Fratrie « Kabila »: la société « Egal » broie du noir au Kongo Central…

Devrait-on parler de temps des « vaches maigres »? Deux années après le changement intervenu au somment de l’Etat congolais, la société alimentaire « Egal » (Entreprise générale d’alimentation et de logistique), réputée appartenir à concurrence de 40% de son capital à la fratrie « Kabila » fait face à des « difficultés » qu’elle affronte dans ses activités agricoles dans l’ex-Bas Zaïre. Qui l’aurait cru? Il y a encore peu, le tout-Kinshasa-affairiste glosait sur les « privilèges » dont bénéficierait indûment cette entreprise privée. Est-ce « l’effet IGF »?

Dans un communiqué daté du 29 décembre 2020, revêtu de la signature de son directeur-gérant Franck Tshibangu, l’Entreprise générale d’alimentation et de logistique (Egal) « informe ses partenaires et sa clientèle » qu’elle a décidé la cessation, dès jeudi 31 décembre, de ses « activités agricoles » dans la vallée de Kanga au Kongo Central.

Cette mesure touche, selon ledit communiqué, la production de l’huile de palme, de riz et de la viande de bœuf. A en croire le directeur Tshibangu qui ne brille pas par la précision, « Egal » ferait face à de « nombreux blocages et difficultés » en matière notamment de pêche et d’importation.

Ce communiqué n’est pas sans rappeler le point de presse animé le 13 août dernier par l’Inspecteur général des finances, chef de service, Jules Alingete Key. Ce dernier avait porté à la connaissance du public le rapport préliminaire des investigations multisectorielles menées depuis mi-juillet par des enquêteurs de l’IGF (Inspection générale des finances). Au final, 1.300 cas d’exonérations frauduleuses furent décelés. Le ministère public serait déjà saisi. « Cette situation entraîne, chaque année, un manque à gagner de cinq milliards $ pour le Trésor public », déclarait Alingete en soulignant que « les exonérations et les compensations sont devenues les modes savamment conçus pour détourner les deniers publics ».

L’ALERTE DE JEAN-JACQUES LUMUMBA

Jean-Jacques Lumumba, ancien cadre de BGFI Bank, devenu lanceur d’alerte

A Kinshasa, c’est devenu un secret de Polichinelle d’affirmer que les produits importés par « Egal » sont – étaient? – exemptés des droits d’entrée. C’est le cas des vivres frais: poissons, abats, bœuf, poulet. Cette société s’approvisionne auprès des producteurs Pulvera, Wilky et Sabco. « Egal vend parfois des produits avariés. L’Office congolais de contrôle ferme les généralement les yeux ». Propos émanant des « mauvaises langues »? Il semble bien que non. « Un carton de poulet est vendu en Côte d’Ivoire à 10 $. Il en est de même en Angola et au Gabon, confie un négociant kinois. Le même carton de poulet est vendu à 45 $ en RDC ». Egal fait un profit faramineux.

Selon des sources bien informées, la fratrie « Kabila » détiendrait 40% du capital de cette compagnie. Quelques sujets libanais auraient 35% des parts. Les 25% restant reviendraient à quelques hommes d’affaires proches du couple « Kabila ». A en croire ces mêmes sources, Egal aurait racheté toutes les boulangeries industrielles de la capitale congolaise.

C’est Jean-Jacques Lumumba, ancien cadre à la BGFI Bank, qui a lancé l’alerte en révélant que la société Egal a été fondée le 29 novembre 2013 (voir Le Soir daté du 29-30 octobre 2016). Et que la Banque centrale du Congo (BCC) avait transféré un montant total de 42,999 millions $ à la BGFI Bank avec pour communication: « Provision investissement ». Lumumba est formel: Egal n’a jamais mentionné cet apport financier dans sa comptabilité. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’un détournement de l’argent public au profit de « Kabila » et sa fratrie.

L’épouse « Kabila » née Marie-Olive Lembe di Sita jouerait un rôle qui n’a rien à envier à celui d’une « marraine » au sens mafieux du terme. Elle serait – était? – la « protectrice » de plusieurs sociétés suspectées par le département du Trésor américain de se livrer au blanchiment ainsi qu’au financement du terrorisme. C’est le cas notamment de « Mino Congo », « Congo Futur » et « Pain Victoire ».

DEMANTELER L’EMPIRE FINANCIER DE LA FRATRIE « KABILA« 

« Joseph Kabila » , alors aide de camp du Rwandais James Kabarebe, à l’époque colonel

Arrivée, fin octobre 1996, sans un sous en poche – sous le couvert de la prétendue guerre de libération de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo – dans ce pays qui s’appelait encore Zaïre, « Joseph Kabila », qui est devenu président de la République le 26 janvier 2001, se trouve maintenant à la tête d’une immense fortune estimée à une vingtaine de milliards de dollars US (voir Richard Miniter, magazine Forbes 2014).

Au fil du temps, l’ex-Président congolais est devenu propriétaire de plusieurs « ranchs » à travers le pays: Kingakati (banlieue de Kinshasa) Kashamata et Kundelungu (Haut Katanga), Kabasha (Nord-Kivu), Ile de Mateba (Kongo Central). On devrait ajouter la concession litigieuse de Mbobero (Sud-Kivu). A Kinshasa, le successeur de Mzee s’est approprié la résidence officielle du Président du Conseil législatif (Assemblée nationale). Cette bâtisse fut inaugurée au début des années 80 par le président Alfred Nzondomyo A Dokpe Lingo.

Qu’en est-il de la fratrie? Après avoir détenu le monopole des « imprimés de valeur », Zoé « Kabila » – qui a été « élu » en 2019 gouverneur de la province de Tanganyika – s’est fait construire auparavant un luxueux complexe hôtelier au bord de la mer à Moanda, au Kongo Central. La sœur Jaynet, elle, « sous-traite » les activités de la DGDA (Douanes & Accises) au poste frontalier de Kasumbalesa dans le Haut Katanga. Deux sociétés lui servent de couvertures: Trafigo Sarl et Pacific Trading. Le péage sur la route Kasumbalesa-Lubumbashi serait géré par un certain Simon Kong, de nationalité chinoise, pour le compte de « Zoé ». Quelle famille!

La société Egal n’a pas fini de broyer du noir. On espère que les enquêteurs de l’IGF vont poursuivre leurs investigations jusqu’au démantèlement total de l’empire financier de cette « famille » dont l’enrichissement est proportionnel à l’appauvrissement de l’Etat congolais et sa population.

 

B.A.W.

12 thoughts on “Fratrie « Kabila »: la société « Egal » broie du noir au Kongo Central…

  1. À lire ce récit, on aurait l’impression que la fratrie Kanambe serait en train de perdre le contrôle des richesses du pays. Tant s’en faut! Leur empire est en plein essor à l’Est du pays et pas un seul Con-golais lève son petit doigt pour le dénoncer. Tous, et alors tous nous tremblons comme des feuilles devant ces nouveaux colonisateurs venus d’on ne sait où ! OYO PEUPLE YA NDENGE NINI, Y’A LORENÇO COCO ?

    1. eKUM
      electronic Kum,
      Okomi débile mental ? Ki prophète de malheurs ekoki te ? Vous vivez de pensées négatives et avez besoin de tristes nouvelles pour vous sentir davantage KUM. Faites-vous soigner. Le texte de BAW parle EXACTEMENT d’Egal et ne fait pas l’état de la nation. Si Egal est en désarroi, c’est parce qu’il y a des Congolais courageux qui l’affrontent sur le terrain. Tous n’ont pas PEUR comme vous. NE GÉNÉRALISEZ PAS PLEASE VOS BÊTISES, DÉFICITS ET DÉFICIENCES.

    2. Cher Kum,
      « Nous tremblions ou nous tremblons? ».
      Il n’est plus question de trembler parce qu’avec la Gouvernance de Felix Tshisekedi, la peur et les tremblements changent de camp. Ayons le courage de le reconnaître en se rangeant du coté de l’union pour le mieux-être de la république.

  2. Egal, Pain victoire, mino congo , congo , congo futur, trafigo sarl , pacifique trading , péage kasumbalesa , kingakati , kashama, kashaba , mateba , mborero hôtel luxieuse à Moanda pour Zoé.
    Arrivé fin octobre 1996 sans un sous en poche. (HYPPOLITE-KANAMBE).
    Un poulet achété achété à 10$ en côte d’ivoire et venire balancé à 45$ par un peuple abandonné à son triste sort au détriment des intérêts d’une fratrie étrangère (Tanzanienne).
    Cette Egal qui nous amenne des vivres avariés sous l’impulsion des cons sans compétance aucune.
    La fratrie kanambe partage elle même 40% , 35% aux quelques sujets libanais et 25% aux proches du couple kabila. Ceci forme un congo. Le temps pour cette mafia à quadriple vitèsse est dévolu. Courage Fatshi et à l’IGF.

  3. Sur ce, l’état congolais doit récupérer Tout ce qui lui revient de droit(par exemple, la résidence officiel du président du parlement, l’île Mateba, etc.. Etc….). Et aussi les particuliers qui ont perdu leurs bien par ce gangsterisme politico-militaire doivent recouvrir la plénitude jouissances de leurs biens. ET ENFIN, QUE LES COUPABLES REPONDENT DEVANT LA JUSTICE. AFIN DE METTRE UN TERME À CETTE SOCIÉTÉ D’IMPUNITÉ QUI EMPÊCHE TOUT DÉVELOPPEMENT SOCIAL, POLITIQUE, HUMAIN……..

  4. Etat de droit ? Ok. Qu’on arrête ces rwandais et qu’on les mette en prison. Vous rendez-vous compte que le PRESIDENT de la RDC vit dans un studio alors que ces trois incultes rwandais qui ont appris à porter des chaussures en cuir au Congo, il y a à peine une vingtaine d’années vivent dans des ranchs ?
    Non mais vous vous rendez compte de cette autre  » humiliation tolérée  » ?
    Why ? Pourquoi ? Po na nini ?

  5. Franchement, s’ils avaient un peu de sagesse les adeptes du pouvoir defaillant de Felix devraient avoir honte de denoncer et de s’attaquer aux derives de la kabilie seulement maintenant alors que les personnes de bonne foi n’ont cesse de crier a l’injustice causee par la famille mafieuse de Kabila depuis longtemps. Denoncer et denoncer toujours sans agir, c’est la specialite des congolais. En deux ans seulement, le pouvoir actuel a fait des degats enormes sur des malversations financieres. Il devrait dire a ses fanatiques de se TAIRE.

    1. eRAZ
      electronic Raz,
      votre post se résume ainsi :
      – « alors que les personnes de bonne foi n’ont cesse de crier »
      – « Denoncer et denoncer toujours sans agir, c’est la specialite des congolais ».
      Donc ki BONNE FOI ne suffit pas. Qu´attendez-vous pour AGIR ?

  6. Quand mes oncles Katangais se sentent orgueilleux pour leur contribution significative au budget de l’État , les 21 ans du pouvoir de leur mutoto wa ndungu yetu. Comprenez le fils de notre frère sa Mzeité Kabila, leur a laissé quel SMIG, ? tous les Minings employaient que les agents sous traitance, les journaliers de plusieurs années, sans contrat de travail à durée indéterminée tout cela pour rendre esclaves les mêmes natifs sur leurs
    propres terres,au vu et au su de alias Kabila, sans oublier l’opération-retour sur les émoluments des honorables députés nationaux et provinciaux au profit du royaume de Kingakati, tenez ; un restau des Indo-pakistanais , paie 100$,par mois au cuisinier qui n’a pas droit de manger la nourriture qu’il prépare, ni transport, ni droit au culte le dimanche , c’est pitoyable de voir les habitants de cette province se concentrer sur le tribalisme , contre leurs cousins Baluba du Kasaï, alors qu’on voit un libanais qui ne parle même pas le Swahili du coin , être plébiscité député national, député provincial, voire même ministre provincial des infrastructures et des mines, quel aveuglément ? Quelle honte ? la GCM en banqueroute totale, la mairie deLubumbshi en poisse honteuse, la voirie urbaine que des trous, et vous faites de cauchemars pour retour probable au pouvoir acquis par un accident bête.
    Que Dieu de notre nation , intensifie davantage son feu dévorant sur toute l’étendue du territoire national, afin que les pilleurs, les violeurs, les mafiosi., les usurpateurs, et charognards puissent dégager rapidement Ainsi-soit-il

  7. La societe EGAL poursuit Jean Jacques Lumumba pour imputations dommageables sur ses différents propos médiatiques tenus au courant de l’année 2020 : “la même société aujourd’hui revient encore sur la table parce qu’il a bénéficié de plusieurs exonérations. Elle ne paie déjà pas correctement ses impôts et vous comprenez que c’est à cause principalement de cette société qui s’appelle “EGAL” que je suis aujourd’hui en exil parce qu’il y a des choses surréalistes qui se sont passées. Sur ce compte, on a découvert des achats d’animaux pour le parc de Kabila (…)”, a-t-il écrit.

    1. En réponse à la plainte de EGAL pour imputations dommageables, JJ Lumumba a promis de saisir la justice pour pouvoir déposer les documents en sa possession. Il est déterminé à aller jusqu’au bout de sa démarche et il dispose des éléments et des documents qui prouvent ses dires.
      UNIS, le réseau panafricain de lutte contre la corruption dont il est l’un des dirigeants a réagi et le soutient.
      # Je me souviens il y’a quatre ans de ce qu’on appellera les « Lumumba papers », des copies des documents qui éclaboussent la BGFI-Bank, l’entourage de ‘JK’ et leur relation délictuelle avec le Trésor. Voilà d’où vient EGAL !
      Attendons voir

  8. Chers Compatriotes,
    Tshisekedi est en train de prouver qu’être président n’est pas synonyme d’habiter le palais présidentiel. C’est le président qui fait que sa résidence est présidentielle et non le contraire. Khadafi logeait dans une tente. Arrêter le criminel est affaire de la justice et non du président de la République. Eddy Kapend est dehors. Mais Elili avait entendu parler d’un dossier possible à la CPI sur lequel un savant de Congoindependant.com travaillait. C’est le moment à saisir pour tout congolais d’initier ce qui serait pertinent pour que le criminel quitte ce pays là. Notons que la fuite du criminel n’est pas une fin en soi. La finalité de tout ce qui se passe au Congo maintenant devrait être la mise du pays sur les rails du redressement. La sécurité est une des conditions pour atteindre ce but. Mais quand nous réclamons la tête du criminel sans nous occuper de ses lieutenants, nous ne sommes pas logiques. Unissons-nous pour le redressement du pays dans une démarche de cohérence. Que Dieu nous vienne en aide.

Comments are closed.