Haro sur la Monusco !

Dans notre pays convoité par tous les pays voisins, l’histoire a la fâcheuse tendance à se répéter. Tenez, les 3 et 4 juin 2004, près de deux millions de citoyens se sont déversés dans les rues de Kinshasa pour réclamer le départ de la Monuc (Mission de l’Onu au Congo) considérée comme complice des mutins rwandophones qui s’étaient emparés de la ville de Bukavu. Stupeur et tremblements! Les manifestants ont condamné la passivité de la Monuc, pillé ses installations, brûlé ses véhicules et réclamé la fin du mandat. Enfer et damnation!

Dix-sept ans après, bis repetita! Depuis le 8 avril 2021, des manifestants à Beni, Butembo, Goma et même Kinshasa réclament le départ des humanitaires, des ONG internationales et de la Monusco (Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation au Congo), la fille de la défunte Monuc. Telle mère, telle fille dit-on. Comme disait un ami qui est devenu fou: la caravane aboie et le chien passe. Les manifestants disent qu’ils en ont marre des tueries au Nord-Kivu et en Ituri. Les mouvements citoyens et les associations professionnelles ne comprennent pas l’inactivité des troupes de l’Onu. Saperlipopette! Ceci expliquant cela, ils les accusent d’être complices du génocide des Congolais! Stupeur et tremblements!

Les calotins de la Cenco affirment qu’il y a eu plus de 6.000 morts à Beni depuis 2013 et plus de 2.000 à Bunia pour la seule année 2020. Ils avaient fait leur enquête en janvier 2020 lors de leur pérégrination dans les diocèses de Goma, Butembo, Beni et Bunia. Sûrement qu’ils ont entendu des histoires scabreuses au confessionnal. Mais comme le secret de la confession est inviolable, on n’en sait pas plus. Ceci expliquant cela, ils exigent hic et nunc de déplacer tous les officiers militaires ayant évolué dans les différentes rébellions ou groupes armés dans l’Est du pays, et de mettre à l’écart de la chaîne de commandement et de la logistique ceux qui seraient réputés agents-relais des armées étrangères. Saperlipopette!

Mon ami qui sait tout affirme qu’on ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière. D’après lui, les mouvements citoyens sont financés par les ONG internationales. Sapristi! Pour mon ami qui sait ce qui se passe dans tous les coins et recoins de Kinshasa, bien qu’inefficace, la Monusco est bénéfique. Elle apporte sa caution aux bailleurs de fonds extérieurs. Elle dissuade les chefs de guerre de proliférer. Son soutien a permis d’atténuer les différences crises qui rythment le processus politique depuis plusieurs années. Que penser de ces chauffeurs, mécaniciens, domestiques, jardiniers qui sont au service de la Monusco, des agences spécialisées et des ONG internationales? Que penser des restaurants, salons de coiffure, magasins, etc. fréquentés par leur personnel? Et la Radio Okapi? Qui va louer les belles maisons de Goma? La Monusco est un gros business. Elle a coûté près de 25 milliards de dollars durant les 20 années de présence au Congo Kinshasa. Tous les véhicules de la Monusco sont des Toyota. Le Royaume-Uni fournit les carburants. Tout ce qui est informatique revient aux américains, un autre pays livre les médicaments etc. Les pays développés se sont donc partagé les marchés! Stupeur et tremblements! Bref, passons!

Entretemps, notre pays est envahi par des groupes armés des pays voisins. La guerre actuelle est insensée, absurde. Nous avons des FDLR (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda) qui n’attaquent jamais le Rwanda! Nous avons des ADF (Forces démocratiques alliés) qui n’attaquent jamais l’Ouganda! Allez-y comprendre quelque chose! Ils préfèrent tuer des Congolais, transformer nos femmes en porteuses et en esclaves sexuelles. Il n’y a que la résistance du peuple qui peut mettre fin à tout ce bordel. On dit chez nous que si quelqu’un t’a mordu, il t’a rappelé que tu as des dents!

 

GML