Elections en RDC : voici les 5 pays pilotes retenus pour le vote des congolais de l’étranger

Read Time:2 Minute

Vendredi 12 août 2022 – 09:36

Denis Kadima

Denis Kadima

Le président de la commission électorale nationale indépendante (CENI) Denis Kadima Kazadi a participé, jeudi 11 août, à la quatrième série de matinée d’information électorale organisée par l’ONG Ligue des femmes congolaises pour les élections (LIFCE) à Kinshasa.

La présidente de la LIFCE, Charlotte Mayele, signifié que cette activité qui entre également dans le cadre de la formation continue CENI-LIFCE, a pour objectif d’avoir les informations fiables sur le processus électoral pour une sensibilisation à la base mais aussi de renforcer leurs capacités en matière électorale et aussi d’accompagner la CENI, leur partenaire depuis plus de 5 ans.

« En ce qui concerne les élections, nous sommes les partenaires privilégiés de la CENI. Nous avons besoin de l’accompagnement de la CENI. Et la LIFCE, en tant que mission d’observation électorale de la CENI, nous nous sommes engagés dans cette voie pour avoir des accréditations pour accomplir ce que nous avons toujours l’habitude de faire, parce qu’il faut qu’il ait des observateurs et témoins pour confirmer la transparence du processus électoral. Donc, nous voulons apporter notre pierre à la gouvernance doctorale », a déclaré Me Mimie Konde.

A la fin, la LIFCE a remis à Denis Kadima son plan stratégique quinquennal sur le processus électoral. M. Kadima a briefé les participants sur les activités que mène la centrale électorale et des innovations à venir.

« Là où c’est nécessaire nous allons apporter des innovations pour des élections de qualité. Notre souhait c’est de poser des actes. Nous sommes en train de revoir la cartographie et nous assurer que nos bureaux soient proches de vos résidences. L’exercice qui commence dans les mois à venir est la révision du fichier électoral. Nous allons améliorer la méthode de la qualité de saisie des emprunts et ajouter l’iris. Nous allons introduire une nouvelle technologie qui s’appelle « OCR», une technologie que nous allons utiliser pour la réception des électeurs. Elle comprend tous les détails, toutes les informations possibles écrites à la main qu’on va déposer sur cet appareil ; lequel va le saisir directement. Cela nous permettra de gagner du temps. Donc, c’est une innovation que nous allons apporter pour éviter les enrôlements multiples. Nous allons également utiliser la reconnaissance faciale pour les mineurs. Ce sont des améliorations que nous allons apporter », a déclaré Denis Kadima.

Et d’affirmer :

« Nous sommes déterminés à organiser les élections locales qui n’ont jamais eu lieu. Il y a 40 ans. Nous allons permettre aux congolais résidant à l’extérieur de s’inscrire dans les ambassades et voter. Mais seulement, dans une phase pilote avec 5 pays, notamment la Belgique, la France, les Etats Unis, le Canada et l’Afrique du Sud. Et parmi les conditions de vote, ces pays ne doivent pas être frontaliers à la RDC. Nous allons élargir cet exercice dans tous les pays où la RDC a une représentation ». 

La LIFCE a été informée des préparatifs du calendrier électoral, facteur de beaucoup de conditions telles que les dates qui doivent être réalisées obligatoirement, précise la CENI. Cela dans la transparence qui veut que « gagneront ceux qui auront gagné ».

Fonseca MANSIANGA/ ACTUALITE.CD

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

2 thoughts on “Elections en RDC : voici les 5 pays pilotes retenus pour le vote des congolais de l’étranger

  1. Il ne suffit pas de proclamer urbi et orbi sa détermination à organiser les élections locales et de permettre aux résidents des 5 pays pilotes de voter, encore faut-il le faire. Nous attendons donc, Mr Kadima, la réalisation effective de tous ces exploits.

  2. « Une Nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle » Citation de Martin Luther King ! Les élections pièges cons truquées d’avance organisées par la CENI pro Rwanda en RDC occupée ne sont pas une PANACÉE. Fayulu-Lamuka (ex-président élu) accuse déjà la fameuse CENI Lubanyarwandisée et l’incompétent ONIP (Office National d’Identification de la Population) de planifier la TRICHERIE [la folie dixit Einstein, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent]. C’est pour la 4è fois d’affilée en 16 ans (2006-2022) que la CENI pro Rwanda planifie la tricherie et proclame vainqueur un président non élu ou très mal élu sans que la Classe Politique RDCienne corrompue médiocre et la Société Civile politisée sans idéal à court, moyen et long terme s’en indignent . En 2018, le même Fayulu-Lamuka parlait aussi de la machine à voter défectueuse mais au final, il y est quand même allé [à Canossa] aux élections pièges à con truquées d’avance avec en prime une nomination honteuse à la présidence protocolaire de Tshilombo-Pétain [aux conséquences inextricables, irréversibles] par ses Parrains OCCUPANTS Banyarwanda. Donc le PEUPLE KONGOLAIS utilise le VOTE D’ESCLAVE, glisse le bulletin dans l’urne sans élire le candidat (dirigeant politique) de son choix, c’est l’Empire Hima adoubé par la Communauté internationale Impérialiste (USA, UE, ONU, OTAN) qui choisit après casting celui qui doit jouer le rôle du président protocolaire en RDC occupée. Parlons peu mais vrai, comment peut-on espérer des élections présidentielles et législatives dignes, libres et transparentes dans un pays Sous-Occupation étrangère où les 100 millions d’habitants depuis 25 ans (1997-2022) n’ont pas de Carte d’Identité Nationale digitalisée au 21è siècle avec tracabilité d’une base des données fiables, à la place le PEUPLE RDCIEN a une simple carte d’Électeur falsifiable à souhait qui lui sert d’Identité Nationale que n’importe quel quidam peut posséder et se prétendre Kongolais de souche, ça n’est pas sérieux. Notre Beau et Grand pays manque cruellement des Hommes d’Etat, plusieurs faussaires Escrocs Voleurs chômeurs à longue durée aventuriers s’imporovisent Politiciens pour leur propre ventre et pour enrichir malhonnêtement leurs familles. Selon James Freeman Clarke « La différence entre le simple homme politique et l’homme d’État est que le premier cherche à gagner les prochaines élections alors que le second songe à l’intérêt des prochaines générations ». RÉVEILLEZ-VOUS ! VIVE LE SOULÈVEMENT POPULAIRE. INGETA

Comments are closed.

Previous post Alerte Enlèvements!
Next post RDC-Rwanda-M23: 60 jours depuis que Bunagana est occupé