Le régime de Congo-Kinshasa tue les Défenseurs des Droits de l’Homme. Pourquoi?

Read Time:4 Minute
Golden Misabiko
Golden Misabiko

Les Défenseurs des Droits Humains (de l’Homme) sont ces personnes civiles qui ont reçu l’appel intérieur pour protéger la dignité humaine dans tous ses aspects; surtout dans le caractère global et sacré de la vie. Ils [les Défenseurs des Droits Humains] acceptent la mission et la mène entant qu’individus ou groupes d’individus en association pour défendre, promouvoir et faire le monitoring du respect ou abus contre les principes universels relatifs à la vie [dans l’esprit de Déclaration Universelle des Droits de l’Homme].

Ces hommes et les femmes qui défendent la vie humaine dans sa globalité le font sans ni armes à feu, ni couteau en mains, ni même une pierre en mains. C’est la mission la plus pacifique et non-violente qui puisse exister dans et parmi les communautés et les nations. Ils [les Défenseurs des Droits Humains] n’ont que la VOIX et le STYLO qu’ils manient sans ni injure ni agression. Ils montrent à ceux qui détiennent les pouvoirs et les forces [politiques, judiciaires, administratifs, gouvernementaux…] la façon indiquée et sage de les utiliser sans nuire à la vie humaine et à la société.

Ces personnes et groupes de pressions sont extrêmement utiles dans les sociétés anciennes et actuelles; car il n’y a aucun développement qui se réalise sans ces derniers. Par exemple, l’Etat n’améliore les conditions de la distribution de l’eau que grâce à la pression de ces personnes. Même lorsque les communautés, locales ou nationales ont besoin d’écoles, hôpitaux et autres infrastructures essentielles, ce sont ces hommes et ces femmes qui se mettent debout pour les réclamer et les revendiquer leurs droits les plus naturels, inaliénables et non-négociables.

Autres missions nobles de ces Défenseurs de Droits Humains sont celles d’aller visiter des personnes dans des prisons et d’être sûr que ces prisonniers bénéficient de la justice « juste » et des procès équitables. Et s’ils [DDH] sont juristes, ils vont même jusqu’à  se mettre à côté de leurs clients pour les défendre pro bono. Pourquoi, alors, se permettre de tuer les Défenseurs des Droits Humains au Congo-Kinshasa; alors qu’ils sont inoffensifs, indispensables et utiles pour la société; et vous aident à ne pas commettre idiotement des crimes les plus odieux comme ceux au Grand-Kasai, maintenant?

Les Défenseurs des Droits de l’Homme sont aussi des visionnaires qui prévoient des incidents et évènements graves ou heureux qui pourront advenir dans le pays [Congo-Kinshasa] dans un moment déterminé, proche ou lointain; après avoir analysé les faits en présence; les avoir projetés dans l’avenir. Ces hommes et les femmes ont un pouvoir prémonitoire extraordinaire. Ils ont prévenu et dénoncé, en avance, tous les massacres, chaos politique et autres crises graves que le Congo-Kinshasa est en train de subir et traverser aujourd’hui. Alors, pourquoi continuer à persécuter et à tuer les Innocents Défenseurs des Droits pendant qu’ils sont utiles; car ils vous préviennent, en avance, ce que le régime va commettre comme crimes [qu’il faut absolument éviter à temps].

Les crimes commis à Beni, à Butembo, à Goma, à Bukavu, à Uvira, à Fizi, à Nyunzu… et récemment dans le Grand-Kasai, contre les Bundu-dia-Kongo, Anyele etc… par ceux qui ont le pouvoir, étaient annoncés longtemps avant par le Défenseurs des Droits Humains. Au lieu de les [Défenseurs des Droits Humains]  écouter pour les prévenir et éviter ces faits les plus graves, le régime les persécute et les tue pour diffamation ou autres charges ridicules. C’est pourquoi au Congo-Kinshasa, être un Défenseur des Droits d’Homme, c’est aussi accepter de mourir; car selon un rapport récent des ONG plus de 150 personnes sont tuées chaque année en RDC dans leur travail lié à la défense de la dignité humaine.

Alors que dans d’autres pays du monde les institutions nationales se réjouissent de l’existence et du travail des ONG et de groupes des pressions de la Société Civile, au Congo-Kinshasa le régime les tue. C’est pourquoi, chaque 1ier juin de chaque année devrait être proclamé comme Journée Nationale des Défenseurs des Droits de l’Homme, Vivants ou Morts Tués.

Il y a des preuves irréfutables que les Défenseurs des Droits Humains au Congo-Kinshasa sont les cibles bien indexées pour être tué le moment venu et indiqué. Et, c’est dommage! Car, le régime de Kinshasa se fait plus de mal [que de bien] en autorisant ou en laissant tuer les Défenseurs des Droits Humains dans le pays par ses agents et services.

Pour Floribert Chebeya
* Régime de Kinshasa, pourquoi vous tuez les Défenseurs des Droits de l’Homme? Le cas de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana, précisément?

 

Par Golden Misabiko
Défenseur International des Droits Humains
Leader de la Société Civile/Congo
Prix MEA 2006, Prix Nuclear-Free Future
Lauréat pour l’environnement, Anti-nucléaire

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Affaire Salebongo: la Cour de cassation de Belgique se hâte lentement…
Next post Terrorisme d’Etat: « Kabila » fait vandaliser le siège d’un parti pro-Katumbi