La transformation de la RDC sur le plan humain et technologique est la condition nécessaire pour son développement

Read Time:7 Minute
Tongele N. Tongele
Tongele N. Tongele

Le symposium international sur la transformation technologique de la RDC et la stabilité climatique planétaire, s’est déroulé à Washington DC, USA, le 29 Juin 2019. Des panélistes constitués des femmes et hommes de science, chercheurs, ingénieurs, et entrepreneurs ont fait des présentations pertinentes, et ont proposé des idées et actions concrètes qui peuvent être entreprises en RDC, par les populations en général, par les jeunes, par les intellectuels, par les femmes et hommes de science, par les professeurs et chercheurs, par les entrepreneurs, par les agents des institutions publiques, afin de remettre la RDC sur le chemin de renaissance techno-socioéconomique, scientifique et industrielle.

Le travail de préparation des Actes de ce symposium pour la publication est en cours. L’intention primordiale sera de faire parvenir les copies des Actes de ce symposium aux instituts supérieurs et universitaires en RDC avec une et une seule condition. L’institut qui accepte de recevoir une copie gratuite des Actes de ce symposium devra s’engager à organiser dans un bref délai son propre symposium ou sa propre conférence sur son campus, dans ses salles de classe, avec ses professeurs et étudiants, et avec les populations environnantes, pour discuter des idées et propositions contenues dans ce symposium, afin d’articuler comment concrètement ces idées et propositions peuvent être utilisées localement pour résoudre les problèmes locaux par les moyens locaux qui sont disponibles.

Les quatre panels de discussion au symposium se sont accordés sur des points dont je me permets de mentionner ici quelques-uns:

  1. Le changement climatique affecte négativement la RDC, ses populations et ses ressources naturelles, même si la RDC ne produit pas de pollution au même niveau que les pays industrialisés.
  2. Vue la mauvaise volonté et pratique des pays industrialisés d’évacuer leurs déchets toxiques sur les sols des pays sous-développés, souvent par contrats secrets avec les leaders de ces pays sous-développés et moyennant des payements que ces leaders gardent pour leurs profits personnels, qui sait si la RDC ne courre pas le risque de devenir dépositoire des déchets industriels et toxiques, même par voie des vieilleries des produits manufacturés qui finissent leurs vies sur le sol de la RDC!
  3. Quoi que détenant les ressources naturelles indispensables pour combattre le changement climatique, la RDC est écartée des forums et négociations diplomatiques majeurs du monde où les grandes décisions sont prises et les grands compromis sont conclus en matière de qui doit faire quoi pour obtenir quoi en retour. La RDC est écartée parce qu’elle est faible scientifiquement, technologiquement, industriellement, et économiquement ; et la politique nationale de la RDC est simplement considérée comme qualitativement trop médiocre pour mériter l’attention précieuse aux grands forums où les grandes décisions sont prises sur l’avenir de la planète.
  4. C’est donc clair que l’immensité des ressources naturelles de la RDC n’est pas assez significative et ne suffit pas pour faire respecter la RDC dans le monde. Un Singapore qui n’a rien comme ressource naturelle, un Hong Kong qui n’a rien comme ressource naturelle, un Japon qui n’a rien comme ressource naturelle, chacun d’eux pèse plus sur l’échiquier mondial que la RDC qui est bourrée de toute sorte de ressources naturelles.
  5. C’est donc la productivité des habitants d’un pays qui compte. C’est la transformation sur place des ressources naturelles en produits manufacturés par les habitants d’un pays qui impressionne et commande respect et dignité parmi les autres nations. C’est lorsque les habitants de la RDC seront capables de créer des unités de production, créer des entreprises et des usines pour transformer sur place en RDC les immenses ressources naturelles de ce pays en produits finis et manufacturés comme aiguilles, boutons, bijoux, vêtements et chaussures, montres, appareils électriques et électro-ménagers, ordinateurs, machines lourdes, voitures, trains, bateaux, avions, et leurs pièces de rechange que la RDC méritera l’attention du monde, et ses mots auront du poids dans le forum des nations. Mais pour le moment, force est de constater que la RDC est écartée et minimisée parmi les nations du monde et ne participe pas au forum des grandes décisions sur l’avenir de la planète. Est-il nécessaire ici de rappeler que les habitants et les leaders de la RDC devraient et doivent prendre les choses au sérieux pour que la RDC soit respectée et considérée à sa juste valeur parmi les nations?
  6. On voit des compagnies multinationales et les pays voisins de la RDC exploiter illégalement les ressources naturelles de la RDC sans craindre quoi que ce soit et sans se gêner, parce que ces compagnies et pays voisins sont confiants de corrompre les leaders de la RDC et faire d’eux des exécutants qui facilitent l’exploitation anarchique des ressources de la RDC sans égard pour les dégâts causés tant à l’environnement qu’aux habitants de cet environnement. Seuls les habitants de la RDC, en position de force, prendront soin de leurs terres, forets, eaux, et air, par un développement qui tient compte de l’environnement de la RDC. Les multinationales et les pays voisins qui occupent et pillent la RDC n’ont pas en cœur le bien-être de la RDC ou des populations de la RDC, mais plutôt faire des gros profits rapidement et par tous les moyens nécessaires. On voit comment les habitants de la RDC sont affectés par le déboisement, les érosions, la sécheresse, les moissons appauvries et amoindries, les famines, et des nouvelles maladies de toute sorte. Les observateurs du fonctionnement de la nation Congolaise se demandent où est l’urgence et la volonté politique de résoudre les problèmes réels qui affectent les ressources et les conditions de vie des populations de la RDC? Comment est-ce possible que les millions des habitants de ce pays se laissent prendre en otage pendant des années et des années par des prédateurs?

Bref, le symposium a discuté et débattu divers problèmes qui bloquent le développement de la RDC; le symposium a constaté que le pays a d’immenses ressources qui peuvent être utilisées pour résoudre ces problèmes tant aux niveaux des provinces qu’au niveau national; le symposium a proposé des voies et méthodes pour résoudre ces problèmes. Etant donné que ce sont les habitants de la RDC qui doivent résoudre ces problèmes, le symposium a souligné fortement et à maintes reprises que les ressources les plus importantes de la RDC sont les habitants de la RDC. Celle-ci devrait et doit mettre tout en œuvre pour investir dans ses habitants, afin que les jeunes filles et les jeunes garçons de la RDC puissent se transformer en agents de transformation et protection des ressources naturelles de la RDC. Les ressources naturelles en soi ne développent pas un pays; l’exploitation et l’exportation des ressources naturelles seules ne développeront pas la RDC. Seuls les habitants de la RDC équipés des connaissances techno-scientifiques et professionnelles développeront la RDC tout en protégeant l’environnement de ce pays, et de ce fait contribuer à la stabilisation du climat planétaire. La RDC ne doit pas se gonfler pour les ressources naturelles qu’elle possède, parce que ces ressources sont en fait, comme le mot le dit, naturelles. Les matières premières sont naturellement formées dans le sous-sol de la RDC, et la RDC n’a rien fait pour les avoir, elles ne sont ni le résultat du travail ni le résultat de l’ingénuité des habitants de la RDC; elles sont naturellement là, et tout ce que la RDC fait c’est de creuser et exporter. Les ressources naturelles et les matières premières ne sont donc pas du tout une cause de fierté. Une cause de fierté pour la RDC serait, par exemple, lorsque les jeunes filles et jeunes garçons de la RDC acquièrent des connaissances, compétences et habilités scientifiques et technologiques, inventent des méthodes et techniques, créent des entreprises et des usines pour transformer sur place en RDC ces ressources naturelles et matières premières en produits manufacturés afin d’éradiquer le chômage et la pauvreté, et exporter le surplus à travers le monde. En ce moment, la RDC peut être fière des exploits industriels de ses filles et fils.

En conclusion, les femmes et hommes de science, les chercheurs, les ingénieurs et les entrepreneurs qui ont fait des présentations au symposium ont en fait produit un document dont le contenu constitue un véritable programme pour le développement de la RDC par les habitants de la RDC. Un quelconque pays en développement qui se servira de ce document se verra entrain d’avancer à une bonne vitesse sur le chemin de la renaissance techno-socioéconomique, scientifique et industrielle.

 

Tongele N. Tongele, Ph.D. – Organisateur du Symposium – Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USA – tongele@cua.edu

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Ces « mauvais génies » qui gravitent autour de Felix Tshisekedi
Next post Construction des centrales solaires photovoltaïques dans les provinces minières