Congo-Kin: la justice toujours instrumentalisée

Quinze mois après l’investiture de Felix Tshisekedi Tshilombo, le changement intervenu au sommet de l’Etat peine à faire oublier les « années Joseph Kabila » dans la mémoire collective. L’Etat de droit proclamé par le nouveau chef de l’Etat tarde à mettre un terme aux interférences politiques dans le fonctionnement de l’appareil judiciaire. Des magistrats continuent à faire preuve de servilité à l’égard des personnes étiquettées Fcc/Pprd. Les cas Ibrahim Kabila et Pascal Mukuna en témoignent. « Le pouvoir rend fou », dit l’adage. Il faut espérer que les « Fatshistes » éviteront ces errements.

Le "général" Sylvano Kasongo Kitenge
Le « général » Sylvano Kasongo Kitenge

En réponse à sa plainte « à charge du criminel Ibrahim Bakenda, alias Ibrahim Kabila », déposée le vendredi 15 mai auprès du général Sylvano Kasongo, Inspecteur divisionnaire de la police provinciale de Kinshasa, lundi 18 mai, le substitut du procureur près le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe, Gilbert Mwamba Mwamba, a donné suite.

Dans une lettre, au ton déférent, adressée à Monsieur Théodore Mugalu « ancien chef de la maison civile du président Joseph Kabila », ce substitut du procureur écrit: « J’ai l’honneur de vous inviter à vous présenter à mon cabinet, (…), ce mardi 19 mai 2020 à 13h00 pour une communication relative à l’instruction du dossier judiciaire RMP.15.103/PRO 21/020/MG ouvert à charge de l’inculpé Ibrahim Kabila Tuaric, sur votre plainte ».

Flashback. Vendredi 15 mai, « Ibrahim » qui dit être un des enfants biologiques de Mzee Kabila est l’invité de l’émission « Bosolo na politik ». A la sortie du studio, il est « enlevé » par des policiers aux méthodes dignes du grand banditisme qui l’attendaient. Qui est le plaignant? Poser la question, c’est y répondre.

Au cours de cette émission, ce jeune Congolais a déclaré qu’il n’a reconnu aucun membre de la famille de Mzee Kabila parmi les individus agglutinés mercredi 13 mai devant le parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe pour « porter plainte » contre Pascal Mukuna afin qu’il leur dise « qui a tué » le président LD Kabila. « Nous ne reconnaissons pas cette plainte », dit-il en ajoutons: « Nous soutenons Mukuna, c’est un patriote »; « Dès que vous dites que vous êtes fils de Mzee, Joseph Kabila vous fait arrêter avec son complice Mugalu ». Pour Ibrahim, l’heure est venue pour tous ceux qui prétendent être les enfants de LD Kabila de se soumettre au test ADN.

LE « COMPLOT SE PRÉCISE » CONTRE PASCAL MUKUNA

Théodore Mugalu

Théodore Mugalu qui suivait manifestement cette émission animée par Israël Mutombo, a bondi de sa chaise pour griffonner à la vite une « plainte » à l’intention du général Sylvano Kasongo « à charge du criminel Ibrahim Bakenda, alias Ibrahim Kabila ». Apparemment Mugalu et Ibrahim sont de « vieilles connaissances »…

Comme on peut le voir, la police kinoise et le parquet de la République près le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe ont fait preuve, dans le cas de la plainte de Mugalu contre Ibrahim Kabila, d’une « efficacité » époustouflante autant qu’inhabituel. Est-ce parce que le dossier touche la personne de l’ex-président « Kabila » et son nervi?

Le même mercredi 15 mai, le conseil de Pascal Mukuna en l’occurrence Me Richard Bondo a porté plainte contre Barnabé Kikaya bin Kakubi auprès du procureur général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe.

Dans un twitt posté le 14 mai – après le transfert de Mukuna à la prison de Makala -, cet ancien conseiller diplomatique de « Kabila » a proféré des menaces précises contre le leader du mouvement « Eveil Patriotique ». On peut lire: « Comme dans les fables, nous méditons sur les animaux malades de la peste avec le Covid-19. Voilà que la ‘grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf’ s’invite au débat. Tu seras châtié de ta témérité pour avoir prononcé le nom de Dieu en vain. Makala n’est qu’un avant goût ».

Pour le Cabinet Bondo, le « complot » contre son client « se précise ». Aussi a-t-il demandé au ministère public près cette dernière juridiction « de réserver le bénéfice de l’urgence » à la plainte de ce citoyen Congolais « car l’irréparable peut lui arriver ».

« DEKABILISER L’APPAREIL JUDICIAIRE »

Au moment où ces lignes sont écrites, cela fait cinq jours depuis que le parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe a réceptionné cette plainte. Comment peut-on expliquer la « célérité » manifestée par le ministère public dans la démarche menée par l’ancien chef de la maison civile de « Joseph Kabila » contre Ibrahim Kabila et « l’apathie » affichée dans le cas Mukuna? Pourquoi le magistrat ne réagit-il pas? Devrait-on donner raison à l’avocat du prévenu qui redoute l’existence d’une conspiration?

Pascal Mukuna

Dans communiqué daté du samedi 16 mai, l’association de défense des droits de l’Homme « La Voix des Sans Voix » abonde dans le même sens. Elle dit « suivre avec une attention toute particulière » l’affaire qui oppose Mukuna à la dame Mamie Tshibola. La « VSV » n’a pu s’empêcher de s’interroger sur la « célérité » avec laquelle ce dossier judiciaire est traité en rappelant, au passage, que la justice congolaise n’a pas fait preuve du même zèle dans d’autres faits graves. C’est le cas notamment de l’assassinat du défenseur des droits humains Floribert Chebeya Bahizire et Fidèle Bazana Edadi, Armand Tungulu. Sans oublier des manifestants pacifiques abattus, les fosses communes de Maluku. « Tous ces faits ont été dénoncés par l’évêque Pascal Mukuna », souligne la « VSV ».

Se remémorant le sort réservé jadis à Fernando Kutinho initiateur du mouvement « Sauvons le Congo », la « VSV » dit craindre pour l’intégrité physique et mentale de Pascal Mukuna. Elle redoute que celui-ci fasse les frais de sa campagne d’éveil patriotique et « des violations des droits de l’homme qu’il a dénoncées ». L’association ne va pas par quatre chemins en dénonçant « toute instrumentalisation » de la justice « à des fins politiques ».

Au moment où ces lignes sont écrites, le « chef bérets rouges » du PPRD, Henri Magie wa Lufetu, est embastillé à la prison centrale de Makala. Pourfendeur de « Fatshi », ce cadre de la ligue des « jeunes » du parti kabiliste serait poursuivi du chef d’outrage au chef de l’Etat. Sous « Joseph Kabila », la peine était maximale. Il faut espérer que les « Fatshistes » qui ne cessent de clamer leur attachement à l’Etat de droit feront preuve de cohérence en évitant de tomber dans les mêmes errements. L’heure est venue de « dé-kabiliser » l’appareil judiciaire.

 

B.A.W

11 thoughts on “Congo-Kin: la justice toujours instrumentalisée

  1. Il n’y aura jamais d’Etat de droit ni de justice tant que ce pays-là demeurera entre les mains des criminels de sang et économiques au service du Tutsi Power, ces bandits de grand chemin qui se font appeler “honorables”, “excellences”, “docteurs en…”, “professeurs” et j’en passe. Quelle grosse poisse pour un si grand pays qui aurait dû être un exemple pour l’Afrique et même pour le monde!

  2. Cet article me fait tout simplement sourire. Qui peut croire une seule fois que ne contrôlant que l’institution Président de la république que l’on peut changer profondément les choses pendant que dans le système qui est le nôtre, c’est le camp parlementaire le plus important qui gère et qui étend ses tentacules dans toutes les strates de la société, ajouté à cela l’infiltration lente et réussie de toutes les institutions et services de l’Etat par des voisins orientaux. Aujourd’hui, cela fait exactement 23 ans d’un pouvoir venu d’ailleurs et on veut l’extirper en 16 mois seulement. Soyons raisonnables!
    Et comme la voie électorale a échoué par trois fois déjà, le congolais vote certes mais n’élit nullement ces dirigeants. La seule voie qui nous reste est celle d’un coup de force pour mettre hors d’état de nuire ce système d’esclavage qui nous avilit tous directement comme indirectement. Rêver à autre chose, c’est perdre son temps et nous n’avons plus de temps à perdre.

  3. Decidement, la table de nkingu fioti Kagame est pleine des dossiers a traiter, lui qui ne connait que le verbe massacrer. Le plus sensible des dossiers, celui des 100 chantiers aura des serieux rebondissements car nous apprenons que les dix commissaires du projet se sont partages 13 millions des dollars de commission entre eux. Il y en a qui se proposent meme de rendre ce qu’ils ont recu. Kamerhe n’est donc pas le seul moyibi comme nous l’avions dit. Let’wait and see.

  4. On n’est pas sorti de l’auberge aussi longtemps que le peuple congolais n’ a guère compris que Félix Tshilombo n’est qu’un garçon de course et un cache sexe placé au sommet de l’Etat par la seule volonté de Joseph Kabila. Sous cet angle le régime de prédation tant décrié continue de fonctionner sans heurt. Hippolyte Kanambe continue donc, de diriger le Congo Démocratique en maître absolu. Puisque Félix Antoine Tshilombo ne comprend rien, et il ne dirige rien, et par ce fait, le bout du tunnel n’est pas pour demain, si à l’évidence le peuple congolais ne se soulève pas contre le prolongement du système d’asservissement , du pillage de nos ressources, d’intimidation et d’arbitraire que pilote actuellement le fils du défunt éclaireur de « l’UDPS » dont sa disparition dans des conditions surprenantes est sujet à caution. Je réitère donc, mon souhait de voir les congolais de tout bord, sortir de leur indolence pathogène pour tenir en main le flambeau de la libération. On doit avoir cette fierté légitime de laisser à la génération qui arrive un pays libre, riche et indépendant. Un pays où il fera bon de vivre. Un oasis de paix et surtout un modèle pour l’Afrique toute entière !
    J’ai dit !
    Kolomboka

  5. Correction
    @ KUM (et @ RAZ)
    Parlant justement des bandits et criminels (a col blanc) au sommet inclu ces excellences, honorables, docteurs, professeurs, que vous ennumerez ci-haut, lire ci-dessous une liste partielle des kleptocrates dont le seul souci et objectif en accedant au sommet est de se la couler douce (donc voler) aux depends du « Peuple d’Abord » qu’ils utilisent en vides slogans comme marche-pieds et oublient tres vite:
    https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2020/05/20/100-jours-un-comite-de-gestion-grassement-remunere.html/60980/
    La composition du Comite de Gestion du Programme des 100 Jours de FATshi-Kamhere dont la remuneration representait 5% des $500 Millions du budget de ce programme-bidon etale l’un des modus operandi de detournements par ces kleptocrates – toutes tribus confondues.
    A RAZ qui se perd dans ses contradictions tribalistes avec sa haine primaire anti-Baluba de nous dire en lisant la liste ci-dessus de ces jouisseurs kleptocrates si cette liste epargne sa propre tribu ou celle de son Mentor, nous citons l’ ex-jouisseur Mobutiste H. Ngbanda !

  6. @ Tous.
    Notre frere Lidjo se demande,
    ( Qui peut croire une seule fois que ne controlant que l’institution president de la republique que l’on peut changer profondement les choses etc…) Tres bonne question. Cependant laissez moi vous dire que les pauvres vantards de l’udps y croient aveuglement, helas. Ils se retrouvent dans le confinement a la presidence ou ils s’entredechirent avec l’unc.Pendant ce temps, Kanambe et la majorite controlent TOUT. Si vous osez dire la verite, vous etes soit Mobutiste, soit Ngbandiste soit Antibaluba, tribaliste, etc…je me demande si Etienne Tshisekedi serait fier de voir ce desordre. Si il faut tirer la sonette d’alarme aux combtaba, j’accepte d’etre Ngbandiste. Si je dois denoncer les voleurs de la presidence, je suis fier d’etre Ngbandiste que membre de l’udps. Si vous dites qu’il est impossible que Kamerhe soit le seul a bouffer $ 50 millions, vous ete antibaluba. Grandissons! L’udps ne devrait il pas apprendre a partir de ses erreurs? Pourquoi passer du temps a nier les evidences et a mentir? Qu’elle est l’image que ce parti laissera aux generations futures? Les alliances fallacieuses, les pourparlers avec le tutsi power? Toloba, toloba te! 2023 yaka noki.

    1. Un autre son de cloche trouvé dans les réseaux sociaux.
      Possible or not, that is the question!
      *Urgent*
      🇨🇩. *Fini la coalition FCC-CACH. Ilunkamba tombe ! Certains vont douter , mais,les passionnés des informations politiques vont affirmer.Felix Tshisekedi sort de son splendide,il se nimbe d’une vertu magique et d’aura sacrée pour démontrer ses véritables plumes . Félix Tshisekedi avait piégé FCC.* *En effet, Lors de la nomination du premier Sylvestre Ilunkamba, aucune ordonnance présidentielle avait nommé un informateur pour identifier la majorité parlementaire, très content du silence du chef de l’État, FCC s’en était réjoui , pourtant ,il dansait sa fin politique sans le savoir, après l’arrivée de l’honorable Bahati très réconfortant après l’arrêt de la cour constitutionnelle .*. *L’odeur a changé dans le camp Tshisekedi. Car,le chef de l’État vient de soumettre l’ordonnance portant nomination, organisation et fonctionnement du gouvernement à la cour constitutionnelle, ayant violé la procédure de nomination du premier ministre ilunkamba pour n’avoir pas nommé un informateur ,en faisant mention du FCC-CACH, qui sont de plateformes électorales , non reconnues dans la constitution .le juge constitutionnel va annuler l’acte portant nomination du premier ministre ilunkamba , exigeant ainsi, l’identification de la majorité parlementaire passant par la nomination de l’informateur conformément à l’article 78 de constitution .. enfin, Félix Tshisekedi souvent incompris, sortira stratége sans dissolution de l’Assemblée nationale mais avec la constitution. Par ailleurs, on nous signale que plusieurs émissaires de l’opposition ont été reçu aujourd’hui dans sa résidence privée (Ensemble pour la République, et MLC), tout semble croire à de négociations pour le repositionnement et le renfoncement de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale.. coalition* *FCC-CACH sera enterrée après l’État d’urgence , une de nos sources gouvernementales, nous a tenu à nous informer sur un malaise observé dans plusieurs cabinets ministériels du gouvernement Ilunkamba , d’ailleurs,je risque de révéler une autre bombe mais on garde prochainement, on suit le chef.* .. *Merci beaucoup pour l’attention.. nous suivons de près la situation et vous rassurons à vous en tenir au courant*
      Tout simplement un autre son de cloche dans les réseaux sociaux.
      Bismark

    2. eRAZ
      electronic Raz
      – « Si il faut tirer la sonette d’alarme…  » : NON, allez AGIR en tant que résistants au lieu de venir vous distraire ici.
      – « Toloba, toloba te! 2023 yaka noki » : Donc, RÉSISTANCE esili ? Bokosa na bino batu ? 5e colonne elimwe ? Yakutumba vous a tendu la main. Il attend.

  7. CHER COMPATRIOTE AMBA BAUDOUIN WETSHI BONSOIR ou BONJOUR,
    JE VOUS SERAIS TRES RECONNAISSANT DE BIEN VOULOIR M’INFORMER POURQUOI DEPUIS 3 SEMAINES MES COMMENTAIRES NE SONT PAS PUBLIES.
    D’AVANCE JE VOUS EN REMERCIE ET VOUS D’AGREER, CHER MONSIEUR BAUDOUIN, L’ASSURANCE DE MA CONSIDERATION DISTINGUEE.
    GERMAIN

  8. [Justice congolaise, victime ou complice de la domination du mercenariat tutsi rwandais au Congo ? Par Mufoncol Tshiyoyo
    http://www.ingeta.com/justice-congolaise-mercenariat-tutsi-rwandais/
    Comme toutes les institutions accompagnatrices du « pouvoir-os », la justice congolaise croit malheureusement dire le droit, alors qu’elle est transformée à sa plus simple mesure : agent de conspiration contre le devenir du Congo, une complice aidant à tromper la vigilance des masses populaires congolaises pendant que ses actes contrôlés participent bel et bien de la réification de l’homme congolais.
    L’instrumentalisation de la « justice congolaise », telle que le pays le vit actuellement, nous place dans l’hypothèse de « l’adaptation » du mercenariat-tutsi rwandais sur le sol congolais. Aux uns, surtout dans le camp de celles et de ceux qui y trouvent leur compte, elle fait croire, et non sans raison, que l’unique solution qui reste dans un Congo devenu fertile à la permanence de la domination Tutsi, est la soumission au désordre — ordre érigé en système.
    Tandis qu’aux autres, la manipulation de la justice congolaise cadre plutôt avec les difficultés que ne cesse de rencontrer le mercenariat-tutsi rwandais sur le terrain, difficultés conséquences de sa longue durée et qui, par conséquent, l’inciteraient à opter pour un changement de stratégie. On ne peut indéfiniment dominer un peuple sans qu’il y ait des remous. En définitive, le recours à la caporalisation de la justice congolaise démontre que le Congo est loin d’être totalement soumis. Il y a de quoi se féliciter. Le Congo profond résiste et vaincra nonobstant l’état de faiblesse mentale caractéristique d’une catégorie bien déterminée des autochtones – agents (intellectuels, politiques, journalistes, société civile) à la solde du mercenaire et de son Maître… »]

  9. Mamba vs Mpiana, aussi vite de l’AN à devant le Juge ???
    Si à son tour cette justice Congolaise s’emballait à son tour dans tous les sens, instrumentalisée à qui mieux-mieux accompagnant des condamnations curieuses, trop précipitées
    C’est quoi en effet cette arrestation d’un député , JJ Mamba au motif que sa pétition contre Kabund comporterait de faux et usage de faux sur la seule base des dires du signataire Mpiana ?
    Un député bénéficie d’une immunité qui nécessite d’être levée avant d’d’être poursuivi. Le Procureur convoque ici un flagrant délit sans en épuiser l’instruction. Non seulement d’autres députés signataires sont prêts à soutenir qu’ils l’ont vu signer la pétition pour se rétracter ensuite mais aussi son parti l’UNC ne le soutient pas dans cette démarche privilégiant à la limite un arrangement interne et surtout la Présidente de l’AN Mabunda à écrit au Procureur pour arrêter cette poursuite intempestive.
    Trop de condamnations mutuelles expéditives qui semblent obéir à des motivations personnelles, celui-ci accuse celui-là pour des mobiles trop personnels pour en faire des affaires publiques et certains juges instrumentalisés ou non s’en mêlent au risque de brouiller ce retour public souhaité d’une Justice indépendante.
    Il y’a urgence que la Justice elle-même y mette de l’ordre !

Comments are closed.