Tout est faux au Congo-Kinshasa

Read Time:5 Minute
Mufoncol Tshiyoyo
Mufoncol Tshiyoyo

Quelque chose ne va pas avec l’homme congolais alors que tout semble être faux au Congo-Kinshasa. Les Congolais se proclament « résistants ». Bien sûr que tout est à leur honneur. Mais quand on leur demande « résistance » contre qui ou quoi, les « résistants congolais » déclarent tous, et comme si c’était une chorale à l’église, que c’est contre celui qu’ils appellent toujours « Joseph Kabila ». Ils disent cela malgré tout ce que certains parmi eux savent de ce « non-existant ». C’est-à-dire qu’il est un zigzag, un fusible, une illusion, un mensonge, une forme de zombie dont la fonction majeure dans le scenario principal est justement de désorienter, d’amuser, d’occuper quelques-uns pendant que les maîtres mangent et se servent en toute quiétude au Congo.

La plupart des résistants congolais oublient que la résistance française à laquelle certains parmi eux font souvent allusion fut d’abord et avant tout organisée contre le peuple allemand, contre l’Allemagne et contre Hitler. Pétain, Vichy, c’était le symbole de l’Allemagne occupant. Quand les Français les combattaient, ils y voyaient d’abord et uniquement l’Allemagne. La résistance congolaise devrait combattre le Rwanda et l’Ouganda, voire l’Angola, pour ne pas dire l’Occident sous la houlette anglo-saxonne au Congo-Kinshasa. La Monusco représente l’ordre régnant au Congo-Kinshasa, celui du maître officiant.

Quant aux autres congolais, parmi ceux qui prônent les élections à tout prix, ils ne disent jamais que lesdites élections seront organisées pour assurer l’indépendance du Congo, la survie ainsi que la souveraineté de la nation. En principe, ces élections devraient, et parce qu’ils s’accrochent à cet opium, faire l’objet d’un financement national, local pour répondre à cette vision lointaine et authentique d’un peuple en passe ou en situation de s’assumer. Au Congo-Kinshasa, elles sont uniquement organisées pour chasser un mensonge dénommé « Joseph Kabila », mettre fin à ce que les Congolais appellent son « mandat ». Et pour ce faire, le financier, la main qui donne, qui nourrit, même si elle était celle du diable en personne n’importe peu. Ils s’en foutent du moment que le cerveau de la souris dans le laboratoire du maître est déjà accoutumée avec le goût de la pilule « Joseph Kabila ». En effet, le maître contrôle sa « machine triviale » au moyen des inputs et outputs qui lui permettent d’obtenir à un moindre coût la reproduction d’un certain autonomisme de la part de sa « machine triviale ». Ces compatriotes font plus que pitié!

Alors, qu’est-ce qui fait ou peut expliquer distinctement le fait que l’homme dit Africain, et en particulier son spécimen congolais, aime à assumer seul ou totalement la responsabilité de son supposé échec en tout et pour tout ce qui lui arrive? Cela même quand son « maître » à l’origine du mal dont il est l’objet, et qui lui reconnaît son combat parce qu’il s’y oppose, admet dans ses moments de « lucidité » ses forfaits en avouant que c’est bien lui, le maître, qui a tout détruit au Congo-Kinshasa, qui fait tout pour tout défaire? Et que c’est encore lui qui a affaibli et amolli le « gouvernement » ainsi que les possibilités organisationnelles du pays? Dans ce contexte où les résistants sont forcés à l’exil, tués et vendus comme esclaves, c’est toujours « le maître » qui organise la mort au Congo et tue les Congolais via ses esclaves et autres mercenaires Rwando-ougandais. Comment expliquer tout cela? Non, les Congolais, les plus diplômés et instruits à l’école occidentale répondront que c’est l’absence du plan Marshall ou celle absence d’élections… Mon œil! Sauf que c’est tout le contraire que tente de démontrer le jeune historien britannique Dan Snow quand il écrit, nous citons: « Développent has been stifled, [the] government has been weak and the rule of law non-existent. This was not through any innate fault of the Congolese, but because it has been in the interests of the power to destroy, suppress and prevent any strong, stable, legitimate government. That would interfere – as the Congolese had threatened to interfere before – with the easy extraction of the nation’s resources », (Dan Snow, DR Congo: Cursed by its natural wealth, in BBC).

Le cynisme du maître va au-delà de sa propre attente. Aurait-il eu tout d’un coup pitié de son « nègre », de son objet fabriqué, de sa créature? Comment pourrait-on expliquer autrement le fait que l’assassin puisse avouer ses crimes contre le déni de son nègre qui s’attribue toute la responsabilité de son malheur? En avouant, sait-il du moins que son nègre déjà domestiqué ne réagirait pas, qu’il ne croirait jamais à ses aveux? C’est possible. La preuve? C’est impunément qu’il avoue ses crimes et sans aucun souci de se repentir. D’ailleurs, il ne le pourra jamais. Ce n’est pas dans sa culture d’avoir pitié du plus faible. Il lui avoue ses crimes pour se moquer de lui et de son incapacité même s’il reconnaissait qu’elle ne fut jamais congénitale.

Oui, tout est faux au Congo-Kinshasa. Le maître s’affiche comme adversaire. Et il le fait en plus savoir:  » C’est lui qui combat les Congolais ». Et les Congolais l’innocentent. L’homme congolais le fait sans rien obtenir en retour de la part du maître. Comment apprécier le sens de son humiliation? C’est le comble de l’ignominie. Toute honte bue, le Congolais déclare pour justifier ses conneries que le Congo n’est pas le seul dans sa situation actuelle. Pour certains, Mobutu aurait eu l’occasion de bien « gouverner » le pays même si pour l’ancien ambassadeur américain au Congo-Kinshasa, Simpson, « Mobutu fut une crapule, mais notre crapule avant tout ». Le nègre dira non. Que c’est faux. Mawa, pitié! On peut comprendre que l’esclave de maison puisse dire non, mais contre quoi en échange? Rien. Qui sommes-nous, en fait? Comment faudrait-il sauver l’homme congolais? Faut-il lui imposer une guerre? Sa propre souffrance et aussi le fait de la partager ensemble lui enseigneraient-ils le sens de l’honneur et développeraient-ils par la suite de nouvelles solidarités nationales? Le Congo-Kinshasa est à la fois un rêve et une grande ambition.

Likambo oyo eza nde likambo ya mabele.

 

Mufoncol Tshiyoyo
Le Président National du Rassemblement pour l’Alternative Politique en RDC. R.A.P-en sigle Mouvement Politico-militaire
mufoncol_tshiyoyo@yahoo.com
004745007236, Facebook: Mufoncol Tshiyoyo

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Il faut chasser le dictateur « Joseph Kabila »
Next post RDC: Urgent et rationnel contre-calendrier électoral