Felix Tshisekedi-Occident: un parfum de « lune de miel »

Le président Félix Tshisekedi Tshilombo s’est entretenu, vendredi 15 mars, à Kinshasa, avec le sous-secrétaire d’Etat US chargé des Affaires africaines, Tibor P. Nagy. Il y a trois semaines, « Fatshi »  recevait Peter Pham, Envoyé spécial du département d’Etat pour la Région des Grands lacs. Mercredi 13, « Felix » a eu un entretien, à Nairobi, avec le chef d’Etat français, Emmanuel Macron. Le constat est là: les premiers pas du successeur de « Joseph Kabila » sont plutôt « salués » à Bruxelles, Paris et Washington.

Tibor P. Nagy

Coïncidence ou pas, avant d’entamer l’étape congolaise, le secrétaire d’Etat adjoint Tibor P. Nagy a fait escale à Kampala, en Ouganda, ainsi qu’à Kigali, au Rwanda. De 1997 à 2003, les dirigeants de ces deux pays voisins – en l’occurrence Yoweri Kaguta Museveni et Paul Kagame – ont fait plus la pluie que le beau temps dans l’ex-Zaïre. Et ce à travers l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo) et ses avatars. Vingt et une années après la prétendue libération du 17 mai 1997, les provinces congolaises de l’Est (les deux Kivu) et l’ex-Province orientale peinent à retrouver la paix et la stabilité.

Loin est apparemment l’époque où certains milieux occidentaux en général et américains en particulier filaient le « parfait amour » avec ces deux leaders africains dont l’implication dans la déstabilisation du Congo-Zaïre n’était pas à démontrer. Bien entendu, avec la connivence avérée de certains Zaïro-Congolais.

C’est en tous cas ce qu’on peut déduire des propos tenus par le secrétaire d’Etat adjoint Nagy dans une interview mise en ligne le 4 mars dernier par le magazine « Jeune Afrique ». « Nous voulons coopérer avec le président Tshisekedi pour voir comment nous pouvons servir la cause du Congo et en finir avec ces choses horribles qui ont plongé le pays dans la misère », a-t-il déclaré.

RASSURER LE CHEF DE L’ETAT CONGOLAIS

En soulignant qu’il était impatient d’ « échanger » avec le nouveau chef de l’Etat congolais afin de connaitre « ses projets » et « sa vision » pour son pays.

De retour de Nairobi où il a participé au sommet sur le climat, Felix Tshisekedi Tshilombo s’est entretenu, vendredi 15 mars, avec son hôte américain. A voir les sourires immortalisés par le photographe, on peut gager que les « échanges » ont eu lieu dans une « ambiance constructive ».  Le nouveau chef de l’Etat congolais est présenté dans certains milieux occidentaux comme un « homme consensuel et de compromis ».

Dans une dépêche datée du vendredi 15 mars, l’Agence congolaise de presse (ACP) rapporte que le « Monsieur Afrique » du président Donald Trump est venu « rassurer » le chef de l’Etat congolais « du soutien du gouvernement américain dans ses efforts pour le développement et l’épanouissement » de son pays.

LA PAIX PRÉFÉRÉE À LA « VÉRITÉ DES URNES »

A en croire l’ACP, Nagy a « fait savoir » que le gouvernement américain « a accueilli très favorablement » l’élection de Tshisekedi Tshilombo à la magistrature suprême. C’est ainsi, a-t-il souligné, que les Etats-Unis sont prêts à œuvrer pour que le peuple congolais puisse bénéficier du fruit de l’exploitation des potentialités dont regorge son pays.

On apprend, par ailleurs, que l’Administration américaine est disposée à accompagner « tous les projets de développement » qu’aura à initier le Président congolais. Elle entend « encourager » les investissements américains au Congo en vue de créer des emplois.

En attendant sa rencontre avec le président Tshisekedi, Tibor P. Nagy, accompagné de l’ambassadeur Mike Hammer, s’était rendu à Goma, chef-lieu du Nord Kivu. Dans cette ville, il a pu admirer le potentiel touristique que recèle le pays. L’Américain a émis le vœu de voir le Congo recouvrer une paix durable. Pour lui, c’est un préalable pour permettre au pays de devenir « très fort » et d’attirer des touristes. Selon lui, la puissante Amérique a la main tendue « pour travailler ensemble ».

Il importe d’ouvrir une parenthèse ici pour souligner qu’au départ, Washington semblait appuyer la thèse soutenue par les évêques catholiques selon laquelle les « résultats provisoires » annoncés à la présidentielle par la Commission électorale nationale indépendante ne concordaient pas avec l’ordre d’arrivée des prétendants constatés par les observateurs déployés sur la Cenco (Conférence épiscopale nationale indépendante).

FAYULU INFLEXIBLE

Martin Fayulu Madidi

Après la proclamation des « résultats définitifs » par la Cour constitutionnelle, les autorités américaines ont commencé à douter. Un doute qui s’est mué en conviction qu’il fallait préférer la paix à la recherche de la « vérité des urnes ». Cette conviction s’est renforcée par le calme observé à travers le pays après la confirmation de la « victoire » de Felix Tshisekedi. Et ce en dépit de l’appel lancé par Martin Fayulu Madidi invitant la population à descendre dans la rue de peur se laisser « voler sa victoire ».

Fayulu qui a entamé samedi 9 mars, à Bruxelles, une tournée européenne s’est montré inflexible devant un public acquis à sa cause. Il se considère toujours comme le « véritable président élu ». Pour lui, le Président de la CENI, Corneille Nangaa, « a fabriqué les résultats annoncés le 10 janvier en faveur de Felix Tshisekedi ». Il a promis « de se battre jusqu’au bout ».

On imagine que Fayulu a dû écarquiller les yeux en parcourant l’interview précitée particulièrement lorsque le sous-secrétaire d’Etat Tibor P. Nagy déclarait que l’élection organisée le 30 décembre 2018 est « probablement la meilleure » que le pays « ait jamais connue ».  Au motif que l’apocalypse redoutée n’a pas eu lieu. Fermons la parenthèse.

UN PARFUM DE LUNE DE MIEL

Une certitude: les premières mesures prises par le président Tshisekedi (réouverture de la Maison Schengen, levée des mesures restrictives sur le nombre de vol de la compagnie aérienne Brussels Airlines, libération des prisonniers, lutte contre l’impunité, ambiance libérale dans le pays etc.) semblent rassurer non seulement les Etats-Unis mais aussi l’Union européenne au sein de laquelle la Belgique et la France jouent un rôle de premier plan sur le dossier congolais.

Dans l’interview avec « Jeune Afrique », le sous-secrétaire d’Etat US aux Affaires africaines, a dit, de manière univoque, la volonté de l’Occident de ne plus « regarder en arrière » dans le dossier congolais. « Nous voulons aller de l’avant », a-t-il assuré.

Lors de la tripartite qui a eu lieu mercredi 13 mars entre Emmanuel Macron, Uhuru Kenyatta et Felix Tshisekedi, le chef de l’Etat français a dit également « qu’il faut avancer ». Traduction: la crise post-électorale n’est plus à l’ordre du jour. Loin est le temps où le chef de la diplomatie française Yves Le Drian qualifiait dédaigneusement la « victoire » de Tshisekedi Tshilombo comme le résultat d’un « compromis à l’africaine ». Macron a exhorté « Felix » de tendre la main à l’opposition.

En clair, pour Washington et Paris, l’équation à résoudre  se trouve ailleurs. Elle se décline en quelques mots: Comment « briser » l’apparente ascendance que « Joseph Kabila » exerce sur son successeur.

Entre « Fatshi » et l’Occident, il y a comme un parfum de lune miel…

 

Baudouin Amba Wetshi

24 thoughts on “Felix Tshisekedi-Occident: un parfum de « lune de miel »

  1. Et qu’en est-il de notre peuple ignoré et chosifié? Pourra-t-il aussi humecter ce « parfait de lune de miel » entre nos néo-colonisateurs et leurs nouveaux serfs? Attendons voir!

  2. Heureusement que vous avez utilisez l’expression « briser l’apparente ascendance »qu’exercerait celui qui se fait appeler Kabila sur le nouveau Président. Continuer à accréditer la thèse selon laquelle Felix serait sous la coupe de l’ovni venu d’ailleurs est tout simplement irresponsable. Mes frères, je comprends l’amertume et la déception de certains compatriotes qui voyaient leur champion à la tête du Congo, mais croyez-moi si vous le voulez, je sais que nous aimons tous ce grand pays qui est dans un état de délabrement très avancé, il a besoin de tous ses fils, il faut le concours de chacun de nous, le débat n’interdit pas de se serrer les coudes, si non, ces fossoyeurs qui ont mis le pays à coupe réglée vont en profiter pour revenir à la charge. Le président Tshisekedi ne peut rien seul, avec l’appui de tous il peut sortir notre pays du gouffre où il celui qui se fait appeler Kabila et se thuriféraires l’on plongé. Ce cri du cœur s’adresse particulièrement à Mr Fayulu dont on ne peut pas nier le combat pour la démocratie et l’état de droit. Mais il y a un temps pour chaque chose. A la lumière des élections des gouverneurs et des sénateurs, le fameux Fcc ragaillardi peut remettre le grappin sur le Pays et reprendre son travail de sape. Il ne peut pas y avoir plus grand que le Congo, la vérité des urnes est un combat légitime, mais il faut se rendre à l’évidence, maintenant il faut tourner la page et saisir la main tendue pour avancer. Tous ces souverainistes obséquieux qui ont érigé la corruption en système de gouvernement n’ont pas désarmé, ils sont à l’affût pour défendre leurs prébendes au détriment du peuple congolais. Je sais que je ne vais pas convaincre tout le monde, d’ailleurs c’est bien ça la démocratie, mais la haine, les rancœurs ne pourront que profiter aux ennemis du Congo. Relevons le débat, évitons les insultes et les cabales des uns contre les autres.

    1. @Elombe
      Analyser le passé permet de comprendre le présent et préparer le futur. Un peuple qui tourne le dos à son passé est condamné à reproduire les mêmes errements.
      La facilité avec laquelle nous avons tourné la page sur les origines du surnommé Kabila, la fraude aux élections de 2011 et 2016 nous fait passer pour un peuple peu tenace ayant la mémoire courte. En 2023 on risque de connaître la même chose.
      On n’a jamais rien construit sur la fraude et le mensonge. Comment voulez-vous soutenir des gens qui déclarent publiquement que:
      ** Kabila est le père de la démocratie
      ** Kabila est notre partenaire
      ** Le PPRD et l’UDPS ont la même idéologie
      Etc… le tout avec des hommages nauséabonds à ce génocidaire rwandais.
      Quand Kabund déclare en confirmant les propos de Bahati que le fcc et cach ont signé un accord pour cogérer le pays, pourquoi voulez-vous qu’on soutienne un tel accord en l’absence de publication de son contenu et au vu du résultat catastrophique des 18 ans d’alias Kabila au pouvoir.
      Tshilombo a accepté une honteuse nomination en cautionnant la fraude. Le fcc se permet d’avoir 92 sénateurs en plus d’une majorité écrasante des députés.
      Quels sont les leviers à sa disposition pour agir ? Que lui qui a fait des brillantes études à l’icc nous l’explique.

    2. @ elombe.

      Je fais partie de ceux que vous ne pouvez pas convaincre.
      L’ Accord de Géneve était signé devant les caméras du monde entier. Félix s’en est retiré avec fracas. Tout simplement parce qu’il se croyait investi par Dieu pour diriger le Congo. Il tenait à avoir le pouvoir,à tout prix et à n’importe quel prix.Il est parti signer un deal avec Kabila, à l’insu de sa fameuse base et de ses compères de l’opposition.
      La débâcle de l’UDPS, le parti présidentiel,d’abord aux législatives, ensuite aux sénatoriales, est une honte. Pour un parti qui se targue d’avoir passé près de 4 décennies dans la lutte, d’instaurer un Etat de droit au Congo, de lutter contre les anti-valeurs,d’être implanté partout au Congo…. Tutti quanti.
      Je ne vois pas comment Félix pourra rebondir, s’affranchir de la kabilie dont il a fait son alliée, de prendre ses distances d’un prédécesseur encombrant,envahissant… Donne-t-il le signe de s’émanciper de l’emprise du FCC?
      La rue est tellement divisée depuis les élections chaotiques de 30 décembre dernier. L’Eglise catholique ne remettra pas ses fidèles dans la rue. La protestation contre l’échec du CACH s’arrête à Limete et au Kasaï. Le reste du pays observe.
      Babomana,babomana,bango na bango!
      CACH et FCC sont au pouvoir. Quel est le problème?

    3. Cher Vital Kamerhe…. pardon…Elombe,
      Nous vous avons donc bien compris….! Mais ou en etes vous avec le Gouvernement (« FCC »), bientot 3 mois apres votre « election »?

  3. Tout Africain en général et tout Kongolais en particulier qui a grandi, étudié, côtoyé (avec) l’homme Blanc sait que ce dernier accepte difficilement qu’un noir Africain soit plus intelligent que lui pour détecter leur double langage satanique habituel afin d’éviter d’être manipulé bêtement. La mine joyeuse de ces Ricains, du Français Macron qui rencontrent l’inapte intellectuel Tshilombo-Pétain en dit long… Sic
    Un fauteuil pour 2 sous une démocrature-dictocratie ! Si l’Udps familiale parle de Coalition ou Cohabitation pour faire joli joli, le FCC des Occupants Nomades Tutsi Power prouve que c’est une cooptation ou deal mafieux funeste. Si Macron et Kenyatta demandent à Félix 15% de s’émanciper de l’imposteur alias Kabila son modèle et partenaire politique, ils savent qu’un de 2 doit bouffer l’autre pour exister…
    Ces sénatoriales prouvent que la RDC (Rép à démocratiser) est tout sauf démocratique, c’est un mélange de démocratie des fosses communes, d’imposture, de dictature féroce avec un gant en velours porté par alias Kabila qui a nommé militairement président protocolaire Tshilombo-Pétain… Point barre
    Sans détenir exclusivement le « Droit de Propriété » sur la Terre Sacrée KONGO, Tshilombo-Pétain, Kabund-Degrelle, Kabuya-Papon ont liquidé UDPS Familiale, ont soldé l’opposition accompagnatrice créée par les Occupants Nomades, ont vendu carrément sans état d’âme le Kongo sans l’aval de tous les Kongolais propriétaires, copropriétaires, usufruitiers, nus-propriétaires de la Terre Kongo… Gravissime
    L’insensé Kabund-Degrelle égale l’inapte intellectuel Tshilombo-Pétain nommé militairement président protocolaire par l’imposteur Kanambe. Destituer ou invalider par la Base fanatisée leurs députés nommés d’Udps familiale revient à donner raison à ceux qui affirment que le deal mafieux conclu avec le FCC est un marché des dupes…
    Tshilombo-Pétain et Kabund-Degrelle sont des inaptes intellectuels de haut vol qui sont propulsés au sommet de l’État Kongolais par les Imposteurs usurpateurs Nomades Occupants Tutsi Power venus d’ailleurs. Corrompus tous les 2 financièrement, moralement, spirituellement, ils feignent d’ignorer que leurs pauvres députés cooptés par Kingakati en manque des millions de $ le sont aussi forcément…
    #TokomesanaTe… La Base minoritaire des « Talibans Moudjahidines » de l’Udps familiale sort de sa torpeur fanatique aveugle… Il va falloir aller plus loin en exigeant le retrait de signature de Tshilombo-Pétain président protocolaire militairement nommé par l’imposteur du deal mafieux FCC-UDPS Familiale au lieu de se contenter de la démission de Kabund-Degrelle et leurs petits députés corrompus cooptés par FCC-Kingakati…
    Vive le soulèvement populaire éboulement final pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par les Tutsi Power. Vive la Résistance. Ingeta

  4. @Elombe
    « Continuer à accréditer la thèse selon laquelle Felix serait sous la coupe de l’ovni venu d’ailleurs est tout simplement irresponsable. » !?
    Ah bon, ou j’ai la lubie ou alors c’est vous qui avez décidé de prendre vos souhaits pour la réalité. Qui est en effet irresponsable, celui qui voit notre nouveau PR les mains toutes libres pour faire ce qu’il veut ou celui qui le voit de plus en plus enchaîné pour agir en toute indépendance avec les « victoires » qui se succèdent du côté du FCC ? Et on ne spécule pas là sur sa saine volonté politique mais sur des limites politiques, juridiques et constitutionnelles qui sont des faits dont il doit avoir l’intelligence et le courage de se dépatouiller.
    Il est certes parvenu tant bien que mal à libérer les prisonniers politiques – encore faut-il attendre que tous les prisonniers personnels de ‘JK’ soient dehors -, il a libéralisé l’expression publique avec les manifestations libres de l’opposition et une Rtnc enfin ouverte à tous…, mais n’attendons-nous pas tous impatiemment la formation du gouvernement et pourquoi traine-t-elle. Et ne voyez-vous pas ce raz-de-maree aux assemblées des provinces, sénatoriales et bientôt gouvernorats et vous ne voulez toujours pas y voir qu’il y est de plus en plus ligoté par l’ancien régime ?
    Du reste à travers ce « parfum de lune de miel » avec l’0ccident qui traduit davantage leur appétit pour nos richesses et leur volonté et satisfaction de trouver en F Tshisekedi un leader arrangeant plutôt que quelque générosité pour le peuple Congolais, que conseillent-ils tous à FT sinon de prendre son autonomie ?
    Svp, cher ami, nous souhaitons tous que ça aille mieux pour notre pays même avec un PR nommé plutôt qu’elu mais n’en devenons pas pour autant aveugles pour ne pas voir que le plus frappant et utile pour l’heure est moins l’équipée des représentants occidentaux auprès de FT, le fameux « parfum de lune de miel » que souligne BAW mais bien l’endiguement de la nouvelle présidence par son prédécesseur.
    Voilà le premier défi à relever pour F Tshisekedi : briser cette chappe de plomb qui ploie sur lui, ne venez pas nous raconter, svp, des boniments qui décréteraient son existence, parlons des mécanismes et autres pieges à mettre en œuvre de notre côté pour nous en sortir ! Aucune haine ni rancœur à le diagnostiquer, simple réalisme…

  5. Désolé, cher BAW, si votre travail de journaliste a raison d’épingler la « lune de miel » entre l’Occident et notre nouveau PR, il n’en importe pas moins
    de relever qu’elle n’est d’abord que leur lobbying intelligent et intéressé envers un partenaire économiquement et géostratégiquement utile pour lui. Si en plus celui-ci se montre ‘arrangeant’, c’est tout bénéf pour eux.
    Dans ce sens, moi je m’empresserais d’en retirer non leur engouement bien diplomatique mais ce qui est utile à nous, càd leur conseil à FT de prendre son autonomie vis-à-vis de son prédécesseur toujours envahissant.
    Quels moyens lui donnent-ils pour le réussir et quel programme F Tshisekedi mettra-t-il de son côté pour se démarquer de ‘JK’ ???
    En public ses réponses m’ont paru ‘bon enfant’ – c’est vrai ce n’était pas le lieu d’en attendre plus – mais j’espère bien qu’il a compris que c’est là un défi capital pour lui.

  6. En réalité, ces gens se moquent de nous autres africains, noirs.
    Ils nous considèrent comme des sous-êtres, des êtres à part. Les valeurs -pourtant de nature universel- qu’ils prônent chez eux, à leurs enfants ne nous sont pas indispensables. Il n’y a pas pire mépris que cette attitude. Pour la seule raison de protéger leurs intérêts.
    Monsieur Nagy doit savoir que pour servir la cause du Congo et en finir avec ces choses horribles qui ont plongé le pays dans la misère, il n’y a pas une autre solution que d’instaurer un tribunal pénal international pour la RDC. L’acte d’accusation est contenue dans le Rapport Mapping.
    Qu’on arrête de nous infantiliser.

  7. « De minimis non curat praetor ». Monsieur Tshilombo aura beau multiplier des réunions, des shows, des banquets, des voyages, des effets d’annonce, Ce sont des gesticulations d’insignifiante transcendance, de la même manière que la loi ou le juge ne s’intéresse des petits détails.
    Tshilombo sait mieux que quiconque qu’il a été nommé président de la République par les rwandais. A ce propos, il a été franc en déclarant à la place publique que le sujet rwandais Kanambe était son partenaire. Il s’agit d’un contrat bilatéral signé entre les deux parties, assorti des obligations réciproques. Monsieur Tshilombo-Show connait parfaitement ses limites. il sait parfaitement qu’en vertu du principe de « exceptio non adimpleti contractus », s’il ose ne pas accomplir une clause du « deal » avec ses partenaires, ceux-ci ont pleinement la faculté de lui appliquer les conséquences de rupture de contrat. Tous les gestes donc de Tsilombo ne relèvent que du péristaltisme physiologique.
    Les actions cosmétiques pour endormir la population congolaise ne manqueront pas de sa part. L’on a appris par exemple la révocation par-ci par-là des personnes marginales tels des PDG et des ministres, mais qu’on se le dise bién, les Ruberwa et consorts, ne seront jamais inquiétés même en cas de fragrant délit.
    Que peut-on attendre réellement d’un nasciturus intellectuel Tshilombo? Sommes-nous tentés de croire à de quelconques investissements pouvant résorber le chômage des misérables congolais? N’est-ce pas que ces possibles investissement devraient s’asseoir sur un ordre juridique stable?
    Qu’en est-il réellement du Congo? Par la trahison de quelques inciviques dont Tshilombo, Fayulu et surtout le père du premier qui ne sait trouver sépulture après deux ans de sa mort, notre pays se trouve en processus de feudalisation. Tout comme un propriétaire terrien, Tshilombo se comporte en propriétaire du Congo dont il se croit en droit de grèvement et même de disposition. Le système économique en sa conception et en celle de ses partenaires consiste à s’accaparer tous les secteurs de l’entreprenariat et les millions de congolais eux, convertis en leurs simples travailleurs.
    Il ne s’agit surtout pas de laisser longtemps un tel schéma faire son chemin. C’est à maintenant d’agir.
    Quant à Fayulu comme partie aliquote de l’ensemble des traîtres, ses gesticulations n’entrent que dans la logique de distraction. Tout a été conçu pour nous détourner de l’attention sur les tueurs tutsis.

  8. Etude Politique, Stratégique, Géopolitique, et Géostratégique pour la RDC.
    Thème : Les élections ! les élections ! – Qui en sort vainqueur ?
    Ba ndeko, likambo oyo esalemi lokola esalemaki déjà na 2006 na 2011, surtout na 2011, po tango wana napekisaki kulutu Etienne Tshisekedi wa Mulumba kokota na makambo ya élection. Eyano ya ye ezalaki oyo : « Ba décideurs balobi tè ya mbala oyo nakolonga ». Ba décideurs wana bazalaki Didier Reynders na Louis Michel ! Kasi, na suka ya élection, Etienne Tshisekedi alongaki té ! – Asalaki Serment loboko na bible epayi ya ye ; sima abandaki koluka « Impérium ». Kino na liwa ya ye azuaki impérium té.
    Lelo, Fayulu akomi mokitani ya Etienne Tshisekedi na ko réclamer vérité des urnes na kolukaka « Impérium ». Soki monguna ya Etienne Tshisekedi azalaki un rwandais, monguna ya Fayulu azali mwana ya Etienne Tshisekedi. Na minoko ya biso, « adversaire » na « ennemi » = monguna.
    Eloko nini ekotisi RDC na likambo oyo tosengelaki kopengwa ? – Ezali kozanga koyokela bana’mboka, kopesa kilo na mindele, pe kosalela ba toli ya bango ya lokuta. Na Etudes ya mibale natindelaki bino lobi eleki, nalobelaki likambo oyo denge Monsieur Olivier Ndenkop akomaki yango na journal « Investg’Action » ya février 2015.
    Ezali mawa mingi ya komona mboka monene lokola RDC, na ba universités ebele, kasi ezangi bato ya boyebi !
    Lelo, élection ya ba sénateurs elakisi tè UDPS ya Tshilombo ezui sénateur ata moko té. Denge nini moto akomi président de la république lokola na ndoto, akoki kotambuisa mboka sans majorité na assemblée nationale, sans majorité na sénat ? – Ba mosusu bakokosa ye tè esengeli kosala « Cohabitation » lokola esalemaka na France. – Yoka lukuta ! – Na France, bazali na démocratie, kasi na RDC tozali na « Occupation » ; denge nini Tshilombo akosala cohabitation na ba rwandais ? – Maréchal Pétain asalaki cohabitation na ba allemands na 1940-1945, kasi ba français babengaki ye « Collabo », pe basambisaki ye, sima bapesaki ye etumbu ya liwa.
    Fayulu, na kolukaka soutien ya ba Occidentaux po na vérité des urnes, akosala libunga ya denge moko na Etienne Tshisekedi oyo akanisaki tè ba mindele bakopesa ye bokonzi. Kasi, soki Fayulu andimi kokoma Vice-président na bokonzi ya Tshilombo, ekozala likambo ya mabe koleka, po Kanambe akozua bango banso pe akokueyisa bango mbala moko, po azali na majorité na assemblée pe na sénat. « Motion de sensure » ekoki po na kokueyisa bango. Soki Kanambe akueyisi bango, esili, Kanambe ye moko akokoma président, po akozala président ya sénat.
    Au lieu ya koluka ebonga ya bokonzi, Fayulu asengeli komitia ngambo ya biso po tosalela stratégie ekoki ko libérer mboka. Fayulu akozala ye moko té, akozala na Valentin Mubake. Soki tosangisi nguya ya biso banso na CNS de Libération Nationale, tokokueyisa Kanambe na bato ba ye banso mbala moko, pe tokozua mboka na maboko ma biso.

    Eloko tosengeli kosala, yango wana. Tosengelaki kosilisa likambo ya Occupation rwandaise kala soki bondimaki makanisi ya biso ya koboya élection po na kosala CNS. Lelo, bozali na choix mosusu té, esengeli tosala CNS de Libération Nationale.

    Ata soki Fayulu aboyi, biso moko tokosala CNS de Libération Nationale, pe tokolonga na yango.

    Nazali kozela maloba epayi ya église protestante, pe epayi ya ba Evêques catholiques. Soki bayebisi ngayi date ya CNS, nakokende noki-noki na Kinshasa po tosilisa likambo ya ba rwandais na RDC.

    Bernard B.
    16.03.2019

  9. «Entre « Fatshi » et l’Occident, il y a comme un parfum de lune miel….». Oui, ce fut le cas avec un certain Joseph Kabila, successeur d’un de Laurent-Desiré Kabila.

  10. A nge Elombe, a nki mambu momo ta zayisa.? Inki mambu nge kena kutuba? Makambo nini oyo ozali ko piolola? Nge ke na nsoni ve? Oza na soni te?
    Sans vergogne, vous demandez aux congolais d’appuyer un traître de la nation qui, « na canayi kaka », accepta par nommination un pouvoir juste formel dans le seul but de protéger de la vindicte nationale et internationale des rwandais dont Kanambe, qui détiennent l’intégralité du pouvoir matériel.
    Vous émmettez Monsieur des balboutiellements du genre « ces fossoyeurs…revenir à la charge », « du gouffre où celui qui se fait appeler Kabila et ses thuriféraires… »…
    Soyons sérieux et ayons les pieds bien posés sur le sol. N’est-ce pas que les tutsis rwandais ont assis leur pouvoir assaillant grâce fondamentalement à la trahison soutenue du soi-disant Parti UDPS? N’est-ce pas que Tshilombo et Fayulu sont en réalité parties aliquotes de la plateforme de traîtres congolais?
    Dans la pratique, que prétendez-vous Monsieur? Que le peuple apporte son appui à l’ami de ses bourreaux qui du reste a pour Directeur de Cabinet le rwandais Kamerherhe qui se trouve être la pièce maîtresse du processus d’occupation tutsie. N’est-ce pas qu’un signal fort de Tshilombo d’aller à contre sens du deal avec ses partenaires serait la révocation sans délais de Kamerherhe comme Directeur de son misérable cabinet? Hein?

  11. Je remercie tous ceux qui ont bien voulu réagir a mes réflexions. une partie du but est atteint. Je voulais susciter le débat, c’est fait, mais nous aurions tort de nous arrêter à l’écume des choses. personne ne détient la vérité révélée, comme je l’ai dit dans mon commentaire, le plus important ici, c’est le Congo. Je ne demande à personne de se renier ou d’abandonner ses convictions, j’en appelle au sens élevé du patriotisme qui nous anime. Ce grand pays n’appartient pas à Felix et Fayulu seuls. Je ne vais pas entrer dans la rhétorique habituelle qui consiste à diaboliser ceux avec qui on est pas d’accord, Chez nous les congolais, on a cette propension à trop simplifier les choses, on a souvent une vision binaire des événements, la simplification dénature le jugement au point de conduire à la schizophrénie. Ceux qui ne veulent pas se rendre à l’évidence peuvent continuer leur combat, mais ce que je sais par contre: est que le pays qui est dans le gouffre n’attendra pas. D’ailleurs ceux qui parlent du passé doivent faire attention; lorsque certains compatriotes qui viennent acclamer Fayulu demandent des armes, il faut se poser la question de savoir l’usage qui sera fait de ces armes, et surtout contre qui seront elles utilisées ? Je n’oublie pas le passé, mais je suis pragmatique et surtout rationnel. voir le problème par le petit bout de la lorgnette est un réflexe inefficace, soyons lucide, il s’agit ici du Congo. Nous passerons le pays restera. Il n y a pas des générations spontanées, nous avons tous vécu, nous avons donc chacun à ce qui nous concerne quelque chose à nous reprocher, Fayulu compris. Salutations patriotiques à tous. Sans rancune.

  12. « Soutien du gouvernement américain dans ses efforts pour le développement et l’épanouissement de son pays »!
    Premier pays à reconnaitre l’Etat indépendant du Congo en 1885, les Etats-Unis ont été impliqués dans tous les évènements de la vie politique du Congo depuis 1959! Si cet Etat avait vraiment voulu du développement du Congo, il y a très longtemps que cela se serait su!
    En lieu et place, c’est d’un Etat failli, totalement désarticulé et désorganisé qu’il s’agit aujpurd’hui, bien que scandaleusement doté par la Nature, figurant bizarrement parmi les tout derniers en termes de développement!
    Alors ceux qui viennent parler du développement du Congo devraient commencer par nous expliquer ce curieux paradoxe et cesser de nous prendre pour des éternels idiots!
    S. Bolivar disait: « ils nous dominent plus par l’ignorance que par la force »! L’abbé J.P. Mbelu dit: « Comprendre c’est déjà agir ».

    1. Cher Bokuku Nkoy,
      Les responsabilités devraient-être partagées. Ces Etats n’ont jamais interdit aux nôtres de faire émerger une classe moyenne inférieure ou supérieure par les vertus d’un travail bien rémunéré. Nos dirigeants ont depuis 1960 constamment échoué à trouver le juste milieu entre les intérêts locaux et internationaux. L’Allemagne a réussi au fil de temps ce défi. A ce jour , elle parvient à s’affirmer face aux Usa après le diktat de la seconde guerre mondiale. Quid du Ghana , des Iles Maurices et de l’Afrique du sud? Nos dirigeants portent la responsabilité d’avoir souvent étalé un souverainisme hypocrite basé sur des intérêts égocentriques ou personnalisés. Les résultats sont là: pauvreté sur tous les plans avec des arriérés des salaires de plus de 5 ans dans certaines entreprises publiques ou ailleurs. « Entre les Etats , il n’y a pas d’amitié, ce sont les intérêts qui doivent prévaloir ». Dixit Charles De Gaule

  13. Un tribunal pénal international pour le Congo! Pas question!
    Souvenez-vous des mésaventures de Carla del Ponte au tribunal pénal international pour le Rwanda!
    Un tribunal pénal international pour le Congo risque d’embarrasser énormément les tireurs de ficelles. Conscients de ce danger, ils tirent adroitement les ficelles pour que ce projet n’aboutisse pas, et cela en dépit des horreurs vécues au Congo depuis 1996!
    Et avec ça ils parlent de « monde civilisé » chez eux!

    1. @Bokulu Nkoy
      Je ne comprends pas bien votre position : êtes-vous à la fin pour un Tribunal Pénal International pour le Congo ou pas ?
      En effet, vous commencez par affirmer « Pas question » mais vous défendez par la suite ses mérites dans la mesure où il empêche aux puissants ennemis de continuer à tirer les ficelles… Simple ironie ?

  14. Elombe , des rigolos de votre espèce j’en ai déjà rencontré mais vous êtes un cas special ! Parcourrez toutes les remarques à votre encontre …Juste une petite remarque : Votre champion Tshilombo a fait un carton plen chez vous au Kasai , lFayulu le candidat du peuple a été plebiscité partout même dans les coins les plus reculé du pays .Vous voulez insinuer que le Kasai est plus peuplé que le reste de la RDC ? Reflechissez avant de débiter des inepties svp ! Kiadi ye nsoni kibeni kua ngeye ! Beno besi ntandu lukalanga fioti ye ngangu .

  15. Nono,
    « Pas question » n’est pas ma position, vous vous en doutez bien! C’est la position des puissants de l’Occident. Un tribunal pénal international risque de mettre à nu toutes les manigances diaboliques qui ont été orchestrées pour faire main basse sur les richesses du Congo! Cela au prix d’innommables horreurs (le fameux rapport « Mapping » de l’ONU n’est qu’un pâle reflet) dont la description prendrait plusieurs volumes! C’est à croire que pour ces puissants, le Congo n’est peuplé que de sous-hommes n’ayant droit à aucune dignité.
    Vous avez appris sans doute que deux experts du Conseil de sécurité ont été assassinés au Congo depuis deux ans! Où en est l’enquête? Cela ne vous intrigue pas?

  16. Nkomi Mbuta,
    Kia mbote kiaku.
    L’individu Fayulu est traître au même titre que Tshilombo. C’est peut-être le degré respectif de traîtrise qui les différecie. Il s’agit donc de s’en méfier comme le peuple le fait déjà si bien contre Thilombo-Show, le rejeton de celui qui sut habilement entretenir une dulplicité quasi aussi vielle que le temps consumé depuis l’indépendance du Congo.
    Veuillez faire un exercice d’abstraction en analysant la trajectoire de ce sinistre personnage (Fayulu) pour vous rendre compte qu’il ne représente qu’une partie aliquote de la plateforme des traîtres qui ex tunc de l’agression de notre pays par les nilotiques tutsis, font obséquieusement le lit de ses misérables assaillants.
    Qu’il ait été élu par le peuple? C’est peut-être vrai, mais il faut tenir compte de la réalité que si à ces prétendues élections passées, si disè-je un bouc (nkombo) se portait candidat, il aurait récolté au moins autant de voix que les autres candidats unis.
    Le Bas Congo se voit plus que jamais en droit de revendiquer la gestion autonome de son territoire. C’est d’ailleurs une nécessité nationale en guise d’exemple pour les autres provinces. Notez que la détermination et la cohérence de la lutte de son peuple n’a actuellement de suivi substentielle qu’en nos frères de Béni, pendant que les talibans udpsiens eux, luttent plutôt pour des postes de députés ou sénateurs d’où pouvoir accomplir leur besoin physiologique de TRAHISON en échange des billets de banque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *