Kasumbalesa: « Tirs groupés » sur l’UDPS…

Que se passe-t-il à Kasumbalesa (Haut Katanga), le deuxième poste-douanier du pays après le port de Matadi, au Kongo Central? Depuis plusieurs jours, des personnalités du « Grand Katanga » accusent « l’UDPS » de Felix Tshisekedi d’encourager le phénomène « Bilanga », une expression locale qui signifie la « fraude douanière ». Coïncidence ou pas, ces « attaques » semblent prendre de l’ampleur depuis que les sociétés Trafigo et Pacific Trading qui opèrent à ce poste douanier sont sur la sellette notamment de l’IGF (Inspection générale des finances). Les deux entreprises appartiennent à Jaynet « Kabila ». Diversion?

Depuis plusieurs mois, des rumeurs les plus folles font état de l’implication de certains militants de l’UDPS dans la fraude douanière au poste-frontière de Kasumbalesa. Interrogé à ce sujet, voici la réaction d’un cadre de ce parti qui a requis l’anonymat: « Je sais que tous les yeux sont braqués sur le président Felix Tshisekedi. Je tiens à vous dire qu’il n’est pas le genre d’homme à encourager ce genre d’agissements. Je suis convaincu qu’il a instruit les autorités compétentes de mettre fin à cette situation ». Où ça coince?

De gauche à droite les gouverneurs Richard Muyej (Lualaba), Jacques Kyabula (H-Katanga) et Zoé « Kabila » (Tanganyika)

Le problème est que le « mal » décrié est loin de s’estomper. Des politiciens étiquetés Fcc (Front commun pour le Congo) se sont engouffrés dans la brèche ouverte. Une aubaine pour la mouvance kabiliste.

En marge de la dixième session de Défense et sécurité entre le Congo-Kinshasa et la Zambie qui s’est tenue le 13 août à Lubumbashi, les gouverneurs Zoé « Kabila » (Tanganyika), Jacques Kyabula (Haut Katanga) et Richard Muyej (Lualaba) ont donné de la voix. « Zoé » et Muyej ont exprimé leur « solidarité » à leur collègue Kyabula au sujet de la « situation actuelle au poste de Kasumbalesa ».

Que se passe-t-il à Kasumbalesa? En termes elliptiques, les trois gouverneurs ont déclarés « qu’ils ont toujours voulu la paix, la sécurité et la cohabitation pacifique des communautés. Il faut que l’on nous évite ce spectacle de Kasumbalesa. Nous n’en avons pas besoin ». Quelle langue de bois!

Reste qu’il faut refuser de regarder pour ne pas voir la sempiternelle animosité entre « katangais » et « luba Kasaï ». En cause, l’activisme imputé, à tort ou à raison, à la section UDPS/Kasumbalesa.

Parti dominant dans la grande majorité des provinces congolaises, le PPRD a du mal à tolérer la montée en puissance de l’UDPS qui incarne la « majorité présidentielle ». Là où le bât blesse est que les chefs des exécutifs provinciaux portent également la casquette de responsable provinciale du PPRD. Un anachronisme qui incite à poser une question: Qui s’occupe de l’intérêt général?

UDPS/KASUMBALESA ACCUSÉE DE « FRAUDE DOUANIÈRE »

Dans une interview accordée, mercredi 19 août, au média kinois 7sur7.CD, le gouverneur Jacques Kyabula est apparu un peu plus disert. Selon lui, le « phénomène Bilanga » serait encouragé par des membres de l’UDPS. Malin, Kyabula a laissé à son « dircaba », Christian Kunda Mutoki, le soin de « cogner ». Selon ce dernier, le « parti présidentiel » se serait « substitué à l’Etat congolais ». « A côté des services de l’Etat comme la DGDA, la DGM et autres, il y a l’UDPS qui favorise ce phénomène de coulage des recettes de l’Etat », assure-t-il.

Et d’ajouter que « les » militants de l’UDPS auraient mis en place une « grille tarifaire » pour les marchandises sortant en fraude à travers un dépôt clandestin dit « base Bilanga ». A en croire ce proche collaborateur du gouverneur Kyabula, la situation ci-décrite entraîne un « manque à gagner pour le poste douanier de Kasumbalesa ». Des accusations gravissimes démenties aussitôt par Issac Tshiswaka de l’UDPS/Kasumbalesa.

Selon ce « combattant », le gouverneur du Haut Katanga s’obstine à accuser cette formation politique « sans fournir des preuves ». Pour lui, c’est la multitude des services publics basés à Kasumbalesa – au nombre de quinze -qui serait à la base de la dissipation des recettes destinées au trésor public. N’empêche, il faut être de mauvaise foi pour nier en bloc les faits allégués.

Le député national Augustin Kahozi bin Malisawa est l’avant-dernier personnage « à dégainer » sur ce sujet. Dans une interview accordée au quotidien lushois « Echos du Congo », daté du 20 août, l’ancien bourgmestre de la commune annexe de Lubumbashi, demande que « ce qui se passe à Kasumbalesa » fasse l’objet de débat non seulement au Parlement mais aussi au Conseil des ministres à Kinshasa. Selon lui, « les civils » se réclamant d’un parti politique s’adonnent à la « fraude douanière ». « Bwana » Kahozi dit éprouver de la peine à comprendre pourquoi cette situation ne se déroule qu’à Kasumbalesa et pas ailleurs.

Jaynet « Kabila »

UNE « GUERRE SOURDE » UDPS-FCC/PPRD

L’analyse de ces prises de position permet de formuler au moins trois observations. Primo: les « accusateurs » appartiennent tous à la mouvance kabiliste. Secundo: ils donnent l’impression de découvrir le « phénomène Bilanga », comme si celui-ci a vu le jour au lendemain de l’investiture de Felix Tshisekedi. Enfin: A travers l’Udps, c’est Felix Tshisekedi qui paraît visé. La « guerre sourde » entre l’UDPS et le Fcc/Pprd s’est déportée momentanément à Kasumbalesa. Et pour cause?

Il est assez troublant de relever que l’intérêt inattendu porté sur le « phénomène Bilanga » n’est pas sans rapport avec la « clameur publique » qui ne cesse de prendre de l’ampleur autour des sociétés Trafigo SPRL et Pacific Trading. Celles-ci sous-traitent les activités douanières au poste-frontalier de Kasumbalesa. Trafigo appartient à Jaynet « Kabila ». Elle est administrée par une certaine Magali Kayitesi qui serait la « veuve » du feu général Delphin Kahimbi. Trafigo et Pacific Trading seraient des « sœurs jumelles ».

Président très controversé du patronat congolais, Albert Yuma Mulimbi, kabiliste devant l’Eternel, ne dit pas le contraire. Dans une lettre adressée aux autorités judiciaires congolaises, en date du 20 août, l’inamovible président du conseil d’administration de la Gécamines dénonce les « arrestations » et des « détentions » d’entrepreneurs « pour des faits liés au paiement de droits et taxes à l’importation ». En fait « d’entrepreneurs », Yuma ne cite qu’un seul: le responsable du Pacific Trading qui aurait été interpellé. Les dirigeants de l’UDPS seraient mal inspirés de minimiser ces « tirs groupés » assimilables au calme avant la tempête…

 

Baudouin Amba Wetshi

9 thoughts on “Kasumbalesa: « Tirs groupés » sur l’UDPS…

  1. Il est plus que rigolo d’entendre ce mec Albert Yuma se plaindre des actions de la Justice. Il ne s’agit que d’une fuite en avant.
    La meme Justice qui attend Yuma au tournant concernant ses maintes magouilles de bradages et detournements (dont l’affaire des $200 millions) avec Dan Gertler au detriment de la Gecamines et du Tresor, et au profit de leurs poches et celles de la famille Kabila inclu Jaynet.
    Bref, que Yuma la boucle et attende son tour a la barre….

  2. En politique, c’est le rapport de force permanent. Entre l’UDPS et le PPRD, on est passé de la guerre larvée à la bataille rangée. Kasumbalesa n’est que la partie immergée de l’iceberg. La fratrie Kabila et ses courtisans ne lâcheront rien. Pour eux, comme le répète souvent notre compatriote BAW, la RDC est un butin de guerre qu’il faut conservé à tout prix. Il faut vraiment être tordus pour comparer le phénomène  » bilanga  » qui est le fait de quelques « crève la faim  » et le retournement à grande échelle, bien organisé au niveau de toutes les régies financières du Congo. Entre Katangais et Kasaiens, la coexistence a toujours difficile, cet état de chose est souvent entretenu par des politiciens retors et cyniques qui font tout pour conserver leur pré carré. L’UDPS est aujourd’hui un parti en lambeaux. Les deux incompétents qui sont à la tête de ce parti préfèrent ferrailler à Kinshasa plutôt que d’aller dans l’arrière pays pour mobiliser et revitaliser leur parti. Donc, cette accusation est cousue de fil blanc. Mais hélas, cette diversion peut se révéler un désastre pour Tshisekedi si son parti continue à faire preuve d’aveuglement. Un homme averti en vaut deux.

    1. Comme vous le dites bien, malheureusement, l’UDPS est un Parti en perte de vitesse sous ses deux energumenes au sommet qui brillent par leur incompetence notoire. La bande PPRD-FCC inclu la fraterie Kabila ne peut que s’en rejouir et continuer a voler – attendant 2013.
      Quant a FATshi « Beton d’Argile », il prefere se la couler douce avec ses 800 conseillers-copains au sein des Commissions budgetivores a la Presidence que de se soucier du sort de son Parti.
      Question: Au dela de deux incompentents au sommet de l’UDPS, a quand la descente & tournee de FATshi lui-meme en Provinces (et a Kasumbalesa qui saigne le Tresor) pour s’y rendre compte de la Mafia de la fraterie Kabila et des bandes UDPS qui y regnent?
      FATshi prefere plutot jeter de la poudre aux yeux des Congolais avec
      ses discours et petits gestes, entre autres, en inaugurant de petites centrales solaires ou en ouvrant des ecoles a Kinshasa, dedoublant ainsi le Gouverneur de Kinshasa Ngobila afin de « paraitre en charge ».
      Et tout cela en attendant que Mike Hammer lui vienne en aide..
      Un « PR » impuissant et/ ou irresponsable? A vous le choix !

  3. La question qu’il faut se poser est celle de savoir si « Félix « était suffisamment préparé pour assumer cette lourde responsabilité. Était-il conscient que la bande à Kanambe n’allait nullement le laisser réussir sa mission ? Était -il lui-même rentré aux affaires pour servir ou se servir comme tout bon Congolais qui se respecte ? Félix a-t-il vraiment le souci de prêcher par le bon exemple ? Quid de son entourage ?

  4. Les Vichy-médiocres de l’UDPS et leurs partenaires rwandais font de la diversion. En Ituri et dans le Grand-Kivu, on tue, on déplace les populations autochtones pour installer les gens venus d’ailleurs. A Kinshasa, on inaugure des chrysanthèmes. Rappelez ceci n’est pas une insulter comme voudraient nous le faire croire certains idiots nyangalakata.
    JE ME SOUVIENS !

  5. Non mes frères congolais , Bilanga existe depuis Mobutu et tous les gouverneurs du Grand Katanga le savent bien . Sûrement que l’afluence des jeunes chômeurs provenant des tous les coins vous choquent et le phenomène prend des proportions depuis la très grande legereté des kabilas avec toutes ces multiples familles  » présidentielles » . Ces bandes des cousins sont les gestionnaires reconvertis dans l’actuelle Trafigo et autres . Même si la contrebande doit être combattue avec bcp d’énergie par le gouvernement , ceux qui sous-traitent ne doivent vraiment plus exister , c’est une forme de  » bilanga » .Très sûr.

  6. Toute cette guerre tourne autour d’un mot: « DEAL ». Signer un deal a la « vite fait » sans comprendre les contours qui pourraient advenir. Au jour d’aujourd’hui, les katangais pprd disent de kasumbalesa, Ni bulongo yetu (c’est notre terre). Les luba du kassai udps disent, comme on l’entend partout parlant du pouvoir, « Tshintu tchetu » ( c’est notre pouvoir). Le compatriote BAW se demande qui s’occupe alors de l’interet general? la reponse est simple: personne! Le probleme n’est pas entre trafigo SPRL, Pacific trading et bilanga. Il s’agit de chasser du pouvoir le pprd et l’udps et d’installer une bonne administration dans nos frontieres. Tous ces bandits comprendront alors que kasumbalesa appartient a l’Etat congolais et non aux individus ou aux partis politiques. Je connais beaucoup des gens qui sont devenus tres riches pour avoir travaille a cette frontiere de kasumbalesa. Ce qui va arriver, et ne vous etonnez pas, ce que le sang va couler encore entre les deux camps.

  7. Raz,
    En effet, le sang coulera entre ces 2 Mafias, d’une part, les frangins et cousins a Kabila oeuvrant derriere leurs « Trafi-cans », et de l’autre, ces nouveaux riches au sommet de l’UDPS oeurvrant derriere leur Bilanga.
    Et Felix dans tout cela…? Il continuera a nous chanter ses discours et vides promesses, emportant son « Peuple a-bord » …..vers le gouffre.

Comments are closed.