L’armée ougandaise organise l’intendance en RDC

Read Time:3 Minute

Lundi 6 décembre 2021 – 16:25Sécurité

UPDF Ouganda

Ph. droits tiers

Juste avant l’entrée du parc des Virunga, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), les tentes des soldats ougandais s’alignent dans le village de Mukakati, où l’armée de Kampala venue traquer les rebelles des ADF a installé une base avancée.

A environ 13 km à l’est se trouve le poste-frontière de Nobili, par où passent chaque jour depuis près d’une semaine les colonnes de soldats, de 4X4, camions bâchés, camions-citernes, blindés et mitrailleuses. 

La route de terre porte les traces du passage des véhicules. Lundi matin, le correspondant de l’AFP a vu arriver à Nobili deux engins de terrassement. 

« La route n’est vraiment pas bonne pour continuer (…), il faut qu’on s’arrête un peu, une semaine, le temps d’essayer d’ouvrir la voie pour nos véhicules lourds », a déclaré à des médias ougandais le major Peter Mugisa, officier d’information, en faisant aussi état de problèmes d’approvisionnement en eau potable.

En attendant de trouver une solution, des camions citernes retournent chaque matin côté ougandais pour faire le plein d’eau et reviennent l’après-midi.

Tôt le matin du 30 novembre, l’aviation et l’artillerie ougandaises ont pilonné des zones où avaient été repérées des bases des ADF (Forces démocratiques alliées), un groupe accusé par Kampala d’être responsable de récents attentats sur son sol revendiqués par l’organisation jihadiste État islamique. 

Ces rebelles sont implantés depuis 1995 dans l’est de la RDC, dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, frontalières de l’Ouganda, où ils sont considérés comme le plus meurtrier des groupes armés sévissant dans la région, responsable du massacre de milliers de civils, d’enlèvements, de pillages…

Après les frappes des jets ougandais, les deux armées ont dit continuer leurs opérations par des fouilles au sol. Le ministère ougandais de la Défense a fait savoir en fin de semaine que l’opération avait pour nom de code « Shujja » (celui qui est fort, en swahili) et était commandée par le général Kayanja Muhanga. Selon lui, elle fera l’objet d’une évaluation stratégique tous les deux mois.

– « Même un diable » –

Certains habitants craignent donc de voir s’installer dans la durée l’armée de ce voisin qui, comme le Rwanda, est accusé d’avoir largement contribué à la déstabilisation de l’est de la RDC depuis des décennies. Mais pour beaucoup, l’envie de retrouver la paix l’emporte.

« Nous avons confiance parce que (les militaires ougandais) sont entrés avec des munitions qui correspondent vraiment à un combattant qui va à la guerre, ça nous donne de l’espoir », déclarait à l’AFP dimanche à Nobili Papy Basweki, fonctionnaire. « Nous la population, nous allons les soutenir et l’armée aussi va collaborer », ajoutait-il.

Samy Kabonabe, président du « parlement des jeunes » de la « chefferie » (entité administrative) de Watalinga, assure de son côté que même « un diable » serait le bienvenu s’il parvenait à venir à bout des groupes armés. « Il faut stopper l’hémorragie des morts », insiste-t-il. 

« D’un autre côté, c’est une défaillance de nos militaires » congolais, constate Samy Kabonaba, alors que le Nord-Kivu et l’Ituri sont depuis sept mois sous état de siège, une mesure exceptionnelle qui donne tout pouvoir aux militaires mais n’a pas permis de faire refluer la violence.

« Nous avons longtemps souffert, nous ne faisons plus nos champs… » à cause de l’insécurité, explique Zawadi Pendeza, 34 ans, elle aussi contente de voir arriver une armée qui semble aguerrie et bien équipée. Simplement, « il faut qu’elle se limite à sa mission ici chez nous », ajoute-t-elle.

Sur la piste reliant Nobili à Mukakati, des barrages sont tenus par des militaires des deux armées, soldats congolais des FARDC, ougandais de l’UPDF, qui contrôlent les papiers et bagages des voyageurs, a constaté l’AFP.

Les militaires ougandais fraternisent avec la population. Un boit une bière avec des habitants. Un autre vient acheter un jus de fruit à un petit kiosque. Des taxis motos circulent. Des fèves de cacao sèchent au soleil.

AFP avec ACTUALITE.CD 

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

6 thoughts on “L’armée ougandaise organise l’intendance en RDC

  1. L’armée ougandaise donne l’impression d’être mieux organisée que la nôtre. Où sont passés ces différents chefs militaires bombant le torse disant pour les uns formés en Belgique, pour les autres en France, Grande Bretagne, Etats unis d’Amérique, Israël, etc.. Le léopard est vraiment à terre. Triste !

    1. @Lidjo,
      Ces différents chefs militaires sont tous à Pakadjuma avec les prostituées mineures. C’est là-bas qu’ils dépensent les millions volés destinés à  » l’Etat de siège  », qui en fait n’était qu’une  » coop  ». Ils s’achètent, tous, des chaussures et des montres de luxe. Leurs femmes, qui il y a à peine quatre ans, vivotaient ici et là, sont devenues toutes des mécènes.
      Mboka elengi !

    2. Lidjo@
      Ces militaires formés en Belgique, aux USA, GB ou Israel.. c´est il ya plus de 30 ans !
      Depuis la chute de Mobutu, il n´ya presque plus des officiers congolais formés dans les academies militaires en Occident.
      Notez en passant que tous ceux avaient été formés pendant la dictature de Mobutu ont atteint la limite d´âge et ont certainement depassés 60 ans.. Leurs connaissances militaires ne sont plus á l´ordre du jour..
      Nous devons avoir le courage de dire tout haut que nos généraux pour la grande majorité ne possedent pas une éducation militaire digne de ce nom.. Il est temps de commencer á réflechir comment « booster » l´éducation academique des tous les officiers au Congo.
      Dommage que l´opposition ne propose rien dans ce sens..et demain ils vont gagner les élections sans avoir présentés un programme digne de ce nom en matière de défense

  2. UN RAPPEL SANS PRÉTENTION SUR LA PRÉSENCE ENFIN OFFICIELLE DE L’ARMÉE OUGANDAISE DANS NOTRE PAYS !
    @ D’abord n’oublions pas que contrairement aux apparences et à ce que peuvent raconter quelques suppôts du pouvoir en place l’armée ougandaise est entrée au Congo non pour le pacifier contre les ADF mais pour les reléguer au Congo et ainsi les empêcher de faire des attentats à Kampala. Les ADF sévissent à l’Est de notre pays depuis 2014 tuant des civils Congolais et déstabilisant le coin sans jamais inquiéter l’Ouganda et les Ougandais, ils s’en contentaient même dans leur logique d’un Congo faible qui leur profite. Depuis un mois ils ont tué et blessé des Ougandais à Kampala : voilà leur raison principale de les poursuivre à Beni.
    @ Ensuite n’oublions pas les pensées et les paroles du stratège fatigué qu’est Kaguta et apparentés : « Pour que le Rwanda et l’Ouganda restent debout, le Congo-Kinshasa doit rester à genoux » … « Un pays qui ne peut pas assurer la sécurité de son territoire ressemble à une personne physique souffrant du Sida ». Vous aurez compris à quelle indifférence du sort des Congolais pousse son droit d’expansionnisme et en quelle piètre estime il tient leurs dirigeants. C’est dire que ses troupes sont d’abord au Congo pour assurer sa politique régionale, que les dirigeants Congolais s’en consolent croyant avoir bénéficier de l’aide du voisin est son moindre souci.
    @ Enfin peut-on dans ses conditions augurer d’une éradication des groupes armés à l’Est par les troupes rwandaises ? La lutte efficace contre l’insécurité à l’Est ne sera que l’œuvre des Congolais, d’une armée républicaine et dissuasive et d’une volonté politique bien réfléchie et courageuse pour doter nos FARDC des moyens logistiques, financiers et organisationnels adaptés. Nos experts ont ici et là donné leurs avis, qu’on en tienne compte…
    @ La balle est donc aux mains du Président Tshisekedi qui il y’a peu avait enfin découvert la mafia nocive qui gangrène nos FARDC et qui depuis son investiture avait légitimement fait de la sécurisation de l’Est sa priorité ; qu’a-t-il fait entre-temps de la restructuration d’une armée ainsi reconnue défaillante ?

  3. «Si les Services de Sécurité (ARMÉE) n’arrivent pas à mettre fin à la criminalité (GUERRE), c’est que les criminels se cachent dans les services de sécurité (ARMÉE)» dixit Général Donatien Mahele ex-FAZ… Cet article de l’AFP (Agence France Presse) médiamensonge mainstream zappe carrément le volet « Souveraineté Nationale » de la RDC occupée par les Banyarwanda, élude toute honte bue l’aspect anti-démocratique de cette intervention (agression extérieure) Ougandaise qui s’est faite sans l’aval tacite du Parle et ment d’Occupation Rwandaise et du Sénafou, ses 2 Présidents (Mboso et Bahati) pro Tshilombo-Pétain, Députains et Sénafous sont atones et aphones passant outre les aspirations du PEUPLE KONGOLAIS…. Les fameux RDCIENS interviewés triés sur le volet sont-ils réellement des Nationaux Autochtones ou des transplantés Tutsi Banyarwanda venus d’ailleurs ?… Même si les FARDC (Forces Armées Rwandaises Déployées-Disséminées au Congo-Kinshasa) infiltrées, commandées par les Officiers Banyarwanda sont sous- équipées, ce n’est pas logique que les militaires Ougandais qui firent la guerre en 1998 sur notre territoire contre les Rwandais viennent narguer les Kongolais, pire l’Ouganda fut condamné par la CIJ (Cour Internationale de Justice) à payer 10 milliards $ aux victimes Kongolaises sans suite grâce à l’imposteur Rwandais alias Kabila et Tshilombo-Pétain leur marionnette nommée président protocolaire… Le nom de code « Shujja » (celui qui est fort, en swahili de l’opération contre ses ADF Fantômes qui ont l’âge de la retraite prouve que la RDC occupée est la naine politico-économico-militaire de la Région des Grands Lacs Africains… Les dessous cachés de cette 3è guerre du KONGO-ZAÏRE après 1996 et 1998 seront toujours sales comme à l’accoutumé, les exactions et tueries contre les populations locales, la construction des routes et l’exploitation illégales de nos minérais par les agresseurs Ougandais seront-elles évaluées honnêtement tous les 2 mois ?… Albert EINSTEIN dit « Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre »… Il va falloir plaquer au sol Tshilombo-Pétain pour paraphraser Honoré NGBANDA sinon il remettra le livret parcellaire du KONGO-ZAÏREàSatan le Chérubin jadis oint himself… Ainsi soit-il… INGETA

Comments are closed.

Previous post Libération de Kamerhe : des cadres de l’UNC dont Michel Moto, Mayo Mambeke ou encore Juvénal Munubo célèbrent
Next post Que faudrait-il faire pour construire un nouveau Congo ?