RDC: la FEC continue d’exiger la cessation de paiement du timbre fiscal aux entreprises locales pour éviter la hausse des prix de plusieurs produits sur le marché (Leny Ilondo)

Read Time:4 Minute

Mercredi 4 mai 2022 – 17:27Économie

1

Leny Ilondo, Administrateur et Président de la commission nationale industrie de la FEC. Ph. Droits tiers.

La Fédération des Entreprises du Congo (FEC) continue d’exiger le retrait de l’arrêté du Ministre des Finances, Nicolas Kazadi, portant mise en application du système de traçabilité des droits d’accises (STDA), qui conditionne l’acquisition des vignettes fiscales pour marquer les produits fabriqués localement, les produits importés, les tabacs et monitorer les services de la téléphonie mobile.

Le Patronat congolais alerte le Gouvernement sur le fait que la démarche de la DGDA va accentuer l’augmentation des prix des produits d’accises sur le marché, la baisse de la production locale et des recettes de l’Etat, conséquences du non-retrait de cet arrêté.

Au cours de l’émission Parole aux auditeurs à la Radio Okapi, du 03 mai 2022, M. Leny Ilondo, Administrateur et Président de la commission nationale industrie de la FEC, a fait savoir que le patronat congolais ne s’oppose pas au système de traçabilité mais plutôt à l’arrêté du Ministre des Finances qui viole les lois et règlements de la République.

Les droits d’accises figurent dans la structure des prix. Ils sont incorporés dans les prix. C’est-à-dire que l’Etat perçoit ces droits.

« La FEC dit au Gouvernement que l’arrêté pris par le Ministre des Finances au mois d’avril 2020, tout comme celui signé en novembre 2021, est en contradiction avec les lois et règlements de la République. Le Ministre en prenant ces arrêtés avait conféré au Directeur Général de la DGDA la prérogative de créer une redevance. Il n’y a que la loi qui peut créer impôt, taxe et redevance. C’est une entorse à la loi. Raison pour laquelle les entreprises concernées, sous la houlette de la FEC, se sont portées au Conseil d’Etat pour faire annuler l’arrêté pris par le Ministre des Finances en 2020. Le Ministre a publié un nouvel arrêté qui ne modifie en rien les préoccupations soulevées par la FEC », a-t-il fait savoir.

Et de marteler : 

« Voilà pourquoi l’Assemblée nationale, lors de l’examen du projet de Loi des Finances 2022, n’avait pas adopté la modification de l’article 52 du Code des accises. Par contre, la commission ECOFIN avait recommandé que le STDA s’applique au taux zéro c’est-à-dire prise en charge par le Trésor public. »

Le timbre fiscal, le nœud du problème

Pour Leny Ilondo, faire payer aux entreprises locales le timbre fiscal revient à les faire payer doublement sur un même produit qui a déjà supporté les droits d’accises.

Il revient à la DGDA de payer son prestataire SICPA TRACE et non faire payer aux entreprises les frais des timbres.

« L’apposition du timbre fiscal, c’est là où est le nœud du problème. Pourquoi devrions-nous payer le timbre fiscal? Le timbre fiscal est la preuve qui atteste que les droits d’accises sont payés. On ne peut pas payer deux fois pour le même produit. Si, j’ai déjà payé 10 FC pour une bouteille d’eau minérale comme droits d’accises, je ne peux pas encore payer 18 FC pour le timbre fiscal. Lorsqu’on a déjà payé à la DGDA, les droits d’accises, on ne peut plus payer le timbre fiscal », a-t-il précisé.

Il a, par ailleurs, alerté le Gouvernement sur la probabilité de l’augmentation des prix des produits à cause de l’imposition du paiement du timbre fiscal.

« Nous demandons à ce que le timbre soit apposé gratuitement après avoir payé les droits d’accises. Parce que si l’on ne le fait pas, les prix vont augmenter », a alerté M. Leny Ilondo. 

Le président de la Commission Nationale Industrie de la FEC, a aussi indiqué que le maintien du paiement du timbre fiscal va provoquer une chute de la production locale en faisant perdre à l’Etat les recettes d’une proportion de 8%.

« Il va y avoir chute de la production. L’Etat congolais qui perçoit impôts, taxes et redevances sur toute la chaîne de la valeur va voir ses recettes baissées. Et ça sera une grosse perte », a dit Leny Ilondo 

Le Ministre des Finances Nicolas Kazadi n’a pas jusque-là retirer cet arrêté déploré par le patronat congolais malgré plusieurs plaidoyers de la FEC et des rencontres avec les autorités notamment le Premier Ministre Sama Lukonde.

La requête de la FEC, introduite au Conseil d’Etat pour le retrait de cet arrêté n’a pas encore reçu gain de cause il y a de cela plus d’une année.

Ce qu’il faut savoir de droit d’accise

Le droit d’accise est un impôt indirect perçu sur la consommation et le commerce de certains produits comme l’alcool, le tabac et le pétrole avec ses dérivés. C’est l’un des impôts les plus anciens qui a longtemps été une source de revenus pour plusieurs pays. Cette taxe est acquittée à l’administration des douanes.

Soulignons également que la FEC insiste sur le fait que le système de traçabilité pose un sérieux problème dans le secteur d’importation avec plusieurs détails à fournir lors de l’activation des vignettes en vue de leur apposition manuelle et les frais supplémentaires que cela engendre.

Pour les tabacs, les prix des vignettes fixés par la DGDA ont augmenté de 550%.

Jordan MAYENIKINI

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

2 thoughts on “RDC: la FEC continue d’exiger la cessation de paiement du timbre fiscal aux entreprises locales pour éviter la hausse des prix de plusieurs produits sur le marché (Leny Ilondo)

  1. Pauvre pays dirigé par Kagame ! En RDC occupée, l’argent récolté par les Taxes et l’Impôt est rare et dilapidé en cas de perception et recouvrement. Ailleurs, plusieurs Démocraties ont des économies de service qui fonctionnent pour la plupart grâce à ces Taxes et Impôts mais l’ISOC (Impôt des Sociétés), lIPP (Impôt des Personnes Physiques), l’INR (Impôt des Non-Résidents) et la TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) sont négligés voire non perçus en RDC occupée alors que ce sont les sources sûres des Finances Publiques à part l’argent de la vente des ressources minières et autres. La FEC (Fédération des Entreprises Congolaises) qui ne crée pas d’emplois durables saisit le Conseil Constitutionnel pour annuler une Taxe (Vignette Fiscale), c’est le monde à l’envers, alors que des millions empruntés aux IFI (Institutions Financières Internationales) de Bretton Woods à savoir (FMI et Banque Mondiale) sont détournés au vu et au su de tous et placés dans des Banques étrangères et Paradis Fiscaux. CHARTE de l’IMPÉRIALISME Article 5 « Tous les dictateurs doivent mettre leurs fortunes dans nos banques pour la sécurité de nos intérêts. Cette fortune servira des dons et crédits accordés par nous comme assistance et aide au développement aux pays du tiers-monde ». INGETA

  2. @ Une digression et espère que je vais me faire comprendre, aux connaisseurs de m’expliquer ce que je n’aurais pas compris !?
    @ Attention en effet, nous savons qu’un arbre peut cacher la forêt comme selon une parole sacrée, il faut rendre à César ce qui est à César. Ici la FEC, fédération des entreprises Congolaises exige à l’Etat selon son expertise et ses intérêts la « cessation de paiement du timbre fiscal aux entreprises locales pour éviter la hausse des prix de plusieurs produits sur le marché ». Je ne comprends pas tous les dessous de cette mesure, juste que le patronat Congolais conteste un arrêté du Ministère des Finances en rapport avec le timbre fiscal. Non pas, dit-il, qu’il s’oppose au système de traçabilité mais plutôt à l’arrêté qui viole les lois et règlements d’autant que ces droits d’accises sont déjà incorporés dans les prix que l’Etat percoit déjà. Faire payer aux entreprises locales le timbre fiscal revient à les faire payer doublement sur un même produit. La FEC a par ailleurs, alerté le Gouvernement sur la probabilité de l’augmentation des prix des produits à cause de l’imposition du paiement du timbre fiscal et sur une probable chute de la production locale en faisant perdre à l’Etat des recettes.
    @ Ma question : comment en arrive-t-on à des malentendus aussi exaspérants sur des matières aussi claires, n’est-ce pas que les uns usurpent impunément la place des autres. Les lois et règlements ne peuvent vraiment porter que s’ils ont un pied à terre. J’avais lu ailleurs des comparaisons entre ceux qui réussissent mieux au pays en y étant plus entreprenant comme si cette capacité se substituait au patriotisme et comme si par ailleurs cela excusait nos autorités de ne tracer un cadre favorable aux affaires dans notre pays.
    A César ce qui est à César et au peuple ses activités, us et coutumes !

Comments are closed.

Previous post Sit-in des Forces politiques et sociales devant le Palais du peuple
Next post Communiqué des réalisateurs du film « L’Empire du silence »