La Monusco préoccupée par l’aggravation des violences dans les hauts plateaux au Sud-Kivu

Dans un communiqué daté du 17 septembre, la représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies en République démocratique du Congo et cheffe de la Monusco, Leila Zerrougui, a exprimé sa préoccupation face à l’aggravation des violences dans les hauts plateaux de Minembwe, au Sud Kivu. « La Mission renforce ses moyens de protection des civils dans cette zone pour soutenir les autorités congolaises et appelle les acteurs de ces conflits à mettre fin à toutes formes des violences », a-t-elle déclaré.

Des milices se sont affrontées dans la région ces derniers jours. Des villages ont été attaqués, entraînant des pertes en vies humaines et de nombreux déplacements de population a-t-elle ajouté, soulignant que la Monusco avait déployé ses hélicoptères d’attaque et intensifié ses patrouilles de dissuasion en appui aux Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

La Monusco a – en plus de la base établie de manière permanente à Minembwe -, installé le 12 septembre dernier une base temporaire à Mikenge pour renforcer la protection des civils dans cette zone, a-t-elle poursuivi, signalant que les casques bleus ont aussi facilité l’évacuation des blessés vers l’hôpital de Bukavu, en collaboration avec le Comité International de la Croix Rouge (CICR).

Pour Mme Zerrougui, la Mission onusienne travaille étroitement avec les autorités politiques provinciales et les représentants de la société civile pour apaiser les tensions. Ce travail de conciliation a été marqué .par la visite, au début du mois de septembre à Minembwe, du secrétaire général adjoint aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, pour porter un message de soutien et d’appel à l’unité des communautés. « Nous appelons tous les leaders nationaux et provinciaux originaires des territoires de Fizi, Mwenga et Uvira, à dénoncer les attaques ciblées sur les communautés ou sur leurs représentants et chefs coutumiers, à dépasser leurs différends partisans et à exercer leur influence pour mettre fin à ces violences », a dit Mme Leila Zerrougui, mettant l’accent sur le fait que « toutes les communautés des Hauts Plateaux et de la commune rurale de Minembwe doivent pouvoir vivre en harmonie, dans la paix, la sécurité et la justice » pour préserver leurs biens et leurs modes de vie.

Se référant au Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) qui a évalué à 34.000 le nombre des déplacés affectés par ces nouveaux affrontements y compris de multiples dégâts causés dans des villages (Kidnappings, viols et vols massifs de bétail), Mme Zerrougui a promis de travailler étroitement avec les autorités congolaises pour traquer les auteurs de ses actes ignobles en vue de les déférer devant la justice.

Par ailleurs, entre 500 et 600 personnes se rassemblent chaque jour autour des bases de la MONUSCO à Minembwe et à Mikenge pour recevoir assistance et protection. Les casques bleus leur ont fourni une aide alimentaire d’urgence mais une amélioration immédiate de la situation sécuritaire est nécessaire pour que les acteurs humanitaires puissent venir en aide à l’ensemble des populations déplacées, indique-t-on.

ACP/

4 thoughts on “La Monusco préoccupée par l’aggravation des violences dans les hauts plateaux au Sud-Kivu

  1. Madame Zerrougui appelle les acteurs de ces conflits à mettre fin à toutes formes des violences. Quel cynisme !!!
    Elle ne sait pas pourquoi il y a ces violences ? Comment vivrait-elle, Madame la Représentante du SG, si des envahisseurs étrangers décidaient par barbarie atavique et utopies hégémoniques de prendre possession des terres appartenant à son pays ?

    1. CYNISME ET INCOMPETANCE !
      Mettre fin á toutes formes des violences ? Et après où se trouve la solution? Faire venir des troupes de l´ONU qui vont faire du tourisme?
      Les africains sont une grande deception quand on sait combien Mobutu avait investie de son temps et del´argent du Congo á resoudre des conflits, á financer des mouvements d´indépendance, á jouer au diplomate « panafricain » ect..
      La dame boss de la MONUSCO est l´une de ces africains qui n´ont aucune compassion pour le peuple congolais.
      L´ONU devait trouver les sources de ces violences au lieu de perdre le temps dans des messages que personne ne peut écouter. Ce que les congolais défendent leur terre, aucun touriste de l´ONU ne peut les empecher de défendre ce que leur appartient.
      Notre Felix national ne parle pas encore de cette crise..quand on sait qu´il n´a pas prononcé un seul mot sur la crise de Kamwena Nsapu, on ne peut pas s´attendre de le voir menacer Ruberwa et sa tribu.
      Les congolais devraient faire comprendre á l´ONU qu´il est temps que ses touristes quittent le territoire congolais !

  2. No ADF-NALU , No Groupes armés = No Jobs , à tous ces nouveaux occupants de la communauté internationale sous couvert de la MONUSCO , les faux libérateurs ont été au pouvoir avec la bénédiction de la même C.I, je me rappelle les paroles de mon père biologique ex- capita magasin d’un grec du nom de Simon Israel; Simis ,qui avait reproché à mon père d’avoir longtemps fermé son magasin le jour de dimanche , puis lui a soufflé à l’oreille ceci : mon cher votre pays est extrêment riche , toute la peau blanche que vous voyez sur votre terre est là pour exploiter vos richesses , mêmes les prêtres et pasteurs qui vous parlent d’aller au ciel , sont venus à la recherche du gain pour leur famille , il n’y a que vous qui êtes distraits, donc prier pour quelques minutes, pas fermer le magasin toute la journée , la religion se porte merveilleusement bien comme l’a voulu le colon , le reste tant mieux, éducation est un désastre , la santé est précaire et l’administration est corrompue , la distration continue….

Comments are closed.