Sur Bld Lumumba, des milliers de soldats congolais prêts à en découdre avec le dictateur Kagamé

Read Time:1 Minute

Peu après huit heures de ce vendredi 24 juin 2022, le boulevard Lumumba a été envahi par des milliers de soldats Congolais, arme au poing défilant en rangs et entonnant des chansons de défi envers le Président Rwandais Paul Kagamé qui semble décidé à faire souffrir indéfiniment peuple congolais à l’Est du pays.

« Akeba, tokokota tii na Kigali… », « Génération Fatshi » criaient certains badauds, « Alekisi, tour oyo akozua egogo… » renchérissaient d’autres…

Paul Kagamé a eu le mérite de se mettre à dos les cent millions de Congolais. C’était perceptible dans la masse qui regardait défiler au pas de courses les soldats des FARDC.

« Qui veut la paix, prépare la guerre » dit-on. Le régime finissant de Paul Kagame a-t-il conscience que son aventurisme peut prendre fin n’importe quand et qu’il peut à tout moment, être balayé comme le fut Idi Amin Dada, un autre potentat africain qui était devenu fou du pouvoir?

Ce sont peut-être ces jeunes soldats congolais qui délivreront le Rwanda de la dictature, comme le firent leurs ancêtres de la force publique en 1916, quand ils délivrèrent Kigali de l’emprise de l’Allemagne Nazi.
Wait and see.


Par Cheik FITA | https://www.cheikfitanews.net/

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

10 thoughts on “Sur Bld Lumumba, des milliers de soldats congolais prêts à en découdre avec le dictateur Kagamé

  1. UNIFORMES
    Contraste entre les « vrais militaires » qui se battent depuis des mois en Ituri et au Nord Kivu avec ces militaires de la Garde Républicaine dont la seule mission est d´assurer la protection physique du président Félix,
    Contraste parce qu´ils portent des uniformes et des armes qu´on ne trouve en ce moment au Kivu où les membres des FARDC ne sont pas si different des milices armées qu´ils sont entrain de combattre.
    Nos militaires au front n´ont pas cette belle uniforme de la GR.. et les images en provenance du Kivu montrent l´indigence d´une armée si pauvre que les militaires doivent compter sur la logistique que la population offre en ce moment.
    Cette GR mieux armée, mieux payée, avec des uniformes neuves devrait être en première ligne á Bunagana ou Rutshuru

  2. Un tel revirement dans le chef de nos forces armées et dans l’opinion publique ne peut que nous sentir pousser des ailes à nous Congolais patriotes, mais cependant une question taraude toujours mon esprit: Que va checher le président congolais dans la East African Community? Quel intérêt Félix Tshilombo trouve-t-il de se « pacser » avec ceux-là même qui veulent la mort de la nation congolaise?

  3. SOUTENIR LES FARDC (FORCES ARMÉES RWANDAISES DÉPLOYÉES-DISSÉMINÉES AU CONGO-KINSHASA), C’EST SOUTENIR AUTOMATIQUEMENT LES OFFICIERS BANYARWANDA INFILTRÉS QUI LES COMMANDENT ! Hier bizarrement, la toile s’est enflammée à la vue de cette démonstration des forces des Soldats de la Garde Républicaine de l’imposteur Rwandais alias Joseph Kabila qu’il a cédée pour un temps au président protocolaire nommé Tshilombo-Pétain qui a une interdiction formelle d’organiser des Parades Militaires depuis 4 ans mais de sponsoriser des concerts musicaux ce 30 Juin 2022 (Cfr Concert de Wenge Musica au Stade des Martyrs de la Pentecôte 1966). Tous ses applaudisseurs Talibans Fatshigants et autres Fanatiques aveugles qui firent hier un tintamarre (RDC occupée soi-disant Ekoko ya Makasi) assourdissant sur les Réseaux Sociaux ont carrément oublié qu’une Armée infiltrée, commandée par les Officiers Militaires étrangers Occupants Banyarwanda n’est plus une ARMÉE RÉPUBLICAINE et ne gagnera jamais une Guerre pour sécuriser l’intangibilité de ses frontières poreuses, passoires. Forcément cette caste de Kongolais abrutis, abêtis, manipulés, ignorants ne (savent) sauront jamais que leurs ennemis intérieurs sont les Politichiens RDCIENS corrompus, médiocres, Escrocs Voleurs qui ont fait entrer leurs ennemis extérieurs (Rwanda, Ouganda, EAC, Monusco, Impérialisteme Occidental) pour les exterminer. L’Empire Hima a singé le Sage Chinois qui conseilla à son Empereur ceci « Si vous voulez détruire un pays ennemi, inutile de lui faire une guerre sanglante qui pourrait durer des décennies et coûter cher en pertes humaines. Il suffit de lui détruire son système d’éducation et d’y généraliser la corruption. Ensuite, il faut attendre vingt ans, et vous aurez un pays constitué d’IGNIRANTS et dirigé par des VOLEURS. Il vous sera alors très facile de les vaincre. ». RÉVEILLEZ-VOUS PEUPLE KONGOLAIS. INGETA

  4. Du grand n’importe quoi !
    Une simple kinoiserie.
    Des militaires qui se préparent à la guerre ne défilent pas. Ils se préparent dans le secret le plus total. On croit vraiment faire peur à Kagame avec ces GR ? Où ont-ils déjà combattu ?
    Ils font les fanfarons alors que tout le monde sait que leur seul job consiste à protéger le président, sa famille, son clan et ses amis et principalement à arrêter ceux qui osent les critiquer.
    Messieurs, soyez sérieux. C’est avec de telles attitudes que vous donnez raison à Kagame. Il doit pifer de rire en voyant cette scène suréaliste.
    Le métier des armes, c’est du sérieux. Soyez responsables et surtout sérieux.
    Bon sang…

  5. A y regarder de près la tenue de cette troupe, celle-ci devrait en principe faire partie des éléments de la garde républicaine nouvellement formés . Moi, je pense qu’en faisant parader ces troupes en agglomération, le régime voudrait envoyer un double message. D’abord en interne en montrant à la population inquiète, aux politiques ainsi qu’à la société civile que des éléments sont fin prêts pour assurer l’intégrité du territoire national et la souveraineté nationale mais aussi avec ces rumeurs persistantes du mécontentement des militaires, dissuader d’éventuels esprits malins que s’ils essayaient quelque chose de répréhensible envers le régime qu’il y aura du répondant. En externe, montrer à la fameuse communauté internationale mais surtout au Rwanda que le régime est prêt à toute éventualité dans l’usage de la guerre.
    Toutefois, le vrai défi sera d’anéantir complètement ce groupe terroriste M23 en s’en donnant les moyens mais aussi taire tous ces groupes armés pullulant dans cette région de l’Est riche en matière première stratégique. Sera-t-on entendu quand déjà le porte parole militaire de la Monusco de nationalité canadienne prétend que l’outil de la Monusco n’a pas décelé d’éléments étrangers parmi les terroristes du M23.
    La meilleure chose à faire est d’arrêter de trop parler en s’exposant de la sorte mais d’agir pour dissuader durablement tous ces agents en eaux troubles ( Etats, multinationales, personnes morales, personnes physiques, etc…

  6. Les soldats congolais ont certes raison de manifester leur volonté d’en découdre avec le dictateur Kagamé, je crains néanmoins que leur défilé public sur le boulevard donne une image folklorique de leur fonction.
    Passons et me vient à l’esprit une question en ce qui concerne l’organisation de toute cette politique étrangère que le pouvoir en place doit piloter : le nouveau Tshisekedi que les Congolais attendaient n’est-il pas meilleur que l’ancien que les tshisekedistes purs et durs soutenaient, ont-ils enfin compris qu’ils avaient tort de dénoncer nos critiques de Tshisekedi. Si oui, nous les attendons à nous emboîter les pas pour demander davantage des actions plus fermes, plus réalistes et sincères dans la lutte contre le dictateur qui nous a pourri la vie depuis des décennies…

  7. Face au Rwanda, le climat ambiant dans notre pays a changé de tout au tout non pas tant parce que nous sommes agressés par le Rwanda mais d’abord et surtout parce que le pouvoir en place a enfin dénoncé ouvertement le Rwanda. Le Tshisekedi d’aujourd’hui est celui que tous nous attendions non plus celui d’hier que beaucoup avions condamné. C’est dire que même face à l’adversité, le seul dépit de la population ne suffisait pas, il a fallu un leadership éclairé et autrement responsable pour changer complètement le comportement du peuple devenu plus offensif, plus à même d’endosser sa souveraineté. L’occasion de répéter l’essentiel d’une bonne gouvernance au moins en cette matière pour faire avancer les choses. Attendons maintenant que le pouvoir en place ne se satisfasse pas d’une attitude molle d’un dialogue impossible avec Kagame qui reste un leader expansionniste et hegemoniste qui a résolu de vivre d’un Congo faible, à genoux pour continuer à avoir la main sur notre pays, nous déstabiliser et piller nos richesses, il ne reconnaitra jamais son rôle malfaisant pour le Congo et la région surtout que la CI continue à lui pardonner de tout en tant que victime d’un génocide d’où les Congolais ne sont pour rien. A bon entendeur…

  8. ENCORE UNE PARENTHÈSE SUR NOTRE FACE-À-FACE AVEC LE RWANDA !?
    1. Dans une lettre adressée aux NU, Kagame explique que la situation actuelle entre le Congo et le Rwanda via le M23 viendrait entre autres des promesses non-tenues par Tshisekedi sur des accords qu’il avait signés avec lui. Que revendiquaient ses accords ? Si on peut en deviner le contenu, ils sont néanmoins restés secrets hélas.
    2. Dans une conférence publique sur la question du M23, Kagame a d’abord déploré que la Monusco et les FARDC se soient liguees avec les FDRL pour combattre le M23. Ensuite il détaille sans fioritures que le problème du M23 est celui des Congolais d’origine rwandaise à qui on refuse la nationalité et des terres au Congo.
    3. Qu’en dire ?
    Kagame brosse un tableau à son crédit qui offre une histoire édulcorée de la réalité que malheureusement Tshisekedi a gobé en pleine ignorance ou cupidité. Les Banyarwanda (= les immigrés venus du Rwanda au Congo) sont nombreux installés au Congo dans les Kivus depuis des lustres, soit de façon spontanée soit sous les directives des autorités coloniales, ils y vivent tant bien que mal leur vie et nombreux sont dans les arcanes politiques et sociales bien intégrées. C’est vrai la plupart ne sont pas de l’ethnie dominante aujourd’hui au Rwand mais Kagame n’en livre pas une version tronquée lorsque il généralisé le cas des Banyarwanda du Congo non reconnus. Le vrai problème est qu’avec les soubresauts de l’histoire ethnique et politique rwandaise surtout autour des années 1990 avec le retour des réfugiés au Rwanda en provenance de l’Ouganda qui culmine avec l’horrible drame de 1994, le pouvoir vainqueur s’est installé dans des revendications et des actions expansionnistes vers le Congo. Le M23 est donc d’abord un groupe de Rwandais installés au Congo en gardant leur loyauté à un Rwanda qui fait la guerre, pille et colonise un Congo devenu faible, ce groupe est donc d’abord au service du Rwanda de Kagame expansionniste et hegemoniste. Ces gens doivent-ils être reconnus Congolais à part entière sans préalables ? La réponse est sans équivoque aujourd’hui : ils sont des agents doubles avec lesquels il faut prendre toutes les précautions mais la CI qui écoute l’histoire de Kagame la gobe béatement..

  9. DES NOUVELLES SUR NOTRE FACE-A-FACE CONTINU AVEC LE RWANDA ?
    1. Les Banyamulenge choisissent de se désolidariser officiellement du M23 et du Rwanda. Effet de mode selon l’air du temps ou évolution réelle de leur vision ? Pourvu que cela soit effectif et durable et qu’ils ne s’épuisent pas à dénoncer ceux qui ont toujours été contre leur double loyauté. La Monusco a eu cette fois le courage de reconnaître l’équipement autrement plus sophistiqué sans sauter le pas de dénoncer clairement la présence de l’armée rwandaise au Congo, ce qui agace même Muyaya. Et pendant ce temps les affrontements se poursuivent entre Fardc et M23 tandis que les massacres de la part des groupes armés ne se sont pas tus.
    2. Le dernier rapport d’experts de l’ONU pour la RDC révèle quelques dessous sur la résurgence du M23. Ces derniers ont quitté depuis 2017 le camp de Bihanga en Ouganda où ils s’étaient réfugiés pour se réinstaller sur le mont Sabinyo, dans le parc des Virunga. De là ils ont commencé dès novembre 2021 à lancer des attaques sporadiques contre les Fardc et les écogardes pour faire entendre leurs revendications. Des négociations confidentielles entre le gouvernement congolais et le M23 se seraient ont déroulées pendant 14 mois à partir de septembre 2020 pour se terminer en queue de poisson. Va alors survenir un évènement qui va provoquer la réaction violente de Kagame et ouvrir la voie à la résurgence actuelle du M23 : l’autorisation de Tshisekedi à l’Ouganda de combattre sur le sol Congolais les ADF au Nord-kivu et en Ituri, et au Burundi d’entrer pour poursuivre ses rebelles Red Tabara (au Sud-Kivu). UN hélicoptère de la Monusco seara ainsi abattu le 29 mars vers Tchanzu, faisant 8 morts un tir direct du M23 à patir de leur colline.
    Des images vont montrer qu’à partir de leur emplacement stratégique à la frontière rwando-ougando-Congolaise les rebelles du M23 vont entrer et sortir par les deux pays voisins, s’y déplaçant et s’y ravitaillant pour attaquer les Fardc sur leur sol. Avec un plus grand degré de professionnalisme , un recrutement plus actif et de meilleures capacités de réapprovisionnement les rebelles du M23 gagnent et se fixent comme objectif de réoccuper Goma comme en 2013 via Bungananga, Rutshuru, Rumangabo. A nous de nous donner les moyens de leur résister…
    A suivre…

  10. Suites…33. Le camp Katumbi qui jusque-là était dans le silence au sujet de l’agression du Rwanda en est sorti par la voix de Kamitatu pour se limiter à réclamer un dialogue avec les voisins ; une position minimaliste trop complaisante envers le Rwanda à mon goût ! Si j’étais méchant je dénoncerais ces propos en convoquant les relations conjugales du Sieur Katumbi et bien plus du côté de nos voisins burundais et rwandais. Aurais-je si tort lorsque je pense qu’au niveau des responsabilités d’un Katumbi, il aurait dû faire preuve de plus de sens d’intérêt national avec des propositions plus fermes et plus responsables ? A chacun d’y répondre…

Comments are closed.

Previous post Suspectée de « blanchiment »: Afriland First Bank RDC en « redressement »
Next post Changements climatiques