Révocation imminente de plus de 200 magistrats faussaires

Plus de 200 magistrats admis dans le Corps par effraction seront révoqués ou poursuivis, selon les cas, a annoncé lundi 20 mars le ministre de la Justice et Garde des sceaux, Alexis Thambwe Mwamba, après examen du rapport de la Commission de contrôle des dossiers des magistrats.

Alexis Thambwe Mwamba a précisé que deux magistrats du tribunal de paix d’Assosa, dans la commune de Kasa-Vubu, ont été placés sous mandat d’arrêt provisoire à la prison centrale de Makala, ajoutant que deux autres sont en fuite, y compris le procureur près le tribunal de Grande instance de Bukavu.

Ce rapport a été réceptionné lundi par le Président de la Cour constitutionnelle en sa qualité de Président du Conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu, en présence du ministre d’Etat Alexis Thambwe Mwamba.

Lors de l’ouverture de la dernière session du Conseil supérieur de la magistrature, le ministre Thambwe avait stigmatisé, parmi les maux à la base de dysfonctionnement de la magistrature, notamment le mode de recrutement qui a permis l’admission au sein de ce grand corps de l’Etat des personnes détenant des faux titres académiques ou ne remplissant les conditions requises.

Selon lui, les enquêtes se poursuivent. Certains faussaires seront déférés devant la justice et que les autres renvoyés, tout simplement, de la magistrature, tandis que leurs décisions rendues ne seront pas remises en cause, du fait qu’ils ont été nommés et ont exercé leurs fonctions d’une façon régulière.

Par ailleurs, durant cette opération de contrôle, un agent administratif de l’université de Kinshasa (UNIKIN) a été arrêté pour s’être impliqué dans les activités de délivrance de faux diplômes de Droit. ACP