Le mwami de Bafuliru demande aux communautés d’Uvira de se réconcilier

Dans une interview exclusive avec la presse locale jeudi 27 mai, le mwami de la collectivité-chefferie de Bafuliru, Ndare Nsimba Kalingishi a demandé aux Bafuliru et Banyamulenge de se réconcilier afin d’asseoir la paix dans le territoire d’Uvira.

Selon lui, ces communautés vivaient jadis dans une harmonie totale, mais les ennemis de la paix ont fait que cette cohabitation puisse être paralysée. Il a noté que les deux communautés vivent dans le territoire d’Uvira, il faut pour cela trouver des pistes de solutions pour nouer des bonnes relations comme par le passé.

Il a invité la jeunesse de tous les côtés de ne pas se laisser manipuler par des personnes mal intentionnées se trouvant au pays et ailleurs qui incitent les jeunes à s’opposer et à s’entretuer.

Il a demandé aux autorités nationales de tout mettre en œuvre pour éradiquer ce conflit qui oppose les communautés dans les territoires de Fizi, Mwenga et Uvira afin que la province du Sud-Kivu recouvre la paix.

ACP/

3 thoughts on “Le mwami de Bafuliru demande aux communautés d’Uvira de se réconcilier

  1. Ce mwami Ndare Nsimba Kalingishi est un malade et corrompu.
    Depuis quand les communautés bafuliro et banyarwanda ont-ils vécu dans une « harmonie totale »?
    Les soi-disant Banyamulenge (transfuges du Rwanda et agents de la balkanisation de notre pays) n’ont jamais oeuvré pour l’intérêt du Congo.
    Tous les observateurs impartiaux ont noté que le Rwanda s’est toujours appuyé sur cette communauté pour se maintenir comme acteur omniprésent sur la scène économique, politique et militaire du Kivu.
    Par conséquent, aucun vrai fils du Kivu ne favoriserait une coexistence avec cette communauté qui ne s’est employée qu’à exterminer son propre peuple dans le but de s’approprier ses terres.

  2. Ndeko Kum,

    @ Permettez, svp, un son de cloche légèrement différent !
    @ Je ne peux affirmer connaitre mieux la situation du Sud Kivu que vous mais je crains que votre analyse soit trop unilatéralement propagandiste. Comme vous et comme beaucoup d’autres patriotes Congolais moi aussi j’appelle à ce que les migrants de longue et de fraiche date respectent nos lois et notre souveraineté. Ce n’est hélas pas souvent le cas avec les banyarwanda qui nous occupent sous l’instigation du Rwanda de Kagame et de l’Ouganda et c’est depuis 1990 ; voilà où se situe la bonne propagande, le combat utile pour notre Patrie. Je ne connais pas particulièrement le cas de ce mwami des Bafuliru d’Uvira, en l’occurrence les motivations derrière son souhait, particulièrement s’il n’est pas un vendu acheté par les fossoyeurs étrangers de notre pays. Est-il qu’il n’est pas à blâmer tout de suite parce qu’il souhaite une cohabitation harmonieuse entre les autochtones qu’il représente et les banyarwanda, de même qu’il n’a pas tout à fait tort lorsqu’il évoque une situation plus paisible entre les communautés auparavant…
    @ Quelle est la situation – elle est conflictuelle pour les raisons que je venais d’indiquer – et que voulons-nous faire pour y mettre fin ? Si nous voulons rester réalistes et pratiques la solution n’est pas de chasser du Congo sans autre forme de procès les fameux banyamulenge envahisseurs. Il y’eut bien un temps où ils furent accueillis et acceptés de façon plus hospitalière, il est aujourd’hui question avec les nouvelles conditions où la question des terres est plus disputée d’organiser de nouvelles moins conflictuelles. Je ne suis pas naïf pour croire que tout cela est facile et rose mais si c’est la voie qu’a choisi notre Mwami, moi je serais le dernier à l’en blâmer…

  3. Ndeko Nono,
    Veuillez excuser mon radicalisme apparent, mais je suis tout à fait d’avis avec vous. Je ne m’en veux nullement à ces pauvres gens qui ont trouvé refuge sur notre sol pour des raisons économiques ou sécuritaires. Je m’en prends aux extrémistes. À l’ouest du pays par exemple, nous avions connu une situation semblable mais n’avions jamais vu des réfugiés angolais mettre à mal la sécurité de nos populations durant toutes ces décennies qui ont marqué leurs migrations. C’est donc dire que l’hospitalité légendaire des Congolais ne doit pas être mis en question mais nous devons veiller à ce les méchants soient repérés et exfiltrés de notre territoire.

Comments are closed.