Questions directes à Honoré Ngbanda

Read Time:20 Minute

Ancien conseiller spécial du président Mobutu en matière de sécurité, Président national de l’Apareco (Alliance des patriotes pour la refondation du Congo), Honoré Ngbanda Nzambo Ko Atumba commente quelques sujets d’actualités pour les lecteurs de Congoindependant.com.

Comment allez-vous?

Je me porte très bien, par la grâce de Dieu.

De nombreux compatriotes s’interrogent sur votre pays de résidence. Que leur répondez-vous?

Quelque chose me chiffonne sur l’acharnement de ces compatriotes à me localiser. Cela fait plus de treize ans que je vis en exil. Pendant douze ans, personne ne s’est intéressée à connaître mon adresse de résidence. Pourquoi cet intérêt brusque juste maintenant au moment où je suis le plus recherché par les ennemis de mon pays que j’ai décidé de combattre? Vous savez, le combat de la résistance dans laquelle je me suis engagée n’est pas une vue de l’esprit. C’est ma vie et celles des autres qui sont en jeu. A cause de cela, les lobbies tutsis rwandais, ougandais et congolais qui soutiennent le pouvoir d’occupation que nous combattons dans notre pays ont mobilisé tous leurs réseaux pour me « stopper ». Je dois par conséquent entourer tous mes mouvements et séjours d’une très grande discrétion. Il ne faut pas confondre courage et témérité. Je dois me protéger. Car personne n’ignore le degré de ramification des lobbies tutsis et leurs alliances avec les puissants lobbies mafieux dans le monde, particulièrement en Europe et en Afrique. Tous mes proches collaborateurs ont affichés sur notre site leurs coordonnées de contact. Ils sont tous en contact quotidien avec moi. Si quelqu’un a vraiment besoin de me joindre, il n’a qu’à passer par l’un deux. Les structures organiques d’un mouvement sont faites pour cela justement.

La publication du calendrier électoral par le président de la défunte Commission électorale indépendante (C.E.I) continue de susciter la controverse. Quelle est votre position sur les élections de 2011?

Avant de vous donner ma réponse, permettez-moi de relever la tendance de notre élite politique et intellectuelle à refuser d’analyser objectivement – sans état d’âme ni parti pris – les grands événements de l’histoire de notre pays et à opérer des projections vers l’avenir pour anticiper sa réaction face aux enjeux de notre histoire. Je ne peux m’empêcher de relever également notre tendance à une sorte d’amnésie collective qui nous empêche à nous souvenir de nos erreurs passées ou récentes. Voilà pourquoi nous retombons souvent dans les mêmes erreurs.

Que voulez-vous dire?

Je voudrai simplement dire que je n’ai pas connaissance d’un seul pays au monde – occupé de surcroît par des forces militaires et politiques étrangères – où ses citoyens ont réussi à le libérer en organisant des élections, sous l’égide du même pouvoir d’occupation. Les Congolais pensent-ils sérieusement mettre fin au pouvoir d’occupation en place en battant le dictateur et l’oppresseur étranger aux élections organisées et contrôlées par ce dernier?

Votre position était plutôt moins radicale lors des consultations politiques de 2006. N’est-ce pas contradictoire?

Absolument pas! Je m’explique. En 2006, Jean-Pierre Bemba m’avait demandé lors d’une rencontre à Paris de ne pas lancer un appel au boycott des élections et de soutenir sa campagne électorale. Bemba m’a, à cette occasion, exprimé toute sa conviction qu’il remporterait ces élections, car il avait pris toutes les dispositions pour contrôler les urnes et les procès-verbaux de dépouillement grâce à un centre de dépouillement parallèle de sorte que les résultats soient diffusés immédiatement. J’ai dû, à l’époque, me faire violence. J’ai donc promis à mon interlocuteur qu’il pouvait compter sur moi pour diffuser à travers le site de l’Apareco les résultats des élections qui nous seraient communiqués du centre de dépouillement parallèle de l’U.N.! Vous vous souviendrez que le site Apareco qui diffusait chaque jour les résultats du dépouillement, avait annoncé en son temps, le résultat final du second tour des présidentielles qui était de 52% pour Jean-Pierre Bemba, et 48% pour « Joseph Kabila ». Et le dernier rapport confidentiel de {Théodore} Mugalu {le chef de la Maison civile} à son chef vient de confirmer ces chiffres qu’avaient aussi annoncés Radio Vatican. Mugalu parle même de « débâcle électorale ». Or, si vous regardez bien, les conditions qui étaient réunies en 2006 sont dix fois meilleures que celles de 2011.

Qu’est ce qui a changé depuis 2006?

C’est si simple. En 2006, Jean-Pierre Bemba, le challenger de « Kabila », avait des moyens et des chances de battre l’imposteur comme nous venons de le décrire longuement: il avait le pouvoir, l’armée, l’argent, les moyens de transports (avions, bateaux, hors-bords, véhicules…), et en plus, il avait l’appui d’une forte coalition politique de toutes les provinces du pays réunies au sein de l’Union pour la Nation (U.N.). Qui parmi les prétendants pour 2011 pourrait se targuer de réunir aujourd’hui les mêmes atouts pour affronter le dictateur rwandais qui contrôle seul toute la presse et toutes les finances du pays qu’il gère comme son patrimoine privé? Je m’interroge franchement sur les mobiles profonds qui poussent les leaders de l’opposition à conduire, pour une seconde fois, le peuple congolais dans une même aventure qu’en 2006! Ces opérateurs politiques sont tous conscients des conséquences néfastes de leurs actes. Ils n’ignorent guère que leur engagement va octroyer une fausse légitimité au régime d’occupation dans notre pays.

Préconisez-vous le boycott des élections de 2011?

Absolument! C’est un appel solennel que nous lançons à nos concitoyens. Comment voulez-vous mobiliser le corps électoral en faveur d’un vote qui ne sera nullement libre, transparent et démocratique dans un pays où tous les secteurs névralgiques de l’Etat ploient sous le joug de l’occupation?

C’est-à-dire?

Commençons par le domaine de la Sécurité. Depuis la « transition » en RDC, j’ai sorti des documents secrets de l’Union européenne dans lesquels les experts occidentaux affirment noir sur blanc que « Kabila » ne manifeste aucune volonté de mettre sur pied une armée nationale congolaise. Avant les élections de 2006, j’avais attiré l’attention du personnel politique à ce sujet. La réalité est là: aujourd’hui, après dix ans de pouvoir de « Joseph Kabila », dont cinq ans de mandat électif, le Congo n’a toujours pas d’armée nationale. Au contraire, nous avons plutôt connu l’élimination massive des meilleurs officiers congolais et leur remplacement par des officiers rwandais du CNDP qui ont massivement infiltré notre armée à tous les niveaux du commandement. Toujours dans ce domaine de la sécurité, durant cinq ans de son mandat électif, malgré l’urgence qu’imposaient tous les événements vécus, « Kabila » n’a pas daigné organiser le recensement des Congolais; ainsi, il n’a pas non plus créé de pièce d’identité congolaise.

Selon vous, il s’agit donc d’omissions délibérées…

Toutes ces omissions sont volontaires! Cela fait parti du plan de « Kabila » avec Kagamé: pendant les cinq années de son mandat, avec l’aide de son frère Kagamé, « Kabila » a organisé à l’Est de la RDC plusieurs vagues d’infiltration des Rwandais qui sont venus occuper les villages et les terres arables des Congolais autochtones qui ont été massivement chassés de leur terre natale par les militaires rwandais du CNDP et des FDLR. Ces militaires rwandais font la loi dans les deux Kivu qui sont devenus aujourd’hui de facto territoire rwandais! Tout ce plan a un but: lors des préparatifs des élections de 2011, ces millions de Rwandais infiltrés chez nous recevront tous les cartes d’enrôlement qui feront d’eux des citoyens congolais comme vous et moi. Ils grossiront ainsi le nombre de ceux qui les ont déjà précédés avant 2006. Au moment où nous parlons, les Rwandais sont en passe de devenir majoritaires dans les deux provinces du Nord et du Sud Kivu. Ils le sont déjà dans le chef lieu du Nord Kivu: Goma! Le projet de Kagamé et « Kabila » est qu’une fois devenus majoritaires, les ressortissants rwandais, devenus citoyens congolais par la magie des cartes d’électeurs et d’autres infiltrations clandestines notamment au sein de l’armée, réclameront « légalement » l’organisation d’un référendum pour l’autodétermination des territoires congolais occupés par eux. Le cas actuel du Sud Soudan crée une « jurisprudence » même si les données ne sont pas les mêmes.

C’est un « plan diabolique » que vous venez de décrire…

Les faits sont patents. Depuis 2006, le peuple congolais a été plusieurs fois convié à une série de shows médiatico- militaires pour le distraire et camoufler le développement fulgurant du processus d’occupation et de pillage des territoires occupés: Accords d’Ihoussi, opération Umoja wetu, Kimia I et II, Amani, Opération conjointe des armées rwandaises et congolaises pour éradiquer les FDLR qui sont curieusement devenus plus opérationnels que jamais. Cette opération dite conjointe a seulement servi à injecter plusieurs milliers de soldats et officiers rwandais au sein des FARDC. C’est ce que je vous ai dit au début de l’entretien: le problème de l’amnésie collective de l’élite congolaise; phénomène qui profite aux occupants rwandais. Pour vous citer deux cas seulement: Qui parle encore du dossier Nkundabatware en RDC? Qui traite encore le dossier Ntaganda? Personne!

Les faits démontrent que Kabila continue à étendre son emprise sur l’économie et l’appareil d’Etat…

Les domaines politiques et socio-économiques démontrent que la RDC n’appartient plus aux Congolais: Le peu de progrès démocratique enregistré durant la transition sous Mobutu a totalement disparu. Les gens oublient que quand l’AFDL est entré au Zaïre en 1996, après la fin de la Conférence nationale souveraine, il n’y avait plus un seul prisonnier politique sur toute l’étendue de la République, et la presse nationale était devenue totalement libre! Aujourd’hui, plus de 5000 militaires et 600 civils croupissent dans la prison de Makala pour délit d’opinion. Il faut ajouter plusieurs centaines d’assassinats d’hommes politiques, d’officiers de la police et de l’armée, de journalistes, de défenseurs des droits de l’Homme et j’en passe. La RDC vit aujourd’hui sous un régime sanguinaire qui sème la terreur et le sang des Congolais pour les réduire au silence. De plus, Les différents rapports d’experts de l’ONU, de l’Assemblée nationale congolaise (Voir le rapport Lutundula et Lunda Bululu à titre d’illustrations), tous ces différents rapports disais-je, stigmatisent suffisamment le pillage de notre économie au profit de l’étranger. Je n’ai guère besoin de m’y étendre pour convaincre. Le vrai problème, comme je vous ai dis au début: c’est l’amnésie collective de notre élite, l’absence de patriotisme et la peur de perdre des avantages privés acquis!

Les faits que vous relatez sont effectivement alarmants. Reste que certains citoyens congolais peinent à comprendre qu’un grand pays comme le Congo-Kinshasa soit aujourd’hui assujetti par le « petit Rwanda ». Selon vous, comment est-on arrivé là? Quelles sont les erreurs qui ont été commises sous l’ancien régime?

J’ai deux précisions avant de répondre à cette importante question. On peut aimer ou ne pas aimer Mobutu, tout Congolais sait que, sous son régime, pas un mètre carré du territoire national n’a été arraché ni occupé par un seul des neuf pays voisins qui nous entourent. Deuxième précision, en 1996, le Zaïre n’a pas été attaqué par le seul Rwanda. Il l’a été par les armées régulières de six pays africains. Outre le Rwanda, il y a le Burundi, l’Ouganda, l’Angola, le Tchad et l’Erythrée. Et toute cette armada était soutenue par des puissants moyens technologiques d’observation et de communication de l’armée et des services spéciaux des Etats-Unis d’Amérique, sans compter l’appui diplomatique des pays occidentaux. C’est après avoir chassé Mobutu que l’armée et l’intelligentsia rwandaises se sont installées au pouvoir au Zaïre devenu RDC, pour poursuivre leur plan d’occupation et de balkanisation. Il est cependant vrai, pour répondre maintenant à votre question, que l’échec de la politique sociale de la 2e République a fait le lit des agresseurs du Zaïre qui se sont servi de cette misère du peuple zaïrois pour lui faire croire que leur guerre d’invasion était plutôt une « guerre de libération ». Même certains grands leaders zaïrois de l’opposition ont énormément contribué à démobiliser les militaires des FAZ en les invitant à ne pas se battre contre les « libérateurs ». Ils ont été largement entendus et suivis! Mais Treize ans après, si le petit Rwanda continue à dominer et à exploiter le grand Congo avec une petite marionnette rwandaise placée à sa tête, c’est parce que l’élite congolaise accepte l’asservissement et l’humiliation pour la conservation des intérêts purement égoïstes.

Vous avez été dans le premier cercle du pouvoir. Comment expliquez-vous qu’en 1996, la RD Congo n’avait plus un seul avion de combat pour défendre son immense territoire?

J’ai longuement et largement analysé et expliqué cette situation dans mon livre « Ainsi sonne le glas. Les derniers jours du Maréchal Mobutu », dans lequel j’ai fait une autocritique des erreurs qui ont précipité la fin de la 2e République. C’est pour vous dire que je suis pour l’autocritique des nos actions. Quand on sait que dans les années 1980, les FAZ avaient 12 avions de chasse de fabrication italienne (Macchi) et françaises (Mirage), plus de 4 hélicoptères et 4 gros porteurs C130…., et que quelques années après lorsque le pays est agressé il n’y ait plus un seul avion, vous pouvez appréhender par-là, l’ampleur de l’incurie qui régnait au sein des FAZ au niveau du commandement et de management. Mais la situation qui doit aujourd’hui nous préoccuper, treize ans après la mort de Mobutu, ce n’est pas la mauvaise gestion de l’armée pendant la 2e République, c’est plutôt l’absence totale d’une armée congolaise pour défendre l’intégrité de notre territoire national. Quand nous aurons mis sur pied une nouvelle armée congolaise forte et dissuasive vis-à-vis de nos voisins, alors nous pourrons parler de sa gestion, de son moral et de sa discipline, en nous inspirant des erreurs et des expériences positives du passé pour progresser.

Dix années après son arrivée au pouvoir dans les conditions que l’on sait, Joseph Kabila contrôle aujourd’hui tout l’appareil d’Etat y compris les finances et l’économie. On assiste au retour d’un régime dictatorial. Comment interprétez-vous ce « recul démocratique » dans la mesure où la grande majorité des « conférenciers » qui avait plaidé pour l’avènement d’un ordre politique fondé sur la démocratie exerce des responsabilités dans les institutions actuelles?

Quand vous considérez les origines rwandaises de « Joseph Kabila », son niveau d’instruction et son niveau d’expérience politique et militaire d’une part, et quand vous comparez d’autre part ce niveau à celui des nombreux et éminents hommes politiques et militaires congolais dont certains ont vaillamment bravé Mobutu, mais qui font aujourd’hui des courbettes devant ce jeune étranger inculte pour ramasser des miettes qu’il leur jette sous la table, vous aurez alors compris que la cause de nos malheurs réside en nous-mêmes en tant qu’élite de ce grand pays. C’est le phénomène de l’amnésie collective et individuelle et l’absence d’idéal et de civisme que j’ai stigmatisé au début de cet entretien. Le goût d’intérêt conduit au vagabondage politique; et le vagabondage politique conduit à l’immoralité politique et à l’absence totale des valeurs. C’est cet environnement d’une élite congolaise amorale et servile qui favorise l’instauration rapide de la dictature par « Joseph Kabila ». Regardez: contre qui nous battons-nous aujourd’hui sur le terrain? Pas contre les Rwandais ni contre leur frère « Kabila », mais contre nos propres frères congolais au service des occupants étrangers! C’est là le fond du problème. Ne nous voilons pas les yeux! La force de « Kabila » et des Rwandais viennent du soutien des Congolais eux-mêmes!

Que faire pour sortir le Congo de cette situation?

Quand j’ai engagé la phase active du combat de libération sur le terrain en RDC, j’avais sous-estimé le degré de servilité de l’élite congolaise et de son niveau d’assujettissement au pouvoir d’occupation rwandaise. C’est un obstacle majeur à toute action tendant à sortir notre pays de la situation d’humiliation que nous connaissons. Le Congolais est son propre ennemi avant les agresseurs étrangers. Si l’élite congolaise d’abord et le peuple congolais ensuite ne s’assument pas, en prenant conscience de la gravité de la menace de l’existence même de notre pays en tant qu’Etat, nos ennemis continueront à se servir de nous contre les intérêts de notre peuple. Et tous les efforts pour la libération de notre pays rencontreront un grand obstacle sur son chemin. Voilà pourquoi, nous poursuivons, sans relâche, sur le terrain, ce combat de rassemblement de tous les fils et filles de notre pays pour créer une forte synergie devant conduire à la libération rapide de notre pays.

Du mois de novembre 2009 à mi-janvier 2010, le site Apareco a relayé les communiqués publiés par Ambroise Lobala qui se présentait comme étant le porte-parole des « Patriotes résistants de Dongo », rebaptisés « Patriotes résistant congolais ». A Kinshasa, on désigne ces combattants sous le nom d' »Enyele ». Qu’est devenu ce mouvement? Quel rôle avez-vous joué au sein de cette organisation?

Le phénomène Enyele a connu deux phases distinctes qu’il ne faut pas confondre: il y a eu d’abord à l’origine un conflit qui fut purement ethnique. Mais « Joseph Kabila » a voulu par la suite profiter de ce conflit pour exterminer tous les jeunes gens des environs de Dongo, parce que ce fut le bastion des milices du MLC de Jean-Pierre Bemba. Il envoya à cette fin sa « Garde républicaine » en tenue de policiers. La suite est connue. Nous avons immédiatement répondu au S.O.S de ces jeunes gens qui avaient besoin d’abord d’expliquer la cause de leur soulèvement. Comme vous le savez sans doute, les médias d’occupation continuaient à déformer la vérité en les présentant comme des simples bandits locaux. Ensuite, ces jeunes avaient besoin de relayer leur appel à tous les jeunes patriotes du Congo pour en finir avec l’imposture et l’occupation. Et je leur ai offert ces deux services tout en déclinant les offres de leadership militaire de leur combat.

Pourquoi?

J’ai refusé l’offre de Museveni en 1998 de prendre la tête d’une rébellion contre LD Kabila; j’ai refusé, entre 1999 et 2004, plusieurs offres des différents dirigeants des « rébellions » à les rejoindre dans le maquis. Ce n’est pas aujourd’hui que je vais accepter de rejoindre un autre mouvement dont les structures organiques baignaient dans un certain flou.

N’est-ce pas un discours paradoxal de la part d’un homme qui a toujours dénoncé l' »occupation » du pays?

Nullement! J’estime personnellement qu’il faut éviter les effets collatéraux de la rébellion: c’est le sang du peuple qui coule plus que celui des belligérants.

Que préconisez-vous concrètement?

J’estime qu’il faut affronter l’ennemi directement en face pour éviter l’effusion de sang des innocents. Regardez les dizaines de milliers de nos compatriotes civiles qui ont fui, à cause de la guerre, Dongo et les environs, et qui se sont réfugiés en République sœur du Congo dans des conditions effroyables depuis plusieurs mois. Personne ne vient aujourd’hui à leur secours. Ces gens là souffrent innocemment. On sait toujours comment et quand on commence une guerre civile, mais on ne sait jamais comment on la termine. C’est un problème de principe. Et c’est mon choix. Il va sans dire que je respecte le choix de chaque patriote sur ses moyens de se battre. L’Apareco n’a pas le monopole de la libération. Elle est certes à l’avant-plan de ce combat, mais elle ne doit pas empêcher ceux qui veulent utiliser d’autres voies de le faire. La seule que nous ne soutiendrons jamais est celle d’aller aux semblants d’élections avec les occupants pour légitimer leur occupation.

Quel est, au jour d’aujourd’hui, l’état du « combat » mené par la Résistance?

Dans le combat que nous menons, il y a deux catégories de gens. D’un côté il y a des patriotes qui ont accepté de prendre des risques et de faire des sacrifices. Ces patriotes sont soit en dehors du pays et soit à l’intérieur sur le terrain du combat. Au front face à l’ennemi ou au milieu de lui. Ceux-là, comme votre organe de presse et de combat: Congo Indépendant, n’ont pas le temps de se lasser, car ils ne voient pas le temps s’écouler. Et dans cette catégorie de résistants, quand tu te fatigues, tu décroches toi-même. Mais il y a ensuite la catégorie des patriotes résistants « spectateurs » qui se contentent de chercher des nouvelles et d’attendre les résultats du front, confortablement assis chez eux, sirotant du thé ou de la bière, et commentant les erreurs et les insuffisances des combattants. C’est là qu’on trouve beaucoup d’impatients qui se déclarent… »fatigués ». Je me pose alors la question: ils sont fatigués de quoi? D’attendre, assis dans leur salon? Je vous prie de me laisser m’occuper plutôt du moral de ceux qui se sont réellement engagés dans la dynamique du combat, particulièrement des jeunes gens qui exposent leur vie en sacrifice. C’est d’eux que dépend la libération du pays. Quant à la durée du combat, il est vrai qu’il nous a pris plus de temps que prévu pour des raisons que je viens d’évoquer plus haut. Le seul délai, c’est la victoire. Et elle vient souvent au moment où on s’y attend le moins!

Je reviens à ma question initiale. Que sont devenus les « Enyele » ou « Patriotes résistants congolais »?

Ils sont là. N’oublions pas qu’ils sont dans leur région. Ils sont chez eux. Tout ce que je peux vous dire avec certitude, c’est qu’on n’a pas encore fini d’entendre parler d’eux!

Un rapport du Haut commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme accuse l’armée rwandaise de Kagame d’avoir commis de massacres de réfugiés Hutus sur le sol congolais assimilables à un génocide. Quel est votre commentaire?

J’ai toujours dit que la Vérité est un attribut de Dieu et que personne ne saurait l’anéantir. Cette justice que j’appelle de tous mes vœux dans mon dernier livre « Crimes organisés en Afrique centrale. Révélations sur les réseaux rwandais et occidentaux », au chapitre 4 de la page 171 à la page 182, je décris avec force détails, sous le titre « Ces morts que personne ne pleure », les horreurs des massacres que l’armée rwandaise, sous le commandement de James Kabarebe, alors colonel, a perpétré à travers la forêt équatoriale, à partir de Goma jusqu’à Mbandaka. Un certain « Commandant Hypo », aujourd’hui « Joseph Kabila », était son bras droit durant toutes ces opérations sauvages. Kagamé a fait pression sur Laurent-Désiré Kabila pour bloquer les travaux d’enquête, les rapports de Roberto Garreton et Emma Bonino, et pour dissimuler les preuves des massacres en jetant dans le fleuve les ossements déterrés des fosses communes à Iyonda, près de Mbandaka. Je détiens certaines copies des messages envoyés par le responsable de l’ANR à l’époque, Monsieur {Georges} Leta aujourd’hui en prison à Makala, au responsable de l’ANR à Mbandaka transmettant ces instructions. Comme vous voyez, le mensonge prend souvent l’ascenseur, tandis que Dieu avec sa vérité monte lentement par l’escalier et finit toujours par rattraper le mensonge! Nous devons nous mobiliser autour de ce rapport pour que tous les auteurs de ces crimes qui sont tapis dans l’ombre du pouvoir chez nous soient tous jugés. Personnellement, j’ai demandé au vice-président de l’Apareco, Maitre Ndala wa Ndala, d’étudier avec d’autres juristes, voir même d’autres leaders de la résistance, les actions à mener dès maintenant pour que les lobbies mafieux et des vautours ne nous fassent pas de hold-up sur ce dossier en tentant de l’enterrer!

Le mot de la fin?

Je tiens à rappeler à mes compatriotes congolais qu’aucun pays du monde, occupé militairement, économiquement et politiquement n’a jamais été libéré par les élections. On ne balaye pas une maison qui brûle! On ne négocie pas avec le pyromane qui a déjà mis le feu à la maison, on s’attaque au feu! Les pyromanes, ce sont les puissants lobbies mafieux qui ont financé l’invasion de la RDC. Le feu: ce sont les assaillants et les occupants rwandais, avec Kagamé et Kanambe en tête, qui pillent systématiquement les richesses de la RDC au profit du Rwanda, et œuvrent pour la balkanisation de notre pays. Je considère que la démocratie n’a un sens que si à la base, les citoyens jouissent des libertés fondamentales et exercent collectivement leur souveraineté sur toute l’étendue de leur pays. Si non, la démocratie risque de n’être qu’un cirque, pire, un enfer dont les portes d’entrée sont couvertes d’images trompeuses des anges et des saints au Paradis en train d’adorer Dieu! Je lance un appel patriotique, que dis-je, un cri d’alarme à l’adresse des leaders politiques et religieux congolais: ne récidivons pas dans l’erreur de 2006. Nous devons tous ensemble prendre notre courage à deux mains pour exiger et poser les bases des conditions de souveraineté, de sécurité, de liberté individuelle et de stabilité de notre pays, la République Démocratique du Congo, avant d’envisager l’éventualité d’organisation des élections réellement démocratiques et transparentes. Or la condition sine qua non est de mettre fin au système d’occupation actuellement en vigueur dans notre pays. Nous devons, pour y parvenir, mettre de côté nos ego et des rivalités puériles pour des luttes de positionnement individuel, et privilégier, pour une fois, le bien-être de notre peuple et l’intégrité de notre territoire national. Les générations futures nous en sauront gré.

 

Propos recueillis par Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Joseph Olenghankoy Mukundji, président des Fonus
Next post Questions directes à Ruffin Bosenge