Après moi le déluge, mais après la Kabilie?

Read Time:3 Minute
Mufoncol Tshiyoyo
Mufoncol Tshiyoyo

La question est de savoir pourquoi on insiste tellement sur l’organisation des élections au Congo-Kinshasa alors que la situation en héritage après le désordre actuel au pays risque d’être le chaos. Une confusion entretenue, et à dessein, qui est notamment fondée sur une armée nationale satellisée, une identité nationale incertaine ainsi que sur des populations étrangères implantées au Congo dans le but initial de nourrir le chaos à venir. Les germes du chaos à venir sont ainsi semés. Ils attendent le moment propice pour éclore.

Il y a peu de chance qu’un régime politique basé sur les partis politiques et la démocratie du type occidental ne puisse constituer une menace contre ce qui pourrait encore rester de l’unité nationale. Comme après le 30 juin 1960, les Belges et la CIA ont commodément déstabilisé ce qu’il y avait du Congo pour continuer à garder la main sur leur butin de guerre. L’Étranger, l’autre comme par le passé, attend de nouveau ce moment pour crier à la face du monde l’incapacité notoire de son esclave d’antan. Et même si ce n’a jamais été véridique, mais il en sera ainsi par le biais de sa clientèle recrutée et formée pour servir la cause.

Si l’après Mobutu fut un « déluge », on se demande à l’instar de la Libye de Kadhafi à quoi ressemblerait l’après Cheval de Troie de Paul Kagamé au Congo-Kinshasa. Les Congolais hériteront indubitablement du chaos, comme mode de gestion du pays. La menace est réelle. C’est pourquoi la question de la tenue ou de l’organisation des élections se pose avec acuité quand l’après cheval de Troie au Congo s’annonce moins sécurisant pour le Rwanda et l’Ouganda, deux États-mercenaires qui ne peuvent fonctionner en toute souveraineté sans l’exploitation de l’homme congolais et de la richesse de son sous-sol. En outre, il y a le danger d’un leadership puéril, régional et tribalisé à outrance. Pendant ce temps, le décor est planté, les choses sont organisées de telle sorte que chaque région puisse s’aligner derrière son prétendu « candidat ». L’Autre a dans son calcul privilégié un discours régional pas national.

C’est tout le contraire du cas de la Russie après la disparition de l’URSS. Bien sûr que comparaison n’est pas raison, le philosophe russe Ivan Ilyne, qui plus tard deviendra e chouchou de Poutine, a notamment suggéré pour la Russie ce que rapporte Michel Eltchaninoff dans son essai intitulé « Dans la tête de Vladimir Poutine »:

Anti-communiste viscéral, Ilyne n’est pas pour autant un admirateur de la démocratie. Il refuse de choisir entre « le totalitarisme, qu’il soit de gauche, de droite ou du centre » et « la voie de la démocratie d’Europe occidentale », celle de la « démocratie formelle ». Il rêve d’une « dictature démocratique », non fondée sur l’arithmétique, mais une « démocratie de la qualité de la responsabilité et du service ».

Il imagine ce qui se passera lorsque le pouvoir communiste s’écroulera et annonce qu’après un « chaos qui durera quelques années », des violences et des « tentatives séparatistes soutenues par des puissances étrangères », le salut viendra de la « dictature nationale« . Les élections ne joueront plus un rôle important. Et ce n’est pas tout, car Ilyne espère un « Guide » qui « sache ce qu’il faut faire ». Il conclut: « le guide sert au lieu de faire carrière combat au lieu de prononcer des mots vides; dirige au lieu de se vendre aux étrangers », (Michel Eltchaninoff, 2015, « Dans la tête de Vladimir Poutine », Paris: Éditions Actes Sud, p.57).

Invoquer les élections au Congo-Kinshasa, c’est non seulement étaler son ignorance sur les conditions gravissimes que traverse le pays en ce moment et qui font du pays de Lumumba une bombe à retardement. Mais c’est aussi ignorer le fait que « quand on a épuisé tous les moyens pacifiques face à une agression extérieure, il est nécessaire selon le Russe Ilyne, de faire usage du glaive ».

Likambo oyo eza nde likambo ya mabele.

 

Mufoncol Tshiyoyo
Le Président National du Rassemblement pour l’Alternative Politique en RDC. R.A.P-en sigle Mouvement Politico-militaire
mufoncol_tshiyoyo@yahoo.com
004745007236, Facebook: Mufoncol Tshiyoyo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Prof André Mbata: Les raisons pour s’opposer à la CENI et rejeter son calendrier électoral inconstitutionnel et illégal
Next post Résoudre la crise politique en République démocratique du Congo