Denis Kadima alerte: « la lenteur dans la mutualisation des opérations d’enrôlement et du recensement peut avoir un impact sur le calendrier électoral »

Read Time:2 Minute

Jeudi 3 février 2022 – Politique

Photo

Denis Kadima

Denis Kadima n’est pas allé par le dos de la cuillère: « la lenteur dans la mutualisation des opérations d’identification de la population, de recensement de la population et de l’habitat ainsi que de l’enrôlement des électeurs est de nature à retarder le processus électoral déjà soumis aux contraintes de délai constitutionnel ». Il l’a dit ce jeudi au cours de la présentation de la feuille de route du processus électoral et des contraintes qui peuvent avoir une incidence sur le calendrier électoral. Selon le programme qu’il a présenté, la présidentielle et les législatives doivent avoir lieu en décembre 2023. Et les résultats seront connus au premier trimestre de 2024. 

« Sur le plan technique, il y a aussi un certain nombre des contraintes, on commence par la mutualisation, vous savez qu’il y a un ambitieux programme de mutualisation des opérations d’identification de la population, recensement de la population et de l’habitat qui devra être couplé avec l’enrôlement des électeurs et cela est de nature à retarder le processus électoral déjà soumis aux contraintes du délai constitutionnel », a expliqué Denis Kadima. 

Il craint particulièrement le défi lié à la coordination et à la méthodologie. 

« Pour être beaucoup plus clair, le gouvernement a un projet, un très bon projet pour doter le pays une carte d’identité et pour pouvoir recenser la population de la RDC évidemment, c’est un processus comme vous pouvez l’imaginer qui implique beaucoup d’acteurs, plusieurs ministères et des agences spécialisées et la CENI elle même. La multiplicité des acteurs, les mécanismes de prise de décision qui est relativement incertaine et lourd ainsi que le fait que la CENI a comme mandat d’organiser les élections, c’est sur cette base là qu’on sera jugé, il y a un grand risque de rater l’objectif ultime si ce travail n’est pas fait avec une bonne coordination des différentes étapes ».

Il espère que les prochaines réunions permettront de baliser le chemin.

« Je réitère l’engagement de la CENI à assister les autorités dans cette démarche d’avoir un recensement bien fait de la population mais nous notons d’autres parts que si la méthodologie arrêtée n’est pas revue nous aurons des difficultés à atteindre notre objectif ultime qui est celui d’organiser les élections à temps. Je pense que dans les rencontres que nous aurons prochainement nous devrons nous appliquer à réfléchir sur la méthodologie qui pourrait nous permettre de faire d’une pierre deux ou plusieurs coups sans toutefois affecter l’objectif ultime comme je le dis de la CENI celui qui est d’organiser les élections dans le délai imparti par la constitution ».

Selon le gouvernement, le début des opérations des opérations couplées doivent avoir lieu sur le terrain au mois de juillet. Selon les premières estimations, elles doivent durer entre 10 et 18 mois.

Lire aussi: RDC : « il ne sera nullement question de conditionner les élections par la fin du recensement de la population » (Patrick Muyaya)

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
100 %
Surprise
Surprise
0 %

7 thoughts on “Denis Kadima alerte: « la lenteur dans la mutualisation des opérations d’enrôlement et du recensement peut avoir un impact sur le calendrier électoral »

  1. Kiekiekie…
    Le script du glissement commence à s’écrire.
    Un script en…béton !
    On va voir qui est garçon et qui ne l’est pas…

  2. Pendant ce temps, l’UE [sous les auspices de la Belgique, à la demande du Rwanda (pays agresseur du KONGO-ZAÏRE)] convoque sans l’aval des Vrais Kongolais de souche purs sang ce 17-18 Février 2022 à Bruxelles une Seconde Conférence de Berlin de 1885 pour revoir nos bornes des frontières intagibles depuis 1964, le non-respect de cette intagibiiité de nos frontières coloniales ouvrira officiellement la voie royale à la Balkanisation de notre Beau et Grand pays… L’autoproclamé Kimbaguiste Denis Kadima est sur les traces de ses fanfarons prédécesseurs Malu Malu, Ngoy Mulunda et Corneille Nangaa, cet aventurier de Denis Kadima n’inventera aucune nouvelle roue électorale en RDC occupée par les Banyarwanda et leur CENI pro Rwanda, il (Denis Kadima) va s’enrichir comme d’habitude avec des carrés miniers comme le faux pasteur des églises de sommeil Binzambi Nzambi de 2018, il peut aussi trepasser comme l’autre escroc de 2006, karma oblige il risque de faire la prison comme l’échangeur des Kalachnikovs moyennant 100 $ US de 2011… À propos des fameuses élections truquées d’avance qui sont des pièges à con, Albert Einstein dit « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent »… Après Bemba j’ai accepté l’inacceptable, Tshisekedi Bolala Mpongi ya va bébés et Tshilombo-Pétain la marionnette de Paul Kagame coaché par l’Imposteur Rwandais Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila, la RDC occupée risque d’avoir Fayulu-Lamuka comme président protocolaire de Faden House ou Moses Soriano alias Moïse Katumbi le fossoyeur de la SNCF et de la Gecamines, le poulain du Rwanda… RÉVEILLEZ-VOUS !… Ainsi soit-il… INGETA

  3. On instille petit à petit dans la tête des gens l’impossibilité à tenir les élections aux dates constitutionnelles prévues de 2023 avec déjà la publication des soi disant dates des scrutins pour endormir notre vigilance. Pas étonnant dans un pays où la règle est l’improvisation.

  4. Avec tout le temps que les capricieux et incohérents Utembi, N’shole et co. ont fait perdre à la république, je ne serai logiquement pas surpris d’une prolongation. Par ailleurs, le recensement et l’identification de la population restent urgents.

  5. @ Prorwanda
    Si tu etais un peu eduque et instruit, tu aurais dit: « l’archeveque » Utembi et « Monseigneur » N’shole. Ils ne sont pas tes camarades. Nous attendons toujours ton commentaire sur le dossier Kabund. Va dire a Kadima, ce membre de l’udps, section Sud Afrique, que les congolais savent tres bien que Tshilombo ne peut pas gagner une election dans notre pays et qu’il se trompe s’il croit que la fraude de 2018 va persister. l’udps risque de faire couler du sang pour rien. Somo ya election eleki somo ya ebale.

  6. @ Une nouveauté ? Après avoir été nommé à la Ceni sans consensus, voilà Kadima qui alerte lui-même des obstacles mis sur son chemin par le contexte de sa nomination : les élections de 2023 qu’il doit organiser sont en danger, pas d’argent, pas de loi électorale et pire pas de volonté politique claire à les organiser selon le calendrier, un glissement malin se prépare. C’est en effet l’essentiel de ses péroraisons. Dire que toute cette bafouille était prévenue par maints observateurs nationaux et étrangers justement parce que les condition de la constitution du bureau de Kadima pâtissaient de son improvisation qui voulait à tout prix d’un Président Udps proche de Tshisekedi à la Ceni sans réunir les préalables pour des élections crédibles.
    @Sans honte Kadima cite à la cantonade les différentes contraintes auxquelles il est confronté : retard dans le financement des opérations électorales, manque de volonté politique,pas de production à temps des lois essentielles (réforme électorale), pas de mutualisation des opérations d’identification et de recensement avec enrôlement des électeurs à faire sans lenteur, problèmes sécuritaires surtout dans la partie Est du pays, contraintes sanitaires avec la pandémie à Coronavirus-19, mobilisation non préparée des millions de personnes ainsi que des difficultés logistiques pour le déploiement du matériels et agents… Comment pense-t-il les surmonter sinon en exigeant d’abord du pouvoir qui l’a nommé de faire tout pour que les élections soient dans les délais et qu’est-ce que lui a répondu son ami et patron Tshisekedi au cas où il lui ait déjà entretenu de toutes ses difficultés. Il y’a très lourde maldonne au royaume de Mukopwe Tshilombo. Personnellement je ne nourris aucun fétichisme des dates pour les élections, elles sont une étape dans le processus démocratique mais m’importe d’abord leur contenu plutôt que leur survenue à l’heure prévue. La suite…

  7. A INVERSER LA PHRASE SVP :
    *** Personnellement je ne nourris aucun fétichisme des dates pour les élections, elles sont une étape dans le processus démocratique mais m’importe d’abord leur contenu plutôt que leur survenue à l’heure prévue n’empêche qu’l y’a très lourde maldonne de cating au royaume de Mukopwe Tshilombo. La suite…

Comments are closed.

Previous post RDC : voici les grandes dates des opérations électorales 2022-2024
Next post « Des questions d’examen en échange de sexe »: une étudiante dénonce un doctorant de l’UGent