Minembwe: Ruberwa en flagrant délit de conflit d’intérêt

Grand intercesseur des intérêts des « populations rwandophones » [Tutsis Congolais] et ceux du régime de Kigali au Congo-Kinshasa, Azarias Ruberwa, président de l’ex- « rébellion » pro-rwandaise du RCD-Goma et actuel ministre de la Décentralisation, a profité de sa position pour manigancer, sous le Premier ministre Augustin Matata Ponyo, l’élévation de la localité de Minembwe, au Sud-Kivu, en « commune rurale ». C’était en juin 2013. Bien que le décret de l’ancien « Premier » fût postposé, le président du RCD a fini par faire nommer un de ses parents en qualité de bourgmestre de cette entité située dans le Territoire de Fizi, au Sud-Kivu. L’installation du responsable de cette « municipalité » a eu lieu le 28 septembre. L’opinion peine à comprendre la solennité ayant entouré cette cérémonie. On notait la présence de plusieurs officiels civils et militaires. Les Congolais sont vent debout. D’aucuns considèrent la naissance de cette « municipalité » comme étant « l’acte 1er de la balkanisation du pays ». Le Président de la République devrait arrêter cette imposture.

« Complot ». « Tunakatala » (nous sommes contre). « Aujourd’hui, c’est une commune, demain, ce sera une province et le lendemain… ». « La localité de Minembwe vendue aux Rwandais ». « C’est une provocation ». « Les Congolais doivent se lever ». Ce sont là les nombreuses réactions – parmi tant d’autres – qui circulent sur les réseaux sociaux.

D’après le député national Muhindo Nzangi, le ministre de la Décentralisation et réformes institutionnelles, Azarias Ruberwa, fera l’objet d’une interpellation, dès son retour, afin qu’il fournisse des explications à la représentation nationale au sujet de l’installation d’un « bourgmestre » à la « commune rurale » de Minembwe, au Sud-Kivu.

Le ministre de la Défense , le Fcc/Pprd Aimé Ngoy Mukena prononce un speech. Derrière lui, on reconnait le député national Daniel Safu.

A en croire cet élu du Nord-Kivu, il y aurait 310 communes à installer. Le parlementaire s’interroge sur les raisons ayant poussé Ruberwa à jeter son dévolu spécialement sur cette localité située dans le Territoire de Fizi. « Nous ne comprenons pas pourquoi, de manière particulière, il ne s’est intéressé qu’à installer la commune rurale de Minembwe ». Pour lui, la démarche du ministre Azarias Ruberwa constitue une « menace » pour « l’unité et l’intégrité du pays ».

Personnage énigmatique et très mal aimé du fait des zones d’ombre qui jalonnent ses origines mais aussi de sa tendance à défendre uniquement les intérêts des « Tutsis congolais » et ceux du Rwanda de Paul Kagame, Ruberwa fait partie de ces politiciens nés, « par génération spontanée », au lendemain de la « guerre des Banyamulenge » d’octobre 1996 à mai 1997. Des individus sorties du néant. « Joseph Kabila » et sa fratrie, en tête.

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire « Jeune Afrique » n°2280 daté du 19-28 septembre 2004, Ruberwa, alors vice-président de la République en charge de la Défense et sécurité, dénonce en termes véhéments le « massacre » des Banyarwanda dits « banyamulenge » à Gatumba au Burundi. « C’est un crime transfrontalier. Surtout c’est un génocide, car seuls les Banyamulenge ont été attaqués. Selon nos sources, ce crime a été planifiée à partir du Congo », déclarait-il. En septembre 2004, il jurait ses grands dieux que personne ne peut prouver que l’armée rwandaise est présente au Congo. Un déni de l’évidence.

UN MINISTÈRE TAILLÉ SUR MESURE

La présence du très impopulaire « Azarias » dans le gouvernement du Première ministre Samy Badibanga Ntita, en décembre 2016, avait surpris d’autant plus que son « parti » le RCD-Goma n’a aucun poids politique au niveau parlementaire. La surprise s’est muée en stupeur lorsqu’un ministère taillé sur mesure lui fut attribué. Il s’agit du ministère de la Décentralisation et réformes institutionnelles.

Quatre années après, les réalisations du ministre Ruberwa sont à rechercher avec une lampe en plein jour. L’homme n’a guère réussi à transférer les compétences et les moyens d’actions aux pouvoirs locaux. Pour les législateurs de 2005, les 25 nouvelles provinces et la ville de Kinshasa étaient censés devenir des centres d’impulsion et de développement à la base.

Lors de la formation du gouvernement du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, fin août 2019, Azarias s’est vu attribuer le même portefeuille. Pour l’opinion, il ne faisait plus l’ombre d’un doute: Ruberwa était chargé d’une « mission spéciale ». Laquelle? Celle de spolier les membres des ethnies Fuliro, Bembe, Rega et Bashi au profit des immigrés banyarwanda dits « Banyamulenge ». C’est oublier qu’au Congo-Kin, chaque tribu ou ethnie est attachée à un territoire. La langue parlée porte le nom du groupe ethnique ou tribal.

Azarias Ruberwa, ministre de la Décentralisation et des réformes institutionnelles

Lundi 28 septembre, le ministre « Azarias » a procédé à l’installation de son parent Gad Mukiza en qualité de bourgmestre de la « commune rurale » de Minembwe. La nouvelle « municipalité » grignoterait d’importantes étendues des territoires de Mwenga, Fizi et Uvira. Surprise, plusieurs officiels étaient présents. C’est le cas notamment du ministre de la Défense, le Fcc/Pprd Aimé Ngoy Mukena et du chef d’état-major général de l’armée, le général Célestin Mbala Musense. Sans omettre le gouverneur du Sud-Kivu et plusieurs députés nationaux appartenant à la Commission défense et sécurité dont la présidente n’est autre que Jaynet « Kabila ». « C’est une coïncide », a bredouillé le député Juvénal Munubo, rapporteur de ladite commission. L’ambassadeur américain Mike Hammer était également sur le lieu. Coïncidence?

S’adressant ce week-end aux « combattants » de l’UDPS, le député national André Mbata Mangu a fustigé l’acte posé par le ministre Ruberwa, sans toutefois nommer ce dernier. Le constitutionnaliste Mbata a eu ces mots: « La RDC notre pays n’est pas à vendre ni à louer. Minembwe n’ira jamais au Rwanda. (…)« .

En juillet 1998, le président LD Kabila décide de rompre la coopération avec ses anciens parrains de l’Ouganda et du Rwanda. Dès le mois d’août, une nouvelle « rébellion congolaise » voit le jour dans la capitale rwandaise sous la dénomination de « Rassemblement congolais pour la démocratie ».

UNE FAUTE POLITIQUE

Intervenant sur la radio Top Congo, le député Muhindo Nzangi a rappelé que c’est à l’époque où il dirigeait le RCD que Ruberwa avait érigé la localité de Minembwe en Territoire. Après l’installation du gouvernement de transition en juin 2003, cette décision, pour le moins irrégulière, fut purement et simplement annulée. Et ce suite à un tollé général.

Usant de son influence et surtout de sa connivence avec l’ancien président « Kabila », Ruberwa est revenu à la charge en arrachant au Premier ministre, Augustin Matata Ponyo, un décret érigeant Minembwe en « commune rurale » sans l’avis de l’Assemblée provinciale. Encore moins celui du gouvernement local.

Jolino Diwampovesa Makelele

Des observateurs ont été abasourdis en prenant connaissance de la réaction à ce sujet du ministre de la Communication et médias, Jolino-David Diwampovesa Makelele. Celui-ci a adopté une posture digne de Ponce Pilate en déclarant que l’institution de Minembwe en « commune rurale » n’a pas été décidée sous le président Felix Tshisekedi Tshilombo. « Nous avons trouvé un projet en place. Nous n’avons fait que finaliser ce qui avait déjà été décidé depuis, je crois, 2013 ». Pourquoi « finaliser » seulement le cas de Minembwe? Qu’en est-il des autres communes à installer?

La semaine qui commence pourrait voir la polémique enfler. Sauf si le chef de l’Etat décidait de descendre dans l’arène pour jouer son rôle de garant de l’intérêt général et surtout d’ « arbitre suprême » pour éteindre l’incendie allumé par le Fcc/Pprd.

Azarias Ruberwa qui prétend être né sur les hauts plateaux d’Itombwe s’est rendu coupable de conflit d’intérêt. Sous d’autres cieux, ce genre de comportement est constitutif de faute politique. Le ministre a usé de ses fonctions pour favoriser les intérêts des membres de sa communauté.

Cette affaire a le mérite de réveiller les Congolais qui avaient oublié que le régime de Kigali continue à interférer dans les affaires de leur pays. Et ce à travers ses hommes-lige tapis – infiltrés? – dans les institutions. Azarias Ruberwa constitue un cas patent. Il n’est pas le seul…

 

Baudouin Amba Wetshi

23 thoughts on “Minembwe: Ruberwa en flagrant délit de conflit d’intérêt

  1. Notre Boss ya Mboka to tika ye avanda malamuu
    Ce n’est pas convenable de hair quelqu’un sur base de sa morphologie physique , L’histoire retiendra que ce Mr (le mal aime pour les uns d’entre vous)) est parmis les rares personnes qui avaient consenties pour l’Unification , la pacification de notre beau pays , Mon ami jos Bonjos peut corroborer mon analyse ou combattants de l ombre , mes deux temoins cles

    1. @Mopape,
      Vous avez raison. Vous avez un super  » Boss  » qui protège vos intérêts, au prix du sang des millions de congolais. Ces derniers auraient souhaité avoir des chefs comme lui mais malheureusement ils ne se retrouvent qu’avec des bouffons, des minables que vous avez su corrompre et que vous manipulez à votre guise. Chapeau !

  2. Nous proposons à ce rwandais d’ériger Kabeya Kamuanga et Mbuji-Mayi en communes autonomes pour les Hutu et les Twa  » congolais  » d’origine rwandaise.

    1. Pourquoi Tshisekedi ne le renvoie pas chez lui, au Rwanda? Pourquoi Thisekedi n’a pas ordonné la déchéance de la nationalité congolaise de Kabaga, un congolais de naissance et Rwandais d’origine?
      Il a toujours sa carte d’identité et passeport congolais.
      Si les bornes changent et c’est une question de temps, il reviendra dans son pays et exercera des postes de haute responsabilité.

    2. Mopape
      Il est clair que vous êtes Procongo déguisé sous Mapape, je suis aussi sûr que vous êtes définitivement Rwandais. Parce que si vous étiez congolais, vous n’auriez pas dit ce que les choses que vous dites à Jo Bongos.
      Cependant, si vous faites partie de ces congolais qui ont vendu leur âmes aux Rwandais à cause du peu d’argent qu’ils reçoivent pour qu’ils puissent trahir leur pays (Congo).
      Vous devez attendre le jour où les Rwandais tueront et violeront brutalement votre propre mère, sœur ou toute femme ou homme de votre famille, et je suis sûr que vous deviendrez à partir de ce jour honnête en vous-même, et ce jour pourrait ne pas être si loin. Let wait and see

  3. L’affaire Minembwe est gravissime. C’est la démonstration du disfonctionnement au sein des institutions de la République. A quelque chose, malheur est bon: les hautes autorités civiles et militaires ayant é cette forfaiture devraient être démises de leurs fonctions par le président de la République. C’est une occasion en or pour réduire les capacités de nuisance du FCC.

  4. La présence du très impopulaire « Azarias » dans le gouvernement du Première ministre Samy Badibanga Ntita, en décembre 2016, avait surpris d’autant plus que son « parti » le RCD-Goma n’a aucun poids politique au niveau parlementaire.
    Tiens donc! En 2016, C’était déjà avec un Premier ministre étiqueté UDPS! Aujourd’hui c’est avec un Président étiqueté UDPS!
    « Nul ne peut invoquer sa propre turpitude », disent les hommes de loi!

  5. Depuis 18eme siecle au congo , il est etiquette d etre un etranger !!! Mr jos Bongos Est ce que tu peux gagner ce proces ???

    1. @Grand Mopape,
      Pas de problème. Vos frères et vous êtes arrivés au Congo avant Jésus-Christ. Soit. Vous êtes congolais. Ok. Je souhaite avoir votre avis sur trois questions. Je présume qu’étant congolais, vous défendez les intérêts du Congo et des congolais.
      1. Pensez-vous que Karega, l’ambassadeur rwandais, qui a humilié les morts congolais doit être expulsé du territoire congolais, oui ou non ?
      2. Etes-vous prêt à soutenir le Dr Mukwege dans son plaidoyer pour l’instauration d’un tribunal pénal international sur la RDC ?
      3. Que vous inspirent les 617 sites de crimes contre l’humanité, crimes de guerre, crime de génocide au Congo, répertoriés dans le rapport UN Mapping vous inspirent quel sentiment ?

    2. @mopape/
      Les autres tribus congolaises sont arrivées au Congo aussi aux environs du 18è siècle. Mais ils ne se contestent pas mutuellement leur nationalité congolaise. Ils ne contestent que celle de banyarwanda. Il y a un problème.

  6. @BAW
    Oniati! Et nous avons tous – particulierement ceux qui se reclament « intellectuels » – ete prevenus depuis Janvier 2001, voila donc presque 20 ans! J’ajouterai aussi que la conference du 26 September dernier au Press Club a Bruxelles, organisee par « Agir pour la libertion du Congo » et qui a reuni de brilliants intervenants dont des journalistes, un historien et des juristes, aurait ete edifiante pour les larbins pseudo-intellectuels congolais « recrutes » pour la cause des Tutsis et qui fondent leur argumentation sur la seule citation de Georges Weis dont ils tirent une conclusion erronee!

  7. Azarias Ruberwa, ministre de la Décentralisation et des réformes institutionnelles
    C’est purement congolais
    Il est dit que Ruberwa est Congolais.Ok. Dans quelle village ou ville est-il né? Quand?
    La décentralisation La décentralisation est un processus d’aménagement de l’État unitaire qui consiste à transférer des compétences administratives de l’État vers des entités (ou des collectivités) locales distinctes de lui. Elle a pour finalité rapprocher des services publics des usagers de ces services.
    Pour cela, ce portefeuille requiert, pour le Ministre itulaire, une bonna maîtrise du territoire et un sens aigu d’intérêt général.
    Un Congolais, même s’il est né et vit en ville, il a ses proches, qui vivent dans la campagne et connaît donc les difficulltés rencontrées eux. Comme dans tous les Etats Africains, chaque Congolais est fils,,petit-fils ou arrière-petit-fils d’un paysan congolais.
    Ruberwa est un immigré rwandais qui, par magie est devenu Congolais sans être naturalisé en application de la loi congolaise.
    Il s’ensuit qu’il n’a aucune attache dans le ciment de la Nation Congolaise c’est-à-dire le Peuple Congolais et ne connaît relativement pas des problèmes rencontrés par les Congolais d’en bas.
    Il est surprenant que Tshisekedi, dit Président des Congolais ait confié à un immigré qui, au surplus, a commis le faux et usage de faux pour devenir congolais. Sa place serait en prison et nullement à la tête d’un tel ministère. Il n’y a qu’en RDC où l’on voit ça.
    D’où les autorités congolaises sont sui generis en Afrique.
    Si Ruberwa prétend qu’il est congolais de naissance, soit de père et/ou mère congolaise et vice versa, qu’il apporte des preuves.
    S’il dit qu’il a été naturalisé, qu’il produise le décret de naturalisation émanant de l’autorité congolaise compétente.
    Un jour ici à Kigali, il a dit, nous Rwandais …. au lieu de dire nous congolais.Je luis ai alors posé question de savoir depuis quand il est Rwandais et s’il est en état d’apporter la preuve de sa nationalité rwandaise?Il n’a pas répondu à la question.Il n’y aucune honte d’être Rwandais.Il peut tout simplement remercier le Peuple Congolais qui l’a fait (payer les frais de sante et d’école, le nourrit et le loge) et reconnaître qu’il est immigré Rwandais naturalisé congolais avec preuve à l’appui.A défaut de preuve, il doit être renvoyé à la barre répondre de ses agissements: fraude à la nationalité congolaise et déchu de sa prétendue nationalité actuelle. La loi est la loi. Elle s’applique à tous les Congolais à moins que Ruberwa et autres soient une exception. Il s’agit de dénoncer la mauvaise foi d’un ministre dont les mensonges doivent être proscrits

    1. @Cesar
      Oniati! Voila qui explique implicitement la pertinence de l’article 10 de ce document reconnu a tort comme « Constitution » de la « Republique democratique » du Congo qui reconnait la nationalite congolaise d’origine aux « groupes ethniques » et ce contrairement a la legislation anterieure qui elle etait plutot basee, depuis l' »independance », sur la « tribu ». Que ces larbins « recrus » au service des Tutsis ou rwandophones et infiltres dans ce forum osent revenir avec leur « these » pour defendre la cause de ces soit-disant Congolais d’origine qui, tres curieusement, n’ont pas encore des terres alors que nous sommes en 2020!

  8. ENCORE UN TUEUR TUTSHI QUI DEFIE LES CONGOLAIS ET SURPLACE A KIN EN FAISANT DEFILE SES INIENZIS ET A MINEMBWE MAIS NI LE PRESIDENT ELU MAFA NI LAMUKA NE PIPE UN MOT.
    NI LES KINOIS NE BOUGENT SUKA PEUPLE
    ILS ATTENDENT LE MOT D’ORDRE OYO MBOKA YA BA BOUGNOULES….

  9. Sous d’autres cieux, Jolino-David Diwampovesa Makelele, tout comme son maître gourou des talibans, Felix Tshilombo, auraient dû être guillotinés. Oser prétendre qu’ils ont « trouvé un projet en place », n’ont « fait que finaliser ce qui avait déjà été décidé depuis […] 2013 », prouve à suffisance que nous avons affaire là à une classe politique la plus abjecte qui ait jamais existé. Ce ne sont là que des idiots utiles au service du Tutsi-power, rien de plus. Malheur à nous !

  10. QUE SE PASSE-T-IL À MINEMBWE ? QUEL EST LE CHOIX FINAL PRÉCIS DE NOTRE GOUVERNEMENT ? EST-IL À CE POINT INCAPABLE DE VOIR QUE LE COUP VIENT D’EN FACE, DU RWANDA, POUR SON PROFIT ???
    #:Curieusement, c’est à la fois paradoxal et plutôt logique : si s’agissant de nos relations avec le Rwanda le complice parfait est bien ‘JK’ avec son parcours opaque mais certifié avec le Rwanda, c’est Tshisekedi pur enfant du pays qui s’est engagé à filer le parfait amour avec Kagame et son Rwanda expansionniste et hégémoniste. Ce qu’on craignait du premier c’est le second qui le fait au su et au vu des Congolais interloqués et décidément impuissants : les voyages, les ambrassades et aujourd’hui la « cession de Minembwe ». Le dossier d’un territoire de Minembwe peinait en effet à être réalisé depuis 2013, aujourd’hui c’est sous Tshisekedi qu’il est finalisé en pleines pompes :une « commune rurale » créée
    exprès pour les fameux banyamulenge. Jusqu’où ???
    L’autre jour, j’ai été heurté de visionner un site Congolais de Washington qui organisait sans scrupules et sans trop de questions un dossier sur les Banyamulenge/Banyarwanda prétendant rechercher la vérité, informer sans manipuler, déminer les faits des manipulations. Le pauvre où va-t-il les trouver, chez qui va-t-il les rechercher ? Je n’ai eu le courage que d’écouter quelques bribes, interloqué que tant de Congolas s’égarent encore dans la compréhension et le décryptage de ce sujet. Comment ne peuvent-ils pas
    comprendre que la stratégie de conquête bien planifiée des rwandais et rwandophones repose sur la manipulation, le mensonge qui brouillent toute vérité, tout dialogue. Cela même pendant que Mukwege est menacé de mort par Kabarebe parce qu’il combat pour la vérité,  la justice et la mémoire à l’Est du Congo des victimes des Rwandais..
    # Le combat n’est pas ici dans une quelconque vérité des faits de l’histoire mais dans l’interprétation et le projet que des gens devenus de gré des ennemis du pays en se victimisant alors que la première cause des conflits et des guerres ce qu’ils ont choisi de construire leur identité non pas tant en Congolais immigrés de fraîche ou de vieille date -banyarwanda = venus du Rwanda – mais en gardant un solide cordon ombilical, une loyauté avec leur berceau d’origine, le Rwanda, devenu ennemi du Congo qu’il a envahi dans les suites du génocide comme si les Congolais en étaient coupables…
    # »Qu’est-ce donc Minembwe sinon ? La trouvaille improbable d’une « commune rurale » des seuls Banyamulenge et demain le Katanga pour les seuls Katangais, le Kasai pour les seuls Luba, l’Équateur pour les seuls Bangala, etc, etc…; et que deviendra le Congo ? La paix des Banyamulenge exigerait un vaste territoire plus grand que le Rwanda pour eux seuls, Minembwe. Et les autochtones bembe, fuliro, vira… que leur reserve-t-on, n’ont-ils aucun droit, la nécessité d’une paix sur la terre de leurs ancêtres ? Et personne ne pose ouvertement la question de savoir quel est dans le projet de ceux qui l’ont créé, d’abord Ruberwa sous l’inspiration de Kagame, le destin réservé à ce Minembwe ? Les autochtones ont-ils tort d’accuser la nouvelle administration de les avoir trahis, de les avoir abandonnés dans leur solitude malheureuse ? Reprocherons-nous encore à d’autres apprentis-sorciers tels Ne Muanda Nsemi, Kabange Numbi… de nous vendre du séparatisme tout en nous laissant soumis au diktat de Ruberwa au service de sa communauté ???
    # COMMENT ÉCHAPPE-T-IL A CE POINT AUX CONGOLAIS CETTE IMPOSTURE QUI FAIT QUE RUBERWA HIER ÉTUDIANT RÉFUGIÉ RWANDAIS A L’UNIVERSITÉ SOIT DEVENU DANS LE GOUVERNEMENT DE TRANSITION 1+4 LE VICE PRÉSIDENT CHARGÉ DE LA DÉFENSE ET AUJOURD’HUI UN MINISTRE INTOUCHABLE DE LA DÉCENTRALISATION ? COMMENT EXPLIQUER CETTE IMPUISSANCE ET CET AVEUGLEMENT DE NOTRE NOUVEAU PRÉSIDENT TSHISEKEDI A NE PAS AGIR DE BON ALOI SUR CE SUJET ? SOMMES-NOUS AVEUGLÉS À CE POINT DE NE PAS SUBODORER DES RISSUES D’AUTRES VIOLENCES ? JUSQU’OÙ, JUSQUE QUAND ???

  11. La RDC est le seul pays au monde où un groupe des migrants peuvent obtenir, arme à la main et la nationalité et le territoire pour créer une entité politico-administrative propre à eux. C’est du jamais vu dans l’histoire récente des nations. Les USA, les pays de l’UE et le Canada accueillent chaque année des dizaines, des centaines des milliers des migrants et réfugiés. Ils les dispersent dans tout le pays et chacun entreprend individuellement les démarches pour obtenir la nationalité du pays d’accueil en respectant la loi.
    La création de la commune rurale de Minembwe a provoqué un tollé général partout au pays, sauf naturellement la classe politique et l’élite intellectuelle. Quelques politiciens d’envergure nationale ont donné de la voix, notamment Honoré Ngbanda, Noel Tshiani, Martin Fayulu, Justin Bitakwria… Les autres qui ont pourtant des ambitions pour assumer des plus hautes charges de l’Etat sont restés silencieux comme un cimetière. Il n’y a pas qu’au Congo qu’on trouve les Tutsi. Ils sont aussi dans d’autres pays voisins du Rwanda et ailleurs. Dans ces autres pays, ils ne se comportent pas comme au Congo. Ils se permettent tout au Congo, tout simplement parce qu’ils savent que le peuple congolais est génétiquement et culturellement dépourvu de conscience politique. L’homme congolais est émotif. L’émotion ne dure que quelques instants et Minembwe continuera a fonctionner. Ils savent que même ces politiciens qui sont contre le projet de Minembwe se détestent intimement entre eux. C’est pas la lutte contre Minembwe qui va souder leur unité.
    Les Congolais, se comportent comme des gosses. Ils ignorent tout de la géostratégie du monde. Il existe des groupes qui travaillent pour la destruction des pays. Et le Congo fait partie de ces pays à détruire. Pour arriver à ce projet, ils placent à la tête du Congo des hommes faibles, sans charisme pour affaiblir l’Etat. Le Congo est un pays sans Etat depuis bientôt un quart de siècle. Tous le Congolais le savent et le reconnaissent: ils répètent en choeur: « nous sommes faibles. Nous sommes Etat faible ». Et ils ne font rien pour changer cet état de choses. Ils s’y complaisent plutôt. Il en sera ainsi jusqu’à la disparition de ce beau pays, qui avait pourtant la vocation d’être une puissance au coeur du continent africain. Mais qui a eu la malchance d’être mal habité; par un peuple médiocre et une élite vénale.

  12. KHUM
    Il est incroyable de remarquer comment certains de nos frères comme vous raisonnent. Dans votre esprit, ce qui se passe dans le pays est correct. Alors quelque chose doit être incorrect avec vous.
    Toutes les années que vous êtes allées à l’école et aux universités ont été pour vous aujourd’hui d’accepter d’être des malanda (mukala) de personnes sans aucune éducation de base. Faites-vous également partie de ceux qui se disent talibans et se tiennent dans la rue toute la journée pour dire des bêtises jusque tard dans la soirée?
    Quelque chose pour vous, Kanambe aurait pu être un jardinier et Tahilombo aurait pu travailler comme porteur dans un pays bien organisé et structuré.
    C’est pourquoi j’aime les Sud-Africains. Ils n’auraient jamais permis à de tels individus et à leurs associés de les gouverner du tout. Ils veilleraient à ce que rien ne fonctionne dans leur. en fait, ils auraient sacrifié leur vie pour leur liberté.
    Donc, ils auraient pris soin de gens comme vous et d’autres traîtres qui sont au service des Rwandais aux frais de votre propre pays.

    1. @Kabongo Mbuyi,
      Êtes-vous en train de vous plaindre de « KUM » ou « KHUM ». Si c’est à moi KUM que vous vous adressez, rassurez-vous que je n’ai rien pigé de tout ce charabia que vous étalez là. Sachez-le bien, je suis contre l’occupation de notre pays par les prédateurs et envahisseurs de tout bord, mais aussi contre tous les politiciens congolais qui font office d’idiots utiles dès Rwandais parmi lesquels s’affiche sans gêne Félix Tshilombo. Alors dites-moi en quoi suis-je traître à notre cause commune ?

  13. FAISONS LES CHOSES AVEC METHODE ET DETERMINATION
    * Proposition d´une loi au Parlement.
    Les parlementaires congolais devraient voter des lois qui assurent la protection de notre territoire national.
    La meilleure des lois est celle qui doit ¤ interdire la présence des camps des réfugiés des pays voisins dans des provinces menacées d´invasions et qui ont été victimes de la présence des refugiés.
    ¤ Pendant 50 ans, la RDC ne doit plus accepter des camps des refugiés au Kivu et au Kongo central (la liste peut être modifiée)
    Pendant 50 ans, il est sera interdit toute forme d´immigration étrangère dans ces provinces.
    Pendant 50 ans, tout citoyen congolais d´orgine étrangère ne peut pas assumer des fonctions politiques ni être officier dans la police et l´armée nationale au Congo.
    L´ONU et ses organisations ne peuvent pas se trouver dans ces provinces.

  14. KUM mon frère
    Je me sens si mal d’avoir commis une erreur aussi terrible et stupide.
    Je voulais m’adresser le rwandais soi-disant KOLOMABELE

    1. @Kabongo Mbuyi
      A mon avis, vous venez de commettre une deuxième  » erreur terrible et stupide  » en qualifiant KOLOMABELE de rwandais.

  15. PS
    LA FORFAITURE DE MINEMBWE EST BIEN PLUS COMPLEXE PARCE QUE LES ENNEMIS DU PAYS SONT DANS NOS MURS ! MAIS ENCORE ?!
    # JJ Wondo résume dans un bref papier l’essentiel que tous nous nous deplorons et y joint deux vidéos très instructives des interpellations parlementaires de l’ancien ministre Kalume sur ce sujet ! « Les ennemis du Congo profitent de la gouvernance faible, indolente, incompétente, amateuriste et irresponsable du régime de Tshisekedi pour mettre en application leur projet maléfique de « balkanisation » de la RDC ». En
    effet si ce jugement peut paraître trop tranché il n’en est pas moins fidèle à la réalité des dessous de l’affaire, et paradoxalement et logiquement disais-je ci-haut, il détaille comme suit « tout l’Est de la RDC (depuis l’Ituri jusqu’au Katanga) n’a jamais été autant en insécurité sous ‘JK’ dont pourtant les liens avec le Rwanda étaient étroits et apparents que sous Tshisekedi, comme pour lui imputer la responsabilité de l’implémentation effective de ce plan, insidieusement conçu et ficelé en amont de son arrivée à la présidence, pour faire croire que c’est un problème congolo-congolais. Une stratégie savamment montée par Kigali pour nous amener à oublier ce dossier très stratégique pour les Congolais ».
    # L’acte 1er de la balkanisation du pays : aujourd’hui, une commune, demain une province et le lendemain un pays autonome, Minembwe vendu aux Rwandais…, commenterons-nous raisonnablement.
    La cérémonie a bénéficié d’une solennité suspecte avec la présence de très hauts officiels civils et militaires, nationaux et internationaux avec en maître de cérémonies Rubewa himself . Déjà comment expliquer la présence de l’ambassadeur américain ? Il s’explique sans honte ailleurs en assumant son entrisme excessif comme ambassadeur et son populisme comme mode d’action. Passons…
    # Tshisekedi devrait arrêter cette imposture, réclament légitimement les Congolais.
    Des interpellations parlementaires de Ruberwa et autres actions sont annoncées, iront-elles jusqu’au bout ? Lévidence est que la saillie osée de Ruberwa constitue une « vraie menace pour l’unité et l’intégrité du pays ». Du coup deux responsabilités principales se dégagent dans ce dossier : Ruberwa avec les siens et l’administration actuelle de Tshisekedi !
    # RUBERWA ET LES SIENS (DONT KAGAME)
    Le projet de l’autonomisation de Minembwe à été conçu longtemps avant dans le labo des Tutsi avec Kagame après le génocide et entamé par Ruberwa et ses congénères dits Banyamulenge dès leur entrée en guerre contre les Congolais sous le label RCD en 1996-1998 et Ruberwa était déjà alors chargé d’une « mission spéciale » : « spolier de leurs terres les membres des ethnies Fuliro, Bembe, Vira, Rega, et Bashi au profit des immigrés banyarwanda dits « Banyamulenge ». C’est à l’époque où il dirigeait le RCD que Ruberwa avait érigé la localité de Minembwe en Territoire, mesure annulée par le gouvernement de transition en juin 2003 pour irrégularité et sur fond d’un tollé général comme aujourd’hui. Il reviendra à la charge plus tard bien appuyé d’en haut en arrachant de Matata un décret érigeant Minembwe en « commune rurale » sans l’avis de l’Assemblée ni du gouvernement provinciaux. Voilà la principale raison de son inamovibilite au Ministère de la Décentralisation et aujourd’hui il célèbre son exploit avec suffisance devant des Congolais surpris…
    # L’ADMINISTRATION TSHISEKEDI
    Dans une incomprehensible fuite en avant
    Makelele ministre actuel de la Communication se débat à justifier là passivité coupable de son gouvernement dans cette affaire par le fait que c’est un projet trouvé en place qu’ls ont finalisé mais n’a pas le courage et la lucidité d’expliquer le long délai pris depuis 2013 pourtant révélateur et quid de son occurence sous leur gouvernement alors que les précédents l’ont évité ? Quoi qu’il fasse Tshisekedi doit être conscient que les Congolais de quelque région et de quelque ethnie ils soient veulent voir clair dans ce qui ressemble à un marché de dupes, une vente contestable des bijoux de famille aux Rwandais. Le risque d’un sursaut massif dangereux de leur part de réclamer qu’il stoppe ce lâche marchandage ! A-t-il bien compris ce danger ?
    # Les Congolais et particulièrement les autochtones des hauts plateaux du Sud Kivu disent au gouvernement et aux officiels qui ont accompagné Ruberwa à cette inauguration pour leurs poches que « leur Congo n’est pas à vendre » ! Cette affaire, dit quelqu’un, a le mérite de réveiller les Congolais qui avaient oublié que le régime de Kigali continue à interférer dans les affaires de leur pays à travers ses infiltrés. Ce n’est donc pas une caravane de la paix qui est allée au Kivu mais un acte de vente lourd de violences qui suscite beaucoup d’animosité. L’Évêque d’Uvira et la poignée de manifestants qui ont hué le Président à sa descente d’avion lui rappellent leurs voeux d’un Congo indivisible et sa pleine responsabilité. Les Congolais de l’Est ont à cette occasion la mémoire douloureuse des sombres heures passées sous les guerres passées et tous les autres se rappellent au bon souvenir du Révérend Ekofo qui prophetisait déjà que le ‘Congo ne sera pas toujours le faible qu’il est devenu aujourd’hui’ ; un boomerang explosif est toujours possible pour notre Tshilombo National et pour tout le pays !
    A bon entendeur..

Comments are closed.