Congo-Kin : La Justice militaire en quête de l’honneur perdu

Read Time:6 Minute

Le verdict du procès, en second degré, sur l’assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana devait être rendu ce mercredi 23 mars 2022. Une certitude: la décision judiciaire qui sera rendue pourrait de ne pas apaiser les cœurs et les esprits. En cause, la décision arbitraire de la Haute cour militaire de Kinshasa/Gombe de ne pas auditionner l’ex-président « Joseph Kabila » en tant que « témoin ». Au motif que la loi portant statut d’anciens chefs d’Etat l’exonère de toutes poursuites. Qui a parlé de poursuites? La justice militaire congolaise n’a pas bonne presse. Depuis l’assassinat non-élucidé à ce jour de Mzee LD Kabila, les juges et magistrats militaires sont accusés, plus à raison qu’à tort, d’être inféodés à la hiérarchie politico-militaire. Ce procès inachevé n’a pas empêché le général Nawele Bakongo, président de la Cour d’ordre militaire, de déclamer les 135 condamnations alors que le doute devait profiter aux inculpés. A Kananga, la Cour militaire de cette garnison a refusé, cinq années durant, l’audition des personnalités politico-administratives réclamées par les avocats de la défense dans le procès sur l’assassinat des experts onusiens Zaida Catalan et Michaël Sharp. Pour la petite histoire, le juge-président de cette dernière juridiction sera promu au grade de Général en cours du procès.

« Monsieur le Président, je persiste et signe: c’est l’ancien président Joseph Kabila qui avait ordonné l’assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana ». Cette déclaration a été faite au début de ce mois de mars 2022 par le témoin Paul Mwilambwe que l’on ne présente plus. C’était devant la Haute Cour militaire de Kinshasa/Gombe. L’officier de police Mwilambwe est un homme qu’on ne présente plus. Sauf pour dire qu’il a assisté – en sa qualité de responsable de la sécurité des installations de l’Inspection générale de la police nationale congolaise – à la mise à mort de Floriberty Chebeya et Fidèle Bazana.

Il faut saluer le changement intervenu le 24 janvier 2019 au sommet de l’Etat. L’arrivée au pouvoir suprême d’un nouveau Président de la République, en l’occurrence Felix Tshisekedi Tshilombo, a permis l’avènement d’une ambiance libérale propice à un procès équitable. Les prévenus se sont exprimés librement. Les témoins, mêmement. C’est le cas particulièrement de Paul Mwilambwe qui est rentré volontairement de l’exil pour dire sa part de vérité. Le représentant du ministère public et les juges sont apparus moins arrogants tout au long des débats.

Le verdict, en second degré, de ce procès risque de laisser un arrière-goût d’inachevé comme en mars 2011. Et ce pour trois raisons. Primo: Christian Ngoy Kenga Kenga – qui est désigné par tous les protagonistes comme étant le « commandant de l’escadron de la mort » ayant exécuté l’ordre « manifestement illégal » d’éliminer Chebeya et Bazana – est resté muet comme une carpe durant tout le procès. Secundo: John Numbi, en fuite, n’a pas comparu. En 2011, la Cour avait décidé, de manière autoritaire, de l’auditionner uniquement en tant que « simple renseignant ». Cette fois, l’homme devait comparaitre comme « prévenu ». Enfin: le refus de la Cour d’auditionner « Joseph Kabila » en qualité de « témoin » n’a pas permis de cerner la « motivation » du crime et d’identifier le commanditaire.

L’ORDRE DE LA « HAUTE HERARCHIE »

Lors des débats devant cette juridiction, tous les prévenus et témoins ont abondé dans le même sens:

  • L’ordre d’éliminer Floribert Chebeya a été transmis au colonel Daniel Mukalay par l’inspecteur général de la police nationale, John Numbi Banza. C’était le 31 mai 2010. Le rendez-vous fatal avec le directeur de la « VSV » fut fixé le lendemain, 1er juin 2010 à 17h30.
  • L’exécution matérielle de l’ »opération » fut confiée au major Christian Ngoy Kenga Kenga et son « équipe » où l’on trouvera notamment Jacques Mugabo, Hergile Ilunga et consorts. La suite est connue avec la découverte du corps sans vie de Chebeya sur la banquette arrière de sa voiture au Quartier Mitendi. Les restes de Fidèle Bazana n’ont jamais été retrouvés à ce jour.

Qui a commandité ce double assassinat? Pourquoi? Voilà deux questions cruciales. La réponse à la première interrogation a été donnée début mars 2022 par Paul Mwilambwe comme cité précédemment. L’homme n’a jamais varié sa version. D’ailleurs, dans une interview accordée à RFI, il ajoutera ces mots: « Le major Christian Ngoy m’avait dit que l’ordre émanait de la haute hiérarchie et que je devais me taire ».

John Numbi Banza est certes l’autorité hiérarchie qui avait instruit ses hommes. Il passe, de ce fait, pour le suspect numéro un. Avait-il une « motivation profonde » pour ôter la vie au très célèbre directeur de l’ONG « La Voix des sans Voix pour les droits de l’Homme »? Avait-il le pouvoir de mobiliser une dizaine d’officiers et sous-officiers de police pour régler un compte personnel avec ce défenseur des droits humains? On peut franchement en douter. Le mobile du crime et le commanditaire sont sans doute ailleurs.

UN ILLUSTRE INCONNU SUCCÈDE A LD KABILA

Le 16 janvier 2001, le président Laurent-Désiré Kabila meurt dans son bureau au Palais de marbre. L’énigme criminelle n’a jamais été élucidée. Chebeya faisait partie de ces Congolais qui refusaient et refusent encore aujourd’hui de croire à la version officielle imputant le meurtre du chef de l’Etat à un des gardes du corps. Chebeya faisait également partie des Congolais qui accueillirent, avec stupeur, l’avènement, à la tête de l’Etat, d’un illustre inconnu nommé « Joseph Kabila ».

A l’instar de ses compatriotes les mieux informés, « Floribert » savait que Mzee Kabila et « Joseph » ne s’étaient plus adressé la parole après la prise de la localité de Pweto, au Katanga, par les « rebelles » pro-rwandais du RCD-Goma. C’était en décembre 2000. Accusé de trahison en tant chef d’état-major des forces terrestres, le général-major « Kabila » fut placé en résidence surveillée. Dans son ouvrage « La mort de LD Kabila: Ne nie pas c’est bien toi » (publié aux éditions Vérone), l’ex-garde du corps, Georges Mirindi, écrit notamment que le Mzee Kabila voulait faire fusiller « Joseph ». Il n’aurait eu la vie sauve que grâce l’intervention du gouverneur du Katanga d’alors, Augustin Katumba Mwanke.

Le verdict du procès sur l’assassinat de LD Kabila intervenu en mars 2003 a laissé l’opinion congolaise sceptique. Dès 2004, la « VSV » a demandé la réouverture d’un nouveau procès tout en mettant en doute la culpabilité des 135 condamnées embastillés à Makala. Ce dossier constitue sans doute le premier élément du « contentieux » entre « Joseph Kabila » et Chebeya.

LE BLASON TERNI DE LA JUSTICE MILITAIRE

En 2007 et 2008, sur ordre du président « Kabila », le « bataillon Simba » est déployé au Kongo-Central actuel. Mission: « écraser un mouvement insurrectionnel ». Plus d’une centaine d’adeptes du mouvement politico-religieux Bundu dia Kongo vont rester sur le carreau. Un massacre. Sous la direction de Chebeya, la « VSV » lèva l’option de saisir la justice congolaise. Au banc des accusés: Denis Kalume Numbi (ministre de l’Intérieur), John Numbi Banza, le colonel Raüs Chalwe et le major Christian Ngoy Kenga Kenga, commandant du « Bataillon Simba ». Les démarches n’aboutirent guère.

En mars 2010, Chebeya, qui était manifestement sous la « surveillance » des renseignements généraux de la police change de fusil d’épaule. Il décide de saisir la justice internationale. Il signe son arrêt de mort. « Floribert Chebeya et la VSV transmettaient à la communauté internationale des rapports contre le régime du Raïs », confiait un des policiers fugitifs.

En refusant d’auditionner « Joseph Kabila » en tant que témoin dans l’assassinat de Chebeya et Bazana, la justice militaire congolaise a confirmé sa réputation sulfureuse d’une justice sous influence.

Le 2 mars 2021, le général Lucien-René Likulia Bakumi a été nommé auditeur général des Forces armées de la RDC. Pourrait-il faire oublier son prédécesseur? Une année après, les juges et magistrats militaires sont loin de redorer le blason terni de la justice militaire.


Baudouin Amba Wetshi

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

2 thoughts on “Congo-Kin : La Justice militaire en quête de l’honneur perdu

  1. @ « La ‘justice militaire’ en quête de son honneur perdu » ?! Pour moi c’est notre ‘Justice en général’ qui doit rechercher son honneur perdu, si la coutume du pays a transformé tous les procès sensibles en procès militaires, il n’en demeure pas moins que c’est toute la justice qui se trouve à la solde des notables politico-militaires. Et le Congo a besoin hinc et nunc d’une guerre implacable contre tous ses fossoyeurs de la justice pour retrouver une justice juste et efficace. Les exemples donnés ci-dessus sont certes emblématiques mais ils ne sont pas exhaustifs : procès assassinat LDK, procès Chebeya, procès dormants dans Congo gold-up, affaire Beya… etc, etc mais aussi la justice pénale et administrative ordinaire qui regorge des verdicts au plus offrants.
    @ Le procès de la Justice au Congo se confond ainsi avec celui contre la corruption, l’impunité et tutti quanti d’antivaleurs – néologisme inventé et d’usage au Congo combien révélateur. On ne peut parler de Justice sans utilement convoquer la lutte contre la corruption, hissée comme priorité de son mandat par le PR. Pour quels résultats aujourd’hui ? Surtout qu’en même temps que le PR a créé une Agence de lutte contre la corruption (APLC) il a aussi mis l’argent pour créer une Coordination pour le changement des mentalités (CCM) : où en sont-elles ; s’il n’y avait les quelques bons résultats pas toujours bien exploités d’Alingete, on n’en parlerait plus…

  2. @ Il y’a un évènement majeur dans notre pays que les politiques et la presse passent je ne sais pour quelle raison sous silence : LA REACTIVATION DU M23 !!!
    @ Il y’a quelques jours le GEC avait révélé et démontré que l’offensive du M23 dans le Rutshuru était une commande expresse de Kagame pour punir Tshisekedi de ses velléités de rapprochement actif avec l’Ouganda, il y’a toujours comme un résidu de conflit entre Kaguta et Kagame concernant leur « proie » commune, notre pays…
    @ Hier les FARDC ont pris le courage d’annoncer dans un communiqué officiel la capture de deux soldats rwandais lors de leurs affrontements avec les présumés M23 autour de Tchanzu et Runyonyi ; une preuve de plus s’il en fallait encore que c’est Kagame en personne qui y a envoyé ses boys toujours prêts à servir leur cher Rwanda pour continuer à garder la main sur l’hypothèque Congo. C’en devenait même pathétique d’entendre de la bouche de notre brave général FARDC dans son communiqué convoquer « le sens de la mutualisation des efforts dans des opérations conjointes avec un partenaire qui ne respecte ni ses engagements vis-à-vis de la RDC, encore moins sa propre parole ». A-t-il oublié depuis qu’il croise le fer avec ces Rwandais qu’ils n’ont point de parole ; leur religion c’est le mensonge, l’ubwenge national…
    @ Tous les Congolais le savent sauf notre naïf PR qui en était encore à tenter une expérimentation de cohabitation pacifique. Elle est vouée à l’échec, c’est clair. Maintenant qu’il vient de le découvrir de visu, que va faire notre PR ? Continuer son rapprochement naïf et traître avec son faux-frère Kagame ou agir fermement en dirigeant enfin réfléchi, responsable et souverain ? Il a pris le courage d’éventrer publiquement le boa, toute la Nation lui demande maintenant d’exiger les yeux dans les yeux de Kagame la cessation immédiate de ses manœuvres continues de déstabilisation de notre pays ou alors rompre publiquement avec lui ! La suite…

Comments are closed.

Previous post Accident de circulation sur le pont Maï Ndombe: le véhicule sorti de l’eau avec un corps à bord, au total cinq corps déjà repêchés
Next post Appel urgent adressé au président Macky Sall et à l’Union Africaine pour une Mission de Paix Russie-Ukraine