé par le chef de l’Etat. Avouez que quelque chose ne tourne pas rond dans ce pays. Fatshi aza yuma te. Toyebi ye bien. Il doit redevenir ce qu’il était avant qu’il devienne président. Le fils d’Etienne Tshisekedi. Il ne peut laisser ces rwandais continuer à l’humilier, lui et le peuple congolais de la sorte. Il doit démanteler ce ministère de la décentralisation et chasser tous ces généraux rwandais au sein des FARDC.

  2. Au sujet de Minembwe, je suis tout à fait d’accord avec Franck Diongo sur toute la ligne: IL FAUT ANNULER LE PROCESSUS EN COURS!
    Le président Félix Tshisekedi est un Chrétien pratiquant qui devrait suivre l’exemple de Jésus-Christ qui « a annulé le document qui nous accusait et qui nous était contraire par ses dispositions : il l’a supprimé en le clouant à la croix. » (Colossiens 2 : 14; Bible français courant) et qui a enseigné à ses disciples entre autre l’enseignement suivant: « Depuis le temps de Jean-Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s’en emparent. »
    Les Banyamulenge, avec leur violence, ils s’emparent de la République démocratique du Congo. Lentement mais sûrement.
    C’est à nous Originaires de ce pays de comprendre que la RDC c’est notre terre; mais aussi notre ROYAUME DES CIEUX.

    1. @ Damas,
      Banissons la haine et apprenons la tolerance.
      Jesus Christ que tu cites selectivement ne dirait pas autre chose.
      Les Banyamulenge sont des CONGOLAIS qu’en deplaise a toi et tes semblables sur ce site et ceux au pays souffrant de xenophobie pathologique.
      Que dirais-tu si les Belges expulsaient tous les Belges d’origine Congolaise en leur retirant soudainement leur citoyennete Belge?
      En bref, toi et tes comperes ne differez pas du « xenophobe primaire » (et ignorant) Donald Trump, pour qui tout celui qui n’est pas Blanc de preference de souche Europeenne (et « riche et beau »…) n’est pas vrai Americain et devrait rentrer dans son « pays de merde », tel que la RDC.

      1. @Jules LeMarteau,
        Je ne serais pas étonné que vous ne soyez en réalité qu’un Tutsi rwandais emmitouflé dans un nom d’emprunt néocolonialiste léopoldien.
        Si vous étiez un observateur indépendant, vous auriez remarqué que les Belgo-Congolais dont vous faites allusion ont bien suivi la procédure correcte pour devenir belges. Ils n’ont massacré et violé personne .
        De plus, où avez-vous vu une communauté ethnique revendiquer en masse une certaine nationalité, tout en essayant d’occuper un fief appartenant à d’autres communautés et en tentant d’anéantir celles-ci ?
        Les Congolais ne sont pas dupes, monsieur l’envoyé de Paul Kagame. Si vous voulez la guerre, eh bien, vous l’aurez . J’ai dit!

      2. Tutsi Jules LeMarteau
        Juste quelques petites questions : Les congolais qui ont la nationalité belge ont ils utilisé des armes pour l’obtenir ? Est ce que dans la loi congolaise il est mentionné quelque part qu’ on atribue la nationalité collective à une bande d’ immigrés ? Historiquement , culturellement et linguistiquement qui des bazombo et des banyarwanda sont plus qualifié pour devenir congolais ? Je peux citer l’ exemple des bazombo à Kinshasa (territoire kongo) ils sont sur le sol de leurs ancêtres car ils sont bakongo ! Est ce le cas avec vous ? Lorsqu’ un muzombo parle on se comrpend à 100%! Est ce le cas des banyarwanda avec les kivutiens ? Le Congo n’ est pas une terre d’ immigration , tous les tutsi exilé en Uganda , Tanzanie et Kenya sont rentré au Rwanda mais pourquoi ceux qui sont venu au Congo ne veulent pas le faire ?

      3. @Jules LeMarteau,
        Bannissons la haine et apprenons la tolérance. Oui. Cette phrase devrait être répétée à ces tueurs qui ensevelissent des femmes congolaises vivantes à Mwenga, à Makobola… Ces tueurs ataviques qui, depuis quelques 20 ans, massacrent des congolais en Ituri, à Beni, Butembo et ailleurs.
        Monsieur, êtes-vous prêt à soutenir le Dr Mukwege dans son combat pour l’instauration d’un tribunal pénal international pour la RDC, sur la base du rapport Mapping ?
        Que pensez-vous de l’ambassadeur rwandais à Kinshasa qui s’est moqué de nos morts ? Enfin, je suppose que vous êtes congolais.
        Que diriez-vous si Shabunda et Uvira étaient déclarées communes rurales pour les Twa et le Hutu congolais d’origine…rwandaise ?
        Ensuite, on pourrait discuter avec vous et vos compères qui pensent qu’on peut mentir tout le temps, la bouche ouverte.

      4. @Jules LeMarteau
        # On dirait que vous avez vos réponses toutes faites prêtes à servir : « la haine vs la tolérance » et voici JC, rien que ça ! Mais encore ?
        Laissons de côté JC qui appartient à tous et c’est quoi donc cette haine qui ces derniers temps a fait
        une irruption intempestive sur dans l’idiome public comme si partout dans le pays il n’y avait que des fronts de guerre civile. La haine est d’abord un sentiment personnel violent qui suppose une cohabitation soutenue.
        # Alors c’est quoi « la haine des Banyamulenge » ? Je comprendrais que leurs voisins directs lésés dans leurs relations trouvent des raisons d’être hostiles envers eux mais en faire une explication nationale du tollé général envers eux me paraît usurpé. A propos pourquoi et comment cette éventuelle haine ou une quelconque autre détestation ? Répondre à cette question definit relativement déjà le sens et les ressorts des sentiments mutuels d’abord entre autochtones et immigrés rwandais puis entre les Congolais et les rwandophones en général.
        # Quels que soient les mobiles et motivations des uns et des autres, – des Banyamulenge qui seraient des Congolais comme les autres sauf pour ceux qui souffriraient de xenophobie pathologique selon vous, ce qui ma foi me paraît bien court – ,l’essentiel est que leurs relations sont devenues conflictuelles, il nous faut trouver des moyens de les pacifier et ce n’est pas en convoquant la haine des uns pour les autres qu’on le fera. Voilà pour le moins ce que je puisse répondre à vos justifications qui ressemblent ici à des gesticulations fanatiques stériles avec ses comparaisons hors-propos…

  3. AU BOUT DU BOUT, COMME LE TOLLÉ EST GÉNÉRAL AVEC LA SOLUTION EN COURS IL FAUDRA BIEN APPORTER AUTREMENT UNE PAIX A MINEMBWE ET ALENTOURS. COMMENT ???
    ATTENDONS DE TSHISEKEDI LE COURAGE QU’IL DOIT PRENDRE POUR CE DEFI !
    # Il y’a un an jour pour jour le 7 octobre 2019, le président Tshisekedi déclarait ceci à Bukavu : »Notre combat sera celui de vous apporter la paix, une paix définitive, une paix nécessaire pour la stabilité de notrte pays. ET CETTE PAIX CROYEZ-MOI, JE SUIS PRÊT À MOURIR POUR QU’ELLE SOIT UNE RÉALITÉ ». Quelques jours plus tard il y ajoutera le déclenchement d’une « OPÉRATION MILITAIRE DE GRANDE ENVERGURE » contre les groupes armés. Aujourd’hui le moins qu’on puisse dire est que toutes ses satisfaites promesses ont accouché d’une souris : le calendrier macabre des tueries quotidiennes continue à s’égrener au Nord et Sud Kivu où Minembwe vient d’être cédé aux Rwandais(?).
    Des discours et encore des discours lorsque le même Tshisekedi devant le tollé général auprès des Congolais, une poignée qui l’a hué à sa descente d’avion à Goma et devant les élus de Kivu il s’est empressé de rassurer « qu’il réagira très rapidement pour mettre un terme à cet imbroglio ». Ah bon, c’en était un et comment va-t-il le régler ? Jusque quand Tshisekedi garant suprême des intérêts du pays va-t-il prendre des problèmes aussi sérieux à la légère et avec une certaine lâcheté ? C’est l’impression qu’il nous a donné à certains…
    # Qu’est-ce donc ce semblant de cirque lorsque le 28 septembre Ruberwa, l’inamovible ministre de la Décentralisation installait pompeusement devant un aréopage fourni le nouveau bourgmestre, son parent, de la bien-nommée commune rurale de Minembwe créée exprès pour les Banyarwanda/Banyamulenge. ? La quasi-totalité de Congolais sont vent debout devant ce qu’ils considèrent comme un marché des dupes où l’on a vendu notre terre aux étrangers : le député Muhindo a promis legitimement et – il faut saluer sa lucidite et son courage – une interpellation parlementaire de Rubewa tandis que Mgr Muyengo d’Uvira a émis une contestation documentée qui fustige le traitement spécial accordé à Minembwe, un acte dangereux à la limite de l’illégalité qui risque non d’amener la paix mais de provoquer une animosité explosive dans les populations  et en meme temps a vertement critiqué l’irresponsabilité du Chef de l’État. Les Congolais reprochent à celui-ci son inaction en sa qualite de Magistrat suprême garant des institutions, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté nationale. Il va sans dire que l’explication bredouillee par son ministre de la Communication d’un dossier qu’ils ont trouvé sur place ne convainc personne…
    Plus que jamais les Congolais ont bien conscience que dans cette affaire il y’a des ennemis parmi nous comme ces occupants de Minembwe à la solde du Rwanda. Il faut les considérer comme tels et agir en conséquence…
    # Tout cela dit au bout du bout dans ce conflit de Minembwe UNE QUESTION SE POSE, S’EST POSEE ET RISQUE DE SE POSER ENCORE DEMAIN : TROUVER LES CONDITIONS D’UNE PAIX DURABLE ENTRE AUTOCHTONES ET IMMIGRES BANYARWANDA. Personne ne pense renvoyer ces derniers au Rwanda d’où sont venus leurs ancêtres ou eux-mêmes, quitte à fixer la loi pour que de nouvelles equipees ne viennent déborder que dans les règles. Mais peut-être pas en accordant comme l’impose quasiment d’autorité l’actuelle érection de la commune de Minembwe un vaste territoire qui rogne sur plusieurs territoires (Fizi, Muenga, Uvira) sans concertation avec les voisins autochtones bembe, fuliro, nyindo, vira…
    Voilà le principal défi qui doit s’imposer à l’autorité politique, administrative et coutumière autant du niveau central, provincial que plus local !
    # Si le président s’engage à suspendre les mesures prises sur Minembwe, il ne s’en tirera peut-etre pas aussi facilement sans une expertise plus exhaustive de toute la situation qui débouche sur
    les conditions optimales d’un vivre-ensemble harmonieux entre les communautés des hauts plateaux du Sud Kivu. Les autochtones comme les immigrés ont tous des droits : ce défi difficile exige du PR, du gouvernement et de toutes les autorités politico-administratives et de la société civile beaucoup de courage. C’EST CE COURAGE POLITIQUE QUI SIGNERA ICI « LE MOURIR POUR LA PAIX A L’EST » DONT TSHISEKEDI NOUS A FAIT LE SERMENT !
    A LUI D’AGIR MAINTENANT…

    1. @Vieux na ngai Mopape,
      J’attends toujours vos réponses à mes trois questions.
      Yango oza congolais to te ? Pourquoi c’est si difficile pour vous de répondre.
      Autre chose : que diriez-vous d’une commune rurale pour les Twa congolais d’origine…rwandaise à Kabeya Kamwanga ?
      Na esprit ya bien !

  4. Tutsi ‘Mopape’ alias ‘procongo’ continuez de rêver et persistez dans vos projets utopiques à défier les congolais l’ issus vous sera fatale .. . Pour le moment vous profitez de l’ incurie des sois disant dirigents de ce pays . Mais lorsque la vague des tous les jeunes issus de la dispora va déferler au pays je ne donne pas cher de votre peau et à vos semblables. Un conseil si vous avez ne fût ce qu’ un brin de sagesse faites comme vos frères et soeurs qui étaient en Uganda et en Tanzanie ; rentrez chez vous au Rwanda pendant qu’ il en est encore temps . Un homme averti en vaut deux dit on !

    1. Soi-disant KIMPWANZA
      il y a trop de musique de Zaïko et beaucoup de confusion dans votre tête.
      – « si vous avez ne fût ce qu’ un brin de sagesse » : En avez-vous un, vous qui voyez Procongo partout ?
      – « lorsque la vague des tous les jeunes issus de la dispora va déferler au pays » : DÉFERLEZ au lieu de débiter fastidieusement des « lorsque, lorsque… »

  5. TSHISEKEDI ANNULE TOUTE PROCÉDURE OFFICIELLE CONCERNANT MINEMBWE ! BRAVO À LUI S’IL LA MATERIALISE PAR LA LOI ÉCRITE…
    # En effet, le président Tshisekedi a déclaré à Goma avoir pris la décision de purement et simplement annuler tout ce qui a été fait jusqu’ici pour Minembwe et a annoncé la création d’un comité de scientifiques neutres constitué de non originaires mais avec l’appui des autochtones qui devrait
    reprendre en mains le dossier notamment en retraçant les limites du territoire pour aboutir à une solution durable. Il a justifié sa decision par le tollé général ambiant face à l’nstallation du bourgmestre d’une commune rurale de Minembwe pilotée par Ruberwa, l’inamovible ministre de la Décentralisation mwanyarwanda. « Pour moi, le salut du peuple est la loi suprême et je ne peux pas laisser un peuple, surtout le mien, un peuple au Congo en danger, regrettant ouvertement à cette occasion un procès-verbal dont vraisemblablement il n’aurait pas pris connaissance qui officialisait l’installation d’un Bourgmestre à Minembwe, sur un territoire dont les limitations sont contestées et surtout, dans un contexte de conflit latent.
    # Sous peine de l’accompagner d’ordonnances, décrets et arrêtés manquants pour encadrer ses déclarations, d’efficacité du comité crée et pourquoi pas de sanctions aux coupables dont Ruberwa, personnellement c’est peut-être la première fois que j’applaudis sans discussion un acte de gestion de Tshisekedi. Sa gestion quelque peu amateure explique certes le cafouillage qu’il y ‘a eu mais aujourd’hui je reconnais son bon rattrapage : il a courageusement pris acte à temps des frustrations et attentes de la population. Surtout que jusque-là il célébrait naïvement une cohabitation harmonieuse avec des gens qui peuvent devenir facilement des ennemis du pays. Ils l’avaient déjà démontré en exigeant leur nationalité les armes à la main contre ceux qu’ils auraient dû prendre comme Compatriotes.
    # Du moins j’espère que cette fois Tshisekedi a compris bien des choses qu’il ignorait comme il l’a affirmé lui-même devant un parterre témoin à Goma. Entre-temps il va sans dire que la loi elle-même qui a abouti à cette consécration d’une commune rurale de Minembwe est truffée de passages en force sinon d’irrégularités commis par ceux à qui ils profitaient. Ce qui est certes pour un PR un déficit dans sa façon de présider l’ordonnancement général du pays dont il a la charge. Mais pour le moment
    attendons les suites de son bel exploit.
    A plus…

    1. PS
      COMITÉ D’EXPERTS, ATTENTION AU PIEGE RWANDAIS ATAVIQUE ET PLANIFIÉ DE LA DISSIMULATION !!!
      # Le president Tshisekedi a annoncé dans l’affaire Minembwe la mise en place d’un comité de scientifiques géographes, démographes, économistes… pour analyser et déminer la situation. Il importe de suite de relever que l’expertise la plus valide scientifiquement soit-elle sera incomplète et ne pourra servir un Congo souverain et fort si elle n’ntègre ni n’exploite la dimension de la manipulation et du mensonge consubstantielle à la stratégie rodée des Rwandais et de leurs Rwandophones.
      # En effet si le Rwanda de Kagame à fait du génocide son fonds de commerce, comme Poutine en Ukraine (Crimée) en 2014 et comme Israël en Palestine, il a toujours aussi couvert son plan de bataille d’un tour de manipulation. Il donne à voir non ce qu’il fait en réalité, l’occupation et le pillage du Congo, mais son manteau d’honneur supposé (i.e. la légitime défense) ou comme le dit un analyste militaire sur l’occupation de l’Ukraine par la Russie, « il neutralise et occupe sans le dire ». Ainsi les Rwandais et leurs Rwandophones tutsi forts de leur statut de victimes de génocide s’arrangent pour exploiter les faits de l’histoire comme gages de leurs bons droits, une vérité qui leur donne des droits politiques au lieu de n’être d’abord que des témoins d’une sociologie et d’une histoire à gérer, à légiférer. Son conflit au Congo et ses différends dans la région des Grands Lacs du fait de sa volonté d’expansionnisme et d’hegemonisme n’ont jamais atteint grâce à sa malice le seuil de la guerre déclarée reconnue internationalement. Ils y ont pourtant plaqué surtout dans le cas emblématique Congo, leur agenda de domination et de pillage surtout grâce aux Chevaux de Troie qu’ils s’y sont trop aisément créés.
      # Une stratégie éprouvée de mise en scène froide, de mensonges et d’intoxications qu’il faut sciemment et méthodiquement éventrer pour rencontrer la vérité ! Les Congolais capables de cet exploit et les voilà capables de relever le défi d’une longue occupation basée d’abord sur la ruse et le mensonge. Et méfiez-vous, tous ces artifices sont présents dans le cas de Minembwe et des Banyamulenge qu’il cornaque Alors, à vos bonnes armes, chers experts !!!

  6. @ KUM,
    Ce n’est pas ta haine primaire d’un nullard assis devant son ecran qui donnerait a tes compatriotes de quoi manger, se soigner et s’eduquer !
    Va plutot te faire soigner chez un psychiatre….

  7. Nous agissons comme si nous avons perdu de vue l’existence du fameux deal entre Felix et son mentor Joseph alias Kabila?
    Qui a oublié que Felix devenu Presisent a posé deux gestes forts d’allégeance aux tutsi à travers l’Hitler africain Kagame:
    1. Il a fait applaudir Kagame (bourreau de notre peuple) au Stade des martyrs (quelle souillure) par ses fanatiques de l »UDPS.
    2. Il s’est précipité à aller s’incliner devant les ossements du soi-disant génocide des rwandais à Kigali ( on va me traiter de négationniste pendant que l’ambassadeur rwandais à Kinshasa a craché sur la mémoire des victimes congolaises) en lieu et place des villes victimes des atrocités des rwandais ( au Kasai/Kamuina Nsapu à Beni-Lubero, à Goma, au Katanga, au Kongo Central,..)
    Que Felix subisse les conséquences de sa boulimie du pouvoir.
    Il nous prend pour naifs lorsqu’il prétend à Goma que tout ce qui est arrivé à Minembwe s’est fait en son absence et qu’il n’en était pas informé. Franchement tout u prétendu Président de la république Pour qui nous prend-il?

    1. eBOIS
      electronic Bois,
      vous avez plutôt perdu que vous n´avez JAMAIS prouvé l´existence de ce fameux deal. Prouvez d´abord, alors on vous prendra au sérieux. Vos verbiages vous ridiculisent.

  8. L’installation du Bourgmestre de la commune rurale de Minembwe, Gad Mukiza, a suscité et suscite encore des réactions de tous les acteurs ou presque de la vie nationale congolaise -politiques, religieuses, société civile, diaspora, etc. Ces réactions sont motivées par plusieurs mobiles. Ce qu’il y a en commun pour toutes ces réactions, à quelques exceptions près, c’est la haine envers les Banyamulenge et surtout l’animosité envers le Ministre Azarias Ruberwa. C’est comme si tout le monde souhaitait qu’il soit crucifié. Cette commune est devenue comme une dose nationale qui fait oublier les autres soucis habituels. Mais attention, est-ce que tout le monde sait que la commune de Minembwe, comme 15 autres communes de la province du Sud-Kivu, a été créée par le décret no 13/029 du 23 juin 2013 et que la nomination du maire de la commune de Minembwe (Gad Mukiza) et de son adjoint (Esumbicho Sadiki) ont été faite par l’arrêté ministériel 25/CAB/VPM/MINTERSEC/HMS/075 2018.
    Sait-on aussi que le maire a été installé par le Ministre provincial de l’Intérieur du Sud-Kivu, Lwasi Ngabo, en présence du gouverneur Theo Ngwabidje et des membres du gouvernement provincial et que le Ministre Ruberwa, son collègue de la défense ,Aimé Ngoy Mukena, le Chef de l’Etat Major, Célestin Mbala et certains députés nationaux de la commission Défense et Sécurité de l’Assemblée nationale étaient à Minembwe dans le cadre de la caravane de la paix et qu’ils ont été tout simplement invités à rehausser de leur présence cette cérémonie qui n’a que coïncidé par hasard avec cette installation !
    Le point de presse de l’évêque d’Uvira, Monseigneur Sébastien Muyengo, du 05 octobre est intriguant et irrespectueux envers le Chef de l’Etat. Il affirme que l’érection de Minembwe en commune rurale est une humiliation pour ses « populations » à lui qui considèrent que les terres de Minembwe sont occupées par défi. Ce pasteur catholique va jusqu’à affirmer que la commune de Minembwe grignote les terres des territoires de Mwenga et d’Uvira alors qu’elle est circonscrite dans le territoire de Fizi. La position de Mgr Muyengo est identique à celle des Mai-Mai qui luttent contre la création de cette commune depuis 4 ans. Il est évident que Mgr Muyengo est l’autorité morale de ce groupe armé. Et Mgr d’ajouter : pour qui le Président roule – t-il ? insinuant ainsi que le PR aurait reçu l’ordre de son prédécesseur d’amorcer le processus de balkanisation et le somme d’agir vite. Il me semble, à travers les réactions de gens proches de l‘UDPS, qu’il y a eu panique en s’imaginant que le PR aurait été driblé par le FCC avec cette commune rurale de Minembwe. Loin de là. Il n’y est pour rien. Calmez-vous.
    Au contraire, le PR a fait preuve de la hauteur de sa fonction en annulant tout ce qui a déjà été fait par rapport à cette commune et en promettant de créer urgemment une commission d’experts de différentes disciplines, non originaires des provinces à problèmes du Sud-Kivu, du Nord Kivu et de l’Ituri, chargés de faire toute la lumière sur ce dossier. Il a raison. Il a agi en tant que garant de l’unité nationale avec sagesse comme le roi Salomon de la Bible.
    Cependant, s’il s’ avère que Ruberwa s’est compromis dans le dossier de sa commune, qu’il soit puni sévèrement. De même, tous ceux qui s’avèreront qu’ils ont menti la République et porté atteinte à la cohésion nationale soient punis selon la rigueur de la loi.
    Ambassadeur Alain Atundu faisait cette réflexion dans son point de presse du 17 juillet : « 60 ans après l’indépendance et au regard de la détérioration préoccupante de la situation de l’Eglise au Congo, ne sommes-nous pas en droit de demander des comptes à nos Evêques sur ce qu’ils ont fait de l’Eglise léguée par le Cardinal Malula ? Ont-ils contribué à ancrer dans la société les valeurs chrétiennes d’amour, de pardon, de miséricorde, de sacrifice et de solidarité ? Peut-on dire de leurs chrétiens et d’eux-mêmes, comme des premiers chrétiens,  » voyez comme ils s’aiment « .
    Cette partie sombre et peu glorieuse de notre Eglise fait aussi partie du bilan des 60 ans d’indépendance. » Mgr. Muyengo devrait accepter de paitre aussi ses troupeaux de la paroisse de Minembwe.
    M. Justin Bitakwira, ancien député national et ministre du développement rural, pour sa part, invite les Banyamulenges à ne pas falsifier l’histoire quant à la date de leur arrivée au Congo, car il les a vu venir, dit-il, mais il ne précise pas en quelle année. Il n’y a pas très longtemps cet ancien enseignant à l’école secondaire à Uvira affirmait à la RTNC que lorsqu’il a l’objectif de parvenir au salon d’une maison, il pouvait indistinctement passer par la porte, la fenêtre et même par la toiture. Lors de dernières élections de gouverneurs de province, il a eu zéro voix de députés provinciaux. C’est un comique et populiste. Ces deux qualités lui ont valu une maison à Bukavu et une autre à Kinshasa de la part de l’ancien régime ainsi que le ministère du développement rural sous Bruno Tshibala. Peut-être, un jour il sera crédible.
    Quant au député national Claude Misare Mugomberwa de la circonscription électorale d’Uvira, il a adressé sa requête au PR :
    « Afin de préserver la paix, la cohésion sociale et la sécurité dans les Hauts Plateaux d’Uvira, Fizi et Mwenga, je sollicite l’annulation du point 10 de l’Article 8 du Décret n°13/029 du 13 juin 2013 en annexe, car depuis que le village Minembwe fut érigée en commune, il n’y a pas d’harmonie relationnelle et sociale entre les différentes communautés locales. La population congolaise a besoin de la paix ».
    Il est particulièrement pénible de savoir qui est congolais ou refugié burundais à Uvira. Ces réfugiés burundais devenus congolais je ne sais par quelle magie facilitent l’infiltration des miliciens burundais qui opèrent allègrement sur le territoire congolais le jour comme la nuit. Ils sont les premiers à faire de grands bruits comme Claude Misare, qui lui, a réussi à devenir député dans un pays étranger au sien.
    L’opinion déplore que les poids lourds de la province du Sud Kivu tels que le Sénateur Modeste Bahati, autorité morale de AFD-A, l’honorable Vital Kamerhe, Président de l’UNC et dircab du PR et Néhémie Mwilanya, Députe national de Fizi et Coordonnateur FCC ne se prononcent pas sur cette affaire de la commune de Minembwe et laissent le champs libre aux extrémistes et apprentis politiciens d’Uvira.
    Ses Excellences, Ministres originaires du Sud-Kivu, M. Eustache Muhanzi Mubembe, M. Claude Nyamugabo Bazibuhe et Mme Liliana Banga Lwaboshi pourraient aussi éclairer l’opinion nationale.
    En tout cas, coup de chapeau au PR pour sa décision pleine de sagesse!

    1. @Musa
      La parole de Tshilombo ainsi que sa promesse sont-elles force de loi? Et pretendre n’etre au courant de rien, car il se trouvait a l’etranger, ne s’agit-il pas d’une absurdite?

      1. @Chryso45
        Papa, ata yo moko, toloba o toloba te ?
        Batu oyo balingi bapesa biso ba AVC…Ubwenge sans frontières !

  9. EBUE MFUMU KIMPWANZA DIA KONGO? MBOTI KIAKU! NSANGU VO: KONROGAIS OEIL DU CYCRONE, MON PAPRE, JURES RE MARTEAU, L’HEURE EST GRAVE, TOUS ENSEMBRE, TOUS ENSEMBRE DEVANT CETTE SITUATION GRAVE ET DE TRAITRISE QUE LE GRAND KONGO TRAVERSE EN CE MOMENT.
    DONNEZ LES COUPS DE POUCES AUX BAKOLOS YA MABELE: LES VRAIS KONGOLAIS D’ABORD DE FOUINER SUR LES 3 ACTES MAFFIEUX:
    1. DEAL CACHE DU SIECLE ENTRE FCC ET CACH QUE LE GRAND KONGO N’A JAMAIS CONNU JUSQU’ICI VOIRE MEME JAMAIS DIVULGUE.
    2. LES PROPOS ARROGANTS DE Mr. RAMBASSADEUR RWANDAIS.
    3. INSTARRATION DE RA COMMUNERE DE MINEMBWA ET DE SON BOUGREMESTRE.
    AIDEZ-NOUS SVP POUR QUE NOUS PASSIONS AU STADE SUPREME DE DEBOULONNAGE TOUS LES TRAITRES QUI ONT PRIS PART A CETTE MESSE NOIRE EN CEDANT N’EST-FUT CE QU’UNE PARTIE DE LOPIN DE TERRE DE NOS ANCETRES A NOUS KONGOLAIS ET NON DES KONGORAIS.
    AH BON! C’EST PAS LE PREMIER COOP DES TALIBANS VISANT A VENDRE LA TERRE DE NOS ANCESTRES. ILS ONT RATE BEL LA VENTE DE L’ILE DE MATEBA DANS LE KONGO CENTRAL ET VOILA
    NOS FAUX AUTOPROCLAMES TOPOGRAPHES TENTENT DE METTRE EN VENTE MINEMBWE. C’EST GRAVE CA!
    COMME D’HABITUDE, TOUS LE KIMPUMBULU DES MILLES COLLINES CITES, NE VENEZ PAS CASSER NOS TYMPANS C’EST LA FAUTE AU PATRIOTE ET RESISTANT HONORE NGDANDA QUE LE FAMEUX DEAL A FOIRE.
    DESORMAIS, KONGOLAIS LA VOUS HABITEZ, LA OU VOUS ETES MINORITAIRES: A KIGALI, CYANGUNGU, KAMPALA, BUJUMBURA, JE VOUS EN PRIE: DEMANDEZ EGALEMENT L’INSTALLATION DE VOTRE COMMUNE D’ORIGINE: MATETE, KINTAMBO, BANDALUNGWA, KINSASA, LINGWALA, KALAMU, KINKOLE, NDJILI, MASINA, KINGABWA, MATADI KIBALA ET J’EN PASSE.
    JE M’ARRETE ICI.
    NO STUPID COMMENTS ON MY WAY OF THINKING.
    IF YOU NOT AGREE OF MY WAY OF THINKING, THE BEST WAY DO NOT READ MY COMMENTS, OK!
    EINE GUTE LOESUNG FUER ALLE VERRAETER IST EIN SELBSTMORD BEGEHEN.

    1. @Grand Mopape ,
      Kie kie kie…
      Décidément, vous êtes très fort dans l’art de l’esquive.
      Bref, comme nul n’est au dessus de la loi, j’attends de voir le ministre Ruberwa qui ne s’est pas gêné de jeter de l’huile sur le feu à Minembwe, ensuite de ridiculiser le chef de l’Etat, urbi et orbi, d’être destitué de son ministère et trainé devant la justice. Merci Grand Mopape pour ce grand pas vers l’Etat de droit !

Comments are closed.