Fcc-Cach: « Kabila » a-t-il voulu faire destituer « Felix » à défaut d’une « élimination »?

En journalisme, une rumeur – ce bruit transmis de bouche à oreille -n’est pas considérée comme une source d’information. « Publier seulement les informations dont l’origine est connue », proclame notamment la déontologie. Quid d’un écrit anonyme rapportant des faits autant pertinents que vraisemblables? C’est le cas de deux écrits, sans date ni signature, qui circulent sur les réseaux sociaux. Ils émaneraient – le conditionnel doit être de rigueur – de deux personnes qui auraient été en contact avec Benoît Lwamba Bindu Bya Maganga, le président démissionnaire de la Cour constitutionnelle du Congo-Kinshasa.

Dans le premier écrit, on apprend que le « président honoraire » (sic!) de la Cour constitutionnelle, Benoît Lwamba Bya Maganga, tiendra une conférence de presse « dans 48 heures ». Quarante-huit heures à partir de quand? Mystère! De quoi va-t-il parler? Le ton vire aussitôt à la polémique. L’orateur voudrait « fixer l’opinion sur sa démission » et « répondre aux menaces du dénommé Joseph Kabila né Hyppolite Kanambe Kazemberere qui considère les katangais comme des traîtres », peut-on lire.

Passation de pouvoir le 24 janvier 2019

Se reportant à la lettre de démission du Président de la Cour constitutionnelle, l’auteur anonyme de ce texte souligne que cette rencontre avec la presse sera « un moment d’intenses révélations ». L’homme ne s’arrête pas là. Il cite quelques passages de la missive que Lwamba avait adressée au chef de l’Etat. Pour l’essentiel, on retiendra que ce haut magistrat commençait à craindre pour sa vie. « Si je leur annonce ma démission, ils vont me tuer. (…)« . « Ils », ce sont ses ex-camarades du Front commun pour le Congo (Fcc).

Dans le second texte, Lwamba est présenté sous les traits d’un « repenti » décidé à soulager sa conscience par des « révélations accablantes » qu’il se proposerait de faire à l’encontre des « dirigeants du régime criminel de l’Afdl au Congo et de leur autorité morale dénommé Joseph Kabila né Hippolyte Kanambe Kazemberere ».

Ici, on apprend que le Président de la Cour constitutionnelle aurait pris la résolution de rendre son tablier suite à la « guerre » aux « proportions inquiétantes » entre « Joseph Kabila » et son successeur Felix Tshisekedi Tshilombo. A en croire cette source anonyme, Benoît Lwamba qui vient de totaliser 75 ans d’âge, n’entendrait plus « servir servilement les causes injustes » du Fcc. « (…), Je ne veux pas quitter cette terre sachant que j’ai trahi mon pays juste pour les intérêts du Fcc ».

DEUX « PLANS » POUR « EN FINIR » AVEC « FATSHI »

A en croire l’auteur de ce second texte, les « dirigeants du régime criminel de l’Afdl au Congo » auraient conçu « deux plans » en vue « d’en finir » avec le président Tshisekedi « qu’ils jugent désormais très dangereux ».

D’après cette dernière source, le premier « plan » visait à « neutraliser » le numéro un Congolais via une action commando. Kalev Mutond, Delphin Kahimbi et John Numbi auraient été chargés de l’exécution de cette opération. Au moment des faits, ces derniers assumaient respectivement les fonctions d’administrateur général de l’Agence nationale de renseignement, chef d’état-major adjoint chargé des renseignements militaires et inspecteur général de l’armée nationale congolaise (Fardc). Cette action se serait soldée par un échec.

Feu général Delphin Kahimbi Kasagwe

En partance pour l’Afrique du Sud, fin février dernier, le général Kahimbi sera interpellé à l’aéroport de Ndjili. Après un interrogatoire serré au Conseil national de sécurité, il est suspendu de ses fonctions. C’était le 27 février. Le lendemain, l’officier meurt dans des circonstances non élucidées à ce jour.

Le second « plan » est « judiciaire ». Il consistait en une « destitution en douceur » dans une action combinée entre le Parlement et la Cour constitutionnelle. Ici, Lwamba Bindu devait jouer le rôle de « pièce maîtresse ».

En mai dernier, l’Udps Jean-Marc Kabund, 1er vice-président de l’Assemblée nationale, est évincé de son poste pour avoir dénoncé le coût (7 millions $) de la tenue d’un Congrès réunissant les deux chambres du Parlement. L’auteur de la pétition contre Kabund, le MLC Jean-Jacques Mamba, est poursuivi pour faux et usage de faux. Des manifestants envahissent l’entrée du Palais du peuple empêchant les parlementaires de se réunir.

« PRESSIONS INSUPPORTABLES » SUR LWAMBA

Selon l’auteur de ce second texte, plusieurs « membres influents » du Fcc auraient commencé à exercer des « pressions insupportables » sur ce haut magistrat. Celui-ci est enjoint de « collaborer » en vue de la destitution du chef de l’Etat. L’article 164 de la Constitution stipule notamment que « la Cour constitutionnelle est le juge pénal  du Président de la République  et du Premier ministre pour des infractions politiques de haute trahison(…)« .

Dans ce second texte, on peut lire: « la menace était devenue insupportable pour moi, je ne veux pas mourir à l’instar du feu général Delphin Kahimbi ». Qui parle? Il semble que c’est Benoît Lwamba. Aussi, choisit-il « dans la discrétion la plus totale » de se mettre sous la protection du chef de l’Etat à qui il dira ces mots au cours d’une entrevue: « Monsieur le Président, acceptez ma démission et trouvez-moi un pays en Europe ». C’était, semble-t-il, le 26 juin.

Photomontage John Numbi Banza et « Joseph Kabila »

D’après l’auteur du second texte, Lwamba lui aurait confié que c’est « Felix » qui avait remporté l’élection présidentielle. Et que Kalev Mutond et des gouverneurs de province avaient « jeté » les bulletins de vote « pour effacer les traces ». « Monsieur Corneille Nangaa sait très bien de quoi je parle. J’ai avec moi toutes les preuves », aurait conclu le Président de la Cour constitutionnelle dont la démission est devenue officielle le 13 juillet 2020. Ce jour-là, le Président de la République a réceptionné le « procès-verbal de prise d’acte » établi par les autres juges de cette haute cour.

Né le 19 juillet 1945, le Hemba Benoît Lwamba Bindu a joué un rôle de premier plan lors de l’investiture du très mal inconnu « Joseph Kabila », dix jours après l’assassinat de Mzee. Président de la Cour suprême, Lwamba avait pour acolyte le Lubakat Luhonge Kabinda Ngoy, alors procureur général de la République. En guise de « rétribution », Lwamba sera promu 1er président de la Cour suprême en 2003. En 2015, le voilà catapulté Président de la Cour constitutionnelle. Le magistrat était déjà admis à la retraite.

En attendant que le « Président honoraire » de la Cour constitutionnelle fixe l’opinion sur la date et le lieu de sa conférence, il incombe aux lecteurs de démêler la part de la vérité et du fantasme dans cette histoire. Une question reste sans réponse: « Kabila » et les « durs de durs » de sa mouvance ont-ils comploté pour faire « destituer » un Felix Tshisekedi devenu incontrôlable voire « très dangereux » à leurs yeux?

 

Baudouin Amba Wetshi

27 thoughts on “Fcc-Cach: « Kabila » a-t-il voulu faire destituer « Felix » à défaut d’une « élimination »?

  1. Avec tout respect que nous vous devons, cher BAW, cette histoire est a dormir debut.
    Mais, une chose est certaine, le duo des voyous FCC PPRD Nehemie Mwilayna et son compere Shadary Ramazani se cachant derriere leur petit chef tapi a Kingakati, voudraient vite en decoudre avec Fatshi, jusqu’a manipuler le tres maladroit PM Ilunga Ilunkamba dans leur plan diabolique visant de faire revenir aux affaires leur petit chef Hypo Kanambe et sa bande de voleurs inclu Dan Gertler et Albert Yuma.

  2. Il y a de cela six moi que j’ecrivais sur cet espace que Felix Tshisekedi est plus a plaindre qu’a blamer! Le bras de fer avec Kabila a commence des le lendemain de sa prestation de serment. Les kabilistes ne lui donnaient pas un an au pouvoir. Les ‘services’ ont tout fait pour donner de Fatshi l’image d’un president a qui ‘le rais’ aurait donne le pouvoir sur un plateau d’argent pour calmer les occidentaux. Or nous savons tous maintenant que pour rien au monde Kabila n’auraiit cede le pouvoir a qui que ce soit, meme pas pour un an an! Il y a pas de place pour deux personnes sur la peau de leopard, dit-on! Top ou tard, l’un de deux devra ceder la place a l’autre, et celui qui cedera n’est pas necessairement celui que l’on croit! L’UDPS a tout le temps de demontrer devant la nation et a la face du monde qu’elle a encore des tentes pensantes.
    Kabila ne renoncera jamais a l’option d’eliminer physiquement Fatshi. Il a commence d’abord par intimider Fatshi en faisant le vide tout autour lui grace au poison venu d’ailleurs qui a decime plus de dix de ses proches. L’homme s’imaginait que l’armee l’aime tellement qu’elle fairait un coup d’Etat militaire pour ramener ‘rais’ dans son fauteuil. Cette option la n’a pas reussi non plus. Aucun soldat congolais n’est pret a risquer sa vie pour ramener Kabila au pouvoir. Pour l’instant in ne lui reste plus que l’option de la destitution. Avec la defection de Pepe Lwamba la reussite d’une destitution est plus qu’hytothetique!.
    Je disais que Fatshi est plus a plaindre qu’a blamer. Tout est a reconstruire. Le pays perd plus 90% de qu’il est cense gagne. La famille Kabila est la plus grande predatrice du pays. Tous les ministres, tous les gesionnaires des entreprises paraetatiques qui ont preste sous Kabila au cours de ces dix-huit dernieres sont tous des voleurs! La RDC est saignee a blanc par ses propres filles et fils. C’est e-pou-van-table! Fatshi a trouve un moyen genial de faire rentrer l’Etat dans ses droits: rehabiliter la justice! Les ‘inchtouchables’ n’en menent pas large! Tout ce beau monde a la meme question a la bouche: apres Kamerhe a qui le tour? Il font semblant de se moquer de l’Etat de Droit, mais en realite ils en ont une tous peur blee!
    Courage, congolais! Fatshi est en train de desserer l’etreinte kabiliste! Nous arrivererons bien un jour a batir un pays plus beau qu’avant!
    Binsonji E Madili

  3. Kabila, Nangaa, Luamba ont composé un triumvirat toxique pour le Congo. Luamba est un lâche.Il doit dire la vérité des scrutins de 2018. Mais le peuple congolais sait que Luamba a cédé aux pressions de Kabila en falsifiant les vrais résultats de la présidentielle.
    Les 4 auteurs de cette tricherie à ciel ouvert Kabila,Nangaa, Luamba et Tshilombo sont dans la tourmente. On peut mentir aux autres,sauf à soi-même. Voler,c’est pas bon.
    Kabila est ébranlé. Nangaa vit dans la clandestinité,ou presque. Il doit avoir honte du travail mal fait à la CENI. Malonda son collaborateur à la CENI et candidat à sa succession est voué aux gémonies.
    Tshisekedi au pouvoir volé ne maîtrise rien. 220 Congolais sont massacrés au Sud-Kivu. Félix reste silencieux comme un cimetière. Même pas la moindre empathie de sa part comme Président de la République pour les proches de ces victimes de la barbarie humaine. Du jamais vu dans l’histoire récente des nations.
    Félix est peut-être incontrôlable ou dangereux aux yeux de Kabila et ses obligés. En tout cas pas aux yeux du peuple congolais qui ne voient rien venir depuis 18 mois. Sinon,que sa situation déjà misérable ne fait que se détériorer.

    1. En te lisant je l’ impression que ces ecris refletent tes emotions et sentiments qui rongent ton coeur aulieu que soit intellectuel

  4. Toutes ces rumeurs et machinations cousues et fabriquees de toutes pieces sont l’oeuvre des membres de l’udps qui savent bien qu’ils sont entrain d’echouer de gouverner la rdc et qui cherchent des raisons mensongeres a leur echec sur celui la meme (Kanambe) qui leur avait octroye seulement le 1/4 du pouvoir. Maintenant qu’ils commencent a se rendre compte qu’il ne leur reste que peu de temps avant 2023, ils sont aux abois! Bapesaki yo mbika okanisi eza boudin blanc.

    1. Il y a que toi qui peut ceux que nous autres on ne voit pas, malheuresement tu ecris avec le coeur pas avec la tête

  5. Monsieur Benoît Lwamba Bindu Bya Maganga n’a rien à apprendre aux Congolais qui sera une nouveauté. Il ne fera que répéter ce que ceux-ci savent déjà au sujet de l’imposture qui trône au sommet de l’Etat congolais depuis plus de deux décennies.
    Quant à l’élimination physique de F. Tshilombo, celui-ci devait s’y attendre aussi sachant qu’il s’était livré à un jeu qui s’avérait très dangereux pour lui; mais à cause de sa goinfrerie il a préféré sauter sur cette occasion qui pourtant était un piège visible devant tous.

  6. On nage en plein polar dont le scénario serait écrit par un auteur spécialiste de la mafia italienne des années de plomb. En attendant que le sieur Lwamba le principale protagoniste de cette saga nous aide à démêler l’écheveaux de cette histoire un tantinet romancée, nous sommes obligés de spéculer, supputer voire gloser. Je note au passage que le récit tel qu’il est rapporté par BAW comporte quelques éléments vraisemblables qui ont alimenté les conversations dans Kinshasa la poubelle où les rumeurs finissent par devenir des vérités. Néanmoins, il n y a que l’ancien Président de la cours constitutionnelle qui pourra étancher notre soif de vérité tellement certaines  » informations  » sont explosives. Donc, si Lwamba veut vraiment se repentir, il faut qu’il aille jusqu’au bout en brandissant les preuves dont il est question dans ce récit. Je sais que certains compatriotes adeptes des complots et intrigues en tout genre vont en faire leur choux gras. Que voulez vous, ainsi va le Congo.

  7. Oyo couple ya ndenge nini ? Oyo libala ya motindo nini ? Oyo coalition ya modèle nini ? Qui trompe l’autre ?
    Pendant que les occupants et les kleenex jouent au  » Qui perd gagne  » , les pauvres congolais, eux, sont massacrés et les richesses naturelles du pays sont systématiquement pillées par les mêmes envahisseurs depuis une vingtaine d’années…
    Toloba, toloba te ?
    Mama Olive talela biso likambo oyo !

  8. # UNE PARENTHÈSE SI VOUS PERMETTEZ À CÔTÉ DU SUJET PRÉCIS DE LWAMBA MAIS TOUJOURS EN PLEIN CONFLIT FCC-CACH !!!
    Je m’autorise en effet UN RAPPEL SPÉCIFIQUE pour tenter de dissiper des malentendus et pourquoi pas de dissuader quelques malveillances rencontrées dans des discussions passées ! Non pas pour prétendre avoir le monopole de la vérité mais simplement pour préciser « ma vérité » même un peu en vrac !
    #Je parle souvent des « pro-tshisekedistes (primaires) » et l’assume parce qu’ils existent, je les vois nombreux, mais aussi parce que c’est un fonctionnement qui caractérise beaucoup de  Congolais : on privilégie volontiers d’applaudir et de soutenir ouvertement son leader quoiqu’il dise quoiqu’il fasse. Il est si excessif chez nous qu’Il compte, selon moi comme une des raisons de déficits de notre gouvernance. Son contraire c’est se constituer des valeurs et des lignes rouges et juger ensuite à l’acte, sur pièces. Personnellement au vu de ce qu’il a fait dans notre pays depuis ce jour de 1996 où il a foulé le sol de notre pays en chef kadogo presqu’en guenilles, je  classe ‘JK’ comme le mal absolu mais cela ne m’autorise nullement à lui opposer automatiquement des anges exempts de tout impair avec des actes toujours bien faits chez ses adversaires.
    # De même lorsqu’après le constat de bons sentiments et d’une volonté politique defendable de Tshisekedi je me suis résolu à souhaiter et à agir pour le succès de son mandat, je ne m’en trouve nullement obligé de le consacrer parfait partout. Ainsi je viens de refuser de ne pas voir sa malice d’avoir choisi le bref déplacement du PM pour faire contresigner ses dernières ordonnances par un vice-PM de son obédience comme d’avoir voulu nous faire croire que ces nominations n’etaient pas si importantes pour les faire contresigner quasiment à la sauvette et à la limite de la loi par un autre que son PM en personne. Il n’y avait aucune urgence qui obligeait à signer et à contresigner les nominations endéans trois jours.
    Surtout que de telles nominations se sont pas improvisées. C’est dire que Tshisekedi avait bel et bien planifié de profiter de l’absence furtive de son PM Ilukamba pour les faire contresigner vite fait par son homme, Kankonde. Mais c’est aussi cela la politique, l’art de réussir ses attaques même lorsqu’elles frôlent les limites…
    # En revanche du côté du PM, son communiqué lu par son porte-parole etait une curieuse façon pour un PM de dialoguer avec son chef de l’Etat de plus devenu par les circonstances presqu’un rival, à qui se montrer plus combatif. « Ce nouvel incident illustre une fois de plus les difficultés d’entente entre deux pouvoirs issus non du vote populaire mais d’un accord secret, entre ‘JK’ et  Tshisekedi, accordant au premier le pouvoir législatif et au second la Présidence. Aucun des deux ne peut reconnaître ouvertement la mise en scène, qui bafoue les résultats électoraux, sous peine de perdre son apparence de légitimité. Mais chacun des deux doit compter avec une « base » politique qui, elle, veut croire à la fiction de sa victoire et ne comprend pas, dès lors, les atermoiements de son chef. Ainsi, la colère de l’UDPS ne cesse de croître devant l’incapacité du Président à faire avancer son programme; on a ainsi vu le parti du chef de l’Etat manifester contre les projets kabilistes pour la Justice et pour la Ceni au côté de l’opposition. Et les militants et « élus » kabilistes ne comprennent pas pourquoi, étant « majoritaires » au parlement et dans les assemblées provinciales, ils ont dû céder 40% des postes – donc perdu 40% des revenus que ceux-ci permettent – à l’UDPS et alliés. Les deux « bases » veulent de plus en plus en découdre et les deux chefs ont de plus en plus de mal à les contrôler, alors que Président comme législateurs arrivent bientôt à mi-mandat et que chaque camp veut faire porter la responsabilité de l’échec patent à l’autre parrtenaire de la coalition. La situation économique est en effet mauvaise et la crise économique engendrée par la pandémie de Covid-19 ne va rien arranger. Combien de temps les deux chefs garderont-ils le contrôle de leurs troupes? »
    C’est la description/explication du conflit entre Fcc et Cach faite par MF Cros dans Lalibre.be avec comme titre : « Tensions politiques en RDC, la rançon de l’accord secret Kabila-Tshisekedi »
    https://afrique.lalibre.be/52752/rdcongo-tensions-politiques-la-rancon-de-laccord-secret-kabila-tshisekedi/
    # C Braeckman, elle dans Lesoir.be se montre plus optimiste, plus compréhensive de la stratégie de Tshisekedi !
    « Les petits pas de Tshisekedi… sur le fil du rasoir »
    http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2020/07/23/les-petits-pas-de-tshisekedi-sur-le-fil-du-rasoir/
    « …Majoritaire à l’Assemblée nationale, pouvant compter sur le PM Ilunkamba et surtout sur d’importants relais parmi les militaires, sans oublier les moyens financiers de l’ancien pouvoir, le FCC semblait contrôler le jeu politique face au fils d’Étienne Tshisekedi qui avait été décrit, un peu vite, comme un néophyte. Aujourd’hui, à l’issue de plusieurs passes d’armes, plus personne ne se risquerait à spéculer sur le rapport de forces, qui, au coup par coup, semble se modifier en faveur de l’actuel chef de l’Etat. Ce n’est pas sans raison que des milliers de militants de l’ancienne majorité présidentielle ont défilé ce jeudi à Kinshasa, exigeant le respect des engagements qui ont fondé la coalition entre l’ancien président et Félix Tshisekedi. … Des valses au sommet n’empêchent pas non plus la montée des périls sur le terrain : les combats se poursuivent en Ituri, des Peuls armés venus de Centrafrique descendent dans le Bas Uélé et surtout, 210 villageois ont été massacrés à Kipupu, dans de territoire de Fizi au Sud Kivu, victimes de milices d’origine rwandaise ou burundaise. »
    # Que conclure après ces faits et cette série d’attendus sinon d’abord comme nous l’avons suggéré en préambule que nous réussirons autant notre gouvernance et notre maturation politique qu’à travers un réflexe identitaire tribal ou affectif moins marqué. Il y a comme un impératif du bien commun par rapport aux profits individuels ou corporatistes qui doit s’imposer dans nos moeurs politiques, sociaux, intellectuels au fil des jours. Cela devrait commencer forcément par les attitudes et actes de l’élite mais aussi par ses réflexions sur les outils d’une gouvernance enfin efficace, apprendre et user chacun à sa place de cette nécessité d’actes utiles pour soi-même et davantage pour la collectivité car c’est là où la conduite collective de nos pays a échoué ! En effet s’il arrive communément au Congolais, à l’Africain de réussir individuellement dedans ou dehors, le bilan de nos États et de notre continent reste négatif.
    Si nous revenons aux relations Fcc-Cach, nous voyons un dialogue entre les deux partenaires difficilement rentable à déminer les obstacles car verrouillé d’avance par les dits et non-dits. On fait semblant de discuter à l’intérieur mais les portes fermées empêchant toute issue qui puisse véritablement changer le fond des choses. Tantôt consciemment tantôt inconsciemment les uns et les autres sont dans un scénario figé dont les limites ne bougeront pas : les deux ‘autorités morales’ sont convaincues et s’y attelent que la coalition doit continuer,
    que les majorités y sont fixées inchangeables, le gouvernement et ses animateurs ont vocation à travailler sans rien changer de notable, tout celui qui voudrait disputer ce bel agencement est un intrus indésirable au quartier. Et pourtant des observateurs avertis de dedans et de dehors voient à juste titre le salut du pays en dehors des idées et du cadre actuels ! Voilà l’impasse annoncée : un deal indénouable ou difficilement denouable et des partis-pris trop pesants à ouvrir les portes d’une Nation vraiment démocratique !

  9. *** 7Je parle souvent des « pro-tshisekedistes (primaires) » et l’assume parce qu’ils existent ET PEUT-ÊTRE AUTANT PARCE QUE C’EST TSHISEKEDI QUI EST À LA TÊTE DU PAYS ET AUQUEL ON SE RÉFÈRE EN NÉGATIF OU EN POSITIF…
    je les vois nombreux, m

  10. Etude Politique, Stratégique, Géopolitique, et Géostratégique pour la RDC.

    Thème : À bon entendeur, salut !
    Ba ndeko banso batangaki Etude natindelaki bino na date ya le
    11.04.2020 –  » Etude Politique, Stratégique, Géopolitique, et Géostratégique pour la RDC. – Thème : La Stratégie d’Effondrement dans un Etat de droit – Quelle Perspective pour la RDC ? – Très Urgent ! « , babosani té tè makambo ekomami na Article oyo :  » Fcc-Cach: « Kabila » a-t-il voulu faire destituer « Felix » à défaut d’une « élimination »? « , nabimisaki yango.
    Options mibale ya « destitution » na  » élimination physique  » ya Tshilombo ezali na Etude wana.
    Conclusion napesaki po na kobikisa mboka ezali valable kino lelo.
    Tshilombo akoki kosalela yango, to Son Excellence le Cardinal Fridolin Ambongo akoki kosalela yango.
    Tshilombo asengeli koyeba tè likambo tozali na yango ezali likambo ya mabele. Basakanaka té na likambo ya mabele.
    Etude ya suka natindeli bino na date ya le 02.06.2020 etali
     » Etude Politique, Stratégique, Géopolitique, Géostratégique pour la RDC. – Thème : Quand un roman dévoile les plus grands secrets du monde.  » epesi bino preuve tè ba américains basili kobotola biso mboka na mayele, etikali kaka bazua confirmation. Nalakisaki tè moto akopesa bango confirmation azali Tshilombo, po ayebi té eloko nini ezali kosalema na ba américains.
    Sima ya sanza ya octobre 2020, bokobanda komona denge nini makambo ekobanda kotambola noki-noki na mokili mobimba; tango wana, RDC akokota na nzela ya kobungisa mabele libela.
    Nazali kosenga na Son Excellence le Cardinal Fridolin Ambongo amilengela po na kozua bokonzi ya mboka avant qu’il ne soit tard.
    Bernard B.
    25.07.2020
    ———————-

  11. # A en croire les rumeurs rapportées par BAW, le conflit entre Tshisekedi et ‘JK’ est bien plus tranchant que les communs des Congolais le voient de loin : les partenaires sont bel et bien devenus des adversaires et pire des ennemis et du côté de l’ancien président on est prêt à aller jusqu’aux meurtres physiques. C’est le genre de la Maison des hommes venus d’ailleurs où la vie humaine n’est rien sinon à servir les desseins du plus fort du moment qu’ils veulent incarner indéfiniment.o
    # Quant à la situation de Lwamba et notamment sa prétendue conférence de presse qui devrait nous livrer tous les détails, je crains qu’une telle initiative tant inutile que risquée n’ait jamais lieu et que nous en resterons aux rumeurs telles qu’elles nous sont livrées sur ce qu’il s’est passé et sur ce qu’il pourrait se passer demain.
    # La principale info nous livrée par BAW c’est « ‘JK’ qui aurait voulu (et pourquoi pas voudrait) faire destituer ou eliminer Tshisekedi et il y’aurait deja des victimes ». Je m’etonnais, et ne dois pas être le seul, d’un tel degré de guerre entre les deux partenaires de la coalition au pouvoir et le moins qu’on puisse en dire n’est pas tant la recherche de la vérité et la part de la fiction ou l’exagération de cette nouvelle mais la conscience que l’exercice politique dans notre pays reste chez certains un champ miné comme dans l’inenarrable maquis d’Hexa Bora. C’est la référence ultime d’un ‘JK’ un peu comme l’aurait dit son frère qu’on appelle Zoé : ‘ils ne laisseront pas le pouvoir à n’importe qui, c’est leur butin de guerre’.
    Vrai ou faux, rumeurs ou pas, la question est donc ailleurs : il est tout à fait vraisemblable que ‘JK’ et son camp aient planifié (planifient) d’éliminer juridiquement, politiquement comme et physiquement un Tshisekedi qui deviendrait incontrôlable, il ne leur est utile que docile…

  12. Publier des rumeurs et prétendre qu’elles sont à prendre au grand conditionnel, c’est participer à propager la rumeur monsieur ! Une tactique ou technique journalistique, c’est selon, qui n’épate et n’émeut que les enfants et les bébés politiques. Alors vérifiez préalablement le sérieux de vos sources avant de balancer ce genre d’informations qui – en réalité et en dehors de satisfaire votre égo ainsi que de promouvoir vos propres accointances de même que votre foi connue de tous ceux qui s’agitent loin du pays, confortablement assis derrière leur clavier d’ordinateur, n’apportent rien du tout de substanciel à la Nation ! Débarrassez vous de vos brides ainsi que de votre manichéisme avéré pour vous imprégnez du fait que les congolais ne sont plus dupes de quoi que ce soit, ni de qui que ce soit, dans quel que environnement et/ou autre paroisse que ce soit !

    1. @ MenaSakameso,
      Et toi, arrogant-donneur de lecons, qui te donne le monopole de la verite? Bref, demontre-nous le contraire de l’article de BAW ci-dessus.
      Sinon, priere de la boucler et rentrer ramasser tes miettes en dessous de la table-a-manger a Kingakati.

      1. Mal éduqué faux intellectuel
        Qui a peur de la contradiction
        Et ne répond que par les injures qui est l’arme des faibles et surtout caché vpar l’anonymat et la magie du réseau

  13. # Y’aurait-il au Congo sous Tshisekedi du nouveau s’agissant les droits de l’Homme ? Qu’y a-t-il entre la Présidence et la RTNC ou plus exactement que se passe-t-il entre l’ANR et la RTNC, radio-télévision publique ? On dirait qu’après une brève accalmie, l’ANR a repris du service, dans un autre environnement mais au service comme toute agence de renseignements qui ne peut s’empêcher d’user
    d’une autorité arbitraire ! Tshisekedi apprend progressivement à se servir du pouvoir légal, l’autorisation des sévices légaux…
    # HRW venait de sonner l’alerte d’une reprise de la répression au Congo (= https://afrique.lalibre.be/52692/rdc-hrw-denonce-une-restriction-croissante-des-droits-humains-sous-tshisekedi/ ) tandis qu’un peu dans la propagande, Shadary et les siens criaient à la dérive dictatoriale de Tshisekedi lors de leur marche (= https://afrique.lalibre.be/52731/rdc-les-pro-kabila-manifestent-par-milliers-a-kinshasa/ ). En même temps une rumeur insistante dévoile la prise en main progressive de la RTNC par la présidence via l’ANR (= https://www-politico-cd.cdn.ampproject.org/v/s/www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2020/07/24/en-rdc-la-television-publique-rtnc-sous-censure-presidentielle.html/65412/?amp_js_v=a2&_gsa=1&&usqp=mq331AQIKAGwASDYAQE%3D#aoh=15956856174364&referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&_tf=Source%C2%A0%3A%20%251%24s&ampshare=https%3A%2F%2Fwww.politico.cd%2Fla-rdc-a-la-une%2F2020%2F07%2F24%2Fen-rdc-la-television-publique-rtnc-sous-censure-presidentielle.html%2F65412%2F ) illustrée oh combien par l’embargo de cette RTNC envers le PM dont les messages ne passent pas et par la convocation expresse de son porte-parole après avoir lu le communiqué (= https://www-politico-cd.cdn.ampproject.org/v/s/www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2020/07/24/rdc-quand-lanr-convoque-albert-lieke-porte-parole-du-premier-ministre-apres-avoir-lu-un-communique.html/65404/?amp_js_v=a2&_gsa=1&&usqp=mq331AQIKAGwASDYAQE%3D#aoh=15956856174364&referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&_tf=Source%C2%A0%3A%20%251%24s&ampshare=https%3A%2F%2Fwww.politico.cd%2Fla-rdc-a-la-une%2F2020%2F07%2F24%2Frdc-quand-lanr-convoque-albert-lieke-porte-parole-du-premier-ministre-apres-avoir-lu-un-communique.html%2F65404%2F )
    # Tout cela pour me convaincre davantage que le ‘deal’ ou toute autre confiance à ‘l’homme venu d’ailleurs’ sont de notre part un suicide conscient ou inconscient inconcevable. Il nous faut nous éloigner de ce mal absolu ou alors le neutraliser d’une façon ou d’une autre au risque du péché, s’il y’en a un… Mais encore ?

    1. Pour par du Congo, pourquoi faut- il referer a Colette Braeckman, Libre de Belgique? Connais-tu leurs penchant ou tendances politiques vis a vis de la RDC? Stp, sois congolais et aime le Congo surtout ne sois pas complexé de ces aventuriers soit disant experts sur le Congo.

  14. La marche du FCC etait une farce de tres tres mauvais gout. Ils ont dit qu’ils ont marche pour soutenir les institutions de la republique et la constitution. Comment peuvent-ils dire qu’ils defendent les instituions de la republique alors qu’ils sabotent systematiquement la premiere institution de la republique, le President de la republique? Comment peuvent-ils dire qu’ils defendent la constitution alors qu’ils clament haut et fort et tous les jours qu’ils preparent le retour du ‘rais’ en 2023 alors que la constitution interdit tout troisieme mandat? Lorsque le taux du Dollar augmente ou que le prix du pain augemente, ils s’en prennent a Fatshi alors que ce sont eux qui gerent 67% du gouvernement? Le FCC sait qu’il ne peut pas drainer des foules sans bourses delier! Ce ne pas etonnant que leur marche ait dure moins d’une demie heure! Dans notre pays, un premier ministre ne l’a jamais emporte contre le Chef de l’Etat, et ils sont en train de jouer un jeu dangerereux en voulant opposer Fatshi a Pepe Ilunga Ilunkamba! Si Ilunga Ilunkamba n’obeissait pas aux ordres et s’il avait encore un tout petit peu le sens de l’honneur, il aurait demissione. Bon, il est vrai que chez nous les mandarins n’ont pas la culture de la demission!
    Avec sa grande gueule habituelle, Shadary declare que le premier ministre n’est pas le garcon de courses du Chef de l’Etat! Alors de qui est-il le garcon de courses; du grand Manitout de Kingakati? En voulant faire du premier ministre le contre-pouvoir numero au lieu de faire de lui le collaborateur numero un du Chef de l’Etat, ces messieurs dames du FCC ont rendu toute collaboration entre Fatshi et Pepe Ilunga extremement difficile. Que peut gagner le pays dans un environment de coollaboration aussi toxique?
    Binsonji E Madilu

  15. @ Cher monsieur Fabrice Mwalimu
    notre rédacteur a bien écrit ceci à la fin de son article: « il incombe aux lecteurs de démêler la part de la vérité et du fantasme dans cette histoire ».
    Avec tout le respect que je vous dois, APPRENEZ vous aussi à BIEN LIRE D’ABORD avant d’écire que le rédacteur nous a livré « une histoire à dormir debout »!!!

  16. NONO
    1. « dissuader quelques malveillances rencontrées dans des discussions passées » : Malveillances ? C´est peut-être votre allergie à la critique. Vous aimez critiquer, mais pas être critiqué.
    2. « Je parle souvent des « pro-tshisekedistes (primaires) » et l’assume … » : C´est votre droit. Les autres aussi ont le droit de vous qualifier comme ils veulent. La légèreté et l´ncohérence, c´est quand vous n´acceptez pas cela. À ceux qui rejetaient les mots « mpangistanais-taliban », vous rétorquiez que c´était de la bonne guerre. Mais le jour où un intervenant vous avait qualifié de mpangistanais, vous étiez offusqué. Il y a moult exemples.Je m´arrête là.
    3. « je ne m’en trouve nullement obligé de le consacrer parfait partout » : Hors-sujet. Même maman Marthe ne considère pas que son fils est parfait. Vous caricaturez pour rendre votre position comme la plus raisonnable. Sale jeu !
    4. « malice d’avoir choisi le bref déplacement du PM pour faire contresigner ses dernières ordonnances » : (Rigolo pour un NONO qui n´a jamais eu l´honnêteté et le courage de dénoncer la malice, le mensonge de Fayulu à Genève. Ce dernier appela face à Fabien K. stratégie le fait d´avoir roulé Félix !!!). Malice à l´endroit de Kabila le mal absolu ? Il ne vous reste qu´à soutenir qu´on ne peut pas renverser un dictateur, qu´on ne peut pas terrasser celui que vous considérez comme le MAL ABSOLU… Absolu, avez-vous dit. Mais visiblement, vous ne comprenez pas très bien certains mots que vous utilisez. Prendre Kabila le mal absolu à son propre jeu, le confronter aux limites de son propre jeu, user de la jurisprudence n´a rien de mauvais. Kabila, Président, voulait de la suprématie sur les Institutions; il a expérimenté le côté fou de son vouloir d´autrefois. Votre moralisme et juridisme à 2 balles font rire. C´est de l´intellectualisme insipide et vain que vous cherchez à pratiquer ici. Au fait, c´est comme si Nono trahissait ici son désir ‘secret’ de voir Kabila gagner batailles et combat. Comme si Nono regrettait que sa piètre théorie de « troc » vole en éclats (Félix n´obtient quelque chose qu´en échange ; l´éviction de Tunda contre le soutien à Malonda, blablabla).
    5. « Il n’y avait aucune urgence qui obligeait à signer et à contresigner… » : De l´arrogance, des prétentions démesurées de Nono qui croit avoir plus des renseignements que le Président. Qui apprécie le caractère urgent ? Félix ou Nono ? OKOMI PRÉSIDENT ? Euh ! Vous rappeler votre manque de rationalité n´a rien de malveillant.
    6. « accordant … au second la Présidence » : Quand vous fournirez les preuves de vos allégations, vous serez pris au sérieux. Le journaliste de TV5 qui posa la question à Fayulu n´eut pour toute réponse : « La CENCO l´a dit ». Rire interdit. Ressasser vos antiennes n´apporte aucune once de validité.
    7. « les deux chefs ont de plus en plus de mal à les contrôler » : Bilobela à la Nono. Des affirmations simplistes.
    8. « à travers un réflexe identitaire tribal ou affectif moins marqué » : Commencez vite ce travail sur vous-même, car vous vous couvrez souvent de honte en adoptant des raccourcis tribalistes. Lorsque j´avais remis en question vos allégations (venant de Matungulu et Katumbi) avant les élections passées, vous n´aviez pas trouvé mieux que d´affirmer toute honte bue : « Donc, vous êtes luba ». Syllogisme de la honte à la Nono. Et récemment, vous avez même tenté de me faire passer pour un ressortissant du village de Félix. Kiekiekiekie. Ko argumenter eza pasi, pema ! Résultat, on accuse l´autre de faire des djalelo, d´être fanatique au lieu d´argumenter.
    9. « des partis-pris trop pesants à ouvrir les portes d’une Nation vraiment démocratique » : Quand vous intégrerez les partis pris de LAMUKA, de la CENCO, du CLC… dans votre réflexion, vous serez délivré de l´étroitesse de votre vision et de récit.

  17. Merci Procongo pour vos contributions
    Réfléchies et pertinentes sur ce vénérable journal en ligne qu’est Congo Indépendant. La section commentaire nous donnent le privilège d’exprimer nos opinions et analyses sur l’évolution de la vie politique en RDC. Il est rafraîchissant de lire vos commentaires et interventions qui sont en fait un autre son de cloche dans une section commentaire ou souvent règne une opinion mono colorée et rarement nuancée sur la RDC.
    Pour cela, Tokoss.
    Bismark

  18. Bismark,
    je vous en prie. Tout à fait, la diversité des sons de cloche – n´en déplaise à Nono – pour aider le Congo.
    Quand Nono vous parle de Genève, il omet superbement la malice de Fayulu (Il a menti délibérement à Félix. Quand Fabien Kusuanika lui pose la question à ce sujet, Fayulu répond que c´est de la stratégie. La vidéo et sur youtube). Quand je me mets à la place de Félix, voire de l´Udps qui a combattu pendant plus de 30 ans, je trouve cela injuste. Sont-ils là pour accompagner les autres et être sans cesse victimes de toutes sortes de combine ? Euh ! Mua sens ya justice esala !
    J´avais discuté avec le même Nono sur le discours de Monsengwo devant les Belges (Il réduisait les problèmes de la légitimité au Congo à Mobutu, les Kabila et Félix. Sans piper mot ni sur lui-même ni sur ses auditeurs belges). Nono n´avait pas lu le texte. Au lieu de stopper la discussion et d´aller le lire pour revenir avec des arguments solides, il continua la discussion avec des assurances (de l´irrationalité, au fait) du genre : « nous tous, nous connaissons le Cardinal Monsengwo ». Et curieusement, il me prenait pour un fanatique. Monde à l´envers.

    1. @Procongo
      Encore une fois Tokoss
      Nous avons des intervenants qui depuis des mois parlent constamment d’une supposé trahison de l’actuel président de la république à Genève. Mais personne ne parle du fait que le péché originel a été commit par celui qui avait promis à son ami et frere d’église de lui donner sa voix, pour ne pas la lui donner en suite dans l’exercice d’un vote ou les participants ont choisis plutôt de faire un vote régional dans lequel la promesse faite a son ami c’est retrouvée Jetée dans la poubelle de l’histoire.
      L’honnêteté intellectuelle à mes yeux devrait nous permettre d’admettre que par rapport au temps qui s’écoule les données et réalités changent, notre analyse de ces changements devrait aussi s’adapter de façon conséquente.
      C’est une démarche assez rare dans le fief de certain intervenants qui au fait reprennent la même rengaine teintée de mépris et de la haine envers le président actuel ad nauseam.
      Pour une certaine opinion, ezali Kaka makelele ya wenze et la course continue because course nanu esili te.
      Bismark

Comments are closed.