Présidentielle 2006: « Kabila » fut battu dès le 1er tour par JP Bemba

Read Time:4 Minute

C’est Abbé Apollinaire Malumamu qui le dit. Dans un message-fax estampillé « ultra confidentiel », sans date, adressé aux représentants de la « communauté internationale » (Commandant de la Force européenne en RDC, Monuc, CIAT, Représentant du PNUD et le chef de la Délégation de l’Union Européenne en RDC), le président de la Commission électorale indépendante (ex-CEI) communique les résultats du vote au premier tour. Il commence par exprimer son amertume après avoir reçu des « injonctions » lui intimant d’inverser les résultats conformément aux « idées sages » qui lui ont été prodiguées. Traduction: il a buté contre l’impossibilité de transformer « l’âne Joseph Kabila » en un « cheval de course ». Selon lui l’ordre d’arrivée, au premier tour, se présente comme suit: JP Bemba (52%), « J. Kabila » (27,7%) suivis par Oscar Kashala, Antoine Gizenga et Mobutu Nzanga. Tout en claironnant son refus de faire partie du camp des « manipulateurs », Malumalu d’estimer qu’il faudrait publier les résultats de cette élection ou réunir l’argent pour organiser un second tour.

Dans sa chronique « Ce jour-là » publiée sur son compte Twitter @benbabunga, Benjamin Babunga Watuna évoque la journée du 20 août 2006. Le fait saillant épinglé est l’annonce des résultats du 1er tour de l’élection présidentielle ainsi que les incidents graves qui s’en étaient suivis.

Tableau, par province, des résultats du premier tour de l’élection présidentielle de 2006

En vue de compléter ce récit, il n’est pas sans intérêt de « déterrer » un document qui circulait sous le manteau. Il s’agit d’un message-fax que le Président de la Commission électorale indépendante (l’ancêtre de la CENI) avait adressé aux membres de la nébuleuse « communauté internationale » leur transmettant les résultats de vote lors de ce premier « round » remporté par Jean-Pierre Bemba Gombo.

Apollinaire Malumalu commence sa dépêche en relevant qu’il a été « à la hauteur » de la mission qui lui a été confiée. Dès le second paragraphe, le ton change. Il déplore « quelques incidents malheureux » qui « tournent en sa défaveur ». Et ce juste au moment où s’achève sa mission. Le ton devient de plus en plus véhément: « (…), je vous rappelle qu’en dehors de ma responsabilité au sein de la CEI, je suis d’abord ‘homme de Dieu’. Les ‘idées sages’ que je reçois de vous deviennent pour moi non seulement une ‘injonction’, mais surtout un moyen de me discréditer et de mettre en cause ma qualité sacerdotale pour laquelle j’ai fait des vœux solennels ».

Il assure avoir tout essayé, sans succès, en vue d’inverser les résultats en faveur du Président-candidat « Joseph Kabila ». « J’ai fait tout ce que vous avez voulu: j’ai engagé des experts du PAREC [l’association de Daniel Mulunda Ngoy, Ndlr], PPRD et autres agents du Comité du Pouvoir populaire ‘CPP’ à la Commission électorale indépendante dans le but net d’avoir la mainmise sur tous les enjeux électoraux. Mais c’est le peuple qui a voté et qui reconnait l’orientation de ses voix », fait-il remarquer.

Et de poursuivre: « Ce que nous avons voulu mettre en place, le peuple l’a détourné ». Il souligne, au passage, qu’il passe désormais « comme un défenseur de la fraude ». Alors qu’il est censé « apporter la transparence! ». « Quelle considération aurai-je au sein de mon église? Et de la population à qui j’enseigne chaque jour la vérité et la fidélité? Prêtre que je suis, je ne peux plus être dans le camp des manipulateurs. (…) ».

Feu Abbé Apollinaire Malumalu, ancien président de la CEI

Dans ce message-fax, « Abbé Apollinaire » ne cache pas l’inquiétude que lui inspirent les policiers qui l’entourent. Il redoute une « infiltration » de la garde présidentielle (GSSP).

S’adressant aux destinataires de son message, le Président de la CEI de conclure: « Je vous remets ci-dessous, les résultats réels de deux concurrents. En votre qualité de parrains de ces élections, je souhaite que vous alliez respecter le suffrage populaire ». La suite est connue. La « communauté internationale » décida l’organisation d’un second tour le 29 octobre 2006. Cette fois le « vainqueur » s’appelle… « Joseph Kabila ».

Dans une interview accordée au magazine « Jeune Afrique » daté du 12 décembre 2006, Jean-Pierre Bemba Gombo lâche sa phrase énigmatique: « J’ai tout accepté au nom de la paix nationale, y compris l’inacceptable ». Et de déclarer plus loin: « Je ne suis pas d’accord avec les résultats. Ni la manière cavalière dont la Cour suprême de Justice a rendu son arrêt qui n’a pas été motivé. Mais j’ai privilégié l’intérêt supérieur de la Nation en cherchant à éviter la violence et le chaos dans le pays ».

Vous avez dit que « Joseph Kabila » est le « père de la démocratie »? Allons donc!


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

22 thoughts on “Présidentielle 2006: « Kabila » fut battu dès le 1er tour par JP Bemba

  1. Je posais ailleurs la question s’il était encore possible aujourd’hui d’avoir des élections transparentes et équitables, bref crédibles en 2023, m’interrogeant sur un système électoral quasiment verrouillé par un pouvoir en place décidé à rempiler à tout prix. Voila que ce papier nous ramène 16 ans plus tôt au premier tour de l’élection 2006 où le gagnant JP Bemba perdit sur le papier de la volonté non seulement du camp de pouvoir en place mais aussi de la CI. Du coup ma question c’est carrément de savoir si nous pouvons avoir un jour des élections credibles : en effet à 2006 ont succédé tour â tour 2011 et 2018 aux résultats aussi faussés.
    Revenons à aujourd’hui !
    Bien sûr l’opposition, la société civile et une frange significative de la population doutent des assurances de Kadima sur un scrutin parfait. Déjà ils ne sont pas certains que les délais seront respectés après que le Chef d’État actuel ait lui-même pris la tete du pays début 2019 après un scutin suspect mais aussi au terme d’un interminable processus électoral maintes fois reporté . Plus inquiétant, malgré les prétendants qui se bousculent au portillon notamment en raison d’un bilan mitigé voire mauvais du sortant on est en face de préparatifs très suspects. Une loi électorale non-consensuelle contestée, un président de la Ceni proche du PR acquis à son obédience, une Cour Constitutionnelle rabibochee à dessein par le pouvoir en place, la Banque centrale à sa solde, une identification de l’électorat couplée avec l’Onip susceptible de manipulation, un dispositif technique confié â la même société qu’hier qui n’avait pas fait ses preuves, etc, etc… autant qui ressemblent à des stratagèmes établis pour gagner contre tous.
    Bref si les délais seront tenus, il n’est pas acquis  que ces élections seront crédibles er cela hélas comme toujours malgré les tentatives de l’opposition et de la Société civile à remettre tous ces préparatifs en question. Il nous faut autre chose pour que ça change, quoi donc et comment y arriver ?

  2. Un celebre congolais et pas n,importe qui au cercle proche de J Kabila, a dénoncé ce dernier veut forcer le tir d,un 3eme faux penalty. Mieux vaut tard que jamais, dit on. En réalité, ce kabiliste a parlé d,un 3ème au lieu du 4ème faux penalty de JKabila. Le 1er faux penalty de JKabila étant sa prise du pouvoir de mzé LDK en 2001 qui est peinte des couleurs d,un assassinat au lieu d,un coup de maison. Ceux qui attendent la verité sur ce 1er coup de force comme les autres faux penalties de JK vont devoir comprendre que ce Mr avaient des mentors au dessus de lui, et qui continuent à le proteger et geler et contenir toute fuife de ces verités au fur et à mesure oubliées. Les victimes du 1er faux penalty en 2001, celle du 2eme faux en 2006 dont JPBemba, celles du 3 faux penalty en 2011 dont Etienne Ya Tchichi et les victimes du 4eme faux penalty tiré mais apparemment ratée en 2018 vont devoir attendre encore l,heure devla verité. Comme JP Bemba tout accepter, meme l,innaceptable.
    MaluMalu, Mulunda, MaluMalu, Nangaa…..et toute la serie des complices et beneficiaires des 4 faux penalies de JKabila vous avez des verités cachées en vous et donc des comptes à rendre tot ou tard

  3. Si cela est vrai, notre pays continuera -t-il à demeurer un laboratoire de la nébuleuse communauté internationale comme vous le dites dans votre article pour faire n’importe quoi selon les intérêts d’une maffia sordide. Pourquoi nos dirigeants ou ceux qui semblent l’être sont si perméables aux injonctions extérieures. Désormais c’est à nous population de ne plus laisser les choses nous échapper sinon nous continuerons d’aller de drames en drames. Trois décennies de tragédie, ça suffit. Trois scrutins électoraux organisés soldés par trois grosses fraudes. Doit on permettre une quatrième fraude ?

  4. PERMETTEZ ENCORE UNE FOIS, SAUF DANS UN COMMENTAIRE D’UN INTERVENANT, CIC N’EN A PAS PARLÉ !
    Notre ministre de la Défense a profité d’une invitation de la Russie à une Conférence à Moscou pour solliciter une aide en vue de renforcer nos moyens de défense dans la guerre qui nous oppose à l’Est à nos voisins. Ma première observation : pourquoi pas, nous sommes une Nation souveraine qui doit gérer sa politique de défense comme elle l’entend mais de suite je réalise que la Russie n’est pas n’importe quel pays mais une puissance rivale des États-Unis dont le Secrétaire d’État venait de séjourner chez nous. Alors un chantage à ces derniers de ne nous avoir accordé rien de concret en cette circonstance ? Je crains néanmoins que notre pays ait agi dans la précipitation sans se fier à un plan de moyen et long terme en matière de coopération militaire ; un signe de plus de notre amateurisme endémique ?
    La récente actualité c’est vrai ce sont des pays africains francophones qui se rebellent de la domination inefficace de la France et se tournent vers une coopération militaire avec la Russie. La Centrafrique, le Mali avec les milices Wagner commandités par le Kremlin, la fin de Serval puis de Barkhane au Sahel mais le Congo à qui les Usa ont promis un partenariat privilégié est-il dans le même cas, est-il possible de cumuler aide et coopération de deux puissances devenues presque ennemies en ce moment, n’y a-t-il pas un probable bénéfice que nous perdrons en nous séparant des Américains que nous ne gagnerons pas chez les Russes ? Autant des questions et d’autres, selon moi, qui auraient dû être examinées plus attentivement avant toute demande publique d’aide militaire russe.
    Le Ministre a rappelé dans son discours un soutien régulier à la RDC de la Russie au Conseil de Sécurité des Nations Unies pour la sauvegarde de sa souveraineté et cela depuis son indépendance en 1960 mais aussi souligné le fait que la Russie s’est toujours abstenue de nous faire des chantages, des blâmes ou sanctions subjectives, cela veut dire contrairement aux Occidentaux. Il a sans doute omis exprès de ne pas rappeler que pendant de longues années de la Guerre froide le Congo a fait office ou a été utilisé comme paravent efficace au compte de l’Ouest contre l’Est ; c’est dire que nous nous retrouvons presque dans la même configuration mondiale où les relations internationales reposent moins sur l’amitié mais sur les intérêts. Il se murmure d’ailleurs que Washington ne serait pas pour rien dans la poursuite de l’embargo au Congo sous son ancienne formule -pour tenter d’empêcher le Congo de faire le commerce des armes avec la Russie. Celle-ci en mal de compagnie en cette période de guerre avec l’Ukraine saura sans doute répondre même en patrie à notre demande mais ne risquons-nous pas de nous isoler d’autres partenaires ? Attendons la suite ; ‘pour le meilleur et le pire’ ?

    1. ***PERMETTEZ SVP ENCORE UNE FOIS UN HORS-SUJET, SAUF DANS UN COMMENTAIRE D’UN INTERVENANT, CIC N’EN A PAS PARLÉ !

  5. Les aveux post-mortem de Malu malu prouvent que ces soit disant hommes de Dieu ne sont que des arnaqueurs en soutane. Aujourd’hui les princes de l’église se bombent le torse en affirmant qu’ils sont aux service de la population alors qu’ils courent derrière les avantages matériels. Ambongo qui donne de leçon au monde entier doit tirer la leçon du testament criminel de Malu malu pour rester à sa place. Pour avoir truquer les résultats des élections en plogeant le pays dans le chaos est tout simplement monstrueux. Cet Abbé a montré le vrai visage de ces hommes.

  6. Quelques passages made by Malumalu me fait douter de la veracite de ce document soit disant de Malumalu tels que:  » Je vous rappelle qu’en dehors de ma responsabilite au sein de la CEI je suis d’abord homme de Dieu » Le terme homme de Dieu est utilise par des pasteurs congolais et ne pouvait JAMAIS sortir de la bouche d’un abbe congolais. Je suis un theologien catholique et je sais de quoi je parle. Des mensonges tels que  » la population a qui j’enseigne chaque jour la verite et la fidelite » ne pouvaient pas appartenir a l’abbe Malumalu qui n’etait pas dans son diocese et qui etait en detachement et sans paroisse a kinshasa. Les morts ne parlent pas, helas!

    1. @ RAZ
      Moi aussi je doute de l’authenticité de ce document qui souffre de certaines lacunes suspectes dans sa composition.
      Non, Mal-Malu ne peut pas être l’auteur matériel de ce texte.
      1. Je le vois mal adresser un document aussi important à la « communauté internationale », sans autre mention.
      2. Et surtout, comme vous l’avez signalé, le fameux « homme de Dieu » ne peut pas sortir de la bouche d’un prêtre catholique parlant de soi-même. Jamais.
      Seules les églises de réveil de Kinshasa font usage de ce terme importé du Nigéria/Ghana … (« man of God »)
      3. La seule explication plausible est que le texte ait été écrit par un proche collaborateur de Malu-Malu, sur ordre de ce dernier, mais sans son apport rédactionnel direct.

  7. Cher B.A.W.,
    sur ce qui précède;tout porte à croire que le même scenario a prévalu lors des dernières élections sauf que les acteurs principaux ont changés.Les vrais p-v,mémos,fac-similés,etc…..vont sortir.En attendant,cest  »le père de la démocratie » qui reste le faiseur des rois.
    Patriotiquement.

  8. 1. Personnellement je ne me suis pas trop préoccupé de savoir si la communication de Malu-Malu est authentique tant elle parait plausible et fidèle à mes informations d’alors qui venaient des sources très proches du scénario.
    2.Question ‘proche du scénario’ je fus informé à l’époque par un très proche du coté de Bemba qu’ il avait gagné au premier tour ce qui provoqua le second qu’il gagnera de nouveau. Voilà ce que signifiait son « J’ai accepté l’innaceptable », il évitera ainsi, selon ses dires un assassinat tout préparé et sera gratifié de quelques millions.
    3. Malu-Malu tout prêtre catholique qu’il fût, ne fut pas choisi à la CEI puis à la CENI comme caution morale en raison de sa piété (même si ce qui était prévu symboliquement dans le fait que cette fonction était destinée à une personne de bonne moralité) ; il fut choisi pour une double raison : d’abord expert des elections et diplômé notamment de poliique, ensuite parce qu’il jouissait déjà à cette époque de la confiance de ‘JK’. Il faut ajouter qu’il étaitt en detachement de son diocèse et que si son évêque lui gardait sa confiance (parce qu’il rapportait selon certaines langues), beaucoup de ces collègues catholiques n’étaient pas satisfaits de lui surtout lors de son dernier mandat.

  9. Chers intervenants de la rubrique ‘0pinions&Débats’,
    Je serais ravi d’avoir vos réponses à la question que j’ai posee ci-dessus :
    « EST-IL ENCORE POSSIBLE D’AVOIR DES ELECTIONS CRÉDIBLES EN 2023 ?
    A l’avance Merci !

    1. @Ndeko Nono
      La réponse est toute simple : NON. Il n’y aura pas d’élections crédibles en 2023 ( si elles ont lieu ) pour la simple raison que Tshilombo et sa bande ne vont pas organiser des élections pour les perdre. Vous ne pensez tout de même pas que le mashi a mu menu Kadima va proclamer Maman Marie (oui, elle sera candidate ) présidente à la place de Tshilombo…
      Tout est pipé, depuis longtemps. Regardez l’origine ethnique de ceux ont été placés à la tête des officines gouvernementales ou autres appelées à intervenir pour l’organisation de ces élections. C’est PIRE que Cosa Nostra sicilienne. C’est pire que les 32 ans de Mobutu et les 18 ans de Kanambe…et pourtant, 100 millions de moutons regardent sans s’indigner, se révolter…
      Maman Marie beee…!

  10. Ndeko Nono,
    Connaissant votre perspicacité, je suis certain que vous avez déjà la réponse à votre question. Si vous nous la posez, c’est juste parce que vous voulez avoir nos avis là dessus. Je partage l’avis de ndeko Jo Bongos sur toute la ligne. Quand on voit la façon dont le régime Tshilejelu copie jusqu’à la caricature les travers du régime Kabiliste, il faut vraiment être tombé sur sa tête pour penser que les élections de 2023 seront libres et transparentes. Ce que nous avons vécu en 2006, 2011 et 2018 va se reproduire certainement. Procès d’intention? Nullement. Regardez seulement comment Fatshi a verrouillé toutes les institutions clés du processus électoral, en commençant par la CENI. Tout le monde a suivi le rôle joué par Dodo Kamba Balanganayi (dont les entrées dans les couloirs du pouvoir Fatshiste sont connues de tout le monde) dans la désignation au forceps de Denis Kadima à la tête de la CENI. Ensuite il y a la Cour Constitutionnelle. On a tous suivi la manière cavalière avec laquelle Dieudonné Kaluba Dibwa a atterrit à la tête de cette institution et la manière encore plus cavalière dont il en a été éjecté, car il a été jugé indigne de confiance. En effet, si pour un petit dossier comme celui de Matata Ponyo, il réfuse d’obéir aux ordres, qu’en sera t-il d’un dossier aussi sensible que la validation des résultats des élections? Exit donc Kaluba Dibwa, pour être remplacé aussitôt par… Kamulete Badibanga. Alors, de grâce, arrêtons de rêvasser inutilement! Aussi certain que 2+2 font 4, Denis Kadima proclamera Félix Tshisekedi vainqueur des élections de 2023. La grande inconnue, c’est la réaction du peuple. Peut-il faire autrement qu’en 2006, 2011 et 2018, c’est à dire refuser d’accepter le fait accompli? Difficile de jouer au devin. Néanmoins, connaissant notre peuple, cet holdup électoral de plus qui se prépare déjà si bien, risque de passer comme une lettre à la poste. Une fois de plus hélas!

  11. TOUTES LES RELIGIONS RÉVÉLÉES DU LIVRE SONT FAUSSES, HUMAINES ET NE VIENNENT POINT DU VÉRITABLE DIEU TOUT-PUISSANT ! Feu Malumalu fonctionnaire du monsieur dieu JÉSUS CÉSAR BORGIA Indo-européen faux dieu importé en Afrique par les Colons Missionnaires a servi le MENSONGE au détriment de la VÉRITÉ. En 2006, plusieurs RDCIENS vivants aujourd’hui ont 16 ans de plus, si quelqu’un avait 50 ans, fatalement il est à l’âge (66 ans tapants) de la retraite en Occident à cause de la pénibilité du Travail. Tout nouveau-né U2006 a 16 ans à ce jour, selon les psychologues, c’est l’âge de la suite logique du passage à l’âge adulte où l’adolescent se prépare à prendre son envol pour devenir autonome dans tous les domaines de sa vie : Travail, Logement, Amour, Loisirs, etc. En RDC occupée par les Envahisseurs Banyarwanda, les 100 millions d’habitants (enfants, jeunes et vieux) hyper pauvres survivent depuis 25 ans (1997-2022) avec moins de 1$/jour sans perspective alléchante d’avenir et n’ont même pas une Carte d’Identité digitalisée mais veulent curieusement que les élections brouillonnes solutionnent l’épineux problème de l’Occupation RWANDO-OUGANDAISE-ONUSIENNE… LA FRANCE ET LA BELGIQUE OCCUPÉES PAR L’ALLEMAGNE N’ONT JAMAIS ORGANISÉ LES ÉLECTIONS AVEC LE IIIè REICH, LES SS ET LA GESTAPO COMME GARANTS DU BON DÉROULEMENT DU SCRUTIN ! Si Bemba a accepté l’inacceptable en 2006, Étienne Tshisekedi (2011) et Martin Fayulu (2018) ont monnayé leurs statuts de président élu, Denis Mukwege, Olive Lembe ou Matata Ponyo (2023) risquent d’hypotequer 5 ans de plus de l’existence terrestre des Kongolais du Bled et de la Diaspora comme FATSHI BIDON car les Occupants Banyarwanda ont pour mission satano-occulto-nécromanciene « l’Extermination du PEUPLE BANTOU de l’Afrique Centrale », ils (Envahisseurs Occupants Banyarwanda) ne permettront jamais que le KONGO-ZAÏRE ait un PRÉSIDENT FORT, AUTONOME, CHARISMATIQUE et VISIONNAIRE qui empêchera la continuité de leur plan hégémonique (macabre) de l’Empire Hima=EAC (East African Community). En 2023, si élections il y a, Tshilombo-Pétain président protocolaire JOUISSEUR TRAÎTRE se succédera à lui-même ou alors Kingakati-Kigali nommera encore un autre président protocolaire sans IMPERIUM (Effectivité du Pouvoir) qui aura une Armée infiltrée, commandée par les Banyarwanda et Kimans, un homme de paille ou une femme aux ordres Kagamiens qui appliquera certainement le programme politico-militaire du Trio Diabolique Rwanda-Ouganda-Burundi surtout qui ne chassera jamais tous les ressortissants Rwandophones qui occupent des postes clés politiques et de commandement dans l’Armée d’Occupation FARDC (Forces Armées Congolaises Disséminées-Déployées au Congo-Kinshasa). À quoi serviront les 4è élections pièges à cons truquées d’avance qui favoriseront le statu quo ? À legitimer, légaliser, consolider, renforcer la maimise colonisatrice des Envahisseurs Occupants Banyarwanda au KONGO-ZAÏRE… «Toute VÉRITÉ franchit trois étapes. D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence» dixit Arthur Schopenhauer. RÉVEILLEZ-VOUS ! VIVE LE SOULÈVEMENT POPULAIRE. INGETA

  12. Bandeko Jo Bongos, Chester, Combattant Résistant de l’Ombre et tous les autres…
    Non il n’y aura pas d’élections crédibles en 2023, pas plus qu’en 2006, 2011, 2018 pour de bonnes raisons que nous avons tous égrenées de manière experte, des ‘élections pièges à cons’ : la tutelle multiple aussi de nous épouse la volonté du pouvoir en place à ne pas perdre les élections qu’il organise. Vous connaissez néanmoins mon naïf optimisme dans tout, voilà pourquoi je vous pose deux questions subsidiaires : S’IL Y’AVAIT QUELQUE ACTION A TENTER POUR CONTRER CETTE FRAUDE DÉJÀ INSTITUTIONNALISÉE, CE SERAIT QUOI, A MOINS DE COMMUNIER AD VITAM ÆTERNAM A NOTRE RÉSILIENCE COUPABLE ??? ET S’IL Y’AVAIT QUELQUE CHOSE A RECOMMANDER AUX OPPOSANTS DIVERS A TSHILOMBO, CE SERAIT QUOI ?
    D’avance merci sauf à insister que selon moi Tshisekedi se ‘mobutise’ de plus en plus – le Mobutu de mauvais jours alors – plutôt qu’il n’imite le taiseux ex-raïs. Bon, c’est accessoire, l’essentiel est que sa douce dérive dictatoriale se précise..

    1. @Ndeko Nono.
      Je vais repondre a la deuxieme question: ET S’IL Y AVAIT QUELQUE CHOSE A RECOMMANDER AUX OPPOSANTS DIVERS A TSHILOMBO, CE SERAIT QUOI! L’opposition congolaise ne peut gagner les elections en 2023 que si elle presente UN SEUL candidat face a Fatshi. Si toute l’oppostion a Fatshi ,toutes tendances confondues, s’aligne derriere Moise Katumbi, Moise Katumbi sera le prochain president de la RDC. Si toute l’opposition congolaise arrive a convaincre Dr Denis Mukwege de la representer aux elections de 2023, Dr Mukwege sera le prochain president de la RDC. Malheureusement, l’opposition ne presentera pas un seul candidat face a Tshisekedi. Elle a deja dix candidatures declarees, et personnellement je ne vois personne de ces dix candidats pret a laisser le devant de la scene a un autre candidat meme si cela est le prix a payer pour battre Tshisekedi. Ceci dit, Fatshi va rempiler en 2023, et pas a cause des raisons invoquees par certains compatriotes ici. Voici les raisons pour lesquelles Fatshi va rempiler:
      1.Le peuple congolais est decu de la performance de Fatshi parce qu’il attendait plus et il attendait mieux. Neanmoins, Il ne peut pas en ame et conscience ne pas reonnaitre meme le peu qui a ete realise!
      2. Kadima sait qu’il joue sa reputation d’expert international en matiere d’elections en 2023. Il fera donc tout pour organiser des elections credibles et transparentes et dans le delai constitutionnel. Il n’avait pas demande au Bon Dieu de naitre kasaien. Lui faire des proces d’intention a cause de cela, c’est vraiment etre bete et mechant!
      3. Fatshi sait qu’ un soupcon d’illegimite pese sur son mandat actuel. Il fera donc tout pour avoir un mandat propre du peuple congolais, un mandat qui souffrira d’aucune contestation,meme pas de la part de Martin Fayulu Madidi!. Nous ne savons pas encore qui il aura en face, nous savons neanmoins que si il fait face a plus d’un candidat, il l’emportera.
      4. Il y a ce que les Anglo-Saxons appelent ‘The Incumbent Effect ». Le tenant du poste part toujours avec une longueur d’avance sur ses adversaires, et honni soit qui mal y pense! En decembre 2023, Fatshi sera et restera le mieux connu des candidats a la presidence. En France cette annee par exemple, Si Macron n’etait pas candidat a sa propre succession, Il n’aurait probablement pas battu Jean-Luc Melenchon et Marine Lepen. C’est regrettable, mais c’est comme ca!
      Si nous sommes incapables d’organiser des elections presidentielles meilleures que celles de 2006, de 2011, et de 2018, alors nous devons trouver d’autres alternatives. Des analyses tendancieuses et des proces d’intention en guise d’arguments ne nous avancent absolument pas!
      Salut chez vous!

      1. Cher Binsonji,
        1. Je souscris globalement à votre argument selon lequel une oppostion plurielle à Tshisekedi n’aura aucune chance de victoire même si je nuance : « aura des chances limitées ».
        2. En revanche permettez-moi de conteste vos autres sous-arguments :
        – Je crois les Congolais assez matures â sanctionner le peu de ce qu’aura fait Tshisekedi ;
        – La méfiance envers Kadima ne vient tant du fait qu’il est du Kasai mais parce qu’il a été choisi parce que Kasaien. Du coup son job sera prédéterminé malgré son savoir-faire, malgré lui presque, il n’y a aucun procès d’intention là-dessus nous savons tous comment ça se passe chez nous ;
        – Tshisekedi condamné à débuter sans soupçons son mandat contrairement au premier ? Vous faites exprès d’ignorer ce qu’il a fait jusqu’ici, s’assurer la fidélité de tous les organes qui interviennent dans le processeurs. Tout cela l’a déjà plombé et lui aussi ne peut que continuer dans ce sens ;
        – Enfin arrêtez de traiter les analyses des autres pour tendacieuses et des procès d’intention, ça risque de discréditer a l’avance vos propres arguments qui apparaissent alors comme un parti-pris subjectif…

  13. @ Ndeko Nono.
    Il est impossible d’avoir des elections presidentielles credibles, tout simplement puisque Tshilombo ne peut jamais gagner la moindre election chez nous apres avoir echoue sa mission sur toute la ligne. Lui et ses amis bandits, anciens chomeurs vivant des miettes d’une pauvre aide infirmiere ont saute sur des millions laisses par kabila au tresor publics. Connaissez vous le cv de Tshilombo? Il va chercher a se maintenir au pouvoir par tous les moyens et va meme sacrifier des vies de ses machi a mu meno comme l’avait fait son ami kagame en 1994. Cependant, les zairois ne vont pas se faire voler leur victoire. Bakotisaka loboko mbala mibale kaka na poche ya zoba.

    1. @Ndeko Nono,
      Supposons ces élections de 2023 auront lieu.
      A. QUE FAIRE POUR CONTRER LA CHRONIQUE D’UNE FRAUDE ANNONCEE ?
      Les contester – dès maintenant, car le terrain est clairement miné à l’avance.
      Voyez : Richard Ntumba, DG de l’ONIP et Denis Kadima, Président de la CENI sont à la tête de la machine organisationnelle. Nicolas Kazadi, en sa qualité de ministre des finances, est le financier institutionnel. Les résultats définitifs seront validés et confirmés par D. Badibanga, président de la Cour Constitutionnelle sous l’autorité morale du ministre de la justice qui est Rose Mutombo. Comme chacun peut le constater Ntumba, Kazadi, Badibanga, Mutombo sont tous originaires de la province de…la Mongala. Mais comme par hasard, ils ont tous d’autres affinités avec Tshilombo et/ou l’UDPS. Il faut être FOU pour croire que ces gens vont  » fabriquer  » un autre président que Tshilombo à l’issue de ces élections. Je viens de lire un argument de Bisonji qui a avancé ici que, par exemple, Kadima qui serait un  » expert en matière d’élections  » se garderait de tripatouiller les résultats pour une question de réputation. 1. Dans quel pays ce Kadima a-t-il déjà organisé une élection présidentielle ?
      2. Ce Kadima est-il plus  » expert  » que Ronsard Malonda qui a été refusé à la tête de cette même CENI car estimé trop proche de Kabila ou Nangaa qui a tripatouillé les élections de 2018 ? On voudrait nous faire croire que Malonda et Nangaa sont des sauvages qui ne tiennent pas à leurs réputations ? Quel foutaise !
      Contester les élections ne suffit pas. Il faudrait exiger une période de transition d’une année, dirigée par une personnalité hors-pouvoir pour ainsi refonder les bases d’une vraie bonne organisation : une vraie loi électorale, un calendrier électoral précis, des financements appropriés, une CENI réellement indépendante…
      Inscrire dans la constitution et dans la loi électorale l’obligation d’un débat contradictoire télévisé entre les candidats à l’élection présidentielle.
      B. QUE RECOMMANDER AUX OPPOSANTS ?
      Il faut reconnaître qu’exceptée Maman Marie, à jour, il n’y a pas d’opposants à Tshilombo. En attendant que le Dr Mukwege se prononce clairement. Il faudrait donc que les opposants fassent de l’opposition. Ensuite, je suis d’accord avec Bisonji, que pour vaincre, il faudra que cette opposition présente ensuite un candidat unique. Ce n’est pas tant pour craindre Tshilombo qui représente un régime médiocre, incompétent, tribaliste et avec un bilan catastrophique, c’est surtout pour éviter des chamailleries inutiles et stupides de positionnement des opposants mineurs en mal de gloriole.
      Rendons-nous à 2024.
      Voilà !

      1. Richard Ntumba, Denis Kadima, Nicolas Kazadi, Dieudonne Badibanga, Rose Mutombo…Qu’est-ce que ces messieurs dame ont en commun? Ils sont originaires de la province de… la Mongala. Quelle horreur! Comment peut-on etre ressortissant de cette province-la et oser pretendre etre objectif vis-a-vis de Tshisekedi? Comment peut-on etre de cette province-la et avoir l’audace d’occuper un poste de responsabilite? Ce Tshisekedi n’est-il pas lui-meme ressortissant de la province de…la Mongala? Ces messieurs/dame oublient-ils qu’ils sont mediocres, incompetents, jouisseurs, tribalistes, catastrophiques? Bougres de congolais, ou voulez-vous amener votre pays avec ces gens-la a des postes de responsabilite? Meme Mama Union Salite vaudra mieux et fera mieux que n’importe lequel de ces incompentents! Vous y croyez-vous a l’independance d’une CENI dirigee par un Kadima de la province de… la Mongala? Ne savez-vous pas que ces gens-la sont des tribalistes-nes qui ne voient jamais plus loin que les limites de leur villages? Je conteste a ces gens-la l’outrecuidance de s’appeler congolais! Je conteste d’ores et deja les resultats d’une election presidentielle organisee par un de leurs! Un Tshisekedi de la province de…La Mongala qui ose demander au peuple congolais chochardise un second mandat? Mais ou etes-vous mes aieux? Ne pouvez-vous pas nous epargner cette catastrophe? Bon! Si vous ne faites rien de la ou vous etes, je defendrai, meme tout seul, le droit des congolais de ne pas se laisser diriger par un Tshisekedi de la province de…la Mongala! Ca Jamais! Foi de Patriote Kimpavitiste, lumumbiste, mobutiste, kabiliste, Kimbanguiste! Un Tshisekedi de la province de…la Mongala President? Vous n’y pensez donc pas? Reflechissez un peu mon ami! Cette-fois ci ca ne passera pas. Son pote JKK ne sera pas la pour lui ceder le pouvoir sur un plateau d’argent! Un Tshisekedi de la province de…la Mongala President de mon pays de mon vivant? Ca Jamais! Mille fois jamais!
        Vive Maman Union Salite! Vive l’Ecide! Vive le Soldat du Peuple!

  14. UNE PARENTHÈSE OU UNE RÉFLEXION ?!
    En nous lisant et nous relisant je me hasarde à en tirer un constat qui n’est pas moins utile à comprendre le bon potentiel d’un débat pour le pays !
    En effet je suis convaincu que certains tirent des déductions biaisées en croyant que ceux qui relatent ici les mauvaises nouvelles sur notre pays prendraient plaisir ou auraient intérêt à le faire. Hélas trois fois non, un ‘narratif’ qui ne conterait que ce qui va est souvent une fuite en avant qui nous empêche d’epingler les failles qui devraient, qui doivent constituer les indispensables leviers à partir desquels nous devrions bâtir notre nouveau Congo ! Je le pense vraiment comme je pense qu’une démocratie serait la bonne forme pour notre État et en démocratie il faut un pouvoir et des contre-pouvoirs…

  15. A propos des élections des experts de l’Onu dépêchés à la demande de la Ceni vienent de pondre un curieux rapport où ils doutent de leur organisation en 2023 en raison des defis serieux sécuritaires principalement liés à l’insécurité et l’etat de siege à l’Est et d’un défi financier pour un processus couteux dont la Ceni n’a meme pas encore l’argent necessaire pour l’achat du materiel electoral. Ils en deduisent des scenarios d’affrontements politiciens mais comme s’ils ne tenaient pas compte de ce qui s’est déroulé dans le passé où les conditions etaient presque les memes. Leur premier scénario est celui d’une alliance entre l’Union sacrée avec le FCC, le second est celui d’une alliance entre le FCC avec un autre partenaire de l’opposition et enfin un scénario plus sombre d’un boycott du FCC provoquant une grave crise politique. Mon problème est qu’au lieu de se baser dans leurs previsions des obstacles réels sur le chemin pour justifier leur glissement, ils se lancent dans des prévisions d’affrontements que tous les pouvoirs ont endigues dans le passé. Allez lire l’info sur Radio Okapi mais moi ce rapport ne m’éclaire pas davantage.

Comments are closed.

Previous post Beya en liberté provisoire… Mbelu « désavoué »?
Next post Lubumbashi: Le gouvernement devrait mettre fin aux taxes surla récolte de denrées alimentaires des artisans