Communiqué de presse n°001/just/2018

Read Time:1 Minute

JUSTICIA Asbl salue le début à Kamina des audiences en appel de l’affaire inscrite sous le RPA 510/18-RMP 3323/NGS/2016 opposant l’Auditeur Militaire Supérieur et parties civiles contre huit ex-combattants APCLS et NYATURA.

JUSTICIA Asbl, une organisation de promotion et de protection des Droits de l’Homme et du droit humanitaire basée en RD Congo, membre du Cadre provincial de Concertation pour l’Appui à la Justice(CCAJ/Lubumbashi) dont la mission est de concourir à la lutte contre l’impunité des crimes graves, salue le début des audiences en appel de l’affaire inscrite sous RPA 510/RP 047/16 dans la ville de Kamina, province du Haut Lomami.

Pour rappel, le 19 décembre 2017, le Tribunal militaire Garnison de kamina s’était prononcé sous le RP 047/16 opposant l’Auditeur Militaire de Garnison de Kamina contre les prévenus MUNGU IKO Alias MAKELERE, NOVEMBER HAKIZIMANA ZIBANITA, Désiré SEBASHE GASORE CHINOIS, Eric MBAMBARE, SEKABOGO Roger BANGANYA, KITABUZI KABENGE KIROHA, MADARAKA BIENFAIT et BALEKE AIME, en les condamnant à la peine à perpétuité pour crime de génocide.

Mécontents la décision prise par le premier juge, les huit condamnés et l’Auditeur Militaire de Garnison avaient formé appel devant la Cour Militaire du Katanga en se fondant sur les articles 12 et 21 de la constitution congolaise qui dispose respectivement que tous les Congolais sont égaux devant la loi et ont droit à une égale protection des lois; tout jugement est écrit et motivé. Il est prononcé en audience publique, « le droit de former un recours contre un jugement est garanti à tous. Il est exercé dans les conditions fixées par la loi ».

JUSTICIA apprécie cette collaboration de la Cour Militaire du Katanga qui a accepté de faire le déplacement de Lubumbashi vers Kamina avec le soutien de la Cellule d’appui aux poursuites de la Monusco pour la tenue effective des dites audiences ce jeudi 08 mars 2018 à Kamina.

Toutefois, JUSTICIA Asbl reste très attentive par rapport à cette affaire d’une haute portée en matière de répression des crimes internationaux et compte sur le bon sens des juges de la Cour Militaire pour que le droit soit dit en toute impartialité et dans le délai requis.

Fait à Lubumbashi, le 08/03/2018

 

JUSTICIA Asbl
© Congoindépendant 2003-2018

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Urgence absolue à Lubumbashi
Next post « Primaturegate » en RDC – Bruno Tshibala: « Mon directeur de cabinet a craqué! »