Kasumbalesa: « Tirs groupés » sur l’UDPS…

Read Time:5 Minute

Que se passe-t-il à Kasumbalesa (Haut Katanga), le deuxième poste-douanier du pays après le port de Matadi, au Kongo Central? Depuis plusieurs jours, des personnalités du « Grand Katanga » accusent « l’UDPS » de Felix Tshisekedi d’encourager le phénomène « Bilanga », une expression locale qui signifie la « fraude douanière ». Coïncidence ou pas, ces « attaques » semblent prendre de l’ampleur depuis que les sociétés Trafigo et Pacific Trading qui opèrent à ce poste douanier sont sur la sellette notamment de l’IGF (Inspection générale des finances). Les deux entreprises appartiennent à Jaynet « Kabila ». Diversion?

Depuis plusieurs mois, des rumeurs les plus folles font état de l’implication de certains militants de l’UDPS dans la fraude douanière au poste-frontière de Kasumbalesa. Interrogé à ce sujet, voici la réaction d’un cadre de ce parti qui a requis l’anonymat: « Je sais que tous les yeux sont braqués sur le président Felix Tshisekedi. Je tiens à vous dire qu’il n’est pas le genre d’homme à encourager ce genre d’agissements. Je suis convaincu qu’il a instruit les autorités compétentes de mettre fin à cette situation ». Où ça coince?

De gauche à droite les gouverneurs Richard Muyej (Lualaba), Jacques Kyabula (H-Katanga) et Zoé « Kabila » (Tanganyika)

Le problème est que le « mal » décrié est loin de s’estomper. Des politiciens étiquetés Fcc (Front commun pour le Congo) se sont engouffrés dans la brèche ouverte. Une aubaine pour la mouvance kabiliste.

En marge de la dixième session de Défense et sécurité entre le Congo-Kinshasa et la Zambie qui s’est tenue le 13 août à Lubumbashi, les gouverneurs Zoé « Kabila » (Tanganyika), Jacques Kyabula (Haut Katanga) et Richard Muyej (Lualaba) ont donné de la voix. « Zoé » et Muyej ont exprimé leur « solidarité » à leur collègue Kyabula au sujet de la « situation actuelle au poste de Kasumbalesa ».

Que se passe-t-il à Kasumbalesa? En termes elliptiques, les trois gouverneurs ont déclarés « qu’ils ont toujours voulu la paix, la sécurité et la cohabitation pacifique des communautés. Il faut que l’on nous évite ce spectacle de Kasumbalesa. Nous n’en avons pas besoin ». Quelle langue de bois!

Reste qu’il faut refuser de regarder pour ne pas voir la sempiternelle animosité entre « katangais » et « luba Kasaï ». En cause, l’activisme imputé, à tort ou à raison, à la section UDPS/Kasumbalesa.

Parti dominant dans la grande majorité des provinces congolaises, le PPRD a du mal à tolérer la montée en puissance de l’UDPS qui incarne la « majorité présidentielle ». Là où le bât blesse est que les chefs des exécutifs provinciaux portent également la casquette de responsable provinciale du PPRD. Un anachronisme qui incite à poser une question: Qui s’occupe de l’intérêt général?

UDPS/KASUMBALESA ACCUSÉE DE « FRAUDE DOUANIÈRE »

Dans une interview accordée, mercredi 19 août, au média kinois 7sur7.CD, le gouverneur Jacques Kyabula est apparu un peu plus disert. Selon lui, le « phénomène Bilanga » serait encouragé par des membres de l’UDPS. Malin, Kyabula a laissé à son « dircaba », Christian Kunda Mutoki, le soin de « cogner ». Selon ce dernier, le « parti présidentiel » se serait « substitué à l’Etat congolais ». « A côté des services de l’Etat comme la DGDA, la DGM et autres, il y a l’UDPS qui favorise ce phénomène de coulage des recettes de l’Etat », assure-t-il.

Et d’ajouter que « les » militants de l’UDPS auraient mis en place une « grille tarifaire » pour les marchandises sortant en fraude à travers un dépôt clandestin dit « base Bilanga ». A en croire ce proche collaborateur du gouverneur Kyabula, la situation ci-décrite entraîne un « manque à gagner pour le poste douanier de Kasumbalesa ». Des accusations gravissimes démenties aussitôt par Issac Tshiswaka de l’UDPS/Kasumbalesa.

Selon ce « combattant », le gouverneur du Haut Katanga s’obstine à accuser cette formation politique « sans fournir des preuves ». Pour lui, c’est la multitude des services publics basés à Kasumbalesa – au nombre de quinze -qui serait à la base de la dissipation des recettes destinées au trésor public. N’empêche, il faut être de mauvaise foi pour nier en bloc les faits allégués.

Le député national Augustin Kahozi bin Malisawa est l’avant-dernier personnage « à dégainer » sur ce sujet. Dans une interview accordée au quotidien lushois « Echos du Congo », daté du 20 août, l’ancien bourgmestre de la commune annexe de Lubumbashi, demande que « ce qui se passe à Kasumbalesa » fasse l’objet de débat non seulement au Parlement mais aussi au Conseil des ministres à Kinshasa. Selon lui, « les civils » se réclamant d’un parti politique s’adonnent à la « fraude douanière ». « Bwana » Kahozi dit éprouver de la peine à comprendre pourquoi cette situation ne se déroule qu’à Kasumbalesa et pas ailleurs.

Jaynet « Kabila »

UNE « GUERRE SOURDE » UDPS-FCC/PPRD

L’analyse de ces prises de position permet de formuler au moins trois observations. Primo: les « accusateurs » appartiennent tous à la mouvance kabiliste. Secundo: ils donnent l’impression de découvrir le « phénomène Bilanga », comme si celui-ci a vu le jour au lendemain de l’investiture de Felix Tshisekedi. Enfin: A travers l’Udps, c’est Felix Tshisekedi qui paraît visé. La « guerre sourde » entre l’UDPS et le Fcc/Pprd s’est déportée momentanément à Kasumbalesa. Et pour cause?

Il est assez troublant de relever que l’intérêt inattendu porté sur le « phénomène Bilanga » n’est pas sans rapport avec la « clameur publique » qui ne cesse de prendre de l’ampleur autour des sociétés Trafigo SPRL et Pacific Trading. Celles-ci sous-traitent les activités douanières au poste-frontalier de Kasumbalesa. Trafigo appartient à Jaynet « Kabila ». Elle est administrée par une certaine Magali Kayitesi qui serait la « veuve » du feu général Delphin Kahimbi. Trafigo et Pacific Trading seraient des « sœurs jumelles ».

Président très controversé du patronat congolais, Albert Yuma Mulimbi, kabiliste devant l’Eternel, ne dit pas le contraire. Dans une lettre adressée aux autorités judiciaires congolaises, en date du 20 août, l’inamovible président du conseil d’administration de la Gécamines dénonce les « arrestations » et des « détentions » d’entrepreneurs « pour des faits liés au paiement de droits et taxes à l’importation ». En fait « d’entrepreneurs », Yuma ne cite qu’un seul: le responsable du Pacific Trading qui aurait été interpellé. Les dirigeants de l’UDPS seraient mal inspirés de minimiser ces « tirs groupés » assimilables au calme avant la tempête…

 

Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Me Dieudonné Tshibuabua: « Au Congo, nous sommes Congolais! »
Next post INS: 19% d’entreprises en cessation d’activités en mai 2020 suite au coronavirus