Etat de siège en Ituri et Nord-Kivu: «Mettre le vin nouveau dans des outres neuves»

COMMUNIQUE 003/05/2021/IRDH

Lubumbashi, le 04 Mai 2021.- L’IRDH salue les mesures d’application de l’état de siège proclamé sur les territoires des provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, entrant en vigueur le 06 mai prochain. Cependant, il invite le Président de la République, chef de l’Etat et commandant suprême des Forces armées de la RDC (FARDC) de designer des nouveaux officiers en remplacement de ceux qui ont conduit les opérations militaires à l’Est, depuis plus de trois ans. Une telle mesure donnerait plus de confiance à la population qui accuse beaucoup d’entre eux d’être de connivence avec les groupes armés.

En effet, le président Tshisekedi Tshilombo Félix ordonne que « pendant l’état de siège, les autorités civiles des gouvernements provinciaux de l’Ituri et du Nord-Kivu, celles des entités décentralisées et déconcentrées desdites provinces seront remplacées par les officiers des forces armées de la RDC et/ou de la Police nationale congolaise (PNC) désignés à cet effet ». Ces autorités militaires « sont nommées et les cas échéant relevées de leurs fonctions par ordonnance du président de la République sur proposition du gouvernement, le Conseil supérieur de la défense entendu ». Ils vont disposer « de l’administration publique de la province, de la Police nationale congolaise et de tous les services provinciaux ».

Contrairement à l’opinion qui conditionne une telle intervention de sauvetage des vies humaines aux nouvelles études d’évaluation de la situation de terrain et des reformes de l’appareil sécuritaire, l’IRDH salue la décision d’affronter, en toute URGENCE, militairement les groupes terroristes qui égorgent quotidiennement la population civile des deux provinces précitées.

Cependant, l’IRDH exhorte le chef de l’Etat de ne pas nommer les militaires qui sont: (i) sous sanctions internationales, (ii) accusés de connivence avec les groupes armés, (iii) présumés auteurs de violations des droits humains et (iv) ceux qui ont toujours refusé de servir la nation dans d’autres territoires qu’a l’Est. Car, le lien de confiance doit être fortement rétabli, pour que la population civile réponde positivement à l’appel de soutien aux Forces armées de la RDC.

En somme, comme il faudrait mettre « le vin nouveau dans des outres neuves », pour que et le vin et les outres se conservent. L’IRDH recommande des nouveaux commandements militaires, afin d’assurer une bonne collaboration avec la population. A défaut, les trahisons continueront dans les rangs des FARDC et la population civile continuera à mourir.

L’IRDH demeure mobilisé, dans le cadre du Contrôle Citoyen.

 

Pour l’IRDH
Maître Tshiswaka Masoka Hubert
Directeur Général
Tél: 00243 85 110 34 09, Tweeter: @irdh_officiel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please reload

Veuillez patienter...