Vers un déploiement des troupes de la SADC

Gaston Mutamba Lukusa

Le vendredi 17 novembre, le chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi a présidé la cérémonie officielle de signature de l’accord portant statut de la force de la SADC (Communauté de développement de l’Afrique australe) qui pourrait être bientôt déployée à l’Est de la RDC. Suivant le ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula, le gouvernement congolais s’est engagé « à mettre à la disposition de cette Force, les facilités diplomatiques liées à ce type d’intervention. Cela matérialise aussi l’engagement de la SADC à déployer sa Force… Cet accord définit l’objet de la mission de cette Force régionale qui sera déployée pour appuyer l’armée congolaise à combattre et éradiquer le M23 (Mouvement du 23 mars) et d’autres groupes armés qui continuent de perturber la paix et la sécurité ».

Les troupes de la SADC viennent en remplacement de la force de l’EACRF (Force régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est) qui été invitée par le gouvernement à quitter l’est de la RDC au plus tard le 8 décembre, à cause de sa passivité devant le M23. L’EACRF s’est déployée en novembre 2022 au Nord-Kivu. Elle était censée appuyer les FARC (Forces armées de la République Démocratique du Congo) dans leur lutte contre le M23. Au lieu de cela, elles ont préféré s’interposer entre les FARDC et le M23. Au lieu de continuer à recourir à des forces armées étrangères, il est temps de songer à créer une armée ayant pour mission de défendre l’intégrité du territoire national et les frontières suivant la constitution de la République démocratique du Congo.

La création de l’armée congolaise

C’est le 17 novembre 1960 que le colonel Mobutu créa, cinq mois à peine après l’accession du pays à l’indépendance, l’armée nationale congolaise (ANC). Elle fut conçue à partir des soldats mutins qui venaient de tuer, de violer et de piller l’ensemble du territoire national au lendemain de l’indépendance du Congo, le 30 juin 1960. Elle sera rebaptisée par la suite Forces armées zaïroises (FAZ). Par vocation autant que par nécessité, les FAZ se sont voulues, dès leur naissance, une armée de dissuasion, garante de l’intégrité territoriale. Elles se sont acquittées de cette mission à travers plusieurs hauts faits d’arme. Elles furent mises à contribution dans des missions de pacification dans plusieurs pays africains. A partir de 1975, cette armée devient l’ombre d’elle-même. Elle se caractérise par l’indiscipline, la démotivation et le tribalisme. Les prémisses remontent au lendemain d’une tentative vraie ou fausse de putsch contre le président Mobutu qu’il surnomma « coup d’Etat monté et manqué ». L’anathème fut jeté sur quelques jeunes officiers issus de grandes écoles de guerre américaines et européennes. Il fut alors décidé de renvoyer de l’armée des militaires issus de certaines régions du pays considérées hostiles (Katanga, Kasaï, Bandundu).

Pour se prémunir, le maréchal Mobutu renforça sa garde personnelle en créant la division spéciale présidentielle (DSP). Elle se distingua par des exactions à l’encontre de l’armée régulière et de la population. C’est ainsi qu’en 1977 et 1978, face aux attaques à partir de l’Angola des ex-gendarmes Katangais, l’armée nationale, fragilisée et démotivée préféra fuir. Les positions perdues ne seront reconquises que grâce au concours des armées du Maroc et de la France avec le soutien des USA et de la Belgique.

Un autre « complot » éventé en mars 1978 sera l’occasion d’épurer encore l’armée des officiers qui présentaient une menace pour le régime. L’armée devint alors un simple instrument de répression de la population. Les militaires sont mal payés, mal logés, mal nourris, mal équipés… Forts de leurs armes, ils rançonnent la population. Le mal devint si profond que des officiers généraux créent plusieurs bataillons fictifs dont ils se partagent la solde. Ils détournent aussi les budgets de fonctionnement. Le tribalisme y règne en maître. Les officiers généraux (encouragés par Mobutu) se livrent à une guerre sans merci entre eux suivant la vieille politique de diviser pour régner. C’est dans ce contexte que des militaires s’adonnent aux pillages des industries et des commerces en 1991 et 1993. En 1996, devant l’invasion du pays par des mercenaires et des armées de quelques pays africains (Angola, Rwanda, Zimbabwe, Uganda…), les Forces armées zaïroises, démoralisées et démotivées, préfèrent piller et fuir devant l’ennemi.

La naissance des FARDC

Les armées constituées après la chute du régime de Mobutu, en mai 1997, ont hérité des mêmes tares. A partir de 1998, chaque mouvement rebelle s’est constitué une armée d’opérette sous le couvert des armées des parrains (Rwanda, Uganda, Angola, Zimbabwe, Tchad, Namibie) qui se battaient sur le sol congolais. Au fil du temps, à la suite de la fusion des belligérants, les forces armées congolaises (FAC) vont devenir, en 2003, les Forces armées de la République Démocratique du Congo, (FARDC). De fulgurantes promotions en grade qui n’étaient basées sur aucun fait d’armes furent opérées. Des simples recrues deviennent subitement des officiers et même des généraux.

Ce sont ces armées qu’il a fallu brasser plus tard. Il s’est agi d’une intégration de bandes armées indisciplinées, peu motivées et mal formées. Dans ce contexte, il devenait hypothétique de disposer d’une armée nationale capable de défendre le pays. C’est ainsi qu’il devient difficile de faire face à la déstabilisation par des pays voisins notamment le Rwanda qui soutient militairement les rebelles du M23. En 2012 ce mouvement rebelle s’était même emparé de plusieurs pans du territoire national et de la ville de Goma le 20 novembre 2012. Le M23 fut finalement défait le 30 octobre 2013 grâce aux pressions exercées par la communauté internationale sur le Rwanda ainsi que d’une contre-offensive fulgurante menée conjointement par les FARDC et la Brigade d’intervention de la MONUSCO (Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation de la République démocratique du Congo).

La création d’une armée restructurée et dissuasive est urgente. Une armée dont la taille dépend des moyens financiers disponibles. Elle doit permettre de promouvoir la sécurité et la stabilité. Une paix durable suppose la mise en place d’une armée républicaine, formée, disciplinée et respectueuse des droits de l’homme.

Gaston Mutamba Lukusa

Happy
Happy
100 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Readers Comments (4)

  1. Aucune inquietude pour nous. Au cas improbable ou la SADC nous joue aussi un sale tour comme l’EAC,nous pourrons toujours compter sur nos wazalendo et eventuellement le soutien de l’OTAN comme dernier recours.

    • Oh la la…! Comment definir une bande d’irresponsables qui passent leur temps a jouir, voler et voyager? Ce tandis que la defense du Pays ne les concerne pas, et reste l’affaire de la SADC, l’EAC, et comble d’ignorance, de l’OTAN. Voila qui « justifie un 2e Mandat » de faineantisme et jouissance pour Felix Tshilejelu…!

  2. L’OTAN ce sera le dernier recours au cas ou les vaillants wazalendo rescapes n’y arrivent pas.Il y aura surement plusieurs reunions a Paris et Washington pour decider de l’intervention de l’OTAN pour sauver un peuple en peril.
    Kagame n’aura qu’a bien se tenir car nous allons continuer a crier tres fort pour le condamner afin d’avoir le soutien des occidentaux.

    • @ Assalamba
      Conseil gratuit: Retourne a l’ecole (secondaire) y apprendre les statuts de l’OTAN au lieu de te ridiculiser ici par ton ignorance.(L’OTAN ne viendra jamais defendre la RDC). Mais comme ton idole- jouisseur au sommet et semblables assis sous le Manguier de Kabuya a Limete, etudier et decrocher un « vrai diplome » est trop vous demander quand les frappes vous paient mieux…!

Comments are closed.