Ramazani Shadary a (enfin) présenté son programme: Un air de déjà entendu!

Désigné « dauphin » du Président hors mandat le 8 août dernier, Emmanuel Ramazani Shadary a attendu 103 jours calendrier avant de divulguer son « programme d’action ». Un programme qui est, en fait, une compilation des thèmes à la mode claironnés jadis par « Joseph Kabila » durant ses dix-sept années d’exercice du pouvoir d’Etat. L’homme promet de faire mieux que son « parrain » au plan budgétaire: 86 milliards de dollars à mobiliser en cinq ans. Ouf! Pour la petite histoire, l’absence de programme n’a pas empêché le candidat du « Front commun pour le Congo » (FCC) à la présidentielle du 23 décembre d’engranger des ralliements. Les uns aussi opportunistes que les autres. Depuis la restauration du pluralisme politique en avril 1990, la perspective du partage des postes est devenue le moteur de l’activisme politique.

Evariste Boshab

Lundi 19 novembre, Emmanuel Ramazani s’est finalement présenté devant ses « amis » du FCC et le grand public. Un moment solennel pour donner lecture du « programme d’action » rédigé à son intention par la cellule « programme commun de gouvernement ». Celle-ci a pour coordonnateur Evariste Boshab, un des « vieux briscards » de la mouvance kabiliste qui ne peut incarner la rupture. Encore moins, le renouveau. Directeur de cabinet du Président de la République, président de l’Assemblée nationale, secrétaire général du PPRD, le parti présidentiel et ministre de l’Intérieur et sécurité. Ce sont là les différentes fonctions exercées par le « professeur Boshab ».

Au lendemain de son accession à la tête de l’Etat congolais, fin janvier 2001, « Joseph Kabila » déclarait dans sa toute première interview accordée au quotidien bruxellois « Le Soir » que « ma priorité sera le social ». Cette promesse n’a jamais été suivie d’effet. La pauvreté a littéralement explosé au point que les pompes funèbres sont cotées parmi les entreprises les plus rentables.

Dans sa « récitation », le « dauphin » n’a pas dérogé à cette règle démagogique consistant à proclamer que l’homme sera « au centre de l’action ». « Je fonde la vision qui porte mon action sur la valorisation de l’homme congolais, de sa fierté et de sa dignité », a-t-il déclaré en soulignant son ambition de mobiliser 86 milliards de dollars américains pour matérialiser ce rêve.

A en croire Ramazani, « son » programme s’articule sur quatre « axes prioritaires ». A savoir notamment: l’accès aux services sociaux de base, le renforcement de l’autorité de l’État, la construction d’une économie diversifiée, la lutte contre la corruption et le renforcement du… rôle géostratégique du Congo-Kinshasa. Du blablabla!

LE « CONTINUATEUR » DU « RAIS »

Pour lui, ces orientations devraient placer le pays sur « l’émergence » à l’horizon 2020. C’est-à-dire dans deux ans. Le pays devrait accéder au « statut » de « pays développé » en 2030 grâce au budget quinquennal précité.

Comme son « parrain » « Joseph Kabila », Shadary a pris l’engagement de « lutter contre la corruption » et « l’abus du pouvoir ». Il a promis de combattre « le clientélisme, l’abus du pouvoir, l’impunité, la corruption et la fraude ». Comment pourrait-il le faire dans ce pays où l’Etat, en tant que pouvoir politique, se confond avec la mouvance kabiliste dite « majorité présidentielle »?

Joseph Kabila Kabange. DANIEL ETTER / DER SPIEGEL

L’orateur s’est présenté en « continuateur » de la « bataille entamée » (sic!) par le « raïs ». Continuateur. Quel titre redoutable au vu du bilan calamiteux des années « Joseph Kabila »? Quelle est finalement la véritable mission confiée à Shadary? Serait-il chargé de maintenir le Congo-Kinshasa à genoux pour préserver les intérêts mafieux des oligarques en place ainsi que ceux de leurs mentors?

Prétendant réaliser en une législature ce que son « parrain » n’a pu faire en dix-huit années de pouvoir quasi-solitaire, Emmanuel Ramazani Shadary se propose, une fois élu, de faire générer pas moins de 100.000 emplois. Un calcul mental rapide donne: 20.000 emplois par an. On imagine que les investisseurs – les vrais – n’attendent que l’investiture de « Monsieur Ramazani » pour sauter dans le premier avion à destination de l’ex-Zaïre qui reste, deux décennies après Mobutu Sese Seko, un pays à haut risque pour les investissements.

MARCHÉ DE DUPES

La candidature d’Emmanuel Ramazani Shadary présente tous les reliefs d’un marché de dupes. Et pour cause? Après dix-huit années d’exercice du pouvoir d’Etat, « Kabila » et les membres de la nomenklatura se sont affranchis de l’obligation de rendre compte. L’ « accountability ». Ils veulent conserver le pouvoir. Et ce en dépit du fait qu’ils n’ont pas de « nouveau rêve » à proposer aux Congolais.

Un mois après sa « victoire » à l’élection présidentielle de 2006, « Joseph Kabila » avait annoncé – tel un prestidigitateur qui sort un pigeon de son chapeau – le programme dit « Les cinq chantiers du chef de l’Etat ».

Dans une interview accordée au « Soir » de Bruxelles daté du 16 novembre 2006, l’homme, qui avait battu campagne sur le thème « Artisan de la paix », déclarait: « J’ai identifié cinq chantiers urgents: d’abord, les infrastructures – routes, rails, ponts -, il faut que les régions soient reliées les unes aux autres, que les gens puissent circuler. Ensuite, la création d’emplois, qui passe par les investissements ». Il poursuit: « Troisième chantier: éducation. Ecoles primaires, secondaires, universités, tout est à reconstruire. Quatrième chantier: l’eau et l’électricité. (…)« . La population attend toujours les résultats.

Dans une autre interview accordée au même quotidien bruxellois en date du 9 mai 2009, « Kabila » de parler d’un autre « chantier » celui de la lutte contre la corruption. « (…), bientôt, au niveau du cabinet du président, il y aura un conseiller spécial en charge de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption », s’écriait-il.

La nomination dudit conseiller spécial n’est intervenue  que six années après soit le 31 mars 2015. Dieu seul sait les difficultés auxquelles fait face le conseil spécial Luzolo Bambi Lessa pour faire déférer en justice les criminels à col blanc et autres puissants du moment qui gravitent autour de la « famille présidentielle » en général et de la fratrie « Kabila » en particulier.

Kabila / Shadary

BLANC-BONNET, BONNET-BLANC

Lors de l’inauguration de son dernier mandat le 20 décembre 2011, le successeur de Mzee a surpris l’opinion en éludant le bilan des « Cinq chantiers » (2006-2011). Contre toute attente, il passa à autre chose en annonçant un nouveau « projet de société » dénommé « la révolution de modernité ». « Ce projet, expliquait-il, vise à faire de la République Démocratique du Congo, un pool d’intelligence et de savoir-faire, (…), un grenier agricole, une puissance énergétique et environnementale, une terre de paix et de mieux-être, une puissance régionale au cœur de l’Afrique ».

« Joseph Kabila » et Emmanuel Ramazani Shadary utilisent quasiment les mêmes éléments de langage. On peut épingler essentiellement: « l’émergence du pays », une « économie diversifiée » pour l’un et « une économie forte, dynamique, compétitive, moins dépendante d’un seul secteur », pour l’autre. Sans oublier, la créatrice des emplois.

Lors de son discours sur l’état de la nation le 19 juillet 2018, le président hors mandat a avoué que le social n’a jamais fait partie de ses priorités: « (…), les conditions sociales de nos populations demeurent globalement préoccupantes, en raison du seuil important de pauvreté, particulièrement en milieux ruraux et semi-urbains ». Il a avoué également la dégradation de la qualité de l’enseignement: « De même, les progrès incontestés dans le domaine de la scolarisation de nos enfants ne devraient pas occulter la nécessité de nouveaux investissements à faire en vue d’améliorer la qualité et l’efficacité de notre système éducatif ».

En septembre 2014, un rapport de l’Unesco dénombrait 18 millions d’adultes congolais qui ne savaient ni lire ni écrire. Il faut être un parfait naïf pour espérer que Ramazani Shadary puisse faire mieux là où « Joseph Kabila » a fait pire. C’est blanc-bonnet, bonnet-blanc!

 

Baudouin Amba Wetshi