Bienvenue au bulletin d’information bihebdomadaire du GEC

Read Time:2 Minute

« Une approche globale est nécessaire, notamment un programme de démobilisation renforcé et des réformes en profondeur à tous les niveaux de l’État pour lutter contre l’impunité ».

C’est par ces paroles que Jason Stearns a décrit la situation en RDC lors de la parution de notre rapport biannuel sur le Baromètre sécuritaire du Kivu il y a deux semaines. En effet, cet été l’équipe a été très productive au GEC. De Kinshasa aux deux Kivu en passant par le Kasaï nos équipes offrent une analyse particulière et pointilleuse de la situation actuelle de la RDC, comme ces trois parutions le montrent:

La première est notre troisième rapport mensuel sur le Kasaï. On y décortique la situation politique politique dans les provinces du Kasaï, du Kasaï Central et du Sankuru. Au Kasaï, notre rapport dresse une analyse de l’impact politique de la défaite d’Évariste Boshab à la vice-présidence du Sénat à la fois sur le mandat du gouverneur Dieudonné Pieme (son protégé), et sur la politique locale à Mweka. Au Kasaï Central, l’analyse porte sur le gouverneur Martin Kabuya, dont la gouvernance est caractérisée par des méthodes quelque peu douteuses et arbitraires. Et enfin, nous avons fourni une discussion sur la situation des droits de l’homme dans la région dans lequel on inclut le récent rapport de l’équipe d’experts des droits de l’homme des Nations unies.

Dans notre seconde parution de l’été, on fait un bilan quelque peu glaçant de l’insécurité au Kivu. 1.900 civils tués et 3.300 autres enlevés en deux ans. Ce rapport est le fruit d’un travail commun entre le GEC et Human Rights Watch, qui par le Baromètre sécuritaire du Kivu ont enregistré plus de 3.000 incidents violents commis par 130 groupes armés. Jason Stearns, le directeur du GEC, est arrivé à la conclusion que « Les combats de ces dernières années montrent que la paix et la stabilité dans l’est de la RD Congo sont difficiles à atteindre ».

La « République de la Gombe » – nommée ainsi par Luc Hallade, l’ancien ambassadeur français en RDC – a été dépeinte dans notre plus récent blog avec les paradoxes qui la caractérisent. Fred Bauma nous conte son voyage et partage cette curieuse sensation d’avoir changé de ville en arrivant à la Gombe. Un endroit où il n’y est nullement question de 1.900 civils tués ou encore des violations des droits de l’homme dans le Kasaï, encore moins des enlèvements de 3.300 civils. Non, Gombe va bien. Dans ces beaux salons de Rotana, Sultani en passant par le K-Lounge, Kayser ou encore 113 les sujets de préoccupations sont autres. Ils varient de « Qui figurera dans le prochain gouvernement, comment Félix », à « Réussira-t-il à imposer son pouvoir? » ou encore « Lesquels de Kabila ou de Tshisekedi a réellement le pouvoir? ». Et ces sauts-de-mouton en construction qui ralentissent la circulation! Les sujets de discussion ne manquent pas, entre la bourgeoisie kinoise et l’élite politique qui s’y rencontrent et se mélangent.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post La VSV invite le gouvernement Ilunga à privilégier le bien-être de la population en réduisant le train de vie des animateurs des institutions
Next post Kasaï oriental: la ville de Mbuji-Mayi plongée dans le noir depuis une semaine