La télé enseignement inadaptée à la réalité du Congolais

La télé enseignement mise sur pied par le gouvernement congolais en vue d’éviter une année blanche pour les écoliers et leur assurer l’instruction pendant la période de confinement, est jugée inadaptée à la réalité sociale des populations de la RD Congo.

Cette opinion est celle d’un ancien directeur d’école primaire dans le territoire de Sakania, Ngosa Mwape, partagée par une élève de 5ème des humanités pédagogiques, Plamedi Mulowayi au cours d’un entretien, samedi 16 mai avec l’ACP à Lubumbashi.

Ngosa Mwape a rappelé aux initiateurs de ce projet que toute la population – particulièrement celle des milieux ruraux – ne possède pas de poste de télévision ou ne reçoit nullement le signal des fréquences modulées des radios sélectionnées pour la diffusion des enseignements.

Pour lui, le gouvernement, en adoptant cette mesure, n’a pensé qu’aux grands centres urbains où la population n’a non plus du courant électrique en permanence. Il a invité les décideurs du secteur de l’enseignement à repenser et à adopter une stratégie qui ne préjudiciera aucun enfant congolais en âge de scolarisation.

Pour Plamedi Mulowayi, la télé enseignement préjudicie les élèves de certaines options telles la pédagogie et la technique. Elle a déploré le risque pour elle et ses camarades d’être diplômés sans aucune notion de didactique.

Bon nombre des parents interrogés à ce sujet estiment que ce programme
est utopique, car ne sachant pas à quelle heure l’enseignement est effectivement dispensé sur différents organes de presse.

ACP/

One thought on “La télé enseignement inadaptée à la réalité du Congolais

  1. Chers tous ,,
    Même en Belgique , les autorités ayant en charge l’enseignement ont reconnu les limites d’une approche distancielle basée sur des logiciels et plateformes « Moodle » , « E-learning », Zoom., Team….. Les instructions sont telles que pour l’enseignement secondaire , les enseignants ne doivent pas dispenser de nouvelles matières. Ils ne devraient pas non plus procéder aux épreuves certificatives à distance jusqu’à ce que les approches pédagogiques en présentiel soient mises en oeuvre après la période de confinement.
    Dans les hautes écoles et universités, certaines autorités académiques encouragent d’alléger les tâches en supprimant certains questionnements lors des évaluations à distance .
    Ainsi donc , si c’est jugé moins efficace en Belgique , très efficace à New York; qu’en serait -il du Congo?
    Cependant , il n’empêche que l’on puisse jeter les bases de ces approches distancielles au Congo sans négliger la réalité selon laquelle, la présentielle demeure l’approche la plus admise universellement en termes d’efficacité pédagogique.

Comments are closed.